Inventaire national des rejets de polluants : sommaire pour les provinces de l'Atlantique, chapitre 8


Substances de l'INRP

Ce qui suit est un analyse en ordre alphabétique de certaines substances de l'INRP pour offrir plus de détails à propos des rejets sur le site et des transferts hors-site site. Il s'agit de substances qui figurent aux tableaux parce qu'elles sont les plus abondamment rejetées ou transférées, ou bien elles ont diminué ou augmenté considérablement (20 %) comparativement à 1999.

Acétaldéhyde

Les délcarations de rejets d'acétaldéhyde sont surtout attribuables aux sous-produits des industries des pâtes et papiers et de fabrication des panneaux de grandes particules. L'installation de la société Weyerhaeuser située à Miramichi au Nouveau- Brunswick, estime les émissions atmosphériques d'acétaldéhyde pour l'an 2000 à 70,8 tonnes. Cette substance est fabriquée à l'installation comme sousproduit du séchage du bois. Ce volume représente 46 % du total des rejets d'acétaldéhyde dans les provinces de l'Atlantique.

Acides chlorhydrique et sulfurique

Dans le secteur de la production d'énergie, les acides chlorhydrique et sulfurique se forment à partir des sous-produits gazeux de la combustion des combustibles. Le chlore et le soufre sont des éléments présents à l'état naturel dans le charbon, et le mazout lourd contient généralement du soufre. Le volume d'acide rejeté dépend de la concentration de ces éléments dans le combustible et de la quantité de combustible utilisée.

Plus de 99 % de l'acide hydrochlorique rejetée sur le site est attribuable au secteur de la production d'énergie. La quantité produite en 2000 est 20 % plus élevée qu'en 1999. Cette augmentation est largement attribuable à l'utilisation par les centrales d'énergie d'un combustible à différente composition. En ce qui concerne les transferts hors-site pour le recyclage, la société Irving Oil Limited de Saint John au Nouveau- Brunswick a envoyé 19 044 tonnes d'acide sulfurique à des installations de récupération aux États-Unis.

Ammoniac

On trouve généralement de l'ammoniac dans les décharges des sytèmes de traitement des eaux usées. En 2000, la Bowater Mersey Paper Company située à Liverpool en Nouvelle-Écosse a signalé une diminution de 70 %, comparativement à 1999, des rejets sur le site d'ammoniac. Bowater a attribuée cette diminution à une surveillance étroite du rendement du système de traitement ainsi qu'à de bonnes pratiques de gestion.

Chlore et dioxyde de chlore

Le dioxyde de chlore et le chlore sont utilisés comme réactifs de blanchiment aux usines de pâte des provinces de l'Atlantique. La Fraser Papers (Inc.) Canada située à Edmundston au Nouveau-Brunswick a signalée une diminution de 67 % des rejets atmosphériques de dioxyde de chlore entre 1999 et 2000. Cette diminution est surtout attribuable à l'installation en juin 2000 d'un système de commande réparti. Ce système automatisé a optimisé l'utilisation de produits chimiques.

Dioxines et Furannes

Collectivement, les chambres de combustion des déchets urbains qui se trouvent à Terre-Neuve produisent le plus grand volume de rejets de dioxines/furannes au Canada. La combustion à basse température des déchets dans ces brûleurs produit un volume plus élevé d'émissions de dioxines/ furannes. Les valeurs présentées dans la base de données de l'INRP sont basées sur les facteurs d'émission qui furent tirés d'études sur des chambres de combustion semblables aux États-Unis. À chaque année, un certain nombre de ces chambres de combustion sont fermés à mesure que d'autres méthodes d'élimination des déchets sont créés. Dans le cadre des Standards pan-canadiens (SPC) pour les dioxines et furannes, la plupart de ces incinérateurs seront progressivement éliminés.

Éther méthyltertiobutylique

Plus de 90 % des rejets sur le site de l'éther méthyltertiobutylique qui furent déclarés à l'INRP dans les provinces de l'Atlantique sont attribuables à l'exploitation de la raffinerie North Atlantic Refining Ltd. située à Come-by-Chance à Terre-Neuve.

Les rejets de l'éther méthyltertiobutylique à la raffinerie pendant 2000 est attribuable à des pertes de vapeur dans l'air à partir de réservoirs de stockage. En été 2001, on prévoit une diminution importante des rejets atmosphériques de cette substance puisqu'elle sera entreposée dans un réservoir à toit flottant.

Éthylèneglycol

Plus de 99 % des émissions d'éthylèneglycol déclarées à l'INRP proviennent de son usage dans les aéroports pour dégivrer les aéronefs. Le montant d'éthylèneglycol utilisé fluctue avec les conditions atmosphériques hivernales.

En ce qui concerne le recyclage, la Sable Offshore Energy Inc. a déclaré en l'an 2000 le transfert en vue de la récupération de plus de 5 400 tonnes d'éthylèneglycol de l'usine de la Goldboro Gas située dans le comté Guysborough en Nouvelle-Écosse.

Formaldéhyde

Le formaldéhyde est un gaz incolore. Il sert largement à la fabrication des matériaux de construction et de nombreux produits ménagers y compris les panneaux de particules servant aux supports de revêtement de sol ou aux étagères, les panneaux de fibres servant aux armoires et aux meubles ainsi que les panneaux contreplaqués.

La société Flakeboard Company située à St. Stephen au Nouveau-Brunswick produit environ 65 % des rejets atmosphériques de formaldéhyde. Ce volume est attribuable à l'agrandissement prévu de l'usine dans le but d'augmenter la production des panneaux de fibres. L'entreprise est en train d'essayer divers mécanismes sur site qui visent à réduire les émissions atmosphériques de formaldéhyde. On prévoit une diminution du volume d'émissions atmosphériques de formaldéhyde pour l'avenir.

Ion nitrate en solution

L'ion nitrate en solution se trouve généralement dans les effluents d'eaux usées.

On attribue aux usines de transformation alimentaire du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard 76 % des des rejets d'ion nitrate signalés à l'INRP dans les provinces de l'Atlantique. La qualité des effluents de ces installations est surveillée régulièrement par les entreprises et inspectée par les organismes gouvernementaux.

Mercure (et ses composés)

Dans le secteur de la production d'électricité, le mercure est un élément trace d'origine naturelle qui se trouve dans le charbon. Les cendres résultant de la combustion de ces combustibles renferment des quantités concentrées de mercure. Elles sont enfouies dans des décharges qui sont autorisés et gérées par les gouvernements provinciaux.

Le mercure (et ses composés) fait partie des tableaux illustrant les rejets sur site et les substances ayant des seuils en alternance.

Le mercure est l'objet d'une grande préoccupation au Canada atlantique. Des études en Nouvelle-Écosse indiquent que les huards dans le parc national Kejimkujik ont les niveau les plus élevés de mercure sanguin en Amérique du Nord. Les niveaux de mercure dans de nombreuses espèces de poissons-gibiers en eau douce ont incité le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle- Écosse à émettre des avis de consommation pour ces poissons.

En 2000, la centrale thermique d'Énergie Nouveau-Brunswick à Belledune a envoyé du matériel renfermant 106,5 kg de mercure à une entreprise locale qui s'en est servie pour fabriquer des panneaux muraux. Des cendres volantes provenant de la central qui renfermaient 1,8 kg de mercure ont été transférées à la Trans-Ash Canada située à Fredericton au Nouveau- Brunswick pour qu'elles soient utilisées comme additif dans l'industrie du béton. La quantité restante de cendres volantes contenant du mercure (8,2 kg) qui n'a pu être vendue fut transférée à l'installation d'élimination des déchets solides de Belledune.

Métaux et leurs composés

Une grande partie des métaux et de leurs composés énumérés dans les tableaux des rejets et des transferts sont déclarés par le secteur des centrales électriques. Le zinc, le manganèse, l'arsenic, le nickel, le plomb, le chrome et le cuivre sont des substances de l'INRP trouvées à l'état de trace naturelle dans le charbon. Le nickel, le vanadium et le manganèse sont également présents à l'état de trace dans le mazout lourd. Les cendres provenant de la combustion de l'utilisation de ces combustibles contiennent des concentrations élevées de métaux et elles sont éliminées dans des sites d'enfouissement autorisés et gérés par la province. Dans la plupart des centrales électriques, les sites d'enfouissement sont situés sur les lieux de l'installation, alors qu'à la centrale thermique d'Énergie Nouveau-Brunswick à Belledune, la cendre est transférée à une décharge aménagée à l'extérieur.

Les métaux tels que le manganèse, le zinc, le nickel et le plomb sont également diffusés dans l'air en fines particules et proviennent surtout des secteurs de l'exploitation minière, la fusion des métaux, la raffinerie pétrolière et la production d'électricité. Les cendres récupérées de certaines centrales d'électricité en Nouvelle-Écosse furent transférées pour qu'elles soient recyclées en composantes du ciment. Énergie NB a transféré le manganèse et le nickel hors-site en vue de la récupération de métaux et le recyclage en d'autres produits. La Fraser Papers Inc. (Canada) située à Edmundston au Nouveau- Brunswick a signalé que la majorité des cendres renfermant du manganèse provenant de sa chaudière de cogénération furent transférées hors-site et réutilisés comme substitut pour la chaux dans l'état du Maine.

La plus forte augmentation d'une année à l'autre concernant le recyclage du matériel contenant du zinc est attribuable à l'usine Michelin à New Glasgow en Nouvelle-Écosse. En 2000, 100, 8 tonnes de mélanges de caoutchouc de rebut contenant du zinc furent transférées hors-site à une installation de recyclage au N.-B., comparativement à 10,5 tonnes en 1999. On attribue cette hausse à une augmentation générale de la production qui fut provoquée par le rappel des pneus Firestone. Un autre facteur ayant influencé la hausse des transferts en l'an 2000 est la mise en dépôt de matériel en 1999.

Le ministère de la Défense nationale à Halifax en Nouvelle-Écosse déclaré le plus grand volume de recyclage de matériel contenant du plomb. En 2000, 733,1 kg de plomb (provenant de sous-marins déclassés) furent transférés hors-site pour être recyclés en N.-É.

Méthanol

Plus de 99 % du méthanol rejeté et transféré déclaré à l'INRP dans les provinces de l'Atlantique provient des usines de pâtes et papiers. Selon le procédé appliqué, le méthanol peut être acheté pour servir à la production des réactifs de blanchiment, ou être un sous-produit du traitement de la pâte, ou les deux.

La société Diagnostic Chemicals Limited à Charlottetown à l'Î.-P.-É. a signalé une diminution de 85 % du volume de méthanol rejeté sur site en raison d'une meilleure maîtrise de l'inventaire des déchets et des solvants.

Méthyléthylcétone

Plus de 80 % des transferts hors-site du méthyléthylcétone pour l'élimination qui furent déclarés à l'INRP dans les provinces de l'Atlantique sont attribuables à la société Eastern Environmental Services Ltd, une installation de recyclage des solvants située à Sussex au Nouveau-Brunswick. Ce matériel fut transféré à l'extérieur de la région de l'Atlantique en vue de l'élimination par incinération ou par enfouissement.

Toluène

Plus de 95 % des rejets de toluène déclarés à l'INRP dans les provinces de l'Atlantique ont été attribués aux activités de fabrication et de traitement de leurs raffineries de pétrole. On trouve généralement du toluène dans les peintures et les solvants utilisés par diverses installations.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :