Hydrographie, cartographie et la science des eaux usées 

Document d'information

Hydrographie et cartographie : une initiative du Plan de protection des océans

Le gouvernement du Canada versera près de 20 millions de dollars sur cinq ans pour cartographier les ports et les zones côtières névralgiques de la Colombie-Britannique. Cet investissement permettra de fournir des services hydrographiques et cartographiques améliorés et modernes dans les régions clés des voies navigables et des ports commerciaux très achalandés.

Ces investissements, qui visent à renforcer la sécurité de la navigation dans les ports de la Colombie-Britannique, sont financés par le Plan de protection des océans, d'un montant de 1,5 milliard de dollars. Le plan, annoncé en novembre 2016, met en place un système de sécurité maritime parmi les meilleurs au monde qui offre des possibilités économiques aux Canadiens dès aujourd’hui, tout en protégeant nos côtes et la qualité de nos eaux pour les générations futures.

Ce nouvel investissement permettra au Service hydrographique du Canada de Pêches et Océans Canada d’accroître ses activités de relevés hydrographiques, de fournir des renseignements dynamiques sur les niveaux d’eau, les marées et les courants, et de produire plus rapidement des cartes de navigation électroniques à haute résolution, des produits de navigation et des données pour les marins.

Le Service hydrographique du Canada est responsable de cartographier le plus long littoral du monde et plus de six millions de kilomètres carrés de plateau continental et d’eaux territoriales, y compris d’importantes voies navigables intérieures comme la Voie maritime du Saint-Laurent.

Au cours des prochaines années, des relevés seront réalisés dans neuf autres ports de la Colombie-Britannique afin de fournir des produits hydrographiques de navigation électronique dynamiques dans des zones clés comme Kitimat et le port de Vancouver à la hauteur du fleuve Fraser. Une fois les relevés terminés, la navigation dans ces ports et aux alentours sera plus sécuritaire, et les risques d’accident seront réduits. Ces renseignements nous permettront de mieux comprendre les fonds marins, et ainsi d’approfondir nos connaissances scientifiques afin de protéger notre environnement.

À ce jour, des relevés ont été réalisés dans quatre ports de la Colombie-Britannique : Vancouver, Prince Rupert, Stewart et Port Alberni. Cela représente une collecte de données couvrant une superficie de 38,8 kilomètres carrés en 18 jours.

La science des eaux usées : une initiative d’Environnement et Changement climatique Canada

Le gouvernement du Canada investit 400 000 $ pour la réalisation d’un examen technique des contaminants présents dans les eaux usées qui sera effectué par le Réseau canadien de l’eau.

Un groupe d’experts, présidé par M. Don Mavinic, mènera l’examen afin d’identifier les éléments suivants :

  • les contaminants nocifs conventionnels et émergents dans les eaux usées, et les technologies qui permettent de réduire les risques posés par ces substances;
  • les ressources qui peuvent être récupérées dans les installations de traitement des eaux usées et les méthodes de récupération;
  • les règles et les incitatifs utilisés par d’autres administrations pour l’enlèvement des contaminants et la récupération des ressources.

En termes de volume, les effluents d’eaux usées constituent la principale source de pollution des eaux de surface au Canada. Les effluents d’eaux usées peuvent contenir de multiples polluants et substances préoccupantes, notamment des solides en suspension, des agents pathogènes, des déchets organiques en décomposition, des éléments nutritifs, des produits pharmaceutiques et des centaines de produits chimiques.

Les résultats de cet examen pourront être utilisés pour orienter les nouvelles politiques, pratiques et décisions d’investissement de tous les ordres de gouvernement.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :