Attribution d’un contrat visant à retirer le pétrole en vrac dans l’épave du Manolis L

Communiqué de presse

ST. JOHN’S, TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR -- La protection de nos eaux et écosystèmes marins est un engagement fondamental du gouvernement du Canada. La protection du milieu marin et la sécurité des personnes en mer comptent parmi les principales priorités de la Garde côtière canadienne. Les opérations menées à l’égard de cette menace de pollution appuient l’engagement du gouvernement du Canada de s’occuper efficacement des épaves et des navires abandonnés et dangereux.

L’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a annoncé aujourd’hui qu’un contrat d’une valeur de 15 106 400 $ a été octroyé à Ardent Global LLC pour le retrait du pétrole en vrac de l’épave du Manolis L. près des îles Change dans la baie Notre Dame, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le Manolis L, qui a coulé à une profondeur de plus de 70 mètres en 1985 au large de Terre-Neuve-et-Labrador, reposait au fond de la mer jusqu’en avril 2013 lorsque du mazout est remonté à la surface en raison de fissures dans la coque et d’une violente tempête. Depuis, la Garde côtière canadienne surveille le Manolis L et mène des opérations de confinement de la pollution.

Dans le budget de 2016, la Garde côtière canadienne a reçu 6 millions de dollars pour réaliser une évaluation technique du Manolis L. Le rapport publié en septembre 2016 évaluait l’emplacement précis et la quantité de pétrole restante dans l’épave.

Cette opération permettra de retirer tout le pétrole récupérable de l’épave et atténuera considérablement la menace d’autres fuites. La planification est déjà en cours et les opérations de retrait du pétrole devraient commencer en juillet 2018. Ces travaux permettront d’assurer que nos océans sont en bonne santé et propres pour les générations futures, et qu’ils peuvent subvenir aux besoins des industries de la pêche et du tourisme dont dépendent les collectivités côtières.

Citations

« Il est essentiel de remédier à la menace de pollution que représente actuellement l’épave du Manolis L. Nous voulons nous assurer d’avoir un environnement marin en santé qui peut appuyer les industries importantes comme la pêche et le tourisme, dont nos collectivités côtières et nos économies locales dépendent. Nous tenons à ce que les générations futures aient un endroit où il fait bon vivre et travailler. »

L’honorable Dominic LeBlanc, C. P., c.r., député
Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« En octroyant ce contrat, notre gouvernement met en place une solution réelle pour l’épave du Manolis L. Cet investissement protègera notre environnement côtier et nos côtes pour ceux et celles qui y vivent, y travaillent et les visitent, maintenant et à l’avenir. »

L’honorable Carla Qualtrough
Ministre de Services publics et Approvisionnement Canada

« L’annonce d’aujourd’hui est une étape importante de notre engagement à nettoyer l’épave du Manolis L. Notre gouvernement a travaillé étroitement avec d’autres gouvernements et les membres du Citizens Response Committee pour répondre aux préoccupations soulevées par la collectivité locale. L’annonce faite aujourd’hui permettra d’assurer un milieu marin sain et sécuritaire, maintenant et pour les générations futures. »

Scott Simms
Député de Coast of Bays–Centre–Notre Dame

Faits en bref

  • Le Manolis L était un navire de charge en vrac qui transportait une cargaison de papier lorsqu’il a coulé en 1985. L’épave gît à l’envers à une profondeur de 70 mètres. Du pétrole a été observé aux environs du navire au moment du naufrage, mais il n’a pas été possible de le récupérer à cause de la glace de mer hivernale. Il n’y a pas eu d’autre signalement de pollution jusqu’en 2013.

  • L’équipe d’intervention environnementale de la Garde côtière canadienne a effectué des travaux d’entretien annuel sur l’épave afin d’évaluer l’état de la coque et de contenir les fuites. En 2016, une évaluation technique a indiqué qu’il restait encore de 115 à 150 mètres cubes de pétrole dans l’épave. En outre, le Manolis L transportait environ 60 mètres cubes de diesel lorsqu’il a coulé.

  • Dans le budget de 2016, la Garde côtière canadienne a reçu 6 millions de dollars pour conduire une évaluation technique du Manolis L. Le rapport publié en septembre 2016 a pu évaluer précisément où se trouvaient les hydrocarbures restants dans l’épave et leur quantité exacte.

Liens connexes

Personnes-ressources

Demandes de renseignements des médias
Pêches et Océans Canada
Région de Terre-Neuve-et-Labrador
709-772-3375
media.nl@dfo-mpo.gc.ca

Vincent Hughes
Attaché de presse
Cabinet du ministre
Pêches et Océans Canada et la Garde côtière canadienne
613-992-3474
Vincent.hughes@dfc-mpo.gc.ca

C-TNL-18-06F

Pour de plus amples renseignements au sujet de la Garde côtière canadienne, visitez le  www.ccg-gcc.gc.ca.

Aimez notre page Facebook https://www.facebook.com/GardeCotiereCanadienne

Suivez-nous sur Twitter!   http://www.twitter.com/GardeCotiereCAN

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :