Directive d'homologation : Étiquetage en vue de la gestion de la résistance aux pesticides, compte tenu du site ou du mode d'action des pesticides

6 octobre 1999
ISBN : s/o
de cat. : s/o
(DIR99-06)

L'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) a mis en place des mesures volontaires d'étiquetage en vue de la gestion de la résistance aux pesticides employés en milieu agricole, compte tenu du site ou du mode d'action des herbicides, des fongicides et bactéricides ainsi que des insecticides et des acaricides. Ce document présente des tableaux de classement des pesticides en prenant pour critères le site ou leur mode d'action (annexes I à III) et un mode d'affichage uniformisé de symboles d'identification des groupes sur les étiquettes apposées sur les contenants des préparations commerciales. Il présente aussi des lignes directrices sur la description, dans l'espace réservé au mode d'emploi indiqué sur les étiquettes, des stratégies de gestion de la résistance. Il s'applique tant aux nouveaux pesticides soumis au processus d'homologation qu'aux pesticides déjà homologués destinés à être examinés dans le cadre de la réévaluation.

Ce document fait suite au Projet de directive Pro96-03, Étiquetage pour la gestion de la résistance aux pesticides, qui a fait l'objet d'un examen public en décembre 1996. Dans la rédaction de la version définitive de cette directive, les responsables ont tenu compte des commentaires émis.

Les pays signataires de l'ALENA en sont à l'élaboration de lignes directrices d'application volontaire sur l'étiquetage en vue de la gestion de la résistance aux pesticides, et visent l'adoption d'une norme nord-américaine à cet égard. Cette activité s'inscrit dans les travaux du sous-comité de la réduction des risques du Groupe de travail technique (GTT) de l'ALENA sur les pesticides. Le fait que les pays adoptent la norme proposée, sur une base individuelle ou collective, contribuera à ralentir le développement de la résistance aux pesticides et à donner du poids aux décisions relatives aux homologation conjointes.

Table des matières

1.0 Portée

Cette directive vise l'étiquetage relatif à la gestion de la résistance aux herbicides, aux fongicides et bactéricides ainsi qu'aux insecticides et acaricides à usage agricole général. Ce document s'applique tant aux nouveaux pesticides soumis au processus d'homologation qu'aux pesticides déjà homologués destinés à être examinés dans le cadre de la réévaluation.

2.0 Mise en oeuvre

La mise en oeuvre de ce programme sera assurée sur une base volontaire par l'industrie des pesticides. Il faudra que tous les titulaires d'homologation collaborent étroitement pour mener à bien cet important projet. Ils sont encouragés à ajouter les énoncés et les symboles d'identification des groupes de gestion de la résistance aux étiquettes des produits nouveaux ou existants. La révision des étiquettes de produits existants peut se faire au moment de l'impression d'un nouveau lot d'étiquettes. On incite les titulaires à faire figurer les symboles et les énoncés sur les étiquettes de tous les pesticides d'ici le 1er janvier 2004. On peut se renseigner sur la façon de modifier les étiquettes en s'adressant au Service de renseignements de l'ARLA, au 1-800-267-6315 (sans frais au Canada) ou au (613) 736-3799. Comme la gestion de la résistance aux pesticides importe beaucoup dans tout système de lutte antiparasitaire durable, l'ARLA suivra étroitement les progrès de l'industrie dans la mise en oeuvre de ce projet.

3.0 Introduction

L'ARLA, l'Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis et la CICOPLAFEST (mexicaine) ont décidé de favoriser le développement de systèmes de lutte antiparasitaire durable. Dans le cadre de l'ALENA, le Canada, les É. U. et le Mexique se sont ralliés à la rédaction et à la publication de lignes directrices facultatives sur l'étiquetage en vue de la gestion de la résistance aux pesticides, à l'échelle de l'Amérique du Nord. Elles sont mises au point dans le cadre des travaux du sous-comité de la réduction des risques, GTT sur les pesticides de l'ALENA. Le fait que les pays signataires adoptent, sur une base individuelle ou collective, une norme nord-américaine contribuera à ralentir l'acquisition de la résistance aux pesticides et à donner plus de poids aux décisions relatives aux homologations conjointes.

Aux fins de ce document, on définit la résistance aux pesticides comme étant une baisse importante et héritable de la sensibilité à un pesticide d'une population d'organismes nuisibles. Cette résistance réduit l'efficacité au champ des pesticides. On regroupe dans les organismes nuisibles les insectes, les acariens, les mauvaises herbes, les champignons et les bactéries. La gestion de l'acquisition de la résistance aux pesticides constitue un volet important de la lutte antiparasitaire durable. De pair avec l'application de stratégies nouvelles de lutte antiparasitaire et des mesures de lutte intégrée, elle peut contribuer de manière importante à la réduction des risques pour les personnes et pour l'environnement. À cette fin, ce document fournit des conseils aux titulaires d'homologation sur l'étiquetage en vue de la gestion de la résistance aux pesticides.

Les pesticides constituent d'importants moyens de lutte antiparasitaire. Bon nombre d'entre d'eux ont graduellement perdu de leur efficacité parce que les organismes nuisibles ont acquis une certaine résistance. Le fait de ne pas utiliser de façon répétée un pesticide donné, ou des pesticides dont le site ou le mode d'action est similaire, dans un même champ, en procédant par alternance de pesticides ayant des sites ou des modes d'action différents, constitue une importante stratégie préventive de gestion de l'acquisition de la résistance. Cette méthode ralentit l'apparition d'un type important de la résistance, la résistance en fonction des sites ou des modes d'action, sans qu'on doive augmenter la dose ou accroître la fréquence des applications, en prolongeant la durée utile des pesticides.

Dans une stratégie de gestion de la résistance aux pesticides, il faut aussi se pencher de façon plus détaillée sur la résistance croisée aux pesticides ayant des modes d'action différents, attribuable à d'autres types de résistance (hausse du métabolisme, pénétration réduite, modifications du comportement). On n'associe pas la résistance croisée à tous les membres d'une classe selon le seul critère de site ou de mode d'action. Toutefois, ce projet d'étiquetage mettra à la disposition des utilisateurs de pesticides d'importants renseignements relatifs à la résistance en fonction du site ou du mode d'action, la pierre angulaire de la plupart des programmes de gestion de l'acquisition de la résistance.

Pour des raisons de cohérence sur le plan du regroupement et de l'étiquetage des pesticides, et de manière à contribuer à la gestion du problème de la résistance aux pesticides, on a rédigé les lignes directrices suivantes s'appliquant aux usages agricoles des herbicides, des fongicides et bactéricides ainsi que des insecticides et acaricides. Les tableaux de classement suivants sont fondés sur le site ou le mode d'action des pesticides.

4.0 Regroupement selon les sites ou les modes d'action et symboles d'identification

Les herbicides, les fongicides et bactéricides ainsi que les insecticides et acaricides sont classés séparément, selon les sites ou les principaux modes d'action, par les membres de différents comités techniques ou de recherche, soit des représentants de l'industrie des pesticides, des chercheurs, des spécialistes sur le terrain et des responsables d'organismes de réglementation. Les comités industriels qui ont fourni des orientations sont l'Herbicide Resistance Action Committee, le Fungicide Resistance Action Committee et l'Insecticide Resistance Action Committee. Les orientations principales concernant les herbicides ont été fournies par la Weed Science Society of America. On trouvera aux annexes I, II et III les groupes constitués par site ou mode d'action et leurs numéros d'identification pour les herbicides, les fongicides et bactéricides ainsi que les insecticides et acaricides, respectivement.

Le symbole d'identification du site ou du mode d'action doit apparaître sur toutes les étiquettes des préparations commerciales (excepté la catégorie à usage domestique et résidentiel) de la façon uniformisée suivante :

Il doit :

  • être situé dans l'aire principale d'affichage (de préférence dans le coin supérieur droit), entouré d'un rectangle noir;
  • être noir sur fond blanc, excepté le(s) numéro(s) du site ou du mode d'action, qui doit (doivent) être blanc(s) sur fond noir, avec un espace blanc bien délimité entre les numéros du site ou du mode d'action;
  • inclure les mots « Groupe »; et « Herbicide » ou « Fongicide ou « Insecticide » en lettres majuscules, et, entre ces mots, le ou les numéro(s) correspondant au(x) groupe(s) de site ou d'action de chacune des matières actives ou de toutes. Lorsqu'un produit comporte au moins deux matières actives, correspondant à deux ou plusieurs sites ou modes d'action, au moins deux numéros d'identification appropriés doivent être spécifiés. Dans le cas des produits renfermant une matière active qui comporte plusieurs sites ou modes d'action, la lettre M (multiple) doit être employée pour représenter le groupe de site ou de mode d'action. Ou encore, si les sites ou les modes d'action sont connus, spécifier chacun en inscrivant le numéro approprié.

Exemple 1 : Produit renfermant une ou plusieurs matières actives ayant le même site ou mode d'action.

Groupe-1-Herbicide

Exemple 2 : Produit renfermant au moins deux matières actives ayant au moins deux sites ou modes d'action.

Groupe-1-2-3-Herbicides

Exemple 3 : Étiquette externe pour produits préemballés où chaque constituant se trouve dans un contenant différent.

Groupe-1-Herbicide et Groupe-2-Herbicide

Exemple 4 : Prémélange d'un fongicide et d'un insecticide.

Groupe-1-Fongicide et Groupe-2-Insecticide

5.0 Énoncés sur la gestion de la résistance

Il est recommandé que ces énoncés soient inclus dans le mode d'emploi pour toutes les préparations commerciales destinées à la lutte contre les mauvaises herbes, les pathogènes des plantes (maladie), les insectes et autres arthropodes (exception faite des produits de la catégorie à usage domestique et résidentiel) sous la rubrique « Recommandations sur la gestion de la résistance ». Cette section doit être inscrite séparément, dans la partie « générale » du « Mode d'emploi » aux États-Unis, et dans la partie « Mode d'emploi » de l'étiquette au Canada. Il est recommandé d'adopter un étiquetage spécifique à chaque produit. Les énoncés uniformisés, recommandés pour l'étiquetage sur la gestion de la résistance aux pesticides, qui sont donnés ci-après, sont axés sur la prévention et l'atténuation de la résistance des organismes nuisibles. Ils devraient être utilisés là où il y a lieu. On doit tâcher d'inclure toutes les matières actives et tous les produits appropriés. Ces recommandations devraient être insérées dans toute documentation sur le produit.

5.1 Herbicides

Gestion de la résistance à (nom du produit), herbicide du groupe (numéro du groupe selon le site ou le mode d'action). Toute population de mauvaises herbes peut renfermer ou former des plantes naturellement résistantes à (nom du produit) et à d'autres herbicides du groupe (numéro du groupe). Les biotypes résistants peuvent finir par prédominer au sein de la population si ces herbicides sont utilisés de façon répétée dans un même champ. Il peut exister d'autres mécanismes de résistance sans lien avec le site ou le mode d'action, mais qui sont spécifiques à des composés chimiques, comme un métabolisme accru. Il est recommandé de suivre des stratégies appropriées de gestion de la résistance.

Pour retarder l'acquisition de la résistance aux herbicides :

  • Dans la mesure du possible, alterner le (nom du produit) ou les herbicides du même groupe (numéro correspondant au site ou au mode d'action) avec des herbicides appartenant à d'autres groupes et qui éliminent les mêmes mauvaises herbes au champ.
  • Utiliser des mélanges en cuve contenant des herbicides provenant d'un groupe différent, si cet emploi est permis.
  • Utiliser les herbicides dans le cadre d'un programme de lutte intégrée comprenant des inspections sur le terrain, des relevés d'utilisations antérieures de pesticides et de la rotation des cultures et faisant place à la possibilité d'intégrer des pratiques de labour (ou d'autres méthodes mécaniques) ou des pratiques de lutte culturale, biologique et d'autres formes de lutte chimique.
  • Inspecter les populations de mauvaises herbes traitées pour y découvrir les signes de l'acquisition d'une résistance.
  • Empêcher la propagation à d'autres champs des mauvaises herbes résistantes en nettoyant le matériel de labour et de récolte et en utilisant des semences non contaminées.
  • Pour des cultures précises ou des biotypes de mauvaises herbes précis, s'adresser au spécialiste local des interventions sur le terrain ou à un conseiller agréé pour toute autre recommandation relative à la gestion de la résistance aux pesticides ou encore à la lutte intégrée contre les mauvaises herbes.
  • Pour plus d'information ou pour signaler des cas possibles de résistance, s'adresser à (nom du représentant de la compagnie) au (numéro sans frais) ou à (adresse Internet).

Nota Le précédent énoncé constitue un énoncé uniformisé pour les produits renfermant une ou plusieurs matières actives provenant du même groupe. Pour ceux contenant au moins deux matières actives provenant de groupes différents, il doit être modifié de façon à refléter la situation.

Par exemple :

Gestion de la résistance, (nom du produit), herbicide à la fois du groupe (numéro du groupe selon le site ou le mode d'action) et du groupe (numéro du groupe selon le site ou le mode d'action). Toute population de mauvaises herbes peut renfermer des plantes naturellement résistantes à (nom du produit) et à d'autres herbicides du groupe (numéro du groupe). Les biotypes résistants peuvent finir par prédominer au sein de cette population si ces herbicides sont utilisés de façon répétée dans un même champ.

5.2 Fongicides et bactéricides

Gestion de la résistance, (nom du produit), fongicide ou bactéricide du groupe (numéro du groupe selon le site ou le mode d'action). Toute population fongique ou bactérienne peut renfermer des individus naturellement résistants à (nom du produit) et à d'autres fongicides ou bactéricides du groupe (numéro du groupe). Il peut se produire une perte progressive ou complète d'efficacité lorsque ces fongicides ou bactéricides sont appliqués à répétition sur les mêmes champs. Il peut exister d'autres mécanismes de résistance sans lien avec le site ou le mode d'action, mais qui sont spécifiques à des composés chimiques, comme un métabolisme accru. Il est recommandé de suivre des stratégies appropriées de gestion de la résistance.

Pour retarder l'acquisition de la résistance aux fongicides ou aux bactéricides :

  • Dans la mesure du possible, alterner le (nom du produit) ou les fongicides ou bactéricides du même groupe (numéro correspondant au site ou au mode d'action) avec des fongicides ou bactéricides appartenant à d'autres groupes et qui éliminent les mêmes organismes pathogènes.

Nota Cet énoncé peut être modifié lorsque des applications répétées sont nécessaires. On peut dire, p. ex., d'éviter d'effectuer plus de (nombre maximum) pulvérisations consécutives de (nom du produit) ou d'autres fongicides ou bactéricides du même groupe pendant une saison.

  • Utiliser des mélanges en cuve contenant des fongicides ou bactéricides provenant d'un groupe différent, si cet emploi est permis.
  • Utiliser les fongicides ou bactéricides dans le cadre d'un programme de lutte intégrée comprenant des inspections sur le terrain, des relevés d'utilisations antérieures de pesticides et sur l'assolement, et faisant place à la possibilité d'intégrer des pratiques de labour (ou d'autres méthodes mécaniques) ou de lutte culturale, biologique, ou d'autres formes de lutte chimique.
  • Inspecter les populations fongiques ou bactériennes traitées pour y découvrir les signes de l'acquisition d'une résistance.
  • Lorsque la maladie continue de progresser après traitement avec ce produit, ne pas augmenter la quantité utilisée. Cesser d'employer le produit et passer à un autre fongicide ou bactéricide ayant un site ou un mode d'action différent, si possible.
  • Pour des cultures précises ou des organismes nuisibles précis, s'adresser au spécialiste local des interventions sur le terrain ou à un conseiller agréé pour toute autre recommandation relative à la gestion de la résistance aux pesticides ou encore à la lutte intégrée.
  • Pour plus d'information ou pour signaler des cas possibles de résistance, s'adresser à (nom du représentant de la compagnie) au (numéro sans frais) ou à (adresse Internet).

Nota Le précédent énoncé constitue un énoncé uniformisé pour les produits renfermant une ou plusieurs matières actives provenant du même groupe. Pour ceux contenant au moins deux matières actives provenant de groupes différents, il doit être modifié de façon à refléter la situation.

Par exemple :

Gestion de la résistance, (nom du produit), fongicide ou bactéricide à la fois du groupe (numéro du groupe) et du groupe (numéro du groupe). Toute population fongique ou bactérienne peut renfermer des individus naturellement résistants à (nom du produit) et à d'autres fongicides ou bactéricides du groupe (numéro du groupe) ou du groupe (numéro du groupe). Il peut se produire une perte progressive ou complète d'efficacité lorsque ces fongicides ou bactéricides sont appliqués à répétition sur les mêmes champs.

5.3 Insecticides et acaricides

Gestion de la résistance, (nom du produit), insecticide ou acaricide du groupe (numéro du groupe). Toute population d'insectes ou d'acariens peut renfermer des individus naturellement résistants à (nom du produit) et à d'autres insecticides ou acaricides du groupe (numéro du groupe). Ces individus résistants peuvent finir par prédominer au sein de leur population si ces insecticides ou acaricides sont utilisés de façon répétée dans un même champ. Il peut exister d'autres mécanismes de résistance sans lien avec le site ou le mode d'action, mais qui sont spécifiques à des composés chimiques, comme un métabolisme accru. Il est recommandé de suivre des stratégies appropriées de gestion de la résistance.

Pour retarder l'acquisition de la résistance aux insecticides ou acaricides :

  • Dans la mesure du possible, alterner le (nom du produit) ou les insecticides ou acaricides du même groupe (numéro correspondant au site ou au mode d'action) avec des insecticides ou acaricides appartenant à d'autres groupes et qui éliminent les mêmes organismes nuisibles.

Nota Le précédent énoncé peut être modifié en fonction des ravageurs lorsque des applications annuelles sont nécessaires. On peut dire, p. ex., d'éviter d'effectuer plus de (nombre maximum) pulvérisations consécutives de (nom du produit) ou d'autres insecticides du même groupe pendant une saison.

  • Utiliser des mélanges en cuve contenant des insecticides ou acaricides provenant d'un groupe différent, si cet emploi est permis.
  • Utiliser les insecticides ou acaricides dans le cadre d'un programme de lutte intégrée comprenant des inspections sur le terrain, la tenue de dossiers, et qui envisage la possibilité d'intégrer des pratiques de lutte culturale, biologique, ou d'autres formes de lutte chimique.
  • Inspecter les populations d'insectes ou d'acariens traitées pour y découvrir les signes de l'acquisition d'une résistance.
  • Pour des cultures précises ou des organismes nuisibles précis, s'adresser au spécialiste local des interventions sur le terrain ou à un conseiller agréé pour toute autre recommandation relative à la gestion de la résistance aux pesticides ou encore à la Lutte intégrée.
  • Pour plus d'information ou pour signaler des cas possibles de résistance, s'adresser à (nom du représentant de la compagnie) au (numéro sans frais) ou à (adresse Internet).

Nota Le précédent énoncé constitue un énoncé uniformisé pour les produits renfermant une ou plusieurs matières actives provenant du même groupe. Pour ceux contenant au moins deux matières actives appartenant à des groupes différents, il doit être modifié de façon à refléter la situation.

Par exemple :

Gestion de la résistance, (nom du produit), insecticide ou acaricide à la fois du groupe (numéro du groupe) et du groupe (numéro du groupe). Toute population d'insectes ou d'acariens peut renfermer des individus naturellement résistants à (nom du produit) et à d'autres insecticides ou acaricides du groupe (numéro du groupe) ou du groupe (numéro du groupe). Des individus résistants peuvent finir par prédominer au sein de leur population si ces insecticides ou acaricides sont utilisés de façon répétée dans un même champ.

6.0 Pesticides de groupes non spécifiés

Certains herbicides, fongicides, bactéricides, insecticides et acaricides n'ont pas été assignés à un groupe correspondant à un site ou à un mode d'action, ou n'apparaissent pas sur les listes présentées ici, faute de bien connaître leur fonctionnement, ou encore en raison de l'absence de données relatives à l'acquisition de la résistance au produit. Les titulaires d'homologation doivent clairement déterminer les groupes auxquels leurs produits appartiennent, après consultation de représentants de l'industrie des pesticides, de chercheurs, de spécialistes sur le terrain et de responsables en matière de réglementation. Le mode d'emploi doit inclure l'énoncé approprié à ce produit sur la gestion de la résistance, c.-à-d. sur les herbicides, fongicides et bactéricides, insecticides et acaricides.

La marche à suivre sus-mentionnée s'applique également aux nouveaux pesticides lors de leur homologation. Les listes de pesticides (annexes I à III) seront mises à jour périodiquement (à tous les ans, environ) de manière à y ajouter les noms de produits ou encore à modifier le classement par sites ou modes d'action et à y inscrire les nouveaux classements. La directive paraîtra sur le site Web de l'Agence. Des imprimés seront fournis sur demande.

Annexe I Groupes d'herbicides constitués selon le site ou le mode d'action

Cette liste est fondée sur la classification des herbicides proposée par la Weed Science Society of America (Weed Technology, 1997, 11:384-393)

Groupe 1

Site ou mode d'action : Inhibiteurs de l'acétyl CoA carboxylase (ACCase)

Famille chimique : Aryloxyphénoxy propionates

Matière active :

  • clodinafop-propargyl
  • diclofop-méthyl
  • fénoxaprop-éthyl
  • fénoxaprop-p-éthyl
  • fluazifop-p-butyl
  • fluazifop-butyl
  • quizalofop-éthyl
  • quizalofop-p-éthyl

Famille chimique : Cyclohexanediones

Matière active :

  • clétodime
  • séthoxydime
  • tralkoxydime

Groupe 2

Site ou mode d'action : Inhibition de l'acétolactate synthase (ALS), aussi appelée acétohydroxyacide synthase (AHAS)

Famille chimique : Sulfonylurées

Matière active :

  • chlorimuron
  • chlorsulfuron
  • éthametsulfuron-méthyl
  • metsulfuron-méthyl
  • nicosulfuron
  • prosulfuron
  • rimsulfuron
  • sulfosulfuron
  • thifensulfuron-méthyl
  • triasulfuron
  • tribénuron-méthyl
  • triflusulfuron-méthyl

Famille chimique : Imidazolinones

Matière active :

  • imazaméthabenz
  • imazamox
  • imazapyr
  • imazethapyr

Famille chimique : Pyrimidinylthio-benzoate*

Famille chimique : Triazolopyrimidime

Matière active :

  • flumetsulam

Groupe 3

Site ou mode d'action : Inhibition des structures microtubulaires

Famille chimique : Dinitroanilines

Matière active :

  • éthalfluraline
  • pendiméthaline
  • trifluraline

Famille chimique : Pyridazine

Matière active :

  • dithiopyr

Site ou mode d'action : Inconnu

Famille chimique : Aucune

Matière active :

  • chlorthal-diméthyl (DCPA)

Groupe 4

Site ou mode d'action : Auxines synthétiques (action apparentée à celle de l'acide indol-acétique)

Famille chimique : Phénoxys

Matière active :

  • 2,4-D
  • 2,4-DB
  • dichlorprop (2,4-DP)
  • MCPA
  • MCPB
  • mécoprop (MCPP)

Famille chimique : Acides benzoïques

Matière active :

  • dicamba

Famille chimique : Acides carboxyliques

Matière active :

  • clopyralid
  • fluoroxypyr
  • picloram
  • triclopyr

Famille chimique : Acide quinoline carboxylique

Matière active :

  • quinclorac

Famille chimique : Semicarbazone

Matière active :

  • diflufenzopyr

Groupe 5

Site ou mode d'action : Inhibition de la photosynthèse au niveau du site A, photosystème II

Famille chimique : Triazines

Matière active :

  • atrazine
  • cyanazine
  • prométone
  • prométryne
  • simazine

Famille chimique : Triazinones

Matière active :

  • hexazinone
  • métribuzine

Famille chimique : Uraciles

Matière active :

  • bromacil
  • terbacil

Famille chimique : Pyridazinone

Matière active :

  • pyrazone

Famille chimique : Phényl-carbamates

Matière active :

  • desmédiphame
  • phenmédiphame

Groupe 6

Site ou mode d'action : Semblable au groupe 5, mécanisme différent de liaison

Famille chimique : Nitriles

Matière active : bromoxynil

Famille chimique : Benzothiadiazoles

Matière active : bentazon

Famille chimique : Phéyl-pyridazine

Matière active : pyridate

Groupe 7

Site ou mode d'action : Inhibition de la photosynthèse au niveau du site B, photosystème II

Famille chimique : Urées

Matière active :

  • diuron
  • linuron
  • métobromuron
  • monolinuron
  • siduron
  • tébuthiuron

Famille chimique : Amide

Matière active :

  • propanil

Groupe 8

Site ou mode d'action : Inhibition de la synthèse des lipides, pas d'inhibition de l'ACCase

Famille chimique : Thiocarbamates

Matière active :

  • butylate
  • cycloate
  • EPTC
  • pébulate
  • triallate
  • vernolate

Famille chimique : Aucune

Matière active : bensulide

Site ou mode d'action : Inconnu

Famille chimique : Aucune

Matière active : difenzoquat

Groupe 9

Site ou mode d'action : Inhibition de la 5- énolpyruvylshikimate-3- phosphate synthase

Famille chimique : Aucune

Matière active :

  • glyphosate

Groupe 10

Site ou mode d'action : Inhibition de la glutamine synthétase

Famille chimique : Aucune

Matière active :

  • glufosinate-ammonium

Groupe 11

Site ou mode d'action : Décoloration : Inhibition de la biosynthèse de la caroténoïde (cible inconnue)

Famille chimique : Triazole

Matière active :

  • amitrole

Groupe 12

Site ou mode d'action : Décoloration : Inhibition de la biosynthèse de la caroténoïde au stade de la phytoène désaturase (PDS)

Famille chimique : Pyridazinone*

Famille chimique : Nicotinanilide*

Famille chimique : Autres

Matière active :

Groupe 13

Site ou mode d'action : Décoloration : Inhibition de tous les diterpènes

Famille chimique : Isoxazolidinone

Matière active : clomazone

Groupe 14

Site ou mode d'action : Inhibition de la protoporphyrinogène oxydase (PPO)

Famille chimique : Diphényléthers

Matière active :

  • acifluorfène
  • fomesafène
  • oxyfluorfène

Famille chimique : N-phénylphtalimidesNote de bas de page 4

Famille chimique : Oxadiazole

Matière active :

  • oxadiazon

Famille chimique : TriazolinoneNote de bas de page 4

Groupe 15

Site ou mode d'action : Inconnu

Famille chimique : Chloroacétamides

Matière active :

  • métolachlore
  • s-métolachlore
  • propyzamide
  • diméthènamide

Famille chimique : Acétamides

Matière active :

  • napropamide

Famille chimique : OxyacétamidesNote de bas de page 4

Groupe 16

Site ou mode d'action : Inconnu

Famille chimique : Benzofuranes

Matière active :

  • ethofumesate

Groupe 17

Site ou mode d'action : Inconnu

Famille chimique : Composés organiques arséniés

Matière active :

  • Arsenic, sous forme de sel monosodique de l'acide méthylarsonique (MSMA)

Groupe 18

Site ou mode d'action : Inhibition à l'étape de la dihydroptéroate (DHP) synthase

Famille chimique : Carbamate

Matière active :

  • asulame

Groupe 19

Site ou mode d'action : Inhibition de l'action de l'acide indoleacétique

Famille chimique : Phtalamate

Matière active : naptalame

Groupe 20

Site ou mode d'action : Inhibition du site A de la synthèse de la paroi cellulaire

Famille chimique : Nitrile

Matière active :

  • dichlobénil

Groupe 21

Site ou mode d'action : Inhibition du site B de la synthèse de la paroi cellulaire

Famille chimique : Benzamide

Matière active :

  • isoxaben

Groupe 22

Site ou mode d'action : Dérivation des électrons au niveau du photosystème I

Famille chimique : Bipyridyliums

Matière active :

  • diquat
  • paraquat

Groupe 23

Site ou mode d'action : Inhibition de la mitose

Famille chimique : Carbamates

Matière active :

  • chlorprophame

Groupe 24

Site ou mode d'action : Découplage de disrupteurs de membranes

Famille chimique : Dinitrophénols

Matière active :

  • dinoseb

Groupe 25

Site ou mode d'action : Inconnu

Famille chimique : Acide arylaminopropionique

Matière active :

  • flamprop-méthyl

Groupe 26

Site ou mode d'action : Inconnu

Famille chimique : Inconnu

Matière active : Acide trichloroacétique (TCA)

Groupe 27

Site ou mode d'action : Inconnu

Famille chimique : Plusieurs

Matière active :

Groupe 28

Site ou mode d'action : Inhibition de la 4-hydroxyphényl- pyruvatedioxygénase (4-HPPD)

Famille chimique : benzoylisoxazoleNote de bas de page 4

Famille chimique : IsoxazoleNote de bas de page 4

Famille chimique : PyrazoleNote de bas de page 4

Famille chimique : TricétoneNote de bas de page 4

Annexe II Groupes de fongicides et de bactéricides constitués selon le site ou le mode d'action

Cette liste est fondée sur la liste des fongicides compilée par le Fungicide Resistance Action Committee, un groupe technique spécialisé de la Global Crop Protection Federation. Les fongicides microbiens ne figurent pas sur cette liste.

Groupe 1

Site ou mode d'action : Inhibition de la formation de tubuline

Famille chimique : Benzimidazole

Matière active :

  • bénomyl
  • carbendazime
  • thiabendazole
  • thiophanate-méthyl

Groupe 2

Site ou mode d'action : Effet sur les divisions cellulaires, la synthèse d'ADN et d'ARN et le métabolisme

Famille chimique : Dicarboximide

Matière active :

  • iprodione
  • vinclozoline

Groupe 3

Site ou mode d'action : Inhibition de la déméthylation : Inhibition de la déméthylation à l'étape de la biosynthèse de stérols

Famille chimique : ImidazolesNote de bas de page 4

Famille chimique : Pipérazine

Matière active :

  • triforine

Famille chimique : PyridineNote de bas de page 4

Famille chimique : PyrimidinesNote de bas de page 4

Famille chimique : Triazoles (notamment les conazoles)

  • myclobutanil
  • difénoconazole
  • propiconazole
  • triadiménol

Groupe 4

Site ou mode d'action : Phénylamides Effet sur la synthèse de l'ARN

Famille chimique : Acylamines

Matière active :

  • métalaxyl
  • métalaxyl M

Famille chimique : OxazolidinonesNote de bas de page 4

Famille chimique : ButyrolactonesNote de bas de page 4

Groupe 5

Site ou mode d'action : Morpholines Inhibition d'une isomérase participant à la biosynthèse de stérols

Famille chimique : Morpholines

Matière active :

  • diméthomorphe
  • dodémorphe

Famille chimique : PipéridineNote de bas de page 4

Famille chimique : SpirocétalamineNote de bas de page 4

Groupe 6

Site ou mode d'action : Inhibition de la chitine et synthèse de phospholipides au moyen du phosphorothiolate

Famille chimique : OrganophosphorésNote de bas de page 4

Groupe 7

Site ou mode d'action : Oxathiinne Effet sur la chaîne de transport mitochondrienne

Famille chimique : Anilide (Oxathiinne)

Matière active :

  • carbathiinne (carboxine)
  • oxycarboxine

Groupe 8

Site ou mode d'action : Hydroxyprimidine

Famille chimique : PyrimidinolNote de bas de page 4

Groupe 9

Site ou mode d'action : Anilinopyrimidine Inhibition de la synthèse d'acides aminés

Famille chimique : Anilinopyrimidine

Matière active :

  • cyprodinil

Groupe 10

Site ou mode d'action : N-phényl carbamates Interférence avec la division cellulaire

Famille chimique : DiethofencarbNote de bas de page 4

Groupe 11

Site ou mode d'action : Résistance et effet du type de celui de la strobilurine Inhibition de la respiration mitochondriale

Famille chimique : StrobilurineNote de bas de page 4

Famille chimique : OxazolidinedioneNote de bas de page 4

Groupe 12

Site ou mode d'action : Phénylpyrroles

Famille chimique : Phénylpyrroles

Matière active :

  • fludioxonil

Groupe 13

Site ou mode d'action : Quinolines

Famille chimique : Quinoline

Matière active :

  • quinoxyfen

Groupe 14

Site ou mode d'action : Hydrocarbures aromatiques

Famille chimique : Chlorophényles

Matière active :

  • dichloran quintozène (PCNB)

Famille chimique : Thiadiazole

Matière active :

  • étridiazole

Groupe 15

Site ou mode d'action : Acides cinnamiques

Famille chimique : Acide cinnamiqueNote de bas de page 4

Groupe 16

Site ou mode d'action : Inhibition de la biosynthèse de la mélanine

Famille chimique : Inhibiteurs de la réductaseNote de bas de page 4

Famille chimique : Inhibiteurs de la déshydrataseNote de bas de page 4

Groupe 17

Site ou mode d'action : Hydroxyanilide

Famille chimique : HydroxyanilideNote de bas de page 4

Groupe 18

Site ou mode d'action : Antibiotiques

Famille chimique : Antibiotiques

Matière active :

  • streptomycine

Groupe 19

Site ou mode d'action : Polyoxines

Famille chimique : PolyoxinNote de bas de page 4

Groupe 20

Site ou mode d'action : Phénylurées

Famille chimique : Phénylurées

Groupe 21

Site ou mode d'action : Induction de mécanismes de défense de la plante hôte

Famille chimique : Benzothiadiazole BTHNote de bas de page 4

Groupe I

Site ou mode d'action : Divers et inconnus

Famille chimique : Amides d'acides aminésNote de bas de page 4

Famille chimique : Carbamates

Matière active :

  • propamocarbe

Famille chimique : Oxime de cyano-acétamideNote de bas de page 4

Famille chimique : Organo-étains

Matière active :

  • triphénylétains
  • dinocap
  • fenfurame
  • phosétyl-aluminium

Groupe M

Site ou mode d'action : Activité s'exerçant à plusieurs sites

Famille chimique : Substances inorganiques

Matière active :

  • cuivre (hydroxyde)
  • cuivre (oxychlorure)
  • copper (sulphate)
  • soufre (mouillable)

Famille chimique : Dithiocarbamates et composés apparentés

Matière active :

  • ferbame
  • mancozèbe
  • manèbe
  • métirame
  • thirame
  • zinèbe
  • zirame

Famille chimique : Phtalimides

Matière active :

  • captane
  • folpet

Famille chimique : Chloronitrile

Matière active :

  • chlorothalonil

Famille chimique : SulfamidesNote de bas de page 4

Famille chimique : Guanidine

Matière active :

  • dodine

Famille chimique : Anilazine

Matière active :

  • anilazine

Famille chimique : Phényl-pyridinamineNote de bas de page 4

Famille chimique : Quinoxaline

Matière active :

  • chinométhionate (oxythiquinox)

Annexe III Groupes d'insecticides et d'acaricides constitués selon le site ou le mode d'action

Cette liste est fondée sur la liste des insecticides compilée par l'Insecticide Resistance Action Committee, un groupe technique spécialisé de la Global Crop Protection Federation. On sait que la résistance des insectes et des acariens aux insecticides et aux acaricides peut aussi être attribuable à une hausse du métabolisme, à une pénétration réduite ou à des changements de comportement qui n'ont de lien avec aucun classement selon le site d'action, mais qui sont spécifiques à des composés chimiques ou à des groupes de composés chimiques. On n'associe pas la résistance croisée à tous les membres d'une classe selon le seul critère de site ou de mode d'action. La plupart des insecticides biologiques ne figurent pas dans cette annexe parce qu'on ne croit pas qu'ils sont à l'origine de préoccupations importantes sur le plan de l'acquisition de la résistance. Les produits microbiens à base de Bacillus sp. y figurent, au même titre que les produits dérivés du margousier, comme l'azadirachtine.

Groupe 1A

Site ou mode d'action : Inhibition de l'acétylcholine estérase

Inhibition de l'enzyme acétylcholinestérase, avec interruption de la transmission de l'influx nerveux

Famille chimique : Carbamates

Matière active :

  • aldicarbe
  • aminocarbe
  • bendiocarbe
  • carbaryl
  • carbofurane
  • chlorhydrate de formétanate
  • méthiocarbe
  • méthomyl
  • oxamyl
  • pirimicarbe
  • propoxur

Groupe 1B

Site ou mode d'action : Inhibition de l'acétylcholine estérase

Inhibition de l'enzyme acétylcholinestérase, avec interruption de la transmission de l'influx nerveux

Famille chimique : Organophosphatés

Matière active :

  • acéphate
  • azaméthiphos
  • azinphos-méthyl
  • chlorfenvinphos
  • chlorpyrifos
  • coumaphos
  • diazinon
  • dichlorvos/DDVP
  • diméthoate
  • disulfoton
  • éthion
  • fénitrothion
  • fensulfothion
  • fenthion
  • fonofos
  • malathion
  • méthamidophos
  • méthidathion
  • naled
  • oxydéméton-méthyl
  • parathion
  • phorate
  • phosalone
  • phosmet
  • sulfotep
  • téméphos
  • terbufos
  • tétrachlorvinphos
  • trichlorfon

Groupe 2A

Site ou mode d'action : Antagonisme de l'inhibition par le GABA du canal ionique chlorure

Interférence avec les récepteurs GABA des neurones d'insectes, donnant lieu à des décharges électriques à répétition

Famille chimique : cyclodiènes chlorés

Matière active :

  • endosulfan
  • diénochlor

Famille chimique : Polychlorocycloalcanes

Matière active :

  • lindane

Groupe 2B

Site ou mode d'action : Antagonisme de l'inhibition par le GABA du canal ionique chlorure

Interférence avec les récepteurs GABA des neurones d'insectes, donnant lieu à des décharges électriques à répétition-site fiprole

Famille chimique : PhénylpyrazolesNote de bas de page 4

Groupe 3

Site ou mode d'action : Modulation au niveau du canal ionique sodium

Action toxique au niveau des axones par interférence avec le fonctionnement du canal sodium au niveau du SNC et du SNP, par stimulation de décharges nerveuses à répétition causant la paralysie

Famille chimique : diphényléthanes

Matière active :

  • dicofol
  • méthoxychlor

Famille chimique : Pyréthroïdes synthétiques

Matière active :

  • d-alléthrine
  • d-trans alléthrine
  • cyfluthrine
  • cyperméthrine
  • deltaméthrine
  • fenpropathrine
  • fenvalérate
  • flucythrinate
  • tau-fluvalinate
  • perméthrine
  • resméthrine
  • téfluthrine
  • tétraméthrine

Famille chimique : Pyréthrines

Matière active :

  • pyréthrines

Groupe 4

Site ou mode d'action : Agonisme/antagonisme des récepteurs de l'acétylcholine

Fixation sur le récepteur nicotinique de l'acétylcholine, avec interruption de la transmission de l'influx nerveux

Famille chimique : Chloronicotines (nitro-guanidines)

Matière active :

  • imidacloprid

Famille chimique : Nicotine, CartapNote de bas de page 4, BensultapNote de bas de page 4

Matière active :

  • nicotine

Groupe 5

Site ou mode d'action : Modulation des récepteurs de l'acétylcholine Modification des sites récepteurs et perturbation de la fixation

Famille chimique : SpinosynesNote de bas de page 4

Groupe 6

Site ou mode d'action : Activation du canal ionique chlorure Interférence avec le récepteur du GABA chez les insectes.

Famille chimique : Avermectine

Matière active :

  • abamectine

Famille chimique : MilbémycineNote de bas de page 4

Groupe 7

Site ou mode d'action : Analogues d'hormones juvéniles (régulation de la croissance des insectes) Reproduire l'effet d'hormones juvéniles, empêchant la mue de larve à adulte

Famille chimique : Analogues d'hormones juvéniles

Matière active :

  • méthoprène

Groupe 8A

Site ou mode d'action : Site d'action inconnu ou non spécifique (fumigants)

Famille chimique : Fumigants

Matière active :

  • bromure de méthyle

Groupe 8B

Site ou mode d'action : Site d'action inconnu ou non spécifique (fumigants)

Famille chimique : Fumigants

Matière active :

  • phosphure d'aluminium

Groupe 9A

Site ou mode d'action : Composés inconnus ou non spécifiques (interruption de l'alimentation)

Famille chimique : Interrupteurs de l'alimentationNote de bas de page 4 (pymétrozine, cryolite)

Groupe 10

Site ou mode d'action : Composés à site d'action inconnu ou non spécifique (inhibition de la croissance des acariens)

Famille chimique : Inhibiteurs de la croissance des acariens (ovicides)

Matière active :

  • clofentézine

Groupe 11

Site ou mode d'action : Action microbienne sur les membranes de l'intestin moyen d'insectes (à l'inclusion des protéines Cry exprimées dans les plantes transgéniques) L'organisme comporte des inclusions protéiniques qui sont libérées dans l'intestin de l'organisme visé, avec pour effet la paralysie de l'intestin et une interruption de l'alimentation

Famille chimique : Produits microbiens du type Bt (insecticides, larvicides biologiques)

Matière active :

  • Bacillus thuringiensis var. aizawai, endotoxine delta encapsulée
  • Bacillus thuringiensis var. tenebrionis
  • Bacillus thuringiensis var. israelensis
  • Bacillus thuringiensis var. kurstaki

Groupe 12

Site ou mode d'action : Inhibition de la phosphorylation oxydative au site de découplage au site du dinitrophénol (arrêt de la formation d'ATP)

Famille chimique : Acaricides du type organo-étain

Matière active :

  • fenbutatin-oxyde

Groupe 13

Site ou mode d'action : Découplage de la phosphorylation oxydative (perturbation de l'établissement du gradient du H+

Famille chimique : Composé pyrroliqueNote de bas de page 4 (toxique d'ingestion et par contact à spectre large)

Groupe 14

Site ou mode d'action : Inhibition de l'ATPase stimulée par le magnésium

Famille chimique : Acaricides du type sulfite d'ester

Matière active :

  • propargite

Groupe 15

Site ou mode d'action : Inhibition de la biosynthèse de la chitine

Famille chimique : Benzoylurées à substituant

Matière active :

  • diflubenzuron

Groupe 16

Site ou mode d'action : Inhibition de la biosynthèse de la chitine de type 1 - Homoptères

Famille chimique : ThiadiazineNote de bas de page 4

Groupe 17

Site ou mode d'action : Inhibition de la biosynthèse de la chitine de type 2- Diptères

Famille chimique : Triazine

Matière active :

  • cyromazine

Groupe 18

Site ou mode d'action : Agonisme/perturbation de l'ecdysone
Arrêt de la mue chez les insectes en concurrençant l'ecdysone, une hormone

Famille chimique : Azothydrure de l'acide benzoique

Matière active :

  • tébufénozide

Famille chimique : D'origine végétale* (huile de margousier ou azadirachtine)

Groupe 19

Site ou mode d'action : Agonisme octopaminergique

Famille chimique : Triazapentadiène

Matière active :

  • amitraze

Groupe 20

Site ou mode d'action : Inhibition du transport d'électrons, site II

Famille chimique : Aucune

Matière active :

  • hydraméthylnon

Groupe 21

Site ou mode d'action : Inhibition du transport d'électrons, site I

Famille chimique : D'origine végétale

Matière active :

  • roténone

Famille chimique : Pyridazinone

Matière active :

  • pyridabène
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :