Une nouvelle mesure d’exemption d’intérêts fournira une aide essentielle aux bénéficiaires d’un prêt d’études canadien en congé parental ou en congé de maladie

Communiqué de presse

Plus de 7 000 emprunteurs en profiteront chaque année

Le 7 octobre 2020              Gatineau (Québec)              Emploi et Développement social Canada

Soutenir les étudiants et les jeunes Canadiens est l’un des investissements les plus importants qu’un gouvernement puisse faire pour assurer une économie plus prospère et un avenir meilleur. Cela n’a jamais été aussi vrai qu’aujourd’hui, alors que les jeunes Canadiens sont durement touchés par la pandémie de COVID-19, leurs emplois d’été et leurs stages ayant été annulés ou modifiés et leurs études étant source d’incertitude.

La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough, a souligné aujourd’hui une nouvelle mesure pour aider les étudiants emprunteurs à gérer le fardeau financier auquel ils peuvent faire face lorsqu’ils interrompent temporairement leurs études pour des raisons parentales ou médicales, y compris pour des raisons de santé mentale. Cette mesure, annoncée dans le budget de 2019, est entrée en vigueur le 1
er octobre 2020. Les emprunteurs dont la demande est approuvée en vertu de cette nouvelle mesure bénéficieront d’une suspension des remboursements et des intérêts de leur prêt d’études canadien pendant six mois. La période de suspension peut être prolongée pour atteindre un maximum de 18 mois au total.

Pour être admissibles à un congé pour raisons médicales ou à un congé parental, les emprunteurs doivent :

  • au moment de faire la demande, être inscrits à temps plein ou à temps partiel à un programme d’études ou être dans la période de non‑remboursement de six mois suivant leurs études;
  • présenter leur demande de congé de maladie ou de congé parental dans les six mois suivant la fin de la plus récente période d’études et au plus tard 12 mois après avoir éprouvé un problème médical ou avoir eu un enfant;
  • avoir pris un congé d’études pour des raisons médicales ou parentales à compter du 1er octobre 2020;
  • avoir commencé depuis au moins 30 jours civils une nouvelle période d’études confirmée suivant tout autre congé de maladie ou congé parental antérieur.


Cette mesure offrira un répit crucial et opportun aux étudiants devant surmonter des problèmes de santé physique ou mentale qui peuvent entraver considérablement leur capacité à poursuivre leurs études. De plus, les étudiants qui viennent d’avoir un enfant ou qui jouent depuis peu le rôle de tuteur d’un enfant pourraient avoir besoin d’un congé parental prolongé en raison d’incertitudes concernant l’accès à des services de garde ou d’inquiétudes liées au risque d’infection chez les fournisseurs de services de garde.

Les étudiants méritent de terminer leurs études et de se bâtir un brillant avenir, et cette mesure leur permet justement de continuer à avoir accès aux outils et aux possibilités dont ils ont besoin pour y parvenir.

Citations

« Les étudiants méritent une chance juste et égale de réussir leurs études, peu importe leur situation familiale ou leur état de santé. Grâce à cette mesure, nous espérons leur apporter la tranquillité d’esprit en leur donnant le soutien dont ils ont besoin pour se concentrer sur les événements importants de leur vie plutôt que sur leur dette. Nous savons que continuer à investir dans nos étudiants et nos jeunes aujourd’hui est vital pour notre avenir et pour rebâtir une économie prospère. »

– La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough

Faits en bref

  • Lorsqu’une demande de congé pour raisons médiales ou de congé parental est approuvée pour un étudiant à temps partiel qui détient à la fois un prêt d’études canadien à temps partiel et à temps plein, seuls les prêts à temps partiel de l’étudiant sont suspendus. Les paiements et les intérêts continueront sur ses prêts à temps plein.

  • Le gouvernement a augmenté l’aide sous forme de bourses et de prêts pour l’année scolaire 2020-2021 afin de permettre aux étudiants aux prises avec des difficultés financières d’avoir accès aux études postsecondaires et d’avoir les moyens de les payer cette année. Ces changements permettent notamment :

    • de doubler le montant des bourses d’études canadiennes, qui peut atteindre 6 000 $ pour les étudiants à temps plein et 3 600 $ pour les étudiants à temps partiel, et de doubler le montant des bourses d’études canadiennes pour les étudiants ayant une invalidité permanente et les étudiants ayant des personnes à charge;
    • d’élargir l’admissibilité à l’aide financière aux étudiants en éliminant du calcul les contributions de l’étudiant et de son conjoint prévues pour l’année scolaire 2020-2021;
    • de majorer le plafond hebdomadaire des prêts d’études canadiens pour qu’il passe de 210 $ à 350 $. 
  • Voici d’autres mesures de soutien du gouvernement du Canada visant à aider les jeunes Canadiens et les étudiants touchés par la pandémie de COVID-19 :

    • un financement bonifié pouvant atteindre 187,7 millions de dollars pour la Stratégie emploi et compétences jeunesse afin de créer 9 500 possibilités d’emploi additionnelles pour les jeunes Canadiens, particulièrement ceux qui font face à des obstacles à l’emploi;
    • un financement supplémentaire de 61,7 millions de dollars pour le programme Emplois d’été Canada afin d’élargir la cible actuelle, la faisant passer de 70 000 à plus de 80 000 emplois pour les jeunes de 15 à 30 ans. À ce jour, plus de 84 500 emplois ont été approuvés et des milliers de possibilités sont actuellement offertes sur le site www.guichetemplois.gc.ca;
    • un financement accru de 266,1 millions de dollars pour le Programme de stages pratiques pour étudiants afin de financer jusqu’à 40 000 stages de travail pour des étudiants de niveau postsecondaire dans des secteurs essentiels comme les soins de santé;
    • un moratoire de six mois sans frais d’intérêts sur le remboursement des prêts d’études canadiens, ce qui a permis d’offrir un allègement à plus de 1 million d’emprunteurs en cours de remboursement.

Liens connexes

Personnes-ressources

Pour les demandes des médias, veuillez contacter :
Marielle Hossack
Attachée de presse
Cabinet de Carla Qualtrough
Ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées
819-654-5552
marielle.hossack@hrsdc-rhdcc.gc.ca


Bureau des relations avec les médias
Emploi et Développement social Canada
819-994-5559
media@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Suivez‑nous sur Twitter

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :