Conférence de presse sur l'Accord de libre‑échange

Discours

Notes d'allocution

L'honorable Navdeep Bains, C.P., député
Ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique

Toronto

Le 7 avril 2017

Le discours prononcé fait foi

Bonjour à tous.

Permettez-moi de commencer en saluant mes homologues provinciaux et territoriaux qui sont présents aujourd'hui.

Je souhaite plus particulièrement saluer notre président représentant l'Ontario, le ministre Brad Duguid, quia travaillé d'arrache‑pied pour que nous en arrivions là où nous en sommes aujourd'hui.

Merci, Brad.

J'aimerais saluer également les collègues fédéraux actuels et ceux d'autres allégeances sous le précédent gouvernement. C'est grâce à leur travail soutenu si nous sommes réunis ici aujourd'hui.

Je tiens à lever mon chapeau en particulier à mon prédécesseur, James Moore.

Enfin, je salue également mes honorables collègues du Comité sénatorial permanent des banques et du commerce.

Leurs efforts conjugués pour que le Canada abolisse les obstacles au commerce intérieur ont contribués à l'établissement d'une union économique solide.

Mesdames et Messieurs,

C'est une grande journée pour les Canadiens.

À la veille du 150e anniversaire du Canada, nous célébrons la naissance d'un accord historique.

L'Accord de libre-échange canadien.

Cet accord contient de nombreuses premières historiques.

Il inclut le gouvernement fédéral et l'ensemble des gouvernements provinciaux et territoriaux.

Et pour la première fois, il comprend aussi notre quatorzième signataire, le Nunavut.

Marquant une autre première historique, cet accord ouvrira le commerce au pays dans presque tous les secteurs de l'économie.

C'est pour cette raison qu'il est l'accord commercial le plus ambitieux à couvrir notre marché intérieur.

L'Accord permettra aux Canadiens d'acheter et de vendre des biens et des services plus librement à l'intérieur de leur propre pays.

Il créera ainsi davantage de possibilités d'affaires et d'emploi pour les Canadiens.

Fait important, l'Accord instaurera des dispositions claires pour que les Canadiens puissent travailler dans différentes régions du pays.

Les charpentiers.

Les experts en assurances.

Les soudeurs et les plombiers.

Même les comptables comme moi.

Les personnes qui travaillent dans ces professions agréées seront en mesure de voir leurs titres de compétences canadiens reconnus dans tout le pays.

Cet accord offrira plus de choix aux consommateurs, surtout pour acheter des biens et des services qui viennent d'autres régions du Canada.

Cela signifie qu'il sera plus facile pour nous tous de profiter de ce que le pays a de mieux à offrir.

Grâce à l'Accord, les entreprises pourront vendre leurs biens et services dans tout le pays plus facilement et à moindres coûts.

Les Canadiens peuvent ainsi s'attendre à payer moins cher ce qu'ils achètent.

L'Accord permettra également à un plus grand nombre d'entreprises de vendre leurs biens et services aux gouvernements dans l'ensemble du pays.

Une petite entreprise d'Halifax ou de Winnipeg aura plus de chances d'obtenir des contrats de tous les ordres de gouvernement.

En réalité, pour la première fois, des entreprises canadiennes œuvrant dans des professions réglementées, comme l'ingénierie et l'architecture, auront la possibilité de soumissionner des contrats gouvernementaux dans tout le pays.

C'est bon pour les affaires.

C'est bon pour les travailleurs.

Et c'est bon pour les contribuables, qui peuvent s'attendre à en avoir plus pour leur argent.

Marquant une autre première historique, l'Accord permettra aux fournisseurs de la plupart des entreprises publiques de services d'énergie de soumissionner divers contrats gouvernementaux dans de nombreuses régions du pays.

Ces contrats sont estimés à 4,7 milliards de dollars par an.

Il s'agit d'un tout nouveau débouché commercial pour les entreprises, grandes et petites, au Canada.

Par ailleurs, l'Accord exigera des gouvernements qu'ils réduisent le nombre de règles et de règlements qui entravent la croissance des entreprises canadiennes.

Ces différences régionales au chapitre des règles et des règlements peuvent décourager des entreprises souhaitant se développer ailleurs au Canada.

Elles peuvent aussi entraîner une hausse des prix et une réduction de l'offre pour les consommateurs.

L'Accord fera en sorte que les entreprises établies au Canada aient le même accès, voire un meilleur accès, à leur marché intérieur que nos partenaires commerciaux internationaux.

Une plus grande ouverture des marchés aidera les entreprises canadiennes à prendre de l'expansion au pays et à soutenir la concurrence sur la scène mondiale.

Et leur croissance sera accompagnée de la création d'un plus grand nombre d'emplois pour la classe moyenne du Canada.

Enfin, l'Accord est tourné vers l'avenir.

Il instaure un processus et un échéancier pour l'amélioration du commerce dans les quelques secteurs de l'économie qui ne sont pas couverts pour le moment.

Cela comprend la vente des boissons alcoolisées.

Nous avons entendu clairement le souhait des Canadiens de libéraliser le commerce de la bière.

Tous les gouvernements se sont donc engagés à tout faire pour améliorer le commerce de la bière, du vin et des spiritueux.

Il s'agit là d'une autre première historique.

Pour finir, l'Accord s'appliquera automatiquement aux secteurs nouveaux et émergents.

Cela signifie que les nouveaux produits et services, allant des technologies propres aux technologies de l'information, profiteront de la même liberté de circulation dont jouissent les secteurs mieux établis.

C'est ainsi que le libre-échange au Canada stimule l'innovation.

Cette caractéristique est encore une autre première historique.

Comme dans toute négociation, il a fallu faire des compromis pour parvenir à cet accord.

Il a fallu aussi que le gouvernement fédéral, les provinces et les territoires coopèrent comme jamais auparavant.

Je suis fier du rôle qu'a joué le gouvernement dans la conclusion de cet accord.

Cet accord reflète — et même dépasse — l'ambition des accords commerciaux internationaux du Canada.

L'Accord va réduire les formalités administratives, favoriser l'expansion des entreprises et les aider à innover.

Nous avons travaillé fort pour que cet accord soit efficace.

Le résultat :

Il contient des mécanismes solides, pour que tous les gouvernements rendent compte de leur conformité à l'Accord.

Enfin, le gouvernement du Canada a dirigé les efforts pour assurer l'inclusion des ventes de boissons alcoolisées dans l'Accord.

Mesdames et Messieurs,

L'Accord de libre-échange canadien renforce notre avantage à domicile.

Il rappelle au monde entier que le Canada est ouvert aux affaires.

Le moment ne pouvait pas être mieux choisi.

Cet accord entrera en vigueur le 1er juillet.

Je ne peux pas penser à une meilleure façon de célébrer le 150e anniversaire du Canada.

Merci.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Please select all that apply:

Privacy statement

Thank you for your help!

You will not receive a reply. For enquiries, contact us.

Date de modification :