Utilisation de l’Inventaire national des rejets de polluants dans la recherche environnementale.

Contexte

Depuis 1993, l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP) est le registre canadien légiféré des polluants déclarés par les entreprises, établissements et autres entités à travers le Canada. Les données sont accessibles au public et elles comprennent de l’information sur les polluants rejetés dans l’air, l’eau et le sol, ainsi que les polluants éliminés et transférés. Ces données aident les divers paliers gouvernementaux à établir les priorités en matière de gestion environnementale et de santé publique, ainsi qu’à informer les Canadiens sur les rejets de polluants.

La présente fiche d’information résume l’examen de la portée de l’utilisation de l’INRP dans la recherche environnementale (disponible uniquement en anglais) réalisé afin de mieux comprendre les futures possibilités d’utilisation des données de l’INRP dans les domaines de recherche d’intérêt. Vous pouvez accéder à la version française de l’article en faisant une demande à l’adresse de courriel suivante : inrp-npri@ec.gc.ca. Cette fiche dresse un portrait de l’utilisation de l’INRP dans la recherche environnementale, plus particulièrement liée à la documentation revue par les pairs, depuis le début de la création du programme jusqu’en 2019.

La méthode utilisée derrière la réalisation de cette revue de littérature est basée sur certains critères de sélection des articles de recherche, c’est-à-dire que les articles devaient :

Ensuite, les articles correspondant à ces critères ont été filtrés de manière à sélectionner 225 articles pertinents qui utilisaient substantiellement les informations de l’INRP, lesquels ont été analysés pour l’examen de la portée en question.

Bref historique de l’utilisation de l’INRP dans la recherche environnementale

L’analyse du nombre d’articles par année de publication montre que la recherche liée à l’INRP est apparue dans la documentation en 1997, trois ans après la publication du premier ensemble de données de l’INRP. Le taux annuel de publication d’article est demeuré assez faible jusqu’en 2002, soit moins de quatre articles par année. Par la suite, la tendance s’est renversée et le nombre annuel de publications liées à l’INRP a atteint son sommet en 2019 où 31 articles ont été publiés. L’anglais était la langue la plus utilisée parmi les articles publiés. L’analyse révèle aussi que les articles liés à l’INRP ont été publiés dans 90 revues à comité de lecture, c’est-à-dire que ces ouvrages ont d’abord été évalués par les pairs universitaires afin de limiter les risques d’erreurs avant leur publication.

Graphique représentant le nombre annuel d’articles de recherche utilisant l’INRP.
Description longue

Graphique représentant le nombre annuel d’articles de recherche utilisant l’INRP.

Ce graphique est tiré de l’examen de la portée de l’utilisation de l’INRP dans la recherche (disponible uniquement en anglais) et est disponible en format interactif.

Graphique représentant le nombre d’articles de recherche utilisant l’INRP selon la revue à comité de lecture dans laquelle ils sont publiés.
Description longue

Graphique représentant le nombre d’articles de recherche utilisant l’INRP selon la revue à comité de lecture dans laquelle ils sont publiés.

Ce graphique est tiré de l’examen de la portée de l’utilisation de l’INRP dans la recherche (disponible uniquement en anglais) et est disponible en format interactif.

Les résultats de l’examen de la portée ont montré que l’INRP est une source de données de plus en plus utilisée pour la recherche dans divers domaines d’étude passant de la surveillance environnementale aux questions socioéconomiques.

La tendance à la hausse des publications d’articles liés à l’INRP coïncide avec les modifications des exigences de déclaration à l’INRP. Par exemple :

Pour en apprendre plus sur l’historique des exigences en matière de déclaration à l’INRP, visitez l’historique des exigences en matière de déclaration de l’INRP.

Outre les changements au niveau des exigences de déclaration, d’autres facteurs ont pu jouer un rôle dans l’augmentation de l’utilisation de l’INRP dans la recherche, y compris :

Données de l’INRP utilisées dans la recherche

Pour plus d’informations sur l’utilisation des données de l’INRP dans la recherche, les figures présentées sont disponibles en ligne en format interactif.

Compartiments environnementaux de l’INRP

L’INRP recueille un grand nombre de données sur les rejets de polluants qui sont catégorisées en différents compartiments environnementaux. Les divers compartiments environnementaux des données de l’INRP sont :

Infographie montrant l’information de l’industrie recueillie par l’INRP catégorisée en compartiments environnementaux.
Description longue

Infographie montrant l’information de l’industrie recueillie par l’INRP catégorisée en compartiments environnementaux.

Le principal compartiment environnemental étudié est celui des rejets de polluants dans l’air représentant 89% des articles. Les autres articles (11%) utilisent les données sur les polluants rejetés dans l’eau et le sol, puis les données des éliminations sur place. Quelques articles (3%) ont utilisé l’ensemble des données de l’INRP. Par contre, aucune étude n’a utilisé les données sur les transferts hors site.

Graphique représentant le nombre d’articles de recherche utilisant l’INRP publiés selon le compartiment environnemental de l’INRP étudié.
Description longue

Graphique représentant le nombre d’articles de recherche utilisant l’INRP publiés selon le compartiment environnemental de l’INRP étudié.

Ce graphique est tiré de l’examen de la portée de l’utilisation de l’INRP dans la recherche (disponible uniquement en anglais) et est disponible en format interactif.

Substances suivies par l’INRP

Un autre aspect distinguant les études examinées est lié aux différentes substances recueillies par l’INRP. Parmi celles-ci, les PCA, tels que les composés organiques volatils, les oxydes de soufre et les oxydes d’azote, figurent parmi les substances les plus étudiées. Les métaux (par exemple, le mercure), les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les substances organiques, les dioxines et les furanes polychlorés, et l’hexachlorobenzène (HCB) sont aussi des substances qui ont été examinées de manière plus approfondie.

Graphique représentant la proportion des groupes de substances étudiés parmi les articles de recherche utilisant l’INRP.
Description longue

Graphique représentant la proportion des groupes de substances étudiés parmi les articles de recherche utilisant l’INRP.

Ce graphique est tiré de l’examen de la portée de l’utilisation de l’INRP dans la recherche (disponible uniquement en anglais) et est disponible en format interactif.

Formats des données de l’INRP

Les données de l’INRP sont accessibles en ligne et sont publiées en divers formats :

Les données annuelles de l’INRP (des tableaux de données pour une année) étaient principalement utilisées avant 2012. Par la suite, des séries chronologiques plus longues de données de l’INRP étaient plus couramment utilisées (par exemple, de cinq à quinze ans). Les données de 2005 à 2010 et les données de 2013 ont été les plus souvent utilisées, précisément dans 65 articles.

Graphique représentant le nombre annuel d’articles utilisant l’INRP selon les années des données de l’INRP utilisées.
Description longue

Graphique représentant le nombre annuel d’articles utilisant l’INRP selon les années des données de l’INRP utilisées.

Ce graphique est tiré de l’examen de la portée de l’utilisation de l’INRP dans la recherche (disponible uniquement en anglais)

Utilisateurs des données de l'INRP en recherche

Carte représentant l’emplacement des auteurs des articles utilisant l’INRP.
Description longue

Carte représentant l’emplacement des auteurs des articles utilisant l’INRP.

Graphique représentant le nombre d’auteurs selon le type d’affiliation.

Ce graphique est tiré de l’examen de la portée de l’utilisation de l’INRP dans la recherche (disponible uniquement en anglais) et est disponible en format interactif.

 

Les articles révisés par les pairs sélectionnés incluent plus de 800 auteurs et coauteurs dont la majorité était affiliée à des universités, ainsi qu’au gouvernement du Canada et au gouvernement des États-Unis.

Les universités canadiennes, telles que l’Université de l’Alberta, l’Université de Toronto, l’Université de la Colombie-Britannique et l’Université de McGill, représentaient 38% des publications associées aux universités, soit plus de 480 auteurs. Un total de 40 établissements d’enseignement postsecondaire au Canada étaient représentés dans les études liées à l’INRP. Les programmes d’étude étaient dans le domaine du génie, de la biologie, de la chimie, des sciences de la santé, de la médecine, des sciences environnementales, de la géographie et de la foresterie.

Les représentants du gouvernement du Canada et du gouvernement des États-Unis ont aussi été prolifiques. Par exemple, Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) et l’Environmental Protection Agency des États-Unis comprennent le plus grand nombre d’auteurs, soit 185 chercheurs contribuant à un total de 81 articles publiés. Une partie de ces auteurs était affiliée à :

Les publications récentes révèlent que l’intérêt envers l’INRP est à la hausse, particulièrement pour les universités, les gouvernements fédéraux et les organisations internationales du Mexique, de l’Europe et de l’Asie. La portée locale et mondiale de l’INRP semble aussi augmenter en raison de l’élargissement des thèmes d’étude et des affiliations d’auteurs. Par exemple, en passant d’un petit groupe d’universités et de scientifiques du gouvernement du Canada à un large éventail de chercheurs, y compris ceux d’hôpitaux, d’organisations non gouvernementales, de groupes autochtones et d’organisations internationales.

Des figures interactives sont disponibles en ligne pour plus de détails sur les auteurs utilisant les données de l’INRP dans la recherche.

Les thèmes de recherche liés à l’INRP

 

Figure représentant la proportion des thèmes d’étude retrouvés parmi les articles utilisés dans cet examen de la portée.
Description longue

Figure représentant la proportion des thèmes d’étude retrouvés parmi les articles utilisés dans cet examen de la portée.

Ce graphique est tiré de l’examen de la portée de l’utilisation de l’INRP dans la recherche (disponible uniquement en anglais) et est disponible en format interactif.

Le thème de recherche environnementale le plus populaire est celui des analyses géospatiales, représentant plus de 80% des études analysées dans cet examen de la portée. Par exemple, l’information géospatiale de l’INRP a été utilisée pour :

Le thème de la surveillance environnementale était présent dans plus de 60% des études examinées et il était souvent lié au thème des analyses géospatiales, y compris les observations sur place et par satellite. Entre autres, certaines des études utilisant les données de l’INRP sous l’angle de la surveillance environnementale s’intéressaient à :

Un autre thème dominant (39%) était la modélisation prédictive en intégrant les données de l’INRP à de multiples sources d’information dans des modèles prédictifs pour ainsi obtenir une variété de résultats en matière d’environnement et de santé humaine. Ce thème coïncidait souvent avec les deux thèmes précédents. Des exemples d’études sont :

Environ le tiers des études (34%) relevaient du thème des études sur des secteurs industriels particuliers, dont la majorité portait sur les sables bitumineux de l’Athabasca.

Les autres thèmes de recherche identifiés sont :

Des figures interactives sont disponibles en ligne pour plus de détails sur les thèmes de recherche et les articles scientifiques identifiés dans l’examen de la portée.

Avantages et limites

D’un côté, l’utilisation de l’INRP dans la recherche apporte plusieurs avantages, tels que :

D’un autre côté, la documentation examinée mentionnait certains aspects limitatifs à considérer lors de l’utilisation de l’INRP dans la recherche environnementale, souvent en lien avec la qualité des données et l’exhaustivité de l’inventaire. Par exemple :

Ces considérations sont importantes à prendre en compte lors de l’utilisation de l’INRP dans la recherche. Celles-ci sont également considérées par l’INRP afin de continuellement apporter des améliorations au programme. Par exemple, depuis le début de la création de l’inventaire, de nombreuses modifications lui ont été apportées afin d’accroitre l’exhaustivité de la liste de substances et d’augmenter le niveau de détail des seuils de déclaration. Malgré l’augmentation de la complexité d’interprétation des données en raison des nombreux changements, ces derniers ont davantage contribué à augmenter l’intérêt des utilisateurs tel que révélé par les résultats de l’examen de la portée.

Pour en apprendre plus sur les considérations à tenir compte pour vos analyses, visitez le guide de l’utilisation et de l’interprétation des données de l’INRP.

Vous pouvez communiquer avec nous pour toutes questions ou propositions de changement via l’adresse de courriel suivante : inrp-npri@ec.gc.ca.

Futures recherches environnementales liées à l’INRP

Les résultats ont montré que certaines données de l’INRP sont sous-utilisées dans la recherche environnementale. Ainsi, de nouveaux sujets de recherche potentiels avec les données de l’INRP pourraient être envisagés. Par exemple :

Une analyse plus approfondie de ces données pourrait s’avérer utile afin de mieux comprendre comment améliorer ces données pour les utilisateurs.

L’analyse a aussi soulevé d’autres opportunités de projets d’intérêt, tels que :

Ce que vous pouvez faire dès maintenant

L’INRP vise à promouvoir un plus grand nombre d’utilisateurs de données. Vous pouvez contribuer à améliorer le programme en nous partageant vos idées au inrp-npri@ec.gc.ca ou en collaborant pour mettre en place des initiatives de sensibilisation et de promotion de l’INRP. L’INRP encourage aussi l’utilisation de ses données par un plus grand nombre d’établissements d’enseignement avec le Défi académique de l’INRP, soit une opportunité de mentorat pour les étudiants avec les experts en données sur les polluants d’ECCC.

Pour en savoir plus, visitez notre page intitulée  “Inventaire national des rejets de polluants – Partenariat et collaboration - Canada.ca”.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :