Le gouvernement du Canada appuie une initiative pour combattre le harcèlement sexuel en milieu de travail et améliorer l’accès à la justice au Nouveau-Brunswick

Communiqué de presse

Le 31 mars 2021 - Fredericton (Nouveau‑Brunswick) - Ministère de la Justice Canada

Toute personne a droit à un milieu de travail sûr et à un traitement équitable. Le harcèlement sexuel a des répercussions non seulement sur la santé et le bien‑être des personnes touchées, mais aussi sur leur capacité à accomplir leur travail de leur mieux. L’une des priorités du gouvernement du Canada consiste à créer et à maintenir des milieux de travail où chacun — quelle que soit son identité ou son expression de genre — peut se sentir en sécurité, respecté et capable de se concentrer sur son travail.

Aujourd’hui, l’honorable David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada, a annoncé que le gouvernement du Canada accordait des fonds au Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau‑Brunswick (SPEIJ‑NB) pour son projet Prévention du harcèlement sexuel de populations vulnérables en milieu de travail. Grâce à ce projet, le SPEIJ‑NB aide les employeurs et les particuliers à combattre et à prévenir le harcèlement sexuel en milieu de travail, plus particulièrement auprès des populations vulnérables, y compris les communautés LGBTQ2+.

Le ministère de la Justice du Canada fournira plus de 1,94 million de dollars en 5 ans au SPEIJ‑NB. Les fonds seront distribués par l’intermédiaire du Programme d’aide juridique ainsi que du Programme juridique de partenariats et d’innovation, qui appuie des initiatives favorisant l’atteinte de notre objectif consistant à garantir un système de justice accessible, efficace et équitable pour tous.

Le projet Prévention du harcèlement sexuel de populations vulnérables en milieu de travail comprend la tenue de consultations et la réalisation de recherches pour soutenir la conception d’outils et de stratégies visant à combattre le harcèlement sexuel en milieu de travail. Ceux-ci comprennent notamment des programmes d’information du public, des outils pour la formation en milieu de travail, des formations virtuelles et des activités communautaires. Les ressources ainsi conçues sont partagées avec divers intervenants partout dans la province, y compris des employeurs, des employés, des syndicats, ainsi des organismes communautaires et commerciaux.

Le projet comprend également la création d’un modèle de prestation de conseils juridiques en matière de harcèlement sexuel en milieu de travail, lequel comportera une liste de professionnels du droit formés et l’accès à une ligne d’aide ou à un service d’aiguillage pour toute personne victime de harcèlement sexuel en milieu de travail.

L’annonce d’aujourd’hui fait partie du financement de 50 millions de dollars en 5 ans qui a été annoncé dans le budget de 2018 pour combattre le harcèlement sexuel en milieu de travail. De cette somme, 25 millions de dollars sont consacrés à des organismes afin qu’ils puissent accroître leur capacité à fournir des conseils et des renseignements juridiques pour aider les victimes de harcèlement sexuel en milieu de travail. La seconde tranche de 25 millions de dollars est destinée à des organismes qui fourniront des services de vulgarisation et d’information juridiques aux travailleurs.

Citations

« Toute personne a le droit de se sentir en sécurité dans son milieu de travail. Je suis fier d’appuyer le projet du Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau‑Brunswick, qui vise à combattre et à prévenir le harcèlement sexuel en milieu de travail à l’égard des populations vulnérables telles que les communautés LGBTQ2+. »

L’honorable David Lametti, C.P., c.r., député
Ministre de la Justice et procureur général du Canada

« Le Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau‑Brunswick est un chef de file de la prestation de services de vulgarisation et d’information juridiques aux résidents du Nouveau‑Brunswick depuis trois décennies. Par son travail, l’organisme a bâti un réseau solide avec de nombreux partenaires, des intervenants et des organismes de partout dans la province. Il est donc bien placé pour soutenir les victimes de violence et de harcèlement à caractère sexuel dans le milieu de travail. »

René Arseneault
Député de Madawaska–Restigouche

« Le harcèlement sexuel est beaucoup trop fréquent et il a des répercussions sur la santé, la sécurité et le bien‑être des personnes touchées. Grâce au financement du ministère de la Justice, le Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau‑Brunswick, en collaboration avec la Commission des droits de la personne du Nouveau‑Brunswick, est heureux de mettre officiellement en branle l’initiative quinquennale visant à combattre et à prévenir le harcèlement sexuel dans les milieux de travail du Nouveau‑Brunswick. Nous avons commencé par un processus de consultation afin d’écouter le point de vue des populations particulièrement vulnérables, tels les membres des communautés LGBTQ2+. Jusqu’à maintenant, nous avons créé un site web intitulé « Lieux plus sûrs N.‑B. », avons élaboré des documents de formation pour faciliter la formation en ligne et avons offert de la formation libre‑service en ligne. »

Amber Chisholm,
Directrice adjointe par intérim du Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau‑Brunswick

Faits en bref

  • En 2018, Statistique Canada a publié une étude portant sur toutes les formes de harcèlement en milieu de travail au Canada. Dans le cadre de cette étude, 19 % des femmes et 13 % des hommes ont déclaré avoir déjà été victimes de harcèlement dans leur milieu de travail. Les femmes étaient les plus susceptibles de déclarer avoir fait l’objet de harcèlement sexuel en milieu de travail.

  • En 2016, 48 % des travailleurs canadiens étaient des femmes (Statistique Canada, 2017) et, selon une étude menée par Emploi et Développement social Canada en 2017, 94 % des répondants qui ont déclaré avoir fait l’objet de harcèlement sexuel en milieu de travail étaient des femmes.

Liens connexes

Personnes-ressources

Pour obtenir de plus amples renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Rachel Rappaport
Attachée de presse
Cabinet du ministre de la Justice
613-992-6568
Rachel.rappaport@justice.gc.ca

Relations avec les médias
Ministère de la Justice du Canada
613-957-4207
media@justice.gc.ca

Restez branchés

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :