Une politique jeunesse pour le Canada

Avant-propos du ministre de la Jeunesse

Les jeunes Canadiens font partie de la génération la plus instruite, branchée et diversifiée de l’histoire de notre pays. Ils transforment nos collectivités, remettent en question le statu quo et prennent la tête des efforts pour bâtir un avenir meilleur, plus juste et plus durable.

Je crois à la force des jeunes et à leur pouvoir d’apporter des changements positifs. En 2015, j’ai choisi de devenir ministre de la Jeunesse pour souligner mon engagement envers les jeunes Canadiens et pour m’assurer que leurs préoccupations sont au cœur des processus décisionnels gouvernementaux. Pour solidifier mon engagement à l’égard des jeunes, j’ai créé le premier Conseil jeunesse du premier ministre du Canada. Ce conseil est formé d’un groupe diversifié de jeunes leaders qui ont vécu des expériences différentes et qui représentent des collectivités de toutes les régions du Canada. Ils me donnent ainsi qu’au gouvernement des conseils sur les enjeux importants pour les jeunes Canadiens.

J’ai rencontré des jeunes Canadiens des quatre coins du pays. Nombre d’entre eux s’inquiètent de ce que pourrait leur réserver l’avenir : ils sont préoccupés par les difficultés liées à la santé mentale, et ils se demandent s’ils pourront mener une carrière satisfaisante dans un contexte de main-d’œuvre de plus en plus concurrentielle ou s’ils pourront accéder à la propriété dans un marché de l’habitation coûteux. Ils sont nombreux à s’inquiéter du fait que les décideurs ne prennent pas suffisamment de mesures pour lutter contre les changements climatiques et protéger l’environnement pour leur génération et celle qui suivra. Les jeunes ne veulent pas que des leaders qui abordent ces enjeux et prennent les mesures qui s’imposent; ils veulent aussi des leaders qui travailleront avec eux pour relever ces défis.

C’est pourquoi nous avons élaboré ensemble la toute première politique jeunesse du Canada. Elle reflète les valeurs et les priorités des jeunes Canadiens, permet à ces derniers de s’exprimer sur les questions qui leur tiennent à cœur et donne aux jeunes plus de possibilités de bâtir un Canada plus fort et plus inclusif.

Je remercie tous les jeunes Canadiens de leur travail assidu et de leur dévouement pour faire de la toute première politique jeunesse du Canada une réalité. Rien de cela n’aurait été possible sans vous.

Le très honorable Justin Trudeau
Premier ministre du Canada et ministre de la Jeunesse

Introduction

Les jeunes Canadiens sont l’une des ressources les plus importantes du Canada. Les jeunes représentent le tiers de la population canadienne et reflètent toute la diversité du Canada. Il s’agit d’un groupe d’individus dynamiques et innovateurs qui trouvent de nouvelles façons de faire entendre leur voix et d’apporter les changements qu’ils souhaitent voir dans le monde.

L’adolescence peut être une période de vulnérabilité, quand s’opère le passage du stade de l’enfant dépendant à celui de l’adulte indépendant. Pendant ce temps, les jeunes prennent en main leur santé et leur éducation, entrent sur le marché du travail et deviennent des membres indépendants de la société. Les expériences vécues par les jeunes, qu’elles soient positives ou négatives, peuvent avoir des répercussions durables sur leur santé future et sur leur situation sociale et économique. Le fait d’apporter un soutien approprié aux jeunes les aidera à s’épanouir à leur plein potentiel, ce qui profite à tous les Canadiens.

« Chaque jeune devrait avoir l’occasion de devenir la meilleure version de lui-même »
– Jeune participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018

Il est dans l’intérêt social et économique du Canada d’investir dans la jeunesse. À titre de nation, nous devons respecter et apprécier à leur juste valeur les opinions de notre jeunesse. Presque toutes les politiques et décisions gouvernementales ont des répercussions sur la vie des jeunes, et ceux-ci ont le droit d’influencer ces décisions, tant individuellement que collectivement. La diversité des points de vue aide à prendre des décisions éclairées et alimente l’élaboration des politiques, en favorisant l’innovation, la créativité et le changement. La prise en compte de la perspective unique des jeunes améliore les politiques et les programmes fédéraux, y compris les services à la jeunesse. Les jeunes jouent un rôle fondamental dans l’économie canadienne et le fait de leur donner le pouvoir d’y participer activement mènera à une économie diversifiée, concurrentielle et durable. La participation des jeunes aux décisions du gouvernement renforcera également leur confiance dans les institutions démocratiques, ce qui protégera la démocratie canadienne.

Conscients de l’importante contribution que les jeunes doivent apporter, les gouvernements et les organisations du monde entier ont pris des mesures pour faire entendre leur voix. Les politiques jeunesse sont devenues des outils efficaces qui mettent l’accent de façon coordonnée sur l’amélioration de la situation des jeunes, et qui leur permettent de s’exprimer sur les questions qui les touchent aujourd’hui et qui les toucheront demain.

La politique jeunesse du Canada représente une approche pangouvernementale visant à améliorer la situation des jeunes et à les faire participer à la prise de décisions. Puisque les jeunes sont aux prises avec des défis complexes et interreliés, nous devons, pour les soutenir, adopter une approche collaborative. Le gouvernement du Canada continuera de travailler avec tous les ordres de gouvernement, les dirigeants autochtones, les organismes au service des jeunes et les jeunes eux-mêmes pour s’assurer que les jeunes Canadiens disposent du soutien, des outils et des possibilités nécessaires pour réaliser leur plein potentiel. Cette politique reflète les valeurs des jeunes Canadiens et leurs six priorités d’action.

De jeunes Canadiens ont façonné la première politique jeunesse du Canada

En 2018, le gouvernement du Canada a lancé une conversation nationale avec les jeunes. Les jeunes ont discuté des questions qui les touchent, des types de soutien dont ils ont besoin pour réussir et des façons dont ils peuvent s’engager de façon significative. Les jeunes ont été encouragés à participer en ligne, à assister à des tables rondes en personne ou à animer leurs propres discussions, puis à soumettre leurs idées au gouvernement.

Plus de 5 000 jeunes Canadiens ont pris part à la conversation nationale, ce qui a donné lieu à plus de 10 000 réponses personnelles et 68 mémoires provenant de discussions dirigées par des jeunes et d’organismes au service des jeunes. En s’associant à des spécialistes de la mobilisation des jeunes et à des organismes au service des jeunes locaux, le gouvernement a adopté une approche axée sur les jeunes, qui a permis à des jeunes aux identités, aux aptitudes, aux antécédents, aux cultures et aux profils économiques et linguistiques variés de participer. De jeunes Canadiens ont ensuite analysé les informations issues du dialogue national pour façonner les éléments clés de la politique jeunesse.

Le gouvernement l’a clairement entendu, les jeunes veulent avoir leur mot à dire dans les décisions qui ont une incidence sur leur vie et sur leur situation personnelle. Les jeunes Canadiens ont cerné six domaines prioritaires, soit : Leadership et impact; Santé et bien-être; Innovation, compétences et apprentissage; Emploi; Vérité et réconciliation; Environnement et action pour le climat. Ils sont particulièrement passionnés par l’action dans ces domaines.

De nombreux jeunes Canadiens croient que la force du Canada réside dans sa diversité et que l’inclusion de tous mène à un pays plus sain, plus productif et plus résilient. Ils croient fermement qu’il faut faire davantage pour éliminer la discrimination et le racisme structurel, promouvoir une culture d’équité et favoriser la pleine participation de tous les jeunes au Canada.

Le rapport Ce que nous avons entendu résume les conclusions de notre dialogue national avec les jeunes et peut être consulté en ligne (lien).

Vision

Le gouvernement du Canada souhaite que les jeunes soient en mesure de mener une vie saine et satisfaisante et qu’ils se sentent outillés pour apporter des changements positifs pour eux-mêmes, leurs collectivités et le monde.

Objectives

Afin de promouvoir cette vision pour les jeunes Canadiens, le gouvernement du Canada s’engage à faire ce qui suit : 

1.    Créer pour les jeunes des occasions réelles d’être entendus et respectés

Les jeunes sont plus susceptibles de participer lorsqu’ils sentent que leur voix est valorisée et qu’ils contribuent au changement. Le gouvernement cherchera à connaître le point de vue des jeunes alors qu’il façonnera les priorités, les politiques et les programmes fédéraux. Le gouvernement adoptera des approches d’engagement pertinentes et significatives pour les jeunes afin qu’ils se sentent en sécurité, respectés et entendus. Les ministères fédéraux détermineront leurs propres possibilités d’engagement, ce qui comprendra la participation des jeunes à des groupes de travail, des rôles consultatifs ou des consultations officielles.

2.    Offrir des mesures de soutien accessibles qui répondent aux besoins changeants des jeunes

Les jeunes font face à autant de difficultés que de possibilités, à divers stades de leur parcours. Ils ont besoin d’un soutien approprié et qui respecte leur culture, adapté à leurs besoins évolutifs, pour connaître le succès dans un monde en pleine mutation. Le gouvernement travaillera en contact étroit avec les jeunes pour s’assurer de leur offrir un soutien toujours aussi pertinent par rapport à leurs besoins, conçu et fourni sous une forme qui leur est accessible, dans toute leur diversité.

« Tous les enfants et les jeunes doivent sentir que leurs expériences, leurs connaissances et leurs croyances sont valorisées par tous les adultes. »
– Participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018

Principes directeurs

Les principes qui suivent serviront à orienter la mise en œuvre des objectifs de la politique jeunesse :

Les jeunes ont le droit d’être entendus et respectés

Les jeunes ont le droit d’influencer les décisions qui les concernent aujourd’hui et qui les toucheront demain. Le Canada est signataire de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (CNUDE), un ensemble de droits pour les jeunes de moins de 18 ans. La CNUDE réaffirme que les jeunes « ont droit à une opinion et les adultes ont la responsabilité de les écouter et de les prendre au sérieux ». Le Canada appuie les engagements de la Convention et s’engage à respecter la voix de tous les jeunes.

Les jeunes ont le droit à l’égalité d’accès aux possibilités et aux mesures de soutien

Le Canada a la chance de compter une population jeune de plus en plus diversifiée. Le gouvernement appliquera les principes de l’égalité – notamment ceux de l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) – lors de la création de possibilités d’engagement et de mesures de soutien pour les jeunes. L’ACS+ sert à évaluer quelles sont les répercussions des initiatives gouvernementales sur divers groupes de personnes, en considérant de nombreux facteurs d’identité tels que l’orientation sexuelle, l’identité de genre, la race, l’origine ethnique, la religion, l’incapacité, l’éducation, le revenu, la culture, la géographie et l’âge. L’ACS+ tient compte des jeunes lors de la conception et de l’exécution des initiatives gouvernementales, notamment les programmes destinés aux jeunes. L’objectif est de réduire les inégalités et de voir à ce que le gouvernement réponde aux besoins particuliers de tous les jeunes en tenant compte de leurs situations propres.

Lorsque les jeunes atteignent leur plein potentiel, tous les Canadiens en profitent

L’appui donné aux jeunes et l’amplification de leur voix aideront à bâtir un Canada plus fort et plus inclusif. La diversité des perspectives stimule l’innovation et la durabilité. La richesse de la diversité des jeunes ainsi que leur passion pour l’innovation seront bénéfiques pour les politiques gouvernementales et l’économie canadienne. L’inclusion mène également à des décisions plus justes et peut accélérer le changement. Le traitement des jeunes comme des membres à part entière de la société renforcera la cohésion sociale et aidera à bâtir des collectivités plus solides. Une participation plus active à la vie civique aura également pour effet de donner confiance dans les institutions démocratiques, protégeant du même coup la démocratie au Canada.

Jeunes Autochtones

Les jeunes Autochtones forment la population qui croît le plus rapidement au Canada. Il s’agit d’un groupe diversifié de jeunes qui doit composer avec des réalités et des défis uniques. Trop souvent, les jeunes autochtones grandissent sans avoir accès à de l’eau potable, à de la nourriture abordable, à un logement adéquat ou à des services de santé et d’éducation de qualité. De plus, les jeunes Métis, Inuit et des Premières nations continuent d’être victimes de racisme et de discrimination et de subir le traumatisme intergénérationnel de l’histoire coloniale du Canada. Cette conjoncture a des répercussions sur l’aptitude des jeunes à s’épanouir et peut avoir des conséquences durables sur leur santé et leur avenir aux plans social et économique.

Les jeunes autochtones ont des voix puissantes qui méritent d’être entendues et respectées. Leurs points de vue uniques sont nécessaires pour éclairer et façonner les priorités et les politiques, et les aider à avoir accès à des mesures de soutien et à des possibilités durables et adaptées à leur culture.

La politique jeunesse du Canada reflète les droits et les principes de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Peut-être plus important encore, la politique jeunesse reflète la diversité des voix des jeunes autochtones de partout au Canada.

Le gouvernement du Canada apprécie sa relation avec les jeunes Autochtones et s’engage à amplifier leur voix afin de s’assurer que les décisions respectent les différentes cultures, traditions et valeurs du Canada.

« C’est parmi les Autochtones que l’on retrouve la population de jeunes la plus importante et à la plus forte croissance, le Canada a besoin de son énergie et de sa contribution. »
– Jeune participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018

Priorités définies par les jeunes

Les jeunes ont clairement laissé entendre que toute politique jeunesse du gouvernement fédéral doit viser une action concrète. Ils ont cerné six domaines prioritaires, soit : Leadership et impact; Santé et bien-être; Innovation, compétences et apprentissage; Emploi; Vérité et réconciliation; Environnement et action pour le climat. Le gouvernement du Canada offre un éventail de programmes et de services aux jeunes. Quelques exemples sont mises en évidence tout au long de la politique.

Leadership et impact

Les jeunes Canadiens s’investissent à fond dans leur collectivité et sont prêts à se faire les champions d’une nation plus juste, plus diverse et plus inclusive – ceci fait partie intégrale de la vie de nombreux de jeunes.

La participation des jeunes à la vie civique, y compris au gouvernement, est essentielle au succès continu du Canada. En participant à des activités de service ou de bénévolat significatives, les jeunes appuient directement la croissance de leurs collectivités et acquièrent un sentiment d’appartenance et de responsabilité qui les suivra jusqu’à l’âge adulte. Ils acquièrent également des compétences personnelles et professionnelles précieuses qui pourront leur être utiles plus tard dans la vie.

Les jeunes Canadiens souhaitent une culture qui respecte leurs capacités et leur donne le pouvoir d’opérer des changements positifs. Ils cherchent des possibilités d’engagement fondées sur les principes d’apprentissage actif, de la diversité et de la pertinence; ils brûlent d’assumer des rôles directeurs dans la collectivité et dans des organisations. Le soutien aux jeunes leaders et l’encouragement de leur engagement social et civique contribueront à bâtir une nation inclusive et résiliente.

« Nous sommes prêts à nous asseoir à la table, nous n’attendons que l’occasion d’être entendus » 
– Jeune participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018

Le Service jeunesse Canada a été mis sur pied pour aider les jeunes du pays à développer des compétences personnelles et professionnelles précieuses tout en aidant leur communauté. Le programme constitue un exemple de la façon dont le gouvernement aide au développement des jeunes leaders.

Santé et bien-être

Des jeunes en bonne santé physique, mentale et émotionnelle sont mieux pourvus pour faire face aux défis et aux occasions de la vie. L’accès à des aliments nourrissants, à de l’eau potable, à des environnements sûrs et à des services de santé et d’éducation de qualité améliore la santé et le bien-être des jeunes.  

La santé mentale est une priorité absolue pour les jeunes Canadiens qui souhaitent un meilleur accès à des services de santé abordables et de qualité. Les jeunes s’emploient à lever les stigmates de la maladie mentale et à promouvoir une société où la santé mentale est une question prioritaire.

Les relations avec des adultes et des mentors permet aux jeunes de traverser plus facilement la période difficile qu’est l’adolescence, et favorisent une bonne santé mentale et émotionnelle. Ces relations peuvent aider les jeunes à se faire entendre et renforcent une culture qui reconnaît la valeur des jeunes et de leur importante contribution à la société.

 

« Tous les jeunes devraient être en mesure d’atteindre le meilleur niveau de santé possible, peu importe leur emplacement et leur identité »
—Jeune participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018

La santé physique représente un volet important du bien-être général. La pratique d’activités physiques et sportives à l’adolescence est importante pour la santé et le développement physique, cognitif, social et mental. Les loisirs et le sport enrichissent la vie des jeunes et favorisent un sentiment d’appartenance ainsi que l’adoption d’un mode de vie sain.

Le gouvernement du Canada est déterminé à respecter l’engagement pris dans la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et à assurer à chaque enfant le meilleur état de santé possible. Le gouvernement continuera de collaborer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour veiller à ce que les systèmes de soins de santé continuent de répondre aux besoins de tous les Canadiens.

Dans le budget 2019, le gouvernement s’est engagé à appuyer un Service pancanadien de prévention du suicide afin de permettre aux Canadiens et aux Canadiennes d’accéder à un service bilingue de soutien en cas de crise, disponible en tout temps et offert par des intervenants compétents – l’un des nombreux programmes qui contribuent à la santé de la population.

Innovation, compétences et apprentissage

De solides assises en matière d’éducation et d’apprentissage constituent un facteur de protection efficace contre les résultats négatifs et sont essentielles à l’indépendance économique des jeunes. Les jeunes ont besoin de l’aide du gouvernement pour acquérir les études, les compétences et l’expérience professionnelle dont ils ont besoin pour réussir dans l’économie mondiale.

Tous les jeunes méritent d’avoir accès à une éducation abordable de haute qualité, peu importe leurs conditions de vie. Bien que le Canada soit l’un des pays les plus instruits au monde, trop de jeunes demeurent aux prises avec des obstacles qui les empêchent d’obtenir leur diplôme d’études secondaires et de poursuivre des études postsecondaires ou des programmes professionnels.

Le coût des études postsecondaires est une source de préoccupation pour les jeunes. Ils s’inquiètent de la dette que leur laisseront leurs études supérieures et du temps qu’il leur faudra pour rembourser leur prêt étudiant. Ils sont nombreux, au Canada, à quitter le domicile familial pour suivre des études universitaires et le coût de l’expérience peut être considérable. L’abaissement des barrières faisant obstacle à l’éducation aidera les jeunes à mieux se préparer pour affronter un marché de l’emploi concurrentiel et atteindre l’indépendance économique.

« Chaque jeune devrait avoir l’occasion d’acquérir et de développer des compétences qui augmenteront ses chances de trouver un emploi intéressant. »
—Jeune participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018

L’apprentissage ne se limite pas aux établissements d’enseignement. Le marché de l’emploi connaît une évolution rapide, et les employeurs sont à la recherche de compétences nouvelles. Les jeunes doivent avoir accès à des possibilités de formation variée et à des outils pertinents pour améliorer leur employabilité.

Ils ont également besoin d’un apprentissage continu pour se préparer aux emplois de demain. Une aide à l’acquisition de compétences technologiques et dans les technologies numériques aidera les jeunes Canadiens à devenir des participants actifs et des leaders de l’économie numérique.

Les jeunes souhaitent contribuer à une culture qui valorise l’innovation, l’expérimentation et l’entrepreneuriat. Le Canada est en concurrence avec des pays du monde entier pour attirer et former les personnes les plus compétentes, avoir les technologies les plus récentes et les sociétés ayant la croissance la plus rapide. Les jeunes ont des idées novatrices pour résoudre les grands défis du monde et espèrent vivement de transformer leurs idées en réalité. Le fait d’appuyer leur ingéniosité favorisera la croissance de l’économie et aidera le Canada à demeurer concurrentiel sur la scène internationale.

Le gouvernement offre de nombreuses initiatives à l’appui du renforcement des compétences. Par exemple, la Stratégie emploi jeunesse le gouvernement aide les jeunes, plus particulièrement ceux qui se heurtent à des obstacles à l’emploi, à obtenir de l’information sur les carrières, à trouver un emploi et à le conserver. La SEJ est composée de trois volets de programme : Connexion compétences, Objectif carrière, Emplois d’été Canada.

Emploi

Le Canada se doit de mettre en place une économie innovante qui offre aux jeunes toujours plus de possibilités d’explorer leurs passions et leurs intérêts variés. Tous les jeunes doivent sentir que la réussite financière est à leur portée et qu’ils ont les moyens de prendre le contrôle de leur vie.

Les jeunes Canadiens ont besoin d’expérience professionnelle pour intégrer le marché du travail et connaître une carrière réussie, ou pour fonder une entreprise prospère. Une offre étoffée d’occasions d’apprentissage en milieu de travail – notamment des programmes d’enseignement coopératif, des stages et des postes d’apprentis – les aidera à acquérir une expérience concrète et à se préparer au marché mondial de l’emploi. Ils auront également besoin d’un accès à des possibilités d’apprentissage tout au long de leur vie, le monde étant entré pour de bon dans l’ère numérique et dans une économie axée de plus en plus sur les compétences.

Les jeunes Canadiens s’inquiètent de la possibilité de trouver un emploi de qualité à long terme. La précarité de l’emploi peut avoir un impact sur le moment où les jeunes atteignent certains jalons traditionnels de la vie, tels le remboursement des dettes des étudiants, la fondation une famille, l’achat d’une maison et l’épargne en vue de la retraite.

Des changements survenus dans le marché du travail font apparaître un nombre croissant de jeunes entrepreneurs, qui cherchent de nouvelles façons d’avoir des retombées positives sur l’économie. Une culture qui valorise la créativité et l’expérimentation encouragera les jeunes à innover en milieu de travail, ce qui aura pour effet d’ouvrir de nouveaux débouchés économiques pour les jeunes et pour la population canadienne en général.

L’économie du Canada dépend de la participation des jeunes, particulièrement étant donné que la population vieillissante se dirige vers la retraite. Aider les jeunes à surmonter les obstacles à l’emploi leur permettra de connaître le succès sur le plan économique.

« Chaque jeune devrait avoir le sentiment qu’il peut prendre en main son avenir économique, indépendamment de son éducation et de sa famille. »

– Jeune participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018

Le Programme fédéral d’expérience de travail étudiant offre aux jeunes des stages bilingues au gouvernement fédéral. Il s’agit d’un programme de recrutement d’étudiants permanent assorti de répertoires particuliers pour les jeunes autochtones, les jeunes femmes et les jeunes personnes handicapées. Cette initiative s’inscrit dans les nombreux programmes gouvernementaux destinés à aider les jeunes à réussir leur transition vers le marché du travail.

Vérité et réconciliation

De nombreux jeunes Canadiens comprennent déjà l’importance de la réconciliation avec les Premières nations, les Inuits et les Métis. Ils veulent être la génération qui réparera les liens entre les peuples autochtones et non autochtones du Canada. Ils comprennent que c’est nécessaire de mieux reconnaître l’histoire et la contribution des peuples autochtones et aspirent à jouer un rôle significatif dans le processus de réconciliation.

Il existe diverses façons de parvenir à la réconciliation, selon la personne, la nation, le groupe et la collectivité. Les jeunes Canadiens croient que le processus de réconciliation devrait être fondé sur la vérité, le respect et la guérison. De nombreux jeunes ont également affirmé que le processus devrait comprendre l’écoute de toute la vérité, la reconnaissance des injustices passées et actuelles et le respect de leurs droits, de leurs valeurs et de leurs traditions. Ils comprennent que la réconciliation est un processus continu qui doit refléter les visions du monde autochtones et les principes de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Faire progresser la réconciliation chez les jeunes Canadiens contribuera à briser le cycle de la discrimination et bâtir un avenir meilleur pour les peuples autochtones et tous les Canadiens.

« Le Canada doit travailler plus fort pour parvenir à la réconciliation et à l’égalité pour tous. »
– Jeune participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018 

En plus d’autres initiatives axées sur la réconciliation, le budget 2019, le gouvernement s’est engagé à investir dans un programme pilote, réalisé par Échanges Racines canadiennes, visant à faire progresser la réconciliation en regroupant des jeunes autochtones et des jeunes non autochtones afin de promouvoir la compréhension et le respect mutuels.

Environnement et action pour le climat

L’environnement et l’action pour le climat représentent une priorité absolue pour de nombreux jeunes Canadiens. Ils craignent qu’il reste encore beaucoup à faire pour protéger et préserver l’environnement. Les jeunes sont conscients des impacts potentiels du changement climatique sur la santé des personnes et des collectivités et se reconnaissent comme la génération qui devra faire face aux conséquences.

Ils veulent pouvoir participer aux décisions et aux politiques environnementales, afin de créer un Canada qui sera le reflet de leurs valeurs en la matière. Ils désirent que le Canada protège ses milieux naturels et s’attaque au problème du changement climatique, sans perdre de vue le processus de réconciliation avec les peuples autochtones.

Les jeunes Canadiens sont motivés par leur désir de trouver des solutions innovantes aux défis environnementaux, de promouvoir des pratiques et des modes de vie durables et de réaliser la transition vers une économie verte qui respecte les droits et les valeurs des peuples autochtones du Canada. Ils veulent d’autres mesures immédiates soient prises pour protéger l’environnement afin qu’eux-mêmes et les Canadiens des générations futures puissent hériter d’un monde sain.

« Le bien-être de la planète touchera largement les jeunes d’aujourd’hui et les générations futures, car ils devront composer avec les effets négatifs du changement climatique. »

– Jeune participant, Consultations auprès de la jeunesse 2018

Le Programme de stages Horizons Sciences pour les jeunes constitue l’une des nombreuses initiatives fédérales qui appuient la création d’emplois verts pour les jeunes. Grâce à ce programme, les jeunes peuvent acquérir une expérience de travail dans les STIM (sciences, technologie, ingénierie ou mathématiques), et ce, avec une optique environnementale.

Prochaines étapes

La Politique jeunesse du Canada est la première étape d’une action concrète visant à s’attaquer aux grandes questions qui leur tiennent à cœur. C’est aussi une bonne façon de mieux préparer le Canada pour une croissance économique. Cette politique cible six domaines prioritaires, soit : leadership et impact, santé et bien-être; innovation, compétences et apprentissage, emploi, vérité et réconciliation, environnement et action pour le climat. Le gouvernement du Canada continuera de collaborer étroitement avec les jeunes du pays tout entier pour veiller à ce que ces priorités, de même que les programmes et politiques fédéraux, conservent toute la pertinence et continuent de répondre à leurs besoins.

À compter de 2020, puis tous les quatre ans, le gouvernement du Canada publiera un rapport décrivant la situation des jeunes au Canada. Dans la mesure du possible, ce rapport comprendra des données précises sur les jeunes Métis, Inuit et des Premières nations, compte tenu des défis particuliers avec lesquels ils sont aux prises et de la nécessité de combler l’écart entre les situations des jeunes Autochtones et celles des non-Autochtones. Le rapport sur l’état de la jeunesse sensibilisera davantage tous les Canadiens à la situation des jeunes et mettra en lumière les initiatives du gouvernement du Canada dans les domaines prioritaires identifiés afin de mieux faire connaître les programmes offerts aux jeunes.

Les jeunes Canadiens estiment qu’il est particulièrement important que les institutions du Canada reflètent la riche diversité de notre pays. Afin de s’assurer que les jeunes sont représentés dans l’ensemble des organisations fédérales, le gouvernement du Canada continuera d’accroître la représentation des jeunes dans les nominations par le gouverneur en conseil effectuées selon l’approche ouverte, transparente et fondée sur le mérite qu’il a adoptée pour les processus de sélection afin de trouver des candidats hautement qualifiés qui reflètent véritablement la diversité du Canada.

Pour ce faire, le gouvernement travaillera avec des dirigeants d’organisations, des présidents de conseils et des décideurs pour promouvoir l’importance de la nomination par le gouverneur en conseil de jeunes à des postes appropriés et disponibles. Pour les cinq années à venir, le gouvernement du Canada s’engage à faire en sorte que 75 p. 100 des sociétés d’État nomment un jeune au sein de leur conseil.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :