ARCHIVÉ – Bibliographie annotée : l’immigration francophone au Canada atlantique

Sources gouvernementales

CIC (Citoyenneté et immigration Canada), 2006, Les services aux immigrants au Nouveau-Brunswick : Rapport d’évaluation, Gouvernement du Canada, décembre.

Objectif : Cette étude des services d’établissement évalue si les services actuels aident réellement les immigrants à s’établir. Les auteurs cherchent à « établir un lien entre les services d’établissement et leurs résultats ».

Pertinence pour le thème de l’immigration francophone en Atlantique : Bien que le document ne s’attarde pas spécifiquement sur l’aspect francophone de l’immigration, il demeure pertinent puisque centré sur l’immigration au Nouveau-Brunswick.

Résumé : Pour déterminer l’efficacité des services offerts, les enquêteurs optent pour une approche basée sur les résultats. D’un côté, ils évaluent les résultats propres aux fournisseurs de services : la réaction des immigrants face aux activités d’établissement (liées à l’emploi, à l’accueil, etc.), l’utilisation des services, la compréhension des nouvelles situations et la résolution des conflits et des problèmes. D’un autre côté, ils observent les résultats propres aux immigrants : l’effet des services sur leurs comportements, leur condition physique, l’obtention d’un emploi, etc. L’analyse des données recueillies lors des entrevues s’est effectuée à l’aide d’indicateurs d’établissement et d’intégration, soit la langue, l’éducation et la formation, la participation à la population active et l’accès à l’emploi, l’accès aux services de santé, la participation communautaire ainsi que l’adaptation au style de vie canadien et l’indépendance financière.

Selon les auteurs, les résultats obtenus démontrent que les immigrants utilisant les services du CIC et de ses partenaires sont très satisfaits, même s’il reste une large place à l’amélioration. Il semble que les programmes soient utilisés et qu’ils améliorent la qualité de vie des nouveaux venus, particulièrement la formation linguistique. La publication énonce néanmoins une série de recommandations, notamment en ce qui a trait à la clarté des normes de prestation de services, au renforcement des consultations provinciales-fédérales et à l’accessibilité plus directe aux agents de CIC. Les auteurs recommandent aussi de ne pas oublier les immigrants en milieu rural et de mettre en œuvre des programmes de sensibilisation de la population hôte aux réalités des immigrants.

Méthodologie : Entrevues avec 140 familles d’immigrants étant au Canada depuis cinq ans ou moins, 23 parrains d’accueil, 3 organismes fournisseurs de services d’établissement et 11 familles hôtes (la part des francophones parmi tous ces répondants n’est pas spécifiée). Lors des entrevues, d’une quarantaine de minutes, les participants répondaient à un questionnaire administré par l’intervieweur. Les questionnaires sont placés en annexe de la publication.

Mots-clefs : Services aux immigrants.

CLO (Commissariat aux langues officielles), 2002, L’immigration et l’épanouissement des communautés de langues officielles au Canada : politiques, démographie et identité, document préparé par Jack Jedwab, Ottawa, 88 p.

Objectif : L’étude rend publiques les recommandations du Commissariat aux langues officielles concernant l’intégration des immigrants francophones au pays, dans les domaines suivants : politiques et principes; recrutement et promotion; établissement et intégration. L’auteur observe dans quelle mesure l’immigration influence le développement et l’épanouissement des communautés francophones en situation minoritaire. Le but recherché par une meilleure gestion de l’immigration est de favoriser le développement et l’épanouissement des « communautés de langues officielles. »

Pertinence pour le thème de l’immigration francophone en Atlantique : Le document ne traite pas particulièrement du territoire de l’Atlantique, mais plutôt de l’ensemble du territoire canadien. En fait, le document porte sur l’ensemble des communautés de langues officielles, et inclut donc également les communautés anglophones du Québec. On peut supposer que les recommandations s’adressent aussi bien aux communautés des provinces de l’Atlantique qu’à celles du reste du Canada.

Résumé : Considérant l’apport essentiel de l’immigration au développement démographique canadien, l’auteur insiste particulièrement sur son importance dans les communautés francophones en dehors du Québec, où l’immigration semble défavoriser la population francophone. Jedwab débute avec un regard sur les politiques canadiennes en matière de langues officielles et d’immigration, pour ensuite brosser un tableau de la francophonie au Canada. Parmi ses recommandations, il en fait ressortir trois principales : le gouvernement fédéral doit adopter une approche intégrée, en partenariat avec les communautés concernées, pour élaborer des mesures visant à augmenter le poids démographique des communautés francophones; le recrutement d’immigrants francophones doit être augmenté; et les communautés doivent pouvoir compter sur l’appui du gouvernement fédéral pour accueillir les immigrants et les intégrer à la société.

Mots-clefs : Démographie.

CLO (Commissariat aux langues officielles), 2002, L’immigration et les langues officielles : Obstacles et possibilités qui se présentent aux immigrants et aux communautés, document préparé par Carsten Quell, Canada, novembre, 74 p.

Objectif : L’étude, destinée aussi bien aux immigrants qu’aux communautés minoritaires de langues officielles et aux fonctionnaires, vise principalement à regarder plus en profondeur le vécu et l’expérience des immigrants lorsqu’ils s’établissent dans leur nouvelle communauté. Les objectifs finaux sont de sensibiliser la population aux réalités des nouveaux arrivants en communautés minoritaires et de proposer des mesures pour attirer, retenir et intégrer davantage d’immigrants.

Pertinence pour le thème de l’immigration en Atlantique : Le document ne s’attarde pas particulièrement sur le cas de l’Atlantique, mais l’immigration francophone est au cœur de l’étude.

Résumé : La publication offre un bref aperçu des politiques d’immigration et un portrait démographique de l’immigration. Le texte est illustré, d’une part, par plusieurs histoires vécues par des immigrants venus s’installer au Canada et, d’autre part, par la présentation d’organismes œuvrant à leur insertion. Suite à l’analyse de ces témoignages, l’auteur souligne principalement la nécessité d’améliorer l’intégration des immigrants au sein des communautés minoritaires. Considérant la langue française comme un dénominateur commun entre les nouveaux arrivants et leur communauté d’accueil, Quell insiste sur l’apport que pourrait avoir l’immigration francophone dans le dynamisme des communautés de langues officielles et dans le maintien de la dualité linguistique à l’échelle canadienne.

Méthodologie : L’étude repose sur des entrevues avec une soixantaine d’immigrants.

Mots-clefs : Stratégies et politiques publiques; services aux immigrants.

Comité directeur CIC-CFSM (Comité directeur citoyenneté et immigration Canada – Communautés francophones en situation minoritaire), 2003, Cadre stratégique pour favoriser l’immigration au sein des communautés francophones en situation minoritaire, Ottawa, Gouvernement du Canada.

Objectif : Ce document présente le cadre stratégique proposé par le Comité directeur CIC-CFSM pour accroître le nombre d’immigrants francophones dans les communautés francophones en situation minoritaire, tout en améliorant leur accueil et leur intégration.

Pertinence pour le thème de l’immigration francophone en Atlantique : Bien que le document ne concerne pas seulement les provinces de l’Atlantique, il est pertinent dans la mesure où l’immigration francophone en est le sujet principal et les communautés francophones de l’Atlantiques sont évoquées.

Résumé : Le cadre stratégique proposé vise cinq objectifs : 1) accroître le nombre d’immigrants francophones pour augmenter le poids démographique des régions concernées; 2) améliorer la capacité et les structures d’accueil et d’établissement; 3) assurer l’intégration économique, mais aussi 4) sociale et culturelle des immigrants francophones et 5) régionaliser l’immigration à l’extérieur des grands centres (Vancouver et Toronto). Le Comité directeur CIC-CFSM insiste sur l’importance des rôles de chaque acteur, c’est-à-dire les communautés francophones, CIC, les partenaires gouvernementaux comme Patrimoine Canada, les gouvernements provinciaux et le Commissariat aux langues officielles, ainsi que la FCFA.

Le rapport présente ensuite une liste de recommandations, catégorisées entre les sections Mise en œuvre, Mécanisme d’évaluation et Mécanisme de suivi du cadre stratégique. On y suggère que les actions soient entamées en 2005, année à laquelle le gouvernement fédéral évaluera les ressources financières allouées aux municipalités. Aussi, les plans d’action devront être évalués après trois ans, et ajustés au besoin. On recommande pour finir qu’une structure nationale soit mise en place à long terme pour assurer le suivi et l’évaluation des plans d’action.   

Mots-clefs : Stratégies et politiques publiques.

Comité directeur CIC-CFSM (Comité directeur citoyenneté et immigration Canada - Communautés francophones en situation minoritaire), 2005, Vers la francophonie canadienne de demain : sommaire des initiatives 2002-2006 pour favoriser l’immigration au sein des communautés francophones en situation minoritaire.

Objectif : Ce document vise à faire connaître certaines des initiatives découlant des cinq objectifs du cadre stratégique du Comité directeur CIC-CFSM. Les initiatives s’intègrent dans des plans d’action nationaux, provinciaux ou territoriaux dans les communautés francophones en situation minoritaire.

Pertinence pour le thème de l’immigration francophone en Atlantique : L’immigration francophone est au cœur de la publication. Bien qu’elle ne porte pas exclusivement sur l’Atlantique, on y mentionne des actions réalisées dans ces provinces.

Résumé : Les initiatives présentées sont classées parmi les cinq objectifs du Cadre stratégique, c’est-à-dire : 1) accroître le nombre d’immigrants francophones; 2) améliorer la capacité d’accueil des municipalités; 3) assurer l’intégration économique, ainsi que 4) sociale et culturelle des immigrants et 5) favoriser la régionalisation de l’immigration. Parmi les initiatives mentionnées, certaines ont été réalisées en Atlantique : le recensement des moyens nécessaires pour recruter davantage d’immigrants francophones au Nouveau-Brunswick; des études sur les besoins et capacités d’accueil des communautés francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, de Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve et Labrador; l’ajout de clauses linguistiques dans le Programme des candidats des provinces pour encourager l’immigration francophone en Nouvelle-Écosse ainsi qu’une étude sur la capacité d’accueil d’étudiants réfugiés francophones aux universités de Moncton et Ste-Anne.

Mots-clefs : Stratégies et politiques publiques.

Comité directeur CIC-CFSM (Comité directeur citoyenneté et immigration Canada – Communautés francophones en situation minoritaire), 2006, Plan stratégique pour favoriser l’immigration au sein des communautés francophones en situation minoritaire, Ottawa, Gouvernement du Canada, 27 p.

Objectif : Le Plan stratégique veut faciliter la poursuite de la mise en œuvre des objectifs du Cadre stratégique (Comité directeur CIC-CFSM, 2003) et du Plan d’action pour les langues officielles du gouvernement fédéral. C’est un plan à long terme pour développer l’immigration dans les communautés francophones en situation minoritaire tout en facilitant l’accueil et l’intégration économique, sociale et culturelle des nouveaux arrivants.

Pertinence pour le thème de l’immigration francophone en Atlantique : Le document de ne parle pas spécifiquement du territoire de l’Atlantique, mais les actions présentées sont pertinentes et concernent directement l’immigration francophone.

Résumé : Premièrement, le Plan stratégique quinquennal rappelle les cinq objectifs du Comité directeur, soit 1) accroître le nombre d’immigrants francophones pour ressourcer les populations des communautés francophones; 2) améliorer la capacité d’accueil des communautés; 3) assurer l’intégration économique, mais aussi 4) sociale et culturelle des immigrants francophones et 5) favoriser la régionalisation de l’immigration francophone. Les auteurs transmettent les principales difficultés auxquelles font face les communautés francophones en matière d’immigration (manque de capacité pour le recrutement et l’accueil, difficultés d’intégration, mobilité des immigrants, etc.) et présentent ensuite des choix stratégiques pouvant résoudre, ou du moins améliorer la situation. Entre autres, on conseille de miser sur la rétention des étudiants étrangers, d’adopter une approche ciblée, autant dans le choix des communautés que dans celui des immigrants, et de faciliter l’employabilité des travailleurs étrangers.

Mots-clefs : Stratégies et politiques publiques.

CPLO (Comité permanent des langues officielles), 2003, L’immigration, outil de développement des communautés de langues officielles en situation minoritaire : rapport du Comité permanent des langues officielles. Canada, 40 p.

Objectif : Le document présente les recommandations du Comité permanent des langues officielles visant à augmenter l’immigration (et à améliorer l’intégration des immigrants) dans les communautés francophones hors Québec.

Pertinence pour le thème de l’immigration francophone en Atlantique : La publication ne s’applique pas particulièrement au territoire Atlantique mais bien à la totalité canadienne des communautés francophones en situation minoritaire. Néanmoins, les recommandations et constatations demeurent pertinentes.

Résumé : Le plus grand constat tiré de cette étude est que les communautés francophones en situation minoritaire ne reçoivent pas une proportion suffisante d’immigrants francophones pour assurer leur vitalité démographique. La publication, qui se veut une suite logique du précédent rapport du Comité (CLO 2002), présente le même processus d’immigration, divisé en quatre étapes : la promotion et la sélection des immigrants à l’étranger; l’établissement dans le pays d’accueil; l’adaptation à la communauté et l’intégration/contribution à la communauté choisie. Selon les auteurs, les immigrants ne reçoivent pas une information adéquate lors de la promotion et de la sélection à l’étranger : le Québec y étant présenté comme seul lieu francophone au Canada. On recommande donc, entre autres, de renforcer la promotion des communautés francophones hors Québec. Ultérieurement, la phase de l’adaptation passe principalement par l’insertion au marché du travail et l’apprentissage des langues officielles. De plus, le Comité a ciblé des acteurs-clefs devant s’impliquer dans le dossier de l’immigration, notamment le ministère des Affaires étrangères et du commerce international, Développement des ressources humaines Canada et surtout les communautés francophones elles-mêmes, qui devraient faire de ce projet le leur.

Méthodologie : Revue de littérature, analyse de document et consultations publiques.

Mots-clefs : Stratégies et politiques publiques

NOUVEAU-BRUNSWICK, Soyez notre avenir : Stratégie de croissance démographique du Nouveau-Brunswick, février 2008, 25 p.

Objectif de la publication : Ce document présente la stratégie de croissance démographique du Nouveau-Brunswick, élaborée par le Secrétariat de la croissance démographique, pour les cinq prochaines années.

Pertinence pour le thème de l’immigration francophone en Atlantique : L’immigration étant une des stratégies privilégiées par le Nouveau-Brunswick pour augmenter sa population, la publication y consacre une section entière. Quelques paragraphes portent plus spécifiquement sur l’immigration francophone.

Résumé : Le gouvernement du Nouveau-Brunswick souhaite s’attaquer à la baisse démographique de la province avec sa Stratégie de croissance démographique, plan quinquennal élaboré par le Secrétariat de la croissance démographique. Le plan se déploie en six tactiques principales : accroître et cibler l’immigration; améliorer les mesures de soutien aux services d’établissement; promouvoir la diversité et le multiculturalisme; retenir les jeunes; rapatrier d’anciens Néo-Brunswickois et créer une province familiale. Il ressort des consultations publiques que l’accent devait être mis sur le potentiel entrepreneurial et le profil linguistique distinct de la province.

Du côté de l’immigration, le Nouveau-Brunswick compte augmenter le nombre de nouveaux arrivants et améliorer les services d’établissement, afin de favoriser une meilleure rétention. La Stratégie s’appuie sur le Programme des candidats de la province (PCP) du Nouveau-Brunswick, qui vise à recruter des travailleurs spécialisés ou des entrepreneurs. Le Nouveau-Brunswick travaille en partenariat avec les employeurs locaux (dans le cadre du PCP) et avec la population locale (via le programme de parrainage communautaire). De plus, le plan apporte une attention spéciale à l’immigration dans les communautés francophones et rurales, en invitant les municipalités concernées à s’impliquer activement dans le recrutement et la rétention des immigrants. Le gouvernement provincial veut aussi investir dans les organismes d’établissement pour améliorer l’intégration des nouveaux venus.

Méthodologie : La stratégie repose sur des consultations publiques : réunions publiques dans neuf communautés, réception de commentaires individuels et de mémoires.

Mots-clefs : Stratégies et politiques publiques; services aux immigrants; municipalités.

NOVA SCOTIA OFFICE OF IMMIGRATION, 2004, Stratégie de la Nouvelle-Écosse en matière d’immigration, 40 p.

Objectif : Ce document communique la nouvelle stratégie néo-écossaise en matière d’immigration. La province veut stimuler l’immigration pour freiner la baisse démographique et donner un coup de fouet à l’économie.

Pertinence pour le thème de l’immigration francophone en Atlantique : Étant donné le peu de textes consacrés à la Nouvelle-Écosse, la publication est pertinente pour le thème, bien qu’il ne soit pas essentiellement question de l’immigration francophone.

Résumé : Les objectifs quantitatifs en matière d’immigration de la Nouvelle-Écosse se comptent comme suit : retenir 70% des immigrants venus s’installer dans la province et attirer 3600 nouveaux immigrants annuellement. Pour atteindre ces buts, le gouvernement doit s’assurer de la bonne intégration des nouveaux arrivants, afin qu’ils puissent participer activement au développement économique de la Nouvelle-Écosse. On souhaite aussi équilibrer l’arrivée d’immigrants de différentes catégories (immigration économique, familiale et humanitaire). Ce plan quinquennal doit être mis en œuvre par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, mais celui­ci compte sur un appui de la population et du monde des affaires. De plus, la stratégie prévoit un partenariat avec la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) pour assurer la promotion de la communauté et de l’immigration francophone.

Méthodologie : Quarante-cinq consultations (45) ont été tenues un peu partout dans la province, suite à la publication d’un Cadre stratégique pour l’immigration. Ces consultations réunissaient des dirigeants d’entreprises et de communautés, ainsi que des représentants des secteurs public, privé et bénévole.

Mots-clefs : Services aux immigrants.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :