Le gouvernement du Canada annonce des nominations à la magistrature de l’Ontario

Communiqué de presse

Le 6 avril 2020 – Ottawa (Ontario) – Ministère de la Justice Canada

L’honorable David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada, a annoncé aujourd’hui les nominations suivantes dans le cadre du processus de nomination des juges établi en 2016. Ce processus met l’accent sur la transparence, le mérite et la diversité, et continuera de garantir la nomination de juristes qui incarnent les plus hautes normes d’excellence et d’intégrité.

L’honorable Steve A. Coroza, juge de la Cour supérieure de justice de l’Ontario, est nommé juge d’appel de la Cour d’appel de l’Ontario. Monsieur le juge Coroza remplace madame la juge K. Feldman, qui a choisi de devenir juge surnuméraire à compter du 1er janvier 2020.

L’honorable Leonard Ricchetti, juge de la Cour supérieure de justice de l’Ontario, est nommé juge principal régional de la Cour supérieure de justice de l’Ontario pour la région du Centre-Ouest. Monsieur le juge Ricchetti remplace monsieur le juge P.A. Daley (Brampton), qui a choisi de devenir juge surnuméraire à compter du 31 janvier 2020.

Melanie Kraft, associée chez Epstein Cole LLP à Toronto, est nommée juge de la Cour supérieure de justice de l’Ontario. Madame la juge Kraft remplace madame la juge J.A. Thorburn (Toronto), qui a été nommée juge de la Cour d’appel le 1er septembre 2019.

Giulia B. Gambacorta, avocate de la défense et mandataire du Service des poursuites pénales du Canada, est nommée juge de la Cour supérieure de justice de l’Ontario. Madame la juge Gambacorta remplace madame la juge T. Maddalena (Welland), qui a été nommée à la section de la Cour de la famille le 4 avril 2019.

Biographies

Le juge Steve A. Coroza a été nommé à la Cour de justice de l’Ontario (St. Catharines) en 2009 et à la Cour supérieure de justice (Brampton) en 2013. Il a obtenu un baccalauréat en droit de l’Université de Windsor et a été admis au Barreau de l’Ontario en 1997. Il a également obtenu une maîtrise en droit de la Faculté de droit Osgoode Hall en 2003.

Monsieur le juge Coroza a été avocat de service de l’Aide juridique Ontario à Toronto en 1997 et 1998. De 1998 à 2009, il a été avocat conseil au ministère de la Justice et au Service des poursuites pénales du Canada, où son principal domaine de pratique était le droit criminel. Le juge Coroza a été membre de la Fédération des avocats canadiens asiatiques. Il a été chargé de cours auxiliaire pour le cours de plaidoirie offert par la Faculté de droit Osgoode Hall et conférencier invité à la faculté de droit de l’University of Notre Dame. Il participe fréquemment à titre de panéliste aux programmes de formation continue des avocats et des juges. Il est également le coauteur de l’ouvrage intitulé Sentencing Drug Offenders.

Le juge Coroza et sa conjointe, Mary, infirmière praticienne, ont trois enfants.

Le juge Leonard Ricchetti est né à Faeto, en Italie. Il a obtenu un baccalauréat ès sciences de l’Université de Toronto en 1975 et un baccalauréat en droit de l’Université Western Ontario en 1979. Il a ensuite été admis au Barreau de l’Ontario en 1981.

Monsieur le juge Ricchetti a été associé chez McMillan Binch Mendelsohn de 1986 à 2008 et avocat au sein de ce cabinet de 1983 à 1986. Il a acquis une expertise en droit municipal, en droit de l’environnement, en droit constitutionnel et en droit commercial. Le juge Ricchetti a été nommé à la Cour supérieure de justice de l’Ontario en 2008.

La juge Melanie Kraft a obtenu son diplôme de la Faculté de droit Osgoode Hall en 1994. Après avoir terminé ses stages chez Epstein Cole LLP, elle a été admise au Barreau de l’Ontario. Elle a pratiqué en droit de la famille exclusivement auprès du cabinet, dont elle est devenue une associée en 2001.

La pratique de la juge Kraft a couvert une vaste gamme de questions de droit de la famille et l’a amenée à recourir à divers mécanismes de règlement des différends, y compris la négociation de contrats familiaux dans des dossiers financiers complexes, et à agir à titre d’avocate dans des dossiers litigieux en matière de droits parentaux, de soutien et de biens.

Inspirée par sa détermination de longue date à améliorer l’accès du public à la justice, la juge Kraft a appuyé les programmes élaborés à l’appui de cet objectif et y a participé.  Ainsi, elle a participé par le passé au programme intensif de droit de la pauvreté du Parkdale Community Legal Service, elle a été avocate de service à la Cour de justice de l’Ontario et, tout récemment, elle a travaillé à la fois comme agente de règlement des différends et comme avocate-conseil à la Cour supérieure de justice.

La juge Kraft est professeure auxiliaire à la Faculté de droit Osgoode Hall, où elle enseigne conjointement le droit de la famille. Elle a également obtenu des certificats en médiation du Collaborative Decision Resource Centre de Boulder, au Colorado, et du Program of Instruction for Lawyers de la Faculté de droit de Harvard.

En plus de passer du temps en famille avec son mari, Mark, et leurs trois enfants, la juge Kraft a participé activement aux associations de parents des écoles primaires de ses enfants et a également siégé au conseil d’administration de l’école postsecondaire de ses enfants.

La juge Giulia B. Gambacorta est née à Toronto de parents italiens immigrants et a grandi à Amherstburg (Ontario). Elle a obtenu un baccalauréat ès sciences de l’Université Western Ontario et a fait des études en français et en langues modernes avant d’entrer à la faculté de droit. Elle a obtenu un baccalauréat en droit de l’Université de Windsor et a été admise au Barreau de l’Ontario en 2002. 

Après avoir fait des stages dans les domaines du droit des sociétés et du droit commercial, madame la juge Gambacorta a fait carrière en droit criminel au ministère du Procureur général à titre de procureure adjointe de la Couronne jusqu’en 2016. En 2016, elle a établi sa propre pratique et enseigné comme professeure auxiliaire à la Faculté de droit Osgoode Hall. Diversifiant davantage son expérience, la juge Gambacorta est devenue en 2018 mandataire du Service des poursuites pénales du Canada.

Tout au long de sa carrière, la juge Gambacorta s’est dévouée à la collectivité et a occupé à titre bénévole de nombreux postes au sein de conseils d’administration et d’organismes communautaires. Parmi les rôles de direction qu’elle a assumés, mentionnons notamment celui de présidente de la Société catholique d’aide à l’enfance de Hamilton, de présidente de son Conseil des écoles catholiques et membre du Council of Catholic Service Organizations.

La juge Gambacorta est bilingue en anglais et en italien et possède une compétence professionnelle fonctionnelle en français. Son mari et elle habitent à Niagara et sont les fiers parents de deux beaux enfants.

Faits en bref

  • Depuis novembre 2015, plus de 350 juges ont été nommés à une cour supérieure. Ces juristes exceptionnels témoignent de la diversité qui renforce le Canada. Plus de la moitié de ces juges sont des femmes, et ces nominations font état d’une représentation accrue des minorités visibles, des Autochtones, des membres de la communauté LGBTQ2S et des personnes qui s’identifient comme handicapées.

  • Le gouvernement du Canada est déterminé à favoriser l’accès à la justice pour tous les Canadiens. Afin d’améliorer les résultats pour les familles canadiennes, le budget de 2018 prévoit un financement de 77,2 millions de dollars sur quatre ans pour appuyer l’élargissement des tribunaux unifiés de la famille à compter de 2019-2020. Cet investissement dans le système de justice familiale créera 39 nouveaux postes de juges en Alberta, en Ontario, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador.

  • De plus, le budget de 2018 a proposé de financer sept autres postes de juges en Saskatchewan et en Ontario, ce qui coûtera 17,1 millions de dollars sur cinq ans.

  • Les nominations à la magistrature fédérale sont faites par le gouverneur général, agissant selon l’avis du Cabinet fédéral et sur les recommandations du ministre de la Justice.

  • Les comités consultatifs à la magistrature de partout au pays jouent un rôle essentiel dans le processus d’évaluation des candidatures à la magistrature. Il y a 17 comités consultatifs à la magistrature, qui représentent toutes les provinces et tous les territoires.

  • Des réformes importantes du rôle et de la structure des comités consultatifs à la magistrature ont été annoncées le 20 octobre 2016 afin d’accroître l’indépendance et la transparence du processus. 

Personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Rachel Rappaport
Attachée de presse
Cabinet du ministre de la Justice
613-992-6568
rachel.rappaport@justice.gc.ca

Relations avec les médias
Ministère de la Justice Canada
613-957-4207
media@justice.gc.ca


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :