Revue annuelle 2014-2015

Institut canadien de conservation

Publié électroniquement par :
Institut canadien de conservation
Patrimoine canadien
1030, chemin Innes
Ottawa (Ontario)  K1B 4S7
Revue annuelle de l'ICC 2014-2015
Also available in English.
ISSN - 1927-3940
Catalogue - CH57-1F-PDF
© Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation, 2015
Toutes les images dans ce document sont la propriété de la Couronne, à moins d’indication contraire.

Table des matières

Mission de l’Institut canadien de conservation (ICC)

L’ICC fait progresser la conservation des collections patrimoniales du Canada et en fait la promotion grâce à son expertise en science de la conservation, en restauration et en conservation préventive. L’ICC travaille avec les établissements et les professionnels du patrimoine pour faire en sorte que ces collections patrimoniales soient préservées et accessibles aux Canadiens et aux Canadiennes, aujourd’hui et pour l’avenir.

Pour accomplir sa mission, l’ICC organise ses activités dans trois principaux secteurs :

  1. les activités de recherche et de développement en conservation, notamment la recherche scientifique et l’élaboration de techniques de restauration de pointe et de solutions pratiques et novatrices destinées au soin des collections;
  2. la prestation de services d’experts, notamment des analyses scientifiques, des traitements de conservation et des services-conseils en préservation aux établissements et aux professionnels du patrimoine;
  3. la diffusion des connaissances dans le domaine de la conservation au moyen de la formation, du perfectionnement professionnel, de ressources d’apprentissage en ligne et de publications, dans le but d’aider les personnes responsables d’objets et de collections du patrimoine à prendre des décisions éclairées sur les soins à apporter à leurs collections.
Stagiaire à l’ICC travaillant sur un manuscrit.
Marie-Lou Beauchamp, stagiaire, consolide des pigments qui s’écaillent sur l’antiphonaire de Salzinnes, un manuscrit sur parchemin rédigé à l’encre ferro-gallique qui renferme des enluminures pleine page, créé aux environs de 1554-1555. ICC 90765-0736
Stagiaire à l’ICC travaillant sur une tête de lion chinoise faisant partie d’un costume de danse.
Evelyn Ayre, stagiaire, effectue un lavage humide de la barbe faite en crin de cheval qui se détachait d’une tête de lion chinoise. La tête de lion a été utilisée pendant les danses traditionnelles lors de célébrations tenues dans les communautés du quartier chinois de Vancouver au début du XX e siècle. ICC 120499-0041

Message de la Directrice générale

Patricia Kell, directrice générale de l’Institut canadien de conservation.

Je suis heureuse de vous présenter la Revue annuelle 2014-2015 de l’Institut canadien de conservation (ICC). Celle-ci vous donnera un aperçu des activités et des travaux réalisés par l’ICC durant l’exercice 2014-2015, lequel s’est distingué par des réalisations extraordinaires et le déploiement de grands efforts de planification pour les années à venir.

En 2014-2015, nous avons mis au point notre premier Plan stratégique. Mis sur pied dans la foulée d’une recommandation qui avait été formulée au moment de l’évaluation du programme, le plan définit les différents domaines dans lesquels nos activités seront concentrées au cours des cinq prochaines années. En 2013, des consultations ont été tenues avec les membres de la communauté du patrimoine partout au pays, ce qui a permis de recueillir des points de vue essentiels à l’établissement de notre future orientation. Je suis très reconnaissante envers l’équipe de gestionnaires et d’employés qui a travaillé avec diligence et qui a passionnément débattu de nombreuses questions pour veiller à ce que l’ICC poursuive sa route sur le chemin de l’excellence.

Dans le cadre de son Plan stratégique 2015-2020, l’ICC est déterminé à améliorer la préservation et l’accessibilité des collections patrimoniales au Canada :

  • en développant une expertise dans le domaine de la conservation des matériaux modernes;
  • en renforçant le rôle de chef de file de l’ICC dans la conservation préventive et l’environnement des musées;
  • en contribuant à répondre aux priorités du gouvernement du Canada liées à l’histoire;
  • en modernisant et en diversifiant les occasions de perfectionnement professionnel à l’intention des professionnels du patrimoine.

Par ailleurs, nous avons réaffirmé notre engagement à l’égard de l’efficacité organisationnelle. L’enjeu le plus urgent de l’ICC, qui constitue à la fois un défi et une occasion, est le départ à la retraite prévu de 43 p. 100 de ses restaurateurs et scientifiques en conservation au cours du cycle de vie de son Plan stratégique. Afin de mieux gérer cette situation, un plan de relève a été créé et il sera primordial de le mettre en œuvre au cours des prochaines années.

Comme vous serez en mesure de le constater au fil des pages qui suivent, l’exercice 2014-2015 a été le théâtre d’une intense activité et de bon nombre de réalisations. Le printemps dernier a été marqué par la reconnaissance du travail de deux employés qui ont reçu de prestigieux prix nationaux et internationaux, de même que par la reconnaissance de l’excellence du travail que le personnel de l’ICC a accompli dans la foulée des inondations qui ont touché l’Alberta en 2013. Au cours de l’été, un article vedette a été publié dans les médias sur une remarquable découverte faite par des chercheurs de l’ICC sur la structure de l’ambre. Par ailleurs, le projet pilote relatif à un nouveau programme d’apprentissage qui avait pour but d’aider les établissements patrimoniaux à réduire l’encombrement de leurs réserves a été un franc succès. Le projet pilote comprenait non seulement des ateliers classiques, mais également des outils d’apprentissage en ligne et une vidéo. Nous continuons de travailler à la préservation des édifices du Parlement et de leur contenu, notamment à la conception de nouveaux présentoirs pour les Livres du Souvenir exposés dans la Tour de la Paix cette année.

J’espère que la lecture de la présente Revue annuelle vous permettra de bien saisir l’éventail des merveilleux projets menés à bien par l’ICC cette année. Chacun de ces projets comprenait des éléments liés à la résolution d’énigmes, à la découverte et à un savoir-faire extraordinaire, et a contribué à la préservation de l’irremplaçable patrimoine culturel du Canada. C’est pour moi un honneur et un privilège de me voir confier ce travail qui profitera à tous les Canadiens et Canadiennes.

Patricia E. Kell
Directrice générale et chef de l’exploitation
Institut canadien de conservation

Sommaire

La Revue annuelle 2014-2015 de l’Institut canadien de conservation (ICC) présente, en deux sections, les accomplissements de l’ICC au cours du dernier exercice financier. La première section reprend, sous la forme d’un tableau de gestion de bord, les principaux éléments du cadre de mesure de rendement de l’ICC en mettant en évidence les objectifs visés, les cibles et les résultats de rendement atteints pour chacun des trois secteurs d’activité.

La seconde section, de nature plus qualitative, met en évidence quelques projets et activités qui ont marqué l’exercice financier 2014-2015. Pour chacun des secteurs d’activité de l’ICC, des faits saillants sont présentés, expliquant le défi ou l’enjeu en matière de préservation et la façon dont y a répondu l’ICC. Cette section décrit aussi certaines initiatives ministérielles.

Une femme est assise et un homme se tient debout devant une table de laboratoire préparant des solutions de nettoyage.
Participants pendant le travail pratique en laboratoire dans le cadre de l’atelier « Nettoyage des surfaces peintes à l’acrylique ». ICC 124590-0026

Objectifs et résultats de 2014-2015

Recherche et développement

Objectif : Les milieux canadien et étranger du patrimoine ont accès aux résultats des activités de recherche et de développement de l’ICC.

Résultat ciblé

Résultat atteint

7 articles publiés dans des revues professionnelles ou des ouvrages à comité de lecture (ratio de 1*)

11 articles revus par des pairs ont été publiés dans 3 publications canadiennes et 8 publications étrangères (ratio de 1,4), dépassant de 57 % la cible visée

Extrant ciblé

Extrant atteint

40 articles et présentations scientifiques et techniques

47 articles et présentations ont été

Services d’experts

Objectif : Les établissements du patrimoine font appel aux services d’experts de l’ICC dans le but de préserver leurs collections.

Résultat ciblé

Résultat atteint

130 établissements canadiens auront recours aux services d’experts pour préserver leurs collections et leurs objets

150 établissements canadiens ont bénéficié des services d’experts, dépassant de 15 % la cible visée

Extrant ciblé

Extrant atteint

300 objets ou collections feront l’objet d’une analyse, d’une évaluation ou de traitements par les experts de l’ICC

866 objets et collections ont été traités, analysés ou évalués par les experts de l’ICC, dépassant de 189 % la cible visée

Diffusion des connaissances
Premier objectif : Les établissements et les employés du patrimoine ont amélioré leurs connaissances, leurs compétences et leurs pratiques professionnelles.

Résultat ciblé

Résultat atteint

90 % des participants aux ateliers de formation rapporteront une amélioration de leurs connaissances, de leurs compétences et de leurs pratiques professionnelles

98 % des participants ont rapporté une amélioration de leurs connaissances, de leurs compétences et de leurs pratiques professionnelles, dépassant de 8 % la cible visée

Deuxième objectif : Les établissements et les employés du patrimoine canadien et international participent aux activités et utilisent les ressources d’apprentissage de l’ICC.

Résultats ciblés

Résultats atteints

150 000 visiteurs uniques consulteront les ressources d’apprentissage en ligne

338 919 visiteurs uniques ont consulté les ressources d’apprentissage en ligne, dépassant de 125 % la cible visée

350 employés du milieu patrimonial au Canada participeront aux ateliers régionaux et aux ateliers de perfectionnement professionnel

434 personnes ont participé aux ateliers régionaux et ateliers de perfectionnement professionnel, dépassant de 24 % la cible visée

Extrant ciblé

Extrant atteint

45 activités de développement professionnel au Canada

65 activités de développement professionnel ont été offertes, dépassant de 44% la cible visée

* Le ratio est équivalent au nombre d’articles publiés dans des revues professionnelles ou à comité de lecture divisé par la moitié des équivalents temps plein (ETP) en science de la conservation, les scientifiques de la conservation à l’ICC consacrant 50 % de leur temps à la recherche. Pour 2014-2015, le calcul s’établit ainsi : 11 articles / 7,5 ETP.

Pourcentage de participants aux ateliers de l’ICC par province et territoire

Carte du Canada
  • Colombie-Britannique (9 %)
  • Alberta (12 %)
  • Saskatchewan (4 %)
  • Manitoba (1 %)
  • Ontario (24 %)
  • Québec (13 %)
  • Nouveau-Brunswick (8 %)
  • Nouvelle-Écosse (9 %)
  • Île-du-Prince-Édouard (4 %)
  • Terre-Neuve-et-Labrador (10 %)
  • Nunavut (0 %)
  • Territoires du Nord-Ouest (2 %)
  • Yukon (4 %)

Faits saillants en recherche et développement

L’effet des vapeurs de carbonyle sur la cellulose

Tous les documents papier se dégradent lentement, même ceux conservés dans des archives. À la température ambiante et en présence d’humidité, la cause principale de la dégradation est l’hydrolyse catalysée par des acides. Cette réaction peut s’accélérer en présence de produits volatils acides dans le milieu ambiant.

En partenariat avec le Centre de recherche sur la conservation des collections et le Muséum national d’Histoire naturelle en France, et sous la direction de Jean Tétreault, scientifique principal en conservation, l’ICC a comparé différents modèles de dégradation de la cellulose en y incluant l’apport des polluants sur la dégradation. Les résultats montrent que le dioxyde d’azote et l’acide formique ont un effet néfaste sur la cellulose, mais que cet effet est moindre en présence de formaldéhyde. Les résultats de ces travaux de recherche ont été présentés à deux occasions en 2014-2015, soit à la 11e Conférence internationale sur la qualité de l’air intérieur dans les environnements patrimoniaux et historiques [traduction], à Prague, en avril 2014, et à la 249e Réunion nationale de l’American Chemical Society, à Denver, en mars 2015.

Recherche sur les adhésifs

À la suite du départ à la retraite, en janvier 2014, de Jane Down, scientifique principale en conservation, plusieurs projets de recherche sur les adhésifs se sont conclus cette année par la publication d’articles. Ces articles constituaient des mises à jour des essais conduits pendant de nombreuses années sur des types d’adhésifs importants dans le domaine de la conservation, soit les adhésifs à base de poly(acétate de vinyle) et ceux à base d’acrylique, ainsi que les rubans adhésifs et les papiers de soie fixables à chaud. Les essais visaient à déterminer si le vieillissement des adhésifs se traduisait par des changements de certaines propriétés clés, comme le pH, la flexibilité et la force, et s’il induisait des effets néfastes, comme l’émission accrue de produits volatils et le jaunissement de l’adhésif. Un troisième article, qui traite de l’effet des agents modifiants sur la stabilité d’une dispersion de copolymère d’acétate de vinyle et d’éthylène, a été publié en ligne en avril 2014 et devrait paraître sous peu en version imprimée.

Recherche sur l’ambre canadien

L’article intitulé « Inside Amber: The Structural Role of Succinic Acid in Class Ia and Class Id Resinite », rédigé par Jennifer Poulin et Kate Helwig, scientifiques principales en conservation, a été publié dans la revue professionnelle Analytical Chemistry. C’est la première fois que l’on présente la preuve moléculaire du rôle structurel joué par l’acide succinique à l’intérieur de la structure macromoléculaire de la résinite classée dans la classe Ia et dans la classe Id. L’article a été choisi comme ACS Editors’ Choice (choix de l’éditeur de l’American Chemical Society – ACS); le public y a donc libre accès. La recherche a également été sélectionnée pour être citée dans un communiqué de presse de l’ACS. Par la suite, des articles de suivi ont été rédigés à propos de cette recherche et publiés dans plusieurs revues scientifiques en Amérique du Nord et en Europe, notamment The Column (Royaume-Uni), Chemical & Engineering News (États­Unis), Pour la Science (France) et Canadian Chemical News (Canada). Cette recherche a également été citée dans plusieurs forums scientifiques en ligne.

Deux scientifiques principales de l’ICC examinant des données.
Kate Helwig et Jennifer Poulin, scientifiques principales en conservation de l’ ICC, examinent des données de Py-CG/SM pour le projet de caractérisation de l’ambre canadien. ICC 86101-0002

Conférence de travail internationale sur la protection des produits entreposés

La Conférence de travail internationale sur la protection des produits entreposés (CTIPPE) [traduction] est une conférence quadriennale à laquelle assistent plus de 300 chercheurs entomologistes dans le monde qui s’emploient à protéger l’approvisionnement alimentaire mondial et d’autres produits entreposés, et dont le travail comprend l’entomologie appliquée, l’ingénierie de l’entreposage et la réalisation d’études de cas. En novembre 2014, la 11e CTIPPE a eu lieu à Chiang Mai, en Thaïlande, et Tom Strang, scientifique principal en conservation à l’Institut canadien de conservation (ICC), a été invité à prononcer un exposé principal.

Un pourcentage élevé des 1,5 milliard à 3,5 milliards de spécimens d’histoire naturelle est vulnérable aux infestations par des insectes nuisibles. Un volet important des travaux de Tom Strang portant sur les ravageurs est influencé par les recherches sur les ravageurs agricoles présentées par les participants dans le cadre des conférences CTIPPE.

Tom Strang a été invité à présenter un examen du besoin relatif à l’utilisation du contrôle thermique (chaud, froid) pour éliminer les insectes nuisibles des collections et des structures patrimoniales, ainsi que de l’efficacité, des applications et des contre-indications à cet égard.

Reconnaissance

L’ICC a étudié un prélèvement d’ambre provenant de 11 sites de l’ensemble du pays. Cette découverte [la preuve du rôle joué par l’acide succinique dans la réticulation de la matrice] ne propose pas seulement un nouveau moyen de catégoriser ces échantillons, elle offre également la possibilité d’évaluer d’autres polymères naturels de la même façon.

— « ACCN, L’Actualité chimique canadienne », novembre-décembre 2014

Faits saillants des services d’experts

Services de conservation

Épreuve à l’albumine d’Adelaide Hunter Hoodless

L’épreuve à l’albumine d’Adelaide Hunter Hoodless, qui appartient au Homestead Adelaide Hunter Hoodless, un lieu historique national, est la plus ancienne image connue de Mme Hoodless; on y voit Mme Hoodless alors qu’elle était une femme jeune. Bien connue en tant que défenseure de l’éducation des filles au Canada et reconnue comme cofondatrice de plusieurs organisations pour les femmes, Adelaide Hunter Hoodless a également joué un rôle essentiel dans l’établissement de trois facultés universitaires de sciences domestiques, ce qui lui a valu une reconnaissance à l’échelle nationale durant ses 20 années de vie publique au début du XXe siècle.

Greg Hill, restaurateur principal – papier, a dirigé le traitement de conservation de l’ICC pour ce portrait unique datant de 1876. La photo, montée sur un carton rigide, a été brisée verticalement par le centre. Pour la restaurer, il a été nécessaire de retirer la photo du carton, de la réparer, puis de la replacer sur le carton original, mais reconstruit.

Photographie d’Adelaide Hunter Hoodless avant traitement. Il y a un pli au centre de la photographie sur l’axe vertical.
Avant le traitement. ICC 123731-0010
Photographie d’Adelaide Hunter Hoodless après traitement. La photographie a été réparée, il n’y a plus de trace du pli.
Après le traitement. ICC 123731-0014

Collection de 297 artéfacts provenant de la mission d’exploration polaire de 1845 de Franklin – Campagne sur le terrain 2012

En plus des recherches en mer, par Parcs Canada, des navires de Sir John Franklin, l’Erebus (découvert en 2014) et le Terror, tous les emplacements terrestres connus liés à l’expédition de Franklin ont été examinés par une équipe d’archéologues du Nunavut. Le but de ce projet échelonné sur plusieurs années est d’accroître nos connaissances sur les dernières années de cette expédition vouée à l’échec.

Pendant l’été 2012, plusieurs sites de l’île King William ont été scrutés, et tous les artéfacts visibles à la surface ont été recueillis pour les préserver des pertes causées par l’exposition à l’environnement extrême et des dommages causés par les touristes. Une collection de 297 artéfacts faits de laine, de cuir, de tissu, de verre et de métal a été envoyée à l’ICC à des fins de traitement. Les artéfacts de métal ont été hautement contaminés de sel qu’ils ont absorbé dans l’océan Arctique, et ont subi un traitement d’élimination du sel pour éviter que la corrosion se poursuive. L’un des artéfacts les plus intéressants récupérés est la tape d’écubier de bois provenant du navire de commandement de Franklin, l’Erebus. La tape d’écubier était utilisée pour boucher des trous dans le navire par lesquels les chaînes de l’ancre (aussi appelées des haussières) passaient, afin d’empêcher que de l’eau ou des rats pénètrent dans le navire.

Buffalo Stampede

Le tableau intitulé « Buffalo Stampede », peint en 1882 et appartenant à l’Art Gallery of Alberta, est une huile sur toile de Frederick Arthur Verner (1836-1928) représentant une scène emblématique des Prairies d’antan : le saut du bison.

Le traitement du Buffalo Stampede, dirigé par Debra Daly Hartin, restauratrice principale – beaux-arts, était axé sur le contrôle d’un problème généralisé d’écaillage qui était si grave qu’il n’était pas sécuritaire de placer le tableau à la verticale. Après un examen et une analyse des matériaux contenus dans le tableau, on a déterminé que l’écaillage était dû à une colle utilisée lors d’un traitement précédent sur le doublage. Cette colle avait saturé la peinture et causé l’écaillage. Sous un microscope, la peinture qui se soulevait a été recollée à partir de la face avant de l’œuvre à l’aide d’un adhésif synthétique.

Le travail d’application de l’adhésif s’est poursuivi après le retrait du vernis décoloré et des multiples couches de surpeint. Même si la surface présente des signes d’abrasion causée par des nettoyages précédents, le retrait des surpeints permet de mieux apprécier la capacité de Verner de créer un ciel évocateur et orageux.

Les étapes finales du traitement comprenaient l’aplanissement des comblements précédents, le comblement des lacunes, la retouche et l’application d’un vernis stabilisé.

Peinture, avant traitement, intitulée « Buffalo Stampede » et représentant un troupeau de bisons.
Avant le traitement. ICC 85733-0001
Peinture, après traitement, intitulée « Buffalo Stampede » et représentant un troupeau de bisons. Les couleurs sont maintenant plus vives.
Après le traitement. ICC 85733-0076

Couverture à boutons de Nisga’a

La couverture à boutons, qui appartient au Nisga’a Museum de Laxgalts’ap, en Colombie-Britannique, a été portée pour les cérémonies de la Nation Nisga’a. Cet objet, reçu en 1911 de la part d’un membre de haut rang du clan du loup et rapatrié en 2010 depuis le Royal British Columbia Museum, a été endommagé par des insectes qui ont formé des trous dans la couverture et dans les appliqués de laine rouge. Des portions des pans latéraux étaient manquantes; les bordures en appliqué étaient lâches et de nombreux boutons en coquillage étaient manquants. En raison du grand intérêt pour l’exposition de cette couverture, un traitement de conservation était nécessaire afin de stabiliser la couverture et de la rendre plus facile à manipuler.

Après avoir retiré, à l’aide d’un aspirateur, de petites sections de dépôts, on a rempli les trous de la couverture avec des bouchons de feutre aiguilleté en laine que l’on a cousus en place. Une laine légère a été teinte sur mesure et insérée sous les pertes de la laine rouge des bordures et des appliqués. Cette doublure a ensuite été cousue en place le long du bord des pertes. Aucun bouton n’a été ajouté, puisqu’il ne restait que quelques fils pour indiquer leur emplacement exact et parce que leur poids aurait exercé une charge supplémentaire sur la couverture.

Couverture à boutons avant traitement. Il y a des trous dans la laine rouge et noire de la couverture.
Avant le traitement. ICC 123268-0001
Couverture à boutons après traitement. Les trous ont été remplis et les couleurs de la couverture sont plus vives.
Après le traitement. ICC 123268-0032

Shaunavon Panorama

Le tableau intitulé « Shaunavon Panorama », qui mesure 281 cm sur 26 cm et date de 1914, est un grand tableau représentant l’origine de la ville de Shaunavon. L’artiste, Emile A. Mayeur, est arrivé en Saskatchewan en 1911 et était l’un des nombreux artistes français actifs à Regina. Le panorama a été peint en trois sections sur deux tissus différents, et les sections ont été coupées sur mesure et fixées avec un adhésif sur une planche de bois sur laquelle sont inscrits des détails sur l’artiste.

Dirigé par Debra Daly Hartin, restauratrice principale – beaux-arts, ce traitement de conservation a nécessité un nettoyage de la surface et le retrait du tableau de son support. Les importantes distorsions de la toile originale ont été assouplies et aplanies lentement et soigneusement. Le tableau a été renforcé par une nouvelle toile de doublage synthétique, puis fixé à nouveau sur son support de bois original. Les lacunes et les dommages à la couche de peinture ont été remplis et corrigés par des retouches. L’ornementation du cadre a également été conservée et restaurée.

Dans le cadre d’un événement public tenu en mai 2015, le Grand Coteau Heritage & Cultural Centre a dévoilé le tableau à la suite de son traitement; le tableau est maintenant exposé de façon permanente.

Des restauratrices et des stagiaires de l’ICC travaillant sur le tableau intitulé « Shaunavon Panorama » pour y fixer une toile de doublage synthétique.
Les restauratrices et stagiaires de l’ ICC utilisent une technique de marouflage pour fixer une toile de doublage synthétique, puis replacer le tableau sur son support de bois. ICC 97866-0179

Costume porté par Maud Allan pour « The Vision of Salome »

Maud Allan, précurseure canadienne de la danse moderne, a porté ce costume moulant pour la représentation de The Vision of Salome en 1906.

Corsage avant le traitement. Il y a des perles lâches et de la corrosion sur les galons métalliques.
Devant du corsage avant le traitement. ICC 124901-0044
Corsage après le traitement, fixé sur un support pour le préserver. L’apparence du corsage a été améliorée grâce aux perles qui ont été rattachées pour imiter l’étoffe originale du costume.
Après le traitement. ICC 124901-0073

Le corsage et la jupe, faits de soie légère, sont lourdement ornementés. Au fil de l’utilisation du costume, le corsage, la jupe et les deux accessoires pour la tête ont été endommagés. Brenna Cook, stagiaire au Laboratoire des textiles, a appliqué une doublure de crêpeline teinte sur mesure à l’intérieur de la jupe en vue de protéger ce qui restait de la doublure originale, de servir de couche séparatrice entre les broderies métalliques, d’offrir une base solide pour les points de soutien et de renforcer la jupe en général. Le corsage a été doublé d’un tissu de même couleur, et la corrosion sur les galons métalliques a été nettoyée. Les perles lâches ont été rattachées pour imiter l’étoffe originale du corsage et ajouter de la précision à l’aspect esthétique du costume. Des supports d’entreposage ont été créés pour tous les éléments du costume.

Reconnaissance

Comme par le passé, l’ ICC a répondu à notre demande d’aide avec grand intérêt, avec respect et de très bonne grâce. Les dispositions pour le traitement ont été prises de façon à nous permettre de faire transporter en mains propres des spécimens de l’histoire naturelle très fragiles entre ici et Ottawa. […] Nous sommes très satisfaits des résultats, qui nous permettront de maximiser l’accès sans poser de risque pour les spécimens. […] Avec l’aide de l’ ICC, nous sommes mieux en mesure de respecter notre mandat de préservation de l’histoire de notre province.

— Directeur, musée provincial, Terre-Neuve-et-Labrador

Nous étions tous, en particulier les deux descendants du propriétaire initial qui étaient présents, très heureux de voir l’[objet] […]. Merci à toute l’équipe de l’ICC pour son aide – nous sommes très, très reconnaissants.

— Directeur général, centre culturel autochtone, Colombie-Britannique

Je suis à la gare [de transit] et je pleure de joie, car je n’en crois pas mes yeux! Je suis époustouflé de voir les perles de retour là où elles sont censées être. C’est si joli! Vous ne pouvez pas savoir ce que cela signifie pour moi de voir l’incroyable travail de l’ICC. Cela fait près de 20 ans que je surveille ce costume et que j’attends l’occasion de le faire traiter. Nous n’aurions jamais eu les moyens de réaliser ce projet sans l’ICC. Je suis si heureux que nous puissions partager cet important objet canadien. Merci, ICC.

— Commentaire sur la page Facebook de l’ICC intitulée « Return of Salome Dance Costume »

Services scientifiques

Analyse d’accrétions blanches sur une sculpture en bois

Pendant le traitement de Flight Spindle Whorl, une sculpture en cèdre rouge réalisée en 1995 par Susan A. Point, de la nation Musqueam, Fraser Spafford RICCi Conservation Inc. a demandé l’analyse d’un résidu blanc au bas de la sculpture. La sculpture, qui est le clou de la collection d’objets d’art de l’aéroport international de Vancouver (YVR), est installée au-dessus d’un bassin, devant une chute d’eau. Bien que la sculpture soit protégée par une vitre en Plexiglas située à l’arrière, la zone entourant la sculpture est très humide.

On a découvert que le résidu était composé de matière provenant probablement des matériaux du mur derrière la chute d’eau, qui se dissolvent à cause de l’eau qui coule sur sa surface. Les matériaux ont été transportés par l’air humide et sont entrés en contact avec la portion inférieure de la sculpture; l’eau s’est ensuite évaporée et a laissé un résidu blanc sur la surface du bois.

Les renseignements contenus dans le rapport de l’ICC ont permis d’élaborer une procédure pour enlever le résidu blanc et, plus important encore, servent de guide pour l’entretien futur de la sculpture. On a déterminé que le débit de la chute d’eau devait être réduit de façon à éviter que la bruine d’eau retombe sur la base de la sculpture. Des mesures ont également été prises pour assurer le contrôle du débit à l’avenir dans le cadre de l’entretien continu de la collection d’œuvres d’art de l’aéroport par les personnes responsables de la collection à l’YVR.

Portraits photographiques peints provenant des Archives photographiques Notman

Le Musée McCord possède une importante collection de photographies appelée Archives photographiques Notman, datant du milieu du XIXe siècle à aujourd’hui. Ces photographies sont attribuées à William Notman et au Studio William Notman ainsi qu’à d’autres photographes canadiens. Les Archives photographiques Notman comprennent des portraits agrandis et des photographies de formats différents peints par des artistes employés par le studio Notman et d’autres studios de photographie.

Dans le cadre des recherches effectuées pour une exposition à venir, 49 portraits créés entre 1855 et 1925 ont été étudiés afin de confirmer la présence d’une photographie sous la peinture, étant donné que les artistes de l’époque disposaient d’autres méthodes de transfert d’images. Dominique Duguay, scientifique en conservation, a analysé ces œuvres sur place par spectrométrie de fluorescence des rayons X, une méthode d’analyse non destructrice, en utilisant un instrument portatif. Cette technique peut détecter les éléments photographiques qui ne sont pas présents dans la peinture à l’huile, comme l’argent et le platine.

Des éléments photographiques ont été détectés dans 28 des 49 portraits, et la plupart des photographies ont été produites au moyen d’un procédé argentique. Les analyses de l’ICC ont permis d’observer des tendances dans l’utilisation des procédés photographiques chez certains artistes employés par ces studios de photographie.

Une scientifique en conservation de l’ICC analysant un portrait avec le spectromètre de fluorescence aux rayons X portatif.
Dominique Duguay, scientifique en conservation, au musée McCord en train d’utiliser un spectromètre de fluorescence des rayons X portatif afin d’analyser un portrait et de déterminer s’il y a une photographie sous la peinture.

L’évaluation du microvieillissement à la lumière des pages d’herbiers de Franklin

Au moment de la planification de l’exposition « Voix de l’Arctique », présentée de décembre 2014 à avril 2015, le Musée canadien de la nature a envisagé d’exposer une sélection de pages d’herbiers liés aux expéditions de Sir John Franklin dans l’Arctique canadien. Ces spécimens de plantes ont été recueillis par John Richardson pendant l’une des deux expéditions réussies de Franklin qui ont eu lieu autour de 1819-1822 et de 1825-1827.

Ces pages contiennent beaucoup d’étiquettes dont les inscriptions et les timbres constituent une partie importante du spécimen. Elles sont la principale source des dossiers scientifiques (identification, données spécifiques de collecte, changements de classification, références dans des articles et historique des transferts d’une institution à l’autre). Puisque le musée était préoccupé par la sensibilité à la lumière des encres utilisées pour les inscriptions et les timbres, l’évaluation du microvieillissement à la lumière a été utilisée pour évaluer plus de 70 zones sur quatre pages. La plupart des encres se sont révélées très sensibles à la lumière, mais elles peuvent être exposées sans risque sous un faible éclairage.

Instrument servant à l’évaluation du microvieilissement à la lumière.
Évaluation du microvieillissement à la lumière de l’une des pages d’herbiers provenant de l’une des expéditions de Franklin, vers 1828. ICC 127483-0006

Reconnaissance

Je vous remercie grandement d’avoir effectué cette analyse. La rapidité avec laquelle elle a été effectuée et la rigueur de cette analyse m’impressionnent. Nous avons beaucoup de chance de bénéficier des services spécialisés de l’ICC dans le cadre de l’analyse de cette œuvre importante de l’art canadien des Premières Nations.

— Restauratrice d’œuvres d’art, pratique privée, Colombie-Britannique

Nous sommes très reconnaissants de cette analyse minutieuse de l’œuvre d’art. Elle est d’une importance primordiale, en particulier en vue de tout traitement de conservation.

— Restauratrice d’œuvres d’art, musée provincial, Ontario

Je vous remercie grandement pour la production de ce rapport. Il est très intéressant, en particulier en ce qui concerne les observations liées aux feuilles d’argent et d’aluminium.

— Restauratrice, musée provincial, Québec

Conservation préventive

Présentoirs réglables pour les Livres du Souvenir

Les recommandations de conservation, dans un constat d’état de l’ICC des Livres du Souvenir dans la Chapelle du Souvenir de la Tour de la Paix, formulées par la restauratrice de livres Christine McNair, ont donné lieu à l’élaboration d’un système par l’ICC qui permet de réduire au minimum les contraintes sur les reliures des livres pendant leur exposition. La conception des autels de remplacement de chaque livre a été commandée par le ministère des Anciens Combattants, ce qui a fourni une bonne occasion d’améliorer la conservation des livres à long terme. Dans les musées, on utilise en général des supports statiques; toutefois, les Livres du Souvenir changent continuellement de position tout au long de l’année au cours de la Cérémonie du changement de page. Cette présentation unique exigeait qu’une solution simple et ajustable soit trouvée pour permettre l’exposition des livres.

Un système d’équilibrage a été mis au point par le scientifique en conservation Eric Hagan grâce à un mécanisme inspiré de la structure en bois qui supporte actuellement le Livre du Souvenir de la Première Guerre mondiale sur l’autel central. Le nouveau système a permis une plus grande possibilité de mouvements dans un espace restreint et suit le mouvement naturel du livre lorsque l’on tourne chaque page. Six supports pour les livres ont été commandés et construits par la suite à l’ICC. Le prototype a été adapté aux caractéristiques particulières de chaque livre. Les présentoirs terminés ont été installés en même temps que les nouveaux autels, à temps pour le jour du Souvenir de 2014.

Quatre présentoirs réglables construits par l’ICC pour les Livres du Souvenir.
Présentoirs terminés assemblés à l’ ICC, montrés avec (devant) et sans (derrière) recouvrement en tissu. ICC 126998-0001
Un Livre du Souvenir sur un présentoir réglable.
Livre du Souvenir de la Deuxième Guerre mondiale exposé sur le nouveau présentoir et le nouvel autel. ICC 126998-0013

Préparations en vue de déplacer, d’entreposer et de protéger les collections d’œuvres d’art et d’objets de l’édifice du Centre du Parlement

En vertu du protocole d’entente signé avec la Direction générale de la Cité parlementaire de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, l’ICC a effectué une étude de faisabilité sur les biens patrimoniaux qui sera utilisée dans l’élaboration du plan de remise en état de l’édifice du Centre du Parlement, notamment en ce qui concerne les données sur les coûts, à partir de 2018. L’étude de faisabilité de l’ICC sur les biens patrimoniaux portait principalement sur ce qui suit :

  1. une analyse des options pour la conception d’une installation destinée à l’entreposage et à la conservation;
  2. une analyse des options de plans de gestion du déménagement;
  3. une analyse des options de mesures de protection visant à préserver les éléments patrimoniaux intérieurs fragiles de l’édifice du Centre.

Cette étude de faisabilité sur les biens patrimoniaux fait partie de l’engagement continu de l’ICC à fournir une planification de la préservation et un soutien à la mise en œuvre de la vision et d’un plan à long terme pour la Cité parlementaire. La collaboration de l’ICC avec la Direction générale de la Cité parlementaire témoigne de l’engagement du ministère du Patrimoine canadien à fournir du soutien pour la préservation de cet édifice fédéral du patrimoine « classé » d’une importance nationale exceptionnelle.

Module de régulation de l’humidité relative (HR) au Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada

La plus récente installation du module de régulation de l’HR de l’ICC pour les vitrines d’exposition et les enceintes se trouve au Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada à Ottawa, en Ontario. Le module se trouve dans une structure historique construite en 1936-1937 de la Ferme expérimentale centrale, qui a été récemment transformée en un centre d’apprentissage ultramoderne. Le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada a lancé le dialogue entre l’ICC et l’entreprise de gestion de projet engagée pour gérer la modernisation de l’installation dans le but de choisir et d’aménager une salle consacrée au module de régulation de l’HR et de fournir des dessins de la mise en place des canalisations de distribution de l’air dès le début du projet de rénovation. Le musée a alors engagé un fabricant qualifié pour construire le module de régulation de l’HR à partir de composantes, pour la plupart en vente sur le marché. Les discussions ultérieures entre les concepteurs d’exposition, le personnel du musée et les entrepreneurs ont permis de créer un réseau de distribution d’air discret dissimulé parmi les éléments de la structure et muni de matériel de plomberie facilement accessible et rapide à assembler afin qu’il soit facile d’adapter la plomberie aux exigences des expositions.

L’édifice nouvellement rénové comprend maintenant des aires pour les expositions permanentes, une salle de réunion polyvalente, des bureaux, des laboratoires d’apprentissage et le module de régulation de l’HR qui permet d’exposer des matériaux sensibles dans un environnement sécuritaire, tout en préservant l’édifice historique. Le module de régulation de l’HR du Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada est la troisième installation de l’ICC pour la Société des musées de sciences et technologies du Canada.

Reconnaissance

J’ai sincèrement apprécié la façon dont [la conseillère en développement de la préservation de l’ICC] a pris le temps de comprendre réellement les défis complexes auxquels fait face non seulement notre musée, mais aussi les contraintes avec lesquelles notre personnel doit travailler. Les recommandations et conseils concrets et pratiques qu’elle m’a donnés verbalement ainsi que par l’entremise de son rapport écrit ont déjà été utilisés à bon escient par le personnel, puisque nous procédons au déplacement de notre collection vers une installation d’entreposage externe. Le rapport a aussi été très bien reçu par notre Comité des collections.

— Conservatrice et gestionnaire de collections, musée provincial, Colombie-Britannique

J’aimerais féliciter [le scientifique en conservation de l’ICC] pour son excellent travail. J’ai reçu des commentaires et les gens ont été très impressionnés par votre recherche et votre réalisation.

— Chef de projet, ministère fédéral

À mon sens [le conseiller en développement de la préservation de l’ICC] a compris et exprimé mes principales préoccupations de façon très succincte!

— Archiviste, établissement territorial, Territoires du Nord-Ouest

Faits saillants des programmes de développement professionnel

Atelier régional Lieu Date
Techniques de chantier St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador)
Peterborough (Ontario)
Juin 2014
Octobre 2014
Préservation des documents d’archives Dawson (Yukon) Octobre 2014
Soins des métaux dans les collections Kingston (Ontario) Octobre 2014
Soin des documents photographiques Brantford (Ontario) Mars 2015
Construction de mannequins pour les costumes historiques Kingston (Ontario) Février 2015
Photo-documentation numérique des objets de musée Montréal (Québec) Novembre 2014
Préparation en cas d’urgence pour les établissements culturels Calgary (Alberta)
Kelowna (Colombie-Britannique)
Calgary (Alberta)
Québec (Québec)
Juillet 2014
Août 2014
Septembre 2014
Février 2015
Directives sur les conditions ambiantes St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador) Octobre 2014
L’éclairage pour les expositions Brandon (Manitoba) Novembre 2015
Fabrication de supports Québec (Québec) Juin 2014
Emballage et expédition de la propriété culturelle Gatineau (Québec) Juillet 2014
Lutte intégrée contre les ravageurs (LIR) des biens culturels Halifax (Nouvelle-Écosse) [archives]
Halifax (Nouvelle-Écosse) [musées]
Octobre 2014
Octobre 2014
Réorganisation des réserves Toronto (Ontario)
Swift Current (Saskatchewan)
Yellowknife (Yukon)
Avril 2014
Octobre 2014
Septembre 2014
Textile Fredericton (Nouveau-Brunswick) Octobre 2014
Ateliers de perfectionnement professionnel Lieu Date
Nettoyage des surfaces peintes à l’acrylique Ottawa (Ontario) Août 2015
RE-ORG : Canada (Ontario) Brantford (Ontario) Mars 2015

Nettoyage des surfaces peintes à l’acrylique

En collaboration avec le Getty Conservation Institute (GCI), l’ICC a offert un atelier de perfectionnement professionnel portant sur le nettoyage des surfaces peintes à l’acrylique et animé par des formateurs de renommée internationale. Tom Learner, chef scientifique, GCI, États-Unis; Bronwyn Ormsby, scientifique principale en conservation, Tate, Royaume-Uni; Alan Phenix, scientifique, GCI, États-Unis; et Chris Stavroudis, restaurateur privé, États-Unis, ont donné des conférences et dirigé des travaux pratiques, transmettant leurs connaissances et les plus récentes découvertes sur le nettoyage des surfaces peintes à l’acrylique.

Provenant en grande majorité du Canada, les 18 restaurateurs inscrits à cet atelier de perfectionnement professionnel ont appris à examiner les propriétés de certaines surfaces peintes en réaction à l’eau et à l’essence minérale. Par la suite, en effectuant des tests au moyen d’une simple régulation du pH et de la conductivité, puis de l’ajout contrôlé de surfactants et d’agents chélatants, les participants ont pu trouver des solutions efficaces pour le nettoyage et le rinçage, tout en réduisant les effets négatifs sur les feuils de peinture (p. ex. gonflement, extraction de composants, modification du brillant).

Un formateur invité et un participant discutant dans le cadre d’un atelier de perfectionnement professionnel.
Chris Stavroudis, formateur invité, conseille l’un des participants lors des travaux pratiques en laboratoire de l’atelier de perfectionnement professionnel. ICC 124590-0052

Préparation en cas d’urgence pour les établissements culturels

En 2014-2015, l’ICC a présenté le nouveau Cahier de planification des interventions en cas d’urgence dans les deux langues officielles aux participants des ateliers régionaux de préparation en cas d’urgence pour les établissements culturels de l’ICC.

Pendant des années, l’ICC a cherché de nouvelles façons de former les professionnels des musées et du patrimoine à la préparation et aux interventions en cas d’urgence. Depuis longtemps, l’ICC avait besoin d’un outil qui fournit une marche à suivre aux établissements qui élaborent des plans et des documents d’intervention d’urgence. La conseillère en développement de la préservation Irene Karsten, qui a élaboré le Cahier, énonce 10 objectifs à atteindre en cas d’urgence devant être utilisés comme marche à suivre lors des activités d’intervention d’urgence et fournit des renseignements généraux et des feuilles de travail ayant pour objectif d’aider à mettre en place une équipe d’intervention, à élaborer des stratégies d’intervention et à fournir les ressources nécessaires pendant les activités d’intervention d’urgence. Les feuilles de travail sont liées à un modèle de plan d’urgence qui peut être modifié facilement pour répondre aux besoins d’un établissement en particulier.

Ce nouvel outil est un ajout important aux exposés, aux démonstrations, aux activités pratiques et à la simulation de situations d’urgence de l’atelier régional.

Reconnaissance

J’étais très enthousiaste lorsque je suis sorti de l’atelier et de la conférence. Je sentais qu’on nous avait fourni une panoplie de techniques et d’idées à ramener au musée, ce qui va nous guider dans nos interventions et dans la mise en œuvre quotidienne de notre réorganisation.

— Participant, atelier de perfectionnement professionnel RE-ORG, Ontario

J’ai vraiment apprécié l’atelier et il m’a donné beaucoup de bonnes idées. Je me sens bien plus préparé et enthousiaste à l’idée d’aller travailler dans mes réserves de collections.

— Participante, atelier régional, Nouvelle-Écosse

L’atelier subventionné présenté cette année en Ontario était une occasion à la fois abordable et pratique pour les participants. C’était une occasion en or pour eux de faire autant de travail pratique et de créer des mannequins qu’ils pouvaient rapporter, ce qui leur permettait de voir ce qui pouvait être accompli avec des matériaux très simples et peu coûteux.

— Directrice, association provinciale, Ontario

Faits saillants des publications et ressources en ligne

Lancement du nouveau site Web de l’ICC

En 2014-2015, l’ICC a lancé son nouveau site Web mis en forme de manière à tenir compte des toutes dernières lignes directrices sur la conception et les normes d’accessibilité du gouvernement du Canada. L’architecture du nouveau site Web c’est plus qu’une nouvelle image; elle vise à fournir aux Canadiens et aux Canadiennes une méthode normalisée pour trouver l’information dont ils ont besoin sur tous les sites Web du gouvernement du Canada.

Le nouveau site Web de l’ICC a une apparence plus épurée et une fonctionnalité améliorée visant à simplifier l’expérience de navigation. Les utilisateurs peuvent avoir accès à tous les renseignements clés à partir de menus déroulants situés dans la barre de menus supérieure afin de trouver facilement les renseignements dont ils ont besoin pour prendre soin des objets et des collections, demander des services de l’ICC ainsi que prendre part à des activités de perfectionnement professionnel.

Publications externes

Les 21 scientifiques et restaurateurs de l’ICC indiqués ci-dessous en caractères gras ont rédigé un article ou collaboré à la rédaction d’un article parmi les 15 articles parus dans des revues scientifiques et en conservation, des bulletins et des actes de conférence.

BEDYNSKI, Maria, Doris ST-JACQUES, Lynn CURRY et Season TSE. « An Antioxidant Research Project Resulting From Treatment Needs of an 18th-Century Illuminated Manuscript », dans Care and Conservation of Manuscripts 14: Proceedings of the Fourteenth International Seminar Held at the University of Copenhagen, 17th–19th October 2012, Copenhague, s.n., 2014, p. 157-176.

BINNIE, Nancy E. « Forty Pieces of Silver: A Historic Paint Investigation for the Former Bank of Montreal Building, Ottawa », dans Architectural Paint Research: Sharing Information, Sharing Decisions (sous la direction de Rachel Faulding et Sue Thomas), Londres (Royaume Uni), Archetype Publications, 2014, p. 157-168.

COOK, Clifford, David W. GRATTAN, James HAY et Andrew TODD. « Documenting the Rate of Carving Loss in the Totem Poles of Nan Sdins Using Image Analysis – 1982 to 2009 », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 38 (2013), p. 3-13.

DIGNARD, Carole, Amanda SALMON et Season TSE. « The Treatment of a Mi’kmaq Box Made of Birchbark, Porcupine Quills and Iron-dyed Spruce Root », dans Proceedings of the Objects Specialty Group, AIC 40th Annual Meeting, Albuquerque, New Mexico, May 9-11, 2012, Objects Specialty Group Postprint, vol. 19 (2014), p. 109-127.

DIGNARD, Carole, et Jane DOWN. « Farewell BEVA 371 Original Formula and Lascaux 360 HV, Hello BEVA 371b and Lascaux 303 HV », ICOM-CC Leather and Related Materials Working Group Newsletter, vol. 6 (juin 2014), p. 4-6.

DOWN, Jane L. « The Evaluation of Selected Poly(vinyl acetate) and Acrylic Adhesives: A Final Research Update », Studies in Conservation, vol. 60, no 1 (2015), p. 33-54.

DOWN, Jane L., Sherry GUILD, Greg HILL, Christine MCNAIR, Doris ST JACQUES et Kathleen WESTBURY. « Evaluation of Selected Adhesive Tapes and Heat-set Tissues – A Final Update », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 38 (2013), p. 14-25.

HELWIG, Kate, Jennifer POULIN, Marie Claude CORBEIL, Elizabeth MOFFATT et Dominique DUGUAY. « Conservation Issues in Several Twentieth-Century Oil Paintings: The Role of Zinc Carboxylate Reaction Products », dans Issues in Contemporary Oil Paint (sous la direction de K.J. van den Berg, A. Burnstock, M. de Keijzer, J. Krueger, T. Learner, A. de Tagle et G. Heydenreich), Suisse, Springer, 2014, p. 167-184.

KARSTEN, Irene, Stefan MICHALSKI, Maggie CASE et John WARD. « Balancing the Preservation Needs of Historic House Museums and Their Collections Through Risk Management », dans Proceedings of The Artifact, Its Context and Their Narrative: Multidisciplinary Conservation in Historic House Museums (sous la direction de Kate Seymour et Malgozata Sawicki) (en ligne), s.l., ICOM-DEMHIST et ICOM-CC, 2012. Document présenté dans le cadre de la réunion conjointe des groupes de travail de l’ICOM-DEMHIST et de l’ICOM-CC à Los Angeles, en Californie, du 6 au 9 novembre 2012.

LAMBERT, Simon, et Tania MOTTUS. « Museum Storage Space Estimations: In Theory and Practice », dans ICOM-CC 17th Triennial Conference Preprints, Melbourne, 15–19 September 2014 (sous la direction de J. Bridgland), Paris (France), Comité de l’ICOM pour la conservation, 2014.

MASON, Janet. « Reintegration of Line and Color on a Kwakwaka’wakw Beaded Button Blanket », ICOM-CC Ethnographic Conservation Newsletter, vol. 36 (novembre 2014), p. 8-11.

MICHALSKI, Stefan. « The Power of History in the Analysis of Collection Risks from Climate Fluctuations and Light », dans ICOM-CC 17th Triennial Conference Preprints, Melbourne, 15–19 September 2014 (sous la direction de J. Bridgland), Paris (France), Comité de l’ICOM pour la conservation, 2014.

MICHALSKI, Stefan. « Conservation Research Into the Museum Climate: The Current Landscape », Conservation Perspectives: The GCI Newsletter, vol. 29, no 2 (automne 2014), p. 10-12.

POULIN, Jennifer, et Kate HELWIG. « Inside Amber: The Structural Role of Succinic Acid in Class Ia and Class Id Resinite », Analytical Chemistry, vol. 86 (2014), p. 7428-7435.

SELWYN, Lyndsie, Clifford Cook, W. Ross MCKINNON, Ron FAIRMAN et Sylvie LABROCHE. « Iron Stain Removal From Archaeological Composite Artifacts Made of Wood and Iron », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 38 (2013), p. 31-42.

Reconnaissance

Dans le nouveau numéro de la revue Studies in Conservation […] figure un article très utile de Jane Down intitulé « The evaluation of selected poly(vinyl acetate) and acrylic adhesives: a final research update » […]. Cet article révèle la façon dont la réalisation d’essais prolongés a donné lieu à des surprises sur le plan du comportement de certains des adhésifs utilisés le plus souvent dans notre domaine. Les caractéristiques de vieillissement d’un certain nombre de produits devraient amener les praticiens à modifier la manière dont ils utilisent ces matériaux et peut être même à en remplacer d’autres […]. Je tiens à remercier l’ICC ainsi que Mme Down et ses associés pour cet autre bel exemple de travaux scientifiques de grande qualité.

— Professeur d’université, département d’anthropologie, États-Unis

Initiatives ministérielles

Approbation et mise en œuvre du Plan stratégique

En 2014-2015, l’ICC a lancé son Plan stratégique, lequel énonce les orientations stratégiques pour la période s’échelonnant de 2015 à 2020. Le Plan stratégique fait suite à une recommandation formulée dans une évaluation par le Bureau du dirigeant principal de la vérification et de l’évaluation. En outre, il comprend les résultats des consultations menées auprès des clients de l’ICC, ainsi qu’une analyse des services et du modèle de gestion de l’Institut.

Le Plan stratégique énonce six orientations stratégiques qui permettront à l’ICC de mettre l’accent sur ses connaissances et son expertise afin de veiller à ce que ses activités aient une incidence maximale sur la préservation et l’accessibilité des collections et des objets patrimoniaux importants au Canada. Grâce à sa capacité de générer de nouvelles connaissances et de nouveaux outils, et en s’appuyant sur des problèmes réels et une expérience pratique, l’ICC continuera d’entreprendre des activités de recherche et de développement dans le domaine de la conservation, d’offrir des services spécialisés et de diffuser des connaissances dans le domaine de la conservation. Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan stratégique, l’ICC cherchera activement à accroître les possibilités de collaboration avec des partenaires à l’extérieur et au sein de l’ICC.

Prix et reconnaissances

Prix et reconnaissances externes

Prix Charles Mervyn Ruggles

Charlie Costain, directeur général associé et directeur Recherche, services scientifiques et de conservation, s’est vu décerner le prix Charles Mervyn Ruggles de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration. Les lauréats de ce prix d’excellence voient reconnaître leurs contributions et leurs réalisations dans les domaines de la science, du traitement, de la formation ou de l’apprentissage en matière de conservation, ainsi que les efforts qu’ils ont consacrés au développement dans le domaine de la conservation.

Prix Carolyn L. Rose

En 2014, Tom Strang, scientifique principal en conservation, s’est vu décerner le prix Carolyn L. Rose de la Society for the Preservation of Natural History Collections (SPNHC). La SPNHC, dont la mission consiste à améliorer la préservation, la conservation et la gestion des collections d’histoire naturelle, a remis son prestigieux prix international à Tom Strang pour ses travaux de développement et de promotion en matière de lutte intégrée contre les ravageurs, permettant ainsi à la SPNHC d’atteindre ses objectifs.

Prix d’inspiration du sous ministre de Patrimoine canadien

Irene Karsten, conseillère en développement de la préservation, et Greg Hill, restaurateur principal – papier, ont reçu le prix d’inspiration du sous-ministre en reconnaissance du service exceptionnel offert au Museum of the Highwood en réponse aux inondations de juin 2013. Le prix d’inspiration de 2014 a été remis dans le cadre de la Semaine nationale de la fonction publique en juin 2014.

Deux employés de l’ICC recevant le prix d’inspiration du sous-ministre de Patrimoine canadien accompagnés de la sous-ministre.
De gauche à droite : Colleen Swords, sous-ministre, Irene Karsten, conseillère en développement de la préservation, Greg Hill, restaurateur principal – papier

Prix de l’ICC

Prix du travail d’équipe de l’ICC: L’atelier de perfectionnement professionnel intitulé « Vitrines – Conception, durabilité et conservation »

L’équipe dirigée par Jean Tétreault, scientifique principal en conservation, Stefan Michalski, scientifique principal en conservation, et Eric Hagan, scientifique en conservation, a été reconnue en tant que modèle d’efficacité pour la façon dont elle a mis au point et organisé l’atelier « Vitrines – Conception, durabilité et conservation » qui a eu lieu en novembre 2013.

Trois employés recevant le prix du travail d’équipe de l’ICC accompagnés de la directrice générale, Patricia Kell.
De gauche à droite : Stefan Michalski, scientifique principal en conservation, Jean Tétreault, scientifique principal en conservation, Patricia Kell, directrice générale, et Eric Hagan, scientifique en conservation. ICC 101363-0096
Prix du mérite technique de l’ICC

Season Tse, scientifique principale en conservation, a reçu le prix du mérite technique de l’ICC pour l’élaboration et la mise en œuvre du service d’évaluation du microvieillissement à la lumière.

Au cours des premières étapes de l’élaboration de méthodes et de la prestation de services, Season Tse a fait preuve de leadership scientifique et est devenue l’une des rares spécialistes de l’évaluation du microvieillissement à la lumière dans le monde. L’an dernier, le service a été annoncé sur le site Web de l’ICC et officiellement mis à la disposition de tous les clients du Canada en tant que service scientifique sur place ou service scientifique à l’ICC.

Dans le cadre de ses recherches et de ses travaux dans le domaine de la prestation de services, Season Tse recueille des données qui permettront d’accroître les connaissances de l’ICC relatives à la sensibilité du matériel patrimonial à la lumière, lesquelles seront publiées ou intégrées au Calculateur des dommages causés par la lumière dans l’intérêt de la communauté du patrimoine.

Une employée recevant le prix du mérite technique de l’ICC accompagnée de la directrice générale, Patricia Kell.
De gauche à droite : Season Tse, scientifique principale en conservation, et Patricia Kell, directrice générale. ICC 101363-0097

Reconnaissance

C’est avec plaisir que je vous envoie ce message de remerciements pour l’extraordinaire service que m’ont offert [la restauratrice d’œuvres d’art] et l’ICC. J’ai téléphoné au nom de mon institution pour poser une question particulière au sujet de l’exposition d’un tableau faisant partie de sa collection. […] À la suite d’un entretien téléphonique avec un spécialiste, [la restauratrice d’œuvres d’art] m’a fait parvenir par courriel des documents se rattachant à la situation que j’ai décrite. […] Les renseignements fournis sont non seulement pratiques, mais également professionnels, permettant ainsi à mon institution d’avoir accès à de précieuses données qui l’aideront à faire un choix judicieux concernant la façon d’exposer l’œuvre d’art en question.

— Coordonnatrice des collections, université, Ontario

Les membres du personnel [de l’ICC] sont extrêmement compétents et dévoués; de plus, ils sont très généreux (et patients) lorsqu’ils présentent leur travail aux visiteurs. Les efforts déployés par l’ICC et son personnel pour assurer la préservation et la présentation du patrimoine national devraient être mieux connus du public canadien.

— Participant, Portes ouvertes Ottawa, 2014

Partenariats et collaborations

RE-ORG international

Les réserves désorganisées compromettent la conservation, l’accessibilité et l’utilisation possible des collections dans l’intérêt du public. Afin de venir en aide aux musées qui font face à ces problèmes, l’ICC a collaboré avec le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) et l’Institut central de conservation de Belgrade (CIK) pour élaborer de nouveaux documents de formation destinés à l’apprentissage à distance qui sont axés sur la méthode originale de RE-ORG, laquelle a été mise au point conjointement par l’ICCROM et l’UNESCO, ainsi que pour créer une plateforme de formation en ligne pouvant être utilisée par diverses équipes internationales. Les documents de formation seront mis à la disposition d’un plus vaste public en 2016.

De même, en 2014-2015, l’ICC a lancé un nouveau programme de formation appelé RE-ORG : Canada, dont l’objectif est de constituer, à l’échelle nationale, un réseau de professionnels résolus à aider d’autres musées à mettre en place leurs propres projets de réorganisation des réserves. RE-ORG : Canada consiste en une série de cours d’une année axés sur des projets et offerts sur une période de cinq ans, lesquels combinent l’apprentissage à distance et la formation pratique au sein de réserves réelles. La version pilote de RE-ORG : Canada a été organisée en Ontario en collaboration avec l’Association des musées de l’Ontario.

groupe des participants de l’Ontario et des organisateurs du projet pilote RE-ORG : Canada, un programme de formation pratique pour la réorganisation de réserves muséales.
Participants ontariens au projet pilote RE-ORG : Canada. ICC 126415-0001

Reconnaissance

La présentation [du conseiller en développement de la préservation de l’ICC] sur l’entreposage des collections et le projet RE-ORG était impeccable. […] Merci d’avoir tenu une séance d’information aussi énergique, instructive et honnête. Ce sujet de discussion arrive à point, non seulement en fonction de notre programme, mais également parce qu’il soutient pleinement les événements et les projets qui se déroulent actuellement à l’échelle locale et régionale. […] Le carnet de travail est une ressource indispensable. […] Nous avons de la chance, car nos programmes s’appuient sur des partenariats sains avec la communauté locale du patrimoine et l’ICC.

— Coordonnatrice, programmes collégiaux de conservation et de gestion du patrimoine culturel

État financier de 2014-2015

Budget de programme

Budget de fonctionnement  
Opérations du programme 6 548 249
Recettes gagnées (recettes nettes en vertu d’un crédit)Pied de page 1 (500 000)

Total – Budget de fonctionnement

6 048 249

   

Programme de soutien et d’avantages sociaux des employés

 

Programme de soutien 403 754
Régimes des avantages sociaux 911 220

Total – Programme de soutien et d’avantages sociaux des employés

1 314 974

Total –Budget de programmePied de page 2

7 363 223

Dépenses du programme

Dépenses de fonctionnement    
Salaires   5 327 336
Dépenses non salariales    
Opérations du programme Pied de page 3 1 050 955  
Recettes gagnées Pied de page 4 (687 132)  
Total – Dépenses non salariales   363 823

Total – Dépenses de fonctionnement

 

5 691 159

Programme de soutien et d’avantages sociaux des employés

 

 

Programme de soutien   491 512
Régimes des avantages sociaux   866 841

Total – Programme de soutien et d’avantages sociaux des employés

 

1 358 353

Total – Dépenses du programme

 

7 049 512

Solde

 

313 711

Remarque : Il ne s’agit pas d’un état financier vérifié.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :