Aperçu du programme de baguage des oiseaux

Le baguage des oiseaux est l’un des outils de recherche les plus communs et les plus importants des ornithologues. Il fournit des données essentielles qui contribuent à l’enrichissement des connaissances scientifiques sur les oiseaux et leurs habitats. Les bagues permettent d’identifier individuellement les oiseaux et ainsi de mieux les suivre dans leurs voies migratoires et vers leurs sites de reproduction et aires d’hivernage. Lorsque vous signalez la présence d’un oiseau bagué, vous contribuez directement aux efforts de conservation.

Ce qu’il faut savoir sur le baguage des oiseaux

En moyenne, chaque année, on bague 340 000 oiseaux au Canada et 1,2 million d’oiseaux dans l’ensemble du Canada et des États-Unis. Au Canada, l’espèce la plus souvent baguée est le Canard colvert (Anas platyrhynchos) : environ 2,3 millions d’individus ont été bagués depuis le lancement du programme au début du 20e siècle. Le Canard colvert est suivi de la Bernache du Canada (Branta canadensis), qui compte environ 840 000 individus bagués. À l’échelle de l’Amérique du Nord, plus de 7 millions de Canards colverts et 4 millions de Bernaches du Canada ont été bagués.

L’étude par le baguage des oiseaux permet :

  • de suivre les populations d’oiseaux et les taux de survie;
  • de surveiller la santé des écosystèmes;
  • d’établir des règlements relatifs à la chasse des oiseaux;
  • de suivre les espèces en péril;
  • de tenir des registres de longévité.

Par exemple, le record de longévité du Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris) est de 9 ans et 2 mois; celui du Pic mineur (Picoides pubescens), de 11 ans et 11 mois; celui du Merle d’Amérique (Turdus migratorius), de 13 ans et 11 mois; celui du Canard colvert, de 27 ans et 7 mois; celui du Grand-duc d’Amérique (Bubo virginianus), de 28 ans; celui de la Tourterelle triste (Zenaida macroura), de 30 ans et 4 mois!

Atlas des oiseaux bagués ou repris au Canada

Une série d’atlas avec les résultats de baguage d’oiseaux de 1921 à 1995 pour les oiseaux outre que la sauvagine. Les cartes sont utiles pour comprendre les routes de migrations pour beaucoup d’espèces en Amérique du Nord.

Types de marqueurs

Les chercheurs qui étudient les oiseaux peuvent aussi ajouter d’autres types de marqueurs qui les permettent d’identifier les oiseaux sur le terrain sans qu’il soit nécessaire de les recapturer. Les diverses combinaisons de couleurs et de codes alphanumériques peuvent être lues à distance au moyen de jumelles ou d’un télescope d’observation. Différents types de marqueurs sont utilisés selon l’espèce, son comportement et les renseignements requis. Les bagues ne pèsent qu’une fraction du poids d’un oiseau pour ne pas gêner ses mouvements. Par conséquent, les chercheurs doivent suivre des protocoles précis testés et révisés au fil des ans pour limiter tout dommage ou obstacle potentiel.

Une petite bague métallique dotée d’un numéro unique est placée sur la patte d’un oiseau; chacun de ses signalements permettra de reconstituer ses déplacements. Les oiseaux peuvent porter les marqueurs suivants :

  • des colliers, qui sont utilisés pour marquer les oies et cygnes et qui sont assez grands pour être facilement lus à distance au moyen de jumelles ou d’un télescope d’observation;
  • des marqueurs alaires, qui sont utilisés pour suivre les vautours, les aigles, les cygnes, les corbeaux, les corneilles et les hérons, et qui sont généralement visibles lorsque les oiseaux sont en vol ou perchés;
  • des bagues-drapeaux posées sur les pattes, qui sont utilisées pour marquer les oiseaux de rivage (limicoles), qui dépassent de la patte et qui sont souvent dotées d’un code pouvant être lu à distance;
  • des bagues de différentes couleurs posées sur les pattes, qui sont utilisées pour tous les types d’oiseaux afin d’identifier les individus ou d’indiquer leur âge ou s’ils sont associés à un emplacement précis ou à un projet spécifique;
  • des enregistreurs de données, des transmetteurs et d’autres marqueurs électroniques qui enregistrent des données propres à l’emplacement, qui peuvent être transmises directement au chercheur ou que ce dernier peut télécharger.

Ces marqueurs fournissent des renseignements généraux et précis sur les déplacements et les habitudes migratoires de chaque individu, et permettent d’améliorer très rapidement notre compréhension des déplacements des oiseaux à l’échelle mondiale.

Permis

Le baguage d’oiseaux est une technique scientifique qui nécessite de l’expertise et des compétences habituellement acquises au fil de nombreuses années d’études et d’expérience sur le terrain. Pour participer aux activités de baguage des oiseaux, il faut présenter une demande de permis scientifique pour la capture et le baguage des oiseaux. En général, les titulaires de permis de baguage sont des ornithologues professionnels, des biologistes, des techniciens de la faune ou des ornithologues amateurs qui entreprennent des études spécialisées.

Les personnes qui s’intéressent au baguage d’oiseaux débutent en tant que bagueurs bénévoles ou étudiants supervisés et formés par un titulaire de permis expérimenté. Dès qu’elles ont acquis les compétences nécessaires et démontré leur savoir-faire en matière de gestion de données, de capture et de manipulation responsables, d’identification des oiseaux, de baguage et de détermination de l’âge et du sexe des oiseaux, elles peuvent présenter une demande de sous-permis afin de travailler sur un projet spécifique.

Le Bureau canadien de baguage des oiseaux, situé à Ottawa, délivre des permis scientifiques de capture et de baguage d’oiseaux migrateurs au Canada, en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. Les bagueurs des États-Unis et des autres pays qui veulent baguer des oiseaux migrateurs au Canada doivent également détenir un permis.

Programme nord-américain de baguage des oiseaux

Chaque année, plus d’un million d’oiseaux sont bagués aux États-Unis et au Canada, mais seulement quelque dix pour cent des bagues des oiseaux considérés comme gibier (et moins de un pour cent des bagues des oiseaux chanteurs) sont récupérées. Votre contribution est importante!

Le Bureau de baguage des oiseaux du Canada et le Bird Banding Laboratory [seulement en anglais] aux États-Unis administrent conjointement le Programme nord-américain de baguage des oiseaux. Ce programme repose sur le signalement ou la récupération de bagues et d’autres marqueurs d’oiseaux par le public. Les données recueillies permettent aux scientifiques et aux chercheurs de comprendre, de surveiller et de conserver les populations d’oiseaux migrateurs. Le Bureau de baguage des oiseaux assure également le suivi et la publication des registres de longévité pour chaque espèce d’oiseau en Amérique du Nord. Ce registre se trouve sur le site Web du Bird Banding Laboratory de l’USGS [seulement en anglais].

Signaler la présence d’un oiseau bagué

Si vous voyez un oiseau bagué, vous pouvez le signaler en ligne ou appeler le numéro sans frais 1-800-327-BAND (2263) pour laisser un message. Voir la page Signalement des oiseaux bagués pour plus de détails.

Contactez-nous

Bureau de baguage des oiseaux
Centre national de la recherche faunique
Environnement et Changement climatique Canada
Université Carleton
1125, promenade Colonel By (chemin Raven)
Ottawa ON K1A 0H3
Canada

Courriel : ec.bbo.ec@canada.ca
Téléphone : 613-998-0524

Si vous possédez un numéro de permis, veuillez l’indiquer clairement dans l’objet de tous les courriels ainsi que votre demande (p. ex. : 12345 Modification de permis).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :