Douleur chronique

Sur cette page

À propos de la douleur chronique

Près de 8 millions de Canadiens vivent avec des douleurs chroniques qui peuvent avoir des répercussions importantes sur plusieurs aspects de la vie d’une personne :

La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle. L’expérience de la douleur est une expérience unique et personnelle qui peut varier considérablement d’une personne à l’autre.

Douleur aiguë

La douleur aiguë est temporaire et disparaît généralement au fur et à mesure de la guérison. Elle nous avertit que quelque chose ne va pas et qu’un facteur est ou peut être à l’origine de dommages à une partie de notre corps.

Douleur chronique

La douleur chronique est une douleur qui persiste pendant plus de trois mois. Il arrive parfois que la douleur se poursuive :

Bien que la douleur chronique soit souvent invisible, l’Organisation mondiale de la Santé la reconnaît désormais comme une maladie à part entière et non plus comme le symptôme d’un autre phénomène. On peut la diviser en deux catégories distinctes.

Douleur chronique primaire

Une douleur chronique qui existe malgré la guérison complète des tissus, ou une douleur qui n’a pas de cause déterminable. Les exemples incluent la fibromyalgie, les douleurs pelviennes chroniques, les douleurs musculo-squelettiques chroniques et les douleurs lombaires non spécifiques.

Douleur chronique secondaire

Une douleur chronique qui survient en association avec des maladies ou des problèmes sous-jacents. Les exemples incluent le traitement du cancer, la douleur post-chirurgicale et la polyarthrite rhumatoïde.

Les personnes les plus touchées par la douleur chronique

Les personnes souffrant de douleurs chroniques sont souvent confrontés à toute une série de difficultés, dont la stigmatisation. La douleur est largement subjective, et c'est un état invisible. Les personnes concernées se sentent souvent isolées et ont du mal à accepter que les autres ne croient pas que leur douleur est réelle. Cela peut entraîner des difficultés d’accès aux services de santé et un manque de traitement et de soutien, ce qui peut avoir des répercussions négatives sur :

Les personnes victimes discrimination et de marginalisation sont plus susceptibles de souffrir de douleurs chroniques et de douleurs plus graves. Les groupes les plus susceptibles de déclarer des douleurs chroniques sont les suivants :

Les enfants et les jeunes qui souffrent de douleur chronique ont des besoins uniques. Le manque de traitement de la douleur et de soutien peut avoir des répercussions sur leur développement et entraîner des problèmes à l’école et plus tard dans la vie.

Les personnes qui exercent des métiers du bâtiment sont également plus susceptibles de connaître des douleurs, de ressentir des douleurs plus sévères et de travailler lorsqu’elles ont mal.

Traitements et thérapies

Notre expérience de la douleur est influencée par :

Nous devons comprendre et traiter la douleur chronique en tenant compte de ces facteurs. La recherche montre que les options de traitement sont plus efficaces lorsqu’elles sont utilisées en combinaison et dans le cadre d’un plan de gestion de la douleur.

Il existe une gamme de thérapies conçues pour aider à gérer la douleur et à améliorer les fonctions cognitives, psychologiques, sociales et physiques. Les personnes souffrant de douleur chronique doivent être habilitées à choisir et à utiliser des stratégies adaptées à leurs propres besoins. Cela leur permet de mieux traiter ou gérer leur douleur.

Produits pharmaceutiques

Les médicaments et les substances qui ont un effet physiologique, comme :

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens
  • l’acétaminophène
  • les opioïdes
  • les cannabinoïdes
  • les anticonvulsivants
  • les antidépresseurs
  • les relaxants musculaires

Interventions psychologiques

Les interventions qui visent à modifier les pensées, les émotions ou les comportements, comme :

  • la thérapie cognitivo-comportementale
  • la thérapie d’acceptation et d’engagement
  • les groupes de soutien
  • les séances de formation
  • la psychothérapie individuelle et de groupe
  • les interventions fondées sur la pleine conscience
  • la thérapie d’adaptation au problème pour la douleur (TAP)

Interventions physiques et de réadaptation

Un processus qui permet aux personnes d’atteindre ou de maintenir une fonction physique optimale, par exemple :

  • l’exercice, le mouvement et l’activité physique
  • la modification des activités
  • le yoga et le tai-chi
  • l’imagerie motrice graduelle
  • la participation et l’exposition graduelles à des activités

Dispositifs médicaux ou procédures d’intervention contre la douleur

Procédures ou utilisations de dispositifs médicaux pouvant traiter ou gérer la douleur, comme :

  • l’attelle dentaire
  • le traitement au laser de faible puissance
  • le traitement par ondes de choc
  • la stimulation cérébrale profonde
  • la stimulation de la moelle épinière
  • la neurostimulation électrique transcutanée
  • les anesthésies par blocage nerveux, les injections de stéroïdes, injections visant les zones gâchettes ou la prolothérapie

Traitement administré par un praticien ou thérapie manuelle

Activités thérapeutiques administrées par un professionnel de la santé, comme :

  • l’acupuncture
  • la massothérapie
  • la physiothérapie
  • la mobilisation vertébrale
  • la manipulation vertébrale
  • les traitements ostéopathiques

Autogestion

Des stratégies individuelles axées sur les mécanismes d’adaptation ou les facteurs cognitifs et comportementaux, comme :

  • la méditation
  • les groupes de soutien
  • les habitudes alimentaires
  • l’éducation aux concepts neurologiques de la douleur
  • les exercices de relaxation et de respiration
  • les programmes de compétences de vie et d’auto-efficacité

Le Groupe de travail canadien sur la douleur et le rôle du gouvernement du Canada

Nous reconnaissons les répercussions et les défis auxquels sont confrontés les Canadiens souffrant de douleur chronique. Nous avons créé le Groupe de travail canadien sur la douleur afin de fournir des conseils et des orientations sur la manière de prévenir et de gérer la douleur chronique. Le groupe de travail a remis trois rapports à Santé Canada au cours de son mandat de trois ans :

Ces rapports mettent en évidence les recherches actuelles et les domaines dans lesquels des recherches futures sont encore nécessaires.

Douleur non traitée et consommation de substances

La consommation de substances est complexe et dépend d'un certain nombre de facteurs qui sont propres à chaque personne. L'approche du gouvernement du Canada à l'égard des problèmes de consommation de substances est globale, collaborative, compatissante et fondée sur des données probantes, guidée par notre stratégie fédérale en matière de drogues - la Stratégie canadienne sur les drogues et autres substances. Elle comprend quatre piliers clés : la prévention, le traitement, la réduction des méfaits et l'application de la loi.

Le gouvernement du Canada reconnaît les liens étroits entre les personnes qui vivent avec la douleur, la consommation de substances et la crise des surdoses. La crise des surdoses est l'une des menaces les plus importantes et les plus complexes pour la santé publique au Canada depuis des décennies. De nombreuses personnes qui consomment des substances, notamment des opioïdes, vivent également avec des douleurs chroniques non traitées. Les personnes qui consomment des substances et leurs familles soulignent souvent le manque de soins appropriés pour la douleur. Il s'agit d'un facteur contribuant à leur consommation de substances et d'un obstacle possible à la réussite de leur traitement et à leur rétablissement.

Les opioïdes sont des médicaments qui sont parfois prescrits pour traiter la douleur. Comme tous les médicaments, les opioïdes présentent des avantages et des risques, et parfois des effets secondaires potentiellement graves. La prise d'une dose trop forte d'opioïdes peut entraîner l'arrêt de la respiration, ce qui peut conduire à la mort. C'est pourquoi il est important de parler à votre fournisseur de soins de santé et de prendre les médicaments tels que prescrits. La naloxone peut inverser temporairement une surdose. Les trousses de naloxone sont disponibles sans ordonnance dans les pharmacies du Canada. Visitez le site À propos des opioïdes pour en savoir plus.

La crise des surdoses d'opioïdes est très complexe, et la douleur non traitée est un facteur qui y contribue. Voici d'autres facteurs qui ont contribué à cette crise :

COVID-19

Pour de nombreuses personnes souffrant de douleur chronique préexistante, la pandémie de COVID-19 a entraîné du stress, un isolement social, une augmentation de la douleur et de l’invalidité, et a eu des répercussions négatives sur les problèmes de santé mentale préexistants. Les perturbations des soins et des services de santé ont réduit l’accès aux mesures de soutien et aux thérapies sur lesquelles les personnes souffrant de douleur chronique comptent pour maintenir leur qualité de vie. Les Canadiens qui vivent avec une douleur chronique peuvent avoir besoin de mesures de soutien supplémentaires pendant la COVID-19.

Répercussions de la douleur chronique sur l’économie

La douleur chronique a des répercussions considérables sur l’économie. Selon les analyses de Santé Canada, le coût total direct et indirect de la douleur chronique en 2019 était de 38,3 à 40,4 milliards de dollars. Les coûts directs se situaient entre 15,1 et 17,2 milliards de dollars, ce qui représente plus de 10 % des dépenses de santé totales combinées pour :

Programmes et services dans ma région

Alberta

Colombie-Britannique

Manitoba

Nouveau-Brunswick

Terre-Neuve-et-Labrador

Territoires du Nord-Ouest

Nouvelle-Écosse

Nunavut

Ontario

Île-du-Prince-Édouard

Québec

Saskatchewan

Yukon

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :