Chapitre 4 : Incidence du cancer au Canada : tendances et projections (1983-2032) – Cancer du sein (chez les femmes) - PSPMC: Volume 35, supplément 1, Printemps 2015

Chapitre 4: Projections par siège de cancer

10. Cancer du sein (chez les femmes)

Le cancer du sein est la forme de cancer diagnostiquée le plus souvent et la deuxième cause de décès attribuables à un cancer chez les femmes au Canada. Le risque à vie de développer un cancer du sein est estimé à 1 sur 9, et 1 femme sur 29 mourra de ce cancer.Note du fin du texte 1 Le nombre annuel moyen de nouveaux cas de cancer du sein chez les femmes, pour la période 2003-2007, s'élevait à 20 110 (tableau 4.10.1), ce qui représentait 13,0 % des nouveaux cas de cancer au Canada et 27,1 % de ceux décelés chez les femmes (figure 3.9).

TABLEAU 4.10.1
Nombre annuel moyen de nouveaux cas observés (2003-2007) et projetés, selon l'âge et la province ou les territoires combinés (TC), cancer du sein, femmes, Canada, 2003–2032
Période Âge Nouveaux cas
Can. C.-B. Alb. Sask. Man. Ont. Qc N.-B. N.-É. Î.-P.-É. T.-N.-L. TC

Abréviations : Can. = Canada, C.-B. = Colombie-Britannique, Alb. = Alberta, Sask. = Saskatchewan, Man. = Manitoba, Ont. = Ontario, Qc = Québec, N.-B. = Nouveau-Brunswick, N.-É. = Nouvelle-Écosse, Î.-P.-É. = Île-du-Prince-Édouard, T.-N.-L. = Terre-Neuve-et-Labrador, TC = Tous les territoires (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut).

Remarque : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

2003–07 <45 2 360 310 240 55 70 975 555 45 65 10 30 5
45–54 4 540 575 435 125 155 1 745 1 175 105 130 20 70 10
55–64 4 950 620 400 140 180 1 865 1 360 125 150 25 85 10
65–74 4 005 500 345 135 135 1 555 1 015 95 135 20 60 5
75–84 3 060 395 255 105 125 1 155 765 85 115 15 40 5
85+ 1 195 155 95 55 60 410 310 35 55 5 15 0
Total 20 110 2 555 1 770 615 730 7 705 5 175 490 645 90 300 40
2008–12 <45 2 135 285 225 45 70 935 445 40 50 5 25 5
45–54 4 805 635 475 125 150 1 910 1 160 110 145 20 65 15
55–64 5 850 750 495 165 210 2 715 1 575 150 180 30 95 15
65–74 4 735 600 400 145 155 1 805 1 255 115 155 25 85 5
75–84 3 050 375 260 105 110 1 170 785 80 110 15 45 5
85+ 1 360 180 110 60 60 505 335 45 55 5 15 0
Total 21 930 2 825 1 970 645 755 8 500 5 550 535 695 100 325 45
2013–17 <45 2 210 290 235 55 75 970 445 40 50 5 20 5
45–54 4 720 665 475 100 145 1 965 1 055 95 135 20 60 15
55–64 6 405 830 580 190 225 2 405 1 665 155 190 35 105 15
65–74 5 945 780 500 165 190 2 245 1 580 155 195 30 110 10
75–84 3 265 400 295 110 110 1 250 845 85 115 20 55 5
85+ 1 555 195 135 60 60 580 400 45 65 10 15 0
Total 24 100 3 160 2 220 685 805 9 415 5 985 585 750 115 370 55
2018–22 <45 2 490 325 255 65 85 1 085 485 35 50 5 20 5
45–54 4 350 635 455 85 145 1 915 880 90 115 15 50 15
55–64 6 950 945 645 195 225 2 695 1 720 170 210 35 105 20
65–74 6 935 930 615 200 220 2 605 1 805 180 225 40 135 15
75–84 3 965 500 365 125 130 1 490 1 050 105 140 25 80 5
85+ 1 680 210 150 60 65 630 440 50 65 10 20 0
Total 26 375 3 545 2 480 730 865 10 420 6 390 630 805 130 410 60
2023–27 <45 2 855 375 265 70 90 1 245 525 35 50 5 20 10
45–54 4 425 645 480 105 155 1 955 875 85 110 15 40 10
55–64 6 855 995 650 160 220 2 800 1 580 150 200 30 95 20
65–74 7 680 1 050 725 230 240 2 935 1 935 190 245 45 150 20
75–84 5 075 665 465 145 160 1 895 1 350 150 180 30 110 10
85+ 1 945 235 185 70 65 730 520 55 75 15 30 0
Total 28 835 3 970 2 770 780 935 11 565 6 785 670 865 145 445 70
2028–32 <45 3 090 390 265 65 95 1 295 525 35 50 5 15 10
45–54 4 990 745 525 125 175 2 240 975 80 115 15 40 15
55–64 6 385 965 625 140 220 2 755 1 340 135 170 25 80 15
65–74 8 385 1 200 810 240 240 3 310 2 015 205 270 50 150 20
75–84 5 970 795 575 175 190 2 230 1 565 170 210 40 135 15
85+ 2 435 310 230 80 80 900 670 75 90 20 40 5
Total 31 255 4 405 3 035 825 1 000 12 730 7 095 700 910 155 470 75

Le risque de développer un cancer du sein est fortement lié à l'âge. Au cours de cette période, 88 % des cas sont survenus chez les femmes de 45 ans et plus et 67 % chez les 45 à 74 ans. Le taux d'incidence montait en flèche jusqu'à l'âge de 65 ans, puis augmentait de façon moins marquée pour se stabiliser dans le groupe des 75 à 84 ans (tableau 4.10.2). Le taux de survie relative à cinq ans s'établissait à 88 % en 2006-2008.Note du fin du texte 1

TABLEAU 4.10.2
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) observés (2003–2007) et projetés, selon l'âge et la province ou les territoires combinés (TC), cancer du sein, femmes, Canada, 2003–2032
Période Âge TINA
Can. C.-B. Alb. Sask. Man. Ont. Qc N.-B. N.-É. Î.-P.-É. T.-N.-L. TC

Abréviations : Can. = Canada, C.-B. = Colombie-Britannique, Alb. = Alberta, Sask. = Saskatchewan, Man. = Manitoba, Ont. = Ontario, Qc = Québec, N.-B. = Nouveau-Brunswick, N.-É. = Nouvelle-Écosse, Î.-P.-É. = Île-du-Prince-Édouard, T.-N.-L. = Terre-Neuve-et-Labrador, TC = Tous les territoires (Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut).

2003–07 <45 21,8 21,7 21,3 18,2 19,3 22,7 22,3 18,3 20,3 17,5 16,3 16,2
45–54 182,2 171,0 177,1 170,1 182,4 185,7 191,2 170,4 171,6 161,1 156,4 170,1
55–64 278,7 256,0 264,2 284,8 296,0 279,9 295,2 275,0 256,4 286,0 256,4 294,1
65–74 338,4 318,0 357,9 363,6 328,9 341,4 336,4 321,2 361,2 357,6 316,7 318,1
75–84 352,7 340,5 377,4 344,7 365,6 342,8 354,6 391,0 419,8 406,1 329,8 426,8
85+ 348,0 322,9 347,3 341,8 374,2 327,6 379,7 387,7 424,7 353,9 246,9 579,2
Total 97,9 92,7 98,0 96,1 97,8 98,7 100,9 94,5 98,5 96,6 86,1 97,7
2008–12 <45 20,9 20,6 19,8 17,4 20,7 22,8 19,8 17,6 18,7 14,4 14,5 21,1
45–54 177,2 174,2 171,5 159,7 161,7 181,4 180,7 172,0 181,3 167,0 151,7 178,5
55–64 273,1 250,3 252,4 274,8 286,8 270,6 296,4 276,1 263,6 280,3 242,9 275,0
65–74 349,8 324,0 360,1 367,5 342,3 350,5 359,9 335,1 358,8 395,8 354,2 352,2
75–84 337,5 313,4 358,2 358,9 340,6 333,4 342,0 371,0 391,9 418,6 335,8 339,8
85+ 312,7 295,6 323,0 343,7 311,7 307,1 318,5 391,9 386,3 295,0 233,3 314,9
Total 96,2 90,9 94,5 94,3 95,1 97,6 98,7 94,6 97,6 97,0 85,9 96,8
2013–17 <45 21,4 20,4 19,8 19,9 21,2 23,4 19,7 18,7 18,5 14,1 13,3 21,6
45–54 176,9 182,7 172,2 138,6 164,2 184,0 175,2 161,3 180,8 157,6 144,0 178,1
55–64 262,7 243,2 242,6 269,6 274,3 260,0 283,7 261,6 256,6 300,8 246,7 264,5
65–74 351,8 330,9 345,3 361,6 337,3 350,8 369,8 360,1 354,6 376,3 361,3 354,2
75–84 342,3 310,4 370,7 381,2 343,6 336,1 352,0 369,8 396,7 455,7 385,0 344,6
85+ 304,9 276,9 315,9 339,8 289,0 298,2 317,7 378,1 415,3 350,8 254,9 307,0
Total 95,8 91,2 93,1 93,7 94,3 97,4 98,0 94,5 97,0 98,2 87,0 96,5
2018–22 <45 22,8 21,3 19,9 21,9 22,7 24,7 20,2 16,9 18,6 14,0 13,1 23,0
45–54 174,5 180,8 169,8 134,9 170,9 188,0 165,3 166,3 174,2 147,3 131,2 175,7
55–64 262,3 254,9 242,2 261,9 255,7 260,3 280,5 269,8 265,1 298,1 243,7 264,1
65–74 340,2 320,4 329,2 350,1 328,0 336,8 365,6 342,4 345,9 384,4 364,1 342,6
75–84 354,4 324,1 383,2 390,8 352,9 346,3 371,0 382,6 400,2 494,1 437,3 356,8
85+ 297,7 268,2 305,6 335,7 295,8 291,9 313,2 390,4 384,8 365,1 279,0 299,8
Total 96,1 92,3 92,1 93,5 94,1 98,1 97,3 93,9 96,3 98,8 87,5 96,7
2023–27 <45 24,8 22,7 19,7 21,9 22,6 26,4 21,4 16,9 18,6 13,9 12,9 24,9
45–54 175,7 179,1 172,3 158,6 179,8 191,4 161,7 168,8 174,5 146,4 123,3 176,9
55–64 263,2 269,5 246,1 231,6 260,3 266,5 275,4 254,9 266,9 286,3 235,7 265,0
65–74 330,3 316,2 319,1 346,9 314,0 329,7 352,4 331,3 340,2 410,9 372,1 332,6
75–84 356,9 331,8 368,2 386,1 347,4 349,5 382,9 410,4 398,2 463,5 446,8 359,3
85+ 310,7 271,7 332,7 373,3 298,3 303,9 333,9 381,0 413,5 412,9 336,3 312,8
Total 97,2 94,4 91,7 93,4 94,3 99,9 97,1 93,0 96,3 98,8 87,3 97,8
2028–32 <45 26,0 22,6 19,6 21,8 22,5 26,2 21,3 16,9 18,5 13,8 12,8 26,2
45–54 186,1 191,0 173,8 172,9 191,4 207,0 169,5 156,1 175,6 145,6 122,4 187,3
55–64 260,5 268,6 243,6 224,6 271,2 273,9 261,6 260,4 258,0 270,9 218,2 262,3
65–74 331,4 333,6 322,2 335,2 294,6 331,7 352,2 338,8 352,7 410,0 369,9 333,6
75–84 344,9 321,0 354,1 373,3 339,9 336,1 378,7 384,7 387,7 492,5 455,1 347,3
85+ 321,8 290,7 336,6 366,8 311,3 314,5 352,0 407,9 402,7 443,3 376,6 324,0
Total 98,7 96,5 91,3 93,0 94,9 101,8 96,7 92,0 96,0 98,6 86,2 99,3

L'incidence du cancer du sein au Canada a connu une hausse au cours des décennies 1980 et 1990, mais a diminué depuis (figure 4.10.1).

FIGURE 4.10.1
Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) par région, cancer du sein chez la femme, 1983–2032

Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) par région, cancer du  sein chez la femme, 1983–2032

[Agrandir la Figure 4.10.1]

[FIGURE 4.10.1, Texte équivalent]

Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada - Volume 35, numéro 1, mars 2015

FIGURE 4.10.1
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) par région, cancer du sein chez la femme, 1983-2032

L'incidence du cancer du sein au Canada a connu une hausse au cours des décennies 1980 et 1990, mais a diminué depuis. En prolongeant la tendance actuelle sur 10 ans, il est possible de prédire que les taux demeureront relativement stables au Canada dans l'avenir. On prévoit que les TINA augmenteront légèrement en Colombie-Britannique et en Ontario et qu'ils diminueront légèrement dans d'autres régions. Les taux régionaux de cancer féminin du sein, en général similaires, devraient se maintenir.

Des schémas semblables ont été observés chez les femmes de 45 à 74 ans, malgré une fluctuation au sein du groupe des 65 à 74 ans (figure 4.10.2). Jusqu'à la période 1998-2002, la hausse des taux globaux d'incidence du cancer du sein était principalement observée chez les femmes de 55 à 74 ans, mais elle était plus manifeste chez les femmes de 55 à 64 ans, qui se situent dans le groupe d'âge cible (50-69 ans) des programmes organisés de dépistage du cancer du sein des provinces et des territoires. Les taux d'incidence sont demeurés stables au fil du temps chez les femmes les plus jeunes, alors qu'ils diminuaient au sein du groupe le plus âgé. Au cours des dix dernières années d'observation, les TINA du cancer du sein ont chuté de façon significative, soit de 0,7 % par année (figure 3.2). La comparaison interrégionale réalisée montre que les taux d'incidence du cancer du sein chez les femmes sont assez constants à l'échelle du pays (figure 4.10.1).

FIGURE 4.10.2
Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) pour le cancer du sein chez la femme, par groupe d’âge, Canada, 1983–2032

Taux d’incidence normalisés selon l’âge (TINA) pour le cancer du sein  chez la femme, par groupe d’âge, Canada, 1983–2032

[Agrandir la Figure 4.10.2]

[FIGURE 4.10.2, Texte équivalent]

Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada - Volume 35, numéro 1, mars 2015

FIGURE 4.10.2
Taux d'incidence normalisés selon l'âge (TINA) pour le cancer du sein chez la femme, par groupe d'âge, Canada, 1983-2032

Jusqu'à la période 1998-2002, la hausse des taux globaux d'incidence du cancer du sein était principalement observée chez les femmes de 55 à 74 ans, mais elle était plus manifeste chez les femmes de 55 à 64 ans, qui se situent dans le groupe d'âge cible (50-69 ans) des programmes organisés de dépistage du cancer du sein des provinces et des territoires. La tendance principale de l'incidence du cancer au Canada dans chaque groupe d'âge devrait demeurer stable.

En prolongeant la tendance actuelle sur 10 ans, il est possible de prédire que les taux demeureront relativement stables au Canada (figure 4.10.1). On prévoit que les TINA augmenteront légèrement en Colombie-Britannique et en Ontario et qu'ils diminueront légèrement dans d'autres régions. Les taux régionaux de cancer féminin du sein, en général similaires, devraient se maintenir.

La comparaison par groupe d'âge montre que la principale tendance quant à l'incidence du cancer au Canada dans chacun des groupes d'âge devrait demeurer stable (figure 4.10.2). Entre 2003-2007 et 2028-2032, les TINA du cancer du sein devraient demeurer stables et ils devraient se situer à 98,7 pour 100 000 d'ici la fin de la dernière période (tableau 4.10.2). Sur l'ensemble de la période, on prévoit que le nombre annuel de nouveaux cas augmentera de 55 %, passant de 20 110 à 31 255 nouveaux cas.

Observations

L'incidence du cancer du sein au Canada a connu une hausse constante au cours des années 1980 et 1990 et elle a diminué depuis. La hausse la plus marquée, qui a eu lieu jusqu'au début des années 1990, peut être attribuable aux programmes provinciaux organisés de dépistage du cancer du sein qui ont commencé à être instaurés et à une participation accrue au dépistage du cancer du sein. Une autre hausse de l'incidence, transitoire cette fois-ci, a été observée en raison de la détection de cas de cancers non diagnostiqués dans un bassin de prévalence.Note du fin du texte 1 Le dépistage peut être à l'origine de la baisse plus récente observée en raison de l'épuisement des cas prévalents non diagnostiqués. En 2008, 72 % des Canadiennes de 50 à 69 ans ont déclaré avoir subi une mammographie de dépistage au cours des deux années précédentes, ce qui constitue une augmentation par rapport au taux de 1990, qui s'établissait à 40%Note du fin du texte 142. La hausse s'est produite de 1990 à 2000-2001, et les taux d'utilisation de la mammographie se sont stabilisés depuis.

En 2011, le Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs a recommandé le dépistage du cancer du sein chez les femmes de 40 à 74 présentant un risque moyen de cancer du sein.Note du fin du texte 143 Il recommande aux femmes de 50 à 74 ans de subir une mammographie de dépistage tous les deux ou trois ans (alors qu'elle était auparavant recommandée tous les ans ou aux deux ans), et aux femmes de 40 à 49 ans de ne pas subir de mammographie de dépistage systématique. Le Groupe d'étude indique qu'il existe des lacunes au chapitre des connaissances sur les bénéfices et les effets néfastes de la mammographie de dépistage pour les femmes de moins de 40 ans et de plus de 74 ans. En 2013, l'Association canadienne des radiologistes (ACR) a publié de nouvelles lignes directrices de pratique, lesquelles diffèrent des recommandations formulées par le Groupe d'étude.Note du fin du texte 144 L'ACR recommande un dépistage annuel chez les femmes de 40 à 49 ans et annuel ou bisannuel chez les femmes de 50 à 74 ans.Note du fin du texte 144

Certains des cancers du sein détectés au dépistage sont indolents et n'auraient sans doute pas été cliniquement apparents : on parle alors de surdiagnostic. D'autres études ont révélé que dans des cohortes de femmes ayant subi un dépistage du cancer du sein, une hausse de l'incidence du cancer à un stade précoce était observée sans diminution subséquente de l'incidence des tumeurs à un stade avancé, ce qui indique manifestement un surdiagnostic de la maladie.Note du fin du texte 145 Miller et ses collaborateursNote du fin du texte 146 ont affirmé que 22 % des cancers du sein détectés au dépistage avaient été surdiagnostiqués, dans le cadre de l'étude canadienne la plus récente où des femmes de 40 à 59 ans ont été suivies sur une période allant jusqu'à 25 ans. L'ampleur du surdiagnostic pourrait être sous-estimée, puisque le carcinome canalaire in situ n'était pas pris en compte dans l'étude. Miller et ses collaborateursNote du fin du texte 146 ont aussi observé que la mammographie ne permet pas de réduire la mortalité par cancer du sein. Le dépistage permet de détecter de petites cellules cancéreuses, mais il en résulte des expositions aux rayons X, des résultats faussement positifs, des complications découlant de l'établissement d'un diagnostic supplémentaire du cancer du sein (comme la biopsie) et le traitement d'un cancer du sein qui n'aurait pas eu de répercussion sur la vie de la femme. La mammographie de dépistage chez les femmes présentant un risque moyen doit être envisagée après discussion de celles-ci avec leur médecin pour en mesurer les bénéfices et les risques.

La tendance relative aux taux d'incidence du cancer du sein est vraisemblablement liée aux changements de facteurs hormonaux. En effet, des études révèlent qu'une apparition précoce des règles, une ménopause tardive, une première grossesse à terme tardive et le fait de ne jamais avoir mené de grossesse à terme sont liés à un risque accru de développer un cancer du sein.Note du fin du texte 147 On attribue des effets protecteurs à l'allaitement et à un nombre plus élevé de naissances.Note du fin du texte 147 La baisse à long terme des taux de fertilité au Canada aurait dû entraîner une hausse des taux de cancer du sein, mais les taux de fertilité se sont stabilisés.Note du fin du texte 148, Note du fin du texte 149 Les contraceptifs oraux et l'hormonothérapie substitutive augmentent l'incidence du cancer du sein.Note du fin du texte 147, Note du fin du texte 150, Note du fin du texte 151 Après la publication d'un rapport d'essai de la Women's Health Initiative datant de 2002 portant sur les risques accrus de cancer du sein associés à l'hormonothérapie substitutive, le recours à cette thérapie a connu une forte baisse au Canada et ailleurs, ce qui semble avoir contribué à réduire temporairement les taux d'incidence du cancer du sein.Note du fin du texte 152, Note du fin du texte 153 L'obésité augmente le risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées, mais peut avoir un effet protecteur chez les femmes non ménopausées.Note du fin du texte 85, Note du fin du texte 147 La densité mammaire est fortement, et de manière indépendante, associée au risque de cancer du sein. Le risque est environ 4 fois plus grand pour la densité la plus élevée (≥75 %) que pour la plus faible (< 10 %) 154. La densité mammaire est principalement influencée par des facteurs génétiques et elle est inversement associée à l'âge, au statut ménopausique et à la parité.Note du fin du texte 154, Note du fin du texte 155, Note du fin du texte 156 De plus, la densité mammaire complique le dépistage du cancer par mammographie et augmente le risque de détection d'une tumeur à un stade avancé au moment du diagnostic.Note du fin du texte 157, Note du fin du texte 158 Le CIRC a classé le travail par postes entraînant la perturbation du rythme circadien dans la catégorie des cancérogènes probables chez l'humain pour le cancer du sein.Note du fin du texte 47

Environ 27 % des cas de cancer du sein diagnostiqués au Royaume-Uni (R.-U.) en 2010 sont attribuables à des facteurs environnementaux et liés au mode de vie, facteurs modifiables pour la plupart .Note du fin du texte 159 Une analyse systématique de 48 études a révélé une diminution modeste (de 15 à 20 %) du risque chez les femmes physiquement actives, diminution qui est plus marquée chez les femmes ménopausées (de 20 à 80 %).Note du fin du texte 160 L'analyse a également rapporté une baisse de 6 % du risque de cancer du sein pour chaque heure supplémentaire consacrée à l'activité physique par semaine. Dans le contexte canadien, la pratique d'une activité physique de faible intensité n'a pas permis de réduire le risque de cancer du sein.Note du fin du texte 161 Il existe un lien causal entre la fréquence du cancer du sein et la consommation d'alcool.Note du fin du texte 47, Note du fin du texte 162 Selon le CIRC, il existe peu de données prouvant que le tabagisme cause le cancer du sein.Note du fin du texte 163 Toutefois, bon nombre de données probantes semblent indiquer le rôle causal possible d'un tabagisme actif et d'une initiation tabagique précoce1.Note du fin du texte 164, Note du fin du texte 165 L'association entre le tabagisme passif et le cancer du sein fait toujours l'objet de nombreux débats, alors que des données laissent penser que le risque de cancer du sein avant la ménopause est élevé.Note du fin du texte 147, Note du fin du texte 165 Les rayons X et les rayons gamma sont associés à un risque accru de cancer du sein.Note du fin du texte 47 Le risque excédentaire est plus élevé chez les femmes qui y ont été exposées pluttôt dans la vie.Note du fin du texte 151 Les changements sur le plan des facteurs modifiables peuvent aussi influer sur la tendance associée au cancer du sein.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :