Financement de projets pour la permanence : Soutien aux initiatives de conservation dirigées par les Autochtones

Leadership autochtone en matière de conservation

Les peuples autochtones veillent à la préservation des terres et des eaux au Canada depuis des temps immémoriaux. Dans leur vision du monde, les Premières Nations, les Inuits et les Métis entretiennent des relations uniques avec la nature. La gestion responsable est plus qu’une simple bonne pratique, c’est un mode de vie lié à l’identité culturelle.

En travaillant ensemble, nous aidons les peuples autochtones à protéger davantage la nature dans tout le pays. Nous faisons progresser la réconciliation tout en veillant à ce que le monde que nous laisserons aux générations à venir soit sain et sécuritaire.

Modèle innovant de conservation à long terme

En décembre 2022, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé 800 millions de dollars pour soutenir jusqu’à quatre initiatives de conservation dirigées par les Autochtones. Cette annonce a eu lieu lors de la 15e Conférence des Parties (COP15) de la Convention sur la diversité biologique.

L’investissement repose sur un modèle innovant nommé « financement de projets pour la permanence ». C’est un modèle qui vise à mobiliser des fonds publics et privés pour soutenir la conservation à long terme et à grande échelle. Il rassemble des partenaires issus des gouvernements et, des communautés autochtones, d’autres ordres de gouvernements et de la communauté philanthropique. Dès le départ, les partenaires travaillent ensemble pour :

Ce modèle permet aux partenaires de contribuer à la réalisation d’une initiative de conservation à long terme en y apportant leur expérience, leur expertise ou du financement. Ce modèle appuiera :

Le modèle en question reflète de nombreux objectifs du Cadre mondial de la biodiversité de Kunming à Montréal, notamment l’engagement :

De telles initiatives contribueront largement à la réalisation des objectifs du Canada, à savoir conserver 30 p. 100 des terres et des océans d’ici 2030. Le tout se fera dans le respect des cultures, des connaissances traditionnelles et des droits des peuples autochtones sur les terres, les territoires et les ressources.

Exemple : La forêt pluviale du Grand Ours

La forêt pluviale du Grand Ours est le premier projet pour la permanence au Canada et a été le premier au monde. Dirigé par des communautés autochtones, des groupes environnementaux et des organisations philanthropiques, le projet vise 6,4 millions d’hectares sur la côte nord et centrale de la Colombie-Britannique. C’est l’équivalent de la superficie de l’Irlande. L’accord de 2007 comprend un financement de 120 millions de dollars. Les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique ont contribué chacun 30 millions de dollars, et les particuliers et les fondations privées, 60 millions de dollars.

Coast Funds, un administrateur de fonds sans lien de dépendance, gère les fonds pour soutenir des initiatives de conservation et de développement durable dirigées par les Autochtones. Depuis 2007, le partenariat s’est élargi à d’autres gouvernements et communautés autochtones, ainsi qu’à des organisations philanthropiques. C’est ainsi qu’ont été générés 296,8 millions de dollars d’investissements supplémentaires. C’est donc un investissement total de 404 millions de dollars qui a été réalisé à ce jour pour des projets dirigés par les Autochtones dans la région.

Coast Funds supervise un fonds de dotation pour la conservation et un fonds pour le développement économique. Le premier permet d’adopter une approche à long terme pour soutenir à perpétuité la capacité d’intendance des Premières Nations dans la forêt pluviale du Grand Ours. Le deuxième sert à investir dans les occasions d’affaires relevant des Premières Nations, le développement durable et le bien-être des communautés.

Cette fructueuse initiative de financement de projets pour la permanence a également permis aux Premières Nations d’utiliser ces investissements pour acquérir, développer et créer 123 entreprises locales. Le tout a conduit à la création de 1 253 nouveaux emplois permanents. Plus de 960 d’entre eux sont occupés par des membres de communautés des Premières Nations.

Contribution aux objectifs de conservation du Canada

En raison des changements climatiques et de l’appauvrissement de la biodiversité, les gouvernements et les partenaires ont redoublé d’efforts pour protéger, gérer et améliorer les milieux naturels. Tout le monde doit travailler ensemble afin d’atteindre l’objectif ambitieux de protéger 30 p. 100 des terres et des océans d’ici 2030.

La collaboration de toutes les instances est nécessaire pour établir, faire reconnaître et gérer les aires protégées et de conservation. En unissant leurs efforts, les partenaires contribuent à ce que les aires atteignent leur plein potentiel, et ils veillent à ce qu’elles soient :

En l’absence de sources de financement et d’engagements permanents, ces aires sont exposées à des pressions et à des menaces constantes. Celles-ci nuisent au maintien des écosystèmes, de la biodiversité et des ressources précieuses dont dépendent les communautés. Le but est d’établir de vastes aires protégées et conservation dans tout le pays et d’en assurer la viabilité à long terme. Une fois terminées, ces initiatives pourraient protéger jusqu’à un million de kilomètres carrés supplémentaires.

Emplacements

Les initiatives de financement de projets pour la permanence soutiennent la conservation dirigée par les Autochtones dans quatre zones clés :

Quatre initiatives de financement de projets pour la permanence (FPP) (Voir la description longue plus bas)
Description longue pour Quatre initiatives de financement de projets pour la permanence (FPP)

Carte du Canada indiquant les quatre premières zones susceptibles de faire partie des initiatives de financement de projets pour la permanence, à savoir :

  • les Territoires du Nord-Ouest (en mauve)
  • la biorégion du plateau Nord (en orange)
  • la région de Qikiqtani dans le nord du Nunavut (en bleu)
  • les basses terres de la baie d’Hudson, l’ouest de la baie d’Hudson et le sud-ouest de la baie James, en Ontario et au Nunavut (en rouge).

Les partenaires reconfirmeront à une date ultérieure les limites réelles du financement de projets pour la permanence.

Liens connexes

Nouvelles

Détails de la page

Date de modification :