Réagir à la syphilis au Canada (feuillet d'information)

vignette

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 308 Ko, 1 page)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Date de publication : janvier 2020

Le nombre de cas de syphilis connaît une augmentation considérable.

Des éclosions ont été signalées dans huit provinces et territoires, ainsi que dans certaines communautés autochtones.

Figure 1. Carte des éclosions de syphilis

Figure 1

Figure 1 : Équivalent textuel

Changements dans les taux provinciaux et territoriaux (%) de 2014 à 2018 :

  • Les taux de syphilis infectieuse ont augmenté de 2014 à 2018 dans la plupart des provinces et des territoires.
  • Huit provinces et territoires connaissent des éclosions.
  • Des augmentations dans les taux de syphilis infectieuse supérieures à la moyenne canadienne de 151 % ont été rapportées par l'Alberta (831 %), les Territoires du Nord-Ouest (550 %), le Manitoba (538 %) et la Saskatchewan (393 %).
  • Des augmentations dans les taux de syphilis infectieuse inférieures à la moyenne canadienne ont été rapportées par l'Ontario (106 %), la Colombie-Britannique (68 %), le Québec (59 %), Terre-Neuve-et-Labrador (59 %) et le Nunavut (14 %).
  • Trois provinces ont enregistré une baisse de taux depuis 2014 : l'Île-du-Prince-Édouard (-58 %), la Nouvelle-Écosse (-53 %) et le Nouveau-Brunswick (-23 %).
  • Le territoire du Yukon a connu une augmentation de taux depuis 2014, mais puisque le taux pour 2014 était de 0, l'augmentation relative ne peut être calculée.

Avant 2014, plus de 90 % des cas touchaient les hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (gbHARSAH).

De plus en plus d'hommes hétérosexuels reçoivent un diagnostic de syphilis, et l'incidence chez les femmes a triplé au cours des cinq dernières années.

En 2018, le nombre de cas de syphilis congénitale a été le plus élevé jamais signalé, et on s'attend à ce qu'il ait triplé en 2019.

La syphilis est un important problème de santé publique, car elle peut engendrer une morbidité considérable, tel que des neuropathologies, une diminution de l'acuité visuelle et de l'audition, ainsi qu'une syphilis congénitale (mortinaissance et anomalies). Elle peut accroître le risque de transmission et d'acquisition du VIH.

Ce que les professionnels de la santé peuvent faire

Parler

Chaque rencontre est une occasion de dépister et de prévenir la syphilis.

Engagez la conversation: dites à vos patients que la syphilis est une maladie grave et qu'elle est en progression. Il est particulièrement important que les femmes en âge de procréer et leurs partenaires en soient conscients.

D'une manière sûre et respectueuse, faites-leur savoir que vous parlez à toutes les personnes sexuellement actives des sujets suivants :

  • Facteurs de risque - avoir des partenaires nouveaux, anonymes ou multiples ainsi que des relations sexuelles sans condom, la consommation de substances (p. ex. méthamphétamines) et (ou) les antécédents d'infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS).
  • Réduction des risques - encouragez les pratiques sexuelles à risque réduit (utilisation de condoms, réduction du nombre de partenaires) et le dépistage chez les couples.
  • Signes et symptômes - (p. ex. lésions, éruptions cutanées, ganglions enflés) et le fait que la syphilis peut être asymptomatique.

Dépister

Les patients ne sont peut-être pas conscients qu'ils ont été exposés et (ou) peuvent ignorer avoir des lésions.

Offrez le dépistage de la syphilis et d'autres ITSS aux personnes présentant des facteurs de risque, aux gbHARSAH et aux personnes vivant avec le VIH.

  • Répétez le dépistage chez les personnes présentant un risque persistant.
  • Offrez un test de grossesse aux femmes en âge de procréer ayant reçu un diagnostic de syphilis.

Le plus tôt possible, effectuez un dépistage de la syphilis chez toutes les femmes enceintes.

  • Répétez le dépistage entre la 28ème et la 32ème semaine de grossesse, ainsi que lors de l'accouchement pour les femmes présentant un risque persistant ou habitant dans une zone où on observe une éclosion.
  • Envisagez un dépistage plus fréquent chez les femmes présentant un risque élevé.

Procédez au dépistage chez tous les nourrissons nés d'une mère ayant reçu un diagnostic de syphilis au cours de la grossesse.

Prévenir

  • Amorcez un traitement empirique dans les cas de syphilis probables, particulièrement si le suivi ne peut pas être garanti.
  • Effectuez un dépistage du VIH chez tous les cas de syphilis.
  • Expliquez l'importance de la notification et du traitement des partenaires afin de prévenir la transmission et (ou) une réinfectionNote de bas de page *.
  • Réalisez des tests de suivi (sérologie) afin de vous assurer du succès du traitementNote de bas de page *.
  • Envisagez de traiter les personnes qui ont eu des contacts sexuels avec le cas index durant le délai de séroconversion de 90 jours, et ce, sans attendre les résultats des analyses.

Ressources

Note de bas de page *

Consultez les Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement ou ceux émises par les autorités de votre province ou territoire pour de l'information sur le traitement, les intervalles des tests suivant le traitement et les périodes de traçabilité.

Votre unité de santé publique locale peut vous aider à prendre en charge les cas et les sujets-contacts.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :