Le Service correctionnel du Canada répond au Rapport annuel de l’enquêteur correctionnel

Communiqué de presse

OTTAWA, le 31 octobre 2017 – Aujourd’hui, le commissaire du Service correctionnel du Canada, Don Head, a fait la déclaration suivante au sujet du Rapport annuel 2016‑2017 du Bureau de l’enquêteur correctionnel.

« J’accueille favorablement les conclusions et les recommandations présentées par l’enquêteur correctionnel du Canada et son personnel dans le cadre de leur rapport annuel.

Comme c’est le cas pour tous les rapports présentés par le Bureau de l’enquêteur correctionnel (BEC), le Service correctionnel du Canada (SCC) a examiné attentivement les recommandations du rapport. Nous avons largement tenu compte de ces recommandations, et notre réponse expose en détail les changements que nous apportons dans les secteurs où des améliorations s’imposent. Cette réponse a été incluse dans le rapport du BEC.

Le Rapport annuel du BEC détermine des questions de préoccupation communes dans le système correctionnel fédéral, ce qui nous aide à accomplir notre mandat, qui consiste à favoriser la réadaptation des délinquants et à assurer la sécurité publique. Dans certains cas, des mécanismes sont déjà en place pour régler les préoccupations soulevées par le BEC. À titre d’exemple, nous avons modifié nos politiques sur l’isolement préventif et les besoins des détenus ayant de graves troubles mentaux. De plus, nous avons renforcé notre approche relativement aux services correctionnels pour Autochtones; nous avons notamment revu notre façon d’utiliser les services des Aînés et élaboré des mécanismes pour qu’ils puissent devenir des membres à part entière de l’équipe de gestion des cas des délinquants.

J’en profite également pour souligner que nous nous engageons à répondre aux besoins des délinquantes en matière de santé mentale à tous les niveaux de sécurité au moyen d’une approche axée sur le patient. Tous les établissements réguliers pour délinquantes recevront des fonds supplémentaires pour améliorer les interventions en santé mentale auprès des délinquantes dans les unités de garde en milieu fermé. De plus, nous avons demandé les services d’un professionnel de la santé mentale indépendant, qui évaluera d’ici la fin de l’exercice 2017‑2018 notre capacité actuelle en matière de soins de santé mentale pour les délinquantes de tous les niveaux.

Nous reconnaissons que les problèmes soulevés par le BEC dans son rapport sont d’une importance déterminante. Nos approches sont peut-être différentes du fait que nous devons aussi composer avec les réalités liées aux opérations, aux finances et à la dotation qu’impose tout changement, mais nous croyons que nous réalisons des progrès en vue d’atteindre nos objectifs communs et les résultats souhaités. Nous sommes constamment à la recherche de nouvelles occasions d’améliorer le système correctionnel fédéral, et nous continuons de collaborer avec le BEC pour résoudre ces questions et préserver la sécurité des Canadiens en aidant les délinquants à devenir des citoyens respectueux des lois. »

-30-

Liens connexes

Personnes-ressources

Suivez le Service correctionnel du Canada (@SCC_CSC_fr) sur Twitter et sur Facebook (http://www.facebook.com/ServiceCorrectionnel/).

Pour plus d’information, visitez le site Web suivant : www.csc-scc.gc.ca.

Renseignements

Relations avec les médias
Service correctionnel du Canada
613-992-7711
media@csc-scc.gc.ca


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :