Le gouvernement du Canada finance des initiatives du Nunavut visant à accroître l’accès à la justice et à améliorer le bien-être des femmes et des enfants

Communiqué de presse

Le 29 juillet 2019 - Iqaluit (Nunavut) - Ministère de la Justice Canada

Les Canadiens et les Canadiennes s’attendent à ce que leur système de justice soit au service de tous, qu’il assure un accès égal à la justice et qu’il appuie et protège les plus vulnérables, y compris les femmes et les enfants. 

Aujourd’hui, l’honorable David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada, a annoncé un nouveau financement s’élevant au total à 1,8 million de dollars pour trois initiatives du Nunavut visant à accroître l’accès à la justice et à appuyer le bien-être des femmes et des enfants.

Afin de mieux comprendre les besoins juridiques des femmes du Nunavut en matière de violence familiale et d’accroître leur accès à l’information et aux ressources juridiques, le Barreau du Nunavut a lancé son projet Accès à la justice pour les victimes de violence familiale au Nunavut. Le projet mettra au point également une campagne de sensibilisation à la violence familiale afin d’améliorer la capacité du public à reconnaître les situations de violence et à briser le silence entourant la violence familiale. Le ministère de la Justice Canada versera la somme de 111 000 $ sur deux ans à l’appui de ce projet. 

Le Barreau du Nunavut lancera également une initiative visant à lutter contre le harcèlement sexuel en milieu de travail et la violence fondée sur le genre. Ce projet, intitulé Le harcèlement sexuel en milieu de travail et d’autres questions liées au harcèlement au Nunavut, sensibilisera davantage le public à ces questions au moyen d’ateliers qui seront offerts dans les collectivités de l’ensemble du territoire. De plus, le projet permettra d’offrir des services d’information et de vulgarisation juridiques, ainsi que des conseils et des renseignements juridiques gratuits aux personnes victimes de harcèlement ou de violence fondée sur le genre. La création et le maintien de milieux de travail sécuritaires où chacun – quel que soit son genre ou son identité de genre – peut se sentir en sécurité et respecté, et se concentrer sur son travail et sa carrière est une priorité pour le gouvernement du Canada. Le ministère de la Justice Canada versera la somme de 843 000 $ sur cinq ans à l’appui de ce projet.

Les enfants victimes doivent avoir à leur disposition des espaces sûrs et confortables où ils peuvent obtenir des services spécialisés adaptés à leurs besoins afin de réduire les conséquences de la violence dont ils ont été victimes. Pour soutenir les enfants et leurs familles, la Fondation des jeunes et des enfants de l’Arctique s’emploie à ouvrir un nouveau centre d’appui aux enfants à Iqaluit. Ce centre offrira un environnement sécuritaire, adapté sur le plan culturel et axé sur les besoins des enfants dans lequel divers organismes offriront leurs services dans le cadre d’une intervention concertée et coordonnée. Le ministère de la Justice Canada versera la somme de 875 526 $ sur cinq ans à l’appui de la création de ce centre d’appui aux enfants.

Citations

« Je suis fier de l’appui que le gouvernement du Canada offre à des initiatives du Nunavut qui amélioreront la vie de tous les Nunavummiut, en particulier celle des femmes et des enfants, qui trop souvent doivent faire face à des situations de violence. L’information et la vulgarisation juridiques, l’acquisition de connaissances et l’existence d’espaces sécuritaires pour les jeunes victimes d’actes criminels sont des éléments importants qui soutiennent une société juste et prospère. Grâce à des partenaires comme le Barreau du Nunavut et la Fondation des jeunes et des enfants de l’Arctique, nous créons un avenir meilleur pour tous les Nunavummiut. »

L’honorable David Lametti, C.P., c.r., député
Ministre de la Justice et procureur général du Canada

« Le Barreau du Nunavut est déterminé à protéger le public, notamment en fournissant un soutien et des conseils à tous les Nunavummiut du territoire dans le cadre de son initiative Accès aux connaissances. Lancée en 2015, cette initiative facilite l’accès des Nunavummiut à l’information grâce à des collaborations et à des partenariats précieux qui viennent appuyer leurs droits et les ressources mises à leur disposition et leur permettent de mieux comprendre ceux‑ci. »

Nalini Vaddapalli, chef de la direction
Barreau du Nunavut

« Le personnel et le conseil d’administration de la Fondation des jeunes et des enfants de l’Arctique (FJEA) sont reconnaissants des engagements à long terme comme celui que le ministère de la Justice Canada a pris sur cinq ans pour s’assurer que l’accent soit mis sur le succès du Centre d’appui aux jeunes et aux enfants d’Umingmak (CAJEU). Il y a cinq ans, je rêvais de mettre sur pied un Centre d’appui aux enfants pour le Nunavut (ancienne directrice générale). Je me suis mise au travail et, aujourd’hui, je félicite la directrice générale Sarah Clark et le personnel de la FJEA ainsi que les partenaires du CAJEU, qui ont réussi à faire de cet espace essentiel une réalité pour le Nunavut grâce à l’ouverture du CAJEU, qui aura lieu en septembre prochain. »

Kylie Aglukark,
Membre du conseil d’administration de la Fondation des jeunes et des enfants de l’Arctique

Faits en bref

  • L’annonce d’aujourd’hui s’inscrit dans le cadre du financement de 50 millions de dollars sur cinq ans prévu dans le budget de 2018 pour contrer le harcèlement sexuel. De ce montant, 25 millions de dollars sont consacrés à des organismes afin qu’ils puissent accroître leur capacité de fournir des conseils et de l’information juridiques pour aider les plaignants victimes de harcèlement sexuel en milieu de travail. Un montant additionnel de 25 millions de dollars est consacré à des organismes pour leur permettre de fournir des services de vulgarisation et d’information juridiques aux travailleurs. Grâce à ces deux initiatives, le gouvernement du Canada aide les organismes à appuyer les victimes et à prendre position contre le harcèlement sexuel en milieu de travail.

  • Le Code canadien du travail définit le harcèlement sexuel comme tout comportement, propos, geste ou contact d’ordre sexuel susceptible de choquer ou d’humilier un employé ou qui pourrait, pour des motifs raisonnables, être perçu par cet employé comme posant une condition d’ordre sexuel à l’emploi ou à une occasion de formation ou d’avancement. Cette définition fédérale s’applique aux milieux de travail sous réglementation fédérale.

  • L’Initiative des CAE verse des fonds à un certain nombre d’organismes non gouvernementaux qui offrent des services aux victimes et dont les programmes et les activités concordent avec les priorités du Fonds d’aide aux victimes et du gouvernement du Canada.

  • Le Programme juridique de partenariats et d’innovation en matière de violence familiale cible deux grands objectifs. D’une part, renforcer la réponse du système de justice à la violence familiale et, d’autre part, promouvoir la sensibilisation continue du public à la violence familiale et la participation du public à la réponse à la violence familiale.

  • Selon une étude menée en 2019 sur la violence fondée sur le sexe et les besoins en services d’hébergement dans l’Inuit Nunangat (en anglais seulement), plus de 70 % des 53 collectivités inuites réparties dans quatre régions géographiques de l’Arctique canadien n’ont pas de refuge sûr pour les femmes et les enfants victimes de violence familiale.

  • En 2017, les jeunes femmes et les filles vivant dans le Nord du Canada – ce qui comprend les territoires et les parties septentrionales de la plupart des provinces – ont été victimes d’un nombre disproportionné de crimes violents.
    Source : https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/85-002-x/2019001/article/00012-fra.htm

  • Le taux de victimisation avec violence chez les jeunes femmes et les filles vivant dans le Nord atteignaient d’abord un sommet vers l’âge de 15 ans et demeuraient élevés jusqu’à l’âge de 30 ans, où une baisse était observée. Ce profil de victimisation selon l’âge différait de celui des personnes de sexe féminin du Sud, dont les taux atteignaient un sommet à l’âge de 15 ans, mais diminuaient bien avant l’âge adulte.
    Source : https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/85-002-x/2019001/article/00012-fra.htm

Produits connexes

Personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Rachel Rappaport
Attachée de presse
Cabinet du ministre de la Justice
613-992-6568
Rachel.rappaport@justice.gc.ca

Relations avec les médias
Ministère de la Justice Canada
613-957-4207
media@justice.gc.ca


Recherche d'information connexe par mot-clés: Droit | Ministère de la Justice Canada | Nunavut | Justice | grand public | communiqués de presse
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :