Synthèse des données probantes – Examen rapide des études spatialisées traitant des lieux d’activité physique et de sédentarité des enfants et des adultes

Stephanie A. Prince, Ph. D.Rattachement de l'auteur 1Rattachement de l'auteur 2; Gregory P. Butler, M. Sc.Rattachement de l'auteur 1; Deepa P. Rao, Ph. D.Rattachement de l'auteur 1; Wendy Thompson, M. Sc.Rattachement de l'auteur 1

https://doi.org/10.24095/hpcdp.39.3.01f

Cet article a fait l'objet d'une évaluation par les pairs.

Rattachement des auteurs :

Rattachement de l'auteur 1

Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario), Canada

Retour à Rattachement de l'auteur 1

Rattachement de l'auteur 2

Division de la prévention et de la réadaptation cardiaques, Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa, Ottawa (Ontario), Canada

Retour à Rattachement de l'auteur 2

Correspondance : Stephanie A. Prince, Centre de surveillance et de recherche appliquée, Agence de la santé publique du Canada, 785, avenue Carling, Ottawa (Ontario)  K1A 0K9; tél. : 613-558-5950; courriel : stephanie.princeware@canada.ca

Résumé

Introduction. Les systèmes de géolocalisation par satellite (GPS) peuvent fournir un contexte supplémentaire sur les lieux où l'activité physique (AP) et les activités sédentaires (AS) sont pratiquées, surtout lorsque les données GPS sont superposées à celles de la mesure objective du mouvement. L'objectif de cet examen rapide était de résumer les données probantes tirées d'études spatialisées faisant appel à l'utilisation simultanée de GPS et de mesures objectives de l'AP et de l'AS.

Méthododologie. Six bases de données ont été consultées afin de recenser les études qui faisaient appel pour quantifier la localisation du mouvement à l'utilisation simultanée de GPS et de mesures objectives de l'AP ou de l'AS. Le risque de biais a été évalué et une synthèse qualitative a été effectuée. 

Résultats. La recherche a permis de recenser 3 446 articles, dont 59 ont été inclus dans la revue, soit 22 études portant sur les enfants, 17 sur les adolescents et 20 sur les adultes. Un environnement favorable au transport actif est apparu comme un facteur important contribuant à l'activité physique d'intensité modérée à vigoureuse (APMV) chez les enfants, les adolescents et les adultes. Chez les enfants et les adolescents, l'école constitue un lieu important pour la pratique d'APMV, plus particulièrement la cour d'école dans le cas des enfants. Les lieux intérieurs (p. ex. les écoles et le domicile) semblent favoriser davantage la pratique d'AP légère et les AS. L'examen a été limité par le manque de normalisation de la nomenclature utilisée pour décrire les lieux et les méthodes ainsi que les mesures des écarts.

Conclusion. D'après les données probantes, un environnement favorable au transport actif contribuerait de façon importante à l'APMV tout au long de la vie d'une personne. Nous avons besoin d'études spatialisées fournissant la localisation de toutes les intensités de mouvement (avec le nombre de minutes et la proportion de chaque intensité), portant sur l'ensemble de la journée et utilisant des échantillons représentatifs de plus large taille.

Mots-clés : activité motrice, temps consacré à des activités sédentaires, localisation, environnement bâti, transport actif

Points saillants

  • L'environnement lié au transport actif est un facteur important qui contribue à l'activité physique à la fois chez les enfants, chez les adolescents et chez les adultes.
  • Chez les enfants et les adolescents, l'école (en particulier la cour d'école) est un lieu important d'activité physique.
  • Les lieux intérieurs (p. ex. les écoles et le domicile) semblent favoriser davantage l'activité physique d'intensité légère et les activités sédentaires.

Introduction

Une augmentation de l'activité physique (AP) et une réduction des activités sédentaires (AS) jouent un rôle, de manière indépendante, dans la prévention des maladies chroniques (en particulier maladies cardiovasculaires, diabète, obésité et cancer)Note de bas de page 1Note de bas de page 2. Bien que l'importance de ces comportements liés à la santé soit largement reconnue, la majorité des enfants et des adultes ne respectent pas les lignes directrices actuelles en matière d'AP et consacrent la majeure partie de leurs journées à des comportements sédentairesNote de bas de page 3Note de bas de page 4Note de bas de page 5. De plus, les niveaux d'AP diminuent avec l'âge, et on observe souvent des différences entre les sexes liées à la pratique d'une APNote de bas de page 6Note de bas de page 7. L'environnement bâti désigne le milieu physique qui nous entoure, ce qui inclut en particulier les parcs, les lieux de travail, les écoles, les infrastructures de transport actif et le domicile. L'environnement bâti a été associé à divers niveaux d'AP et d'ASNote de bas de page 8Note de bas de page 9.

Une grande partie des données probantes sur la relation entre l'environnement bâti et l'AP et les AS sont tirées d'études transversales qui recueillent des renseignements contextuels (p. ex. la présence de parcs dans le quartier) à partir soit d'une auto‑évaluation des perceptions de l'environnement, soit de données de systèmes d'information géographique (SIG), en lien avec le mouvement (principalement fondé sur des données autodéclarées)Note de bas de page 10Note de bas de page 11Note de bas de page 12. Bien que cette information puisse fournir une évaluation du contexte environnemental, elle ne permet pas toujours d'établir un lien de causalité direct quant à l'endroit précis où le comportement d'une personne est observé. La typologie en matière de mouvements spécifiques au contexte porte sur des mouvements associés à des domaines ou des lieux précis. Certaines études contextuelles ont examiné les comportements en lien avec diverses localisations comme les quartiersNote de bas de page 13 ou les parcsNote de bas de page 14, au moyen de l'observation directe ou de la cartographie, et peuvent ainsi fournir des renseignements détaillés sur les diverses composantes de l'environnement avec lesquelles les personnes interagissent (p. ex. les sentiers dans un parc, les modules de jeu, etc.). Ces études se limitent cependant souvent à un seul lieu ou domaine et peuvent exiger beaucoup de temps et de ressources.

L'avènement de nouvelles technologies pour détecter la localisation d'une personne, comme les systèmes de géolocalisation par satellite (GPS), peut contribuer à mieux définir le contexte associé à l'endroit précisoù sont pratiquées l'AP et les ASNote de bas de page 15Note de bas de page 16Note de bas de page 17. De plus, la superposition des données GPS aux données sur le mouvement mesuré objectivement permet de quantifier de façon plus robuste le comportement observé dans certains lieux et permet de brosser un tableau plus complet des endroits où une personne pratique certaines activitésNote de bas de page 18. Le fait de fournir un contexte plus large peut favoriser la compréhension de la localisation exacte des comportements observés comme des différences au cours de la vie et entre les sexes. L'objectif de notre examen était de recenser et de synthétiser les données probantes tirées d'études spatialisées utilisant simultanément des GPS et des mesures objectives de l'AP ou des AS.

Méthodologie

Nous avons choisi la méthode de l'examen rapide, dont le protocole a été enregistré préalablement auprès de PROSPERO (consulter le site https://www.crd.york.ac.uk/prospero/ [en anglais], n° CRD42018084640). L'examen rapide fait appel à la méthodologie générale de la revue systématique, mais offre la possibilité de faire diverses modifications afin d'assurer une publication plus rapide. Notre examen rapide a donc employé une méthodologie de revue systématique, mais a fait appel à un seul examinateur et à un seul responsable de l'extraction des données, avec néanmoins des mécanismes de vérification des données.

Critères d'inclusion des études à l'examen rapide

Population

Nous avons sélectionné des données de pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à revenu élevéNote de bas de page 19 et de populations apparemment en santé. Nous avons regroupé les résultats en trois catégories, soit les enfants (3 à 11 ans), les adolescents (12 à 17 ans) et les adultes (18 ans et plus).

Exposition

Notre examen a porté sur des études utilisant des données GPS pour déterminer objectivement l'emplacement de comportements associés à des mouvements. Les technologies GPS utilisent le système mondial de navigation par satellite (GNSS) pour déterminer l'emplacement, la direction et la vitesse d'un appareilNote de bas de page 20. Dans le cadre de notre examen rapide, le transport actif a été choisi comme terme pour définir la localisation de comportements spécifiques au transport n'ayant pas été pris en compte autrement (p. ex. le trajet entre le domicile et l'école).

Résultats des études

Les études devaient avoir utilisé une mesure objective du mouvement comme des podomètres, des moniteurs de fréquence cardiaque et des accéléromètres afin de définir le temps consacré à une activité sédentaire et celui consacré à une activité physique légère (APL), modérée (APM) ou vigoureuse (APV).

Plan d'étude

Nous avons inclus à la fois des études observationnelles (études de cohortes prospectives, études transversales et études cas‑témoins) et expérimentales (essais contrôlés randomisés, études de type avant‑après et quasi‑expérimentales) et nous avons exclu les revues de littérature et les études qualitatives.

Statut et langue de publication

Seuls les études publiées et les mémoires indexés, rédigés en français ou en anglais, étaient admissibles pour cet examen rapide.

Stratégie de recherche

Nous avons élaboré une stratégie de recherche exhaustive en collaboration avec deux bibliothécaires spécialisées en recherche. Nous avons consulté six bases de données bibliographiques : Ovid MEDLINE(R) In-Process (de 1946 au 5 janvier 2018), Ovid EMBASE (de 1974 au 5 janvier 2018), Ovid PsycINFO (de 1806 à la première semaine de janvier 2018), EBSCO CINAHL (de 1982 au 5 janvier 2018), EBSCO SportDISCUS (de 1830 à la deuxième semaine de novembre 2017) et ProQuest Dissertations & Theses Global (de 1743 au 5 janvier 2018). La stratégie de recherche utilisée pour MEDLINE est présentée dans le tableau 1. Nous avons également consulté les bibliographies des principales revues de littérature.

Tableau 1. Stratégie de recherche dans Ovid MEDLINE
# Recherches Résultats
1 (« global positioning » ou « gps » ou « geographic information system? » ou « GIS » ou Garmin ou Qstarz ou Geostats ou NAVSTAR).tw,kf. 32 312
2 Geographic Information Systems/ 7 617
3 1 ou 2 34 947
4 (acceleromet* ou inclinomet* ou pedomet* ou stepscount ou piezo* ou yamax ou « digiwalker* » ou « digi walker* » ou « digi-walker* » ou lifecorder* ou accusplit ou actigraph ou actical* ou actimet* ou actiheart* ou bodymedia ou geneactiv* ou activinsights ou fitbit* ou polar* ou omron).tw,kf. 249 142
5 exp Accelerometry/ 6 695
6 Monitoring, Ambulatory/ 8 147
7 ((activity ou exercise ou step? ou move*) adj3 (monitor* ou track* ou count*)).tw,kf. 31 451
8 ou/4-7 285 476
9 3 et 8 945

Sélection des études

Les articles ont été importés dans RefWorks (RefWorks, Bethesda, MD, USA) pour supprimer les doublons puis exportés vers Microsoft Excel pour un tri préliminaire. Un examinateur (SAP) a passé en revue les titres, les résumés et les textes intégraux de toutes les études et, en cas de doute, il a consulté un coauteur (GPB).

Extraction et analyse des données

Les formulaires d'abstraction de données ont été remplis dans Microsoft Excel par un chercheur (SAP), puis un échantillon aléatoire de 10 % a été vérifié par un autre chercheur (AM). Ont été extraits les détails de publication (auteur, année, lieu), la taille de l'échantillon, le plan d'étude, les caractéristiques des participants (âge, sexe, population), la période de collecte des données (p. ex. sept jours de port), le moniteur GPS, le moniteur d'activité et ses seuils (p. ex. AS de moins de 100 mouvements par minute), les lieux évalués (p. ex. domicile, travail, école, transport, parc), les résultats évalués (p. ex. AS, APL, activité physique modérée à vigoureuse [APMV], nombre de pas) et enfin la description des résultats.

En raison de l'hétérogénéité dans la formulation des résultats d'une étude à l'autre et de l'absence d'information sur les écarts, nous avons réalisé une synthèse qualitative. Les données étaient insuffisantes pour réaliser un examen tenant compte des différences de statut socioéconomique, du coût relié au lieu ou du pays. Les différences selon le sexe ont été analysées dans la mesure du possible.

Évaluation du risque de biais

Le risque de biais dans les études individuelles a été évalué à l'aide d'une version modifiée de l'outil d'évaluation du risque de biais de la collaboration CochraneNote de bas de page 21. Notre évaluation visait à relever les biais potentiels suivants : biais de sélection (méthodes d'échantillonnage), biais de performance et de détection (problèmes relatifs à la mesure), biais d'attrition (suivi incomplet et taux de données manquantes de plus de 10 %), biais de déclaration sélective (déclaration sélective ou incomplète, avec un risque élevé dans le cas d'une analyse de données secondaires) et autres sources possibles de biais (ajustement inadéquat pour tenir compte du sexe et du temps de port).

Résultats

Description des études

La figure 1 fournit l'information sur la recherche documentaire effectuée et sur le processus de sélection des études. Sur les 3446 références recensées à l'origine, 945 ont été trouvées dans MEDLINE, 953 dans EMBASE, 619 dans PsycINFO, 207 dans CINAHL, 260 dans SPORTDiscus, 459 dans Dissertations and Theses et 3 dans d'autres sources. Au total, 59 études ont répondu à nos critères d'admissibilité. Les caractéristiques et les résultats des études sont présentés dans le tableau 2. L'examen réunit des études publiées sur 13 ans (2005 à 2017) et menées dans 12 pays, dont la majorité aux États-Unis et au Royaume-Uni, avec 3 études menées au Canada. Les GPS et les moniteurs d'activité les plus utilisés étaient respectivement QStarz Q‑1000XT et ActiGraph. Au nombre des localisations les plus courantes figuraient le domicile, l'école, le lieu de travail, le transport actif, les parcs et terrains de jeux et enfin les espaces verts. De nombreuses localisations étaient définies à l'aide de zones tampons autour d'une adresse donnée (p. ex. 50 m autour du domicile). L'APMV s'est révélé le comportement le plus étudié. Parmi les études retenues, 22 concernaient les enfantsNote de bas de page 22Note de bas de page 23Note de bas de page 24Note de bas de page 25Note de bas de page 26Note de bas de page 27Note de bas de page 28Note de bas de page 29Note de bas de page 30Note de bas de page 31Note de bas de page 32Note de bas de page 33Note de bas de page 34Note de bas de page 35Note de bas de page 36Note de bas de page 37Note de bas de page 38Note de bas de page 39Note de bas de page 40Note de bas de page 41Note de bas de page 42Note de bas de page 43, 17 les adolescentsNote de bas de page 44Note de bas de page 45Note de bas de page 46Note de bas de page 47Note de bas de page 48Note de bas de page 49Note de bas de page 50Note de bas de page 51Note de bas de page 52Note de bas de page 53Note de bas de page 54Note de bas de page 55Note de bas de page 56Note de bas de page 57Note de bas de page 58Note de bas de page 59Note de bas de page 60 et 20 les adultesNote de bas de page 28Note de bas de page 61Note de bas de page 62Note de bas de page 63Note de bas de page 64Note de bas de page 65Note de bas de page 66Note de bas de page 67Note de bas de page 68Note de bas de page 69Note de bas de page 70Note de bas de page 71Note de bas de page 72Note de bas de page 73Note de bas de page 74Note de bas de page 75Note de bas de page 76Note de bas de page 77Note de bas de page 78Note de bas de page 79. La taille des échantillons variait entre 12 et 1 053 personnes, avec 39 % d'échantillons de petite taille (N ≤ 100).

Figure 1. Déroulement de la recherche documentaire et de la sélection des études

Figure 1

Équivalent textuel

Cette figure fournit l’information sur la recherche documentaire effectuée et sur le processus de sélection des études.

Sur les 3446 références recensées à l’origine, 945 ont été trouvées dans Ovid MEDLINE (de 1946 au 5 janvier 2018), 953 dans Ovid EMBASE (de 1974 au 5 janvier 2018), 619 dans Ovid PsycINFO (de 1806 à la première semaine de janvier 2018), 207 dans EBSCO CINAHL (de 1982 au 5 janvier 2018), 260 dans EBSCO SPORTDiscus (de 1830 à la deuxième semaine de novembre 2017), 459 dans ProQuest Dissertations and Theses Global (de 1743 au 5 janvier 2018) et 3 dans d’autres sources.

2245 publications uniques ont été examinées. Suite à l’examen du titre et du résumé, 2035 articles ont été exclus. Des 210 articles restants, 131 articles ont été exclus après examen de l’intégralité du texte et 43 lors de l’extraction des données, laissant un total de 59 études ayant répondu aux critères d’admissibilité.

Tableau 2. Caractéristiques des études sélectionnées et résumé des résultats
Auteur, année Pays, étude NTableau 2 Note de bas de page a (% femmes) ÂgeTableau 2 Note de bas de page b Moniteurs, temps de port Comportement LocalisationTableau 2 Note de bas de page c Résultats
Enfants

Almanza, 2012Note de bas de page 22

États-Unis, Healthy PLACES

208 (51 à 54 %)

8 à 14

ActiGraph GT2M/ GloblSat BT-335, 7 jours

APMV (> 500 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 30 m) et végétation du quartier (zone tampon de 500 m) (à l'aide de données IVDN)

AS

  • souvent pratiquées au domicile.

APMV

  • souvent pratiquées à proximité d'espaces verts.
  • Les enfants fréquentant un espace vert plus de 20 min/jour faisaient presque 5 fois plus d'APMV.

Burgi, 2016Note de bas de page 23

Suisse, ND

83 (48 %)

8,5 (0,3),

7 à 9

ActiGraph GT3X/BT-QStarz Q1000XT, 7 jours (médiane de 12,6 h/jour)

Sédentarité (< 101 cpm), APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 30 m), école de l'enfant (zone tampon de 10 mTableau 2 Note de bas de page *), autre école (zone tampon de 10 mTableau 2 Note de bas de page *), installations sportives (zone tampon de 10 mTableau 2 Note de bas de page *), rues (zone tampon de 10 mTableau 2 Note de bas de page *), parcs et terrains de jeux publics (zone tampon de 10 mTableau 2 Note de bas de page *), autre (autre domicile, commerce, restaurants), en dehors d'une zone urbaine

Nombre médian de minutes hebdomadaires (IIQ) et proportion médiane (IIQ) du temps d'AS, par localisation :

  • Domicile = 529,7 (255,0 à 798,5) et 60 % (52,4 % à 64,5 %)
  • École de l'enfant = 597,7 (509,0 à 731,7) et 51,7 % (47,8 % à 56,6 %)
  • Autre école = 46,7 (4,7 à 87,3) et 41,2 % (30,8 % à 55,1 %)
  • Parc = 15,7 (1,7 à 57,8) et 37,6 % (25,9 % à 52,2 %)
  • Sport = 8,5 (0,0 à 52,2) et 42,5 % (21,3 % à 62,4 %)
  • Rue = 234,5 (173,3 à 378,2) et 46,0 % (39,9 % à 49,7 %) [peut découler du transport motorisé]
  • Autre = 206,5 (130,5 à 304,2) et 50,3 % (43,4 % à 58,0 %)
  • À l'extérieur = 26,5 (0,0 à 129,8) et 52,5 % (42,0 % à 68,2 %)
  • Le domicile (60,0 %), l'école de l'enfant (51,7 %) et l'extérieur (52,5 %) sont les endroits où le plus de temps a été consacré à des AS.

Nombre médian de minutes hebdomadaires (IIQ) et proportion médiane (IIQ) du temps d'APMV, pour chaque localisation :

  • Domicile = 57,3 (32,2 à 91,8) et 6,3 % (4,8 % à 9,3 %)
  • École de l'enfant = 121,5 (86,2 à 184,3) et 10,0 % (8,1 % à 13,4 %)
  • Autre école = 13,0 (3,3 à 28,2) et 15,4 % (7,1 % à 23,8 %)
  • Parc = 9,3 (1,5 à 29,5) et 17,3 % (7,2 % à 25,8 %)
  • Sport = 4,3 (0,3 à 21,3) et 15,4 % (5,9 % à 33,1 %)
  • Rue = 90,5 (56,0 à 127,0) et 15,7 % (11,7 % à 19,7 %)
  • Autre = 42,5 (24,7 à 78,7) et 11,1 % (7,8 % à 15,6 %)
  • À l'extérieur = 3,3 (0,0 à 19,5) et 8,4 % (3,2 % à 16,1 %)

Proportion des APMV totales hebdomadaires :

  • École de l'enfant = 30,8 %
  • Rues = 21,4 %
  • Domicile = 15,2 %

Cerin, 2016Note de bas de page 24

États-Unis, ND

66 (42 %)

4,5 (0,8)

ActiGraph GT3X/QStarz Q100X, 1 semaine (durée moyenne du port ND)

Sédentarité (< 152 cpm), APMV (≥ 1 680 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 30 m), garderie/école (zone tampon de 30 m), parc/terrain de jeux (zone tampon de 30 m), autre endroit sans zone de jeux extérieure (zone tampon de 30 m), autre endroit avec zone de jeux extérieure (zone tampon de 30 m). Tous les endroits comprennent le temps passé à l'intérieur et à l'extérieur.

Proportion du temps par localisation (ET) consacré à des AS :

  • Domicile = 45 % (50 %)
  • Autres endroits dans un immeuble à appartements = 32 % (47 %)
  • Autre domicile = 41 % (49 %)
  • Garderie/école = 51 % (50 %)
  • Garderie/école chez les enfants inscrits seulement = 51 % (50 %)
  • Parc/terrain de jeux = 24 % (43 %)
  • Autre endroit sans zone de jeux extérieure = 47 % (50 %)
  • Autre endroit avec zone de jeux extérieure = 49 % (50 %)
  • À l'intérieur = 46 % (50 %)
  • À l'extérieur = 43 % (50 %)
  • Dans un véhicule = 64 % (48 %)
  • Les enfants étaient moins susceptibles de pratiquer des AS à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Proportion du temps par localisation (ET) consacré à des APMV :

  • Domicile = 12 % (33 %)
  • Autres endroits dans un immeuble à appartements = 15 % (35 %)
  • Autre domicile = 13 % (34 %)
  • Garderie/école = 8 % (27 %)
  • Garderie/école chez les enfants inscrits seulement = 7 % (26 %)
  • Parc/terrain de jeux = 30 % (46 %)
  • Autre endroit sans zone de jeux extérieure = 9 % (29 %)
  • Autre endroit avec zone de jeux extérieure = 9 % (29 %)
  • À l'intérieur = 11 % (35 %)
  • À l'extérieur = 14 % (35 %)
  • Dans un véhicule = 2 % (15 %)
  • Les enfants étaient le plus actifs dans les parcs/terrains de jeux et le moins actifs dans les garderies et les écoles.
  • Les enfants étaient plus susceptibles de pratiquer des APMV à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Coombes, 2013Note de bas de page 25

Royaume-Uni, SPEEDY

100 (53 %)

9-10

ActiGraph GT1M/ Garmin Forerunner 205, 4 jours où il n'y a pas d'école (c.-à-d. jours fériés et 2 jours de fin de semaine)

Sédentarité (≤ 100 cpm), APL (101 à 1 999 cpm, en continu), APM (2 000 à 3 999 cpm, en continu), APV (≥ 4 000 cpm, en continu), APMV (≥ 2000 cpm, en continu), APMV (périodes de 5 min)

Plages, boisés, prairies, terres cultivées, parcs, jardins privés (cour privée), routes et chaussées, autre utilisation des terrains bâtis, immeubles. Endroits identifiés à l'aide d'ensembles de données sur l'affectation des sols; chaque point de données GPS s'est vu assigner une catégorie d'affectation des sols en fonction du cadastre dont il relevait.

Proportion des APL totales quotidiennes :

  • Immeubles = 24,1 %
  • Jardins privés = 29 % (26 min/jour)
  • Routes/chaussées = 13,2 %

Proportion des APM totales quotidiennes :

  • Immeubles = 20 %
  • Jardins privés = 27 % (7 min/jour)
  • Routes/chaussées = 11,8 %

APMV

  • Des différences dans le pourcentage de contribution du type d'occupation du territoire aux APMV ont été observées lorsqu'on comparait les activités physiques organisées et non organisées : un pourcentage beaucoup plus élevé d'activités non organisées étaient pratiquées dans des immeubles (p < 0,001, 21,5 % contre 6,9 %), ce qui équivaut à +5 min/jour; dans le cadre d'une autre utilisation des terrains bâtis (p = 0,015, 15,7 % contre 10,6 %), ce qui équivaut à +3 min/jour; dans des jardins privés ( p < 0,001, 29,2 % contre 20,6 %), ce qui équivaut à +6 min/jour.
  • Un pourcentage beaucoup plus élevé d'activités organisées étaient pratiquées sur les routes et les chaussées par rapport aux activités non organisées ( p < 0,001, 17,1 % contre 9,1 %) = différence de 36 secondes.

Proportion des APV totales quotidiennes :

  • Immeubles = 17,9 %
  • Jardins privés = 31 % (4 min/jour)
  • Routes/chaussées = 9,1 %

Différences entre les sexes

  • Les garçons passaient plus de temps dans les jardins privés, sur les routes/chaussées et sur les terres cultivées que les filles.

Cooper, 2010Note de bas de page 26

Angleterre, Étude PEACH

137 (66 %)

11,3 (0,3)

ActiGraph GT1M/ Garmin Foretrex 201, 2 jours de port combiné; entre 8 h et 9 h.

APMV (> 3 200 cpm, en continu) durant le trajet pour se rendre à l'école

TA (trajet pour se rendre à l'école, identifié sous forme de points à l'extérieur du polygone de terrain de jeux), terrain de jeux de l'école (polygone tracé autour du terrain de jeux)

APMV

  • Les niveaux d'APMV durant le trajet étaient significativement plus élevés que ceux du terrain de jeux (2 131,3 contre 1 089,7 cpm, p < 0,001).
  • Un tiers du temps de trajet a été consacré à des APMV (1,6 min, 30,8 %), le reste du temps a été passé au terrain de jeux (0,6 min ou 10,0 % à des APMV).
  • Les enfants allant à l'école à pied étaient plus actifs que ceux s'y rendant en voiture.
  • Les marcheurs parcouraient une distance linéaire plus courte (0,5 mille) pour se rendre à l'école que les usagers d'une voiture (0,9 mille) et d'un autobus (1,12 mille).

Dessing, 2013Note de bas de page 27

Pays-Bas, Étude SPACE

76 (58 %)

8,6 (1,4),

6 à 11

ActiGraph GT1M/ QStarz BT-1000X, 7 jours (durée moyenne du port de 11,2 h/jour)

APMV (> 2 296 cpm, en continu)

Cour d'école (zone tampon de 10 m du polygone de la cour d'école), bâtiment scolaire (points durant les heures de classe), à l'extérieur du milieu scolaire (zone tampon > 10 m autour de l'école)

Nombre de minutes quotidiennes (ET) et proportion (ET) du temps d'APMV, par localisation :

  • Garçons : cour d'école = 8,8 min (5,1) et 27,3 % (12,7 %)
  • Garçons : à l'intérieur de l'école = 4,9 min (5,2) et 2,1 % (2,1 %)
  • Filles : cour d'école = 7,0 min (5,1) et 16,7 % (10,4 %)
  • Filles : à l'intérieur de l'école = 7,1 min (8,2) et 2,8 % (3,2 %)
  • Une très faible proportion du temps passé à l'intérieur de l'école a été consacrée à des APMV.

Proportion des APMV totales quotidiennes :

  • Les enfants sont le plus actifs dans la cour d'école pendant la récréation, bien qu'ils n'y soient présents que 6 % du temps, cela contribue à 17,5 % du temps d'APMV chez les garçons et et à 16,8 % chez les filles.

Différence entre les sexes

  • Les garçons sont plus actifs dans la cour d'école que les filles, surtout pendant la récréation.

Dunton, 2013Note de bas de page 28

États-Unis, ND

291 (53 %)

11,2, 8 à 14

ActiGraph GT2M/ GlobalSat BT-335, 7 jours (moyenne = 4,5 jours à 310,8 min/jour par jumelage parent-enfant)

Sédentarité parent-enfant (< 100 cpm) et APMV (seuils selon l'âge de 4 MET)

Secteur résidentiel (zone tampon de 500 m autour du quartier de résidence, p. ex. maisons, appartements, copropriétés), secteur commercial (p. ex. magasins de vente au détail, restaurants, services personnels, centres de conditionnement physique privés/gymnase, motels), espaces ouverts (p. ex. parcs, jardins, réserves fauniques), établissements d'enseignement (p. ex. écoles), installations publiques (p. ex. gouvernement, soins de santé, lieux de culte, bibliothèques, centres communautaires), autres (p. ex. routes, eau)

Proportion des AS totales (parent-enfant) :

  • Secteur résidentiel = 76 %
  • Secteur commercial = 10 %
  • Espaces ouverts = 8 %
  • Établissements d'enseignement = 2 %
  • Installations publiques = 3 %
  • Autre = 1 %
  • Les parents et les enfants ont consacré 92,9 (ET = 40,1) min/jour à des AS ensemble.

Proportion des APMV totales (parent-enfant) :

  • Secteur résidentiel = 35 %
  • Secteur commercial = 24 %
  • Espace ouvert = 20 %
  • Établissements d'enseignement = 14 %
  • Installations publiques = 7 %
  • Utilisations mixtes/autre affectation des sols = 1 %
  • Les parents et les enfants ont consacré 2,4 (ET = 4,1) min/jours à des APMV ensemble.

Dunton, 2014Note de bas de page 29

États-Unis, Healthy PLACES

135 (50 %)

8 à 14

ActiGraph GT2M/ GlobalSat BT-335, 7 jours (temps moyen de port ND)

APMV (seuils selon l'âge ≥ 4 MET)

Parcs (à l'intérieur d'une zone tampon d'un rayon de 500 m, qui comprend les forêts et les parcs nationaux, d'État, de comté et municipaux)

APMV

  • Seulement 27 % ont fréquenté un parc de quartier; du nombre d'enfants ayant beaucoup utilisé les parcs (> 15 min), 58 % y avaient consacré ≥ 15 min à des APMV.
  • Les enfants ayant beaucoup fréquenté le parc ont consacré un nombre médian de 44,3 min (IIQ : 8,5, 163,5) à des APMV par semaine dans le parc.
  • La proximité du parc est liée à son utilisation.

Eyre, 2014Note de bas de page 30

Angleterre, ND

64 (53 %)

7 à 9

Garmin Forerunner 305, 4 jours (y compris 2 jours de fin de semaine; temps moyen de port = 388 ± 179 min)

APMV (≥ 50 % de la fréquence cardiaque de réserve)

École (à l'intérieur et à l'extérieur : terrain de l'école, terrain de jeux de l'école, intérieur de l'école), domicile, TA (non défini), intérieur (domicile, autre immeuble et école), extérieur (espace vert et espace non vert)

Proportion des APMV totales :

  • École = 43 %
  • Jeux extérieurs (rue/jardin) = 23 %
  • Domicile = 20 %
  • TA = 14 %
  • Le temps consacré à des APMV à l'intérieur est plus élevé les jours de semaine que les fins de semaine (41 ± 30 % contre 17 ± 20 %, p = 0,01).

Proportion (ET) du temps par localisation consacré à des APMV :

  • À l'extérieur = 59 % (45 %)
  • À l'intérieur = 27 % (27 %)

Différences entre les sexes

  • Les filles passaient moins de temps à l'extérieur les jours de semaine que les fins de semaine (32 % contre 54 %).
  • Les garçons passaient plus de temps à l'extérieur les jours de semaine que les fins de semaine (41 % contre 33 %).
  • Aucune différence significative entre les sexes pour ce qui est du pourcentage du temps passé à l'intérieur ou dans un espace vert.

Jones, 2009Note de bas de page 31

Angleterre, SPEEDY

100 (53 %)

9-10

ActiGraph GT1M/ Garmin Forerunner 205, 4 jours (garçons : 11,1 ± 2,2 h/jour; filles : 10,0 ± 3,2 h/jour de port du moniteur)

APMV (périodes de 5 min, ≥ 2 000 cpm)

Intérieur du quartier (réseau piétonnier ≤ 800 m autour du domicile), extérieur du quartier (réseau > 800 m), immeubles (domiciles, magasins, installations sportives intérieures, structure couverte), autre utilisation des terrains bâtis, routes et chaussées, jardins (privés), parcs, terres cultivées, prés, boisés, plages

Nombre total moyen de minutes (ET) et proportion des APMV sur 4 jours :

  • Intérieur du quartier = 24,9 (30,1) ou 62,5 %
  • Extérieur du quartier = 14,9 (25,7)
  • Immeubles = 2,8 (6,0)
  • Autre utilisation des terrains bâtis = 5,5 (10,7)
  • Routes et chaussées/rues = 7,5 (11,7)
  • Jardins = 9,6 (16,5)
  • Parcs = 2,9 (10,0)
  • Terres cultivées = 5,4 (14,8)
  • Prés = 47 (127)
  • Boisés = 1,2 (2,8)
  • Plages = 0,2 (1,7)
  • Les enfants qui passaient plus de temps à l'extérieur étaient les plus actifs.
  • Chez les enfants en milieu urbain, les jardins (28 %) et les rues (20 %) étaient les endroits le plus souvent fréquentés pour pratiquer des APMV organisées.
  • Chez les enfants en milieu rural, les terres cultivées (22 %) et les prairies (18 %) étaient les endroits les plus fréquentés.
  • Les jardins et les rues ont enregistré la plus grande quantité d'APMV.

Différences entre les sexes

  • Les garçons étaient plus nombreux que les filles à pratiquer des APMV hors du quartier (p = 0,05); les filles pratiquaient plus d'APMV dans le quartier.

Lee, 2014Note de bas de page 32

États-Unis, Why and Why Nots of Active Living

112 (51 %)

9,5, 7 à 12

ActiGraph GT1M or GT3X/Garmin Forerunner 203, 7 jours (minimum 8 h/jour)

APMV (≥ 4 MET) totales en continu

Trajets du domicile à l'école (TA); marcheurs (marchent pour aller à l'école et en revenir au moins une fois par semaine, vivent à ½ mille de l'école et les parents ont déclaré que la distance peut se faire à pied); marcheurs captifs (marchent pour aller à l'école et en revenir, distance > ½ mille ou les parents ont déclaré que la distance est trop grande); non-marcheurs (ne marchent pas pour aller à l'école et en revenir)

APMV

  • Les trajets pour se rendre à l'école correspondent à une moyenne de 6,9 (10,1) min/jour ou 11,1 % des APMV totales quotidiennes.
  • Chez ceux qui marchaient pour aller à l'école, les APMV liées au trajet ont contribué à 13,7 (11,8) min/jour ou à 21,8 % (18,8 %) des APMV totales, comparativement à 1,4 (1,9) min/jour ou à 2,4 % (3,2 %) chez ceux qui ont utilisé d'autres formes de transport.
  • Les « marcheurs » ont consacré 9,0 min/jour à des APMV liées au trajet (16,1 % des APMV totales) par rapport aux « marcheurs captifs » (distance plus longue) qui avaient consacré 19,9 min/jour (29,4 % des APMV totales).
  • Tous les marcheurs ont consacré 12 min/jour de plus que les non‑marcheurs (13,7 contre 1,4 min/jour, p < 0,001).
  • Se rendre à l'école à pied est une source importante d'APMV, surtout pour ceux qui sont généralement moins actifs.
  • La majorité des trajets étaient motorisés ou en modes combinés; 29,1 % des déplacements ont été réalisés à pied et 4,7 % à vélo.

Différences entre les sexes

  • Aucune différence significative entre les sexes n'a été observée.

Mackett, 2007Note de bas de page 33

Royaume-Uni, Étude CAPABLE

82 (57 %)

8 à 11

RT3/Garmin Foretrex 201, 4 jours (2 jours de semaine et 2 jours de fin de semaine)

Intensité de l'AP à l'aide de comptes d'activité en continu (aucune valeur seuil utilisée)

Route (p. ex. routes, pistes ou sentiers) contre espace ouvert (p. ex. espace ouvert public : parcs, champs, bois)

  • Les enfants marchaient plus vite, plus droit et avec plus d'intensité sur la route que dans un espace ouvert.

McMinn, 2014Note de bas de page 34

Écosse, ND

39 (31 %)

8,5, 8 à 9

ActiGraph GT1M/ Trackstick Super, 1 trajet de l'école au domicile

APMV durant le TA du domicile à l'école (> 2 296 cpm)

TA (sont exclus les modes de transport dont la vitesse > 25 km/h), endroit situé entre le domicile et l'école : espace vert; autre espace naturel; route/piste/sentier; autre milieu façonné par l'homme

APMV

  • Chez les enfants, les APMV ont comblé 37,1 % du temps consacré au transport actif pour se rendre à l'école.
  • Le TA par les routes, les pistes ou les sentiers a été associé à une augmentation des APMV.
  • Aucune association significative entre les espaces verts et les APMV durant le transport, mais les déplacements effectués à travers d'autres affectations naturelles du sol ont entraîné une réduction des APMV.

Proportion du temps total de TA consacré à des APMV dans chaque catégorie distincte d'affectation des sols :

  • Espace vert = 36,7 %
  • Autre espace naturel = 17,6 %
  • Route/piste/sentier = 41,5 %
  • Autre milieu façonné par l'homme = 35,0 %

Moore, 2014Note de bas de page 35

Angleterre, ND

28 (61 %)

11,8, 11 à 14

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours (moyenne de 10,0 ± 2,7 h/jour)

APMV (≥ 2 220 cpm, par période de ≥ 3 min)

Domicile, école, rue, espace vert rural/urbain défini par le chercheur à l'aide de Google Maps

Nombre de minutes (ET) d'APMV quotidiennes :

  • École = 40,2 (35,1)
  • Rues = 28,1 (43,8)
  • Domicile = 11,8 (18,2)
  • Espace vert rural/urbain = 4,8 (14,5)

O'Connor, 2013Note de bas de page 36

États-Unis, ND

12 (40 %)

4,7 (0,8),

3 à 5

ActiGraph GT3X/QStarz BT 100X, ND

Comptes d'activité/30 secondes, en continu

Domicile, autre domicile, magasin, restaurant, église, centre communautaire, parc, autres endroits (tous dans une zone tampon de 100 m)

  • L'église et les parcs étaient des facteurs de prédiction importants d'un nombre accru de comptes d'activité par rapport au domicile de l'enfant.
  • Les enfants passaient beaucoup plus de temps au domicile qu'ailleurs.

Oreskovic, 2012Note de bas de page 37

États-Unis, ND

24 (58 %)

11 à 12

ActiGraph GT1/ Forerunner 201, 7 jours, dont 2 jours de fin de semaine

APMV (≥ 1 952 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 25 m), école (à 100 m du périmètre de l'école), voiture, intérieur/autre (ailleurs qu'au domicile ou à l'école), parc/terrain de jeux (y compris des espaces récréatifs extérieurs), rue/marche (tous codés par un spécialiste des SIG)

Nombre de minutes (proportion) d'APMV totales :

  • Domicile = 670 (33,5 %)
  • À l'intérieur/autre = 114 (5,7 %)
  • École = 169 (8,4 %)
  • Parc/terrain de jeux = 217 (10,8 %)
  • Rue/marche = 833 (41,6 %)

Différences saisonnières

  • La proportion des APMV totales est plus élevée au domicile en hiver (43,1 %), dans les rues/activités de marche au printemps (43,8 %) et dans les parcs/terrains de jeux en été (57,4 %).

Pearce, 2014Note de bas de page 38

Royaume-Uni, Étude PEACH

427 (54 %)

10,7 (0,5), 10 à 11

ActiGraph GT1M/ Forerunner 201, 7 jours (15 h à 22 h les jours de semaine)

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

À l'intérieur et à l'extérieur après l'école

Nombre de minutes (ET) et proportion des APMV totales quotidiennes après l'école :

  • Filles, à l'extérieur = 4,3 (6,4) min et 19,8 %
  • Garçons, à l'extérieur = 4,6 (7,1) min et 18,4 %
  • La personne qui accompagnait l'enfant avait un impact : à l'intérieur = mère/père, à l'extérieur = amis.

Pizarro, 2017Note de bas de page 39

Portugal, Projet SALTA

374 (54 %)

11,7 (0,9)

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours

APMV (≥ 2 296 cpm; périodes de 5 min)

Loisirs, école (polygone à l'aide de Google Maps), transport (zone tampon ≥ 100 m à une vitesse moyenne ≥ 1,5 km/h), domicile (zone tampon de 25 m)

Proportion des APMV totales :

  • Transport (c.-à-d. trajets pour aller à l'école et en revenir) = 45,5 %
  • École = 30,5 %
  • Loisirs = 21,3 %
  • Domicile = 2,7 %

Proportion du temps consacré à des APMV, par domaine :

  • Loisirs = 7,9 %
  • École = 12,0 %
  • Transport = 18,9 %
  • Domicile = 4,1 %

Différences entre les sexes

  • Dans le cas des APMV, les contributeurs les plus importants étaient le transport chez les filles et les loisirs chez les garçons.
  • Les filles ont passé beaucoup plus de temps en transport (29 %) que les garçons (26 %).
  • Les filles ont consacré davantage de leur temps d'APMV en transport (54,5 % contre 35,2 % chez les garçons), les garçons ont fait plus d'APMV à l'école que les filles (37 % contre 24,7 %).

Quigg, 2010Note de bas de page 40

Nouvelle-Zélande, Étude CALE

184 (54 %)

7,6, 5 à 10

ActiGraph GT1M/ GlobalStat DG-100, 7 jours (≥ 5 h/jour)

AP (comptes d'accéléromètre)

Parcs/terrains de jeux (dans les limites du parc)

Activité physique

  • 1,9 % de toutes les AP étaient pratiquées dans parc municipal.

Différences entre les sexes

  • Les garçons pratiquaient plus d'AP dans les parcs municipaux que les filles.

Southward, 2012Note de bas de page 41

Angleterre, Étude PEACH

84

11-12

ActiGraph GT1M/ Garmin Foretrex 201, trajet pour se rendre à l'école (4 jours)

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

TA : sentier pour l'aller du domicile à l'école et le retour de l'école au domicile (à 200 m du domicile et de l'école)

Nombre de minutes et proportion des APMV totales quotidiennes :

  • 22,2 min/jour ou 33,7 % (chaque trajet a contribué à 16 % à 18 % des APMV quotidiennes)
  • Aucune différence dans les APMV entre le trajet pour aller à l'école et le trajet pour en revenir.

Proportion du temps de TA consacré à des APMV :

  • ~50 %

Différences entre les sexes

  • Les APMV effectuées sur le trajet étaient les mêmes pour les garçons et les filles, mais les trajets ont contribué à une plus grande proportion d'APMV quotidiennes chez les filles (35,6 %) que chez les garçons (31,3 %).

Van Kann, 2016Note de bas de page 42

Pays‑Bas, Active Living Study

257 (53 %)

8 à 11

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 5 jours (minimum de 5 min/période passées dans la cour d'école)

Sédentarité (> 101 cpm), APMV (> 2 295 cpm, en continu)

Cour d'école (zone tampon euclidienne de 10 m)

Nombre de minutes (ET) et proportion des AS totales quotidiennes :

  • Cour d'école = 20,2 (12,0) min/jour et 4,1 % à les enfants passaient en moyenne 54 min/jour dans la cour d'école.

Nombre de minutes (ET) et proportion des APMV totales quotidiennes :

  • Cour d'école = 8,7 (6,3) min/jour et 18,3 %

Différences entre les sexes

  • Les garçons pratiquaient plus d'APMV (10,5 min, 19,2 % des APMV quotidiennes) que les filles (7,2 min, 17,6 %) dans les cours d'école.
  • Aucune différence significative entre les sexes n'a été observée en matière de sédentarité.

Wheeler, 2010Note de bas de page 43

Royaume-Uni, Étude PEACH

1 053 (53 %)

10 à 11

ActiGraph GT1M/ Garmin Foretrex 201, 4 jours (après l'école seulement)

APMV (≥ 3 200 cpm, en continu)

Espace non vert à l'intérieur et à l'extérieur; espace vert à l'extérieur; hors zone à l'extérieur

Nombre de minutes (ET) et proportion des APMV totales quotidiennes :

  • Espace vert = 8,6 % garçons et 6,1 % filles
  • Espace non vert à l'extérieur = 24,5 % garçons et 26,1 % filles
  • Hors zone à l'extérieur = 2,9 % garçons et 2,8 % filles
  • À l'intérieur = 64,1 % garçons et 65,0 % filles

Proportion du temps consacré à des APMV, par localisation :

  • Espace vert à l'extérieur = 24,2 % garçons et 17,7 % filles
  • Espace non vert à l'extérieur = 18,5 % garçons et 16,4 % filles
  • Hors zone à l'extérieur = 8,9 % garçons et 7,4 % filles
  • À l'intérieur = 5,0 % garçons et 4,0 % filles
  • Les jeunes passaient la majorité du temps à l'intérieur.
  • Temps passé dans un espace vert plus souvent consacré à des APMV que celui passé dans un « autre » espace extérieur.
  • Espaces verts importants pour favoriser une AP plus intense, mais une majorité du temps passé hors de ces espaces.

Différences entre les sexes

  • Probabilité de pratiquer des APMV dans un espace vert plutôt que dans un espace extérieur non vert plus élevée chez les garçons que chez les filles.
Adolescents

Andersen, 2017Note de bas de page 44

Danemark, ND

Début de l'étude : 354; post-renouvellement : 319

13,2 (1,18),

11 à 16

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours (~13 h/jour)

Sédentarité (≤ 100 cpm), APL (101-2 295 cpm), APMV (> 2 295 cpm, en continu)

Projet de renouvellement pré-urbain et post-urbain dans un district qui comprenait quatre nouveaux espaces verts/terrains de jeux urbains et la rénovation d'un grand parc public

AS

  • Écarts corrigés quant au temps passé dans le district entre le début de l'étude et la période post-renouvellement = +13,1 min/jour (IC à 95 % : 1,9 à 28,2, p = 0,043).

APL

  • Écarts corrigés quant au temps passé dans le district entre le début de l'étude et la période post-renouvellement = +7,8 min/jour (IC à 95 % : 1,1 à 14,7, p = 0,012).

APMV

  • Écarts corrigés quant au temps passé dans le district entre le début de l'étude et la période post-renouvellement = +4,5 (IC à 95 % : 1,8 à 7,2, p < 0,001).

Burgi, 2015Note de bas de page 45

Suisse, ND

119 (57 %)

12,5 (0,4), 11 à 14

ActiGraph GT3X/ BT-QStarz Q1000XT, 7 jours

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 30 m), école de l'enfant (tous les biens de l'école, zone tampon de 10 m), autre école, installation de loisirs (parcs publics et installations sportives, zone tampon de 10 m), rue (zone tampon de 10 m), autre (autre domicile, magasins, restaurants), en dehors des zones urbaines

Nombre médian de minutes hebdomadaires (IIQ) et proportion des APMV totales quotidiennes :

  • Domicile = 34,0 (18,5 à 59,0)
  • École de l'enfant = 74,7 (51,2 à 108,3) et 26,8 %
  • Autre école = 3,7 (0,3 à 29,0)
  • Installation de loisirs = 4,7 (0,3 à 19,8)
  • Rue = 94,3 (57,0 à 143,7) et 34,5 %
  • Autre = 25,2 (14,3 à 39,2)
  • Dehors = 0,0 (0,0 à 4,2)
  • Terrains de l'école = 33 %

Proportion médiane (IIQ) du temps consacré à des APMV, par localisation :

  • Domicile = 3,0 % (1,9 % à 4,2 %)
  • École de l'enfant = 8,6 % (5,8 % à 11,7 %)
  • Autre école = 19,2 % (8,5 % à 33,2 %)
  • Installation de loisirs = 19,4 % (6,1 % à 33,6 %)
  • Rue = 18,6 % (12,3 % à 26,9 %)
  • Autre = 7,1 % (4,9 % à 10,1 %)
  • Dehors = 5,2 % (2,3 % à 12,7 %)
  • La proportion de temps consacré à des APMV était plus élevée dans les installations de loisirs, mais celles-ci étaient moins souvent fréquentées.

Différences entre les sexes

  • Les garçons consacrent beaucoup plus de temps d'APMV à l'extérieur que les filles.
  • Les garçons pratiquent beaucoup plus d'APMV sur les terrains d'autres écoles et à leur école que les filles.

Carlson, 2016Note de bas de page 46

États-Unis, Étude TEAN

549 (50 %)

14,1 (1,4), 12 à 16

ActiGraph 7164 ou 71256 ou GT1M ou GT3X/GlobalSat DG-100, 7 jours

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 50 m), près du domicile (zone tampon du réseau de rues de 1 km), école (zone tampon de 15 m), près de l'école (zone tampon du réseau de rues de 1 km), autres endroits

Nombre de minutes (ET) et proportion des APMV totales quotidiennes les jours d'école :

  • Domicile = 5,5 (6,6) et 13,1 %
  • Près du domicile = 5,4 (9,2) et 12,9 %
  • École = 23,2 (15,0) et 55,2 %
  • Près de l'école = 2,4 (4,3) et 5,7 %
  • Autres endroits = 5,5 (9,0) et 13,1 %
  • Tous les endroits = 42,0 (22,5)

Nombre de minutes (ET) et proportion des APMV totales quotidiennes les jours où il n'y a pas d'école :

  • Domicile = 12,0 (14,1) et 37,4 %
  • Près du domicile = 6,8 (11,6) et 21,2 %
  • École = 0,6 (11,6) et 1,8 %
  • Près de l'école = 1,7 (4,9) et 5,3 %
  • Autres endroits = 11,0 (15,4) et 34,3 %
  • Tous les endroits = 32,1 (21,8)

Nombre de minutes (ET) et proportion des APMV totales quotidiennes (semaine pondérée) :

  • Domicile = 7,4 (7,4) et 18,7 %
  • Près du domicile = 5,9 (9,0) et 15,0 %
  • École = 16,7 (10,9) et 42,4 %
  • Près de l'école = 2,2 (3,8) et 5,6 %
  • Autres endroits = 7,2 (8,6) et 18,3 %
  • Tous les endroits = 39,4 (20,1)
  • Même si plus d'APMV sont pratiquées à l'école, le pourcentage est faible par rapport au temps passé à l'école.
  • Pourcentage de temps consacré à des APMV par localisation plus faible à l'école et plus élevé près du domicile ou près de l'école.

Différences entre les sexes

  • Les filles consacraient moins de min/jour d'APMV partout, sauf près de l'école.

Collins, 2015Note de bas de page 47

Angleterre, ND

75 (49 %)

13 à 14

Moniteur de fréquence cardiaque/Garmin Forerunner 305, 4 jours d'école (après l'école)

APMV (> 120 bpm, > 140 bpm)

Transport de l'école au domicile

Nombre de minutes (ET) et proportion des APMV totales quotidiennes :

  • Transport actif = 11,7 (13,8) min et 35 % (> 120 bpm)
  • Transport passif = 3,5 (5,7) min et 18 %
  • La distance de déplacement était beaucoup moins grande chez les navetteurs actifs que chez les navetteurs passifs (0,95 contre 3,38 milles).
  • Aucune différence significative dans le temps de loisirs consacré à des APMV entre les navetteurs actifs et les navetteurs passifs. Le transport actif contribue donc grandement aux niveaux d'AP en général.

Différences entre les sexes

  • Aucune différence significative entre les sexes observée pour ce qui est des APMV chez les navetteurs actifs ou chez les navetteurs actifs.

Geyer, 2013Note de bas de page 48

Écosse, Étude GAG

27 (52 %)

13 à 15

ActiGraph/BlackBerry avec GPS intégré, 6-7 jours

Sédentarité (< 1 100 cpm), APL (1 100-3 200 cpm), APMV (> 3 200 cpm, en continu) durant les heures de loisirs

Espace vert (environnements naturels dans des espaces urbains)

Proportion des APMV totales quotidiennes :

  • Espace vert = 8 % des AP totales, 11 % des APMV pratiquées durant les heures de loisirs
  • Médiane de 9 min/jour ou ~1 h/semaine passées dans un espace vert.

Proportion du temps consacré à des APMV, par localisation :

  • Espace vert = 51,5 % des APL + APMV; 19,8 % des APMV
  • Espace non vert = 18,3 %

Klinker, 2014Note de bas de page 49

Danemark, Étude WCMC

367 (52 %)

13,2 (1,2), 11 à 16

ActiGraph GT3X/QStarz BT-1000X, 7 jours (moyenne de 2,5 jours, médiane de 12,7 h/jour)

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

Terrains de l'école (adresse), clubs, installations sportives (si des activités sont offertes aux 10 à 16 ans; adresse), terrains de jeux (adresse), espace vert urbain (géodonnées), centres commerciaux (adresse), autres endroits, école, récréation (à l'aide de l'horaire des cours), éducation physique (à l'aide de l'horaire des cours), transport, domicile (zones tampons de 10 m)

Nombre médian de minutes (IIQ) d'APMV totales quotidiennes (garçons) :

  • Terrains de jeux = 0,0 (0,0 à 0,5)
  • Durant le TA = 10,3 (5,6 à 15,6)
  • Éducation physique = 19,5 (9,8 à 34,8)
  • Dans des installations sportives = 0,2 (0,0 à 4,8)
  • Espace vert urbain = 1,9 (0,5 à 4,4)
  • Terrains de l'école = 2,8 (1,5 à 7,3)
  • Récréation = 8,3 (5,9 à 12,3)
  • Transport passif = 0,3 (0,0 à 4,1)
  • Domicile = 4,8 (2,3 à 10,3)
  • Centre commercial = 0,0 (0,0 à 0,0)
  • Autres endroits = 5,0 (2,6 à 11,3)

Proportion médiane du temps consacré à des APMV, par localisation (garçons) :

  • Terrains de jeux = 35,4 %
  • Durant le TA = 34,7 %
  • Éducation physique = 25,8 %
  • Dans des installations sportives = 24,3 %
  • Espace vert urbain = 23,8 %
  • Terrains de l'école = 20,7 %
  • Récréation = 15,8 %
  • Transport passif = 15,5 %
  • Domicile = 3,4 %
  • Centre commercial = 6,1 %
  • Autres endroits = 3,2 %

Nombre médian de minutes (IIQ) d'APMV totales quotidiennes (filles) :

  • Terrains de jeux = 0,0 (0,0 à 0,3)
  • Durant le TA = 9,6 (4,5 à 16,2)
  • Éducation physique = 14,4 (8,0 à 23,5)
  • Dans des installations sportives = 0,0 (0,0 à 0,5)
  • Espace vert urbain = 1,5 (0,3 à 3,6)
  • Terrains de l'école = 2,2 (1,3 à 4,3)
  • Récréation = 6,0 (3,7 à 8,8)
  • Transport passif = 0,2 (0,0 à 3,5)
  • Domicile = 6,5 (3,0 à 12,8)
  • Centre commercial = 0,0 (0,0 à 0,0)
  • Autres endroits = 4,1 (2,2 à 7,8)

Proportion médiane du temps consacré à des APMV, par localisation (filles) :

  • Terrains de jeux = 20,7 %
  • Durant le TA = 31,3 %
  • Domicile = 3,6 %
  • Espace vert urbain = 17,1 %
  • Cours d'éducation physique = 16,6 %
  • Terrains de l'école = 12,5 %
  • Clubs = 9,5 %
  • Installations sportives = 13,2 %
  • Centre commercial = 2,4 %
  • Récréation = 10,7 %
  • Transport passif = 9,6 %
  • Autres endroits = 2,6 %
  • Les enfants ont comptabilité plus d'APMV surtout à l'école comparativement aux adolescents.

Différences entre les sexes

  • Les garçons ont comptabilisé plus d'APMV dans les loisirs, à l'école et dans le transport que les filles, p < 0,05.

Klinker, 2014Note de bas de page 50

Danemark, Étude WCMC

170 (51 %)

11 à 16

ActiGraph GT3X/QStarz BT-1000X, 7 jours (≥ 9 h/jour)

À l'extérieur APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

Terrains de l'école (zone tampon de 10 m), clubs (zone tampon de 10 m), installations sportives (zone tampon de 10 m), terrains de jeux (zone tampon de 10 m), espace vert urbain (zone tampon de 10 m), centres commerciaux (zone tampon de 10 m), autres endroits (zone tampon de 10 m), école (zone tampon de 10 m), récréation (horaire des cours), éducation physique (horaire des cours), transport (actif et passif), domicile (zone tampon de 10 m)

Proportion des APMV totales quotidiennes :

  • À l'extérieur = 73,8 % garçons et 65,3 % filles

Nombre médian de minutes (IIQ) d'APMV totales quotidiennes passées à l'extérieur :

  • Terrains de l'école = 2,5 (1,2 à 6,2)
  • Clubs = 0,0 (0,0 à 0,2)
  • Installations sportives = 0,0 (0,0 à 0,7)
  • Terrains de jeux = 0,0 (0,0 à 0,3)
  • Espace vert urbain = 1,8 (0,8 à 8,3)
  • Centre commercial = 0,0 (0,0 à 0,0)
  • Autres endroits = 1,0 (0,4 à 2,5)
  • Récréation = 5,5 (3,5 à 8,9)
  • Éducation physique = 11,3 (1,8 à 25,0)
  • Transport actif = 8,3 (3,5 à 14,6)
  • Transport passif = 0,4 (0,0 à 4,2)
  • Domicile = 2,3 (0,5 à 6,8)
  • Les enfants ont consacré une grande proportion des APMV à l'extérieur durant les heures d'école et la récréation.
  • La plupart des APMV quotidiennes pratiquées à l'extérieur l'étaient à l'école.

Différences entre les sexes

  • Les filles ont pratiqué moins d'APMV à l'extérieur que les garçons.

Lachowycz, 2012Note de bas de page 51

Angleterre, Étude PEACH

902 (53 %)

Soirs de semaine : 12,0 (0,39), fins de semaine : 12,1 (0,40), 11 à 12

ActiGraph GT1M/ Garmin Foretrex 201, 5 jours

AS les soirs de semaine et le jour la fin de semaine (< 100 cpm), APL (100-2 296 cpm), APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

Intérieur ou extérieur, espaces verts, parcs (tous types, parcs-officiels [bien aménagés et entretenus], parcs-informels [loisirs informels], parcs-nature [accès à la nature : landes, bois, terres humides], parcs-sports [utilisés pour les sports organisés et de compétition; p. ex. terrains de jeux, courts de tennis], parcs-jeunes [parcs pour enfants et jeunes (avec matériel de jeu)]), jardins privés (espaces verts autour des domiciles), terrains d'école (aires gazonnées autour de l'école), autres espaces verts (installations sportives et récréatives privées, cimetières, terrains de golf, jardins de bâtiments publics), routes/chaussées, bordures de routes (petites zones de végétation / aires gazonnées, p. ex. au centre des carrefours giratoires, en bordure des rues), surfaces bâties

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des AS (15 h à 22 h en semaine) :

  • Intérieur = 195,7 (90,8) min et 92,5 %
  • Extérieur = 14,5 (28,8) et 7,0 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des AS à l'extérieur (15 h à 22 h en semaine) :

  • Espaces verts = 6,0 (16,1) et 41,1 %
  • Parcs (tous types) = 1,1 (6,8) et 7,4 %
  • Parcs-officiels = 0,2 (3,0) et 1,5 %
  • Parcs-informels = 0,5 (4,9) et 3,2 %
  • Parcs-nature = 0,1 (2,3) et 0,6 %
  • Parcs-sports = 0,1 (10,2) et 1,0 %
  • Parcs-jeunes = 0,2 (4,0) et 1,1 %
  • Jardins privés = 4,8 (15,1) et 32,9 %
  • Terrains d'école = 0,1 (5,5) et 0,7 %
  • Autres espaces verts = 0,01 (0,5) et 0,1 %
  • Routes/chaussées = 2,8 (7,2) et 18,9 %
  • Bordures de routes = 0,3 (2,7) et 2,0 %
  • Surfaces bâties = 5,5 (12,4) et 38,0 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des AS (8 h à 22 h en fin de semaine) :

  • Intérieur = 363,4 (154,0) et 93,2 %
  • Extérieur = 20,7 (41,3) et 5,3 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des AS à l'extérieur (8 h à 22 h en fin de semaine) :

  • Espaces verts = 9,0 (26,9) et 43,7 %
  • Parcs (tous types) = 3,4 (19,1) et 16,4 %
  • Parcs-officiels = 0,5 (8,7) et 2,4 %
  • Parcs-informels = 1,0 (11,9) et 5,1 %
  • Parcs-nature = 0,7 (15,2) et 3,6 %
  • Parcs-sports = 0,1 (3,2) et 0,4 %
  • Parcs-jeunes = 1,0 (19,1) et 5,0 %
  • Jardins privés = 5,6 (23,4) et 26,9 %
  • Terrains d'école = 0,1 (2,5) et 0,3 %
  • Autres espaces verts = 0,03 (1,3) et 0,1 %
  • Routes/chaussées = 3,9 (12,5) et 18,9 %
  • Bordures de routes = 0,6 (7,0) et 3,1 %
  • Surfaces bâties = 7,1 (14,1) et 34,3 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des APL (15 h à 22 h en semaine) :

  • Intérieur = 68,2 (38,6) et 87,7 %
  • Extérieur = 9,1 (14,9) et 11,7 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des APL à l'extérieur (15 h à 22 h en semaine) :

  • Espaces verts = 3,5 (7,9) et 38,8 %
  • Parcs (tous types) = 1,2 (7,8) et 12,9 %
  • Parcs-officiels = 0,3 (4,1) et 3,0 %
  • Parcs-informels = 0,4 (4,1) et 4,4 %
  • Parcs-nature = 0,1 (1,5) et 0,8 %
  • Parcs-sports = 0,1 (10,6) et 1,6 %
  • Parcs-jeunes = 0,3 (6,6) et 3,3 %
  • Jardins privés = 2,2 (4,2) et 24,5 %
  • Terrains d'école = 0,1 (5,2) et 1,3 %
  • Autres espaces verts = 0,01 (0,5) et 0,1 %
  • Routes/chaussées = 2,0 (3,7) et 21,6 %
  • Bordures de routes = 0,2 (2,3) et 2,6 %
  • Surfaces bâties = 3,4 (6,1) et 37,0 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des APL (8 h à 22 h en fin de semaine) :

  • Intérieur = 135,5 (70,7) et 89,1 %
  • Extérieur = 13,0 (24,6) et 8,5 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des APL à l'extérieur (8 h à 22 h en fin de semaine) :

  • Espaces verts = 6,1 (15,7) et 46,7 %
  • Parcs (tous types) = 3,5 (16,7) et 26,7 %
  • Parcs-officiels = 0,7 (8,5) et 5,1 %
  • Parcs-informels = 1,1 (7,7) et 8,3 %
  • Parcs-nature = 0,6 (8,8) et 4,7 %
  • Parcs-sports = 0,1 (1,9) et 0,6 %
  • Parcs-jeunes = 1,0 (13,9) et 7,9 %
  • Jardins privés = 2,5 (7,7) et 19,2 %
  • Terrains d'école = 0,1 (5,1) et 0,7 %
  • Autres espaces verts = 0,01 (0,4) et 0,1 %
  • Routes/chaussées = 2,2 (7,6) et 17,1 %
  • Bordures de routes = 0,5 (5,1) et 3,5 %
  • Surfaces bâties = 4,2 (9,3) et 32,6 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des APMV (15 h à 22 h en semaine) :

  • Intérieur = 19,3 (17,2) et 72,6 %
  • Extérieur = 7,0 (1,4) et 26,4 %
  • Environ la moitié des APMV effectuées à l'extérieur se sont déroulées dans des espaces verts.

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des APMV à l'extérieur (15 h à 22 h en semaine) :

  • Espaces verts = 2,4 (4,8) et 33,6 %
  • Parcs (tous types) = 0,7 (4,7) et 10,1 %
  • Parcs-officiels = 0,2 (3,3) et 2,7 %
  • Parcs-informels = 0,2 (1,6) et 3,2 %
  • Parcs-nature = 0,1 (1,1) et 0,8 %
  • Parcs-sports = 0,1 (7,4) et 1,5 %
  • Parcs-jeunes = 0,1 (3,4) et 2,0 %
  • Jardins privés = 1,6 (2,8) et 22,3 %
  • Terrains d'école = 0,1 (3,3) et 1,1 %
  • Autres espaces verts = 0,01 (0,4) et 0,1 %
  • Routes/chaussées = 1,9 (3,2) et 26,6 %
  • Bordures de routes = 0,2 (1,8) et 2,9 %
  • Surfaces bâties = 2,6 (4,4) et 36,9 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des APMV (8 h à 22 h en fin de semaine) :

  • Intérieur = 33,7 (27,9) et 78,7 %
  • Extérieur = 7,5 (17,2) et 17,6 %

Temps, en minutes (ET), et proportion du temps total consacré chaque jour à des APMV à l'extérieur (8 h à 22 h en fin de semaine) :

  • Espaces verts = 3,5 (9,1) et 46,0 %
  • Parcs (tous types) = 2,2 (10,5) et 29,3 %
  • Parcs-officiels = 0,4 (4,3) et 4,8 %
  • Parcs-informels = 0,7 (5,0) et 9,9 %
  • Parcs-nature = 0,5 (6,6) et 6,1 %
  • Parcs-sports = 0,05 (1,2) et 0,6 %
  • Parcs-jeunes =0,6 (7,6) et 7,8 %
  • Jardins privés = 1,2 (3,2) et 16,1 %
  • Terrains d'école = 0,1 (1,8) et 0,5 %
  • Autres espaces verts = 0,01 (0,3) et 0,1 %
  • Routes/chaussées = 1,6 (6,5) et 20,9 %
  • Bordures de routes = 0,3 (2,7) et 3,8 %
  • Surfaces bâties = 2,2 (7,1) et 29,3 %

Maddison, 2010Note de bas de page 52

Nouvelle-Zélande, Étude ICAN

79 (42 %)

14,5 (1,6), 12 à 17

ActiGraph 7164/Garmin Forerunner 305, 4 jours (2 jours en semaine, 2 jours en fin de semaine; ≥ 10 h/jour)

AS (< 1,5 MET), APL (1,5 à 2,9 MET), APM (3,0 à 5,9 MET), APV (≥ 6,0 MET), APMV (périodes de 10 min)

Domicile (rayon de 150 m), école (rayon de 1 km)

Proportion du temps consacré à des AS, par localisation :

  • Près de l'école (rayon de 1 km)
    en semaine = 70 %, en fin de semaine = 69 %
  • Près du domicile (rayon de 150 m)
    en semaine = 74 %, en fin de semaine = 69 %

Proportion du temps consacré à des APL, par localisation :

  • Près de l'école (rayon de 1 km)
    en semaine = 13 %, en fin de semaine = 20 %
  • Près du domicile (rayon de 150 m)
    en semaine = 12 %, en fin de semaine = 19 %

Proportion du temps consacré à des APM, par localisation :

  • Près de l'école (rayon de 1 km)
    en semaine = 15 %, en fin de semaine = 11 %
  • Près du domicile (rayon de 150 m)
    en semaine = 13 %, en fin de semaine = 11 %

Proportion du temps consacré à des APV, par localisation :

  • Près de l'école (rayon de 1 km)
    en semaine = 1 %, en fin de semaine = 0 %
  • Près du domicile (rayon de 150 m)
    en semaine = 1 %, en fin de semaine = 1 %

Proportion du temps consacré à des séances d'APMV, par localisation :

  • Près de l'école (rayon de 1 km) = 71 %
  • Près du domicile (rayon de 150 m) = 46 %
  • Moins de périodes d'APMV près du domicile et de l'école pendant la fin de semaine par rapport à la semaine; pendant la fin de semaine, les périodes d'APMV se déroulaient à l'extérieur de l'environnement domiciliaire.
  • Périodes d'APMV en semaine dans un rayon de 1 km de l'école : 72 % pendant les heures de cours.
  • Périodes d'APMV pendant la fin de semaine : nombre égal près de l'école et près du domicile.
  • Le domicile et l'école contribuent de façon importante aux périodes d'APMV, surtout pendant la semaine.

Oreskovic, 2015Note de bas de page 53

États-Unis, ND

80 (56 %)

12,6 (1,1), 11 à 14

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 2 semaines

AS (< 100 cpm), APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 40 m), écoles (zone tampon de 40 m), parcs (espaces verts, terrains aménagés, etc.), terrains de jeu (y compris des endroits publics, comme des terrains de soccer, de football, de baseball, de golf), rues et trottoirs, autres

Temps total médian, en minutes (IIQ), consacré chaque jour à des AS :

  • École = 87 (63 à 110)
  • Domicile = 50 (40 à 69)

Moyenne, en minutes (ET), du temps total consacré chaque jour à des AS :

  • Intérieur = 95 (29)
  • Extérieur = 20 (14)
  • Autre = 27 (20)
  • Les rues et les trottoirs étaient les endroits où les jeunes consacraient le plus de temps par jour à des AS à l'extérieur.

Médiane, en minutes (IIQ), du temps total consacré chaque jour à des APMV :

  • École = 8 (5 à 12)
  • Domicile = 4 (2 à 8)
  • Rues et trottoirs = 5 (3 à 9)
  • Terrains de jeu = 3 (1 à 6)
  • Parcs = 2 (1 à 4)
  • Par rapport au temps passé à domicile, le temps passé à l'école, dans la rue, sur les trottoirs, dans les parcs et dans les terrains de jeux était associé à des APMV accrues.

Pearce, 2015Note de bas de page 54

Écosse, ND

82 (57 %)

12.4 (0,4), 11 à 13

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000eX, 7 jours (≥ 9 h/jour)

APMV (> 2 296 cpm, en continu)

École (vérifié au moyen de l'horaire de l'école), à l'intérieur ou à l'extérieur, activités structurées ou non structurées (déterminées à partir de données inscrites dans un journal)

Temps médian, en minutes (IIQ), et proportion médiane du temps total consacré chaque jour à des APMV les jours de semaine :

  • École = 24,2 (18,9 à 30,7) et 42,1 % (29,7 % à 50,0 %)
  • Activités de loisirs non structurées, à l'extérieur = 12,2 (5,7 à 22,5) et 18,2 % (11,0 % à 31,8 %)
  • Activités de loisirs non structurées, à l'intérieur = 14,1 (8,4 à 25,9) et 24,6 % (13,9 % à 40,4 %)
  • Activités de loisirs structurées, à l'extérieur = 0,0 (0,0 à 7,1) et 0,0 % (0,0 % à 12,5 %)
  • Activités de loisirs structurées, à l'intérieur = 0,0 (0,0 à 0,9) et 0,0 % (0,0 % à 1,4 %)

Temps médian, en minutes (IIQ), et proportion médiane du temps total consacré chaque jour à des APMV les jours de fin de semaine :

  • Activités de loisirs non structurées, à l'extérieur = 16,3 (9,1 à 35,8) et 39,0 % (19,6 % à 48,8 %)
  • Activités de loisirs non structurées, à l'intérieur = 23,7 (13,8 à 40,8) et 44,3 % (26,0 % à 66,0 %)
  • Activités de loisirs structurées, à l'extérieur = 0,0 (0,0 à 23,2) et 0 % (0,0 % à 26,5 %)
  • Activités de loisirs structurées, à l'intérieur = 0,0 (0,0 à 0,0) et 0 % (0,0 % à 0,0 %)
  • Les enfants passaient le plus de temps et effectuaient davantage d'APMV à l'école ou dans des contextes non structurés; aucune activité physique structurée ou organisée de quelque nature que ce soit en semaine.
  • Les enfants passaient très peu de temps et effectuaient peu d'APMV dans des contextes de loisirs structurés.

Pizarro, 2016Note de bas de page 55

Portugal, ND

155 (55 %)

15.9 (1,1), 14 à 18

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours (trajet vers l'école)

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

TA (aller-retour entre le domicile et l'école)
Marche : si le 90e centile de la vitesse < 10 km/h

Vélo : si le 90e centile de la vitesse est entre 10 et 35 km/h

Véhicule : si le 90e centile de la vitesse ≥ 35 km/h

Durée du trajet, en minutes (ET), et proportion du temps passé à faire de l'APMV, par mode de transport actif :

  • Marche = 12,0 (5,6) et 78 %
  • Vélo = 2,2 (2,6)
  • Véhicule = 1,3 (1,6)
  • Le mode de déplacement le plus fréquent était la marche, suivi du déplacement à bord d'un véhicule et à vélo.
  • Le nombre de minutes d'APMV est beaucoup plus élevé pour le trajet de l'école vers le domicile que pour le trajet du domicile vers l'école.
  • Plus la distance entre le domicile et l'école était grande, plus la probabilité du choix d'un mode de transport actif était faible chez les garçons et les filles.
  • L'utilisation d'un mode de transport actif pour l'aller-retour entre le domicile et l'école peut contribuer jusqu'à 40 % du temps d'APMV quotidien recommandé.

Rainham, 2012Note de bas de page 56

Canada, ND

316 (47 %)

13,2 (0,9), 12 à 16

ActiGraph GT1M/ EM-408 SiRF III, 8 jours (> 10 h/jour)

APMV (non défini)

Domicile, école, déplacements quotidiens, établissement sportif, divertissement, espace vert, établissement militaire, aire de stationnement, lieu de culte, secteur résidentiel, restaurant, magasin, services, transports (tous non définis)

Proportion de l'APMV par endroit

Garçons, en milieu urbain

  • Domicile = 10,8 %
  • École = 22,8 %
  • Déplacements quotidiens = 57,6 %
  • Établissement sportif = 0,3 %
  • Divertissement = 0 %
  • Espace vert = 0,6 %
  • Établissement militaire = 0,0 %
  • Aire de stationnement = 0,5 %
  • Lieu de culte = 1,3 %
  • Secteur résidentiel = 3,2 %
  • Restaurant = 0,5 %
  • Magasin = 1,9 %
  • Services = 0,2 %
  • Transport = 0,3 %

Filles, en milieu urbain

  • Domicile = 10,6 %
  • École = 23,8 %
  • Déplacements quotidiens = 55,5 %
  • Établissement sportif = 2,3 %
  • Divertissement = 0,0 %
  • Espace vert = 1,3 %
  • Établissement militaire = 0,2 %
  • Aire de stationnement = 0,2 %
  • Lieu de culte = 0,4 %
  • Secteur résidentiel = 3,8 %
  • Restaurant = 0,2 %
  • Magasin = 1,0 %
  • Services = 0,0 %
  • Transport = 0,7 %

Garçons, en banlieue

  • Domicile = 30,1 %
  • École = 22,6 %
  • Déplacements quotidiens = 27,4 %
  • Établissement sportif = 1,8 %
  • Divertissement = 0,0 %
  • Espace vert = 3,9 %
  • Établissement militaire = 0,0 %
  • Aire de stationnement = 0,0 %
  • Lieu de culte = 0,3 %
  • Secteur résidentiel = 9,9 %
  • Restaurant = 0,6 %
  • Magasin = 3,0 %
  • Services = 0,2 %
  • Transport = 0,1 %

Filles, en banlieue

  • Domicile = 20,1 %
  • École = 21,7 %
  • Déplacements quotidiens = 42,5 %
  • Établissement sportif = 0,6 %
  • Divertissement = 0,0 %
  • Espace vert = 2,5 %
  • Établissement militaire = 0,0 %
  • Aire de stationnement = 0,0 %
  • Lieu de culte = 0,3 %
  • Secteur résidentiel = 7,5 %
  • Restaurant = 0,2 %
  • Magasin = 3,6 %
  • Services = 0,0 %
  • Transport = 0,9 %

Garçons, en milieu rural

  • Domicile = 25,2 %
  • École = 33,1 %
  • Déplacements quotidiens = 27,0 %
  • Établissement sportif = 4,0 %
  • Divertissement = 0,0 %
  • Espace vert = 5,6 %
  • Établissement militaire = 0,0 %
  • Aire de stationnement = 0,1 %
  • Lieu de culte = 0,0 %
  • Secteur résidentiel = 4,4 %
  • Restaurant = 0,2 %
  • Magasin = 0,4 %
  • Services = 0,1 %
  • Transport = 0,0 %

Filles, en milieu rural

  • Domicile = 24,8 %
  • École = 40,2 %
  • Déplacements quotidiens = 20,7 %
  • Établissement sportif = 2,4 %
  • Divertissement = 0,1 %
  • Espace vert = 4,8 %
  • Établissement militaire = 0,0 %
  • Aire de stationnement = 0,0 %
  • Lieu de culte = 0,2 %
  • Secteur résidentiel = 2,3 %
  • Restaurant = 0,1 %
  • Magasin = 4,0 %
  • Services = 0,1 %
  • Transport = 0,2 %
  • Les élèves en milieu urbain effectuaient davantage d'APMV à la maison, à l'école et dans leurs déplacements quotidiens que les élèves des banlieues et des régions rurales.
  • Dans le cas des élèves en milieu urbain, la majeure partie des APMV avaient lieu pendant les déplacements quotidiens (habituellement l'aller-retour entre le domicile et l'école).
  • Dans le cas des élèves des régions rurales, la majeure partie des APMV avaient lieu à l'école.

Différences entre les sexes

  • Aucune différence attribuable au sexe entre les garçons et les filles vivant en milieu urbain.
  • En banlieue, les garçons faisaient davantage d'APMV à domicile que les filles (30 % contre 20 %).
  • En banlieue, les filles faisaient davantage d'APMV pendant leurs déplacements quotidiens que les garçons (42,5 % contre 27,4 %).
  • En milieu rural, les garçons faisaient davantage d'APMV pendant leurs déplacements quotidiens que les filles.

Robinson, 2013Note de bas de page 57

États-Unis, ND

31 (71 %)

11 à 14

ActiGraph GT3X, 14 jours

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

Quartier (défini par les jeunes ou défini par recensement)

Temps total, en minutes, consacré chaque jour à des APMV :

  • Quartier défini par recensement = 9,5 min, contre Quartier défini par les jeunes = 14,7 min, p < 0,0001

Rodriguez, 2012Note de bas de page 58

États-Unis, Étude TAAG

293 (100 %)

15 à 18

ActiGraph 7164/Garmin Foretrex 201, 6 jours

AS (< 100 cpm), APL (≥ 100 à < 3 000 cpm), APMV (≥ 3 000 cpm, en continu)

Établissements favorisant l'activité physique (salles de quilles, studios de danse, piscines, studios de yoga, salles d'exercice, clubs sportifs), points de restauration, parcs, endroits où la population est dense (tous dans une zone tampon de 50 m)

AS, APL et APMV

À San Diego, la présence de chacun des éléments suivants dans une zone tampon de 50 m par rapport à chaque position déterminée par GPS/accéléromètre est associée de façon statistiquement significative aux observations suivantes :

  • Parcs : 41 % plus de probabilités d'APL que d'AS (IC à 95 % : 1,15 à 1,74)
  • Endroits où la population est dense : RC = 1,01 (IC à 95 % : 1,00 à 1,02) APMV contre AS
  • Écoles : RC = 1,69 (IC à 95 % : 1,29 à 2,20) APMV contre AS
  • Longueur de route : RC = 0,38 (IC à 95 % : 0,25 à 0,51) APMV contre AS
  • Nombre de points de restauration : RC = 0,73 (IC à 95 % : 0,67 à 0,80) APMV contre AS

À Minneapolis, la présence de chacun des éléments suivants dans une zone tampon de 50 m par rapport à chaque position déterminée par GPS/accéléromètre est associée de façon statistiquement significative aux observations suivantes :

  • Longueur de route : RC = 0,43 (IC à 95 % : 0,25 à 0,74) pour APL contre AS et APMV contre AS
  • Endroits où la population est dense : RC = 1,04 (IC à 95 % : 1,02 à 1,07) APMV contre AS
  • Parcs : RC = 1,86 (IC à 95 % : 1,51 à 2,31) APMV contre AS
  • Écoles : RC = 2,14 (IC à 95 % : 1,30 à 3,53) APMV contre AS
  • Plus grande intensité d'AP dans les parcs, dans les écoles, dans les endroits où la population est dense et pendant les jours de semaine, et intensité moindre dans les endroits où les routes sont plus nombreuses.

Voss, 2014Note de bas de page 59

Canada, Étude ASAPJ

43 (~ 37 %)

13,8 (0,6)

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours (pendant le trajet)

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

TA : déplacements à destination ou en provenance de l'école

Temps total, en minutes (ET), consacré chaque jour à des APMV, par trajet :

  • Du domicile vers l'école = 6,8 (4,0)
  • D'un autre endroit vers l'école = 5,5 (2,6)
  • De l'école vers le domicile = 8,4 (5,1)
  • De l'école vers un autre endroit = 10,6 (5,5)

Voss, 2015Note de bas de page 60

Canada, Étude ASAPJ

42 (36 %)

13,8 (0,6)

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours

APMV (≥ 2 296 cpm, en continu)

TA : mode de transport pour les déplacements à destination ou en provenance de l'école

Temps total, en minutes (ET), consacré chaque jour à des APMV, par trajet :

  • À pied = 9,1 (5,1)
  • En transport en commun = 9,5 (5,1)
  • En voiture = 4,2 (5,6)
  • Les déplacements en transport en commun sont beaucoup plus longs en distance et en durée que les déplacements à pied, mais le temps consacré aux APMV est similaire.
  • Les grandes distances sont associées à des valeurs moindres en ce qui concerne l'APMV à pied.
Adultes

Audrey, 2014Note de bas de page 61

Angleterre, Étude Walk to Work

103 (57 %)

36,3 (11,7)

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours (≥ 10 h/jour)

APMV (> 1 952 cpm, en continu)

TA : marche vers le lieu de travail (en fonction de l'adresse du domicile et du lieu de travail, et en tenant compte d'autres destinations si elles font partie du trajet)

Temps, en minutes, et proportion du temps total consacré chaque jour à des APMV, par trajet :

  • 38,0 min et 47,3 %
  • Activité physique beaucoup plus élevée en moyenne les jours de marche par rapport aux jours de déplacement en voiture (583,1 ± 182,4 contre 319,7 ± 148,5, p < 0,001).
  • Le fait de marcher pour se rendre au travail est associé à un degré supérieur d'activité physique.

Chaix, 2016Note de bas de page 62

France, Étude RECORD GPS

227 (32 %)

≥ 35

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours

Marche (> 200 pas/ 10 min, en continu)

TA : distance, mode et caractéristiques des déplacements

Marche

  • 90 % des déplacements de moins de 0,5 km ont été effectués à pied, contre moins de 10 % dans le cas des déplacements de plus de 4 km.
  • Dans le cas des distances moyennes, diverses combinaisons de marche, de recours au transport en commun et d'utilisation d'un véhicule personnel.
  • La probabilité de marcher > 200 pas/10 min au cours d'un déplacement augmentait en fonction du nombre de services accessibles et de la densité des espaces verts au début et à la fin du déplacement.
  • Les caractéristiques liées aux déplacements étaient plus fortes que les caractéristiques liées au lieu de résidence; il est important de tenir compte des caractéristiques extérieures au quartier.

Chaix, 2014Note de bas de page 63

France, Étude RECORD GPS

234 (35 %)

Médiane 58 (IIQ : 41 à 73)

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 7 jours (médiane 12 h, 35 min)

AS (< 150 cpm), APMV (≥ 2 690 cpm, en continu) – grandeur du vecteur

TA (trajet = déplacement d'une destination à une autre)

Proportion médiane (IID) du temps total consacré chaque jour à des AS :

  • Transport = 13 % (5 % à 23 %)
  • Les déplacements en transport en commun sont associés à une plus grande sédentarité par rapport aux déplacements effectués avec un véhicule motorisé personnel.

Proportion médiane (IID) du nombre total de pas par jour :

  • Transport = 38 % (16 % à 58 %)

Proportion médiane (IID) du temps total consacré chaque jour à des APMV :

  • Transport = 33 % (12 % à 52 %)

Costa, 2015Note de bas de page 64

Royaume‑Uni, Étude Commuting and Health in Cambridge

41 (56 %)

24 à 62

Actiheart/QStarz BT-Q1000X, 7 jours

AS (< 1,5 MET), APL (1,5 à 3 MET), APM (3 à 6 MET), APV (> 6 MET, en continu)

TA : déplacements quotidiens par mode de transport (voiture, autobus, voiture + marche, voiture + vélo, marche, vélo)

Proportion médiane du temps consacré à des AS, par mode de transport :

  • Voiture seulement = 59 %
  • Autobus seulement ~ 41 %
  • Voiture et marche ~ 25 %
  • Voiture et vélo ~ 15 %
  • Marche seulement = 0 %
  • Vélo = 0 %

Proportion médiane du temps consacré à des APL, par mode de transport :

  • Voiture seulement = 38 %
  • Autobus seulement ~ 29 %
  • Voiture et marche ~ 33 %
  • Voiture et vélo ~ 35 %
  • Marche seulement = 0 %
  • Vélo ~ 4 %
  • Dans les déplacements effectués à vélo ou à pied, environ 33 % à 35 % du temps était consacré à des APL.

Proportion médiane du temps consacré à des APMV, par mode de transport :

  • Voiture seulement = 0 %
  • Autobus seulement ~ 21 % d'APM
  • Voiture et marche ~ 21 % d'APM
  • Voiture et vélo ~ 19 % d'APM + 2 % d'APV
  • Marche seulement = 100 % d'APM
  • Vélo ~ 56 % APV + 33 % APM
  • Dans les déplacements effectués à vélo ou à pied, environ ~ 20 % du temps était consacré à des APMV (~ 8 min).

Dewulf, 2016Note de bas de page 65

Belgique, ND

180 (48 %)

59 à 65

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000XT, 1 semaine (≥ 4 jours, ≥ 6 h/jour)

AS (0 à 100 cpm), APL (101 à 1 951 cpm), APMV (1 952 à 100 000 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 50 m), quartier (zone tampon de 51 à 1 000 m), extérieur du quartier (zone tampon supérieure à 1 000 m), espaces verts (terrains agricoles, prairies, forêts, marécages, landes, dunes côtières, parcs, aires de loisirs et terrains de sport)

Proportion médiane du temps consacré à des AS, par localisation :

  • Dans les espaces verts du quartier = 48,1 %
  • Dans un endroit autre qu'un espace vert du quartier = 63,0 %
  • Plus élevée dans les endroits autres que des espaces verts par rapport aux espaces verts et aux domiciles.

Proportion médiane du temps consacré à des APL, par localisation :

  • Dans les espaces verts du quartier = 29,0 %
  • Dans un endroit autre qu'un espace vert du quartier = 22,6 %
  • Plus élevée dans les endroits autres que des espaces verts et les domiciles.

Proportion médiane du temps consacré à des APMV, par localisation :

  • Dans les espaces verts du quartier = 13,8 %
  • Dans un endroit autre qu'un espace vert du quartier = 7,3 %
  • Plus élevée dans les espaces verts (par rapport aux autres endroits); davantage d'APMV à l'extérieur du quartier.

Différences entre les sexes

  • Chez les hommes, le temps passé ailleurs que dans un espace vert était lié à une plus grande APMV, alors que l'inverse était vrai chez les femmes.

Dunton, 2013Note de bas de page 28

États-Unis, ND

291 (88 %)

39,6 (6), 26 à 62

ActiGraph GT2M/ GlobalSat BT-335, 7 jours

AS (< 100 cpm), APMV (≥ 2 020 cpm, en continu)

Secteurs résidentiels, établissements commerciaux (magasins, restaurants, services personnels, centres de conditionnement physique privés, motels), espaces ouverts (parcs, jardins, réserves fauniques), établissements d'enseignement, établissements publics (gouvernement, santé, lieux de culte, bibliothèques, centres communautaires), autres (routes, eau)

Proportion des AS totales par jour (parent-enfant) :

  • Secteur résidentiel = 75,9 %
  • Établissements commerciaux = 10,1 %
  • Espaces ouverts = 7,7 %
  • Établissements d'enseignement = 2,1 %
  • Établissements publics = 3,4 %
  • Autres = 0,7 %

Proportion des APMV totales par jour (parent-enfant) :

  • Secteur résidentiel = 34,9 %
  • Établissements commerciaux = 23,8 %
  • Espaces ouverts = 19,7 %
  • Établissements d'enseignement = 13,7 %
  • Établissements publics = 6,7 %
  • Autres = 1,2 %

Evenson, 2013Note de bas de page 66

États-Unis, Étude SOPARC

238 (56 %)

40,4, 18 à 85

ActiGraph GT1M/ QStarz BT-1000X, 3 semaines (moyenne 11,5 h/jour)

AS (≤ 100 cpm), APL (101 à 759 cpm), APM (2 020 à 5 998 cpm), APV (≥ 5 999 cpm), APMV (≥ 2 020 cpm, périodes de 10 min)

Parcs, TA (aller-retour)

Proportion du temps consacré à des AS, par jour, au total :

  • Parcs = 2,4 %
  • Davantage d'AS les jours où les répondants se rendaient dans un parc.

Proportion du temps consacré à des AS, par localisation :

  • Parcs = 49,3 %
  • Moyenne, médiane et IIQ du nombre de minutes/jour passées dans un parc = 9,9, 3,8 (0,6 à 11,0).

Proportion du temps total consacré chaque jour à des APL :

  • Parcs = 3,1 %

Proportion du temps consacré à des APL, par localisation :

  • Parcs = 23,1 %
  • Moyenne, médiane et IIQ du nombre de minutes/jour passées dans un parc = 5,1, 1,9 (0,3 à 5,5).

Proportion du temps total consacré chaque jour à des APM et à des APV :

  • Parcs : APM = 8,2 %; APV = 9,4 %
  • Davantage d'APMV les jours où les répondants se rendaient dans un parc.

Proportion du temps consacré à des APMV, par localisation :

  • Parcs = 12,0 %
  • Moyenne, médiane et IIQ du nombre de minutes/jour passées dans un parc : APV = 0,1, 0,0 (0,0 à 0,0); APM = 2,2, 0,5 (0,0 à 2,7), APMV = 2,3, 0,5 (0,0 à 2,7). Le TA associé aux déplacements à destination ou en provenance d'un parc ajoutait de 3,7 à 6,6 min au temps consacré à des APMV par sortie au parc.

Hillsdon, 2015Note de bas de page 67

Angleterre, Étude FAST

195 (58 %)

18 à 91

ActiGraph GT1M/ QStarz BT-1000X, 7 jours (≥ 10 h/jour)

APLMV à l'extérieur (≥ 500 cpm)

À l'intérieur du quartier de résidence (zone tampon de 800 m) ou à l'extérieur du quartier de résidence

Proportion du temps total consacré chaque jour à des APLMV, à l'extérieur :

  • À l'extérieur du quartier : hommes = 64,7 % (IC à 95 % : 57,9 à 71,4); femmes = 57,4 % (IC à 95 % : 52,2 à 62,7)
  • Les adultes en milieu rural effectuaient beaucoup plus d'APLMV à l'extérieur du quartier que les participants vivant en milieu urbain.
  • Ceux qui possédaient une voiture effectuaient également beaucoup plus d'APLMV à l'extérieur du quartier que ceux qui n'en possédaient pas.
  • Les adultes passaient la majeure partie de leur temps à l'intérieur.

Différences entre les sexes

  • Comparativement aux femmes, les hommes effectuaient une plus grande proportion d'APLMV à l'extérieur de leur quartier, p < 0,05.

Holliday, 2017Note de bas de page 68

États-Unis, Étude SOPARC GPS

223 (57 %)

18 à 85

ActiGraph GT1M/ QStarz BT-1000X, 3 semaines (≥ 4 jours, ≥ 10 h/jour)

APMV (trois seuils ont été utilisés : APMV de Matthews [≥ 760 cpm, périodes ≥ 10 min]; APMV de NHANES [≥ 2 020 cpm, périodes ≥ 10 min]; APV de NHANES [≥ 5 999 cpm, périodes ≥ 10 min])

Domicile (adresse), routes, parcs, établissements commerciaux (magasins, centres commerciaux, quartiers commerciaux denses, restaurants, stations-service), écoles (prématernelle à université), autres (services, bureaux, terrains de golf, usines, lieux de culte, lieux de divertissement), centres d'activité physique (centres de conditionnement physique payants, installations privées de tennis/soccer, clubs de natation, studios de danse et d'arts martiaux), secteurs résidentiels (à l'exclusion du domicile des participants), sentiers, transport motorisé

Médiane (IIQ) et proportion du temps total consacré chaque jour à des APMV sur 3 semaines :

  • Domicile = 116 (40 à 242) et 29,4 % (Matthews), 6 (0 à 43) et 20,3 % (NHANES)
  • Routes = 25 (0 à 105) et 15,1 % (Matthews), 6 (0 à 48) et 27,6 % (NHANES)
  • Parcs = 11 (0 à 72) et 13,4 % (Matthews), 0 (0 à 12) et 12,5 % (NHANES)
  • Établissements commerciaux = 14 (0 à 42) et 8,5 % (Matthews), 0 (0 à 3) et 3,4 % (NHANES)
  • École = 0 (0 à 32) et 7,6 % (Matthews), 0 (0 à 0) et 9,1 % (NHANES)
  • Autres = 0 (0 à 23) et 5,1 % (Matthews), 0 (0 à 0) et 3,6 % (NHANES)
  • Centres d'activité physique = 0 (0 à 0) et 4,2 % (Matthews), 0 (0 à 0) et 7,7 % (NHANES)
  • Secteurs résidentiels = 0 (0 à 17) et 3,5 % (Matthews), 0 (0 à 0) et 2,2 % (NHANES)
  • Sentiers = 0 (0 à 1) et 1,4 % (Matthews), 0 (0 à 0) et 2,9 % (NHANES)
  • Transport motorisé = 0 (0 à 0) et 0,1 % (Matthews), 0 (0 à 0) et 0,2 % (NHANES)

Médiane (IIQ) et proportion du temps total consacré chaque jour à des APV (NHANES) sur 3 semaines :

  • Domicile = 0 (0 à 0) et 17,8 %
  • Routes = 0 (0 à 0) et 23,6 %
  • Parcs = 0 (0 à 0) et 4,3 %
  • Établissements commerciaux = 0 (0 à 0) et 3,9 %
  • École = 0 (0 à 0), 12,0 %
  • Autres = 0 (0 à 0) et 1,4 %
  • Centres d'activité physique = 0 (0 à 0) et 19,3 %
  • Secteurs résidentiels = 0 (0 à 0) et 2,1 %
  • Sentiers = 0 (0 à 0) et 9,0 %
  • Transport motorisé = 0 (0 à 0) et 0,3 %
  • Les établissements d'AP et les écoles sont des endroits importants pour les APV (NHANES).
  • Le temps d'AP dans les parcs comptait pour 4 % du temps d'APV organisées.
  • Temps total consacré à des APV (NHANES) : ensemble, les données relatives aux domiciles et aux routes représentaient > 40 % des APMV organisées pour les trois seuils d'intensité.

Hurvitz, 2014Note de bas de page 69

États-Unis, Étude TRAC

611 (61 %)

≥ 18

ActiGraph GT1M/ GlobalSat DG-100, 7 jours

AS (≤ 150 cpm), APL (151 à 1 951 cpm), APM (1 952 à 5 274 cpm, en continu), APV (≥ 5 275 cpm, en continu)

Au domicile (< 125 m), près du domicile (125–1 666 m), loin du domicile (> 1 666 m)

Moyenne (ET) et proportion du temps total consacré chaque jour à des AS :

  • Au domicile = 183,3 (90,7) et 36,0 %
  • Près du domicile = 29,9 (25,1) et 5,9 %
  • Loin du domicile = 125,5 (79,7) et 24,7 %
  • ~ 55 % du temps d'APL/AS a été passé au domicile, et 37 % à l'extérieur du domicile.
  • Au domicile et à l'extérieur du domicile, la majeure partie du temps était consacrée à des AS/APL (96 % et 88 %, respectivement) contre seulement ~ 65 % près du domicile; 35 % du temps était consacré à des APMV.

Moyenne (ET) et proportion du temps total consacré chaque jour à des APL :

  • Domicile = 68,6 (34,3) et 13,5 %
  • Près du domicile = 11,4 (9,4) et 2,2 %
  • Loin du domicile = 43,2 (29,1) et 8,5 %

Moyenne (ET) et proportion du temps total consacré chaque jour à des APMV :

  • Domicile = 7,1 (4,9) et 1,4 %
  • Près du domicile = 13,2 (9,0) et 2,6 %
  • Loin du domicile = 13,1 (10,3) et 2,6 %
  • Près de 80 % du temps consacré à des APMV a été passé à l'extérieur du domicile (près ou loin du domicile).

Proportion du temps consacré à des APMV, par endroit :

  • Domicile = 20,7 %
  • Près du domicile = 40,0 %
  • Loin du domicile = 39,3 %

Moyenne (ET) et proportion du temps total consacré chaque jour à des APV :

  • Domicile = 2,0 (0,7) et 0,4 %
  • Près du domicile = 6,0 (2,5) et 1,2 %
  • Loin du domicile = 5,4 (2,5) et 1,1 %

Hwang, 2016Note de bas de page 70

États-Unis, ND

106 (76 %)

41,7 (10,5), 24 à 70

ActiGraph GT3X/QStarz TR-Q1000XT, 2 semaines (12 à 14 jours valides)

Périodes de marche (> 2 000 à 6 166 cpm pendant au moins 7 min)

À l'intérieur du quartier (dans un rayon de 1, 2 et 3 km du domicile) ou à l'extérieur du quartier

Marche

  • Les participants marchaient davantage à l'extérieur de leur quartier qu'à l'intérieur de celui‑ci.
  • Les participants marchaient davantage dans les zones « propices » à la marche que dans les zones nécessitant une voiture ou les zones « plutôt propices » à la marche.

Jansen, 2016Note de bas de page 71

Pays-Bas, Projet SPACE

308 (55 %)

56,4 (6,2), 45 à 65

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000X, 7 jours (≥ 10 h/jour, ≥ 4 jours)

APMV (≥ 3 208 cpm, en continu)

Domicile (zone tampon de 25 m), zones commerciales (zone tampon de 25 m), lieux de travail (zone tampon de 50 m), petits espaces verts (parcs et jardins publics), grands espaces verts (espaces utilisés à des fins récréatives, espaces utilisés à des fins agricoles, forêts, terrains naturels), établissements sportifs (avec abonnement), autres secteurs résidentiels (zone tampon de 25 m)

Médiane (IIQ) du temps total consacré à des APMV par jour, en minutes :

  • Domicile = 10,4 (16,8)
  • Autres secteurs résidentiels = 5,0 (14,2)
  • Secteurs résidentiels et zones commerciales = 0,6 (2,8)
  • Zones commerciales = 1,0 (4,1)
  • Petits espaces verts = 1,0 (10,1)
  • Grands espaces verts = 0,9 (6,6)
  • Établissements sportifs = 4,2 (19,6)
  • Lieux de travail = 9,9 (19,6)
  • Transport = 4,6 (11,4)
  • Autres = 1,8 (7,1)

Proportion médiane (IIQ) du temps consacré à des APMV, par localisation :

  • Domicile = 3,8 % (4,1 %)
  • Autres secteurs résidentiels = 4,5 % (6,3 %)
  • Secteurs résidentiels et zones commerciales = 2,9 % (6,6 %)
  • Zones commerciales = 5,0 % (10,6 %)
  • Petits espaces verts = 4,5 % (10,9 %)
  • Grands espaces verts = 3,6 % (8,8 %)
  • Établissements sportifs = 5,9 % (21,6 %)
  • Lieux de travail = 4,2 % (5,2 %)
  • Transport = 5,7 % (10,9 %)
  • Autres = 4,3 % (8,5 %)

Jansen, 2017Note de bas de page 72

Pays-Bas, Projet SPACE

279 (54 %)

46 à 65

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000X, 7 jours (≥ 10 h/jour, ≥ 4 jours)

AS (< 150 cpm), APL (150 à 3 208 cpm), APMV (≥ 3 208 cpm, en continu)

Parcs (parcs municipaux, fermes pour enfants), aires de loisirs (zoos, terrains de jeux, aires de pique-nique), espaces verts agricoles (prairies, vergers), forêts et tourbières (forêts, tourbières, dunes), cours ou plans d'eau (lacs, rivières, parcs aquatiques, mers)

AS

  • Proportion la plus élevée associée aux cours et plans d'eau.
  • Comparativement aux parcs, il y avait moins de temps consacré à des AS dans les espaces verts et les aires de loisirs.

APL

  • Les parcs, les aires de loisirs et les espaces verts agricoles sont les endroits où la proportion de temps consacré à des APL est la plus élevée (et semblable).

APMV

  • Les APMV les plus élevées sont observées dans les espaces verts agricoles et les milieux naturels de plus grande superficie.

Perez, 2016Note de bas de page 73

États-Unis, Faith in Action

86 (100 %)

45,4 (9,3), 18 à 65

ActiGraph GT3X/QStarz BT-Q1000X, 7 jours (≥ 8 h/jour, ≥ 2 jours)

APMV (≥ 2 020 cpm, en continu)

À l'extérieur, dans le quartier (zone tampon de 500 m autour du domicile) ou au domicile (rayon de 50 m)

Médiane (IIQ) du temps total consacré à des APMV par jour, en minutes :

  • À l'extérieur, dans le quartier = 0,18 (2,1) min/jour
  • Il y avait davantage d'APMV au domicile qu'à l'extérieur, dans le quartier.

Rafferty, 2016Note de bas de page 74

Royaume-Uni, ND

26 (65 %)

38, 23 à 65

activPAL/Amod AGL3080, 7 jours

APMV (> 109 pas par minute, en continu)

Au travail, transport actif (domicile-travail), sortie près du lieu de travail (p. ex. aller manger), au domicile, sortie près du domicile (au domicile, mais à l'extérieur, ou retour au domicile après être allé quelque part), autre (centre commercial, restaurant, cinéma)

Moyenne (ET) et proportion du temps total consacré à des APMV par jour :

  • Transport quotidien = 22,0 (14,1) et 68 %
  • Sortie près du lieu de travail = 4,1 (5,0) et 12 %
  • Au travail = 3,5 (3,8) et 11 %
  • Au domicile = 0,3 (0,7) et 1 %
  • Sortie près du domicile = 1,3 (2,9) et 4 %
  • Autre = 1,5 (2,1) et 4 %
  • 91 % du temps quotidien consacré à des APMV était lié au trajet domicile-travail, au lieu de travail ou à des sorties près du lieu de travail, pendant les heures de travail.

Ramulu, 2012Note de bas de page 75

États-Unis, ND

35 (74 %)

38, 18 à 61

Actical/pTrac Pro, 6 jours

APMV (≥ 1 535 cpm, en continu)

Près du domicile (zone tampon ≤ 536 m) ou loin du domicile (> 536 m)

Médiane (IIQ) du temps, en minutes, consacré à des APMV par jour et proportion médiane (IIQ) du temps total consacré à de telles activités chaque jour, pendant la semaine :

  • Près du domicile = 0 (0 à 2) min/jour et 0,1 % (0,0 % à 0,7 %)
  • Loin du domicile = 19 (9 à 31) min/jour et 3,5 % (1,9 % à 4,6 %)

Médiane (IIQ) du temps, en minutes, consacré à des APMV par jour et proportion médiane (IIQ) du temps total consacré à de telles activités chaque jour, pendant la fin de semaine :

  • Près du domicile = 1 (0 à 4) min/jour et 0,3 % (0,0 % à 0,9 %)
  • Loin du domicile = 5 (2 à 10) min/jour et 1,7 % (0,7 % à 3,5 %)
  • Pendant la semaine, le nombre de pas était généralement plus élevé loin du domicile (médiane = 4 255, IIQ : 2 921 à 6 444) que près du domicile (médiane = 848, IIQ : 433 à 1 801, p < 0,001).
  • Pendant la fin de semaine, il n'y avait aucune différence statistiquement significative en ce qui concerne le nombre de pas effectués près du domicile et le nombre de pas effectués loin du domicile.

Rodriguez, 2005Note de bas de page 76

États-Unis, ND

35 (60 %)

20 à 61

ActiGraph 7164/Garmin Foretrex 201, 3 jours

APMV (périodes ≥ 10 min, seuil non défini)

À l'intérieur (≥ 33 % des données GPS à l'intérieur du bâtiment), à l'extérieur mais dans le quartier (zone tampon de 1,54 km autour de l'adresse du domicile), à l'extérieur et hors du quartier (tous les autres cas)

Proportion du temps total consacré à des APMV par jour :

  • À l'extérieur mais dans le quartier = 35 %
  • À l'extérieur et hors du quartier = 32 %
  • Les séances d'AP dans le quartier étaient plus longues et contribuaient davantage au temps total consacré à des APMV que les séances à l'extérieur du quartier.

Stewart, 2016Note de bas de page 77

États-Unis, Projet TRAC

671 (63 %)

≥ 18

ActiGraph GT1M/ GlobalSat DG-100, 1 semaine (≥ 8 h/jour)

AS (≤ 100 cpm), AP au parc (> 1 000 cpm), APMV (≥ 1 952 cpm, périodes de 5 min)

Parcs (espaces extérieurs publics et libres d'accès destinés aux loisirs ou aux activités récréatives)

Moyenne (ET) du temps, en minutes, consacré à des AS et proportion moyenne (ET) du temps consacré à de telles activités, par localisation :

  • Sorties au parc = 16,8 (32,9) min et 29,9 % (31,4 %)
  • Les personnes qui se rendaient dans un parc consacraient moins de temps à des AS et davantage de temps à de l'AP (et plus particulièrement à des APMV) que les personnes qui ne se rendaient pas dans un parc (même si l'on ne tient pas compte du temps passé au parc).
  • Les personnes qui se rendaient dans un parc consacraient en moyenne 18,4 minutes de moins chaque jour à des AS que les personnes qui ne se rendaient pas dans un parc.

Moyenne (ET) du temps, en minutes, consacré à des APMV et proportion moyenne (ET) du temps consacré à de telles activités, par localisation :

  • Sorties au parc = 11,9 (18,4) min et 38,9 % (38,6 %) (APMV continues), 26,6 (29,5) min et 46,7 % (44,0 %) (les AP effectuées au parc comprennent les activités effectuées à l'intérieur et à l'extérieur des limites du parc).
  • Les personnes qui se rendaient dans un parc faisaient 14,3 min/jour d'activité physique au parc et 12,2 min/jour d'APMV de plus que les personnes qui ne se rendaient pas dans un parc.
  • Les personnes qui se rendaient dans un parc faisaient davantage d'APMV par jour que les personnes qui ne se rendaient pas dans un parc, même si l'on ne tient pas compte du temps passé au parc.

Troped, 2010Note de bas de page 78

États-Unis, ND

148 (53 %)

44,0 (13,0), 19 à 78

ActiGraph 7164/ GeoStats GeoLogger, 4 jours

APM (1 952 à 5 724 cpm), APV (≥ 5 725 cpm)

Zone tampon associée au domicile 50 m, zone tampon associée au domicile 1 km, zone tampon associée au lieu de travail 50 m, zone tampon associée au lieu de travail 1 km

Moyenne (ET) du temps, en minutes, consacré à des APM et proportion moyenne (ET) du temps consacré à de telles activités, par localisation :

  • Zone tampon associée au domicile 50 m = 5,7 (7,9) et 9,7 % (23,2 %)
  • Zone tampon associée au domicile 1 km = 12,9 (15,5) et 10,4 % (14,6 %)
  • Zone tampon associée au lieu de travail 50 m = 1,5 (4,0) et 7,8 % (22,9 %)
  • Zone tampon associée au lieu de travail 1 km = 7,6 (8,8) et 7,5 % (9,5 %)
  • APM des hommes : zone tampon associée au domicile 50 m = 6,1 (7,9) et 8,9 % (21,3 %), zone tampon associée au domicile 1 km = 12,0 (15,5) et 10,9 % (14,4 %), zone tampon associée au lieu de travail 50 m = 1,8 (4,2) et 7,2 % (22,1 %), zone tampon associée au lieu de travail 1 km = 7,5 (7,7) et 8,4 % (11,5 %).
  • APM des femmes : zone tampon associée au domicile 50 m = 5,3 (8,0) et 10,4 % (24,9 %), zone tampon associée au domicile 1 km = 13,7 (15,5) et 9,9 % (14,8 %), zone tampon associée au lieu de travail 50 m = 1,3 (3,8) et 8,5 % (24,6 %), zone tampon associée au lieu de travail 1 km = 7,7 (9,9) et 6,5 % (6,6 %).

Moyenne (ET) du temps, en minutes, consacré à des APV et proportion moyenne (ET) du temps consacré à de telles activités, par localisation :

  • Zone tampon associée au domicile 50 m = 0,3 (1,1) et 0,1 % (0,3 %)
  • Zone tampon associée au domicile 1 km = 1,1 (3,3) et 1,2 % (6,4 %)
  • Zone tampon associée au lieu de travail 50 m = 0,1 (0,6) et 2,8 % (16,7 %)
  • Zone tampon associée au lieu de travail 1 km = 0,9 (2,6) et 0,7 % (1,8 %)
  • APV des hommes : zone tampon associée au domicile 50 m = 0,4 (1,4) et 0,1 % (0,4 %), zone tampon associée au domicile 1 km = 1,5 (4,3) et 1,9 % (9,1 %), zone tampon associée au lieu de travail 50 m = 0,2 (0,9) et 5,0 % (22,4 %), zone tampon associée au lieu de travail 1 km = 1,3 (3,2) et 0,9 % (1,8 %).
  • APV des femmes : zone tampon associée au domicile 50 m = 0,2 (0,7) et 0,1 % (0,2 %), zone tampon associée au domicile 1 km = 0,9 (2,1) et 0,5 % (1,3 %), zone tampon associée au lieu de travail 50 m = 0 (0) et 0 % (0 %), zone tampon associée au lieu de travail 1 km = 0,5 (1,6) et 0,4 % (1,7 %).

Différences entre les sexes

  • Aucune différence statistiquement significative entre les hommes et les femmes.

Zenk, 2011Note de bas de page 79

États-Unis, Étude DASES

120 (75 %)

> 18

ActiGraph GT1M/ Garmin Foretrex 201, 7 jours (≥ 3 jours, ≥ 10 h/jour)

APMV (≥ 2 200 cpm, en continu)

Densité des établissements de restauration rapide (50 principaux établissements de restauration rapide à l'échelle nationale, à l'exclusion des cafés, des crémeries et des bars à jus), disponibilité des supermarchés (chaînes), utilisation de parcs (municipaux)

APMV

  • Aucun lien entre le pourcentage du territoire du quartier occupé par des parcs et le temps consacré à des APMV.

Abréviations : AP, activité physique; APL, activité physique légère; APLMV, activité physique légère, modérée ou vigoureuse; APM, activité physique modérée; APMV, activité physique modérée à vigoureuse; APV, activité physique vigoureuse; AS, activités sédentaires; ASAPJ, Active Streets, Active People Junior; bpm, battements par minute; CALE, Children's Activity in their Local Environment; CAPABLE, Children's Activities, Perceptions and Behaviour in the Local Environments; cpm, comptes par minute; DASES, Detroit Activity Space Environments Study; ET, écart type; FAST, Forty Area Study; GAG, GPS, Accelerometry and GIS; IC, intervalle de confiance; IID, intervalle interdécile; IIQ, intervalle interquartile; km, kilomètre; m, mètre; MET, équivalent métabolique; min, minutes; ND, non déclaré; NHANES, National Health and Examination Survey; PEACH, Personal and Environmental Associations with Children's Health; RC, rapport de cotes; RECORD, Residential Environment and Coronary Heart Disease; SALTA, Soutien de l'environnement pour les loisirs et le transport actif; SOPARC, System for Observing Play and Recreation in Communities; SPACE, Spatial Planning and Children's Exercise; SPEEDY, Sport, Physical activity and Eating behaviour Environmental Determinants in Young people; TA, transport actif; TAAG, Trial of Activity for Adolescent Girls; TEAN, Teen Environment and Neighborhood; TRAC, Travel Assessment and Community; WCMC, When Cities Move Children.

Tableau 2 Note de bas de page *

délimitée par les polygones

Tableau 2 Retour à la référence de la note de bas de page *

Tableau 2 Note de bas de page a

Effectifs analysés.

Tableau 2 Retour à la référence de la note de bas de page a

Tableau 2 Note de bas de page b

Moyenne (écart type) et/ou intervalle.

Tableau 2 Retour à la référence de la note de bas de page b

Tableau 2 Note de bas de page c

Sauf avis contraire, les « zones tampons » sont déterminées au moyen d'un rayon ayant pour origine le centre du bâtiment correspondant à une adresse municipale donnée.

Tableau 2 Retour à la référence de la note de bas de page c

Évaluation du risque de biais

La figure 2 résume le risque de biais lié aux résultats. Un peu plus de la moitié des études présentaient un risque élevé de biais de sélection, car bon nombre d'entre elles reposaient sur des échantillons de commodité. Environ le quart des études ne comportaient aucune description de la façon dont l'échantillon de l'étude avait été obtenu. La majorité des études présentaient un faible risque de biais de performance et de détection, étant donné qu'elles utilisaient surtout des données issues de la technologie GPS superposées à celles de SIG, ainsi que des accéléromètres avec des seuils valides pour la définition des AS, de l'APL et de l'APMV. Toutefois, certaines études présentaient un risque élevé de biais de performance, en raison du risque de classification erronée du lieu, car cette dernière reposait sur les décisions des codeurs ou sur l'utilisation de « zones tampons » pour la définition du lieu. Un peu moins de la moitié des études présentaient un risque élevé de déclaration sélective : bon nombre d'entre elles comportaient des analyses secondaires dont l'objectif principal n'était pas d'examiner l'endroit où le mouvement était observé. Enfin, la plupart des études présentaient un risque élevé de biais qualifiés d'« autres », notamment l'absence dans les analyses d'ajustement pour tenir compte du temps de port et pour tenir compte du sexe.

Figure 2. Récapitulatif des risques de biais

Figure 2

Équivalent textuel

Cette figure résume le risque de biais lié aux résultats. Un peu plus de la moitié des études présentaient un risque élevé de biais de sélection, car bon nombre d’entre elles reposaient sur des échantillons de commodité. Environ le quart des études ne comportaient aucune description de la façon dont l’échantillon de l’étude avait été obtenu. La majorité des études présentaient un faible risque de biais de performance et de détection, étant donné qu’elles utilisaient surtout des données issues de la technologie GPS superposées à celles de SIG, ainsi que des accéléromètres avec des seuils valides pour la définition des AS, de l’APL et de l’APMV. Toutefois, certaines études présentaient un risque élevé de biais de performance, en raison du risque de classification erronée du lieu, car cette dernière reposait sur les décisions des codeurs ou sur l’utilisation de « zones tampons » pour la définition du lieu. Un peu moins de la moitié des études présentaient un risque élevé de déclaration sélective : bon nombre d’entre elles comportaient des analyses secondaires dont l’objectif principal n’était pas d’examiner l’endroit où le mouvement était observé. Plus de la moitié des études avaient un risque élevé de biais d’attrition, alors qu’un peu plus du quart présentait un faible risque de ce biais. Enfin, la plupart des études présentaient un risque élevé de biais qualifiés d’« autres », notamment l’absence dans les analyses d’ajustement pour tenir compte du temps de port et pour tenir compte du sexe.

Résultats liés à la localisation chez les enfants (3 à 11 ans)

Les localisations les plus souvent mentionnées dans les études menées auprès des enfants étaient le domicile, l'école, les parcs, le transport actif et les rues ou routes. D'après les résultats, le transport actif et les milieux scolaires seraient des localisations importantes pour l'APMV, tandis que le domicile y contribue moins.

De nombreuses études étaient axées sur les tendances en matière de mouvement au sein de sous‑ensembles spécifiques d'environnements plutôt que sur le nombre total de mouvements quotidiens. Par exemple, plusieurs études ont porté exclusivement sur le temps consacré aux déplacements aller-retour entre l'école et le domicileNote de bas de page 26Note de bas de page 32Note de bas de page 34Note de bas de page 41. Dans ces études, une proportion importante du temps (31 à 37 %) passé à se rendre à l'école et à en revenir a été consacrée à une APMVNote de bas de page 26Note de bas de page 34 et cette activité constituait de 11 à 22 % de l'APMV totale (surtout chez les marcheurs)Note de bas de page 32Note de bas de page 41. Les enfants qui se rendaient à l'école à pied étaient plus nombreux à vivre près de l'école que ceux qui utilisaient des modes de transport passifsNote de bas de page 26. D'autres études ont identifié les rues ou routes comme des facteurs contribuant de façon importante à l'APMV chez les enfantsNote de bas de page 35, en grande partie en raison de leur utilisation dans le cadre du transport actif pour aller à l'école et revenir à la maisonNote de bas de page 39.

Des données solides indiquent que le milieu scolaire est l'un des principaux lieux de pratique de l'ensemble de l'APMVNote de bas de page 23Note de bas de page 27Note de bas de page 30Note de bas de page 35Note de bas de page 39Note de bas de page 42 chez les enfants. Plus précisément, la cour d'école semble contribuer grandement à l'APMV en milieu scolaire, surtout chez les garçonsNote de bas de page 27Note de bas de page 42. D'après l'étude SPACE (Spatial Planning and Children's Exercise) réalisée aux Pays-Bas, les enfants consacrent une très faible proportion de leur temps (2 à 3 %) à l'APMV à l'intérieur même de l'école, la cour d'école (surtout pendant les récréations) y contribuant davantageNote de bas de page 27. De même, chez les enfants participant à l'Étude sur la vie active, 18 % de l'APMV quotidienne s'est tenue dans la cour de l'écoleNote de bas de page 42.

Si les parcs et les espaces verts ont peu contribué à l'APMV totaleNote de bas de page 40, le temps passé dans ces endroits a souvent été consacré à l'AP d'intensité plus élevéeNote de bas de page 23Note de bas de page 24Note de bas de page 29Note de bas de page 43. L'étude néo-zélandaise Children's Activity in their Local Environment (CALE) a révélé que seulement 2 % de l'AP enregistrée a été pratiquée dans des parcs urbainsNote de bas de page 40. Les données de l'étude Healthy PLACES menée aux États-Unis ont révélé que seulement 27 % des enfants utilisaient un parc de quartier, et la proximité de ce parc était en lien direct avec son utilisationNote de bas de page 29.

Les emplacements intérieurs semblent favoriser considérablement la pratique d'APLNote de bas de page 25 et d'ASNote de bas de page 22, tandis que les emplacements extérieurs contribuent davantage à l'APMVNote de bas de page 24Note de bas de page 30Note de bas de page 43. Un effet saisonnier est probablement lié à la localisation de l'APMV. Oreskovic et ses collaborateursNote de bas de page 37 ont ainsi constaté que la pratique d'une APMV était plus importante à la maison pendant les mois d'hiver et dans les parcs et terrains de jeux pendant les mois d'été.

Une grande partie du temps passé à domicile est consacré à des activités sédentaires et contribue de ce fait de façon importante à la pratique d'ASNote de bas de page 22Note de bas de page 23Note de bas de page 24Note de bas de page 28. Dunton et ses collaborateursNote de bas de page 28 ont noté que 76 % des activités parent-enfant effectuées à domicile étaient sédentaires. Une étude menée auprès d'enfants d'âge préscolaire a révélé que 45 % du temps passé à la maison est consacré à des comportements sédentairesNote de bas de page 24. Burgi et ses collaborateursNote de bas de page 23 ont constaté que les enfants de 7 à 9 ans passaient en moyenne 60 % de leur temps à la maison à des activités sédentaires. Les résultats de l'étude Healthy PLACES ont également révélé que les comportements sédentaires observés avaient souvent eu lieu à la maison chez les enfants de 8 à 14 ansNote de bas de page 22.

Plusieurs études font état de différences en fonction du sexe en matière de localisation de l'APMV. Une étude a révélé que les garçons pratiquaient leur APMV en plus grande proportion à l'extérieur de leur quartier (plus de 800 m), tandis que les filles pratiquaient en plus grande proportion leur APMV à l'intérieur de leur quartierNote de bas de page 31. Il ressort de deux études que le transport actif est un facteur contribuant de manière importante à l'APMV, en particulier chez les filles. Une étudeNote de bas de page 41 a révélé que le trajet pour aller à l'école et en revenir contribuait davantage à l'APMV quotidienne chez les filles que chez les garçons (36 % contre 31 %), tandis qu'une autre étudeNote de bas de page 39 a montré que les filles participaient davantage au transport actif que les garçons (29 % contre 26 %), ce qui contribuait à une proportion d'APMV totale plus importante (55 % contre 35 %). Comparativement aux fillesNote de bas de page 42, les garçons pratiquaient leur APMV quotidienne en proportion plus importante à l'écoleNote de bas de page 39 et dans la cour d'école. D'autres études n'ont révélé aucune différence selon le sexe quant aux endroits où les AS, l'APL ou l'APMV avaient été enregistréesNote de bas de page 25Note de bas de page 30Note de bas de page 32Note de bas de page 38Note de bas de page 41.

Résultats liés à la localisation chez les adolescents (12 à 17 ans)

Les localisations le plus souvent mentionnées à propos des adolescents étaient le domicile, l'école, les installations de loisirs, le transport actif et les espaces verts. Bon nombre d'adolescents pratiquaient exclusivement une APMV en lien avec le transport actif, pour aller à l'école et en revenirNote de bas de page 47Note de bas de page 55Note de bas de page 59Note de bas de page 60. Dans leur étude menée auprès d'adolescents d'Angleterre, Collins et ses collaborateursNote de bas de page 47 ont constaté que le transport actif contribuait pour 35 % à l'APMV quotidienne. La distance à parcourir pour effectuer le trajet entre le domicile et l'école semble être un facteur prédictif important du transport actif, les navetteurs actifs vivant souvent plus près de leur destination que les navetteurs passifsNote de bas de page 47Note de bas de page 55Note de bas de page 60.

Les rues et les trottoirs sont les principales infrastructures utilisées pour la pratique d'APMV chez les adolescentsNote de bas de page 45Note de bas de page 51Note de bas de page 53, principalement en raison de leur utilisation pour le transport actifNote de bas de page 49Note de bas de page 56. Une étude canadienne a révélé que les jeunes en milieu urbain effectuaient la majorité (56 % pour les filles et 58 % pour les garçons) de leur APMV quotidienne lors de leurs déplacements (surtout pour aller à l'école et en revenir), dans une proportion supérieure à celle des étudiants des banlieues et des régions ruralesNote de bas de page 56.

Comme chez les enfants, le milieu scolaire constitue l'un des principaux lieux de pratique de l'APMV chez les adolescentsNote de bas de page 45Note de bas de page 46Note de bas de page 49Note de bas de page 50Note de bas de page 53Note de bas de page 54Note de bas de page 56, ce qui témoigne probablement du fait qu'ils y passent une bonne partie de la journée. Cependant, à partir des données de l'étude TEAN réalisée aux États-Unis, Carlson et ses collaborateursNote de bas de page 46 ont montré que, si les adolescents effectuaient la majeure partie de leur APMV à l'école, soit 55 % lors d'une journée donnée, cette proportion demeurait faible compte tenu du temps passé à l'école.

Contrairement à ce qui a été observé chez les enfants, plusieurs étudesNote de bas de page 45Note de bas de page 46Note de bas de page 52 ont révélé que le domicile contribuait largement à l'APMV chez les adolescents, surtout les jours où il n'y avait pas d'écoleNote de bas de page 46, et davantage dans les banlieues et les régions rurales que chez les adolescents des villesNote de bas de page 56. Quelques études ont cependant constaté que le domicile y contribuait moinsNote de bas de page 49Note de bas de page 53.

Les données probantes sur la contribution des espaces verts à l'APMV totale sont variables. Les résultats de l'étude GAG menée en Écosse ont révélé que le temps passé dans un espace vert ne constituait que 11 % de l'APMV pratiquée durant les loisirsNote de bas de page 48. À l'opposé, l'étude When Cities Move Children (WCMC) menée au Danemark a révélé que les espaces verts urbains contribuaient de façon importante à l'APMV quotidienne pratiquée à l'extérieurNote de bas de page 50. Lachowycz et ses collaborateursNote de bas de page 51 ont noté que 46 % de l'ensemble de l'APMV pratiquée à l'extérieur la fin de semaine s'effectuait dans des espaces verts et 29 % dans des parcs.

Très peu d'études menées chez les adolescents ont fait état des lieux où étaient pratiquées une APL et des ASNote de bas de page 51Note de bas de page 52Note de bas de page 53. Comme cela a été constaté pour les enfants, les lieux intérieurs semblent favoriser davantage l'APLNote de bas de page 51 et les ASNote de bas de page 51Note de bas de page 53.

Peu d'études ont fourni une analyse selon le sexe. Les garçons s'adonneraient davantage à une APMV à l'extérieur que les fillesNote de bas de page 45. D'après certaines études, les garçons effectueraient plus d'APMV que les filles à l'écoleNote de bas de page 45Note de bas de page 46Note de bas de page 49 dans les transportsNote de bas de page 49 et au domicileNote de bas de page 46, mais les filles pratiqueraient davantage d'APMV à proximité de l'écoleNote de bas de page 46. Rainham et ses collaborateursNote de bas de page 56 ont fait état de différences selon le sexe chez les adolescents des banlieues et des régions rurales, mais pas chez les adolescents des villes. Les garçons des banlieues effectuaient plus d'APMV à la maison que les filles des banlieues (30 % contre 20 %). Alors que les filles des banlieues effectuaient davantage de leur APMV dans leur temps de déplacement comparativement aux garçons des banlieues (42,5 % contre 27,4 %), les filles des régions rurales consacraient une moins grande proportion de leur temps d'APMV lors de leurs déplacements que les garçons des régions rurales (20,7 % contre 27,0 %)Note de bas de page 56. Collins et ses collaborateursNote de bas de page 47 n'ont constaté aucune différence selon le sexe en matière de transport scolaire actif.

Résultats liés à la localisation chez les adultes (18 ans et plus)

Les localisations les plus souvent mentionnées dans les études menées auprès des adultes sont le quartier, le domicile, les alentours extérieurs du domicile, les parcs, les espaces verts, le transport actif et les destinations commerciales. D'après les données probantes, chez les adultes, l'environnement lié au transport actif constituerait l'une des localisations les plus importantes de l'APMV, et le domicile l'une des localisations les moins importantes.

Plusieurs études ont mesuré exclusivement le temps consacré au transport actifNote de bas de page 61Note de bas de page 62Note de bas de page 63Note de bas de page 64Note de bas de page 74. Les déplacements ou le transport actif constituaient entre 33 % et 68 % de la proportion quotidienne d'APVMNote de bas de page 61Note de bas de page 63Note de bas de page 74. Chaix et ses collaborateursNote de bas de page 63 ont établi que le pourcentage médian d'AS associées au transport était de manière générale de 13 %, mais que les déplacements en transport en commun étaient associés à un pourcentage beaucoup plus élevé d'AS que les déplacements personnalisés en véhicule automobile. Costa et ses collaborateursNote de bas de page 64 ont constaté que le mode de transport lors d'un déplacement donné était associé à la proportion médiane de temps consacré aux AS, à l'APL et l'APMV. Le temps de trajet consacré aux AS était le plus élevé dans le cas des déplacements exclusivement en voiture (59 %) ou en autobus (environ 41 %), le temps de trajet consacré à une APL était le plus élevé dans le cas des déplacements combinés en voiture (38 %) ou en voiture et à vélo ou à pied (environ 33 à 35 %) ou exclusivement en autobus (environ 29 %) et le temps de trajet consacré à une APMV était le plus élevé dans le cas des déplacements exclusivement à pied (100 %) ou à vélo (environ 33 % d'APM et 56 % d'APV). Environ 20 % du temps de déplacement exclusivement en autobus a été consacré à une APMVNote de bas de page 64.

Plusieurs études ont examiné le temps passé au domicileNote de bas de page 65Note de bas de page 68Note de bas de page 69Note de bas de page 74Note de bas de page 75Note de bas de page 78. L'environnement constitué par le domicile semble être associé aux AS et à l'APLNote de bas de page 28Note de bas de page 65Note de bas de page 69, mais pas à l'APMV, la plupart de l'APMV étant pratiquée à l'extérieur du quartierNote de bas de page 69Note de bas de page 74Note de bas de page 75, en particulier les jours de semaineNote de bas de page 75. En revanche, l'étude de la SOPARC (System for Observing Play and Recreation in Communities) réalisée aux États‑Unis a révélé qu'entre 20 et 29 % de l'APMV, sous forme d'intervalles d'une durée donnée, avait lieu à domicile, et que les routes et les installations de conditionnement physique constituaient des lieux importants de pratique d'une APVNote de bas de page 68.

Les données probantes concernant les parcs et les espaces verts sont variables, mais elles indiquent généralement qu'une APMVNote de bas de page 65 est susceptible d'y être pratiquée (pas nécessairement de façon importanteNote de bas de page 66Note de bas de page 71) chez les adultes qui fréquentent ces endroits, en fonction de l'utilisation qu'ils en fontNote de bas de page 66Note de bas de page 77. Les données de l'étude de la SOPARC ont révélé que seulement 12 % du temps passé dans les parcs était consacré à une APMVNote de bas de page 66 et que cela représentait environ 13 % de l'APMV quotidienne totaleNote de bas de page 68.

Bien que peu d'études aient porté sur le milieu de travail, deux d'entre elles ont conclu que le lieu de travail et le quartier du lieu de travail contribuaient de façon importante à l'APMV, mais que cela s'expliquait probablement en grande partie par le transport pour aller au travail et en revenir et par le temps passé quotidiennement au travailNote de bas de page 71Note de bas de page 74. Fait intéressant, Troped et ses collaborateursNote de bas de page 78 ont constaté que la majeure partie de l'APMV était pratiquée davantage hors des zones tampons du domicile et du lieu de travail plutôt qu'à l'intérieur de celles‑ci.

Trois études ont fourni des analyses en fonction du sexe. Troped et ses collaborateursNote de bas de page 78 n'ont relevé aucune différence significative selon le sexe en ce qui concerne le lieu d'APMV. Hillsdon et ses collaborateursNote de bas de page 67 ont constaté que les hommes étaient davantage actifs physiquement à l'extérieur de leur quartier que les femmes (64,7 % contre 57,4 %). Dewulf et ses collaborateursNote de bas de page 65 ont établi que plus les hommes passaient de temps dans des lieux autres que les espaces verts, plus ils pratiquaient d'APMV et que, chez les femmes, la tendance était inverse.

Analyse

Notre examen rapide a étudié et synthétisé la littérature à propos des lieux de pratique d'une AP et d'AS chez les enfants, les adolescents et les adultes. Nos résultats fournissent des éléments d'orientation pour la conception d'études futures en indiquantla localisation précisede l'AP et des AS ainsi que les secteurs pour lesquels les données probantes sont incertaines ou insuffisantes. Nos résultats contribuent également à renforcer la base de connaissances actuelles sur les corrélats et les déterminants de l'AP et des AS et, par conséquent, à favoriser la mise en œuvre de nouvelles interventions en identifiant les milieux ou lieux les plus favorables.

Jusqu'à présent, un seul autre examen a recensé les études portant sur la localisation de l'activité : McGrath et ses collaborateursNote de bas de page 8 ont effectué une revue systématique des caractéristiques environnementales mesurées objectivement et de l'APMV chez les enfants et les adolescents. Ils ont montré que marcher dans les rues du quartier constituait la proportion la plus importante de l'activité quotidienne des enfants et des adolescents passée à l'extérieur (environ 40 %). Ils ont également établi qu'une grande proportion de l'AP était effectuée en dehors des espaces verts et des autres zones urbaines (26 à 27 %). Tout comme dans nos résultats, ils ont constaté que l'AP extérieure était pratiquée davantage dans les rues, les routes, les parcs de stationnement, les aires de jeux à surface dure, les sentiers piétonniers et les zones commerciales que dans les espaces verts, les parcs et les autres zones de verdure (prairies)Note de bas de page 8. Nos résultats soulignent également l'importance du transport scolaire actif ainsi que celle de la cour d'école comme facteurs contribuant de façon importante aux niveaux d'AP quotidienne chez les enfants et les adolescents. Il importe toutefois de noter que McGrath et ses collaborateursNote de bas de page 8 ont exclu les études qui portaient sur des données à l'échelle de la ville et non à l'échelle des quartiers et celles utilisant les emplacements des écoles comme substituts du quartier résidentiel. Notre examen complète cette recherche antérieure en intégrant toutes les études indépendamment de la localisation et en tenant compte également des autres intensités d'activité (APL, AS), d'une littérature plus à jour et des adultes.

Les constatations présentées ici vont dans le même sens que celles de plusieurs revues systématiques antérieures sur les corrélats et les déterminants de l'AP, mais contredisent d'autres études. Les données probantes associant composantes de l'environnement bâti et AP sont variables, les données les plus cohérentes étant tirées d'études portant sur des mesures objectives liées à certains environnements et sur une AP spécifique à des domaines précisNote de bas de page 80. Chez les enfants et les adolescents, les données probantes vont dans le sens d'une corrélation positive entre l'accès à des installations de loisirs, des terrains de jeux et des parcs, les mesures de l'accessibilité piétonnière (en particulier les trottoirs) et l'APNote de bas de page 80Note de bas de page 81. D'après notre examen, les cours d'école et le transport actif contribuent davantage à l'AP quotidienne chez les enfants et les adolescents que les parcs, en particulier les jours de semaine. Un autre examen systématique fait état, tout comme le nôtre, d'une corrélation négative entre la distance à parcourir pour se rendre à l'école et l'AP chez les enfantsNote de bas de page 81.

Chez les adultes, les données probantes issues de revues systématiquesNote de bas de page 80Note de bas de page 82Note de bas de page 83 font état, de façon générale, d'une corrélation positive entre l'accès à des installations de loisirs et l'AP. Seule l'une des études utilisées dans le cadre de notre examen a formulé des commentaires précis sur des installations de loisirs intérieures (centres de conditionnement physique, piscines)Note de bas de page 68. Les données probantes sur le lien entre présence de trottoirs et pratique d'une AP sont variablesNote de bas de page 82Note de bas de page 83. Chez les adultes, les facteurs liés à l'environnement bâti relèvent probablement de différentes composantes de l'AP. Par exemple, les trottoirs peuvent faire partie intégrante de l'environnement lié au transport actif aussi bien que de celui lié au travail. D'après certaines données probantesNote de bas de page 80 et comme l'avons constaté, l'environnement lié au transport est un corrélat et un déterminant de l'AP totale chez les adultes.

Beaucoup moins d'études antérieures ont examiné les associations entre les facteurs liés à l'environnement bâti et les ASNote de bas de page 9Note de bas de page 84Note de bas de page 85. Chez les enfants, contrairement à une croyance populaire, une plus forte concentration de terrains de jeu et une plus grande disponibilité d'équipements sportifs à l'école sont associées à des niveaux plus élevés d'ASNote de bas de page 85, alors que l'augmentation de la durée des pauses à l'école et la présence de passages pour piétons sécuritaires sont associées à de plus faibles niveaux d'ASNote de bas de page 85. Les études examinées mettent en lumière les répercussions de l'environnement scolaire sur les AS. Par exemple, la plupart des AS ont lieu à la maison et à l'écoleNote de bas de page 23, ce qui renforce l'importance de pauses actives dans ces milieux et l'importance de favoriser le transport actif pour le trajet aller-retour entre l'école et le domicile, afin d'assurer une APMV régulière. Chez les adultes, d'après les données probantes, la proximité et la densité des espaces verts sont corrélées négativement au temps passé en position assise mesuré de façon objectiveNote de bas de page 84. Dans le cadre du notre examen, une seule étude portait sur la mesure du degré de « verdure » des lieux et a conclu que le niveau d'AS était plus élevé dans les zones non vertes que dans les zones plus vertesNote de bas de page 65. Des résultats variables ont été obtenus en ce qui concerne la relation entre l'accessibilité piétonnière du quartier, les infrastructures piétonnières/cyclables et les installations de loisirs d'une part et les AS d'autre partNote de bas de page 9Note de bas de page 84. Bien que la présence d'éléments favorables au transport actif (p. ex. casiers, installations pour l'entreposage de vélos, douches) en milieu de travail soit corrélée positivement à une AS totale mesurée objectivement, elle est également associée à des niveaux plus élevés d'APNote de bas de page 84. Ces constatations semblent obéir au principe selon lequel les interventions conçues pour augmenter l'AP n'entraînent pas systématiquement de réductions significatives des ASNote de bas de page 86.

Notre examen visait à offrir une orientation aux futures études portant sur la localisation des activités. Bon nombre d'études n'ont pas utilisé d'approche axée sur une journée entière mais ont plutôt rendu compte de résultats associés à un lieu en particulier. Par exemple, de nombreuses études ont porté exclusivement sur le temps consacré aux déplacements aller-retour entre le domicile et l'école ou le travail. Compte tenu de l'importance à tenir compte des activités sur une période de 24 heures, les études à venir devraient fournir des données de localisation en incluant toutes les intensités d'activité, dont l'APL et les AS. Les études futures gagneraient également à présenter des résultats selon le sexe, afin d'établir si les filles/femmes et les garçons/hommes consacrent leur temps à des activités d'intensités différentes dans des lieux différents.

Points forts et limites

Parmi les points forts de cet examen figurent une stratégie de recherche exhaustive élaborée avec deux bibliothécaires spécialisées en recherche, un protocole préalable bien établi et l'évaluation des risques de biais. Nous avons également adopté une approche axée sur le parcours de vie, en examinant séparément les résultats chez les enfants, chez les adolescents et chez les adultes, et en présentant les variations en fonction du sexe lorsque les données pertinentes étaient disponibles. Malheureusement, aucune des études recensées ne faisait état de résultats portant spécifiquement sur les personnes âgées. Étant donné que, dans de nombreuses études, cette population fait partie de l'échantillon global, nous incitons les futurs chercheurs à présenter séparément des résultats sur ce segment de la population adulte.

L'une des principales limites de notre examen est l'hétérogénéité des études et des rapports connexes. La nomenclature utilisée pour décrire les lieux était peu normalisée et de nombreuses études ne faisaient pas état de la mesure des écarts, empêchant ainsi la réalisation d'une méta‑analyse. Les études futures gagneraient à faire état à la fois du nombre de minutes quotidiennes consacrées aux diverses activités et des proportions observées en fonction de la localisation. Nous n'avons pas non plus été en mesure de déterminer si les comportements enregistrés au domicile se produisaient à l'intérieur ou à l'extérieur de celui-ci, ni de discerner les caractéristiques physiques du lieu (p. ex. route, sentier ou trottoir) dans de nombreuses études axées sur le transport actif. Comme il s'agit d'une composante importante de la pratique d'une AP, il nous a semblé important d'inclure ces études avec une localisation générale, soit « transport actif ». D'autres études ont signalé des comportements en matière de mouvement dans des lieux souvent associés au transport actif (p. ex. les routes), mais sans que le but de l'activité ou le domaine s'y rapportant puisse être déterminé. Il demeurera toujours une limite à la précision dans ce domaine, car le transport actif se fait sur un ensemble hétérogène de parcours urbains. À titre d'exemple, il peut démarrer sur une rue résidentielle tranquille, continuer sur une piste cyclable ou un sentier piétonnier à usage partagé, puis sur une bande cyclable comportant une bordure peinte et finir sur une piste cyclable réservée. Dans cet exemple, seulement trois des quatre composantes du trajet ont été effectuées sur une « route » et, même à ce niveau, il existe des différences entre types de route. À notre avis, le principal point à retenir est que l'AP s'est produite dans un environnement associé au « déplacement ». Bon nombre d'études étant fondées sur des échantillons de petite taille et biaisés, il importe d'obtenir des échantillons représentatifs de plus grande taille. L'utilisation de données GPS superposées à celles de SIG permet de déterminer de façon plus précise la localisation du mouvement, mais la qualité des données issues des SIG est variable et peut même introduire une source de biais de mesureNote de bas de page 87. Les conclusions tirées de la littérature ont également permis d'établir que de 12 à 14 jours de surveillance sont nécessaires pour obtenir des estimations fiables de l'AP, et que le temps passé au domicile ou dans un environnement commercial exige une période de surveillance considérable (supérieure à 19 jours)Note de bas de page 88Note de bas de page 89. La majorité des études prises en compte ont enregistré les mouvements sur 7 jours, bon nombre d'entre elles ne comptant que 4 jours de données valides. Par conséquent, les conclusions peuvent ne pas être fiables. Les études futures devraient donc tenir compte des données probantes concernant les exigences en matière de temps de surveillance afin d'obtenir des estimations fiables. Une grande hétérogénéité a été observée dans les mesures de l'AP et des AS, que ce soit du fait des différents dispositifs utilisés, des exigences en matière de temps de port ou des seuils utilisés pour définir l'intensité. Enfin, bien que les appareils GPS nous aident à mieux saisir à quels endroits l'AP et les AS sont pratiquées, ils ont aussi leurs propres limites : il y a un risque de perte de grandes quantités de données en raison de coupures de signal, d'une charge inadéquate de la pile ou du non‑respect du temps de port du dispositifNote de bas de page 16. Dans de nombreuses études, des quantités importantes de données ont été ainsi perdues.

Conclusion

En conclusion, cet examen synthétise les données probantes concernant les lieux où les enfants, les adolescents et les adultes pratiquent des AS, de l'APL et de l'APMV. On dispose de peu de données probantes sur les lieux où sont pratiquées les APL et les AS par rapport à ceux dont on dispose pour l'APMV. D'après les données probantes, l'environnement lié au transport actif pourrait contribuer de façon importante à l'APMV tout au long de la vie d'une personne. Les futures études spatialisées devraient localiser l'activité de tous niveaux d'intensité, en utilisant une approche axée sur une journée entière et à partir d'échantillons représentatifs de taille supérieure.

Remerciements

Nous aimerions remercier Katherine Merucci de la Bibliothèque de la santé de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et Nathalie Leclair de la Bibliothèque Berkman de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa pour leur aide dans l'élaboration de la stratégie de recherche. Nous tenons également à remercier Alexandria Melvin pour son aide dans la vérification des données. Stephanie Prince est titulaire d'une bourse d'apprentissage en matière d'impact sur le système de santé des Instituts de recherche en santé du Canada et de l'ASPC.

Conflits d'intérêts

Nous déclarons n'avoir aucun conflit d'intérêts lié à ces travaux.

Contributions des auteurs et avis

SAP était responsable de la conceptualisation, de la conception, de l'acquisition, de l'analyse et de l'interprétation des données ainsi que de la rédaction et de la révision du manuscrit. GPB, DPR et WT étaient responsables de la conceptualisation et de l'interprétation des données et de la révision du manuscrit.

Le contenu de l'article et les points de vue qui y sont exprimés n'engagent que les auteurs et ne correspondent pas nécessairement à la position du gouvernement du Canada.

Références

Note de bas de page 1

Warburton DE, Charlesworth S, Ivey A, et al. A systematic review of the evidence for Canada's Physical Activity Guidelines for Adults. Int J Behav Nutr Phys Act. 2010;7:39. doi: 10.1186/1479-5868-7-39.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Biswas A, Oh PI, Faulkner GE, et al. Sedentary time and its association with risk for disease incidence, mortality, and hospitalization in adults: a systematic review and meta-analysis. Ann Intern Med. 2015;162(2):123-132. doi: 10.7326/M14-1651.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Garriguet D, Carson V, Colley RC, et al. Activité physique et comportement sédentaire des enfants canadiens de trois à cinq ans. Rapports sur la santé 2016; 27(9):15-25.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Colley RC, Garriguet D, Janssen I, et al. Activité physique des adultes au Canada : résultats d'accélérométrie de l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2007 à 2009. Rapports sur la santé. 2011; 22(1):8-16.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Colley RC, Carson V, Garriguet D, et al. Activité physique des enfants et des jeunes au Canada, 2007 à 2015. Rapports sur la santé. 2017; 28(10):9-17.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Caspersen CJ, Pereira MA, Curran KM. Changes in physical activity patterns in the United States, by sex and cross-sectional age. Med Sci Sport Exerc. 2000;32(9):1601-1609.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Bauman A, Bull F, Chey T, et al. The international prevalence study on physical activity: results from 20 countries. Int J Behav Nutr Phys Act. 2009;6(1):21. doi:10.1186/1479-5868-6-21.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

McGrath LJ, Hopkins WG, Hinckson EA. Associations of objectively measured built-environment attributes with youth moderate-vigorous physical activity: a systematic review and meta-analysis. Sports Med. 2015;45(6):841-865. doi: 10.1007/s40279-015-0301-3.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Prince SA, Reed JL, McFetridge C, et al. Correlates of sedentary behaviour in adults: a systematic review. Obes Rev. 2017;18(8):915-935. doi: 10.1111/obr.12529.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Davison KK, Lawson CT. Do attributes in the physical environment influence children's physical activity? A review of the literature. Int J Behav Nutr Phys Act. 2006;3:19. doi: 10.1186/1479-5868-3-19.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Ding D, Sallis JF, Kerr J, et al. Neighborhood environment and physical activity among youth: a review. Am J Prev Med. 2011;41(4):442-455. doi: 10.1016/j.amepre.2011.06.036.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Ding D, Gebel K. Built environment, physical activity, and obesity: What have we learned from reviewing the literature? Health Place. 2012;18(1):100-105. doi: 10.1016/j.healthplace.2011.08.021.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Fitzhugh EC, Bassett Jr DR, Evans MF. Urban trails and physical activity: a natural experiment. Am J Prev Med. 2010;39(3):259-262.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Evenson KR, Jones SA, Holliday KM, et al. Park characteristics, use, and physical activity: A review of studies using SOPARC (System for Observing Play and Recreation in Communities). Prev Med. 2016;86:153-166.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Jankowska MM, Schipperijn J, Kerr J. A framework for using GPS data in physical activity and sedentary behavior studies. Exerc Sport Sci Rev. 2015;43(1):48-56. doi: 10.1249/JES.0000000000000035.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Krenn PJ, Titze S, Oja P, et al. Use of global positioning systems to study physical activity and the environment: a systematic review. Am J Prev Med. 2011;41(5):508-515. doi: 10.1016/j.amepre.2011.06.046.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Maddison R., Ni Mhurchu C. Global positioning system: A new opportunity in physical activity measurement. Int J Behav Nutr Phys Act. 2009;6:1479. doi: 10.1186/1479-5868-6-73.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Chaix B., Meline J., Duncan S., et al. GPS tracking in neighborhood and health studies: A step forward for environmental exposure assessment, a step backward for causal inference? Health Place. 2013;21:46-51. doi: 10.1016/j.healthplace.2013.01.003.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Membres et partenaires [Internet]. 2017 [consultation le 24 oct. 2017]. En ligne à : http://www.oecd.org/fr/apropos/membresetpartenaires/

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Maddison R, Ni Mhurchu C. Global positioning system: a new opportunity in physical activity measurement. Int J Behav Nutr Phys Act. 2009;6:73. doi: 10.1186/1479-5868-6-73.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Poitras VJ, Gray CE, Borghese MM, et al. Systematic review of the relationships between objectively measured physical activity and health indicators in school-aged children and youth. Appl Physiol Nutr Metab. 2016;41(6 Suppl 3):S197-239. doi: 10.1139/apnm-2015-0663.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Almanza E, Jerrett M, Dunton G, et al. A study of community design, greenness, and physical activity in children using satellite, GPS and accelerometer data. Health Place. 2012;18(1):46-54. doi: 10.1016/j.healthplace.2011.09.003.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Burgi R, Tomatis L, Murer K, et al. Spatial physical activity patterns among primary school children living in neighbourhoods of varying socioeconomic status: a cross-sectional study using accelerometry and Global Positioning System. BMC Public Health. 2016;16:282. doi: 10.1186/s12889-016-2954-8.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Cerin E, Baranowski T, Barnett A, et al. Places where preschoolers are (in)active: an observational study on Latino preschoolers and their parents using objective measures. Int J Behav Nutr Phys Act. 2016;13:29. doi: 10.1186/s12966-016-0355-0.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

Coombes E, van Sluijs E, Jones A. Is environmental setting associated with the intensity and duration of children's physical activity? Findings from the SPEEDY GPS study. Health Place. 2013;20:62-65. doi: 10.1016/j.healthplace.2012.11.008.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

Cooper AR, Page AS, Wheeler BW, et al. Mapping the walk to school using accelerometry combined with a global positioning system. Am J Prev Med. 2010;38(2):178-183. doi: 10.1016/j.amepre.2009.10.036.

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Note de bas de page 27

Dessing D, Pierik FH, Sterkenburg RP, et al. Schoolyard physical activity of 6-11 year old children assessed by GPS and accelerometry. Int J Behav Nutr Phys Act. 2013;10:97. doi: 10.1186/1479-5868-10-97.

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Note de bas de page 28

Dunton GF, Liao Y, Almanza E, et al. Locations of joint physical activity in parent-child pairs based on accelerometer and GPS monitoring. Ann Behav Med. 2013;45:S162-S172. doi: 10.1007/s12160-012-9417-y.

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Note de bas de page 29

Dunton GF, Almanza E, Jerrett M, et al. Neighborhood park use by children: Use of accelerometry and global positioning systems. Am J Prev Med. 2014;46(2):136-142. doi:  10.1016/j.amepre.2013.10.009.

Retour à la référence de la note de bas de page 29

Note de bas de page 30

Eyre E. Environmental influences on physical activity and weight status in children from deprived multi-ethnic backgrounds in Coventry [thèse de doctorat en ligne]. Coventry (UK): Coventry University; 2014. En ligne à : https://curve.coventry.ac.uk/open/items/d2080789-8c3b-4775-a41f-d2dc2a2df687/1/

Retour à la référence de la note de bas de page 30

Note de bas de page 31

Jones AP, Coombes EG, Griffin SJ, et al. Environmental supportiveness for physical activity in English schoolchildren: A study using Global Positioning Systems. Int J Behav Nutr Phys Act. 2009. doi: 10.1186/1479-5868-6-42.

Retour à la référence de la note de bas de page 31

Note de bas de page 32

Lee C, Li L. Demographic, physical activity, and route characteristics related to school transportation: an exploratory study. Am J Health Promot. 2014;28(3 Supplement):S77-S88. doi: 10.4278/ajhp.130430-QUAN-211.

Retour à la référence de la note de bas de page 32

Note de bas de page 33

Mackett R, Brown B, Gong Y, et al. Children's independent movement in the local environment. Built Env. 2007;33(4):454-468.

Retour à la référence de la note de bas de page 33

Note de bas de page 34

McMinn D, Oreskovic NM, Aitkenhead MJ, et al. The physical environment and health-enhancing activity during the school commute: global positioning system, geographical information systems and accelerometry. Geospat Health. 2014;8(2):569-572. doi: 10.4081/gh.2014.46.

Retour à la référence de la note de bas de page 34

Note de bas de page 35

Moore HJ, Nixon CA, Lake AA, et al. The environment can explain differences in adolescents' daily physical activity levels living in a deprived urban area: cross-sectional study using accelerometry, GPS, and focus groups. J Phys Act Health. 2014;11(8):1517-1524. doi: 10.1123/jpah.2012-0420.

Retour à la référence de la note de bas de page 35

Note de bas de page 36

O'Connor TM, Cerin E, Robles J, et al. Feasibility study to objectively assess activity and location of Hispanic preschoolers: a short communication. Geospat Health. 2013;7(2):375-380. doi: 10.4081/gh.2013.94.

Retour à la référence de la note de bas de page 36

Note de bas de page 37

Oreskovic NM, Blossom J, Field AE, et al. Combining global positioning system and accelerometer data to determine the locations of physical activity in children. Geospat Health. 2012;6(2):263-272. doi: 10.4081/gh.2012.144.

Retour à la référence de la note de bas de page 37

Note de bas de page 38

Pearce M, Page AS, Griffin TP, et al. Who children spend time with after school: associations with objectively recorded indoor and outdoor physical activity. Int J Behav Nutr Phys Act. 2014;11(1):45. doi: 10.1186/1479-5868-11-45.

Retour à la référence de la note de bas de page 38

Note de bas de page 39

Pizarro AN, Schipperijn J, Ribeiro JC, et al. Gender differences in the domain-specific contributions to moderate-to-vigorous physical activity, accessed by GPS. J Phys Act Health 2017;14(6):474-478. doi: 10.1123/jpah.2016-0346.

Retour à la référence de la note de bas de page 39

Note de bas de page 40

Quigg R, Gray A, Reeder AI, et al. Using accelerometers and GPS units to identify the proportion of daily physical activity located in parks with playgrounds in New Zealand children. Prev Med. 2010;50(5-6):235-240. doi: 10.1016/j.ypmed.2010.02.002.

Retour à la référence de la note de bas de page 40

Note de bas de page 41

Southward EF, Page AS, Wheeler BW, et al. Contribution of the school journey to daily physical activity in children aged 11-12 years. Am J Prev Med. 2012;43(2):201-204. doi: 10.1016/j.amepre.2012.04.015.

Retour à la référence de la note de bas de page 41

Note de bas de page 42

Van Kann DH, de Vries SI, Schipperijn J, et al. Schoolyard characteristics, physical activity, and sedentary behavior: combining GPS and accelerometry. J Sch Health. 2016;86(12):913-921. doi: 10.1111/josh.12459.

Retour à la référence de la note de bas de page 42

Note de bas de page 43

Wheeler BW, Cooper AR, Page AS, et al. Greenspace and children's physical activity: a GPS/GIS analysis of the PEACH project. Prev Med 2010;51(2):148-152. doi: 10.1016/j.ypmed.2010.06.001.

Retour à la référence de la note de bas de page 43

Note de bas de page 44

Andersen HB, Christiansen LB, Klinker CD, et al. Increases in use and activity due to urban renewal: effect of a natural experiment. Am J Prev Med, 2017;53(3):e81-e87. doi: 10.1016/j.amepre.2017.03.010.

Retour à la référence de la note de bas de page 44

Note de bas de page 45

Burgi R, Tomatis L, Murer K, et al. Localization of physical activity in primary school children using accelerometry and global positioning system. PLoS ONE. 2015;10(11):e0142223. doi: 10.1371/journal.pone.0142223.

Retour à la référence de la note de bas de page 45

Note de bas de page 46

Carlson JA, Schipperijn J, Kerr J, et al. Locations of physical activity as assessed by GPS in young adolescents. Pediatrics. 2016;137(1):e20152430. doi: 10.1542/peds.2015-2430.

Retour à la référence de la note de bas de page 46

Note de bas de page 47

Collins P, Al-Nakeeb Y, Lyons M. Tracking the commute home from school utilizing GPS and heart rate monitoring: establishing the contribution to free-living physical activity. J Phys Act Health. 2015;12(2):155-162. doi: 10.1123/jpah.2013-0048.

Retour à la référence de la note de bas de page 47

Note de bas de page 48

Geyer J. Developing an understanding of greenspace as a resource for physical activity of adolescents in Scotland [thèse de doctorat en ligne]. Edinburgh (UK): The University of Edinburgh; 2013. En ligne à : https://www.era.lib.ed.ac.uk/handle/1842/7917

Retour à la référence de la note de bas de page 48

Note de bas de page 49

Klinker CD, Schipperijn J, Christian H, et al. Using accelerometers and global positioning system devices to assess gender and age differences in children's school, transport, leisure and home based physical activity. Int J Behav Nutr Phys Act. 2014;11(1):8. doi: 10.1186/1479-5868-11-8.

Retour à la référence de la note de bas de page 49

Note de bas de page 50

Klinker CD, Schipperijn J, Kerr J, et al. Context-specific outdoor time and physical activity among school-children across gender and age: using accelerometers and GPS to advance methods. Front Public Health. 2014;2:20. doi: 10.3389/fpubh.2014.00020.

Retour à la référence de la note de bas de page 50

Note de bas de page 51

Lachowycz K, Jones AP, Page AS, et al. What can global positioning systems tell us about the contribution of different types of urban greenspace to children's physical activity? Health Place. 2012;18(3):586-594. doi: 10.1016/j.healthplace.2012.01.006.

Retour à la référence de la note de bas de page 51

Note de bas de page 52

Maddison R, Jiang Y, Vander Hoorn S, et al. Describing patterns of physical activity in adolescents using global positioning systems and accelerometry. Ped Exerc Sci. 2010;22(3):392-407.

Retour à la référence de la note de bas de page 52

Note de bas de page 53

Oreskovic NM, Perrin JM, Robinson AI, et al. Adolescents' use of the built environment for physical activity. BMC Public Health 2015;15:251. doi: 10.1186/s12889-015-1596-6.

Retour à la référence de la note de bas de page 53

Note de bas de page 54

Pearce M. Combining measurement tools to understand the context of children's indoor and outdoor leisure-time physical activity [thèse de doctorat en ligne]. Edinburgh (UK): The University of Edinburgh; 2015. En ligne à : https://www.era.lib.ed.ac.uk/handle/1842/20408

Retour à la référence de la note de bas de page 54

Note de bas de page 55

Pizarro AN, Schipperijn J, Andersen HB, et al. Active commuting to school in Portuguese adolescents: Using PALMS to detect trips. J Transport Health. 2016;3(3):297-304. doi: 10.1016/j.jth.2016.02.004.

Retour à la référence de la note de bas de page 55

Note de bas de page 56

Rainham DG, Bates CJ, Blanchard CM, et al. Spatial classification of youth physical activity patterns. Am J Prev Med. 2012;42(5):e87-e96. doi: 10.1016/j.amepre.2012.02.011.

Retour à la référence de la note de bas de page 56

Note de bas de page 57

Robinson AI, Oreskovic NM. Comparing self-identified and census-defined neighborhoods among adolescents using GPS and accelerometer. Int J Health Geo. 2013;12:57. doi:  10.1186/1476-072X-12-57

Retour à la référence de la note de bas de page 57

Note de bas de page 58

Rodriguez DA, Cho G, Evenson KR, et al. Out and about: association of the built environment with physical activity behaviors of adolescent females. Health Place. 2012;18(1):55-62. doi: 10.1016/j.healthplace.2011.08.020.

Retour à la référence de la note de bas de page 58

Note de bas de page 59

Voss C, Winters M, Frazer AD, et al. They go straight home - don't they? Using global positioning systems to assess adolescent school-travel patterns. J Transport Health. 2014;1(4):282-287. doi: 10.1016/j.jth.2014.09.013.

Retour à la référence de la note de bas de page 59

Note de bas de page 60

Voss C, Winters M, Frazer A, et al. School-travel by public transit: Rethinking active transportation. Prev Med Rep. 2015;2:65-70. doi: 10.1016/j.pmedr.2015.01.004.

Retour à la référence de la note de bas de page 60

Note de bas de page 61

Audrey S, Procter S, Cooper AR. The contribution of walking to work to adult physical activity levels: A cross sectional study. Int J Behav Nutr Phys Act. 2014;11(1):37. doi: 10.1186/1479-5868-11-37.

Retour à la référence de la note de bas de page 61

Note de bas de page 62

Chaix B, Kestens Y, Duncan DT, et al. A GPS-based methodology to analyze environment-health associations at the trip level: case-crossover analyses of built environments and walking. Am J Epidemiol. 2016;184(8):579-589. doi: 10.1093/aje/kww071.

Retour à la référence de la note de bas de page 62

Note de bas de page 63

Chaix B, Kestens Y, Duncan S, et al. Active transportation and public transportation use to achieve physical activity recommendations? A combined GPS, accelerometer, and mobility survey study. Int J Behav Nutr Phys Act. 2014;11(1):124. doi: 10.1186/s12966-014-0124-x.

Retour à la référence de la note de bas de page 63

Note de bas de page 64

Costa S, Ogilvie D, Dalton A, et al. Quantifying the physical activity energy expenditure of commuters using a combination of global positioning system and combined heart rate and movement sensors. Prev Med. 2015;81:339-344. doi: 10.1016/j.ypmed.2015.09.022.

Retour à la référence de la note de bas de page 64

Note de bas de page 65

Dewulf B, Neutens T, Van Dyck D, et al. Associations between time spent in green areas and physical activity among late middle-aged adults. Geospatial Health. 2016;11(3):411. doi: 10.4081/gh.2016.411.

Retour à la référence de la note de bas de page 65

Note de bas de page 66

Evenson KR, Wen F, Hillier A, et al. Assessing the contribution of parks to physical activity using global positioning system and accelerometry. Med Sci Sports Exerc. 2013;45(10):1981-1987. doi: 10.1249/MSS.0b013e318293330e.

Retour à la référence de la note de bas de page 66

Note de bas de page 67

Hillsdon M, Coombes E, Griew P, et al. An assessment of the relevance of the home neighbourhood for understanding environmental influences on physical activity: How far from home do people roam? Int J Behav Nutr Phys Act. 2015;12(1):100. doi: 10.1186/s12966-015-0260-y.

Retour à la référence de la note de bas de page 67

Note de bas de page 68

Holliday KM, Howard AG, Emch M, et al. Where are adults active? An examination of physical activity locations using GPS in five US cities. J Urban Health. 2017;94(4):459-469.

Retour à la référence de la note de bas de page 68

Note de bas de page 69

Hurvitz PM, Moudon AV, Kang B, et al. How far from home? The locations of physical activity in an urban U.S. setting. Prev Med. 2014;69:181-186. doi: 10.1007/s11524-017-0164-z.

Retour à la référence de la note de bas de page 69

Note de bas de page 70

Hwang LD, Hurvitz PM, Duncan GE. Cross sectional association between spatially measured walking bouts and neighborhood walkability. Int J Environ Res Public Health. 2016;13(4):412. doi: 10.3390/ijerph13040412.

Retour à la référence de la note de bas de page 70

Note de bas de page 71

Jansen M, Ettema D, Pierik F, et al. Sports facilities, shopping centers or homes: What locations are important for adults' physical activity? A cross-sectional study. Int J Environ Res Public Health. 2016;13(3): 287. doi: 10.3390/ijerph13030287.

Retour à la référence de la note de bas de page 71

Note de bas de page 72

Jansen FM, Ettema DF, Kamphuis CBM, et al. How do type and size of natural environments relate to physical activity behavior? Health Place. 2017;46:73-81. doi: 10.1016/j.healthplace.2017.05.005.

Retour à la référence de la note de bas de page 72

Note de bas de page 73

Perez LG, Carlson J, Slymen DJ, et al. Does the social environment moderate associations of the built environment with Latinas' objectively-measured neighborhood outdoor physical activity. Prev Med Rep. 2016;4:551-557. doi: 10.1016/j.pmedr.2016.10.006.

Retour à la référence de la note de bas de page 73

Note de bas de page 74

Rafferty D, Dolan C, Granat M. Attending a workplace: its contribution to volume and intensity of physical activity. Physiol Meas. 2016;37(12):2144-2153.

Retour à la référence de la note de bas de page 74

Note de bas de page 75

Ramulu PY, Chan ES, Loyd TL, et al. Comparison of home and away-from-home physical activity using accelerometers and cellular network-based tracking devices. J Phys Act Health. 2012;9(6):809-817.

Retour à la référence de la note de bas de page 75

Note de bas de page 76

Rodriguez DA, Brown AL, Troped PJ. Portable global positioning units to complement accelerometry-based physical activity monitors. Med Sci Sports Exerc. 2005;37(11 SUPPL):S572-S581.

Retour à la référence de la note de bas de page 76

Note de bas de page 77

Stewart OT, Moudon AV, Fesinmeyer MD, et al. The association between park visitation and physical activity measured with accelerometer, GPS, and travel diary. Health Place. 2016;38:82-88. doi: 10.1016/j.healthplace.2016.01.004.

Retour à la référence de la note de bas de page 77

Note de bas de page 78

Troped PJ, Wilson JS, Matthews CE, et al. The built environment and location-based physical activity. Am J Prev Med. 2010;38(4):429-438. doi: 10.1016/j.amepre.2009.12.032.

Retour à la référence de la note de bas de page 78

Note de bas de page 79

Zenk SN, Schulz AJ, Matthews SA, et al. Activity space environment and dietary and physical activity behaviors: A pilot study. Health Place. 2011;17(5):1150-1161. doi: 10.1016/j.healthplace.2011.05.001.

Retour à la référence de la note de bas de page 79

Note de bas de page 80

Bauman AE, Reis RS, Sallis JF, et al. Correlates of physical activity: why are some people physically active and others not. Lancet. 2012;380(9838):258-271. doi: 10.1016/S0140-6736(12)60735-1.

Retour à la référence de la note de bas de page 80

Note de bas de page 81

Sterdt E, Liersch S, Walter U. Correlates of physical activity of children and adolescents: A systematic review of reviews. Health Educ J. 2014;73(1):72-89. doi: 10.1177/0017896912469578.

Retour à la référence de la note de bas de page 81

Note de bas de page 82

Choi J, Lee M, Lee JK, et al. Correlates associated with participation in physical activity among adults: a systematic review of reviews and update. BMC Public Health. 2017;17(356). doi: 10.1186/s12889-017-4255-2.

Retour à la référence de la note de bas de page 82

Note de bas de page 83

Trost SG, Owen N, Bauman AE, et al. Correlates of adults' participation in physical activity: review and update. Med Sci Sports Exerc. 2002;34(12):1996-2001. doi: 10.1249/01.MSS.0000038974.76900.92.

Retour à la référence de la note de bas de page 83

Note de bas de page 84

O'Donoghue G, Perchoux C, Mensah K, et al. A systematic review of correlates of sedentary behaviour in adults aged 18-65 years: a socio-ecological approach. BMC Public Health. 2016;16:163-016-2841-3. doi: 10.1186/s12889-016-2841-3.

Retour à la référence de la note de bas de page 84

Note de bas de page 85

Stierlin AS, De Lepeleere S, Cardon G, et al. A systematic review of determinants of sedentary behaviour in youth: a DEDIPAC-study. Int J Behav Nutr Phys Act. 2015;12:133. doi: 10.1186/s12966-015-0291-4.

Retour à la référence de la note de bas de page 85

Note de bas de page 86

Prince SA, Saunders TJ, Gresty K, et al. A comparison of the effectiveness of physical activity and sedentary behaviour interventions in reducing sedentary time in adults: a systematic review and meta-analysis of controlled trials. Obes Rev. 2014;15(11):905-919. doi: 10.1111/obr.12215.

Retour à la référence de la note de bas de page 86

Note de bas de page 87

Porter DE, Kirtland KA, Williams JE, et al. Considerations for using a geographic information system to assess environmental supports for physical activity. Prev Chron Dis. 2004;1(4):A20.

Retour à la référence de la note de bas de page 87

Note de bas de page 88

Holliday KM, Howard AG, Emch M, et al. Deriving a GPS monitoring time recommendation for physical activity studies of adults. Med Sci Sports Exerc. 2017;49(5):939-947. doi: 10.1249/MSS.0000000000001190.

Retour à la référence de la note de bas de page 88

Note de bas de page 89

Zenk SN, Matthews SA, Kraft AN, et al. How many days of global positioning system (GPS) monitoring do you need to measure activity space environments in health research? Health Place. 2018;51:52-60. doi: 10.1016/j.healthplace.2018.02.004.

Retour à la référence de la note de bas de page 89

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :