Stephen B. Simpson à la conférence annuelle de la British Columbia Association of Broadcasters

Discours

Osoyoos (Colombie-Britannique)
Le 18 mai 2017

Stephen B. Simpson, Conseiller régional de la Colombie-Britannique et du Yukon
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

à la conférence annuelle de la British Columbia Association of Broadcasters

Priorité à l’allocution

Je vous remercie de votre aimable présentation et de votre invitation à participer à la 70e conférence annuelle de la British Columbia Association of Broadcasters (BCAB). La BCAB continue de faire un excellent travail en promouvant les intérêts des radiodiffuseurs privés en Colombie-Britannique et en contribuant à des émissions qui renforcent les collectivités à l’échelle de la province.

Dans un secteur comme la radiodiffusion qui connaît des changements profonds et radicaux, il est essentiel de pouvoir s’appuyer sur des associations fortes et efficaces. En tant que conseiller au CRTC, je reconnais le rôle que joue la BCAB dans la représentation de ses membres. Je tiens à vous assurer que le CRTC demeure déterminé à collaborer avec des organisations comme la BCAB afin de régler les problèmes que rencontrent les exploitants.

Ce matin, je vais faire le point sur les activités récentes du CRTC et présenter le calendrier à venir du Conseil.

Établir des liens avec l’auditoire

Tout d’abord, je tiens à aborder l’évolution fulgurante des changements technologiques et ce que cela signifie pour les radiodiffuseurs de la Colombie-Britannique. Comme beaucoup d’entre vous le savent, j’ai travaillé dans les domaines de la radiodiffusion, de la publicité, de la production de médias et des médias interactifs. Ce contexte influence la perspective que j’ai de notre industrie. Comme bon nombre d’entre vous, lorsque j’ai commencé ma carrière, Internet n’existait pas et la seule fonction vidéo interactive que nous connaissions, c’était de se lever pour changer de chaîne sur le téléviseur.

L’audio et la vidéo sont disponibles dans un plus grand nombre de formats et sont d’une meilleure qualité que jamais auparavant. Grâce à Internet, au sans-fil et aux technologies par satellite, vous pouvez utiliser ces médias 24 heures sur 24, et ce, où que vous soyez dans le monde. Les radiodiffuseurs se sont regroupés sous l’application Radio Player Canada qui offre l’accès à 400 stations. Dans la plupart des automobiles fabriquées aujourd’hui, la connectivité Internet est une fonction standard. IHS Automotive prévoit qu’il y aura dans le monde 152 millions de voitures qui seront connectées d’ici 2020. D’ici 2025, il est prévu que ce nombre passe à près de deux milliards.

En dépit de tous ces changements technologiques, la clé du succès dans les médias reste la même : établir une connexion solide et personnelle avec les publics cibles. Cela a été le cas pour CKNW AM 980 à New Westminster pendant de nombreuses décennies et cela est encore vrai de nos jours. L’engagement déterminé dont a fait preuve CTV en Colombie-Britannique explique le fait qu’elle ait remporté le prestigieux prix Murrow pour l’excellence de sa production en 2011 et 2012. C’est aussi la raison pour laquelle les stations de radio de Colombie-Britannique comme CFAX et NEWS 1130 ont remporté les prix RTDNA cette année.

Le changement nous oblige également à sortir de notre zone de confort et de la routine et de trouver de nouvelles manières d’aller de l’avant. CBC Vancouver, par exemple, compte parmi les premiers à avoir fait le pas et à avoir adopté une exploitation convergente des services AM, FM et de télévision. Bénéficiant d’une nouvelle structure de propriété, Corus cherche maintenant des approches similaires pour mettre en valeur ses actifs de programmation et de nouvelles en visant l’efficacité et l’efficience. Dans dix ans, à mon avis, la même formule sera de rigueur.

Être « meilleur » tout en devenant « plus efficient » n’est pas chose facile, et nous reconnaissons tous qu’établir et maintenir des liens profonds avec son auditoire représente le principal défi pour les radiodiffuseurs. Des conférences comme celle qui vient de se tenir aident ces derniers à relever le défi en leur présentant les toutes dernières tendances, recherches et nouvelles technologies. Hier, par exemple, Jeff Vidler a présenté sa vision des fichiers balado et la connexion à établir avec la génération Y. Plus tard ce matin, le panel Numeris se penchera sur les changements de publics. Ces présentations, parmi d’autres, et les occasions nombreuses qui s’offrent de réseauter avec ses pairs et ses collègues comptent parmi les atouts qui font de cette conférence de la BCAB un événement phare dans le secteur de la radiodiffusion au pays.

Il ne fait aucun doute que nous vivons à une époque où les consommateurs préfèrent bénéficier de biens et de services d’origine locale. La popularité du mouvement « 100-mile diet », les bières artisanales et les produits locaux font tous partie de cette mouvance. Les radiodiffuseurs qui connaissent le succès sont ceux qui savent tirer avantage de ces tendances et font honneur à leurs racines collectives. Je pense que c’est une autre manière d’établir des liens avec l’auditoire : les gens ont tendance à accorder leur confiance aux radiodiffuseurs qui vivent dans la même communauté qu’eux. Cette confiance entre l’auditoire et les radiodiffuseurs aident parfois à conjurer le sort lorsque l’échec semble imminent.

De nos jours, de plus en plus de radiodiffuseurs comme CHEK-TV à Victoria exploitent les toutes dernières technologies numériques pour établir et approfondir les liens avec les auditoires locaux. CHEK-TV diffuse maintenant des nouvelles en ondes et sur les médias sociaux, de manière rapide et fiable. Rappelez-vous, on parle d’une station de radiodiffusion qui a échappé à la faillite il y a moins de dix ans grâce au soutien d’une large communauté.

Dans les provinces des Prairies, Golden West a su établir des liens de confiance avec les auditoires locaux grâce à une stratégie numérique différente. La société a mis sur pied des sites Internet consacrés aux communautés dans lesquelles elle exploite des stations de radiodiffusion. Elle encourage les résidents à utiliser le site Web comme tableau d’affichage communautaire ou de plateforme de discussion ouverte. Elle a même expérimenté en concevant sa propre application qui permet aux communautés de se connecter entre elles. Ce sont des exemples qui démontrent des approches efficaces axées sur l’établissement de liens avec les auditoires et qui démontrent une appartenance à la communauté.

Un nouveau type de relations locales

Je suis convaincu qu’il y a un avenir pour un nouveau type de relations locales. Il s’agit d’utiliser la technologie de manière créative et novatrice pour établir et renforcer des liens entre les diffuseurs et les auditoires locaux. Prenez par exemple la progression fulgurante des balados, une nouvelle tendance sur un support ancien. Il y a des décennies, les séries radio jouissaient d’une grande popularité en Amérique du Nord. Mais jusqu’à récemment, elles avaient toutes disparu. Puis, les nouvelles technologies ont permis aux gens de télécharger et sauvegarder des fichiers audio sur leurs appareils mobiles; la formule connaissait une nouvelle vie et elle est vite devenue un incontournable pour certains.

Je pense que les radiodiffuseurs peuvent tirer des leçons importantes de la popularité croissante des balados. Le plus évident est qu’un bon contenu attire des auditoires fidèles. Une autre leçon à tirer est qu’il y a un public pour du contenu de niche, des pièces plus longues ou des pièces qui adoptent un ton particulier ou représentent une opinion particulière. La clé, c’est d’établir votre marque de référence et de tisser des liens essentiels avec votre auditoire dans le cadre de cette marque.

Malheureusement, il n’y a pas de solution toute faite. Comme on dit dans le monde de la haute technologie : « Il n’y a pas d’appli pour ça » pour le moment ou peut-être que Golden West s’attelle déjà à la question. Au fond, bien que les méthodes de diffusion changent, le besoin d’établir des liens demeure le même.

C’est pourquoi les informations et les nouvelles locales sont d’une importance cruciale pour les radiodiffuseurs locaux. Un service de nouvelles bien établi, ce n’est pas simplement souhaitable, c’est essentiel. Les Canadiens aiment leurs nouvelles locales. Ce message est ressorti de nos derniers sondages lors de la consultation Parlons télévision. Les Canadiens ont affirmé qu’ils attachent une grande valeur aux bulletins de nouvelles locales, qui leur donnent une connexion à leur collectivité. Les nouvelles locales aident les gens à comprendre ce qui se passe au coin de la rue et aux quatre coins du monde. En cette ère de fausses nouvelles, la balle est dans le camp des radiodiffuseurs locaux.

Comme vous le savez, le nouveau modèle lancé par le CRTC permettra aux stations de télévision de plus facilement tirer parti de cette demande. À compter de septembre, un plus grand pourcentage des contributions faites des compagnies de câblodistribution appuiera la production de nouvelles locales. Les stations indépendantes – incluant celles à Victoria, Prince George et Kamloops – vont également avoir accès à un nouveau financement afin de produire des émissions de nouvelles locales de haute qualité.

Rogers et Shaw tirent profit de la flexibilité que procure la nouvelle politique. Ils ont annoncé des plans pour réaffecter des fonds de leurs stations communautaires aux stations de télévision locales afin de soutenir la production de nouvelles locales.

Évidemment, cette nouvelle mouvance peut se traduire par une nouvelle sorte de concurrence pour la publicité locale entre les stations de radio et de télévision. Mais, dans un monde axé sur les applis, il existe de nombreuses occasions de capitaliser le contenu. À mon avis, vous devriez tous collaborer afin d’assurer qu’un contenu local de qualité obtienne sa juste part du gâteau publicitaire. En fait, vous devriez tous collaborer afin d’augmenter votre part de marché.

Décision sur la différenciation des prix

Le CRTC favorise un environnement où les consommateurs peuvent choisir le contenu qu’ils désirent, où l’innovation règne en maître et où les idées voyagent librement. Laissez-moi vous donner un exemple : le mois dernier, nous avons renouvelé notre engagement envers la neutralité du Net en déclarant que les fournisseurs de services Internet doivent traiter l’ensemble du trafic de données de manière égale.

Vous avez sans doute entendu parler du service Musique illimitée, un service de musique lancé par Vidéotron il y a quelques années. Certains forfaits de services mobiles du fournisseur comprenaient l’accès à certains services de diffusion de musique en continu exemptée de la limite d’utilisation de données du client. Les stations de radio canadiennes qui diffusent leur contenu en ligne n’étaient pas incluses dans ces services. Vidéotron avait fait valoir que ces services n’étaient pas compris pour des raisons administratives et techniques.

Le CRTC n’a pas été convaincu par les arguments avancés et a déclaré que cette pratique violait le principe de la neutralité du net. Les fournisseurs de services ne doivent ni restreindre ni favoriser certains contenus. Ils doivent se livrer concurrence pour ce qui est du prix, de la qualité du service, de la vitesse et de la limite d’utilisation de données. Mais, ils ne doivent pas traiter certains contenus de manière différente. Le règlement donnait 90 jours à Videotron pour rendre le service Musique illimitée conforme à la loi.

Il est intéressant de noter que bien qu’un certain nombre de groupes de radio aient déposé des interventions, aucune des associations qui représentent les radiodiffuseurs commerciaux n’a participé à l’instance. Je peux comprendre que la question des pratiques de prix dans le domaine des télécommunications soit aride ou loin des préoccupations de ceux qui travaillent en diffusion. La connectivité est l’outil qui amène aux futurs auditeurs les services et les programmes que vous créez. Il est crucial que vos associations se préoccupent autant des questions de télécommunication que des examens des politiques en matière de radio ou d’autres sujets liés à la radiodiffusion.

Des références de confiance en matière de contenu local

Videotron a probablement décidé d'offrir le service Musique illimitée parce qu’elle a reconnu que la diffusion de musique en continu et les balados gagnaient en popularité. Selon Netwire, les recettes de musique numérique comptaient pour 63 % des recettes de musique en 2016. Le fichier balado Serial, une histoire de meurtre véritable, a été téléchargé plus de 100 millions de fois à l’échelle mondiale. Son succès en a inspiré de nombreux autres, dont Someone Knows Something de la CBC.

J’ai pleine confiance que le secteur de la radio va parer aux concurrents actuels de la même manière qu’il l’a fait avec les précédents ─ en créant des liens solides avec les auditeurs indépendamment de la plateforme. Il y a quelques décennies, les gens prédisaient le déclin de la radio en raison des technologies comme les bandes à 8 pistes, les cassettes et les fichiers MP3. Cependant, la radio a misé sur son avantage intrinsèque : sa capacité de favoriser des liens personnels avec ses auditoires locaux.

Les stations de radio demeurent des références en matière de contenu local. Les auditeurs ouvrent la radio pour entendre de la musique, mais aussi pour s’informer sur les nouvelles, la météo, la circulation routière, les sports et les activités communautaires. Les catastrophes naturelles comme l’incendie qui a frappé Fort McMurray et les récentes inondations au Québec et en Ontario et maintenant ici dans le sud de la Colombie-Britannique en sont des exemples éloquents. Pendant ces périodes difficiles, la capacité de la radiodiffusion de réagir et de jouer un rôle de premier plan s’avère un important filin de secours pour les communautés locales.

N’oublions pas les leçons que les stations de radio aux États-Unis ont tirées pendant les années 1990 après avoir adopté des émissions souscrites. Les auditeurs ne s’identifiaient pas à des stations de radio dont les vedettes et la musique venaient de grands marchés éloignés, comme ceux de Los Angeles et de New York. Les stations ont fermé les unes après les autres.

Le succès continu des musiciens canadiens donne à la radio un autre avantage concurrentiel. Parmi les dix finalistes nommés aux Billboard Awards pour le meilleur artiste, on compte quatre Canadiens. Au Canada, les radiodiffuseurs peuvent miser sur les talents canadiens pour créer des marques distinctives. Les auditeurs sont avides de découvrir de la nouvelle musique aux racines locales. Cette demande va façonner les offres des radiodiffuseurs canadiens.

Sous de nombreux aspects, les télédiffuseurs font face à un défi semblable : maintenir une part de marché en faisant face à des offres en ligne attrayantes. Les spectateurs peuvent accéder à une vaste gamme de contenus vidéo en ligne au moyen de presque n’importe quel appareil. La création d’émissions canadiennes diverses et attrayantes est la clé pour que les auditeurs tant à l’échelle locale qu’internationale gardent un lien avec ce qui est produit ici.

Plan triennal

Avant de terminer, je voudrais souligner trois points de notre plan récemment mis à jour pour la période de 2017 à 2020.

En tout premier lieu, nous allons publier une décision concernant les demandes que nous avons reçues pour desservir les collectivités autochtones à Ottawa, Toronto, Calgary, Edmonton et Vancouver. Notre décision répondra au besoin de ces collectivités pour des stations qui reflètent leur identité et traitent des questions qui les concernent.

Deuxièmement, en 2017-2018, le CRTC publiera ses conclusions sur ses recherches sur la radiodiffusion dans les collectivités autochtones et décidera si sa Politique de diversité culturelle doit être actualisée.

Troisièmement, en 2018-2019, le CRTC lancera un examen de sa politique sur la radio autochtone afin de s’assurer que celle-ci reflète les réalités des stations de radio qui desservent les peuples autochtones.

Conclusion

Ces examens appuient le rôle du CRTC de créer les conditions qui permettent aux radiodiffuseurs comme vous d’innover vos produits et de mettre en place des modèles d’affaires couronnés de succès.

Nous devons tous nous adapter au changement : en fait, le succès exige que vous devanciez le changement. Vous devez adapter vos modèles d’affaires et miser sur les nouvelles technologies et les adopter. Je sais que je ne suis pas la seule personne dans cette salle qui croit que la radio et la télévision ont un grand avenir en Colombie-Britannique, mais voici ce que nous pouvons prévoir de manière précise : les radiodiffuseurs qui connaîtront le succès seront ceux qui entretiendront des liens avec les auditoires canadiens.

Merci.

Personnes-ressources

Relations avec les médias
(819) 997-9403

Renseignements généraux
(819) 997-0313
Numéro sans frais : 1 (877) 249-CRTC (2782)
Ligne ATS : (819) 994-0423
Poser une question ou déposer une plainte

Restez branché
Suivez-nous sur Twitter @CRTCfra
Aimez-nous sur Facebook www.facebook.com/crtcfra


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :