Les hommes dans les métiers : la crise des opioïdes au Canada

L'impact de la consommation des substances sur les hommes dans les métiers, les moyens de réduire la stigmatisation et les méfaits de la consommation des substances, et comment obtenir de l'aide pour la consommation des substances.

S'il s’agit d’une urgence, appelez le 9-1-1 ou le numéro des services d’urgence de la région.

Un soutien immédiat en cas de crise est disponible à Espace Mieux-Être Canada.

Les ressources de cette page s'adressent à tous, et pas seulement aux hommes de métier.

Sur cette page

Les hommes dans les métiers et la consommation de substances

Les hommes ont les taux de surdoses d’opioïdes les plus élevés au Canada Note de bas de page 1. Les hommes dans les métiers sont plus touchés par la consommation de substances et les dépendances que les travailleurs et les travailleuses d’autres catégories d’emploi.

Figure 1 : Dans quelle mesure la consommation de substances a-t-elle un impact sur les hommes dans les métiers?
Illustration des effets de la consommation de substances sur les hommes qui exercent un métier. Version textuelle ci-dessous.
Équivalent textuel

Illustration des effets de la consommation de substances sur les hommes qui exercent un métier. Il est indiqué sur l’image que, depuis 2016, environ 3 décès liés aux opioïdes sur 4 sont survenus chez les hommes. De plus, de 30 à 50 % des personnes employées travaillaient dans les métiers au moment de leur décès.


Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les hommes qui exercent un métier sont plus touchés par les surdoses et les méfaits associés à la consommation de substances :

Renseignez-vous sur la consommation de substances.

Obtenir de l’aide concernant la consommation de substances

Demander de l’aide, ça prend de la force. Obtenir du soutien pourrait changer la situation pour vous et les personnes qui vous entourent.

Ressources offertes

Alléger le fardeau de la consommation de substances

Transcription

Forts bruits de construction

Sur un chantier, un homme porte un bloc de ciment sur son épaule.

Le bloc de ciment est sur les genoux de l’homme pendant que celui‑ci mange son dîner.

Bruits de marteau-piqueur

L'homme rentre chez lui, portant toujours le bloc.

Porte qui se referme

Sa femme essaie de le prendre, mais il secoue la tête.

Narrateur : La consommation de substances et la dépendance peuvent être lourdes à porter.

L’homme regarde dans le miroir les ecchymoses laissées par le bloc de ciment sur son épaule.

Rondelle frappée à la télévision

Avec le bloc sur son épaule, l'homme regarde un match de hockey avec des amis.

Des hommes applaudissent

Narrateur : Mais avec du soutien, c’est possible d’aller mieux. 

Narrateur : Il faut être fort pour demander de l'aide.

Un ami remarque que l’homme n’a pas bondi comme les autres et voit le bloc de ciment qui se trouve encore sur l’épaule de l’homme.

L’homme et l’ami sont de retour au travail, en train de se parler.

L’ami offre son soutien en posant la main sur l’épaule de l’homme.

Narrateur : Découvrez comment offrir ou obtenir de l’aide à Canada.ca/AllegeonsLeFardeau

Le mot-symbole « Canada »

Narrateur : Un message du gouvernement du Canada

Les quatre premières notes du Ô Canada au piano

Méfaits de la stigmatisation

Les gens consomment des drogues ou des médicaments pour toutes sortes de raisons différentes, mais personne ne choisit la dépendance. La dépendance a des effets sur le cerveau, ce qui complique le processus pour arrêter de consommer, même quand cette consommation vous nuit et nuit aux personnes qui vous entourent. Il est possible de se rétablir, mais ce rétablissement prend des formes différentes pour chaque personne.

Même si nous savons que la dépendance n’est pas un choix, la société stigmatise les personnes aux prises avec une consommation de substances. Cette stigmatisation peut empêcher les gens de demander de l’aide parce qu’ils :

La stigmatisation et le jugement peuvent mener les gens à cacher leur consommation de substances et à consommer seuls. Puisque la majorité des surdoses au Canada touchent des personnes qui étaient seules, réduire la stigmatisation peut vraiment sauver des vies.

Faits à propos de la stigmatisation

Demander de l’aide, ça prend du courage

Demander de l’aide n’est pas un signe de faiblesse. Ça prend de la force pour demander de l’aide. Le rétablissement d’une dépendance exige souvent un traitement médical, comme un traitement par agonistes opioïdes ou des services de consultation. C’est possible d’aller mieux, mais ce cheminement diffère d’une personne à une autre. C’est important de se souvenir qu’une récurrence de la consommation de substances peut faire partie de ce cheminement. Il y a de l’aide.

Toucher le fond peut être plus dommageable qu’utile

Pas besoin de toucher le fond pour obtenir de l’aide. Ce peut en fait être plus dommageable qu’autre chose. Les personnes aux prises avec la consommation de substances ont besoin d’avoir accès à une gamme complète de mesures de réduction des méfaits, comme des lieux de consommation supervisée et des services de traitement qui répondent à leurs besoins particuliers. Chaque personne arrive au bien-être par son propre chemin, et il existe de nombreuses façons de se rétablir. Plutôt que d’adopter la ligne dure, essayez de montrer à votre ami ou à votre proche que vous l’aimez. Voyez comment parler à un ami ou à un membre de sa famille de sa consommation de drogues.

Les médicaments et les drogues de la rue provenant du marché noir sont extrêmement toxiques, et nous observons un taux record de surdoses

Le fentanyl, un opioïde puissant, est présent dans 86 % des cas de décès par surdose, qui sont en majorité accidentels. Le fentanyl peut se trouver dans n’importe quel médicament ou n’importe quelle drogue de la rue, comme l’héroïne, la cocaïne, la méthamphétamine, l’oxycodone et la morphine. Si vous consommez des médicaments ou des drogues de la rue, vous êtes à risque de surdose. Ayez de la naloxone avec vous et ne consommez pas seul ou seule, parce qu’il n’y aura alors personne pour vous administrer de naloxone et appeler le 9-1-1 en cas de surdose.


Il y a de bonnes chances que vous connaissez une personne aux prises avec une consommation de substances sans même le savoir. Il y a des mesures que nous pouvons prendre pour soutenir nos amis et les membres de notre famille pour aider à réduire la stigmatisation.

Ressources additionnelles

Connaître les risques, sauver une vie

Si vous consommez des médicaments ou des drogues, c’est important de connaître les risques et de savoir comment les réduire.

Si vous prenez des substances illicites, c’est impossible de savoir exactement ce que vous prenez. Des médicaments et des drogues de la rue communs sont de plus en plus souvent contaminés par des opioïdes puissants comme le fentanyl. Il n’est pas possible de voir, de goûter ou de sentir la présence de fentanyl dans une substance, et il suffit de quelques grains de fentanyl pour causer la mort d’une personne moyenne. Des surdoses touchent des personnes qui ne savaient même pas qu’elles avaient pris un opioïde.

Pour réduire les risques et sauver une vie :

Ressources à propos de la consommation de substances

Trousse de communication des employeurs

Une collection de produits de communication que les employeurs peuvent utiliser pour parler à leurs employés de la consommation de substances et de la dépendance.

Trousse d’outils de communication pour les employeurs d’hommes qui exercent des métiers

Douleur chronique et consommation de substances

La douleur chronique est une douleur qui dure plus de trois mois. Les gens dans les métiers ont souvent des douleurs chroniques, ce qui peut mener à la prise de substances. Il y a bien des raisons pour lesquelles les gens dans les métiers peuvent prendre des médicaments antidouleur, comme des opioïdes, plus souvent :

Ressources offertes concernant la douleur chronique et la dépendance

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Canada, Comité consultatif spécial sur l’épidémie de surdoses d’opioïdes, Méfaits associés aux opioïdes et aux stimulants au Canada, Ottawa, Agence de la santé publique du Canada, mars 2022. Contenu affiché en ligne : https://sante-infobase.canada.ca/mefaits-associes-aux-substances/opioides-stimulants

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :