Le point sur l’éclosion de maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo 

Situation actuelle

Le 1er août 2018, le ministère de la Santé de la République démocratique du Congo (RDC) a annoncé la présence d’une grappe de cas de maladie à virus Ebola (MVE) dans la zone de santé de Mabalako, dans la province du Nord-Kivu, près de la frontière ougandaise. Il s’agit de la dixième éclosion de MVE en RDC depuis la découverte du virus en 1976. La dernière éclosion de MVE a eu lieu en mai 2018, et sa fin a été annoncée le 24 juillet 2018.

Même si le risque de propagation à l'échelle internationale est faible, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déterminé que le risque pour la santé publique est élevé à l’échelle nationale et régionale en raison du déplacement de réfugiés, de la situation en matière de sécurité et de la présence de multiples épidémies (de choléra, de rougeole et de variole du singe, entre autres) dans la région.

Le gouvernement du Canada surveille la situation de près l’évolution de la situation et de l’intervention connexe, et fournit aux Canadiens qui voyagent ou qui travaillent en RDC des conseils sur les mesures de protection individuelle.

Causes

La maladie à virus Ebola (MVE) est une maladie virale rare mais grave (le taux de mortalité chez les humains varie entre 25 et 90 %). Bien que le bassin naturel du virus se trouve chez les animaux, les humains peuvent être infectés par contact avec le sang, les organes, les fluides corporels ou d'autres sécrétions d'animaux infectés.  Une fois présente chez les humains, la MVE se propage principalement de personne à personne par contact étroit avec les fluides ou les sécrétions des personnes infectées. On n'a fait état d'aucune transmission par contact occasionnel ou par voie aérienne.‎

Vaccination

La vaccination est l'une des mesures de prévention et de lutte contre l'infection employées pour contrer les récentes éclosions de maladie à virus Ebola (MVE). Des partenaires en santé publique de la RDC ont maintenant entamé une campagne de vaccination au moyen du vaccin contre la MVE appelé rVSV-ZEBOV, mis au point par des chercheurs du Laboratoire national de microbiologie (LNM) de l'Agence de la santé publique du Canada.

Parce que le vaccin est offert en quantité limitée et que le risque est faible et peut être atténué par des mesures de protection individuelle, le vaccin n'est pas offert ni recommandé aux voyageurs et aux autres Canadiens qui vivent ou travaillent en RDC.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :