Déclaration de Santé Canada en réponse à l’article paru dans le Maclean’s sur le plasma rémunéré

Déclarations

Le 24 novembre 2017 - Ottawa (Ontario)

Santé Canada souhaite se pencher sur certaines inexactitudes qui figurent dans l'article intitulé « A bloody mess: The story behind paid plasma in Canada » (Dégât sanglant : l'histoire derrière le don de plasma rémunéré au Canada) publié dans le magazine Maclean's du 22 novembre.

Protéger la sécurité et la sûreté de l'approvisionnement en sang au Canada, y compris les produits plasmiques, est une priorité pour Santé Canada.

En tant qu'organe de réglementation du système de collecte et de distribution du sang au pays, Santé Canada est responsable de l'évaluation de la sécurité et de la qualité de tous les produits sanguins, y compris le plasma recueilli pour la fabrication de médicaments commerciaux connus sous le nom de produits plasmiques. Les mêmes règlements et normes de sécurité s'appliquent, peu importe qui recueille le plasma ou si les donneurs sont rémunérés.

Santé Canada mène des examens objectifs fondés sur des données scientifiques et des exigences de sécurité rigoureuses. Les communications avec les intervenants font partie intégrante de nos processus d'examen.

L'article pourrait donner l'impression aux lecteurs que l'intégrité du système de collecte et de distribution du sang au Canada est à risque. Il s'agit d'une conclusion erronée. Les Canadiens peuvent être assurés que Santé Canada impose les exigences les plus strictes en ce qui concerne l'octroi des licences qui autorisent la collecte de plasma.

L'article contient également un grand nombre d'inexactitudes et de propos trompeurs qu'il est nécessaire de clarifier :

  • À ce jour, Santé Canada n'a observé aucune donnée à l'appui d'une baisse des dons de sang volontaires dans les régions où des cliniques de dons de plasma rémunérés sont exploitées au Canada. En raison des préoccupations du public sur cette possibilité, conformément à sa licence, Canadian Plasma Resources a reçu l'ordre de Santé Canada de surveiller les antécédents de ses donneurs avant le don de sang, afin de veiller à ce qu'il n'y ait aucune répercussion négative sur les dons de sang volontaire dans leurs secteurs d'exploitation.
  • La Dublin Consensus Statement (déclaration de consensus de Dublin) a été convoquée par un groupe d'organismes de patients, et non par un groupe de pression de l'industrie. Les exploitants de banques de sang, y compris la Société canadienne du sang, ont également assisté à la conférence, ainsi que la International Patients Organisation for Primary Immunodeficiency (IPOPI), la Fédération mondiale de l'hémophilie (FMH), l'Association des entreprises des protéines thérapeutique et l'Organisation mondiale de la Santé.
  • La suggestion selon laquelle de nouveaux virus ne seraient pas détectés selon un modèle axé sur la rémunération est fausse. Santé Canada et l'Agence de la santé publique du Canada surveillent les nouveaux pathogènes et prennent des mesures qui visent à éviter leur entrée dans les approvisionnements en sang et en plasma. De plus, les techniques modernes utilisées pour traiter le plasma ont été jugées valides pour l'élimination d'un large éventail de types de virus différents.
  • Finalement, toute allégation selon laquelle Santé Canada élimine graduellement les recommandations du rapport Krever est fausse. L'approche actuelle de Santé Canada à l'égard de la réglementation de la collecte de sang et de plasma au Canada est fondée sur les recommandations du rapport Krever. Le Règlement sur le sang, en vertu de la Loi sur les aliments et drogues, a été élaboré en réponse aux recommandations Krever et est conçu pour veiller à ce que les approvisionnements en produits sanguins et plasmiques demeurent les plus sûrs au monde. Le rôle de Santé Canada, en tant qu'organisme de réglementation responsable, est de continuer à évoluer et à incorporer dans ses processus de réglementation des progrès scientifiques et des techniques modernes telles que celles qui sont utilisées de nos jours pour la fabrication de produits plasmiques.

Les gouvernements provinciaux et territoriaux emploient différentes approches à l'égard de la question de la rémunération - certains le permettent, d'autres non. Le centre d'intérêt du gouvernement du Canada traite de la santé et de la sécurité des Canadiens, peu importe la décision prise par la province ou le territoire.

De plus, dans le but d'évaluer de façon objective les préoccupations qui ont été soulevées, en juillet 2017, Santé Canada a mis sur pied un groupe d'experts afin d'évaluer la viabilité de l'approvisionnement en produits d'immunoglobuline au Canada et de déterminer si les cliniques de plasma pourraient entraîner des répercussions sur l'approvisionnement en sang provenant de dons volontaires. Le groupe examine également les nouvelles pratiques à l'étranger ainsi que les leçons retenues qui sont pertinentes dans le contexte canadien.

Protéger la sûreté et la sécurité de l'approvisionnement en sang, y compris les produits plasmiques, a été et continuera d'être une priorité absolue de Santé Canada.

Personnes-ressources
Relations avec les médias
Santé Canada
613-957-2983


Recherche d'information connexe par mot-clés: HE Santé et sécurité | Santé Canada | Canada | Santé | grand public | déclarations
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :