Une journée dans la vie d'un membre de la Commission des libérations conditionnelles du Canada

La que je vais décrire ne se distingue en rien des autres journées où je me rends dans les pénitenciers fédéraux de notre région pour y tenir des audiences au cours desquelles seront examinées les demandes de mise en liberté des délinquants. De notre bureau à Moncton (N.-B.), nous pouvons nous rendre en voiture dans les cinq pénitenciers qui relèvent de nous. Aujourd'hui, nous allons à l'établissement à sécurité moyenne de Springhill. Il nous faut quitter le bureau à pour arriver là-bas vers .

Je suis habituellement debout à afin de bien me préparer pour ma journée.

Nous allons voir six délinquants aujourd'hui : cinq d'entre eux ont fait une demande de libération conditionnelle totale, et le sixième, une demande de semi-liberté. Quand je me trouverai devant ces délinquants, ils ne seront pas pour moi de parfaits étrangers. Hier, au bureau, j'ai passé toute la journée à lire leur dossier d'un bout à l'autre. Notre emploi du temps est prévu de façon à nous laisser une journée entière pour préparer les audiences d'une autre journée.

L'étude d'un dossier de délinquant est toujours une lourde tâche. C'est particulièrement vrai lorsqu'on se trouve devant trois ou quatre chemises de documents, ce qui peut arriver dans le cas d'un délinquant au casier judiciaire chargé. En prenant connaissance des dossiers, je cherche à dégager des constantes et je vérifie soigneusement qu'il ne manque pas de renseignements importants dont j'aurais besoin pour rendre une décision. Par exemple, il est essentiel de savoir : pourquoi un délinquant est incarcéré, c'est-à-dire pour quelles infractions précises il a été condamné; ce qui l'a amené à commettre les infractions en question; s'il avait déjà commis antérieurement des infractions du même genre; quelle incidence les actes criminels ont eu sur les victimes; si la perpétration de l'infraction ou des infractions s'est accompagnée de violence; si l'infraction était de nature sexuelle; si le délinquant a fait des efforts pour mettre un terme à son comportement criminel; et enfin, si le risque présenté par le délinquant se trouve suffisamment réduit pour être géré efficacement et en toute sécurité dans la collectivité.

Nos dossiers, qui contiennent des renseignements détaillés sur chaque délinquant, sont préparés par le Service correctionnel du Canada (SCC). C'est à ce dernier qu'il revient d'obtenir les rapports de police sur les infractions commises, les dossiers relatifs aux infractions antérieures et les observations ou les motifs énoncés au moment de l'imposition de la peine par le juge présidant l'audience. Le SCC nous fournit aussi un rapport d'enquête communautaire établi en faisant appel à de nombreuses sources dans la collectivité d'origine du délinquant - ses victimes, sa famille, ses amis, la police, etc. Chaque délinquant est également évalué à son admission en prison; le rapport d'évaluation initiale du délinquant alors établi indique de façon détaillée ses besoins en fonction des facteurs criminogènes intervenant dans son cas, comme l'abus d'alcool ou d'autres intoxicants, le manque d'instruction (les délinquants auxquels nous avons affaire sont pour une bonne part analphabètes), des problèmes psychologiques ou psychiatriques graves, ou la difficulté à maîtriser sa colère ou ses émotions. Un plan correctionnel peut ainsi être élaboré, de concert avec le délinquant; ce document indique ce que doit faire l'intéressé pour mettre fin à son comportement criminel, prendre un nouveau départ et reprendre sa place dans la collectivité en tant que citoyen respectueux des lois. Des programmes sont alors offerts à ceux qui en ont besoin; il s'agit par exemple de rattrapage scolaire, de programmes de traitement pour toxicomanes ou pour délinquants sexuels, de programmes de maîtrise de la colère ou d'acquisition de compétences cognitives - en d'autres mots, de programmes destinés à aider les délinquants à prendre conscience des conséquences que peuvent avoir (pour eux-mêmes et pour d'autres) certains genres de comportement avant de passer aux actes. Des rapports décrivant la participation des délinquants à ces programmes et les progrès réalisés par eux sont ensuite établis.

Les progrès effectués par le délinquant en établissement font aussi l'objet d'un rapport. Il s'y ajoute au besoin des rapports psychiatriques et psychologiques qui fournissent des renseignements d'importance cruciale sur le comportement du délinquant et disent si ce dernier semble avoir besoin d'aide professionnelle pour faire face à ses problèmes. Ces rapports incluent des opinions et des évaluations professionnelles qui donnent de bonnes indications du risque de récidive.

Les dossiers peuvent être volumineux et l'information qu'ils recèlent est essentielle pour se faire une idée de la personne à qui on a affaire. L'examen des dossiers permet aussi d'établir un plan pour interroger le délinquant lorsqu'il se présentera à l'audience. Vous pouvez ainsi vous concentrer sur les choses qu'il vous faut réellement savoir, sur les questions que vous vous posez sans avoir de réponse.

Aujourd'hui, je pars pour l'établissement de Springhill en compagnie d'un autre commissaire et d'un greffier d'audience. Pour satisfaire aux exigences, dans la majorité des cas, deux membres de la Commission doivent examiner les demandes de mise en liberté sous condition présentées par les délinquants des établissements fédéraux et faire part de leur décision. Dans certains cas toutefois, notamment lorsqu'il s'agit de condamnés à perpétuité ou de délinquants dont on envisage le maintien en incarcération (c'est à dire le maintien en prison jusqu'au tout dernier jour de leur peine), l'examen et la prise de décision doivent être faits par trois membres de la Commission.

Aux termes de la loi, nous sommes tenus de faire part aux délinquants les motifs de nos décisions et de leur remettre un relevé complet de la décision. En outre, si des parties intéressées telles que les victimes ou les représentants des médias demandent une copie de nos décisions, elles doivent la recevoir. Il est très important d'employer un langage clair et direct lorsqu'on rend une décision car le nom du décideur figure sur le document, à la vue de chacun - collègues, voisins, amis et famille.

Aujourd'hui, toute une série d'audiences nous attendent. Nous verrons six délinquants, avec chacun desquels nous passerons environ une heure. Ils seront accompagnés d'un agent de gestion de cas (AGC) de l'établissement, c'est-à-dire de l'employé du SCC auquel incombait la responsabilité première de la préparation du cas en vue de l'audience. L'AGC donne son opinion sur l'état de préparation à la liberté sous condition du délinquant et formule une recommandation précise en faveur de l'octroi ou du refus de la mise en liberté.

Au cours de chaque audience, nous examinons les faits saillants de la vie criminelle du délinquant et nous questionnons celui-ci sur ses antécédents et sur ses plans d'avenir. Il est essentiel de pouvoir déterminer si des changements se sont produits chez le délinquant, si ces changements sont suffisants pour donner à penser qu'il est prêt à purger le reste de sa peine dans la collectivité sous la surveillance d'un agent de libération conditionnelle, et si le risque qu'il récidive une fois revenu dans la collectivité n'est plus très élevé.

Lorsque nous avons épuisé nos questions et que nous nous sommes assurés de tous les faits pertinents, nous, c'est-à-dire les deux commissaires, demandons au délinquant et aux autres personnes présentes de quitter la salle d'audience. C'est alors, après en avoir délibéré, que nous prenons notre décision définitive quant à l'octroi ou au refus de la mise en liberté.

C'est une lourde responsabilité, qui donne à réfléchir, que de décider de la liberté d'un autre être humain. Savoir que l'on peut mettre en liberté quelqu'un qui va récidiver, et penser aux conséquences que cela peut avoir, voilà également de quoi faire réfléchir. Peser tous les arguments pour et contre n'est pas facile et, comme je l'ai déjà dit, il n'existe pas de garantie absolue lorsqu'il s'agit de comportement humain. Cependant, j'ai pour tâche de rendre de telles décisions et je dois en rendre chaque jour. Mon souci primordial est toujours la protection de la société.

La décision rendue ainsi que les motifs de celle-ci sont immédiatement communiqués verbalement au délinquant, que l'on a fait revenir dans la salle d'audience ainsi que les autres assistants.

Aujourd'hui, nous décidons d'accorder la libération conditionnelle totale à deux des six délinquants qui ont comparu aux audiences, et la semi-liberté à un troisième. Nous refusons la mise en liberté à trois délinquants, en leur déclarant que nous ne les estimons pas encore prêts à se réinsérer dans la société.

Le premier délinquant auquel nous avons accordé la libération conditionnelle est un homme de 32 ans. Il a été condamné à quatre ans d'emprisonnement pour une série de vols avec effraction qu'il a commis pour se procurer la drogue dont il ne pouvait se passer. Depuis son admission à l'établissement de Springhill, il a suivi un cours de formation de base et passé le Test de connaissances générales; il a aussi suivi un programme intensif pour toxicomanes; enfin, un emploi l'attend dans sa collectivité d'origine où il compte vivre avec sa conjointe de fait et ses deux enfants qui appuient fortement son retour au foyer. Durant toute sa période de surveillance, il sera tenu de s'abstenir de consommer des drogues ou de l'alcool.

Le deuxième est un jeune homme de 25 ans purgeant une peine d'emprisonnement de trois ans et demi qui lui a été infligée pour avoir vendu de la drogue à un agent de la GRC en civil. Il n'avait pas d'antécédents d'infractions et son activité criminelle avait pour but de se procurer rapidement les moyens nécessaires à un genre de vie que ne lui permettait pas son salaire de manœuvre. Les policiers de sa collectivité d'origine ne sont pas opposés à son retour là-bas, pourvu qu'il soit surveillé de près et qu'il sache que la police gardera l'œil sur lui. Il a aussi l'appui de son ancien employeur, qui tient un emploi à sa disposition, et il peut vivre chez ses parents qui ne l'ont jamais abandonné.

Nous avons refusé la libération à un délinquant de 20 ans qui purge une peine de deux ans seulement mais qui a commis des voies de fait graves à l'encontre de deux personnes. Ce délinquant à des antécédents d'agression remontant à l'adolescence et il ne nous a pas convaincus qu'il était prêt à assumer la responsabilité de son comportement, ni à prendre les mesures nécessaires pour régler ses problèmes de colère. Notre second refus concernait un récidiviste de 27 ans incarcéré pour une série d'infractions contre les biens et qui a manqué aux conditions d'une libération antérieure. Ce délinquant n'a rien fait pour venir à bout de ses problèmes de toxicomanie et il ne dispose d'aucun appui dans la collectivité.

Nous avons décidé de ne pas mettre en liberté un autre délinquant qui purge une peine qui lui a été infligée pour des infractions relatives à la drogue et pour violence conjugale. Il a aussi été reconnu coupable de voies de fait causant des lésions corporelles. C'est sa deuxième incarcération dans un pénitencier fédéral et, bien qu'il ait suivi quelques programmes pour régler ses problèmes, nous estimons qu'il a besoin de passer plus de temps en incarcération et de suivre encore des programmes avant qu'on puisse lui octroyer une libération sous condition.

Notre travail à l'établissement se termine. Il est et un trajet de en voiture nous attend encore pour retourner à Moncton. Lorsque je repense à la journée qui vient de s'écouler, je pense pouvoir dire que j'ai été équitable dans mon évaluation du risque posé par les délinquants dont j'ai examiné le cas, et équitable aussi envers les collectivités où ils vont retourner.

Cependant, vous vous faites toujours du souci au sujet de ceux que vous avez remis en liberté, et lorsqu'on annonce aux nouvelles qu'une infraction a été commise à un certain endroit, vous priez pour que personne n'ait été blessé et pour que l'infraction n'ait pas été commise par quelqu'un à qui vous avez accordé la mise en liberté. Mais je sais que cela fait partie du travail de commissaire si bons que soient les instruments d'évaluattion du risque, rien n'est garanti.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :