Le gouvernement du Canada veut s’assurer de trouver un juste équilibre entre les investissements dans le contenu et la capacité d’être concurrentiels

Déclarations

Gatineau, le 14 août 2017

Le gouverneur en conseil, sur la recommandation de l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, et avec l’appui du Cabinet, a renvoyé pour réexamen et nouvelle audience les décisions de radiodiffusion CRTC 2017-143 à 2017-147 (renouvellement des licences pour les services de télévision des grands groupes de propriété de langue française) et CRTC 2017-148 à 2017-151 (renouvellement des licences pour les services de télévision des grands groupes de propriété de langue anglaise) du 15 mai 2017.

« Les radiodiffuseurs et les créateurs canadiens sont au cœur du système de radiodiffusion et, dans le contexte actuel où notre avantage concurrentiel repose sur la créativité, ils doivent être bien placés pour réussir.

« Le gouvernement du Canada reconnaît les investissements importants que réalisent les radiodiffuseurs canadiens dans le contenu canadien. Par ailleurs, toute l’industrie est en transition. Les prochaines années seront déterminantes si nous voulons créer les conditions nécessaires pour que les Canadiens se démarquent sur la scène internationale.

« Durant cette période de transition pour toute l’industrie, la présence d’un contenu canadien original et le dynamisme du secteur créatif seront essentiels à la compétitivité du secteur de la radiodiffusion et à sa capacité de contribuer à l’économie canadienne.

« Nous demandons au CRTC de reconsidérer ces décisions afin que nous puissions trouver un juste équilibre entre les investissements dans le contenu et la capacité d’être concurrentiels.

« En renvoyant ces décisions au CRTC, le gouvernement souhaite confirmer qu’il appuie les dramatiques, comédies, productions d’animation et documentaires canadiens de qualité et les autres émissions d’intérêt national qui reflètent notre pays et sa diversité. Il reconnaît également l’importance des émissions originales de langue française et du soutien aux créateurs d’émissions de musique, de courts-métrages et de documentaires de courte durée.

« Lorsque nous considérons l’avenir du contenu canadien, nous devons être audacieux. C’est pourquoi, cet automne, je présenterai une vision qui viendra soutenir nos industries culturelles dans leur transition et qui sera pertinente dans l’environnement numérique en pleine transformation. »


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :