Réduire les barrières réglementaires à l’accès au traitement et nouveaux fonds pour des projets d’innovation 

Document d'information

La crise des opioïdes est une crise de santé publique nationale qui continue de dévaster les individus, les familles et les collectivités. 

Dans le cadre des efforts de gestion de cette crise, le gouvernement du Canada a annoncé de nouvelles mesures pour améliorer l'accès au traitement et à du nouveau financement pour des projets novateurs :

Modifications réglementaires pour accéder au traitement par méthadone 

La méthadone est couramment utilisée pour traiter les troubles liés aux opioïdes au Canada. Pour prescrire, administrer, vendre ou fournir de la méthadone, les professionnels de la santé doivent demander une exception au Règlement sur les stupéfiants. Cette exemption peut être demandée directement auprès de Santé Canada ou de l'autorité provinciale ou territoriale de délivrance des licences, qui à son tour fait une recommandation à Santé Canada au nom du professionnel. Cette exigence entourant l'exception spéciale est propre à la méthadone et ne s'applique pas à d'autres opioïdes comme : 

  • des analgésiques puissants, comme l'oxycodone à libération contrôlée et le fentanyl; 
  • la buprénorphine, un médicament utilisé pour traiter les troubles de consommation d'opioïdes. 

Ces modifications réglementaires, publiées le 21 mars et entrant en vigueur 60 jours après la publication de la partie II de la Gazette du Canada, retireront cette exigence unique et permettront aux professionnels de la santé d'offrir un traitement par méthadone sans devoir demander une exemption de la loi fédérale. L'objectif de cette modification réglementaire est d'aider les Canadiens à accéder à un continuum d'options de traitement pour un trouble de consommation d'opioïdes et de permettre à un nombre accru de médecins, comme des médecins de famille, de prescrire de la méthadone. 

Modifications réglementaires touchant l'accès au traitement par diacétylmorphine

Comme c'est le cas d'autres opioïdes, la diacétylmorphine sur ordonnance est utilisée depuis un certain temps pour soulager la douleur. Au Canada, la diacétylmorphine, ou l'héroïne pharmaceutique, peut également servir lorsqu'un patient atteint d'un trouble de consommation d'opioïdes ne répond pas à d'autres formes de traitement, comme la méthadone ou la combinaison de buprénorphine et de naloxone. 

La diacétylmorphine est assortie de contrôles réglementaires précis qui en limitent l'administration en milieu hospitalier. Ainsi, un patient qui reçoit un traitement par diacétylmorphine doit se rendre à l'hôpital pour y avoir accès, ce qui pourrait le contraindre à des visites à l'hôpital plusieurs fois par jour. Ce patient pourrait avoir de la difficulté à mener à bien ses activités de la vie quotidienne, par exemple, avoir un emploi. 

Les modifications réglementaires, qui ont été publiées dans la partie II de la Gazette du Canada le 21 mars et qui entreront en vigueur 60 jours après la publication, permettront aux professionnels de la santé d'offrir ce traitement hors du milieu hospitalier et rendra le traitement par diacétylmorphine plus accessible pour les patients. Les modifications permettront également aux infirmières praticiennes de prescrire la diacétylmorphine si les lois de leur province ou territoire les autorisent à le faire. Ces changements permettront aux médecins et infirmières praticiennes d'offrir le traitement par diacétylmorphine dans une gamme élargie d'établissements de soins, comme des cliniques de troubles de consommation de substances. 

Lignes directrices nationales de gestion clinique pour les troubles de consommation d'opioïdes 

L'Initiative canadienne de recherche sur l'abus de substances (ICRAS), réseau national de chercheurs, de fournisseurs de services, de décideurs et de personnes qui ont du vécu, a reçu du financement des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) en vue de l'élaboration d'une ligne directrice nationale de gestion clinique du trouble de consommation d'opioïdes (la « Ligne directrice »). 

La Ligne directrice offre un ensemble complet de recommandations aux fournisseurs de soins de santé pour la gestion du trouble de consommation d'opioïdes. Elle recommande des approches de soins primaires axées sur la prise de médicaments oraux, où la buprénorphine et la naloxone sont les traitements de première ligne à privilégier. 

La Ligne directrice a été mise au point à l'issue d'un processus de collaboration approfondi avec des experts et des personnes ayant du vécu. Elle a été publiée dans le Canadian Medical Association Journal le 5 mars

Financement pour un projet pilote de vérification des drogues à Toronto

Dans le cadre du Programme sur l'usage et les dépendances aux substances (PUDS), le gouvernement fédéral offrira plus de deux millions de dollars à l'hôpital St Michael's pour un projet pilote d'essai de services de vérification des drogues à trois sites de consommation supervisés à Toronto : The Works à la Toronto Public Health; le centre de santé communautaire de Parkdale Queen West (site de Queen West) et le centre de santé communautaire de South Riverdale.

Le projet pilote analysera des échantillons de drogues au moyen de la technologie de la spectrométrie de masse et comprendra une étude sur l'optimisation de son utilisation pour des résultats rapides et fiables. Ce projet examinera également comment l'information sur le contenu des drogues analysées touchera le comportement des personnes qui consomment ces drogues, dont le choix d'en consommer moins si on découvre qu'elle contient des niveaux élevés d'un certain contaminant. 

Financement pour un projet pilote de vérification des drogues en Colombie‑Britannique

Dans le cadre du PUDS, le gouvernement fédéral offrira près de trois millions de dollars au Centre on Substance Use de Colombie-Britannique pour un projet pilote d'essai de services d'analyse de drogues dans trois sites dans la région de la Colombie-Britannique. 

Ce projet pilote comprendra des analyses par spectrométrie infrarouge à transformée de Fourier et d'autres essais d'analyse en laboratoire à Vancouver et à Surrey. Des bandelettes d'essai du fentanyl seront utilisées dans les sites de consommation supervisée de Surrey et de Nelson. Ce projet examinera également si les personnes qui consomment des drogues utiliseront ces services et comment ces pratiques peuvent être élargies au Canada entier. 

Financement pour le Centre for Disease Control de Colombie-Britannique pour un projet pilote de solutions plus sécuritaires pour les consommateurs de drogues

Dans le cadre du PUDS, le gouvernement fédéral offrira presque 1,5 million au Centre for Disease Control de C.-B. pour financier un projet pilote qui offrira une solution plus sécuritaire aux opioïdes illégaux, l'hydromorphone (Dilaudid), aux consommateurs. Ce projet a pour but de réduire les décès attribuables aux surdoses chez des personnes à risque élevé en raison de leur consommation d'opioïdes illégaux en offrant une solution de rechange plus sécuritaire. Ce projet pilote mettra en contact des consommateurs à risque élevé qui n'ont actuellement pas accès à des services classiques de réduction des dangers et de traitement à des ressources de santé et sociales. Ces ressources comprendront du counseling, des services de santé et des traitements pour les troubles de consommation de substances.

Financement pour le Centre for Disease Control de Colombie-Britannique pour l'élaboration de programmes de soutien par les pairs

Dans le cadre du PUDS, le gouvernement fédéral offrira presque 300 000 $ au Centre for Disease Control de C.-B. pour l'élaboration de programmes de soutien par les pairs pour ceux qui ont vécu une expérience et qui travaillent dans un milieu d'intervention aux surdoses. Les pairs et les programmes de pairs travailleurs jouent un rôle de premier plan quand vient le temps de convaincre les consommateurs de drogues de demander de l'aide des services de santé et sociaux. Les données probantes ont montré que les pairs des consommateurs de drogues sont habituellement les premiers intervenants dans une situation de surdose, et que ces expériences peuvent engendrer un traumatisme important pour eux. 

Le financement sera investi dans l'élaboration, la mise en place et l'évaluation de deux différents programmes élaborés et dirigés par les pairs à l'appui des pairs qui travaillent dans un milieu d'intervention aux surdoses. 

Financement pour l'Académie canadienne de gérontopsychiatrie pour l'élaboration de lignes directrices, d'outils et de ressources afin de gérer les troubles de consommation de substances chez les adultes âgés 

Dans le cadre du PUDS, le gouvernement fédéral offrira plus de 960 000 $ à l'Académie canadienne de gérontopsychiatrie pour l'élaboration de lignes directrices, d'outils et de ressources pour aborder les troubles de consommation de substances chez les adultes plus âgés. Le projet servira à élaborer quatre lignes directrices nationales pour les adultes âgés axées sur l'alcool, les opioïdes, les benzodiazépines et le cannabis.

Les effets du vieillissement sur l'organisme peuvent se solder par une utilisation accrue de médicaments d'ordonnance comme les opioïdes et les benzodiazépines et peuvent augmenter la sensibilité d'une personne à ces drogues, ce qui rend les adultes âgés plus vulnérables à la consommation problématique de substances et à ses effets pervers. Les quatre lignes directrices nationales tiendront compte des circonstances sociales, biologiques, pharmacologiques et psychologiques uniques des adultes âgés et graviteront autour des pratiques exemplaires. 

Financement pour Santé, Aînés et Vie active du Manitoba afin d'augmenter la disponibilité et l'offre de services de traitement de substitution des opioïdes 

Dans le cadre du PUDS, le gouvernement fédéral offrira plus de deux millions de dollars à Santé, Aînés et Vie active du Manitoba pour augmenter l'offre et la prestation de services de traitement de substitution des opioïdes. L'initiative vise à faire en sorte que les prescripteurs de traitements de substitution des opioïdes de toutes les régions de la province reçoivent de l'information et de la formation uniformes sur le service de traitement de substitution des opioïdes. Le financement servira également à élargir l'offre de prescripteurs compétents de traitements de substitution des opioïdes dans l'ensemble de la province et de formation uniforme à d'autres fournisseurs de services de santé et sociaux qui offrent du soutien psychosocial et spirituel aux personnes atteintes de dépendances aux opioïdes qui ont accès aux traitements de substitution.

Financement des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) 

Les IRSC, organisme d'investissement en recherche sur la santé du gouvernement du Canada, investissent 8,95 millions de dollars supplémentaires à l'appui de dix projets de recherche sur les opioïdes à la fine pointe : 

  • Recherche: Christophe Altier, Ph. D., University of Calgary 
    • Montant: 975 000 $ 
    • Projet: Étude de la modulation et de la transmission des signaux de douleur pour une meilleure gestion de la douleur 
  • Recherche: Dre Nathalie Auger, Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) 
    • Montant: 309 000 $ 
    • Projet: Études des résultats chez des femmes enceintes qui prennent des opioïdes et les résultats chez leurs enfants 
  • Recherche: Dre Jane Buxton, BC Centre for Disease Control 
    • Montant: 520 000 $ 
    • Projet: Étude des tendances de prescription des opioïdes en C.-B. et de leur lien avec la dépendance aux opioïdes, la consommation de drogues illégales et les décès 
  • Recherche: Patricia Conrod, Ph. D., Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (Montréal) 
    • Montant: 1 774 000 $ 
    • Projet: Étude des efforts de prévention de la consommation de substances illicites chez les adolescents canadiens 
  • Recherche: Dre Nadia Fairbairn, University of British Columbia 
    • Montant: 585 000 $ 
    • Projet: Étude de la façon dont la morphine à libération lente peut être recyclée en nouvelle solution orale de traitement du trouble de consommation d'opioïdes 
  • Recherche: Marc Olivier Martel, Ph. D., Université McGill 
    • Montant: 302 000 $ 
    • Projet: Étude des facteurs responsables des états de manque des opioïdes chez les patients atteints de douleur chronique 
  • Recherche: Graciela Pineyro Ph. D., Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (Montréal) 
    • Montant: 929 000 $ 
    • Projet: Étude de la façon de mettre au point des analgésiques opioïdes sans les effets secondaires graves habituels comme la détresse respiratoire et la constipation 
  • Recherche: Ana Miriam Velly, Ph. D., Hôpital général juif (Montréal) 
    • Montant: 141 000 $ 
    • Projet: Étude du lien potentiel entre la consommation d'opioïdes et le risque de cancer 
  • Recherche: Dre Zainab Samaan, Université McMaster 
    • Montant: 1 110 000 $ 
    • Projet: Étude de l'effet de la constitution génétique d'une personne sur la réponse de l'organisme à la méthadone 
  • Recherche: Jean Shoveller, Ph. D., UBC
    • Montant: 451 000 $ 
    • Projet: Études des interventions propres à la réduction des dangers liés aux surdoses chez les femmes 

Les IRSC investissent également 1,85 million pour 22 autres subventions de production de connaissances. Ces subventions reposent directement sur les utilisateurs des connaissances, ce qui permet aux chercheurs de rassembler les données probantes existantes pertinentes pour les lacunes de connaissances dégagées et de les rendre aux fournisseurs de services, aux défenseurs communautaires et aux décideurs provinciaux, territoriaux et fédéraux aux premières loges de la crise des opioïdes. 

Pour en savoir davantage sur les mesures fédérales liées à la crise des opioïdes, visitez le site Canada.ca/Opioides


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :