Directives relatives à la COVID-19 du Programme de santé au travail de la fonction publique  

Sur cette page

Introduction

Le présent guide s'applique à la suite de la mise en œuvre intégrale de la Politique sur la vaccination contre la COVID-19 applicable à l'administration publique centrale, y compris à la Gendarmerie royale du Canada, le 15 novembre 2021, lorsqu'il y aura du dépistage rapide régulier sur les employés qui ne peuvent pas être entièrement vaccinés et qui doivent être présents sur place.

La vaccination contre la COVID-19, combinée aux mesures de santé publique et aux pratiques préventives, réduit le risque de transmission et de maladie grave chez les personnes vaccinées.

Le Programme de santé au travail de la fonction publique (PSTFP) de Santé Canada a élaboré ce guide afin de fournir un cadre de santé au travail pour aider les ministères et les organismes à accroître l'occupation et à planifier la réintégration dans leur milieu de travail.

Le présent guide n'est pas prescriptif. Les ministères et les organismes fédéraux auront des approches uniques pour mettre en place des pratiques préventives, adaptées à leur milieu de travail et aux fonctions des employés, et tenant compte des considérations locales de COVID-19 et des conseils en matière de santé publique.

Les administrateurs généraux sont ultimement responsables pour la santé et la sécurité de leurs employés. Les ministères et les organismes fédéraux devraient continuer à travailler avec leurs ressources et comités ministériels de santé et sécurité au travail (SST).

Les directives contenues dans ce document sont fondées sur les dernières données scientifiques et ont été informées par les derniers conseils de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC), et elles continueront d'être mises à jour à mesure que la situation liée à la COVID-19 évoluera au Canada.

Le PSTFP de Santé Canada est chargé de fournir des conseils d'orientation, en matière de santé au travail, aux ministères et aux organismes fédéraux de l'administration publique centrale (mis en œuvre en tant qu'annexes I et IV de la Loi sur la gestion des finances publiques). Il peut également être approprié pour d'autres ministères et organismes fédéraux non inclus dans les annexes I et IV (c.‑à‑d. employeurs distincts) de tenir compte de ces recommandations pour les milieux de travail sous réglementation fédérale.

Vaccination contre la COVID-19

En vertu de la Politique sur la vaccination contre la COVID-19 applicable à l'administration publique centrale, y compris à la Gendarmerie royale du Canada, tous les employés de l'administration publique centrale seront entièrement vaccinés, à moins que des mesures d'adaptation ne soient prises en raison d'une contre-indication médicale attestée, de leur religion ou d'un autre motif de distinction illicite en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne.

La Politique décrit les mesures d'adaptation pour les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées pour des raisons médicales ou pour des motifs de distinction illicites.

La vaccination est l'un des moyens les plus efficaces pour protéger les collègues, les clients, la famille, les collectivités et de protéger les personnes contre la COVID-19. Les données probantes indiquent que les vaccins sont efficaces pour prévenir les conséquences graves de la COVID-19 comme les maladies graves, les hospitalisations et la mort.

Le Canada n'approuve que les vaccins autorisés par Santé Canada dont l'innocuité, l'efficacité et la qualité sont démontrées.

Même si les vaccins contre la COVID-19 sont efficaces pour prévenir des conséquences graves, aucun vaccin n'est cent pour cent efficace. D'autres pratiques préventives, telles que décrites dans le présent document, sont nécessaires pour aider à protéger contre la COVID-19.

Les vaccins sont conçus pour protéger contre la COVID-19. Ils n'offrent aucune protection contre tout autre virus, y compris l'influenza. Par conséquent, il est recommandé que les employés reçoivent également un vaccin annuel antigrippal pour se protéger contre le virus de l'influenza.

Pour en savoir plus sur les vaccins et la vaccination, veuillez consulter Vaccins contre la COVID-19.

Pratiques préventives en milieu de travail

Les pratiques préventives sont à la base de bonnes pratiques de santé publique pour contrôler la propagation de la COVID-19 en milieu de travail. En dépit du fait que tous les employés qui travaillent sur place seront entièrement vaccinés ou dépistés régulièrement (c.‑à‑d. selon les mesures d'adaptation approuvées pour ceux qui ne peuvent pas être vaccinés entièrement ou à titre de mesure temporaire pour ceux qui sont partiellement vaccinés), il demeure important de suivre les mesures appropriées en milieu de travail pour aider à protéger tous les employés, les clients et les visiteurs. À mesure que la pandémie évolue, il est important que les ministères et les organismes utilisent systématiquement des pratiques de prévention multiples dans une approche par paliers.

Il est important de garder à l'esprit que certains employés, clients et visiteurs peuvent choisir de maintenir des pratiques de prévention personnelles, comme continuer à porter le masque, lorsque l'occupation s'accroît et que les pratiques de prévention sont modifiées en milieu de travail, même si ces mesures ne sont plus obligatoires. Les personnes qui choisissent de continuer ou qui doivent continuer à utiliser certaines mesures de protection personnelle en raison de facteurs individuels, tels que le statut vaccinal, l'état de santé, le fait d'avoir un membre du ménage qui est à risque élevé, ou par choix personnel, ne devraient pas être stigmatisées.

Taux d'occupation des bâtiments et éloignement physique

Le taux d'occupation des bâtiments peut être graduellement augmenté, potentiellement jusqu'à l'occupation complète, en fonction des besoins opérationnels, de l'utilisation appropriée des pratiques préventives en milieu de travail, de l'aménagement des bâtiments et des considérations locales de santé publique, tout en maintenant la souplesse nécessaire pour s'adapter en cas d'augmentation des taux de transmission. L'Outil d'évaluation des risques pour les exploitants peut aider les ministères et les organismes à déterminer le taux d'occupation approprié.

À mesure que l'occupation des bâtiments augmente, les ministères et les organismes devraient maximiser l'éloignement physique dans les espaces intérieurs lorsque l'aménagement ou les opérations le permettent (p. ex. espacer les postes de travail d'au moins deux mètres, lorsque cela est possible sur le plan opérationnel). Lorsque l'éloignement physique ne peut être maintenue à l'intérieur, il faut porter un masque.

Continuer d'utiliser un mécanisme pour suivre la fréquentation des employés et des visiteurs à l'arrivée et à la sortie des bâtiments, pour appuyer la recherche de contacts au signalement d'un cas positif de COVID-19, et pour assurer la conformité à la Politique sur la vaccination contre la COVID-19 applicable à l'administration publique centrale, y compris à la Gendarmerie royale du Canada.

Masques en milieu de travail

Les masques constituent une mesure de santé publique importante pouvant contribuer à prévenir la transmission du virus qui cause la COVID-19 puisqu'ils protègent les autres et peuvent également contribuer à protéger les personnes qui les portent.

L'efficacité d'un masque dépend des matériaux utilisés, de la méthode de fabrication de celui-ci, ainsi que de son ajustement. Pour davantage de renseignements sur le type, la qualité et l'ajustement des masques, veuillez vous référer aux matériaux, à la structure et à l'ajustement.

Dans le milieu de travail, les ministères et les organismes continueront de fournir aux employés des masques et des instructions quant à leur utilisation et leur élimination appropriées. Les employés peuvent également utiliser leur propre masque sur les lieux de travail, dans la mesure où celui-ci respecte les conseils sur les matériaux, la structure et l'ajustement.

Port du masque à l'intérieur

Port du masque à l'extérieur

Réunions

Des réunions en personne peuvent être organisées en utilisant les mesures de sécurité appropriées.

Tous les participants à la réunion doivent porter un masque et maintenir une distance physique d'au moins deux mètres.

Maximiser la ventilation dans la pièce en laissant la porte ouverte, si possible.

Limiter le nombre de participants et la durée des réunions.

Interagir avec les clients, les visiteurs ou le public

Le statut vaccinal des clients, des visiteurs et du public est inconnu. Par conséquent :

Ascenseurs, entrées, couloirs et installations

À mesure que l'occupation des bâtiments augmente, les restrictions sur le flux de travail et les déplacements dans les couloirs et les escaliers peuvent être assouplies. Le port du masque est requis.

Les exigences d'occupation normales peuvent être rétablies dans les ascenseurs. Tous les occupants doivent recevoir l'instruction de porter un masque dans les ascenseurs.

Les fontaines d'eau et les installations de douche peuvent être ouvertes en appliquant des mesures de prévention et de lutte contre les infections qui sont adaptées au risque dans ce milieu.

Les espaces communs tels que des salles à manger et des cafétérias peuvent être utilisés. L'aménagement doit être configuré pour permettre une distance physique d'au moins deux mètres pendant les pauses et les repas. On doit encourager les employés à manger avec le moins de personnes possible.

Permettre l'accès aux articles partagés dans la salle à manger ou cafétéria (p. ex. machines à café, bouilloires, vaisselle et couverts, etc.). Des mesures préventives appropriées devraient être utilisées en fonction du risque dans ce contexte.

Toutes les surfaces fréquemment touchées dans les espaces communs doivent être nettoyées et désinfectées régulièrement, selon les indications sous Nettoyage et désinfection.

Rester à la maison lorsqu'on est malade

Rester à la maison lorsqu'on est malade devrait faire partie d'une routine normale en milieu de travail, maintenant et après la pandémie.

Les employés malades ne devraient pas quitter leur domicile et ne devraient pas entrer sur le lieu de travail. Cela comprend toute personne qui présente des symptômes qui correspondent à la COVID-19, ou toute autre maladie respiratoire (p. ex. l'influenza), qui a été déclarée positive à la COVID-19 ou toute autre maladie respiratoire, qui attend un résultat de test pour la COVID-19, ou qui a reçu l'ordre de se mettre en quarantaine ou de s'isoler par l'autorité locale de santé publique.

Si quelqu'un commence à montrer des symptômes de COVID-19 pendant qu'il est en milieu de travail :

Empêcher les personnes malades d'entrer sur le lieu de travail

Les employés, les clients et les visiteurs doivent faire l'objet d'une évaluation de symptômes et du risque d'exposition à la COVID-19 avant d'entrer dans le milieu de travail. Cela peut se faire par l'utilisation d'affiches (« dépistage passif ») ou en posant directement aux gens les questions de dépistage avant l'entrée (« dépistage actif »).

Qu'il soit actif ou passif, le langage de dépistage devrait inclure les éléments suivants :

Arrêtez. N'entrez pas dans cet établissement :

Les personnes qui répondent « oui » à toute question de dépistage ci-dessus devraient rentrer à la maison immédiatement. Elles devraient éviter les transports en commun, communiquer avec leur fournisseur de soins de santé ou l'autorité locale de santé publique et suivre leurs conseils.

Pour le dépistage passif, une affiche peut être placée à l'entrée stipulant que les employés, les clients et les visiteurs doivent mettre un masque médical (si disponible), s'isoler immédiatement des autres, rentrer à la maison s'ils éprouvent des symptômes associés à la COVID-19 (en évitant les transports en commun), communiquer avec leur fournisseur de soins de santé ou l'autorité locale de santé publique et suivre leurs conseils.

Dans certains milieux, des mesures de dépistage actif peuvent être envisagées pour empêcher les personnes malades d'entrer sur le lieu de travail. Si le dépistage actif est effectué en personne, cela devrait avoir lieu dans un espace bien ventilé et le contrôleur devrait maintenir le plus grand éloignement physique possible des autres, porter un masque, considérer l'utilisation d'une barrière physique, le cas échéant, et respecter les directives du Programme ministériel de SST.

Il n'est pas recommandé d'utiliser la vérification de la température dans le cadre du processus de dépistage actif dans les milieux de travail fédéraux.

En outre, dans certains lieux de travail, le dépistage rapide est utilisé comme un autre outil, soit sur une base volontaire, soit comme mesure d'adaptation pour les employés qui ne peuvent pas être vaccinés entièrement ou comme mesure temporaire pour ceux qui sont partiellement vaccinés et qui doivent travailler sur place.

Ventilation

La ventilation est un élément important de la réduction du risque de transmission de la COVID-19 et d'autres maladies respiratoires (p. ex. l'influenza) à l'intérieur, maintenant et après la pandémie.

Maintenir des conditions environnementales intérieures de bonne qualité, conformément à la Directive sur la santé et la sécurité au travail du Conseil national mixte.

Ouvrez régulièrement les portes et les fenêtres pour améliorer la circulation d'air frais chaque fois que cela est possible et sécuritaire. Tenez compte de facteurs tels que la qualité de l'air extérieur, la vitesse de circulation de l'air, l'impact sur la température et le contrôle de l'humidité, la pressurisation des bâtiments, la sécurité et le risque de dommages dus aux intempéries. Consultez le gestionnaire de l'immeuble pour connaître ce qui convient pour votre bâtiment.

De nombreux bâtiments possèdent un système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) avec des évents dans le plafond, les murs ou le plancher. Le gestionnaire de l'immeuble devrait consulter un professionnel en CVC pour déterminer si le système fonctionne correctement, s'il convient au type d'environnement, à l'activité et au nombre d'occupants, et si le taux de renouvellement d'air extérieur peut être augmenté.

Assurez-vous qu'un entretien de routine est effectué, que les évents et les ventilateurs sont dégagés et que les filtres sont bien scellés. Installez le filtre à haute efficacité compatible avec le système de CVC et remplacez-le au moins aussi souvent que le recommande le fabricant.

Faites continuellement fonctionner le système de CVC pendant les heures occupées. De plus, faites-le à un débit d'air extérieur maximal pendant deux heures avant et après l'occupation.

Les purificateurs d'air portatifs avec filtres à haute efficacité pour les particules de l'air (HEPA) peuvent réduire la quantité de certains virus dans l'air lorsqu'ils sont utilisés correctement et pourraient servir de couche de protection supplémentaire. Le Ministère ou l'Agence devrait choisir purification d'air ayant un débit d'air propre (CADR) qui est suffisamment élevé pour la taille de la pièce où il sera situé.

Les ventilateurs portatifs, les ventilateurs de plafond et les climatiseurs autonomes n'améliorent pas la ventilation (introduisent de l'air frais) et peuvent faire circuler le virus dans un espace. S'ils doivent être utilisés, faites en sorte que le courant d'air ne souffle pas directement sur ou entre les occupants de la pièce.

Pour en savoir plus sur la ventilation, consultez COVID-19 : Guide de ventilation des espaces intérieurs pendant la pandémie.

Hygiène des mains et étiquette respiratoire

L'hygiène des mains est toujours une bonne pratique et devrait continuer à faire partie de la routine normale d'une personne, surtout pendant la saison du rhume et de la grippe hivernale.

L'hygiène des mains implique de se laver fréquemment les mains avec du savon et de l'eau pendant au moins 20 secondes. Si vous n'avez pas accès à de l'eau et du savon, vous pouvez utiliser un désinfectant à base d'alcool avec une teneur en alcool d'au moins 60 %. Les ministères et les organismes devraient consulter la liste des désinfectants pour les mains approuvés pour la vente au Canada.

Visitez le site Évitez la propagation de la COVID-19 – Lavez vos mains où vous trouverez plus d'astuces pour laver vos mains efficacement.

En milieu de travail, les ministères et les organismes continueront de fournir aux employés des postes de désinfection des mains, y compris aux entrées des bâtiments. Il faut placer une affiche sur le lieu de travail pour rappeler aux employés de se laver les mains correctement et régulièrement.

Les employés doivent laver leurs mains régulièrement et avant de manipuler, préparer, servir ou manger de la nourriture, avant et après avoir touché leur masque, après avoir utilisé les toilettes et après avoir touché des surfaces et des objets fréquemment touchés.

Si les mains sont visiblement souillées, l'utilisation d'eau et de savon est recommandée.

Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche avec les mains non lavées.

Les employés devraient tousser ou éternuer dans un mouchoir en papier ou le pli de leur coude, et non pas leur main (même s'ils portent un masque). Jetez sans tarder dans une poubelle doublée de plastique les mouchoirs et lavez-vous les mains immédiatement après.

Nettoyage et désinfection

Le nettoyage et la désinfection sont des pratiques efficaces pour limiter la propagation de la COVID-19 et d'autres maladies et devraient faire partie intégrante de la routine en milieu de travail.

Fournissez les installations de nettoyage et de désinfection et les produits nécessaires pour maintenir un milieu de travail propre et sécuritaire. Cela comprend des produits comme des lingettes pour que les employés puissent nettoyer leur poste de travail, leur téléphone et leur clavier d'ordinateur, entre autres.

Fournissez aux employés qui assurent le nettoyage ou la désinfection tout équipement de protection individuelle recommandé par les lignes directrices de santé et sécurité au travail, ainsi que la formation nécessaire pour s'assurer qu'il est correctement utilisé.

Assurez-vous que les aires de travail à fort achalandage ou les surfaces fréquemment touchées, comme les boutons d'ascenseur, les poignées de porte, les appareils de cuisine, les installations de toilettes, les robinets de fontaine et les boutons-poussoirs, sont nettoyées et désinfectées conformément au protocole de SST du ministère ou de l'organisme en ce qui a trait aux points de contact fréquemment touchés.

Les employés doivent garder leur espace de travail personnel propre et observer un protocole de nettoyage de leur poste à l'arrivée et au départ.

En outre, cette approche s'applique également aux postes de travail partagés ou non assignés, aux salles de réunion, aux salles et aux équipements de photocopieurs et aux salles de pause-déjeuner (tables, comptoirs, micro-ondes, appareils de cuisine, vaisselle).

Veuillez consulter la liste des désinfectants pour surfaces dures de Santé Canada et COVID-19 : Nettoyage et désinfection pour en savoir plus.

Mesures supplémentaires pour les employés qui ne peuvent pas être vaccinés et qui doivent travailler sur place

La Politique sur la vaccination contre la COVID-19 applicable à l'administration publique centrale y compris à la Gendarmerie royale du Canada décrit les mesures d'adaptation pour les personnes qui ne peuvent pas être entièrement vaccinées pour des raisons médicales ou pour des motifs de distinction illicite.

Si un employé n'est pas en mesure d'être vacciné et qu'il doit travailler sur place ou qu'il est partiellement vacciné et qu'il attend sa deuxième dose, il doit :

Tableau récapitulatif : Pratiques préventives en milieu de travail

Situation Pratiques préventives

Taux d'occupation des bâtiments et éloignement physique

Le taux d'occupation des bâtiments peut être graduellement augmenté, potentiellement jusqu'à l'occupation complète, en fonction des besoins opérationnels, de l'utilisation appropriée des pratiques préventives en milieu de travail, de l'aménagement des bâtiments et des considérations locales de santé publique, tout en maintenant la souplesse nécessaire pour s'adapter en cas d'augmentation des taux de transmission.

À mesure que l'occupation des bâtiments augmente, maximiser l'éloignement physique dans les espaces intérieurs lorsque l'aménagement ou les opérations le permettent (p. ex. espacer les postes de travail d'au moins deux mètres, lorsque cela est possible sur le plan opérationnel). Si l'éloignement physique ne peut être maintenue à l'intérieur, il faut porter un masque.

Masques en milieu de travail

À l'intérieur :

  • Il faut porter un masque à l'intérieur lorsque l'éloignement physique ne peut être maintenu.
  • Même lorsque cela n'est pas requis, les employés peuvent choisir de porter un masque en fonction de leur degré de risque et de confort personnel.

À l'extérieur :

  • Les masques ne sont pas obligatoires à l'extérieur. Même lorsque cela n'est pas requis, les employés peuvent choisir de porter des masques dans des espaces extérieurs communs.

Réunions

Les réunions en personne peuvent être organisées en utilisant les mesures de sécurité appropriées.

  • Tous les participants à la réunion doivent porter un masque et maintenir une distance physique d'au moins deux mètres.
  • Maximiser la ventilation dans la pièce en laissant la porte ouverte, si possible.
  • Limiter le nombre de participants et la durée des réunions.

Interaction avec les clients, les visiteurs ou le public

  • À mesure que l'occupation des bâtiments augmente, continuer de réduire au minimum les interactions en personne et de maintenir une distance physique d'au moins deux mètres, en fonction des besoins opérationnels.
  • Les employés devraient porter des masques lorsqu'ils interagissent à l'intérieur avec les clients, les visiteurs ou le public, même si l'on maintient un éloignement physique.
  • Les clients, les visiteurs et le public devraient porter des masques en tout temps à l'intérieur des établissements fédéraux, même si l'éloignement physique peut être maintenu.

Ascenseurs, entrées, couloirs et installations

  • À mesure que le taux d'occupation des bâtiments augmente, les restrictions sur le flux de travail et les déplacements dans les couloirs et les escaliers peuvent être assouplies. Le port du masque est requis.
  • Les exigences d'occupation normales peuvent être rétablies dans les ascenseurs. Tous les occupants doivent recevoir l'instruction de porter un masque dans les ascenseurs.
  • Les fontaines d'eau et des installations de douche peuvent être ouvertes.
  • Les espaces communs tels que des salles à manger et des cafétérias peuvent être utilisés.
  • Permettre l'accès aux articles partagés dans la salle à manger ou cafétéria.

Pratiques préventives continues

  • Rester à la maison lorsqu'on est malade
  • Empêcher les personnes malades d'entrer sur le lieu de travail
  • Ventilation
  • Hygiène des mains et étiquette respiratoire
  • Nettoyage et désinfection

Considérations pour les lieux de travail présentant un risque supérieur de transmission de la COVID-19

Certains milieux de travail présentant un risque plus élevé de transmission de COVID-19, comme les milieux où les personnes sont exposées à des maladies ou à des conséquences plus graves (p. ex. clients vulnérables, établissements de soins de santé), ou les milieux de vie collectifs (p. ex. établissements correctionnels, dortoirs pour les programmes de formation opérationnelle), pourraient envisager de mettre en œuvre des mesures plus rigoureuses de prévention et de contrôle de l'infection par la COVID-19. Les ministères et les organismes devraient également tenir compte de la situation locale relative à la COVID-19 et des conseils en santé publique.

Les ministères et les organismes présentant un risque supérieur peuvent envisager ce qui suit :

Dépistage rapide dans les organisations de la fonction publique

En plus du dépistage passif et actif, le dépistage rapide est un autre outil qui peut être utilisé pour empêcher les personnes malades d'entrer sur le lieu de travail.

En vertu de la Politique sur la vaccination contre la COVID-19 applicable à l'administration publique centrale, y compris à la Gendarmerie royale du Canada, il existe une exigence de dépistage en série des employés fédéraux qui ne peuvent pas être entièrement vaccinés et qui doivent être présents physiquement sur les lieux de travail fédéraux ou extérieurs et pour qui des mesures d'adaptation doivent être prises, ou à titre de mesure temporaire pour les personnes partiellement vaccinées.

De plus, dans le cadre d'un plan d'action fédéral plus vaste visant à ralentir la propagation de la COVID-19, le gouvernement du Canada a étendu l'utilisation de dépistage rapide volontaire aux fins de dépistage dans certains lieux de travail du secteur public où le risque de transmission de la COVID-19 est supérieur (p. ex. Services correctionnels Canada ou Garde côtière canadienne).

Le dépistage rapide, combiné aux mesures de santé publique existantes, sont un moyen supplémentaire de freiner la propagation du virus en identifiant les employés qui ne présentent pas de symptômes d'infection, mais qui peuvent être porteurs de la COVID-19. Le dépistage rapide ne remplace pas les pratiques préventives. On encourage les employés à participer aux programmes de dépistage rapide volontaire s'ils sont offerts sur leur lieu de travail.

Équipement de protection individuelle

L'équipement de protection individuelle (EPI) comprend des articles portés pour fournir une barrière qui aide à prévenir l'exposition potentielle à des dangers comme une maladie infectieuse. Dans certains environnements de travail, l'EPI peut être recommandé pour réduire le risque d'exposition à la COVID-19. Dans ces milieux de travail, les employés devraient recevoir l'EPI recommandé. Dans la mesure du possible, de l'EPI de différentes tailles devrait être offert pour tenir compte des différents types de corps.

En dehors du contexte des soins de santé, l'EPI doit être utilisé seulement selon le programme de prévention des dangers du ministère ou de l'organisme, en fonction d'une évaluation des risques qui prend en compte à la fois le risque associé à une tâche ou l'activité spécifique et les caractéristiques de la source de l'infection (p. ex. une personne qui est malade ou un environnement contaminé).

Les masques non médicaux ne font pas partie de l'équipement de protection individuelle (EPI).

Il peut y avoir des situations où de l'EPI comme des masques médicaux ou des masques respiratoires est requis plutôt que des masques non médicaux. Cette décision sera prise en fonction d'une évaluation des risques.

Les employés doivent consulter le Programme de SST de leur ministère ou organisme pour recevoir des conseils quant à savoir si l'équipement de protection individuelle, y compris des masques particuliers ou des masques respiratoires, est requis dans leur situation individuelle.

Les gants ne sont pas recommandés pour manipuler des documents ou fournir des services de routine. L'utilisation inappropriée de gants peut donner un faux sentiment de protection et augmenter le risque d'infection. Dans la plupart des situations, l'hygiène des mains est plus efficace que porter des gants pour prévenir l'infection.

Il peut y avoir d'autres risques et dangers dans un environnement de travail, non liés à la COVID-19, tels que le risque d'expositions chimiques, qui exigent l'utilisation d'EPI. Veuillez suivre les directives et procédures existantes du ministère ou de l'organisme en matière de santé et sécurité au travail dans ces cas.

Pour en savoir plus sur l'EPI, veuillez consulter Équipement de protection individuelle contre la COVID-19.

Voyage

Maximiser la sécurité lorsqu'on effectue des déplacements, en utilisant une approche par étapes, avec des pratiques préventives personnelles multiples pour réduire le risque de propagation de la COVID-19, y compris le port d'un masque, le cas échéant.

Il peut y avoir des exigences obligatoires en matière de quarantaine et/ou de dépistage pour les voyages internationaux, et certaines provinces ou certains territoires peuvent avoir leurs propres exigences en la matière pour les voyages au Canada.

Certaines administrations internationales peuvent également avoir des exigences concernant le dépistage ou la vaccination.

Examinez et respectez toutes les instructions et les directives locales, provinciales et territoriales et propres à la communauté dans la zone géographique des lieux, surtout s'il s'agit d'une zone géographique où le niveau de transmission communautaire est plus élevé.

Pour les employés qui ne peuvent pas ou ne veulent pas se faire vacciner, les gestionnaires devraient consulter la Politique sur la vaccination contre la COVID-19 applicable à l'administration publique centrale, y compris à la Gendarmerie royale du Canada pour obtenir de plus amples renseignements sur les déplacements.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter les conseils de santé aux voyageurs fédéraux.

Soutiens à la santé mentale et au bien-être

La pandémie de COVID-19 et les mesures de santé publique nécessaires pour limiter sa propagation continuent de créer du stress pour les gens et les collectivités partout au Canada, y compris parmi les fonctionnaires fédéraux et leur famille.

Ce stress peut s'aggravé en raison l'incertitude, y compris l'incertitude entourant l'évolution des conditions de travail, ou le retour sur les lieux de travail pour les employés qui ont travaillé à distance.

Il est alors parfaitement normal pour les employés de se sentir frustrés, anxieux, seuls, tristes ou préoccupés.

Il est important de reconnaître les sentiments des employés et les perturbations à leur vie associées à la COVID-19. Entamer un dialogue ouvert au sujet de notre bien-être émotionnel avec nos collègues et nos gestionnaires peut nous aider à améliorer et à maintenir notre santé mentale dans cette période d'incertitude.

Dans le milieu de travail, il est important de reconnaître que ce n'est pas la routine habituelle et que certaines personnes peuvent avoir de la difficulté à travailler aussi efficacement qu'ils le faisaient auparavant. Il n'y a pas une seule bonne façon pour un employé de gérer sa santé mentale au cours d'une pandémie.

Si les employés souffrent de détresse mentale ou souhaitent prendre rendez-vous avec un professionnel de la santé mentale, ils peuvent joindre le Programme d'aide aux employés (PAE) de leur ministère ou organisme pour recevoir les services de counseling (également disponible pour les membres de leur famille immédiate dans la plupart des ministères et agences).

Également, les employés et les membres de leur famille ont accès au portail Espace Mieux-être Canada : Soutien en matière de santé mentale et de consommation de substances, une ressource en ligne pour tous les Canadiens qui comprend du contenu et des outils éducatifs comme des évaluations de la santé mentale, des ressources sur la pleine conscience, et le soutien de la thérapie cognitivo-comportementale sur Internet.

Pour en savoir plus, veuillez consulter Santé mentale et COVID-19 pour les fonctionnaires.

Communiquez avec nous

Si vous avez des questions ou des préoccupations concernant l'application de ces conseils, veuillez consulter le Programme de SST du ministère ou de l'organisme applicable.

Liens connexes

Agence de la santé publique du Canada

Affaires mondiales Canada

Bureau du dirigeant principal des ressources humaines

Justice Canada

Centre canadien pour la santé et la sécurité au travail

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :