Avis de santé publique – Éclosion actuelle de maladies gastro-intestinales et d’infections à norovirus liées à des huîtres crues

1 août  2018 - Mise à jour finale

Le présent avis a été mis à jour pour indiquer que l’enquête sur l’éclosion est terminée.

Pourquoi tenir compte du présent avis?

L’Agence de la santé publique du Canada a collaboré avec ses partenaires fédéraux et provinciaux en santé publique pour faire enquête, dans trois provinces, sur des cas de maladie gastro-intestinale et d’infection à norovirus qui sont liés à des huîtres crues de la Colombie-Britannique. On avait  établi que des huîtres crues étaient à l’origine de la maladie, mais on n’avait pas pu établir la cause de la contamination. Des fermes ostréicoles en Colombie‑Britannique  associées à des cas de l’ éclosion furent fermées dans le cadre de l’enquête. Ces fermetures avaient pour objectif d’empêcher que des cas supplémentaires de la maladie se déclarent. Puisqu’aucun cas de maladie n’a été signalé depuis la mi-avril, l’éclosion semble être terminée et par conséquent, on a conclu l’enquête sur l’éclosion.

Même si l’éclosion semble être terminée, il s’agit d’un rappel qu’il est notoire que les huîtresrisquent de provoquer des maladies d’origine alimentaire si elles sont consommées crues. Pour éviter les maladies à norovirus, il faut s’assurer que les huîtres sont cuites à une température de cuisson interne de 90 °C (194 °F) pendant au moins 90 secondes et adopter des pratiques de lavage des mains et de salubrité des aliments adéquates.

Que sont les norovirus?

Les norovirus sont un groupe de virus qui provoquent la gastro-entérite chez l’humain; cette maladie est généralement accompagnée d’une diarrhée ou de vomissements, qui en sont les principaux symptômes. Les norovirus sont présents dans les selles ou les vomissures des personnes infectées. Comme ils sont très contagieux, ils peuvent se propager facilement d’une personne à l’autre. Certains aliments peuvent être contaminés à la source. Par exemple, des mollusques, comme les huîtres, peuvent avoir été contaminés par la présence d’eaux usées avant leur récolte.

Résumé de l’enquête

Au total, 176 cas de maladie gastro-intestinale liés à la consommation d’huîtres ont été signalés dans trois provinces : la Colombie‑Britannique (137), l’Alberta (14) et l’Ontario (25). Aucun décès n’a été signalé. Les personnes sont devenues malades entre la mi-mars et la mi-avril 2018. La majorité des personnes qui ont été malades ont déclaré avoir mangé des huîtres crues du sud et du centre du détroit de Baynes, en Colombie-Britannique, avant l’apparition des symptômes. Bien que tous les cas de maladie n’avaient pas fait l’objet de tests, les tests effectués au cours de l’enquête dans plusieurs cas ont confirmé l’existence d’une infection à norovirus. La consommation d’huîtres contaminées a été soupçonnée d’être la cause de la maladie dans les cas n’ayant pas fait l’objet de tests.

En vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé, on a mis fin  pour le long de l’enquête, à la récolte dans les fermes conchylicoles impliquées, dans lesquelles des huîtres sont récoltées en Colombie-Britannique. De plus amples renseignements sur la situation des établissements conchylicoles en Colombie-Britannique sont accessibles à partir des sites Web dont les liens figurent à la fin du présent avis.

Qui est le plus à risque?

Les maladies gastro-intestinales aiguës telles que les infections à norovirus sont courantes en Amérique du Nord. Elles sont très contagieuses et elles touchent tous les groupes d’âge. Toutefois, les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les jeunes enfants et les personnes âgées sont les plus exposés au risque de développer des complications graves, comme la déshydratation.

Que devriez-vous faire pour protéger votre santé?

Même si l’éclosion semble être terminée, les Canadiens devraient garder à l’esprit les risques associés à la consommation d’huîtres crues ou à demi cuites. Les aliments contaminés par des norovirus peuvent avoir une apparence normale, dégager une odeur normale et présenter un goût normal. Les pratiques qui suivent concernant la manipulation sûre des aliments réduiront vos risques de contracter une maladie.

  • Assurez-vous que les huîtres sont entièrement cuites avant de les consommer. Une cuisson légère ne tue pas les norovirus. Il faut cuire les huîtres jusqu’à ce qu’elles atteignent une température interne de 90 °C (194 °F) pendant un minimum de 90 secondes pour tuer les norovirus.
  • Jetez toutes les huîtres qui ne se sont pas ouvertes pendant la cuisson.
  • Mangez les huîtres tout de suite après la cuisson et réfrigérez celles qui restent.
  • Séparez toujours les huîtres cuites et les huîtres crues pour éviter que les unes contaminent les autres.
  • N’utilisez pas la même assiette ni les mêmes ustensiles pour les mollusques crus et cuits, et lavez les comptoirs et les ustensiles avec du savon et de l’eau chaude après la préparation.
  • Lavez-vous soigneusement les mains avec du savon avant de manipuler des aliments et après l’avoir fait. Après avoir préparé des aliments crus, lavez et désinfectez les comptoirs, les planches à découper, les couteaux et les autres ustensiles utilisés.

Les norovirus peuvent être transmis par des personnes atteintes de la maladie et peuvent survivre dans des niveaux de chlore relativement élevés et à des températures variables. Les pratiques de nettoyage et de désinfection sont essentielles à la prévention de nouvelles infections dans votre foyer.

  • Nettoyez à fond les surfaces contaminées et désinfectez-les avec un javellisant au chlore, notamment après un épisode de maladie.
  • Si vous avez vomi ou que vous avez eu une diarrhée, enlevez et lavez immédiatement tout vêtement ou linge de maison qui peut avoir été contaminé par le virus (utilisez de l’eau chaude et du savon).
  • Si on vous a diagnostiqué une infection à norovirus ou une autre maladie gastro-intestinale, évitez de préparer des aliments ou de verser des boissons à d’autres personnes pendant que vous présentez des symptômes, et dans les 48 heures suivant votre guérison.

Symptômes

Les personnes qui contractent une infection à norovirus développent habituellement des symptômes de gastro-entérite dans une période de 24 à 48 heures, mais les symptômes peuvent se manifester aussi tôt que 12 heures après l’exposition. La maladie commence souvent de manière subite. Même si vous avez déjà contracté la maladie, le norovirus peut toujours vous réinfecter.

Les principaux symptômes d’une infection à norovirus sont :

  • diarrhée;
  • vomissements (les enfants vomissent habituellement plus que les adultes);
  • nausée;
  • crampes abdominales.

D’autres symptômes peuvent se manifester, notamment :

  • légère fièvre;
  • mal de tête;
  • frissons;
  • douleurs musculaires;
  • fatigue (sensation de fatigue générale).

La plupart des gens se sentent mieux au bout d’une ou deux journées, les symptômes se résorbant d’eux-mêmes et ils ressentent des effets sur leur santé à long terme. Les personnes atteintes doivent boire beaucoup de liquide, pour remplacer les fluides corporels perdus et éviter la déshydratation, comme c’est le cas pour toute maladie causant une diarrhée ou des vomissements. Dans des cas graves, il peut s’avérer nécessaire d’hospitaliser les patients et leur administrer des fluides par intraveineuse. Si vous présentez des symptômes graves d’infection à norovirus, consultez votre fournisseur de soins de santé.

Que fait le gouvernement du Canada?

Le gouvernement du Canada a à cœur la salubrité des aliments. L’Agence de la santé publique du Canada dirige le volet sur la santé humaine de l’enquête liée à une éclosion et communique régulièrement avec ses partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux afin de surveiller l’éclosion et de prendre des mesures concertées pour la combattre.

Santé Canada effectue des évaluations des risques pour la santé afin de déterminer si la présence de certaines substances ou de certains microorganismes dans les aliments constitue un risque pour la santé des consommateurs.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) mène des enquêtes sur la salubrité des aliments afin de trouver la source alimentaire possible de l’éclosion. L’ACIA surveille également la présence de biotoxines dans les mollusques dans les zones de cueillette et est chargée d’agréer et d’inspecter les établissements de transformation du poisson, des mollusques et des crustacés. L’ACIA peut recommander que les sites ou les zones affectées soient ouverts ou fermés en fonction de l’information épidémiologique, des résultats des essais sur des échantillons et (ou) des renseignements pertinents sur les zones de cueillette.

Pêches et Océans Canada est responsable de l’ouverture et de la fermeture des zones de cueillette de mollusques et de crustacés. Le Ministère est aussi responsable de l’imposition de fermetures en vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé.

Dans le cadre du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM), Environnement et Changement climatique Canada surveille les sources de pollution et les conditions sanitaires dans les zones de croissance des mollusques.

Le gouvernement du Canada continuera de transmettre aux Canadiens tout nouveau renseignement produit par cette enquête.

Renseignements supplémentaires

Renseignements aux médias

Agence de la santé publique du Canada
Relations avec les médias
613-957-2983

Renseignements au public
Ligne sans frais : 1-866-225-0709
Courriel : Info@hc-sc.gc.ca

Le 17 mai 2018 - Mise à jour

Le présent avis a été mis à jour pour indiquer que l’éclosion semble être terminée. L’enquête se poursuit pour permettre aux partenaires de continuer de collaborer et d’échanger de l’information à propos de la possible source de contamination des huîtres provenant du sud et du centre de la région du détroit de Baynes.

Pourquoi tenir compte du présent avis?

L’Agence de la santé publique du Canada collabore avec ses partenaires fédéraux et provinciaux en santé publique pour faire enquête, dans trois provinces, sur des cas de maladie gastro-intestinale et d’infection à norovirus qui sont liés à des huîtres crues de la Colombie-Britannique. Il a été établi que des huîtres crues étaient à l’origine de la maladie et on tente toujours d’établir la cause de la contamination. Des fermes ostréicoles en Colombie‑Britannique qui ont été associées à des cas de la présente éclosion ont été fermées, et continuent de l’être, dans le cadre de l’enquête. Ces fermetures ont pour objectif d’empêcher que des cas supplémentaires de la maladie se déclarent. Puisqu’aucun cas de maladie n’a été signalé depuis la mi-avril, l’éclosion semble être terminée. L’enquête sur l’éclosion se poursuivra pour permettre aux partenaires de continuer de collaborer et d’échanger de l’information à propos de la possible source de contamination des huîtres provenant du sud et du centre de la région du détroit de Baynes.

Même si l’éclosion semble être terminée, il s’agit d’un rappel qu’il est notoire que les huîtres risquent de provoquer des maladies d’origine alimentaire si elles sont consommées crues. Pour éviter les maladies à norovirus, il faut s’assurer que les huîtres sont cuites à une température de cuisson interne de 90 °C (194 °F) pendant au moins 90 secondes et adopter des pratiques de lavage des mains et de salubrité des aliments adéquates.

Que sont les norovirus?

Les norovirus sont un groupe de virus qui provoquent la gastro-entérite chez l’humain; cette maladie est généralement accompagnée d’une diarrhée ou de vomissements, qui en sont les principaux symptômes. Les norovirus sont présents dans les selles ou les vomissures des personnes infectées. Comme ils sont très contagieux, ils peuvent se propager facilement d’une personne à l’autre. Certains aliments peuvent être contaminés à la source. Par exemple, des mollusques, comme les huîtres, peuvent avoir été contaminés par la présence d’eaux usées avant leur récolte.

Résumé de l'enquête

Au total, 176 cas de maladie gastro-intestinale liés à la consommation d’huîtres ont été signalés dans trois provinces : la Colombie‑Britannique (137), l’Alberta (14) et l’Ontario (25). Aucun décès n’a été signalé. Les personnes sont devenues malades entre la mi-mars et la mi-avril 2018. La majorité des personnes qui ont été malades ont déclaré avoir mangé des huîtres crues du sud et du centre du détroit de Baynes, en Colombie-Britannique, avant l’apparition des symptômes. Bien que tous les cas de maladie n’aient pas fait l’objet de tests, les tests effectués dans plusieurs cas ont confirmé l’existence d’une infection à norovirus. La consommation d’huîtres contaminées a été soupçonnée d’être la cause de la maladie dans les cas n’ayant pas fait l’objet de tests.

L’enquête sur la salubrité des aliments menée pour déterminer la cause de la contamination est en cours. En vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé, les fermes conchylicoles concernées, dans lesquelles des huîtres sont récoltées en Colombie-Britannique, ont été fermées et le demeurent pour le moment. De plus amples renseignements sur la situation des établissements conchylicoles en Colombie-Britannique sont accessibles à partir des sites Web dont les liens figurent à la fin du présent avis.

Qui est le plus à risque?

Les maladies gastro-intestinales aiguës telles que les infections à norovirus sont courantes en Amérique du Nord. Elles sont très contagieuses et elles touchent tous les groupes d’âge. Toutefois, les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les jeunes enfants et les personnes âgées sont les plus exposés au risque de développer des complications graves, comme la déshydratation.

Que devriez-vous faire pour protéger votre santé?

Même si l’éclosion semble être terminée, les Canadiens devraient garder à l’esprit les risques associés à la consommation d’huîtres crues ou à demi cuites. Les aliments contaminés par des norovirus peuvent avoir une apparence normale, dégager une odeur normale et présenter un goût normal. Les pratiques qui suivent concernant la manipulation sûre des aliments réduiront vos risques de contracter une maladie.

  • Assurez-vous que les huîtres sont entièrement cuites avant de les consommer. Une cuisson légère ne tue pas les norovirus. Il faut cuire les huîtres jusqu'à ce qu'elles atteignent une température interne de 90 °C (194 °F) pendant un minimum de 90 secondes pour tuer les norovirus.
  • Jetez toutes les huîtres qui ne se sont pas ouvertes pendant la cuisson.
  • Mangez les huîtres tout de suite après la cuisson et réfrigérez celles qui restent.
  • Séparez toujours les huîtres cuites et les huîtres crues pour éviter que les unes contaminent les autres.
  • N'utilisez pas la même assiette ni les mêmes ustensiles pour les mollusques crus et cuits, et lavez les comptoirs et les ustensiles avec du savon et de l'eau chaude après la préparation.
  • Lavez-vous soigneusement les mains avec du savon avant de manipuler des aliments et après l'avoir fait. Après avoir préparé des aliments crus, lavez et désinfectez les comptoirs, les planches à découper, les couteaux et les autres ustensiles utilisés.

Les norovirus peuvent être transmis par des personnes atteintes de la maladie et peuvent survivre dans des niveaux de chlore relativement élevés et à des températures variables. Les pratiques de nettoyage et de désinfection sont essentielles à la prévention de nouvelles infections dans votre foyer.

  • Nettoyez à fond les surfaces contaminées et désinfectez-les avec un javellisant au chlore, notamment après un épisode de maladie.
  • Si vous avez vomi ou que vous avez eu une diarrhée, enlevez et lavez immédiatement tout vêtement ou linge de maison qui peut avoir été contaminé par le virus (utilisez de l'eau chaude et du savon).
  • Si on vous a diagnostiqué une infection à norovirus ou une autre maladie gastro-intestinale, évitez de préparer des aliments ou de verser des boissons à d'autres personnes pendant que vous présentez des symptômes, et dans les 48 heures suivant votre guérison.

Symptômes

Les personnes qui contractent une infection à norovirus développent habituellement des symptômes de gastro-entérite dans une période de 24 à 48 heures, mais les symptômes peuvent se manifester aussi tôt que 12 heures après l'exposition. La maladie commence souvent de manière subite. Même si vous avez déjà contracté la maladie, le norovirus peut toujours vous réinfecter.

Les principaux symptômes d'une infection à norovirus sont :

  • diarrhée;
  • vomissements (les enfants vomissent habituellement plus que les adultes);
  • nausée;
  • crampes abdominales.

D'autres symptômes peuvent se manifester, notamment :

  • légère fièvre;
  • mal de tête;
  • frissons;
  • douleurs musculaires;
  • fatigue (sensation de fatigue générale).

La plupart des gens se sentent mieux au bout d'une ou deux journées, les symptômes se résorbant d'eux-mêmes et ils ressentent des effets sur leur santé à long terme. Les personnes atteintes doivent boire beaucoup de liquide, pour remplacer les fluides corporels perdus et éviter la déshydratation, comme c'est le cas pour toute maladie causant une diarrhée ou des vomissements. Dans des cas graves, il peut s'avérer nécessaire d'hospitaliser les patients et leur administrer des fluides par intraveineuse. Si vous présentez des symptômes graves d'infection à norovirus, consultez votre fournisseur de soins de santé.

Que fait le gouvernement du Canada?

Le gouvernement du Canada a à cœur la salubrité des aliments. L'Agence de la santé publique du Canada dirige le volet sur la santé humaine de l'enquête liée à une éclosion et communique régulièrement avec ses partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux afin de surveiller l'éclosion et de prendre des mesures concertées pour la combattre.

Santé Canada effectue des évaluations des risques pour la santé afin de déterminer si la présence de certaines substances ou de certains microorganismes dans les aliments constitue un risque pour la santé des consommateurs.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) mène des enquêtes sur la salubrité des aliments afin de trouver la source alimentaire possible de l'éclosion. L'ACIA surveille également la présence de biotoxines dans les mollusques dans les zones de cueillette et est chargée d'agréer et d'inspecter les établissements de transformation du poisson, des mollusques et des crustacés. L'ACIA peut recommander que les sites ou les zones affectées soient ouverts ou fermés en fonction de l'information épidémiologique, des résultats des essais sur des échantillons et (ou) des renseignements pertinents sur les zones de cueillette.

Pêches et Océans Canada est responsable de l'ouverture et de la fermeture des zones de cueillette de mollusques et de crustacés. Le Ministère est aussi responsable de l'imposition de fermetures en vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé.

Dans le cadre du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM), Environnement et Changement climatique Canada surveille les sources de pollution et les conditions sanitaires dans les zones de croissance des mollusques.

Le gouvernement du Canada continuera de transmettre aux Canadiens tout nouveau renseignement produit par cette enquête.

Renseignements supplémentaires

Renseignements aux médias

Agence de la santé publique du Canada
Relations avec les médias
613-957-2983

Renseignements au public

Ligne sans frais : 1-866-225-0709
Courriel : Info@hc-sc.gc.ca

27 avril 2018 – Mise à jour

Le présent avis a été mis à jour pour inclure d’autres cas de maladie liés à cette éclosion. Au cours de la dernière semaine, l’Agence de la santé publique du Canada a constaté une diminution du nombre de cas signalés à l’équipe chargée de l’enquête sur l’éclosion, ce qui indique que l’éclosion pourrait être en perte de vitesse. L’enquête se poursuit et les résultats obtenus jusqu’à présent révèlent que la majorité des personnes qui ont été malades ont contracté l’infection après avoir consommé des huîtres provenant du sud et du centre du détroit de Baynes, en Colombie Britannique. L’enquête pour déterminer la source précise de contamination touchant les fermes conchylicoles de cette région est en cours.

Pourquoi tenir compte du présent avis?

L’Agence de la santé publique du Canada collabore avec ses partenaires fédéraux et provinciaux en santé publique pour faire enquête, dans trois provinces, sur des cas de maladie gastro-intestinale et d’infection à norovirus qui sont liés à des huîtres crues de la Colombie-Britannique. Il a été établi que des huîtres crues étaient à l’origine de la maladie et on tente toujours d’établir la cause de la contamination. À l’heure actuelle, des fermes ostréicoles en Colombie-Britannique qui ont été associées à des cas de la présente éclosion ont été fermées dans le cadre de l’enquête. Ces fermetures ont pour objectif d’empêcher que des cas supplémentaires de la maladie se déclarent. L’enquête sur l’éclosion est en cours, et des mesures supplémentaires destinées à protéger la santé publique seront prises au besoin. Le présent avis de santé publique sera mis à jour quand de nouveaux renseignements seront connus.

Le risque pour les Canadiens est faible. Il est notoire que les huîtres risquent de provoquer des maladies d’origine alimentaire si elles sont consommées crues. Il est possible d’éviter les maladies à norovirus en s’assurant que les huîtres sont cuites à une température de cuisson interne de 90 °C (194 °F) pendant au moins 90 secondes et en suivant les pratiques appropriées de lavage des mains et de salubrité des aliments.

Que sont les norovirus?

Les norovirus sont un groupe de virus qui provoquent la gastro-entérite chez l’homme; cette maladie est généralement accompagnée d’une diarrhée ou de vomissements, qui en sont les principaux symptômes. Les norovirus sont présents dans les selles ou les vomissures des personnes infectées. Comme ils sont très contagieux, ils peuvent se propager facilement d’une personne à l’autre. Certains aliments peuvent être contaminés à la source. Par exemple, des mollusques, comme les huîtres, peuvent avoir été contaminés par la présence d’eaux usées avant leur récolte.

Résumé de l’enquête

En ce moment, au total, 172 cas de maladie gastro-intestinale reliée à la consommation d’huîtres ont été signalés dans trois provinces : la Colombie Britannique (132), l’Alberta (15) et l’Ontario (25). Aucun décès n’a été déclaré. Les personnes sont tombées malades entre la mi-mars et la mi-avril 2018. Au cours de la dernière semaine, l’Agence de la santé publique du Canada a constaté une diminution du nombre de cas signalés à l’équipe chargée de l’enquête sur l’éclosion, ce qui indique que l’éclosion pourrait être en perte de vitesse. La majorité des personnes qui ont été malades ont déclaré avoir mangé des huîtres crues du sud et du centre du détroit de Baynes, en Colombie-Britannique, avant l’apparition des symptômes. Bien que tous les cas de maladie n’aient pas fait l’objet de tests, les tests effectués dans plusieurs cas ont confirmé l’existence d’une infection à norovirus. La consommation d’huîtres contaminées est soupçonnée être la cause de la maladie dans les cas n’ayant pas fait l’objet de tests.

L’enquête sur la salubrité des aliments menée pour déterminer la cause de la contamination est en cours. En vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé, il a été mis fin pour l’instant à la récolte dans les fermes conchylicoles impliquées, dans lesquelles des huîtres sont récoltées en Colombie-Britannique. De plus amples renseignements sur la situation des établissements conchylicoles en Colombie-Britannique sont accessibles à partir des sites Web dont les liens figurent à la fin du présent avis.

Qui est le plus à risque?

Les maladies gastro-intestinales aiguës telles que les infections à norovirus sont courantes en Amérique du Nord. Elles sont très contagieuses et elles touchent tous les groupes d’âge. Toutefois, les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les jeunes enfants et les personnes âgées sont les plus exposés au risque de développer des complications graves, comme la déshydratation.

Que devriez-vous faire pour protéger votre santé?

L’éclosion se poursuit, ce qui indique que des huîtres contaminées pourraient encore se trouver sur le marché (y compris dans les marchés de fruits de mer, les restaurants et les épiceries). Faites attention aux risques associés à la consommation d’huîtres crues ou à demi cuites. Les aliments contaminés par des norovirus peuvent avoir une apparence normale, dégager une odeur normale et présenter un goût normal. Les pratiques qui suivent concernant la manipulation sûre des aliments réduiront vos risques de contracter une maladie.

  • Assurez-vous que les huîtres sont entièrement cuites avant de les consommer. Une cuisson légère ne tue pas les norovirus. Il faut cuire les huîtres jusqu’à ce qu’elles atteignent une température interne de 90 °C (194 °F) pendant un minimum de 90 secondes pour tuer les norovirus.
  • Jetez toutes les huîtres qui ne se sont pas ouvertes pendant la cuisson.
  • Mangez les huîtres tout de suite après la cuisson et réfrigérez celles qui restent.
  • Séparez toujours les huîtres cuites et les huîtres crues pour éviter que les unes contaminent les autres.
  • N’utilisez pas la même assiette ni les mêmes ustensiles pour les mollusques crus et cuits, et lavez les comptoirs et les ustensiles avec du savon et de l’eau chaude après la préparation.
  • Lavez-vous soigneusement les mains avec du savon avant de manipuler des aliments et après l’avoir fait. Après avoir préparé des aliments crus, lavez et désinfectez les comptoirs, les planches à découper, les couteaux et les autres ustensiles utilisés.

Les norovirus peuvent être transmis par des personnes atteintes de la maladie et peuvent survivre dans des niveaux de chlore relativement élevés et à des températures variables. Les pratiques de nettoyage et de désinfection sont essentielles à la prévention de nouvelles infections dans votre foyer.

  • Nettoyez à fond les surfaces contaminées et désinfectez-les avec un javellisant au chlore, notamment après un épisode de maladie.
  • Si vous avez vomi ou que vous avez eu une diarrhée, enlevez et lavez immédiatement tout vêtement ou linge de maison qui peut avoir été contaminé par le virus (utilisez de l’eau chaude et du savon).
  • Si on vous a diagnostiqué une infection à norovirus ou une autre maladie gastro-intestinale, évitez de préparer des aliments ou de verser des boissons à d’autres personnes pendant que vous présentez des symptômes, et dans les 48 heures suivant votre guérison.

Symptômes

Les personnes qui contractent une infection à norovirus développent habituellement des symptômes de gastro-entérite dans une période de 24 à 48 heures, mais les symptômes peuvent se manifester aussi tôt que 12 heures après l’exposition. La maladie commence souvent de manière subite. Même si vous avez déjà contracté la maladie, le norovirus peut toujours vous réinfecter.

Les principaux symptômes d’une infection à norovirus sont :

  • diarrhée;
  • vomissements (les enfants vomissent habituellement plus que les adultes);
  • nausée;
  • crampes abdominales.

D’autres symptômes peuvent se manifester, notamment :

  • légère fièvre;
  • mal de tête;
  • frissons;
  • douleurs musculaires;
  • fatigue (sensation de fatigue générale).

La plupart des gens se sentent mieux au bout d’une ou deux journées, les symptômes se résorbant d’eux-mêmes et ils ressentent des effets sur leur santé à long terme. Les personnes atteintes doivent boire beaucoup de liquide, pour remplacer les fluides corporels perdus et éviter la déshydratation, comme c’est le cas pour toute maladie causant une diarrhée ou des vomissements. Dans des cas graves, il peut s’avérer nécessaire d’hospitaliser les patients et leur administrer des fluides par intraveineuse. Si vous présentez des symptômes graves d’infection à norovirus, consultez votre fournisseur de soins de santé.

Que fait le gouvernement du Canada?

Le gouvernement du Canada a à cœur la salubrité des aliments. L’Agence de la santé publique du Canada dirige le volet sur la santé humaine de l’enquête liée à une éclosion et communique régulièrement avec ses partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux afin de surveiller l’éclosion et de prendre des mesures concertées pour la combattre.

Santé Canada effectue des évaluations des risques pour la santé afin de déterminer si la présence de certaines substances ou de certains microorganismes dans les aliments constitue un risque pour la santé des consommateurs.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) mène des enquêtes sur la salubrité des aliments afin de trouver la source alimentaire possible de l’éclosion. L’ACIA surveille également la présence de biotoxines dans les mollusques dans les zones de cueillette et est chargée d’agréer et d’inspecter les établissements de transformation du poisson, des mollusques et des crustacés. L’ACIA peut recommander que les sites ou les zones affectées soient ouverts ou fermés en fonction de l’information épidémiologique, des résultats des essais sur des échantillons et (ou) des renseignements pertinents sur les zones de cueillette.

Pêches et Océans Canada est responsable de l’ouverture et de la fermeture des zones de cueillette de mollusques et de crustacés. Le Ministère est aussi responsable de l’imposition de fermetures en vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé.

Dans le cadre du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM), Environnement et Changement climatique Canada surveille les sources de pollution et les conditions sanitaires dans les zones de croissance des mollusques.

Le gouvernement du Canada continuera de transmettre aux Canadiens tout nouveau renseignement produit par cette enquête.

Renseignements supplémentaires

Renseignements aux médias

Agence de la santé publique du Canada
Relations avec les médias
613-957-2983

Renseignements au public

Ligne sans frais : 1-866-225-0709
Courriel : Info@hc-sc.gc.ca

16 avril 2018 – Avis originel

Pourquoi tenir compte du présent avis?

L’Agence de la santé publique du Canada collabore avec ses partenaires fédéraux et provinciaux en santé publique pour faire enquête, dans trois provinces, sur des cas de maladie gastro-intestinale et d’infection à norovirus qui sont liés à des huîtres crues de la Colombie-Britannique. Il a été établi que des huîtres crues étaient à l’origine de la maladie, mais la cause de la contamination n’a pas été déterminée. À l’heure actuelle, des fermes ostréicoles en Colombie-Britannique qui ont été associées à des cas de la présente éclosion ont été fermées dans le cadre de l’enquête. Ces fermetures ont pour objectif d’empêcher que des cas supplémentaires de la maladie se déclarent. L’enquête sur l’éclosion est en cours, et des mesures supplémentaires destinées à protéger la santé publique seront prises au besoin. Le présent avis de santé publique sera mis à jour quand de nouveaux renseignements seront connus.

Le risque pour les Canadiens est faible. Il est notoire que les huîtresrisquent de provoquer des maladies d’origine alimentaire si elles sont consommées crues. Il est possible d’éviter les maladies à norovirus en s’assurant que les huîtres sont cuites à une température de cuisson interne de 90 °C (194 °F) pendant au moins 90 secondes et en suivant les pratiques appropriées de lavage des mains et de salubrité des aliments.

Que sont les norovirus?

Les norovirus sont un groupe de virus qui provoquent la gastro-entérite chez l’homme; cette maladie est généralement accompagnée d’une diarrhée ou de vomissements, qui en sont les principaux symptômes. Les norovirus sont présents dans les selles ou les vomissures des personnes infectées. Comme ils sont très contagieux, ils peuvent se propager facilement d’une personne à l’autre. Certains aliments peuvent être contaminés à la source. Par exemple, des mollusques, comme les huîtres, peuvent avoir été contaminés par la présence d’eaux usées avant leur récolte.

Résumé de l’enquête

En ce moment, au total, 126 cas de maladie gastro-intestinale reliée à la consommation d’huîtres ont été signalés dans trois provinces : la Colombie‑Britannique (92), l’Alberta (9) et l’Ontario (25). Aucun décès n’a été déclaré. Les personnes sont tombées malades entre la mi-mars et le début d’avril 2018. Les personnes qui ont été malades ont déclaré avoir mangé des huîtres crues de la Colombie-Britannique dans les 12 à 48 heures précédant l’apparition des symptômes. Bien que tous les cas de maladie n’aient pas fait l’objet de tests, les tests effectués dans plusieurs cas ont confirmé l’existence d’une infection à norovirus. La consommation d’huîtres contaminées est soupçonnée être la cause de la maladie dans les cas n’ayant pas fait l’objet de tests.

L’enquête sur la salubrité des aliments menée pour déterminer la cause de la contamination est en cours. En vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé, il a été mis fin pour l’instant à la récolte dans les fermes conchylicoles impliquées, dans lesquelles des huîtres sont récoltées en Colombie-Britannique. De plus amples renseignements sur la situation des établissements conchylicoles en Colombie-Britannique sont accessibles à partir des sites Web dont les liens figurent à la fin du présent avis.

Qui est le plus à risque?

Les maladies gastro-intestinales aiguës telles que les infections à norovirus sont courantes en Amérique du Nord. Elles sont très contagieuses et elles touchent tous les groupes d’âge. Toutefois, les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les jeunes enfants et les personnes âgées sont les plus exposés au risque de développer des complications graves, comme la déshydratation.

Que devriez-vous faire pour protéger votre santé?

L’éclosion se poursuit, ce qui indique que des huîtres contaminées se trouvent encore sur le marché (y compris des marchés de fruits de mer, des restaurants et des épiceries). Faites attention aux risques associés à la consommation d’huîtres crues ou à demi cuites. Les aliments contaminés par des norovirus peuvent avoir une apparence normale, dégager une odeur normale et présenter un goût normal. Les pratiques qui suivent concernant la manipulation sûre des aliments réduiront vos risques de contracter une maladie.

  • Assurez-vous que les huîtres sont entièrement cuites avant de les consommer. Une cuisson légère ne tue pas les norovirus. Il faut cuire les huîtres jusqu’à ce qu’elles atteignent une température interne de 90 °C (194 °F) pendant un minimum de 90 secondes pour tuer les norovirus.
  • Jetez toutes les huîtres qui ne se sont pas ouvertes pendant la cuisson.
  • Mangez les huîtres tout de suite après la cuisson et réfrigérez celles qui restent.
  • Séparez toujours les huîtres cuites et les huîtres crues pour éviter que les unes contaminent les autres.
  • N’utilisez pas la même assiette ni les mêmes ustensiles pour les mollusques crus et cuits, et lavez les comptoirs et les ustensiles avec du savon et de l’eau chaude après la préparation.
  • Lavez-vous soigneusement les mains avec du savon avant de manipuler des aliments et après l’avoir fait. Après avoir préparé des aliments crus, lavez et désinfectez les comptoirs, les planches à découper, les couteaux et les autres ustensiles utilisés.

Les norovirus peuvent être transmis par des personnes atteintes de la maladie et peuvent survivre dans des niveaux de chlore relativement élevés et à des températures variables. Les pratiques de nettoyage et de désinfection sont essentielles à la prévention de nouvelles infections dans votre foyer.

  • Nettoyez à fond les surfaces contaminées et désinfectez-les avec un javellisant au chlore, notamment après un épisode de maladie.
  • Si vous avez vomi ou que vous avez eu une diarrhée, enlevez et lavez immédiatement tout vêtement ou linge de maison qui peut avoir été contaminé par le virus (utilisez de l’eau chaude et du savon).
  • Si on vous a diagnostiqué une infection à norovirus ou une autre maladie gastro-intestinale, évitez de préparer des aliments ou de verser des boissons à d’autres personnes pendant que vous présentez des symptômes, et dans les 48 heures suivant votre guérison.

Symptômes

Les personnes qui contractent une infection à norovirus développent habituellement des symptômes de gastro-entérite dans une période de 24 à 48 heures, mais les symptômes peuvent se manifester aussi tôt que 12 heures après l’exposition. La maladie commence souvent de manière subite. Même si vous avez déjà contracté la maladie, le norovirus peut toujours vous réinfecter.

Les principaux symptômes d’une infection à norovirus sont :

  • diarrhée;
  • vomissements (les enfants vomissent habituellement plus que les adultes);
  • nausée;
  • crampes abdominales.

D’autres symptômes peuvent se manifester, notamment :

  • légère fièvre;
  • mal de tête;
  • frissons;
  • douleurs musculaires;
  • fatigue (sensation de fatigue générale).

La plupart des gens se sentent mieux au bout d’une ou deux journées, les symptômes se résorbant d’eux-mêmes et ils ressentent des effets sur leur santé à long terme. Les personnes atteintes doivent boire beaucoup de liquide, pour remplacer les fluides corporels perdus et éviter la déshydratation, comme c’est le cas pour toute maladie causant une diarrhée ou des vomissements. Dans des cas graves, il peut s’avérer nécessaire d’hospitaliser les patients et leur administrer des fluides par intraveineuse. Si vous présentez des symptômes graves d’infection à norovirus, consultez votre fournisseur de soins de santé.

Que fait le gouvernement du Canada?

Le gouvernement du Canada a à cœur la salubrité des aliments. L’Agence de la santé publique du Canada dirige le volet sur la santé humaine de l’enquête liée à une éclosion et communique régulièrement avec ses partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux afin de surveiller l’éclosion et de prendre des mesures concertées pour la combattre.

Santé Canada effectue des évaluations des risques pour la santé afin de déterminer si la présence de certaines substances ou de certains microorganismes dans les aliments constitue un risque pour la santé des consommateurs.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) mène des enquêtes sur la salubrité des aliments afin de trouver la source alimentaire possible de l’éclosion. L’ACIA surveille également la présence de biotoxines dans les mollusques dans les zones de cueillette et est chargée d’agréer et d’inspecter les établissements de transformation du poisson, des mollusques et des crustacés. L’ACIA peut recommander que les sites ou les zones affectées soient ouverts ou fermés en fonction de l’information épidémiologique, des résultats des essais sur des échantillons et (ou) des renseignements pertinents sur les zones de cueillette.

Pêches et Océans Canada est responsable de l’ouverture et de la fermeture des zones de cueillette de mollusques et de crustacés. Le Ministère est aussi responsable de l’imposition de fermetures en vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur la gestion de la pêche du poisson contaminé.

Dans le cadre du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM), Environnement et Changement climatique Canada surveille les sources de pollution et les conditions sanitaires dans les zones de croissance des mollusques.

Le gouvernement du Canada continuera de transmettre aux Canadiens tout nouveau renseignement produit par cette enquête.

Renseignements supplémentaires

Renseignements aux médias

Agence de la santé publique du Canada
Relations avec les médias
613-957-2983

Renseignements au public

Ligne sans frais : 1-866-225-0709
Courriel : Info@hc-sc.gc.ca

Avis concernant la santé publique

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :