Tendances de la prévalence, de l'incidence et de la mortalité des cardiopathies ischémiques diagnostiquées et silencieuses au Québec - PSPMC: Volume 35-10, décembre 2015

Volume 35 · numéro 10 · décembre 2015

Tendances de la prévalence, de l'incidence et de la mortalité des cardiopathies ischémiques diagnostiquées et silencieuses au Québec

C. Blais, PhD Note de bas de page i Note de bas de page ii  ; L. Rochette, MSc Note de bas de page i 

https://doi.org/10.24095/hpcdp.35.10.02f

Cet article a fait l'objet d'une évaluation par les pairs.

Rattachement des auteurs :

Correspondance: Claudia Blais, Institut national de santé publique du Québec, 945, avenue Wolfe, Québec (Québec) G1V 5B3; tél. : 418-650-5115, poste 5708; téléc. : 418-643-5099; courriel : claudia.blais@inspq.qc.ca

Résumé

Introduction : Parmi toutes les causes de décès d'origine cardiovasculaire, les cardiopathies ischémiques (CI) demeurent les plus importantes. Notre étude visait à définir les tendances de la prévalence et de l'incidence des CI au Québec ainsi qu'à déterminer la proportion de décès par CI qui n'avait aucun diagnostic antérieur de CI.

Méthodologie : Les tendances de la prévalence, de l'incidence et de la mortalité ont été examinées avec une étude populationnelle utilisant le Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec, qui jumelle plusieurs fichiers médico administratifs. Les données, recueillies auprès des Québécois de 20 ans et plus, sont présentées selon deux définitions de cas : 1) une définition validée et 2) une définition reposant sur l'addition des codes de décès liés aux CI afin d'estimer la proportion des décès sans diagnostic antérieur de CI comme indicateur de mort cardiaque subite (MCS).

Résultats : En 2012-2013, la prévalence brute des CI selon la première définition était de 9,4 % (593 000 personnes). Entre 2000-2001 et 2012-2013, la prévalence ajustée selon l'âge a augmenté de 14 %, avec une légère diminution depuis 2009-2010. Les taux d'incidence et de mortalité ajustés selon l'âge ont diminué de respectivement 46 % et 26 %, les taux bruts s'établissant à 6,9 pour 1 000 et à 5,2 % en 2012-2013. La proportion de décès identifiés uniquement grâce au décès par CI, soit l'indicateur de MCS, n'était significative que pour les cas incidents (0,38 pour 1 000 en 2009-2010) et elle a diminué au cours de la période à l'étude.

Conclusion: La prévalence des CI a eu tendance à diminuer au cours des dernières années et l'incidence comme la mortalité ont également diminué au Québec. La majorité des décès par CI touchent des patients ayant déjà reçu un diagnostic, seule une faible proportion des cas incidents n'ayant pas été préalablement identifiée.

Mots-clés: cardiopathies ischémiques, tendances, épidémiologie, incidence, mort cardiaque subite

Principales constatations

  • Comme le Québec est l'une des rares provinces canadiennes pouvant jumeler le fichier des décès avec d'autres données médico-administratives, les données nous permettent de déterminer si les personnes décédées en raison d'une CI avaient auparavant reçu un diagnostic de CI.
  • D'après nos résultats, une CI avait déjà été diagnostiquée chez la majorité des personnes qui en sont décédées. Seulement une petite proportion de cas incidents non diagnostiqués est décédée de CI.
  • Le fardeau des CI diagnostiquées et silencieuses diminue au Québec.
  • La prévalence et l'incidence sont plus élevées chez les hommes, mais les taux de mortalité sont les mêmes chez les deux sexes.

Introduction

Même si les cardiopathies ischémiques (CI) demeurent la principale cause de décès à l'échelle de la planète, la mortalité d'origine cardiovasculaire est en diminution dans les pays à revenu élevéNote de bas de page 1,Note de bas de page 2. Cette tendance à la baisse a été étudiée en profondeurNote de bas de page 3,Note de bas de page 4,Note de bas de page 5. Au Canada, on a associé une baisse de 48 % à la diminution des facteurs de risque cardiovasculaires (prévention primaire) et une baisse de 43 % aux progrès des traitements médicaux et chirurgicaux (prévention secondaire)Note de bas de page 6. Toutefois, de récentes études épidémiologiques ont montré que la mise en place de la prévention primaire des CI serait compliquée par la hausse de la prévalence de facteurs de risque comme l'hypertensionNote de bas de page 7,Note de bas de page 8, le diabèteNote de bas de page 9 et l'obésitéNote de bas de page 10, qui pourraient jouer un rôle dans l'augmentation du fardeau cardiovasculaire.

De nombreuses études se sont penchées sur le fardeau pour la santé publique associé aux décès par CI ainsi qu'aux décès par CI survenus ailleurs qu'à l'hôpital, un substitut de la mort cardiaque subite (MCS)Note de bas de page 11. Ces études ont produit des données probantes à l'appui d'une diminution significative de la fréquence de la MCSNote de bas de page 12,Note de bas de page 13. Toutefois, on dispose de peu de données sur le fardeau et les tendances associés aux décès par CI survenus ailleurs qu'à l'hôpital en l'absence de diagnostic antérieur de CI. Une étude récente a révélé une amélioration modeste au fil du temps des profils de facteurs de risque chez les patients sans maladie cardiovasculaire connue présentant un premier infarctus du myocardeNote de bas de page 14. Étant donné que les arythmies ventriculaires sont des complications potentiellement mortelles de l'infarctus aigu du myocarde relativement fréquentes en l'absence d'antécédents de CINote de bas de page 15, il serait utile de recueillir des données sur l'incidence des décès attribuables aux CI en l'absence de diagnostic antérieur de CI. Chugh et collab.Note de bas de page 16 (p. 219 sont allés plus loin et ont mentionné que [TRADUCTION] « il est essentiel d'en savoir plus sur les patients touchés par la MCS dans la collectivité, en particulier en l'absence d'antécédents connus de maladie cardiovasculaire ».

Sachant que la prévention tant primaire que secondaire a grandement amélioré les tendances liées à la mortalité cardiovasculaire, notre principal objectif était de définir les tendances de la prévalence, de l'incidence et de la mortalité associées aux CI au Québec d'après une définition de cas validée, selon le sexe et l'âge. Notre deuxième objectif consistait à déterminer la proportion de décès par CI survenus en l'absence d'antécédents de diagnostic ou de traitement de CI, une approximation de la MCS, ainsi qu'à établir les tendances de la prévalence, de l'incidence et de la mortalité de cette proportion au cours de la dernière décennie au Québec, selon le sexe et l'âge.

Méthodologie

Sources de données

Notre source de données était le Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ), élaboré par l'Institut national de santé publique du QuébecNote de bas de page 17 . En résumé, le SISMACQ est le résultat du jumelage de cinq fichiers médico administratifs : le fichier d'inscription des personnes assurées, le fichier des hospitalisations, le fichier des services médicaux rémunérés à l'acte, le fichier des décès et le fichier des services pharmaceutiques (chez les personnes de 65 ans et plus; non utilisé pour la présente étude). Le SISMACQ couvre l'ensemble de la population québécoise (8 millions de personnes inscrites en 2012 au registre de l'assurance-maladie) depuis le 1er janvier 1996; il est mis à jour annuellement, à l'exception du fichier des décès, dont la mise à jour se fait plus tard, chaque année financière débutant en avril. Les données les plus récentes employées ici sont celles de 2012-2013, sauf pour la mortalité, qui sont celles de 2009-2010.

Définitions de cas des cardiopathies ischémiques

Nous avons eu recours à deux définitions de cas chez les adultes de 20 ans et plus admissibles à l'assurance-maladie au Québec : l'une regroupant les personnes ayant reçu un diagnostic de CI et l'autre qui y ajoute les cas où le diagnostic a été posé seulement au moment du décès.

Nous avons considéré qu'une personne avait reçu un diagnostic de CI en présence de l'un des éléments suivants : 1) un code de diagnostic principal ou secondaire de CI au fichier des hospitalisations d'après la Classification internationale des maladies (CIM), 2) un code d'intervention coronarienne en milieu hospitalier, peu importe le champ (pontage aortocoronarien ou intervention coronarienne percutanée), 3) au moins deux demandes de paiement à l'acte d'un médecin en un an avec un code de diagnostic de CI. Les codes de la CIM ainsi que les codes d'intervention ont été décrits dans un autre articleNote de bas de page 18. Cette première définition de cas, associée à de légères modifications des codes d'intervention, a été validée par Tu et collab.Note de bas de page 19. Le Système canadien de surveillance des maladies chroniques, un réseau collaboratif de systèmes de surveillance provinciaux et territoriaux appuyé par l'Agence de la santé publique du Canada, y a recours pour effectuer la surveillance des CINote de bas de page 18. Cette définition de cas est désignée par « 1H2P ».

En ce qui a trait à la seconde définition de cas, les données du ficher des décès ont été ajoutées à 1H2P pour inclure les Québécois décédés d'une CI mais n'ayant pas été recensés dans les données hospitalières ou les demandes de paiement à l'acte de médecins (voir la figure 1). Cette définition de cas, « 1H2P + décès par CI » a été appliquée lorsque la cause principale ou toute cause secondaire de décès correspondaient aux codes de diagnostic de CI référencés précédemmentNote de bas de page 18. En d'autres mots, comme le SISMACQ jumelle le fichier des décès, la présence d'une CI comme cause de décès est une autre manière d'identifier les cas de décès par CI non diagnostiqués antérieurement.

FIGURE 1 Définitions de cas des cardiopathies ischémiques et ajout des cardiopathies ischémiques comme cause de décès pour repérer les cas silencieux ainsi que leurs relations avec la prévention primaire et secondaire

Figure 1
Équivalent textuel - Figure 1

Figure 1 : Définitions de cas des cardiopathies ischémiques et ajout des cardiopathies ischémiques comme cause de décès pour repérer les cas silencieux ainsi que leurs relations avec la prévention primaire et secondaire

Cette figure fournit une représentation visuelle des définitions de cas des cardiopathies ischémiques 1H2P (un fichier des hospitalisations ou 2 fichiers de demandes de paiement à l'acte) et 1H2P + décès par CI, qui ajoute à la précédente les décès causés par une cardiopathie ischémique afin d'aider à repérer les case silencieux de cette maladie.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques.

Analyse statistique

Nous avons calculé la prévalence, l'incidence et la mortalité associées aux CI, comme précédemmentNote de bas de page 8,Note de bas de page 18,Note de bas de page 20, en utilisant comme dénominateur le nombre de personnes éligibles inscrites au registre de l'assurance-maladie. Les cas prévalents ont été conservés pour le reste de la période de suivi, tant que les personnes étaient en vie au début de l'année à l'étude et qu'elles détenaient une carte d'assurance-maladie valide. Nous avons calculé la prévalence en divisant le nombre total de cas prévalents par le nombre de personnes assurées et en multipliant le résultat par 100. Pour calculer l'incidence, nous avons divisé le nombre total de nouveaux cas diagnostiqués (incidents) par le nombre de personnes à risque assurées (nombre total de personnes assurées moins le nombre de cas prévalents au début de l'année financière) et en multipliant le résultat par 1 000. Étant donné qu'au moins quatre ans étaient nécessaires en début d'observation pour distinguer les cas incidents des cas prévalents, les mesures diffusées débutaient en 2000-2001, même si les observations ont débuté en janvier 1996.

Nous avons calculé le taux de mortalité en divisant le nombre de décès toutes causes confondues chez les patients atteints de CI par le nombre de cas prévalents de CI, puis en multipliant le résultat par 100. Afin d'analyser les tendances temporelles, nous avons utilisé les taux ajustés selon l'âge et, comme population de référence, la population du Québec âgée de 20 ans et plus selon les données de recensement du Québec de 2001. Les changements relatifs au fil du temps et les différences relatives entre les sexes ont été calculés comme cela a été décrit précédemmentNote de bas de page 7; les intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculés à l'aide d'une distribution gamma inverse. Étant donné qu'il s'agit d'une étude populationnelle, de nombreux IC étaient petits, ce qui explique qu'ils ne figurent pas dans les graphiques. Lorsque les IC ne se chevauchaient pas, la différence a été considérée comme statistiquement significative, quoique ce test soit considéré comme prudent. Les analyses statistiques ont été effectuées à l'aide de la version 5.1 du logiciel SAS Enterprise Guide (SAS Institute Inc., Cary, Caroline du Nord, États Unis).

Résultats

Prévalence

Tendances associées à 1H2P. En 2012-2013, plus de 593 000 Québécois âgés de 20 ans et plus ont reçu un diagnostic de CI, ce qui représente une prévalence brute de 9,4 % (593 035/6 342 005; IC à 95 % : 9,3 à 9,4). Entre 2000-2001 et 2012-2013, la prévalence ajustée selon l'âge a augmenté de 14 % chez les hommes et les femmes, bien qu'il y ait eu une légère diminution depuis 2009-2010 (figure 2A). Durant la période à l'étude, la prévalence chez les hommes était plus élevée que chez les femmes : en 2012-2013, la prévalence chez les femmes était de 40 % plus faible que celle des hommes.

FIGURE 2A Prévalence ajustée selon l'âgeNote de bas de page + des cardiopathies ischémiques diagnostiquées selon le sexe pour l'ensemble des adultes de 20 ans et plus, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 2A
Équivalent textuel - Figure 2A

Figure 2A : Prévalence ajustée selon l'âge des cardiopathies ischémiques diagnostiquées selon le sexe pour l'ensemble des adultes de 20 ans et plus, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

En 2012-2013, plus de 593 000 Québécois âgés de 20 ans et plus ont reçu un diagnostic de CI, ce qui représente une prévalence brute de 9,4 % (593 035/6 342 005; IC à 95 % : 9,3 à 9,4). Entre 2000-2001 et 2012-2013, la prévalence ajustée selon l'âge a augmenté de 14 % chez les hommes et les femmes, bien qu'il y ait eu une légère diminution depuis 2009-2010. Durant la période à l'étude, la prévalence chez les hommes était plus élevée que chez les femmes : en 2012-2013, la prévalence chez les femmes était de 40 % plus faible que celle des hommes.

Les données additionnelles tirées du fichier des décès, soit le nombre de personnes dont le décès était attribuable à une CI en l'absence de diagnostic antérieur, n'ont ajouté qu'une très faible proportion de cas (statistiquement significative uniquement en 2000-2001) aux cas déjà recensés. Cette proportion a diminué au cours de la période à l'étude, passant du taux ajusté selon l'âge de 0,07 % (IC à 95 % : 0,06 % à 0,07 %) pour l'ensemble de la population adulte en 2000-2001 à 0,04 % (IC à 95 % : 0,04 % à 0,04 %) en 2009-2011.

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques.

 

Tendances associées à 1H2P + décès par CI. Les données additionnelles tirées du fichier des décès, soit le nombre de personnes dont le décès était attribuable à une CI en l'absence de diagnostic antérieur, n'ont ajouté qu'une très faible proportion de cas (statistiquement significative uniquement en 2000-2001) aux cas déjà recensés (figure 2A). Cette proportion a diminué au cours de la période à l'étude, passant du taux ajusté selon l'âge de 0,07 % (IC à 95 % : 0,06 % à 0,07 %) pour l'ensemble de la population adulte en 2000-2001 à 0,04 % (IC à 95 % : 0,04 % à 0,04 %) en 2009-2011 (voir le tableau 1A).

TABLEAU 1A Nombre, prévalence ajustée selon l'âge et âge moyen associés aux cas prévalents de cardiopathies ischémiques chez les adultes de 20 ans et plus, identifiés à l'aide des demandes de paiement à l'acte des médecins, des données hospitalières ou des données sur les décès par cardiopathie ischémique, Québec, 2000–2001 et 2009–2010
Prévalence Nombre (n) Footnote 1.1 Prévalence ajustée selon l'âge (%) Âge moyen (ans)
Total Hommes Femmes Total
(IC à 95 %)
Hommes
(IC à 95 %)
Femmes
(IC à 95 %)
Total
(IC à 95 %)
Hommes
(IC à 95 %)
Femmes
(IC à 95 %)

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : CI, cardiopathies ischémiques; IC, intervalle de confiance.

2000-
2001
Diagnostic hospitalier Footnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins (1H2P) 382 240 212 110 170 130 6,64 (6,61 à 6,66) 8,43 (8,38 à 8,48) 5,13 (5,10 à 5,16) 69 (68 à 69) 66 (66 à 66) 71 (71 à 72)
Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins et décès attribuables aux CIFootnote 1.3 (1H2P + décès par CI) 386 200 214 225 171 975 6,70 (6,68 à 6,73) 8,52 (8,47 à 8,57) 5,18 (5,14 à 5,21) 69 (69 à 69) 66 (66 à 66) 72 (72 à 72)
Décès attribuables aux CIFootnote 1.3 uniquement 3 960 2 115 1 840 0,07 (0,06 à 0,07) 0,09 (0,09 à 0,10) 0,05 (0,05 à 0,05) 76 (75 à 76) 71 (70 à 71) 82 (81 à 82)
2009-
2010
Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins (1H2P) 562 160 316 825 245 335 7,72 (7,69 à 7,75) 9,77 (9,72 à 9,81) 5,94 (5,91 à 5,97) 70 (70 à 70) 68 (68 à 68) 73 (73 à 73)
Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins et décès attribuables aux CIFootnote 1.3 (1H2P + décès par CI) 565 135 318 410 246 725 7,76 (7,73 à 7,79) 9,82 (9,77 à 9,86) 5,97 (5,93 à 6,00) 70 (70 à 70) 68 (68 à 68) 73 (73 à 73)
Décès attribuables aux CIFootnote 1.3 uniquement 2 975 1 585 1 390 0,04 (0,04 à 0,04) 0,05 (0,05 à 0,05) 0,03 (0,03 à 0,03) 75 (75 à 76) 70 (69 à 70) 81 (80 à 82)

 

Tendances associées à chaque définition de cas en fonction de l'âge. Avec la définition 1H2P, c'est la prévalence des CI chez les personnes de 70 ans et plus qui a montré l'augmentation la plus marquée entre 2000-2001 et 2009-2010, suivie d'une légère diminution, tandis que celle chez les autres groupes d'âge ayant diminué entre 2008-2009 et 2012-2013 (figure 2B). L'adjonction des décès attribuables aux CI (1H2P + décès par CI) n'a ajouté que quelques cas, ce qui s'est révélé à peine significatif dans les deux premières années (2000-2001 et 2001-2002), chez les personnes âgées de 70 ans et plus. Quel que soit l'âge, la prévalence était toujours plus élevée chez les hommes au cours de cette période (figure 2C).

FIGURE 2B Prévalence ajustée selon l'âgeNote de bas de page + des cardiopathies ischémiques diagnostiquées selon le groupe d'âge chez les adultes de 20 ans et plus, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 2B
Équivalent textuel - Figure 2B

Figure 2B : Prévalence ajustée selon l'âge des cardiopathies ischémiques diagnostiquées selon le groupe d'âge chez les adultes de 20 ans et plus, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Avec la définition 1H2P, c'est la prévalence des CI chez les personnes de 70 ans et plus qui a montré l'augmentation la plus marquée entre 2000-2001 et 2009-2010, suivie d'une légère diminution, tandis que celle chez les autres groupes d'âge ayant diminué entre 2008-2009 et 2012-2013. L'adjonction des décès attribuables aux CI (1H2P + décès par CI) n'a ajouté que quelques cas, ce qui s'est révélé à peine significatif dans les deux premières années (2000-2001 et 2001-2002), chez les personnes âgées de 70 ans et plus.

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques.

 

FIGURE 2C Prévalence ajustée selon l'âgeNote de bas de page +  des cardiopathies ischémiques diagnostiquées chez les adultes de 20 ans et plus selon le sexe et le groupe d'âge, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 2C
Équivalent textuel - Figure 2C

Figure 2C : Prévalence ajustée selon l'âge des cardiopathies ischémiques diagnostiquées chez les adultes de 20 ans et plus selon le sexe et le groupe d'âge, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Avec la définition 1H2P, c'est la prévalence des CI chez les personnes de 70 ans et plus qui a montré l'augmentation la plus marquée entre 2000-2001 et 2009-2010, suivie d'une légère diminution, tandis que celle chez les autres groupes d'âge ayant diminué entre 2008-2009 et 2012-2013. L'adjonction des décès attribuables aux CI (1H2P + décès par CI) n'a ajouté que quelques cas, ce qui s'est révélé à peine significatif dans les deux premières années (2000-2001 et 2001-2002), chez les personnes âgées de 70 ans et plus. Quel que soit l'âge, la prévalence était toujours plus élevée chez les hommes au cours de cette période.

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques. Remarque : L'ajout de la cause de décès n'est pas présenté pour les 20 à 54 ans en raison de l'absence de différence entre les deux définitions de cas.

Incidence

Tendances associées à 1H2P. En 2012-2013, près de 40 000 personnes ont reçu un premier diagnostic de CI, ce qui correspond à un taux d'incidence brut de 6,9 pour 1 000 (39 850/5 788 825; IC à 95 % : 6,8 à 7,0). Entre 2000-2001 et 2012-2013, l'incidence ajustée selon l'âge des CI a diminué de 46 % chez les deux sexes combinés (figure 3A). Au cours de cette période, l'incidence des CI était plus faible chez les femmes que chez les hommes, avec une différence atteignant 41 % en 2012-2013.

FIGURE 3A Incidence ajustée selon l'âgeNote de bas de page % des cardiopathies ischémiques diagnostiquées chez les adultes de 20 ans et plus selon le sexe, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 3A
Équivalent textuel - Figure 3A

En 2012-2013, près de 40 000 personnes ont reçu un premier diagnostic de CI, ce qui correspond à un taux d'incidence brut de 6,9 pour 1 000 (39 850/5 788 825; IC à 95 % : 6,8 à 7,0). Entre 2000-2001 et 2012-2013, l'incidence ajustée selon l'âge des CI a diminué de 46 % chez les deux sexes combinés. Au cours de cette période, l'incidence des CI était plus faible chez les femmes que chez les hommes, avec une différence atteignant 41 % en 2012-2013.

Lorsque les CI comme cause de décès ont été prises en compte, l'incidence absolue des CI augmentait significativement, de 0,7 en moyenne entre 2000-2001 et 2009-2010 chez les deux sexes combinés. La proportion identifiée uniquement en raison du décès attribuable à une CI a diminué au fil du temps, demeurant plus élevée chez les hommes.

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques. Remarque : Les lignes verticales représentent les intervalles de confiance à 95 %.

 

Tendances associées à 1H2P + décès par CI. Lorsque les CI comme cause de décès ont été prises en compte, l'incidence absolue des CI augmentait significativement, de 0,7 en moyenne entre 2000-2001 et 2009-2010 chez les deux sexes combinés (figure 3A). La proportion identifiée uniquement en raison du décès attribuable à une CI a diminué au fil du temps, demeurant plus élevée chez les hommes (tableau 1B).

TABLEAU 1B Nombre, taux ajusté selon l'âge et âge moyen associés aux cas incidents de cardiopathies ischémiques chez les adultes de 20 ans et plus, identifiés à l'aide des demandes de paiement à l'acte des médecins, des données hospitalières ou des données sur les décès par cardiopathie ischémique, Québec, 2000≥2001 et 2009≥2010

Incidence
Nombre (n)Footnote 1.1 Taux ajusté selon l'âge pour 1000 par année Âge moyen (ans)
  Total Hommes Femmes Total
(IC à 95 %)
Hommes
(IC à 95 %)
Femmes
(IC à 95 %)
Total
(IC à 95 %)
Hommes
(IC à 95 %)
Femmes
(IC à 95 %)

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : CI, cardiopathies ischémiques; IC, intervalle de confiance. 

2000-2001 Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins (1H2P) 58 930 31 545 27 390 12,28 (12,15 à 12,41) 15,59 (15,35 à 15,82) 9,76 (9,61 à 9,91) 67 (67 à 67) 64 (64 à 65) 70 (70 à 70)
Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins et décès attribuables aux CIFootnote 1.3 (1H2P + décès par CI) 62 880 33 655 29 230 13,14 (13,00 à 13,27) 16,79 (16,54 à 17,03) 10,37 (10,22 à 10,53) 68 (68 à 68) 65 (65 à 65) 71 (71 à 71)
Décès attribuables aux CIFootnote 1.3 uniquement 3 950 2 110 1 840 0,67 (0,64 à 0,70) 0,90 (0,85 à 0,95) 0,48 (0,45 à 0,51) 76 (75 à 76) 71 (70 à 71) 82 (81 à 82)
2009-2010 Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins (1H2P) 39 680 21 895 17 790 7,12 (7,02 à 7,21) 9,16 (9,00 à 9,33) 5,53 (5,42 à 5,64) 67 (67 à 67) 64 (64 à 65) 70 (70 à 70)
Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins et décès attribuables aux CIFootnote 1.3 (1H2P + décès par CI) 42 630 23 465 19 175 7,66 (7,56 à 7,75) 9,90 (9,72 à 10,07) 5,93 (5,82 à 6,04) 68 (67 à 68) 65 (65 à 65) 71 (71 à 71)
Décès attribuables aux CIFootnote 1.3 uniquement 2 950 1 570 1 385 0,38 (0,37 à 0,40) 0,49 (0,46 à 0,52) 0,28 (0,26 à 0,31) 75 (75 à 76) 70 (69 à 70) 81 (80 à 82)

 

Tendances associées à chaque définition de cas en fonction de l'âge. Avec la définition 1H2P, l'incidence des CI diminuait au fil du temps, en particulier chez les personnes de 70 ans et plus (figure 3B). En incluant également les décès attribuables aux CI (1H2P + décès par CI), il y a eu une augmentation significative de l'incidence chez les plus âgés (70 ans et plus) uniquement : en 2009-2010, elle est passée de 30,4 pour 1 000 (IC à 95 % : 29,8 à 31,0; n = 17 400 cas) à 33,7 pour 1 000 (IC à 95 % : 33,1 à 34,4; n = 19 310 cas). Comme pour la prévalence, l'incidence était toujours plus élevée chez les hommes que chez les femmes dans tous les groupes d'âge (figure 3C).

FIGURE 3B Incidence ajustée selon l'âgeNote de bas de page % des cardiopathies ischémiques diagnostiquées chez les adultes de 20 ans et plus, selon le groupe d'âge, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 3B
Équivalent textuel - Figure 3B

Avec la définition 1H2P, l'incidence des CI diminuait au fil du temps, en particulier chez les personnes de 70 ans et plus. En incluant également les décès attribuables aux CI (1H2P + décès par CI), il y a eu une augmentation significative de l'incidence chez les plus âgés (70 ans et plus) uniquement : en 2009-2010, elle est passée de 30,4 pour 1 000 (IC à 95 % : 29,8 à 31,0; n = 17 400 cas) à 33,7 pour 1 000 (IC à 95 % : 33,1 à 34,4; n = 19 310 cas).

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques.

 

FIGURE 3C Incidence ajustée selon l'âgeNote de bas de page % des cardiopathies ischémiques diagnostiquées chez les adultes de 20 ans et plus, selon le sexe et le groupe d'âge, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 3C
Équivalent textuel - Figure 3C

Avec la définition 1H2P, l'incidence des CI diminuait au fil du temps, en particulier chez les personnes de 70 ans et plus. En incluant également les décès attribuables aux CI (1H2P + décès par CI), il y a eu une augmentation significative de l'incidence chez les plus âgés (70 ans et plus) uniquement : en 2009-2010, elle est passée de 30,4 pour 1 000 (IC à 95 % : 29,8 à 31,0; n = 17 400 cas) à 33,7 pour 1 000 (IC à 95 % : 33,1 à 34,4; n = 19 310 cas). Comme pour la prévalence, l'incidence était toujours plus élevée chez les hommes que chez les femmes dans tous les groupes d'âge.

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques. Remarque : L'ajout de la cause de décès n'est pas présenté pour les 20 à 54 ans en raison de l'absence de différence entre les deux définitions de cas.

Mortalité toutes causes confondues

Tendances associées à 1H2P. Plus de 30 000 personnes ayant reçu un diagnostic de CI sont décédées en 2012-2013. Ces personnes avaient été hospitalisées ou elles avaient consulté un médecin en raison d'une CI et une date de décès a été consignée dans le registre de l'assurance maladie (pour toutes les causes de décès). Cela représente une proportion brute de 5,2 % (30 550/593 035; IC à 95 % : 5,1 à 5,2). La figure 4A indique que le taux de mortalité ajusté pour les deux sexes combinés a diminué de 26 % entre 2000-2001 et 2012-2013.

FIGURE 4A Taux de mortalité ajusté selon l'âgeNote de bas de page # chez les adultes de 20 ans et plus diagnostiqués avec des cardiopathies ischémiques, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 4A
Équivalent textuel - Figure 4A

Plus de 30 000 personnes ayant reçu un diagnostic de CI sont décédées en 2012-2013. Ces personnes avaient été hospitalisées ou elles avaient consulté un médecin en raison d'une CI et une date de décès a été consignée dans le registre de l'assurance-maladie (pour toutes les causes de décès). Cela représente une proportion brute de 5,2 % (30 550/593 035; IC à 95 % : 5,1 à 5,2). On voit que le taux de mortalité ajusté pour les deux sexes combinés a diminué de 26 % entre 2000-2001 et 2012-2013.

En 2009-2010, la prise en compte des décès attribuables aux CI chez les personnes sans antécédents en plus des décès toutes causes confondues pour les cas prévalents a fait augmenter le taux de mortalité ajusté selon l'âge, mais cette hausse s'est révélée non significative. Comme dans le cas de la prévalence et de l'incidence, la proportion diminuait avec le temps.

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques. Remarque : Les lignes verticales représentent les intervalles de confiance à 95 %.

 

Tendances associées à 1H2P + décès par CI. En 2009-2010, la prise en compte des décès attribuables aux CI chez les personnes sans antécédents en plus des décès toutes causes confondues pour les cas prévalents a fait augmenter le taux de mortalité ajusté selon l'âge, mais cette hausse s'est révélée non significative (tableau 1C et figure 4A). Comme dans le cas de la prévalence et de l'incidence, la proportion diminuait avec le temps.

TABLEAU 1C Nombre, taux ajusté selon l'âge et âge moyen des patients décédés peu importe la cause (cas prévalents de cardiopathies ischémiques) ou de cardiopathies ischémiques chez les adultes âgés de 20 ans et plus, identifiés à l'aide des demandes de paiement à l'acte des médecins, des données hospitalières ou des données sur les décès par cardiopathie ischémique, Québec, 2000–2001 et 2009–2010

Mortalité
Nombre (n)Footnote 1.1 Taux ajusté selon l'âge (%) Âge moyen (ans)
  Total Hommes Femmes Total
(IC à 95 %)
Hommes
(IC à 95 %)
Femmes
(IC à 95 %)
Total
(IC à 95 %)
Hommes
(IC à 95 %)
Femmes
(IC à 95 %)

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : CI, cardiopathies ischémiques; IC, intervalle de confiance. 

2000-2001 Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins (1H2P) 21 985 11 620 10 370 2,34 (2,11 à 2,63) 2,57 (2,25 à 2,99) 2,13 (1,81 à 2,61) 78 (78 à 78) 76 (76 à 76) 81 (81 à 81)
Diagnostic hospitalierFootnote 1.3 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins et décès attribuables aux CIFootnote 1.3 (1H2P + décès par CI) 25 930 13 725 12 205 3,02 (2,76 à 3,33) 3,37 (3,00 à 3,84) 2,58 (2,23 à 3,07) 78 (78 à 78) 75 (75 à 75) 81 (81 à 81)
Décès attribuables aux CIFootnote 1.3 uniquement 3 945 2 110 1 835 99,8 (69,5 à 154,0) 99,8 (69,0 à 154,5) 82,3 (63,3 à 107,4) 76 (75 à 76) 71 (70 à 71) 82 (81 à 82)
2009-2010 Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins (1H2P) 27 915 14 345 13 570 1,74 (1,54 à 1,99) 1,76 (1,57 à 2,06) 1,72 (1,37 à 2,21) 80 (80 à 81) 78 (78 à 78) 83 (83 à 83)
Diagnostic hospitalierFootnote 1.2 ou ≥ 2 demandes de paiement des médecins et décès attribuables aux CIFootnote 1.3 (1H2P + décès par CI) 30 855 15 910 14 945 2,11 (1,91 à 2,38) 2,16 (1,96 à 2,48) 2,03 (1,66 à 2,53) 80 (80 à 80) 77 (77 à 77) 83 (83 à 83)
Décès attribuables aux CIFootnote 1.3 uniquement 2 940 1 565 1 380 90,1 (72,2 à 114,5) 89,8 (64,1 à 137,8) 90,7 (64,2 à 129,4) 75 (74 à 76) 70 (69 à 70) 81 (80 à 82)

 

Tendances selon le sexe et l'âge associées à chaque définition de cas. Avec les deux définitions de cas, les hommes et les femmes présentaient des taux de mortalité similaires, surtout depuis 2008-2009 (figure 4B). Entre 2000-2001 et 2009-2010, l'ajout des décès par CI a augmenté les taux de mortalité moyens de manière non significative de 0,3 chez les femmes et de 0,6 chez les hommes en valeur absolue. Les taux de mortalité en général chez les trois groupes d'âge ont diminué (voir la figure 4C). L'ajout des CI comme cause de décès a augmenté significativement le taux de mortalité chez tous les groupes d'âge, mais sans influencer les tendances. Les taux de mortalité étaient très semblables chez les deux sexes et dans tous les groupes d'âge (données non présentées).

FIGURE 4B Taux de mortalité ajusté selon l'âgeNote de bas de page # chez les adultes de 20 ans et plus diagnostiqués avec des cardiopathies ischémiques, selon le sexe, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 4B
Équivalent textuel - Figure 4B

Avec les deux définitions de cas, les hommes et les femmes présentaient des taux de mortalité similaires, surtout depuis 2008-2009. Entre 2000-2001 et 2009-2010, l'ajout des décès par CI a augmenté les taux de mortalité moyens de manière non significative de 0,3 chez les femmes et de 0,6 chez les hommes en valeur absolue.

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques. Remarque : Les lignes verticales représentent les intervalles de confiance à 95 %.

 

FIGURE 4C Taux de mortalité ajusté selon l'âgeNote de bas de page # chez les adultes de 20 ans et plus diagnostiqués avec des cardiopathies ischémiques, selon le groupe d'âge, Québec, 2000-2001 à 2012-2013, et ajout des cas identifiés en raison d'un décès par cardiopathie ischémique

Figure 4C
Équivalent textuel - Figure 4C

Les taux de mortalité en général chez les trois groupes d'âge ont diminué. L'ajout des CI comme cause de décès a augmenté significativement le taux de mortalité chez tous les groupes d'âge, mais sans influencer les tendances.

Source : Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) de l'Institut national de santé publique du Québec.

Abréviations : 1H2P, 1 fichier des hospitalisations ou au moins 2 demandes de paiement à l'acte; CI, cardiopathies ischémiques.

Âge moyen associé à la prévalence, à l'incidence et à la mortalité selon le sexe

En ce qui concerne la prévalence et l'incidence chez les deux sexes combinés, l'âge moyen des patients recensés uniquement en raison du décès par CI était constamment significativement plus élevé que celui des patients identifiés à l'aide des demandes de paiement à l'acte des médecins ou des données hospitalières pendant la période à l'étude (voir les tableaux 1A et 1B, respectivement). Cette différence d'âge est engendrée par celle observée chez les femmes (11 ans de plus en 2009-2010 pour les cas incidents chez les femmes, comparativement à 6 ans de plus chez les hommes). Toutefois, en ce qui concerne les taux de mortalité, les personnes identifiées uniquement grâce aux données sur les décès par CI étaient plus jeunes. Cette différence était plus prononcée chez les hommes (8 ans plus jeunes en 2009-2010, comparativement à 2 ans plus jeunes chez les femmes; voir le tableau 1C).

Analyse

Que ce soit en utilisant l'une ou l'autre des définitions de cas, 1H2P (1 diagnostic hospitalier ou au moins 2 demandes de paiement de médecins) ou 1H2P + décès par CI (1 diagnostic hospitalier ou au moins 2 demandes de paiement de médecins et décès attribuables aux CI), la prévalence des CI a eu tendance à diminuer au cours des dernières années, alors que l'incidence et la mortalité ont diminué pendant toute la période à l'étude. La proportion de décès attribuables aux CI survenus sans antécédents de diagnostic ou de traitement, soit l'indicateur de MCS, a diminué au cours de la période à l'étude et elle s'est révélée statistiquement significative pour les cas incidents uniquement, même si les différences étaient légères. Le taux d'incidence de cet indicateur de MCS se situait autour de 0,38 pour 1 000 en 2009-2010. Par conséquent, nos résultats confirment qu'une très faible proportion de patients atteints de CI au Québec est décédée avant qu'une CI ne soit diagnostiquée par un médecin. La prévalence et l'incidence des CI étaient significativement plus élevées chez les hommes que chez les femmes, alors que les taux de mortalité étaient presque les mêmes chez les deux sexes.

Nos résultats sont similaires à ceux de Moran et collab.Note de bas de page 21, qui ont montré que l'incidence ajustée selon l'âge de l'infarctus du myocarde et la prévalence de l'angine ont généralement diminué entre 1990 et 2010 dans 21 régions du monde. De même, dans la plupart des régions du monde, les taux de mortalité par CI ajustés selon l'âge ont diminué depuis 1980, particulièrement dans les régions à revenu élevé, ce qui atteste de l'efficacité des stratégies de prévention et de traitementNote de bas de page 2. Les données les plus récentes du National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) de 2007 à 2010 indiquent que la prévalence des CI aux États Unis était de 6,4 % chez les adultes de 20 ans et plusNote de bas de page 22. Cette prévalence est inférieure à celle que nous avons constatée, mais elle reflète probablement la sous estimation liée à l'autodéclaration des données.

Shah et collab.Note de bas de page 14 ont étudié l'évolution des profils des facteurs de risque chez les patients sans affection cardiovasculaire connue présentant un premier infarctus du myocarde. Ils ont noté des améliorations modestes entre 2002 et 2008. La majorité des autres études axées sur la MCS ont présenté des problèmes de sélection d'une définition et de critères communs, ce qui n'a pas facilité l'évaluation de l'incidenceNote de bas de page 23. Par exemple, certaines études ont inclus des contraintes de temps dans leurs définitions de cas, alors que d'autres ont inclus la localisation de l'événement ou les « survivants d'un arrêt cardiaque ». Le plus important était les différences dans les critères, qui allaient de l'utilisation du décès attribuable aux CI uniquement à l'inclusion de l'étiologie cardiovasculaire. Une étude récente dans laquelle les chercheurs ont eu recours à de multiples sources d'information, comme le certificat de décès, les données des comtés, celles des États et les données nationales sur la population, ainsi qu'à une étude de surveillance prospective populationnelle concernant la MCS, a révélé que l'incidence ajustée selon l'âge de la MCS aux États Unis s'élevait à 60 pour 100 000 habitants en 2009, ce qui est similaire aux résultats que nous avons obtenus au QuébecNote de bas de page 24. En parallèle avec la diminution de la mortalité attribuable aux CI, la tendance de l'incidence de la MCS a également diminuénote de bas de page 25.

Limites

L'utilisation de données médico administratives rétrospectives pour estimer le fardeau des maladies présente de nombreuses limites qui ont déjà été décritesNote de bas de page 7,Note de bas de page 8,Note de bas de page 17,Note de bas de page 18,Note de bas de page 20 : une sous estimation peut être liée aux cas qui se trouvent dans des maisons de soins de longue durée, de réadaptation ou d'autres établissements, au paiement des médecins par d'autres méthodes que le paiement à l'acte ainsi qu'au fait que seuls les cas en contact avec le système de santé sont relevés. Toutefois, certaines de ces limites ont moins de répercussions en ce qui concerne les CI, car ces dernières sont souvent traitées en milieu hospitalier et elles sont généralement symptomatiques. La définition de cas des CI optimise la spécificité (97,5 %) et la valeur prédictive négative (97,7 %), alors que la sensibilité (77,0 %) et la valeur prédictive positive (75,3 %) sont moins élevéesNote de bas de page 19. Il peut être difficile d'établir avec fiabilité si une CI est la cause du décès, en particulier en l'absence d'antécédents de CI ou si aucune autopsie n'est pratiquée. Néanmoins, la fiabilité des certificats de décès a été validée par l'étude cardiovasculaire de FraminghamNote de bas de page 26 et par l'étude de cohorte sur le risque d'athérosclérose dans les collectivités (Atheroslerosis Risk in Communities, ARIC)Note de bas de page 27, et la valeur prédictive positive était de 67 % dans les deux études. Selon ces études, les décès attribuables aux CI, d'après les certificats de décès, étaient surestimés de respectivement 24 % et 20 %. Toutefois, même en tenant compte de cette surestimation, l'ajout des décès attribuables aux CI n'a pas influé sur les cas prévalents dans notre étude. Notre indicateur de la MCS, les CI silencieuses, peut être surestimé, car les patients pouvaient aussi présenter un diabète, une hypertension ou une autre maladie cardiovasculaire pouvant être associé au décès par CI et l'expliquer.

Forces

Comme le Québec dispose d'un système de soins de santé universel, l'accès au traitement pour tous les patients présentant des symptômes évoquant une CI devrait être le mêmeNote de bas de page 28. Nous avons eu recours à une définition validée des CI fondée sur les codes de diagnostic et de traitement, ce qui augmente la sensibilité et la spécificité, et fondée aussi davantage sur les données hospitalières, qui ont démontré leurs utilités et leurs efficacitésNote de bas de page 29. Étant donné que le SISMACQ contient toutes les données sur la santé concernant plusieurs maladies chroniques pour presque toute la population du Québec (95 % en 2011-2012Note de bas de page 17, les données que nous avons utilisées sont très représentatives. Comme ce système de surveillance a déjà recueilli pour plus de 15 ans de données et qu'il fonctionne sans interruption, les tendances futures peuvent être facilement déterminées et les services de santé être ajustés en conséquence.

Le Québec est l'une des rares provinces canadiennes capable de jumeler le fichier des décès du registre des événements démographiques avec d'autres données médico administrativesNote de bas de page 18. En conséquence, notre étude est renforcée par l'inclusion des cas de personnes décédées en raison d'une CI non diagnostiquée.

Enfin, notre indicateur de MCS est consolidé par le fait que la majorité (62 %) des jeunes touchés par la MCS ont eu de l'angineNote de bas de page 30. Cela signifie que le diagnostic de CI, qui inclut l'angine, était probablement présent avant le décès. Cet indicateur correspond également à la définition la plus instinctive, étant donné qu'il répond à l'une des premières questions soulevées lorsqu'une personne meurt subitement, soit « Est ce que cette personne était à risque ou avait des antécédents de CI? »

Conclusion

Les tendances liées aux CI sont encourageantes car elles sont à la baisse, de plus, la proportion identifiée uniquement à l'aide du fichier des décès diminue également et elle est très faible. L'indicateur de MCS représente une proportion insignifiante des CI, comme l'illustre la prévalence. Nous pouvons donc supposer que la prévention secondaire a été bénéfique. La prévention primaire des CI devrait être renforcée, car certains cas n'ont été identifiés qu'après le décès par CI, particulièrement chez les personnes âgées. Toutefois, une conséquence méthodologique de notre confirmation qu'une très faible proportion de Québécois meurt subitement en raison d'une CI est que les demandes de paiement à l'acte et les données hospitalières sont suffisantes pour effectuer la surveillance des CI. Étant donné que l'ensemble des provinces et des territoires canadiens disposent d'un système de santé universel semblable, nous pouvons extrapoler que la surveillance des CI au Canada peut se fonder uniquement sur ces deux bases de donnéesNote de bas de page 18. Néanmoins, les futures études sur les CI silencieuses devraient inclure le lieu de décès ainsi que les antécédents d'autres diagnostics en vue d'établir le profil des personnes les plus à risque. Les recommandations de santé publique devraient également souligner que la consultation d'un médecin pour les maladies cardiovasculaires et ses facteurs de risque, c'est à dire la prévention primaire, constitue le meilleur moyen d'améliorer encore les tendances associées aux CI et à la MCS.

Remerciements

Les auteurs remercient l'Agence de la santé publique du Canada et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec pour leur contribution financière.

Références

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :