Liste finale des supergrappes et annonce des gagnants

Discours

Notes d’allocution

L’honorable Navdeep Bains, C.P., député
Ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique


Ottawa (Ontario)
Le 15 février 2018


La version prononcée fait foi

Merci à tous et à toutes d’être ici aujourd’hui.

C’est un grand jour pour le Canada et l’industrie canadienne.

Vous savez, j’ai pris la décision de me lancer en politique lorsque j’avais 25 ans.

J’avais fini mes études et je travaillais pour Nike et Ford lorsque j’ai réalisé que je voulais améliorer les choses et ainsi apporter ma contribution au pays.

Comme la plupart des jeunes — et je crois qu’un grand nombre d’enfants d’immigrants pensent comme moi — croient que si nous travaillons fort, nous améliorerons le monde dans lequel nous vivons.

Et mes parents, originaires de l’Inde, m’ont montré que si vous avez une vision, des valeurs et de la persévérance, tout est possible.

J’ai gagné ma première élection à l’âge de 26 ans. Je ne savais pas à quoi on s’attendait de moi, mais j’étais prêt à travailler fort pour le découvrir.

J’ai donc passé beaucoup de temps à écouter ce que les gens avaient à dire, à découvrir ce qui était important pour eux et à trouver ce que je pouvais faire pour les aider dans mon rôle d’élu.

J’ai appris beaucoup de choses. Et je crois que j’ai fait un bon travail.

Un jour, le premier ministre m’a dit : « Nav, je veux que tu sois le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique. »

Quelle chance! De toute évidence, j’ai accepté l’offre.

Lorsque je suis entré à la maison ce soir-là, j’ai dit à ma femme : « Bram, je vais faire du Canada une star de l’innovation mondiale! »

Bram m’a lancé un regard étonné et m’a demandé doucement comment j’allais y arriver.

Je me souviens qu’ensuite, j’y ai bien réfléchi, et j’ai réalisé que je ne pourrais pas y arriver seul.

C’est ce qui explique ce que j’ai fait en arrivant sur la Colline…

J’ai passé beaucoup de temps à rencontrer et à écouter les gens de tous les milieux pour connaître les défis et les possibilités qui existent pour l’industrie et l’innovation.

J’ai participé à de nombreuses réunions et tables rondes. J’ai parlé au téléphone à des centaines d’intervenants, dont plusieurs sont ici, alors je vous remercie d’avoir répondu à mon appel!

J’ai aussi parlé aux membres du caucus au sujet de l’opinion de leurs électeurs.

Je me suis rendu aux États-Unis, à Silicon Valley, à Denver et à Los Angeles, entre autres.

J’ai aussi voyagé en Chine, en Inde et en Suisse.

J’ai pu voir ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas.

J’ai réalisé à quel point le Canada avait du potentiel en matière d’innovation.

J’ai discuté avec des experts.

Des spécialistes de l’innovation, des futurs dirigeants, des acteurs de l’industrie et de la politique, le Conseil consultatif en matière de croissance économique et des Canadiens ordinaires.

Le processus de consultation sur le Plan pour l’innovation et les compétences a compté près de 120 000 échanges.

Je vous remercie donc pour vos précieux conseils et pour avoir motivé le gouvernement à voir grand et à concrétiser le potentiel du Canada.

Pendant les consultations, j’ai rapidement constaté que le Canada est à un tournant de son histoire.

C’est vrai : notre économie est forte et est celle qui connaît la croissance la plus rapide des pays du G7.

Depuis que le gouvernement actuel est au pouvoir, plus d’un demi-million d’emplois à temps plein ont été créés, et nous avons le taux de chômage le plus bas depuis 1976.

Selon Forbes, notre pays est le cinquième meilleur au monde où faire des affaires en 2018.

Et nous avons le plus grand nombre d’adultes qui possèdent un diplôme universitaire, soit 55 pour cent de la population adulte, comparativement à la moyenne de l’OCDE de 35 pour cent.

Nous devons trouver un moyen de mettre à profit nos nombreuses forces existantes.

Si nous y arrivons, rien ne pourra nous arrêter.

J’ai toujours dit que la première ressource du Canada n’est pas une ressource naturelle, c’est son talent, ses gens.

Prenez par exemple nos chercheurs de calibre mondial.

Des gens comme Jeff Dahn, qui a fait des percées dans la technologie des batteries au lithium-ion à l’Université Dalhousie et qui travaille maintenant avec Tesla pour mettre au point ses découvertes.

Ou Caroline Colijn, titulaire de la Chaire de recherche Canada 150 en modélisation mathématique de l’évolution des agents pathogènes et santé publique à l’Université Simon Fraser.

Ou encore Richard Sutton, de l’Université de l’Alberta, un expert de l’apprentissage machine qui contribue à faire d’Edmonton un haut lieu de la technologie de pointe, et non seulement une ville réputée pour son industrie minière et de l’énergie.

Combinons maintenant ce talent à notre expertise technique et à notre savoir-faire commercial.

Notre gouvernement aide actuellement un million de jeunes à apprendre à coder pour qu’ils aient les compétences exigées par les emplois de demain.

Il ne faut pas oublier les forces que nous avons déjà dans le secteur industriel.

Nous devons continuer sur cette lancée.

Si cela se produit, des partenariats, de la collaboration et de l’innovation se concrétiseront et transformeront l’économie du Canada.

Nous pouvons créer des écosystèmes incroyables axés sur l’entrepreneuriat et la concurrence comme ceux qui se trouvent à Silicon Valley et en Israël.

Et nous pouvons favoriser la création de milliers d’emplois pour la classe moyenne de notre génération, pour nos enfants et pour les générations à venir.

Des emplois qui permettent de faire carrière et de bâtir une vie.

Mais comment pouvons-nous réaliser cette transformation?

Nous avons lancé le Plan pour l’innovation et les compétences pour aider les innovateurs canadiens à créer des entreprises de calibre mondial et de bons emplois.

Nous avons investi dans de nouveaux programmes de pointe et établi de nouvelles politiques pour faire du Canada le meilleur endroit où former et attirer des gens de talent de calibre mondial, bâtir de nouvelles technologies, trouver de nouveaux clients et obtenir les capitaux nécessaires à la croissance.

Ce plan est axé sur les supergrappes...

Vous vous demandez peut-être ce qu’est une supergrappe?

Je sais que c’est du jargon, mais les supergrappes sont importantes, car elles représentent l’industrie et de bons emplois.

Imaginez un écosystème dans lequel les entreprises de toutes les tailles, les établissements universitaires et de recherche, ainsi que d’autres acteurs de l’innovation collaborent et perfectionnent de nouvelles idées.

La proximité leur permet d’obtenir des avantages liés à la chaîne d’approvisionnement, aux connaissances et à la collaboration.

Elle stimule la concurrence et attire des entreprises et des investissements de partout dans le monde.

À titre de pôles de l’innovation, les supergrappes développent des innovations et de nouvelles infrastructures, et engagent et perfectionnent un bassin croissant de gens talentueux.

Les supergrappes créent des emplois.

Autour du monde on trouve des grappes dans des secteurs comme la technologie numérique, la médecine et les technologies propres.

Pourquoi pas nous? Le Canada a le talent nécessaire pour le faire.

Nous avons débuté avec un défi. Nous avons dit à l’industrie : « Vous êtes les experts, alors collaborez avec les universités et collèges, les organismes sans but lucratif et vos concurrents et trouvez les meilleures propositions de supergrappes canadiennes — la crème de la crème.

Nous engagerons jusqu’à 950 millions de dollars en investissement dans vos idées, et vous contribuerez un montant égal.

Et comme vous le savez, les Canadiens ont l’esprit vif.

Vous pouvez imaginer que la réaction à ce défi a été très impressionnante.

Il a donné lieu à une collaboration sans précédent.

Nous avons reçu plus de 50 propositions de plus de 1 000 entreprises qui ont plus de 350 partenaires, dont 100 établissements universitaires.

Et les idées ont été réellement innovatrices. En tant que passionné de l’innovation, j’ai été sidéré.

Nous avons soigneusement évalué chaque proposition et avons retenu neuf finalistes qui ont un excellent potentiel d’accélérer la croissance économique.

J’ai aujourd’hui entre les mains les propositions que nous avons retenues parmi ces finalistes.

Les supergrappes transformeront notre économie et feront du Canada une vedette mondiale de l’innovation. Et c’est ce que j’ai dit à ma femme!

On s’attend à ce que les supergrappes ajoutent plus de cinquante milliards de dollars à notre PIB et créent plus de cinquante mille emplois au cours de la prochaine décennie.

Lorsque le Canada investit, il fait des choix intelligents.

C’est pourquoi nous nous attendons, dans le cadre de l’entente, à ce que les supergrappes fassent croître notre économie, mais aussi qu’elles prennent en compte les valeurs canadiennes comme la diversité et l’égalité des sexes.

Chaque supergrappe produira un plan visant à assurer l’égalité des sexes et la diversité pour veiller à ce que tous les innovateurs canadiens puissent profiter de l’investissement du Canada.

Cela signifie qu’un plus grand nombre de femmes et de membres de groupes sous-représentés auront du succès dans des emplois de secteurs hautement innovateurs. C’est une bonne nouvelle pour tout le monde.

Alors sans plus tarder, voici les supergrappes canadiennes qui révolutionneront l’économie et qui, nous croyons, créeront plus de cinquante mille emplois pour la classe moyenne.

Voici la Supergrappe de l’économie océanique, qui misera sur des technologies émergentes pour renforcer les industries canadiennes du secteur maritime, comme les pêches, le gaz et le pétrole et les énergies propres.

La supergrappe SCALE.AI va aider le Canada à devenir un leader mondial de l’exportation. Elle va permettre aux entreprises de développer les domaines de l’intelligence artificielle et de la robotique.

La Supergrappe de la fabrication de pointe développera les capacités technologiques du Canada en collaboration avec le secteur de la fabrication pour faire de notre pays un chef de file mondial de la fabrication au sein de l’économie de demain.

La Supergrappe des innovations en protéines fera du Canada une principale source mondiale de protéines végétales pour aider à nourrir le monde entier.

Et enfin, la Supergrappe des technologies numériques fera appel à des ensembles de données plus volumineux ainsi qu’à des technologies numériques pour améliorer la prestation de services dans les secteurs de la santé, des ressources forestières et de la fabrication.

Mesdames et Messieurs, joignez-vous à moi pour féliciter les cinq supergrappes du Canada.

Merci.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Please select all that apply:

Thank you for your help!

You will not receive a reply. For enquiries, contact us.

Date de modification :