Variole simienne : Modes de transmission, prévention et risques

Le 28 novembre 2022, l'Organisation mondiale de la santé a commencé à utiliser « mpox » comme terme privilégié pour désigner la variole simienne. Nous mettrons à jour notre contenu pour refléter ce changement.

Sur cette page

Modes de transmission de la variole simienne

Les données actuelles semblent indiquer que la variole simienne se propage de 3 façons :

Les autorités sanitaires du Canada et de l'étranger surveillent la situation à mesure qu'elle évolue. Nous continuons de recueillir des renseignements sur la façon dont le virus se propage en ce moment, y compris les éléments suivants :

Transmission entre personnes

La variole simienne peut se propager entre personnes par contact avec les lésions ou les croûtes d’une personne infectée, qui peuvent se trouver sur la peau ou sur les surfaces muqueuses comme :

Elle peut également se propager par contact avec les liquides corporels d'une personne infectée, comme le sang, la salive et le sperme.

Par exemple :

Le virus peut se propager par les particules respiratoires, notamment lorsque vous parlez, respirez, toussez ou éternuez, lors d'un contact étroit. Mais, nous continuons de recueillir des renseignements au sujet de ce mode de transmission.

Nous ne savons pas encore si une personne infectée qui ne présente aucun symptôme peut transmettre le virus à d'autres personnes.

Une personne enceinte infectée peut également transmettre le virus à son fœtus en développement à travers le placenta.

Pour en savoir plus :

Objets contaminés

Vous pourriez également être infecté en entrant en contact direct avec des objets personnels utilisés par une personne infectée, notamment :

  • les vêtements
  • la literie
  • les serviettes
  • d'autres objets partagés, par exemple les :
    • rasoirs
    • ustensiles
    • aiguilles
    • jouets sexuels
    • brosses à dents

Transmission des animaux aux humains

À l’heure actuelle, les animaux ne contribuent pas à la propagation de la variole simienne au Canada.

Cependant, la transmission de la variole simienne aux humains par des rongeurs et des singes sauvages a été signalée en Afrique occidentale et centrale.

Une épidémie de variole simienne a également été déclarée aux États-Unis en 2003 après l’importation de petits mammifères infectés provenant d’Afrique pour le commerce des animaux de compagnie. Ils ont infecté des chiens de prairie, ici gardés comme animaux de compagnie, avec lesquels ils étaient hébergés, ce qui a entraîné une éclosion de 47 cas chez les humains.

Voici quelques-unes des activités qui ont pu contribuer à la transmission du virus des animaux infectés à des humains :

  • La consommation de viande de gibier pas assez cuite
  • La chasse et la transformation d’animaux pour la consommation
  • L’exposition à des fluides corporels, par exemple lors du nettoyage
  • Le fait de toucher ou de manipuler des animaux vivants ou morts, surtout s’il y a eu des morsures ou des griffures lors de la manipulation

Pour en savoir plus :

Risque de contracter la variole simienne

N'importe qui peut contracter et propager la variole simienne s'il entre en contact étroit avec une personne atteinte du virus, indépendamment de :

Depuis mai 2022, on recense des cas de variole simienne dans plusieurs pays où cette maladie n'est habituellement pas présente, y compris au Canada.

À l'heure actuelle, le virus se transmet entre personnes au Canada. Comme dans d'autres pays au cours de cette éclosion, la majorité des cas recensés au Canada sont pour le moment des hommes qui ont déclaré avoir eu des contacts sexuels intimes avec d'autres hommes. Toutefois, il est important de souligner que le risque d'exposition à la variole simienne n'est exclusif à aucun groupe ou milieu.

Le fait d'avoir plusieurs partenaires sexuels peut augmenter votre risque global d'infection.

Les autorités sanitaires provinciales, territoriales et locales continuent de surveiller les cas de variole simienne au Canada et d'enquêter sur ceux-ci à mesure que la situation évolue. L'Agence de la santé publique du Canada met à jour ces renseignements lorsqu'ils deviennent disponibles.

Prévenir la propagation de la variole simienne

Vous pouvez contribuer à réduire le risque de contracter le virus de la variole simienne ou de le propager :

Pour en savoir plus :

Pour réduire votre risque global d'être infecté par le virus de la variole simienne et de le propager, comme pour d'autres infections transmises sexuellement, nous vous recommandons :

Si vous pensez avoir été infecté par le virus de la variole simienne, renseignez-vous sur ce qui suit :

Milieux communautaires

Si vous gérez un milieu communautaire autre qu’un établissement de soins de santé accessible au public, vous devriez :

Pour en savoir plus :

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :