Le gouvernement du Canada annonce des nominations à la magistrature de la Colombie-Britannique

Communiqué de presse

Le 16 mars, 2020 – Ottawa (Ontario) - Ministère de la Justice Canada    

L’honorable David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada, a annoncé aujourd’hui les nominations suivantes en vertu du processus de nomination à la magistrature mis en place en 2016. Ce processus met l’accent sur la transparence, le mérite et la diversité, et continuera de veiller à la nomination de juristes qui incarnent les plus hautes normes d’excellence et d’intégrité.

Matthew Taylor, avocat principal au sein du ministère du Procureur général de la Colombie‑Britannique à Vancouver, est nommé juge de la Cour suprême de la Colombie‑Britannique. Monsieur le juge Taylor remplace monsieur le juge L.W. Bernard (New Westminster), qui a choisi de devenir juge surnuméraire à compter du 11 mai 2019.

Andrew Majawa, directeur régional et avocat général au ministère de la Justice Canada à Vancouver, est nommé juge de la Cour suprême de la Colombie‑Britannique. Monsieur le juge Majawa remplace monsieur le juge N.H. Smith (Vancouver), qui a choisi de devenir juge surnuméraire à compter du 10 octobre 2019.

Biographies

Le juge Matthew Taylor, qui est bilingue, a été élevé à Montréal. Il a décroché un baccalauréat ès art. (avec distinction) en politique de l’Université Queen’s en 1989 et une maîtrise en philosophie politique de l’Université Cambridge en 1990 grâce à une bourse du Cambridge Commonwealth. En 1994, il a obtenu un baccalauréat en droit et un baccalauréat en droit civil de la Faculté de droit de l’Université McGill, où il a été médaillé d’or du Programme national, puis il a fait une maîtrise en droit à la Faculté de droit de Harvard, qu’il a fréquentée grâce à une bourse Fulbright. Il a travaillé comme auxiliaire juridique auprès de monsieur le juge La Forest à la Cour suprême du Canada de 1994 à 1995 et il a été admis au Barreau de l’Ontario en 1996 et au Barreau de la Colombie‑Britannique en 2002.

Le juge Taylor était avocat principal au sein du ministère du Procureur général de la Colombie‑Britannique, où il exerçait depuis 2008, principalement à titre de procureur dans le cadre d’opérations commerciales et publiques complexes, tout en agissant à titre d’avocat dans certains dossiers de litige, notamment devant la Cour suprême du Canada. Il possède une vaste expérience des litiges et de la prestation de conseils dans les secteurs public et privé, ayant auparavant exercé à titre d’avocat plaideur en droit commercial et public à Vancouver et à Toronto et, au début de sa carrière, comme analyste des questions juridiques et des politiques au Bureau du Conseil privé à Ottawa.

Depuis 2001, le juge Taylor a été coauteur de la publication à feuilles mobiles intitulée The Charter of Rights in Litigation, en plus d’autres publications. Il a fait beaucoup de bénévolat au sein et à l’extérieur de la communauté juridique. 

Le juge Taylor et sa conjointe, l’honorable juge Amy Francis, de la Cour suprême de la Colombie‑Britannique, vivent à Vancouver avec leurs deux adolescentes.

Le juge Andrew Majawa est né et a grandi dans le Grand Vancouver et a obtenu un baccalauréat ès arts (avec distinction) de l’Université Queen’s. Après avoir travaillé comme consultant auprès d’une entreprise multinationale en Ontario, le juge Majawa est retourné à Vancouver et a obtenu son baccalauréat en droit de l’Université de la Colombie-Britannique en 2005. Il a ensuite travaillé comme auxiliaire juridique à la Cour suprême de la Colombie‑Britannique, a fait un stage au ministère de la Justice Canada, et a été admis au Barreau de la Colombie‑Britannique en 2007.

Le juge Majawa a passé toute sa carrière juridique au ministère de la Justice Canada, où il a exercé principalement dans le domaine des litiges fiscaux et de l’extradition. Il a comparu devant la Cour suprême et la Cour d’appel de la Colombie-Britannique, la Cour fédérale et la Cour d’appel fédérale, ainsi que la Cour canadienne de l’impôt. Le juge Majawa était également l’un des avocats représentant le Canada devant la Commission d’enquête sur les femmes disparues de la Colombie-Britannique. Depuis 2015, le juge Majawa a occupé divers postes de direction au bureau de la C.-B. du ministère de la Justice Canada, notamment celui d’avocat général et de directeur régional de la Section du droit des affaires et du droit réglementaire et de la Section du droit fiscal. Dans chacun de ces rôles, il a dirigé plus de 70 avocats et employés responsables de litiges civils généraux fédéraux et de litiges fiscaux civils fédéraux, respectivement, en Colombie-Britannique.   

Le juge Majawa se passionne pour la santé mentale et le bien-être en milieu de travail. Il est coprésident et cofondateur du Comité du mieux-être mental et physique au bureau de la Colombie-Britannique du ministère de la Justice Canada et a été reconnu à l’échelle nationale par le Ministère pour son travail à l’appui de son initiative en matière de santé mentale.

Le juge Majawa aime faire du ski, voyager et faire du vélo de montagne avec son épouse et leurs deux adolescents.

Faits en bref

  • Depuis novembre 2015, plus de 350 juges ont été nommés à la Cour supérieure. Ces juristes exceptionnels témoignent de la diversité qui renforce le Canada. Plus de la moitié de ces juges sont des femmes, et ces nominations font état d’une représentation accrue des minorités visibles, des Autochtones, des membres de la communauté LGBTQ2 et des personnes qui s’identifient comme handicapées.

  • Le gouvernement du Canada est déterminé à favoriser l’accès à la justice pour tous les Canadiens. Afin d’assurer des résultats concrets pour les familles canadiennes, le budget de 2018 prévoit un financement de 77,2 millions de dollars sur quatre ans pour appuyer l’élargissement des tribunaux unifiés de la famille à compter de 2019-2020. Cet investissement dans le système de justice familiale créera 39 nouveaux postes de juges en Alberta, en Ontario, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador.

  • De plus, le budget de 2018 a proposé de financer sept autres postes de juges en Saskatchewan et en Ontario, ce qui coûtera 17,1 millions de dollars sur cinq ans.

  • Les nominations à la magistrature fédérale sont faites par le gouverneur général, agissant selon l’avis du Cabinet fédéral et sur les recommandations du ministre de la Justice.

  • Les comités consultatifs à la magistrature de partout au pays jouent un rôle essentiel dans le processus d’évaluation des candidatures à la magistrature. Il y a 17 comités consultatifs à la magistrature qui représentent toutes les provinces et tous les territoires.

  • Des réformes importantes du rôle et de la structure des comités consultatifs à la magistrature ont été annoncées le 20 octobre 2016 afin d’accroître l’indépendance et la transparence du processus.

Personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Rachel Rappaport
Attachée de presse
Cabinet du ministre de la Justice
613-992-6568
rachel.rappaport@justice.gc.ca

Relations avec les médias
Ministère de la Justice Canada
613-957-4207
media@justice.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :