Programme pilote sur l’immigration agroalimentaire

Document d'information

Le Programme pilote sur l’immigration agroalimentaire mettra à l’essai une nouvelle approche propre à l’industrie afin de répondre aux besoins de main-d’œuvre dans le secteur agroalimentaire canadien, en particulier dans l’industrie de la transformation de la viande et dans la production de champignons.

Alors que l’immigration dans le secteur agricole repose en grande partie sur des travailleurs saisonniers, ce programme pilote vise à accentuer les avantages de l’immigration économique dans le secteur agroalimentaire en mettant à l’essai une nouvelle voie d’accès à la résidence permanente.

Le programme pilote aura pour but d’attirer des travailleurs expérimentés non saisonniers pouvant s’établir économiquement au Canada et contribuer à combler les besoins continus de main-d’œuvre dans le secteur agroalimentaire.

Il visera principalement à attirer des bouchers du commerce de détail, des bouchers industriels, des ouvriers en transformation des aliments, des ouvriers à la récolte, des ouvriers agricoles, des surveillants d’exploitations agricoles et des ouvriers spécialisés dans l’élevage.

Les professions et industries admissibles au programme pilote comprennent les suivantes :

  • dans la transformation de la viande,
    • boucher du commerce de détail,
    • boucher industriels,
    • ouvrier en transformation de la viande;
  • ouvrier à la récolte dans la production de champignons et la production en serre à longueur d’année;
  • ouvrier agricole dans la production de champignons, la production de cultures en serre ou l’élevage de bétail à longueur d’année;
  • surveillant d’exploitations agricoles et travailleur spécialisés de l’élevage dans la production de champignons, la production de cultures en serre ou l’élevage de bétail à longueur d’année.

Pour être admissibles au programme pilote, les demandeurs doivent posséder :

  • 12 mois d’expérience de travail canadienne non saisonnière à temps plein au titre du Programme des travailleurs étrangers temporaires dans une profession admissible dans le domaine de la transformation de la viance, de l’élevage de bétail, de la production de champignons ou de la culture en serre;
  • le niveau 4 au titre des Niveaux de compétence linguistique canadiens (NCLC), en anglais ou en français;
  • un diplôme d’études secondaires ou de niveau supérieur (équivalence canadienne);
  • une offre d’emploi pour un poste à temps plein de durée indéterminée non saisonier au Canada, ailleurs qu’au Québec, à un salaire égal ou supérieur au salaire courant.

Les détails sur la manière dont les personnes peuvent demander la résidence permanente dans le cadre de ce programme pilote seront communiqués au début de 2020.

Afin de compléter le programme pilote, Emploi et Développement social Canada apporte des modifications qui bénéficieront aux employeurs de transformation de viande qui soutiennent les travailleurs étrangers temporaires dans leur transition vers la résidence permanente :

  • Une étude d’impact sur le marché du travail d’une durée de 2 ans sera fournie aux employeurs de transformation de viande admissibles, y compris les employeurs qui utilisent le Programme pilote sur l’immigration agroalimentaire ou d’autres voies d’accès à la résidence permanente pour les travailleurs étrangers temporaires œuvrant dans les mêmes professions et secteurs d’activités qui sont admissibles au titre du programme pilote.
  • Pour être admissibles, les transformateurs de viande devront fournir un aperçu de la manière dont ils prévoient appuyer leurs employés étrangers temporaires pour qu’ils obtiennent  la résidence permanente. Qui plus est, les transformateurs de viande syndiqués devront obtenir une lettre d’appui de leur syndicat.
  • Les transformateurs de viande non syndiqués devront satisfaire à des exigences supplémentaires pour assurer que la main-d’œuvre et les travailleurs migrants sont protégés. Un groupe de travail tripartite sera formé immédiatement pour élaborer ces exigences.
  • Des ajustements seront également apportés à la façon dont la limite (« plafond ») de travailleurs étrangers temporaires à bas salaire est calculée, tenant compte des efforts des employeurs pour aider les travailleurs à obtenir leur résidence permanente.
  • Les employeurs qui ont des antécédents récents de recrutement de travailleurs qui ont effectué la transition vers la résidence permanente pourraient se voir accorder le droit d’exclure du calcul de la limite un nombre de travailleurs à peu près égal au nombre qui obtiendront probablement la résidence permanente à court terme.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :