Inventaire national des rejets de polluants : sommaire pour les provinces de l'Atlantique, chapitre 3


Comment obtenir de l'information sur l'INRP

Il existe de nombreuses sources d'information supplémentaire sur le rejet et le transfert à l'échelle nationale, provinciale et communautaire des pollutants de l'INRP. En voici quelques unes:

Site Web

Le site contient des renseignements généraux sur l'INRP, des nouvelles sur des activités à venir, les points saillants des consultations des intervenants de même que des liens vers des sites Web pertinents en Amérique du Nord et partout au monde. Il offre également l'accès aux exigences de déclaration actuelles et anciennes de l'INRP, des documents d'orientation et des données téléchargeables.

De plus, le site Web de l'INRP permet à l'utilisateur d'interroger la base de données de l'INRP sur des installations particulières pour l'an 2000 et les années précédentes. Cette capacité d'interrogation interactive permet à l'utilisateur de trouver des données précises à propos d'une installation des résumés informatifs selon une substance, l'emplacement ou le secteur industriel. Une analyse des données et des tendances depuis plusieurs années est disponible sous forme de graphique. Pour y accéder, cliquer sur l'option 'Recherche en ligne des données de l'INRP'.

L'information sur les programmes environnementaux des provinces du Canada atlantique est disponible aux addresses suivantes :

Nouveau-Brunswick :
http://www.gov.nb.ca/elg-egl/

Terre-Neuve et Labrador :
http://www.gov.nf.ca/env

Nouvelle-Écosse :
http://www.gov.ns.ca/enla/

Île-Du-Prince-Édouard :
http://www.gov.pe.ca/fae/

Rapports annuels

Depuis 1993, Environnement Canada publie un rapport annuel des données de l'INRP qui sont déclarées par des installations partout au Canada. Ces rapports renferment de l'information sur les substances répertoriées à l'INRP ainsi que leur rejet dans l'environnement et leur transfert hors-site en vue de l'élimination ou le recyclage. L'information est présentée sur une échelle nationale, avec des résumés des rejets par milieu récepteur, par polluant et par secteur industriel, et est comparée aux données de l'année précédente.

Au printemps 2002, Environnement Canada sortira son sommairee national de l'INRP pour l'an 2000. Ce document renfermera des analyses de contexte et de données qui ne sont pas inclues dans ce sommaire, y compris:

  • des comparaisons de données d'une année à l'autre;
  • des synthèses portant sur les données nationales;
  • un relevé des principales sources des polluants de l'INRP, à l'échelle nationale;
  • une description des répercussions possibles, sur la santé et l'environnement, de certains polluants de l'INRP;
  • des résumés des renseignements quantitatifs sur la prévention de la pollution fournis par les installations; et,
  • des résumés de données extraites d'autres inventaires et d'autres sources de polluants.

Des versions électroniques de rapports et de bases de données déjà publiés sont aussi téléchargeables à partir du site Web de l'INRP ou d'un CD-ROM.

Facteurs à prendre en considération en utilisant les données de l'INRP

Les données de l'INRP offrent au public des relevés annuels des rejets sur site et des transferts hors-site des polluants qui proviennent d'installations situées au Canada. Même si plus de 140 installations issues d'une vaste gamme de secteurs industriels au Canada atlantique produisent une déclaration à l'INRP, l'inventaire ne capte pas toutes les sources d'émission des polluants répertoriés. Par exemple, l'INRP ne comprend pas les rejets de sources mobiles (véhicules et navires) qui contribuent grandement à la diffusion des polluants atmosphériques dangereux répertoriés, comme le benzène.

Les installations qui ne satisfont pas aux critères en raison de leur taille ne sont pas tenues de produire une déclaration à l'INRP. Considérés collectivement, cependant, les rejets de ces sources peuvent représenter la plus grande part de certains polluants de l'INRP. D'autres polluants d'importance, tels que les gaz à effet de serre, les principaux contaminants atmosphériques et de nombreux pesticides ne sont pas, actuellement, répertoriés à l'INRP. Cependant, les principaux contaminants atmosphériques seront ajoutés à l'INRP pour l'année de déclaration 2002.

Les installations doivent, dans leur déclaration, fournir les renseignements auxquels on peut raisonnablement s'attendre qu'elles auront accès. Dans certains cas, les installations surveillent les rejets de certains polluants répertoriés à l'INRP conformément aux exigences de leur permis d'exploitation provincial. Toutefois, dans d'autres cas, elles doivent se fier à d'autres méthodes d'estimation des rejets. En 2000, les installations des provinces de l'Atlantique ont fondé leur déclaration sur des données découlant de procédés de surveillance ou de mesures directes pour 22 p. 100 des rejets déclarés et sur les coefficients d'émission pour les 78 p. 100 restants. Les estimations peuvent être fondées sur les coefficients d'émission standard, sur le calcul du bilan massique ou sur d'autres méthodes d'estimation.

D'autres facteurs doivent être pris en considération avant que l'on puisse évaluer le rendement environnemental de certains secteurs industriels. Il est important de tenir compte de la taille relative de l'installation, de la complexité des procédés et des meilleures technologies disponibles. La plupart des rejets sur site déclarés sont traités selon un système de traitement ou de contrôle avant qu'ils soient rejetés dans l'environnement.

Les installations industrielles qui produisent une déclaration à l'INRP sont régies par les dispositions des permis d'exploitation provinciaux ou par les règlements et codes de bonnes pratiques provinciaux ou fédéraux. Ces permis, ces règlements et ces codes peuvent s'appliquer ou non aux émissions ou aux décharges des polluants de l'INRP.

Risque des polluants de l'INRP

Le classement des rejets et des transferts de polluants de l'INRP par volume, tel qu'illustré aux pages 5 et 6, représente une méthode simple de comparaison des quantités des diverses substances qui pénètrent dans l'environnement ou sont transférées pour traitement ou élimination. Néanmoins, certaines des substances répertoriées à l'INRP représentent une plus grande menace pour la santé humaine et l'environnement que d'autres. Le risque que présente un produit chimique dépend de sa toxicité accidentelle ou intrinsèque autant que du degré d'exposition. Par exemple, même si l'émission de 800 tonnes de méthanol dans l'air est une source de pollution digne d'être signalée, il se peut qu'un tel rejet n'ait pas la même incidence que celui de huit tonnes d'arsenic dans la nappe phréatique. Les deux substances sont dangereuses et leur rejet devrait être traité en conséquence, mais il faut s'attaquer en priorité au rejet d'arsenic en raison de la gravité des risques qu'il fait courir à l'environnement.

La région de l'Atlantique d'Environnement Canada a utilisé une des versions du modèle Chemical Hazard Evaluation for Management Strategies (CHEMS-1), qui sert à évaluer le risque que représentent, pour la santé humaine et l'environnement, les polluants de l'INRP rejetés ou transférés hors site pour élimination. Le modèle CHEMS-1 a été utilisé à des fins similaires pour classer les données du Toxic Release Inventory, l'équivalent américain de l'INRP. On estime que le recours à ce modèle de classement par ordre de priorité est la première étape de l'évaluation des substances. On devra disposer d'un modèle d'analyse quantitative et d'essai de grande précision avant d'être en mesure de tirer des conclusions définitives à propos de la toxicité, des risques et des effets relatifs des polluants de l'INRP.

Quand il s'agit d'évaluer, sur une échelle quantitative, le risque que présente chaque polluant, CHEMS-1 tient compte des facteurs suivants :

  • les effets mortels pouvant résulter de l'inhalation ou de l'ingestion du produit;
  • la cancérogénicité;
  • les effets sur le système nerveux, la croissance et la reproduction;
  • les effets sur les organismes aquatiques; et
  • la persistance et la bioaccumulation.

Une formule est utilisée pour combiner ces facteurs avec les données sur les rejets et l'élimination des polluants de l'INRP en vue de donner aux substances des scores relatifs que l'on classera ensuite par ordre de grandeur.

L'analyse des substances de base de l'INRP pour 1999 révèle que les dix polluants au Canada atlantique classés par ordre décroissant de risque sont: l'arsenic, le nickel, le chrome, le plomb et leurs composés; l'ammoniac, l'acide sulfurique; et le cuivre, la manganèse, le cadmium, le zinc et leurs composés. Au printemps 2002, Environnement Canada publiera le classement par ordre de risque des données de l'INRP pour 2000.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur cette analyse, veuillez consulter le rapport d'évaluation du risque intitulé. Un dépistage de risque des substances de l'inventaire national des rejets de polluants dans les provinces de l'Atlantique, que vous pouvez vous procurer sur le site Web de la section des questions atmosphériques et toxiques de la région de l'Atlantique à l'adresse suivante : www.atl.ec.gc.ca/epb/inrp/air_toxics/index_f.html.

Distribution des rejets et des transferts pour élimination dans les provinces de l'Atlantique

Rejets sur le site

Transferts hors-site pour élimination

Comparaisons par capita - tous polluants (tonnes par 1000 personnes)

Type de rejets National Provinces de l'atlantique
Rejets totaux 11.9 5.8
Rejets dans l'air 4.2 4.3
Rejets dans l'eau 1.3 0.8
Rejets dans le sol 1.1 0.6
Transferts pour élimination 2.6 0.8
Transferts pour recyclage 36.8 11.1
Polluants toxiques ou cancérogènes au sens de la LCPE
Rejets totaux 1.0 0.2

 

Canada 2000 Provinces de l'atlantique
2,402 installations 142 installations
(6% du total national)
Tous les polluants
Rejets totaux:
367,293 tonnes
Rejets totaux:
13,645 tonnes
(4 %)
Rejets dans l'air:
128,658 tonnes
Rejets dans l'air:
10,287 tonnes
(8 %)
Rejets dans l'eau:
40,029 tonnes
Rejets dans l'eau:
1,913 tonnes
(5 %)
Rejets dans le sol:
34,103 tonnes
Rejets dans le sol:
1,444 tonnes
(4 %)
Injections souterraines:
163,764 tones
Injections souterraines:
0 tonnes
(0%)
Transferts pour élimination:
81,267 tonnes
Transferts pour élimination:
1,792 tonnes
(2 %)
Transferts pour recyclage:
1,131,376 tonnes
Transferts pour recyclage:
26,343 tonnes
(2 %)
Transferts pour élimination à destination ou en provenance du reste du Canada (tous les polluants)
Transferts en
provenance des
autres provinces
0.4 tonnes
Transferts à
destination des
autres provinces
545 tonnes
Polluants toxiques ou cancérogènes
Rejets totaux:
32,063 tonnes
Rejets totaux:
470 tonnes
(1 %)
Transferts pour élimination:
12,859 tonnes
Transferts pour élimination:
598 tonnes (5 %)
Transferts pour recyclage:
27,447 tonnes
Transferts pour recyclage:
1,026 tonnes
(4 %)

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :