Devenir dans l'environnement

Le devenir dans l'environnement donne un aperçu de ce qu'il advient du produit une fois qu'il a été introduit dans l'environnement et des niveaux d'exposition probables des organismes non visés. L'évaluation des données permet de déterminer le comportement du produit antiparasitaire dans le sol, l'eau et l'air, le potentiel d'absorption par les végétaux ou les animaux et la possibilité de bioaccumulation dans les organismes.

Les données sur le profil d'utilisation proposé sont également utiles pour déterminer le devenir et les concentrations prévues d'un produit antiparasitaire dans les différentes composantes de l'environnement. Ces données comportent notamment des détails sur :

  • les taux et les méthodes d'application;
  • le nombre d'applications par saison;
  • le moment d'application;
  • les ravageurs visés;
  • les cultures ou ressources visées;
  • la région géographique.

La détermination du devenir dans l'environnement et du comportement des produits antiparasitaires microbiens ou autres produits antiparasitaires biologiques est fondée sur une étude de l'identité, des propriétés biologiques, de la persistance, de la multiplication et de la dispersion de ces produits. Il se peut qu'il ne soit pas nécessaire de fournir des renseignements sur le devenir dans l'environnement si les essais de toxicité ne font guère ressortir de préoccupations environnementales. De même, les données relatives au devenir dans l'environnement des phéromones et autres écomones ne sont requises que si les épreuves mettent en évidence une toxicité du produit pour les organismes non visés.

La détermination du devenir et du comportement d'un produit antiparasitaire chimique est fondée sur l'évaluation des données indiquées ci-dessous :

Propriétés physiques et chimiques

Les données relatives aux propriétés physiques et chimiques d'un pesticide sont obtenues dans le cadre d'études de laboratoire et elles sont essentielles à la prévision du comportement dans l'environnement. Au nombre de ces propriétés figurent la solubilité dans l'eau, qui permet de prévoir la mobilité du produit antiparasitaire et l'ampleur des dépôts éventuels sous forme de sédiments en milieu aquatique. La pression de vapeur est un bon indicateur de la volatilité potentielle d'un composé. Le coefficient de partage octanol/eau (Koe) indique la probabilité du transfert d'un produit antiparasitaire d'un milieu (comme le sol ou l'eau) à des organismes, ainsi que le risque de bioaccumulation. Si le Koe fait ressortir un risque de bioaccumulation, il faudra effectuer une étude en laboratoire afin de confirmer cette hypothèse.

Processus de transformation

Les produits antiparasitaires présents dans l'environnement peuvent subir des transformations ou des dégradations à la suite de réactions provoquées par la lumière, de réactions chimiques ou biologiques ou d'une combinaison de ces phénomènes. Il est donc important d'examiner les données relatives à la phototransformation (réactions provoquées par la lumière), à l'hydrolyse (réaction chimique) et à la biotransformation, afin de déterminer leur incidence sur la transformation du produit antiparasitaire dans différents milieux. En plus de fournir de l'information sur les voies de transformation, les études relatives à la biotransformation permettent également d'obtenir des données sur la persistance du produit dans des conditions aérobies et anaérobies. Ces études facilitent la conception des essais au champ, nécessaires pour confirmer les prévisions des études de laboratoire.

Mobilité

Les études relatives à la mobilité fournissent de l'information sur la capacité des produits antiparasitaires destinés à un usage terrestre et de leurs principaux dérivés de se déplacer dans le sol, et sur le risque qu'ils contaminent les milieux aquatiques par lessivage dans la nappe phréatique, ruissellement de surface ou érosion du sol. L'évaluation de la mobilité et des possibilités de lessivage comprend des études de laboratoire sur une gamme de types de sol représentatifs des principales aires d'utilisation proposées. Les possibilités de lessivage sont en outre évaluées dans le cadre d'études au champ sur la dissipation du produit en milieu terrestre.

Études sur le terrain

Il y a lieu de mener des études sur le terrain pour déterminer le devenir du produit dans l'environnement canadien et pour corroborer les résultats des études de laboratoire sur la persistance et la mobilité. Les études extérieures sont effectuées dans des conditions pédologiques ou aquatiques représentatives.

À l'heure actuelle, les études terrestres sont obligatoires et tiennent compte du climat canadien relativement frais, des précipitations, et des types de sol. Peuvent également êtres considérés acceptables, en remplacement de certaines études canadiennes, les résultats d'études menées dans des sites appropriés du nord des États-Unis, dans des conditions climatiques analogues à celles du Canada et avec les principaux types de sol présents dans les régions canadiennes où l'on se propose d'utiliser le produit. Dans le cadre du Groupe de travail technique sur les pesticides de l'Accord de libreéchange nord-américain, on est à élaborer une carte de l'Amérique du Nord sur laquelle on identifiera les régions similaires du Canada et des États-Unis où les études de dissipation peuvent être menées pour appuyer l'homologation d'un produit antiparasitaire dans les deux pays.

Les études aquatiques sont nécessaires en présence d'une probabilité élevée que le composé d'origine ou le principal dérivé pénètre dans les systèmes aquatiques et ait un impact direct ou indirect sur les organismes aquatiques non visés. On prélève périodiquement des échantillons d'eau et de sédiments pour procéder au dosage des résidus.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :