Notes d’allocution de la ministre Qualtrough lors de CANSEC 2018

Discours

Notes d’allocution à l’intention de

l’honorable Carla Qualtrough,
ministre des Services publics et de l’Approvisionnement

CANSEC 2018 – 31 mai à 8 h 30
(Déjeuner de mentorat Paddy O’Donnell)

Introduction

Bonjour à tous.

Avant de commencer, je tiens à souligner que nous nous sommes réunis aujourd’hui sur les terres traditionnelles de la Nation algonquine.

J’aimerais remercier Curtiss-Wright Defence d’avoir parrainé la réception de réseautage de ce matin, et aussi Alion Science & Technology et les chantiers navals Seaspan pour avoir parrainé ce déjeuner.

Ayant eu la chance, au fil des ans, de recevoir les encouragements de personnes que j’admirais, je suis évidemment ravie de participer à un événement nommé en l’honneur d’un mentor illustre, qui a eu une influence énorme sur l’Aviation royale canadienne et le secteur de la défense.

Le lieutenant-général Paddy O’Donnell était quelqu’un d’altruiste, qui aidait ses collègues plus jeunes à développer leur propre carrière. Le prix créé en son nom nous rappelle l’incidence positive que nous pouvons avoir sur ceux qui nous entourent, si nous nous prenons le temps de faire un effort.

CANSEC est toujours un indicateur de l’arrivée du printemps; c’est un événement que beaucoup de gens attendent avec autant d’enthousiasme que la belle saison. Je suis donc ravie d’effectuer ma première visite dans le cadre de cet événement important.

Notre gouvernement apprécie grandement les emplois, les travaux de recherche et de développement et les activités d’exportation que les industries de la défense et de la sécurité génèrent pour le Canada. Nous apprécions également les relations de travail mutuellement bénéfiques que nous entretenons avec la direction, le personnel et les membres de l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité.

Il y a un an, mon collègue le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a révélé notre nouvelle vision du gouvernement pour la défense. Protection, Sécurité, Engagement est la première nouvelle politique de défense depuis 2008. C’est un plan transparent, axé sur les personnes, conçu à long terme et entièrement financé pour l’avenir.

À l’appui de la politique, le ministre Sajjan a annoncé hier la publication du nouveau Plan d’investissement de son ministère et l’Index des capacités de la Défense, deux éléments qui, ensemble, offrent une vision claire des priorités de la Défense en matière d’approvisionnement pour les deux prochaines décennies.

Mon ministère travaille en partenariat avec le ministère de la Défense nationale, Innovation, Sciences et Développement économique Canada, le Conseil du Trésor et d’autres intervenants pour livrer les aéronefs, les navires et les autres biens et équipement nécessaires dans le cadre de la politique et du Plan d’investissement de la Défense.

Collectivement, nous savons que nos efforts servent à équiper nos compatriotes courageux afin qu’ils puissent nous protéger et aider les personnes dans le besoin. Nous prenons nos rôles très au sérieux, et nous sommes déterminés à faire en sorte que l’approvisionnement en matière de défense soit aussi efficace que possible. 

Dans cette optique, je tiens à faire le point sur deux questions importantes ce matin : 

Tout d’abord, je tiens à souligner les progrès réalisés par notre gouvernement au cours des trois dernières années pour faire avancer certains de nos approvisionnements importants dans les domaines de la défense et de la construction navale.

Ensuite, j’aimerais vous parler de quelques-unes des façons dont nous modernisons nos processus et améliorons nos pratiques afin de raccourcir les délais tout en veillant à obtenir le bon équipement pour les Forces armées canadiennes, au bon prix et avec des avantages économiques pour notre pays.

Achat d’avions chasseurs

Je commencerai par l’achat d’avions chasseurs – qui représente l’investissement le plus important dans l’Aviation royale canadienne depuis plus de 30 ans. Il est essentiel de renouveler la flotte de chasseurs du Canada pour protéger la sûreté et la sécurité des Canadiennes et Canadiens et respecter nos obligations internationales.

Je suis fière d’annoncer que ce processus n’a pas été aussi optimal depuis de nombreuses années.

En décembre, nous avons lancé un processus concurrentiel ouvert et transparent pour l’achat de 88 chasseurs de conception avancée, et nous faisons des progrès considérables.

Nous avons dit que la mobilisation des intervenants constituerait une partie importante du processus concurrentiel. Nous voulons que tous les fournisseurs capables de répondre à nos besoins puissent participer dans des conditions équitables.

À cette fin, en janvier, nous avons tenu notre première journée ouverte de l’industrie, qui a attiré plus de 200 participants de plus de 80 entreprises et 7 pays.

Pour optimiser la concurrence et mettre l’accent sur les résultats, nous avons invité les gouvernements et les fabricants intéressés à former des équipes et à démontrer leur capacité conjointe à répondre aux besoins du Canada, tels qu’ils sont définis dans la liste d’invitation des fournisseurs transmise à l’industrie.

En février, nous avons publié une liste des fournisseurs admissibles et les avons invités à participer à la mobilisation officielle des fournisseurs, qui a débuté en mars.

Parallèlement à cet engagement, il y a quelques semaines, des représentants ont tenu des forums régionaux dans six villes du pays, événements qui ont attiré plus de 600 participants de plus de 200 entreprises.

Ces séances d’information et de discussion visent à s’assurer que les industries canadiennes de l’aérospatiale et de la défense sont bien placées pour participer aux appels d’offres engendrés par l’achat de chasseurs.

Les entreprises ont pu rencontrer les entrepreneurs principaux éventuels pour étudier les possibilités de partenariats et mieux connaître la Politique des retombées industrielles et technologiques ainsi que les objectifs possibles de la proposition de valeur.

Il s’agit d’un approvisionnement complexe, pour lequel il existe diverses solutions. Au cours des derniers mois, et au fil des nombreux mois de planification et de consultation qui ont précédé le lancement de l’appel d’offres, nous avons entretenu un dialogue ouvert afin de garantir la clarté des enjeux et des échéanciers. Et nous continuerons à le faire.

Au cours des prochains mois, nous commencerons à transmettre les ébauches des documents d’invitation à soumissionner aux fournisseurs admissibles. Les représentants du gouvernement visiteront les installations des fournisseurs, et les fournisseurs admissibles visiteront les principales bases des Forces armées canadiennes pour voir l’infrastructure et les opérations existantes.

Cette mobilisation se poursuivra jusqu’au printemps 2019, période à laquelle les documents officiels d’invitation à soumissionner devraient être communiqués aux fournisseurs admissibles.

L’attribution du contrat est prévue pour 2021-2022 et la livraison du premier avion de remplacement devrait avoir lieu en 2025.

Ces cinq derniers mois très chargés ont créé un énorme élan.

Tout le contraire d’il y a trois ans, lorsque l’effort de remplacement de la flotte de chasseurs de notre pays était au point mort.

Approvisionnement provisoire de chasseurs australiens

Notre but ultime est l’acquisition d’une nouvelle flotte de chasseurs, mais nous prenons également des mesures pour répondre aux besoins à court terme.

Nous sommes en train de régler les derniers détails pour obtenir 18 F-18 de la Royal Australian Air Force et des pièces de rechange pour compléter notre flotte existante en attendant l’achat des chasseurs de remplacement.

Étant donné que les chasseurs australiens sont semblables à nos CF-18 actuels, ils seront facilement intégrés à la flotte.

Nous travaillons actuellement avec l’Australie pour élaborer un plan de livraison et obtenir les approbations nécessaires afin de finaliser l’accord. Nous prévoyons recevoir les deux premiers avions en 2019.

Projet des hélicoptères maritimes

Nous progressons également vers l’atteinte d’un autre jalon important pour le projet des hélicoptères maritimes.

Nous avons déjà reçu les deux premiers hélicoptères maritimes CH 148 Cyclone du bloc 2. Ces aéronefs du bloc 2 intègrent les avant-dernières mises à niveau de configuration, et l’ensemble des 28 hélicoptères Cyclone, avec leur configuration définitive, devrait être livré d’ici la fin de décembre 2021.

Les hélicoptères CH-148 Cyclone sont conçus pour être utilisés à bord des frégates de la classe Halifax de la Marine royale canadienne, et sur les futurs navires de combat de surface et navires de soutien interarmées. Une petite parenthèse, mon fils est dans la Marine. Il pourrait être sur ces navires. Cela me rend vraiment très fière.

Ces nouveaux aéronefs remplacent les hélicoptères Sea King qui ont servi le Canada au cours des opérations maritimes au cours des 50 dernières années.

Avec la mise hors service des hélicoptères Sea King du Canada en décembre cette année, les Cyclones sont en cours d’intégration aux rôles opérationnels et de service.

Stratégie nationale en matière de construction navale

Je pourrais parler des nombreux autres achats de l’Armée et de la Force aérienne qui sont en cours, mais je vais maintenant aborder les projets qui visent à équiper la Marine royale canadienne et la Garde côtière canadienne dans le cadre de la Stratégie nationale en matière de construction navale.

Sur la côte ouest en décembre, tel que prévu, Seaspan a mis à l’eau le premier grand navire construit dans le cadre de la Stratégie nationale en matière de construction navale : un navire hauturier de science halieutique. Deux autres navires sont en construction.

Le premier des trois navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique actuellement en construction à Irving devrait faire l’objet d’essais pour la Marine royale canadienne plus tard cette année, la livraison finale étant prévue en 2019.

Mais ce ne sont pas seulement les grands chantiers navals qui travaillent pour répondre aux objectifs de la Stratégie nationale en matière de construction navale.

Le Chantier naval Forillon de Gaspé (Québec) et Hike Metal Products Limited de Wheatley (Ontario) ont livré 2 des 12 bateaux de recherche et de sauvetage à la Garde côtière canadienne.

Kanter Marine de St. Thomas (Ontario) a livré sept navires hydrographiques à la Garde côtière canadienne.

En outre, en août dernier, Thales a remporté un contrat de soutien en service pour les futurs navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique et les navires de soutien interarmées. Ce contrat, évalué à 5,2 milliards de dollars sur 35 ans si toutes les options de prolongation sont appliquées, garantit que nous sommes prêts à soutenir les navires une fois qu’ils auront été livrés.

Depuis sa création il y a huit ans, la Stratégie nationale en matière de construction navale a connu des défis.

Au cours de la construction de nouvelles classes de navires, dans de nouveaux chantiers navals, avec de nouveaux effectifs, nous avons dû rajuster les plans et les budgets établis il y a de nombreuses années. Mais à chaque construction, nous tirons de nouvelles leçons que nous appliquons par la suite.

Il y a deux ans, au salon CANSEC, ma prédécesseure, Judy Foote, a annoncé le renouvellement de la stratégie de construction navale, afin de mettre davantage l’accent sur une planification et une budgétisation précises, ainsi que sur des communications ouvertes avec les Canadiens.

Nous constatons déjà les retombées de ces mesures correctives.

Le Secrétariat du Conseil du Trésor dirige l’élaboration d’une approche robuste des estimations de coûts avec des examens et des rapports périodiques aux ministres.

Mon ministère ainsi que le Ministère de la Défense nationale et la Garde côtière canadienne continuent de travailler en étroite collaboration avec les deux chantiers navals pour surveiller les coûts et s’assurer que les échéances sont respectées.

Annonce relative aux navires de soutien interarmées

Cette étroite collaboration est essentielle pour nous permettre d’atteindre les objectifs de la Stratégie nationale en matière de construction navale – l’un étant d’assurer un programme de travail continu, en mettant fin au cycle d’expansions et de ralentissements qui ont affaibli notre industrie maritime.

Par exemple, lorsque nous avons eu connaissance des ralentissements possibles de la production à Vancouver Shipyards, les représentants du gouvernement ont collaboré avec Seaspan pour trouver une solution qui permette aux employés de garder leur emploi pour soutenir leur famille, tout en contribuant à équiper les femmes et les hommes de la Marine royale canadienne.

Je suis très heureuse d’annoncer aujourd’hui que, grâce à cette collaboration, le gouvernement du Canada a signé un contrat avec Vancouver Shipyards pour la construction d’un maximum de 52 blocs des deux navires de soutien interarmées de la Marine royale canadienne.

Ce n’est pas seulement une bonne nouvelle pour l’avenir de la flotte de la Marine royale canadienne, car ce contrat contribuera aussi à atténuer les ralentissements possibles de la production chez Seaspan.

Les travaux commenceront en juin et permettront de devancer la livraison des nouveaux navires.

Cela montre la valeur du partenariat stratégique à long terme établi entre le gouvernement du Canada et Seaspan dans le cadre de la Stratégie nationale en matière de construction navale.

Plus important encore, ces navires de soutien, qui feront partie intégrante de la future « flotte de haute mer » du Canada, livreront du carburant et d’autres fournitures vitales aux navires en mer, veillant ainsi à ce que les femmes et les hommes des Forces armées canadiennes puissent accomplir leurs missions pendant les décennies à venir.

Possible ralentissement de la production chez Irving

La planification est également en cours pour palier le ralentissement prévu de la production à Irving, entre la construction des navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique et des navires de combat de surface canadiens.

Nous devrions avoir une meilleure idée des options possibles plus tard cette année, une fois que nous aurons déterminé la conception des navires de combat de surface canadiens.

Le point sur les navires de combat canadiens

Pour ce qui est du projet des navires de combat canadiens, le gouvernement et Irving Shipbuilding Inc. évaluent les soumissions à l’heure actuelle.

Il s’agit du processus d’approvisionnement le plus important et le plus complexe entrepris par le gouvernement du Canada. Ces navires constitueront les fondements de la Marine royale canadienne.

Étant donné la portée et l’importance de ce projet, nous employons des pratiques d’approvisionnement novatrices pour nous assurer de disposer d’une concurrence maximale. Nous voulons aussi garantir que nous choisissons parmi les meilleures solutions proposées par les soumissionnaires.

Voilà pourquoi le plan d’évaluation offre aux soumissionnaires l’occasion de modifier leurs propositions s’ils n’avaient pas démontré qu’ils respectaient les exigences de la demande de propositions.

Cette étape est appelée le processus de correction. Cette semaine, l’équipe d’évaluation a commencé à fournir aux soumissionnaires une rétroaction sur des éléments auxquels ils doivent prêter attention.

Une fois le processus de correction terminé et que nous aurons reçu le volet financier des soumissions, nous procèderons à la prochaine et dernière étape du processus d’évaluation. Lorsque l’évaluation sera terminée, nous annoncerons la sélection d’un soumissionnaire privilégié. L’attribution des contrats suivra plus tard en 2018, et la construction des navires devrait commencer, comme prévu, au début des années 2020.

Comme pour tous les projets de la Stratégie nationale en matière de construction navale, nous demeurons déterminés à fournir des mises à jour au fur et à mesure que cet important approvisionnement progresse.

Mise à jour concernant les brise-glaces

Nous sommes également conscients de la nécessité de conserver une certaine souplesse pour satisfaire aux exigences provisoires.

Et c’est dans cette optique que nous poursuivons nos discussions avec le chantier Davie pour appuyer la capacité de déglaçage provisoire dont a besoin la Garde côtière canadienne.

Au nom de toute la population canadienne, nous restons déterminés à soutenir la Garde côtière canadienne dans l’exercice de ses activités essentielles.

Comment améliorons-nous l’approvisionnement militaire?

Je suis fier des progrès réalisés en matière d’approvisionnement militaire. Je veux aussi vous parler des modifications que nous avons apportées à notre façon de faire.

Nous cherchons toujours à faire en sorte que tous nos approvisionnements militaires soient équitables, ouverts et transparents, et à ce qu’ils offrent le meilleur rapport qualité-prix et les avantages les plus intéressants pour les Canadiens.

Par ailleurs, nous travaillons également d’arrache-pied pour améliorer nos processus et stratégies d’approvisionnement, afin de « livrer la marchandise » de manière plus efficiente et efficace, d’accroître la transparence et la concurrence et de réduire le fardeau imposé aux fournisseurs.

De manière générale, nous concevons de meilleurs outils de gestion des fournisseurs pour améliorer le rendement et le comportement des entrepreneurs, en particulier dans le cadre des contrats de grande envergure.

Nous publions aussi des critères clairs pour l’évaluation du rendement du gouvernement sur la concurrence et la ponctualité des approvisionnements.

Notre cadre de tarification est en cours de remaniement, et les clauses contractuelles et les modèles sont simplifiés et normalisés.

Notre Initiative de soutien est un projet majeur visant à améliorer la façon dont nous équilibrons les principes de rendement, d’optimisation des ressources, de souplesse et de retombées économiques pour le Canada.

Il est crucial de trouver des moyens plus efficaces pour maintenir le matériel militaire et le réinvestir directement dans les activités militaires que nous assurons.

Nous voulons également être aussi transparents que possible avec vous, nos partenaires de l’industrie, alors que nous travaillons ensemble pour favoriser l’innovation et la création d’emplois. La mobilisation de l’industrie est essentielle, et comme vous pouvez le constater avec l’approvisionnement des chasseurs, nous prêchons par l’exemple.

Afin de simplifier les processus d’approvisionnement de moindre envergure, le Ministère de la Défense nationale dispose d’un pouvoir délégué de passation de marchés jusqu’à concurrence de 1 million de dollars pour les biens et de 2 millions de dollars pour les services. Le pouvoir du Ministère de la Défense nationale passera à 5 millions de dollars pour les biens et les services d’ici 2019.

Retombées économiques

Tout ce travail contribue à la création d’emplois et à la croissance économique de tout le pays.

À eux seuls, les contrats liés à la Stratégie nationale en matière de construction navale conclus entre 2012 et 2017 contribuent 8,9 milliards de dollars, soit 812 millions de dollars par an, au PIB canadien, et créent ou maintiennent 8 800 emplois par an.

Félicitations à chacun d’entre vous, ces chiffrent sont fantastiques!

Plus de la moitié des entrepreneurs engagés sont de petites et moyennes entreprises. Les milliers de travailleurs qui y prennent part renforcent leurs compétences et favorisent l’innovation.

De plus, des partenariats sont établis avec des écoles, des centres de recherche et des coentreprises des Premières Nations.

Dans tous nos approvisionnements, militaires et autres, nous cherchons aussi des moyens d’offrir des perspectives aux entreprises dont les propriétaires ou les dirigeants sont des Canadiens membres de groupes sous-représentés, comme les femmes, les Autochtones et les personnes handicapées.

Par exemple, dans le cadre d’un programme du Centre d’excellence en construction navale d’Irving lancé en avril, 20 Néo-Écossais d’origine africaine ont l’occasion d’étudier la soudure au Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse pour ensuite démarrer une carrière au chantier naval d’Halifax.

Dans le cadre de la stratégie d’entrepreneuriat pour les femmes, annoncée dans le budget de 2018, mon ministère travaillera avec les petites et moyennes entreprises appartenant à des femmes pour accroître de 10 à 15 % leur participation au processus d’approvisionnement fédéral.

Conclusion

Nous savons qu’il reste encore beaucoup à faire. Mais ce que j’aimerais que vous reteniez aujourd’hui ce sont les progrès que nous avons accomplis au cours des trois dernières années.

Nous respectons notre promesse de transparence et d’ouverture, ainsi que notre engagement en vue d’améliorer les processus d’approvisionnement et de veiller à ce que l’approvisionnement en matière de défense génère innovation, emplois et occasions pour les Canadiens et les Canadiennes.

Par-dessus tout, nous veillons à ce que les femmes et les hommes des Forces armées canadiennes disposent de l’équipement dont ils ont besoin pour relever les défis majeurs auxquels ils sont confrontés dans le cadre de leur travail si important.

Merci beaucoup tout le monde.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :