Le gouvernement du Canada renforce son soutien aux enfants et aux adolescents victimes de maltraitance et de violence en Colombie-Britannique

Communiqué de presse

Le 13 août 2019 - Vernon, Colombie-Britannique - Ministère de la Justice Canada

Les Canadiens et les Canadiennes s’attendent à vivre dans une société dotée d’un système de justice pénale équitable et impartial, qui répond aux besoins des victimes. Cela est particulièrement important lorsque les victimes ou les témoins d’abus et de violence sont des enfants et des adolescents.

Aujourd’hui, l’honorable David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada, a annoncé l’octroi d’un financement de 340 000 dollars à la Archway Society for Domestic Peace de Vernon, en Colombie-Britannique. Ce financement appuiera le Oak Centre de l’Archway Society for Domestic Peace, un endroit où les enfants et les adolescents victimes ou témoins de violence ou de maltraitance peuvent recevoir de l’aide et rencontrer des organismes d’application de la loi et d’autres intervenants dans un environnement sécuritaire et accueillant. Le Oak Centre vise à minimiser l’impact et le traumatisme qu’un enfant ou un adolescent peut subir lorsqu’il parle de violence ou de crimes.

Les enfants et les adolescents victimes de violences ont besoin d’un endroit sûr où ils peuvent révéler leurs histoires et leurs expériences à des professionnels qualifiés. Des services personnalisés aident à atténuer les répercussions à court et à long terme de la violence et des mauvais traitements qui leur ont été infligés. Dans le cadre de l’Initiative du Child Advocacy Centre (CAC), le gouvernement du Canada vient en aide aux victimes et à leurs familles en finançant la création et le maintien de services multidisciplinaires, coordonnés et axés sur les enfants et les adolescents réunis dans un même établissement.

Citations

« Les centres de défense des droits des enfants et des adolescents, comme le Oak Centre de la Archway Society for Domestic Peace, offrent des services essentiels qui font une différence pour les jeunes victimes de maltraitance et de violence. Je suis fier que le gouvernement du Canada appuie les services communautaires qui accordent la priorité aux besoins particuliers des enfants et des adolescents de façon à atténuer l’impact de leurs expériences douloureuses. »

L’honorable David Lametti, P.C., c.r., député
Ministre de la Justice et procureur général du Canada

« Le Oak Child and Youth Advocacy Centre offre des services aux enfants et aux adolescents vulnérables du nord de l’Okanagan qui ont été victimes de violence ou d’agression sexuelle. Le Centre a été créé grâce au financement du ministère de la Justice Canada qui, par l’entremise du Fonds d’aide aux victimes, a fourni le financement pour une étude de faisabilité, l’élaboration et la mise à l’essai des services. Les enfants et les adolescents sont rencontrés par la police et les travailleurs sociaux et bénéficient d’un soutien accru des services aux victimes sur place. Les parties intéressées travaillent ensemble pour veiller à ce que chaque enfant et chaque adolescent reçoive l’ensemble des services pour répondre à ses besoins particuliers. Maintenant dans notre quatrième année de fonctionnement, nous continuons de recevoir des fonds opérationnels du Fonds d’aide aux victimes et nous avons offert des services à plus de 640 enfants et adolescents. Sans l’appui du ministère de la Justice Canada, ces précieux services pour les enfants vulnérables ne seraient pas possibles. »

Brooke McLardy
Gestionnaire, Oak Child and Youth Advocacy Centre

Faits en bref

  • Selon les données de l’Enquête sociale générale de 2014 sur la victimisation, près du tiers (32 %) des Canadiens et des Canadiennes âgés de 15 ans et plus, soit près de 9 millions de personnes, ont déclaré avoir été victimes de violence physique ou sexuelle pendant leur enfance.

  • Les enfants qui ont visité un Child Advocacy Centre (CAC) sont généralement satisfaits de l’expérience et indiquent dans une plus grande proportion qu’ils n’ont pas eu peur pendant l’entrevue médicale ou juridique, comparativement aux enfants vivant dans des communautés qui n’ont pas de CAC.

    Source : JustFacts, Children’s Advocacy Centres, Melissa Lindsay, Division de la recherche et de la statistique, ministère de la Justice, 5 décembre 2013

  • Les parents dont les enfants ont reçu des services d’un CAC sont plus satisfaits du processus d’enquête et des procédures d’entrevue que les parents dont les enfants ont reçu des services d’un organisme autre qu’un CAC.

    Source : JustFacts, Children’s Advocacy Centres, Melissa Lindsay, Division de la recherche et de la statistique, ministère de la Justice, 5 décembre 2013

Produits connexes

Personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Rachel Rappaport
Attachée de presse
Cabinet du ministre de la Justice
613-992-6568
Rachel.rappaport@justice.gc.ca

Relations avec les médias
Ministère de la Justice Canada
613-957-4207
media@justice.gc.ca

Restez branchés

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :