Le gouvernement du Canada annonce du financement pour l'Antigonish Women's Resource Centre and Sexual Assault Services Association

Communiqué de presse

Un nouveau projet appuiera la prévention de la violence dans les fréquentations chez les adolescents

5 mars 2019                  Antigonish (Nouvelle-Écosse)    Agence de la santé publique du Canada

La violence fondée sur le sexe, définie comme une violence dirigée envers des personnes en raison de leur identité sexuelle, de la manière dont elles expriment cette identité (c.-à-d. leur genre) ou dont elle est perçue, est évitable. Important obstacle à l'égalité des genres, ce type de violence persiste au Canada. Il est de plus en plus important que nos jeunes apprennent ce que sont des relations saines ainsi que des façons de prévenir la violence fondée sur le sexe, qui a des effets immédiats, mais aussi souvent durables sur la santé physique et mentale d'une personne.

Aujourd'hui, de la part de l'honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, Sean Fraser, député, a souligné l'engagement continu du gouvernement à mettre fin à la violence fondée sur le sexe en annonçant le versement d'un financement de près d'un million de dollars sur cinq ans à l'Antigonish Women's Resource Centre and Sexual Assault Services Association à l'appui de son initiative de relations saines chez les jeunes. Le député a fait cette annonce lors d'une visite qu'elle a fait au Centre afin d'en apprendre davantage sur les services qu'on y offre à la communauté et de témoigner de première main de l'expérience positive des jeunes médiateurs qui sont impliqués dans le projet.   

Ce projet unique permettra à plus de 1 200 élèves de la 9e année de quatre régions de la Nouvelle-Écosse d'acquérir des compétences pour créer et conserver des relations saines. Ces élèves proviennent essentiellement de milieux ruraux, notamment de communautés mi'kmaq et africaines néo-écossaises et de nouveaux arrivants. Selon des recherches, les programmes qui font la promotion de relations saines et positives chez les jeunes peuvent contribuer à la prévention de la violence. Grâce à des séances interactives présentées par des animateurs jeunesse qui sont soutenus par des enseignants et des membres du personnel de l'Antigonish Women's Resource Centre and Sexual Assault Services Association ainsi que des organismes partenaires, les élèves seront sensibilisés à la violence dans les fréquentations  et vont acquérir des connaissances à propos de ce type de violence et des facteurs de risque sous-jacents qui y contribuent.

Cet investissement de l'Agence de la santé publique du Canada s'inscrit dans la Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe.

Citations

« Je suis fière d'annoncer le soutien du gouvernement du Canada pour cet important projet qui aura des effets positifs sur des jeunes et des collectivités partout en Nouvelle-Écosse. Nous avons tous un rôle à jouer pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe et à la violence dans les fréquentations chez les adolescents. En mobilisant les jeunes grâce à ce projet et en fournissant des ressources ainsi que des occasions d'apprentissage, nous pouvons favoriser des relations positives, créer des familles en santé, modifier des attitudes et faire la promotion de l'égalité des genres. »
L'honorable Ginette Petitpas Taylor
Ministre de la Santé

« Pendant l'adolescence, de jeunes Canadiens et Canadiennes font des choix qui auront des impacts sur leur vie, notamment sur leurs fréquentations et leurs relations. Ces décisions peuvent comporter des conséquences à long terme et les statistiques brossent un portrait effrayant : près de la moitié des agressions à caractère sexuel sont commises sur de jeunes femmes âgées de 15 et 24 ans. Pour élaborer la toute première stratégie canadienne qui vise à mettre fin à la violence fondée sur le sexe, des experts, des survivants ainsi que leurs familles ont demandé au gouvernement de répondre aux lacunes dans les fréquentations violentes chez les ados et les jeunes et de promouvoir les relations saines. Notre gouvernement a écouté. Voilà la raison pour laquelle nous versons du financement aux partenariats comme celui-ci avec l'Antigonish Women's Resource Centre AMD Sexual Assault Services Association et l'Agence de la santé publique du Canada, afin que nos enfants puissent vivre libres de violence et d'agressions fondées sur le sexe. »
L'honorable Maryam Monsef
Ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l'Égalité des genres

 « Nous sommes fiers de faire partie de cette initiative de financement par le biais de l'ASPC. Le programme Healthy Relationships for Youth permet de créer l'occasion idéale qui permet aux jeunes de devenir des ambassadeurs du changement dans leurs écoles et leurs communautés. Ils seront outillés avec l'information et les ressources requises pour naviguer les relations et la capacité de répondre aux enjeux qui ont un impact sur eux et leurs pairs. Nous sommes ravis de faire croître et d'élargir le programme et nous continuons d'œuvrer afin de créer des communautés plus saines en Nouvelle-Écosse et de mettre fin à la violence fondée sur le sexe. »
Arwen Sweet
Coordonnatrice provinciale pour le programme Healthy Relationships for Youth

Faits en bref

  • L'Agence de la santé publique du Canada investit plus de 40 millions de dollars sur cinq ans dans le contexte de son programme Prévenir la violence fondée sur le sexe : perspective du milieu de la santé. Ce programme soutient la Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe.

  • La violence envers les femmes, les filles et des communautés LGBTQ2 est l'une des formes de violation des droits de la personne les plus répandues, persistantes et dévastatrices dans le monde. Il est estimé qu'une femme sur trois dans le monde vivra de la violence conjugale au cours de sa vie. Dans plus de 70 pays de par le monde, les lois qui criminalisent les personnes qui s'identifient en tant que LGBTQ2 perpétuent les actes de violence fondés sur le sexe envers ces communautés.

  • Au Canada, près de 50 % des personnes de 15 ans et plus qui s'identifient comme gaies, lesbiennes ou bisexuelles déclarent avoir vécu de la violence physique ou sexuelle pendant l'enfance, comparativement à un taux de 30 % chez les personnes hétérosexuelles.

  • En juin 2019, le Canada sera l'hôte de la Conférence 2019 de Women Deliver, principale conférence au monde portant sur l'égalité des genres ainsi que sur la santé, les droits et le bien-être des filles et des femmes.

Liens connexes

Personnes-ressources

Thierry Bélair
Cabinet de Ginette Petitpas Taylor
Ministre de la Santé
613-957-0200

Relations avec les médias
Agence de la santé publique du Canada
613-957-2983
hc.media.sc@canada.ca

Renseignements au public
613-957-2991
1-866-225-0709


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :