Les immigrants récents des régions métropolitaines : Halifax — un profil comparatif d’après le recensement de 2001

Points saillants

Les immigrants très récents – un aperçu

  • Parmi les immigrants très récents, soit ceux qui sont arrivés depuis le 1er janvier 1996, ceux qui vivaient à Halifax le 15 mai 2001 ont beaucoup en commun avec ceux qui sont arrivés plus tôt, y compris sur le plan économique. Ils sont 4 400, un chiffre substantiel par rapport aux cohortes antérieures, et représentent 18 % de la population des immigrants d’Halifax. Quatre sur dix sont titulaires d’un diplôme universitaire, soit un peu plus que dans les groupes antérieurs et deux fois plus que dans la population des natifs du Canada. Presque tous parlent anglais ou français. La proportion de ceux qui travaillent est à peu près la même que ce qu’on observait cinq ans plus tôt, parmi les immigrants admis au cours de la première moitié des années 1990, et leurs revenus sont supérieurs d’environ le tiers à ce qu’ils étaient cinq ans plus tôt, ce qui est un changement plus marqué que parmi les autres cohortes d’immigrants et les personnes nées au Canada.

Immigrants et immigrants récents (Partie A)

  • En 2001, il y avait 9 700 immigrants récents à Halifax, soit 0,4 % de l’ensemble des immigrants récents au Canada. Ces personnes, admises après 1985, représentaient 40 % des immigrants vivant dans la ville même d’Halifax et 2,7 % de la population de la région métropolitaine. Dans le présent document, le terme « immigrants récents » désigne les immigrants qui sont devenus des résidents permanents ou qui ont obtenu le droit d’établissement après 1985 et qui vivaient au pays le 15 mai 2001, date à laquelle le recensement de la population a eu lieu. Le terme « immigrants très récents » désigne les immigrants qui ont obtenu le droit d’établissement après 1995.
  • En mai 2001, plus des trois quarts des immigrants admis entre 1986 et 1995 avaient obtenu la citoyenneté canadienne.

Qui sont les immigrants récents? (Partie B)

  • Les origines des immigrants vivant à Halifax sont plus diversifiées parmi les cohortes les plus récentes. Beaucoup sont nés au Royaume-Uni ou aux États-Unis, mais leur pourcentage au sein des immigrants récents diminue régulièrement avec le temps. La Chine se classe dorénavant au premier rang des pays sources, avec 9 % des immigrants admis après 1995.
  • Selon les statistiques publiées par Citoyenneté et Immigration Canada, huit immigrants sur dix ayant choisi de s’établir à Halifax appartiennent à la catégorie de l’immigration économique.
  • Les immigrants récents changent le paysage religieux d’Halifax. En effet, le tiers des immigrants très récents sont musulmans.
  • Plus des deux cinquièmes des immigrants récents ont entre 25 et 44 ans. Cette tranche d’âge représente en revanche le tiers des natifs du Canada résidant à Halifax.
  • Presque tous les immigrants très récents disent pouvoir converser en anglais ou en français. Plus de la moitié des immigrants très récents rapportent que la langue la plus souvent employée à la maison est autre que l’anglais ou le français.
  • Le niveau de scolarité des immigrants très récents d’Halifax est assez élevé par rapport à celui des natifs du Canada : en effet, quatre sur dix sont titulaires d’un diplôme universitaire. Ce chiffre est conforme à la tendance observée parmi les immigrants qui s’établissent à Halifax.

Familles et ménages (Partie C)

  • Les immigrants récents sont proportionnellement plus nombreux que les personnes nées au Canada à vivre avec des parents et au sein de familles élargies. Parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, 23 % des immigrants très récents vivent seuls contre 31 % parmi les personnes nées au Canada.
  • Les familles d’immigrant récents sont proportionnellement plus nombreuses que celles des natifs du Canada à compter des enfants à la maison, en particulier quand l’âge du membre de la famille le plus âgé est entre 45 et 64 ans. Il y a beaucoup moins de familles monoparentales parmi les immigrants récents que parmi les natifs du Canada à Halifax.
  • Les ménages au sein desquels au moins un adulte est un immigrant récent représentent 3 % des ménages d’Halifax. Deux sur cinq de ces ménages comptent au moins une personne ayant immigré après 1995.
  • Les ménages d’immigrants récents sont un peu plus nombreux, proportionnellement, que les ménages de natifs du Canada à être constitués d’une famille élargie ou de plus d’une famille. Leur effectif tend aussi à être plus grand; ainsi, 44 % comptent au moins quatre personnes, contre 21 % des ménages de natifs du Canada.

Participation à la vie économique (Partie D)

  • Plus l’arrivée des immigrants est récente, plus leur taux d’activité est faible et plus leur taux de chômage est élevé. Le taux d’activité des immigrants antérieurs est plus ou moins le même que celui des personnes nées au Canada.
  • Plus les immigrants restent longtemps au Canada, plus ils tendent à rejoindre les natifs du Canada sur le plan de la participation à la vie économique, peu importe le groupe d’âge, le sexe ou la scolarité. Les disparités entre immigrants récents et natifs du Canada sont généralement moindres chez les hommes que chez les femmes.
  • Le taux d’activité des immigrants récents n’a pas changé significativement entre 1996 et 2001 alors qu’il augmentait parmi les personnes nées au Canada.
  • Les immigrants récents sont proportionnellement moins nombreux que les natifs du Canada dans les secteurs des ventes et services, de la santé et sciences, de la gestion et sciences sociales. Ils sont moins nombreux que les natifs du Canada, par contre, à occuper des postes administratifs.
  • Les immigrants récents sont proportionnellement plus nombreux que les personnes nées au Canada à travailler dans les services, accueil et autres, mais moins nombreux dans les industries de la construction et du transport et dans le secteur public.
  • Les immigrants récents d’Halifax tendent à occuper des emplois qui exigent de grandes qualifications, mais les diplômés d’universités ont des emplois qui exigent moins que ceux des natifs du Canada.

Revenu (Partie E)

  • En moyenne, parmi les personnes qui ont déclaré un revenu en 2000, le revenu des immigrants très récents équivaut environ aux deux tiers de celui des natifs du Canada. Celui des immigrants de 1986 à 1995 équivaut à plus des quatre cinquièmes de celui des natifs du Canada.
  • Le revenu moyen des immigrants très récents, hommes et femmes, a été plus élevé du tiers en 2001 qu’en 1995, soit une augmentation beaucoup plus substantielle que parmi les cohortes antérieures.
  • Les paiements de transfert du gouvernement aux ménages des 25 à 64 ans ont été légèrement plus élevés pour les ménages d’immigrants récents que pour leurs homologues nées Canada.
  • Le tiers des immigrants très récents étaient considérés comme ayant un faible revenu, ce qui est deux fois le pourcentage des personnes nées au Canada.

Logement (Partie F)

  • À Halifax, 18 % des ménages d’immigrants récents vivent à l’étroit — c’est-à-dire dans un logement qui abrite une personne ou plus par pièce — contre 2 % des ménages de natifs du Canada. Ce phénomène touche 39 % des ménages formés uniquement d’immigrants très récents.
  • Près du tiers des ménages d’immigrant récents consacrent plus de 30 % de leur revenu au logement, contre le quart des ménages des natifs du Canada.
  • La qualité du logement des immigrants récents est légèrement supérieure à celle des natifs du Canada.
  • La propriété est beaucoup plus rare chez les ménages d’immigrants récents que chez les ménages de natifs du Canada.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :