Le gouvernement du Canada collabore avec les aéroports et les transporteurs aériens pour réduire les temps d’attente dans les aéroports

Déclaration

Le 27 mai 2022              Ottawa              Transports Canada

L’honorable Omar Alghabra, ministre des Transports, en compagnie de l’honorable Marco Mendicino, ministre de la Sécurité publique, a publié aujourd’hui cette déclaration commune pour faire le point sur les mesures que le gouvernement prend pour réduire les temps d’attente dans les aéroports canadiens :

« Le gouvernement du Canada reconnaît les répercussions que les temps d’attente élevés dans certains aéroports canadiens ont sur les voyageurs. Que de plus en plus de Canadiens choisissent de voyager, cela représente une très bonne nouvelle. À mesure que le volume de voyages augmente, on signale des retards dans de nombreux aspects liés aux voyages, notamment les douanes canadiennes, les douanes américaines, les contrôles de sécurité dans les aéroports, la manutention des bagages, les services aériens, les taxis et les limousines. Nous sommes également témoins de phénomènes semblables dans d’autres aéroports du monde. Cela dit, nous nous assurons de prendre des mesures en vue de traiter rapidement les retards inutiles, tout en continuant de maintenir un contrôle de sécurité adéquat. Nous travaillons avec les aéroports, les transporteurs aériens et d’autres partenaires aéroportuaires pour trouver des solutions afin de réduire les retards dans les aéroports avant la haute saison estivale. L’objectif de cette collaboration est d’assurer des services efficaces pour les passagers en partance ou à destination du Canada, afin que les Canadiens puissent se déplacer de manière fluide et en toute sécurité pendant la reprise du secteur, à l’heure où nous continuons tous de remplir notre rôle afin de répondre à la pandémie de COVID-19.

« Des actions spécifiques sont entreprises en réponse aux retards dans les aéroports, par exemple :

  • Transports Canada (TC) a rapidement convoqué des agences gouvernementales et l’industrie, y compris l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA), pour créer un comité de contrôle des départs afin de régler les goulots d’étranglement qui se produisent aux points de contrôle de sécurité avant l’embarquement et de précontrôle avant le départ, et d’élaborer de nouvelles approches pour gérer ces points de pression dans le réseau de transport.
  • L’ACSTA a collaboré avec ses entrepreneurs afin d’augmenter le nombre d’agents de contrôle aux points de contrôle des passagers. À l’heure actuelle, il y a environ 400 agents de contrôle supplémentaires qui en sont aux différentes étapes de leur formation dans l’ensemble du pays et qui seront déployés d’ici la fin du mois de juin.
    • Grâce au soutien de TC, ces recrues bénéficieront d’une progression plus rapide en raison d’un processus d’intégration plus souple qui leur permettra d’entrer en fonction le plus rapidement possible. Les aéroports travaillent à appuyer l’ACSTA dans le cadre de cette initiative.
    • L’ACSTA a recruté près de 100 % de son nombre cible d’agents de contrôle pour l’été dans de nombreux aéroports, dont l’aéroport international Toronto Pearson et l’aéroport international de Vancouver.
    • L’ACSTA a accéléré le recours à des agents de contrôle précertifiés pour exécuter des fonctions non liées au contrôle, optimiser les ressources et permettre aux agents de contrôle certifiés de concentrer leurs efforts sur les fonctions de sécurité clés.
    • Les aéroports, les transporteurs aériens et d’autres partenaires communiquent quotidiennement avec l’ACSTA pour l’aider à modifier les horaires afin de s’assurer que les agents de contrôle sont disponibles à l’endroit et au moment où leur service est requis, et ce, pour appuyer les périodes de voyage achalandées alors que le transport aérien se rétablit rapidement.
    • L’ACSTA étudie actuellement les meilleures pratiques dans certains aéroports pour déterminer où ces processus peuvent être appliqués dans d’autres aéroports pour générer des gains d’efficacité.

« Même s’il reste encore du travail à faire, ces efforts portent leurs fruits, comme l’a montré la baisse des temps d’attente lors des contrôles. Depuis le début du mois, le nombre de passagers ayant attendu 30 minutes ou plus dans le cadre des contrôles avant le départ dans nos aéroports internationaux les plus importants, soit ceux de Vancouver, Montréal, Calgary et Pearson, a été réduit de moitié.

« En ce qui concerne les passagers arrivant au Canada, le gouvernement du Canada, ce qui inclut TC, l’ASPC et Sécurité publique Canada, continue de travailler avec les transporteurs aériens et des partenaires de l’industrie pour réduire les retards, notamment en ce qui concerne les avions qui attendent aux portes de l’aéroport international Toronto Pearson.

  • L’ASFC et l’aéroport international Toronto Pearson prennent des mesures en ajoutant 25 bornes afin d’accélérer le temps de traitement. L’ASFC lance également le Plan d’action de l’été de l’ASFC pour assurer l’efficacité, en accroissant le nombre d’agents disponibles et en facilitant le retour des agents étudiants des services frontaliers.
  • L’ASPC collabore avec l’ASFC et des partenaires pour simplifier leurs opérations. Par exemple, ils supprimeront l’exigence relative aux tests aléatoires obligatoires dans le cadre du processus relatif aux raccordements internationaux au régime intérieur. D’autres changements visant à simplifier le traitement pour des raisons de santé publique sont en cours d’élaboration.

« Les aéroports, les transporteurs aériens et le gouvernement du Canada, y compris l’ACSTA, l’ASPC, TC et l’ASFC, améliorent les communications avec les voyageurs afin que les passagers puissent mieux prévoir les exigences en matière de contrôle avant l’embarquement et de traitement à l’arrivée, ce qui permet de rendre plus fluide le processus de déplacement dans les aéroports. Les voyageurs ont un rôle à jouer pour aider à accélérer les processus :

  • Les voyageurs qui arrivent aux aéroports internationaux de Vancouver et Toronto Pearson peuvent se servir de la Déclaration de l’ASFC faite à l’avance pour effectuer leur déclaration de douane et d’immigration jusqu’à 72 heures avant leur vol vers le Canada. Cela leur fera gagner du temps en arrivant à l’aéroport. Cette fonctionnalité sera intégrée à l’application mobile ArriveCAN cet été, et elle sera également offerte dans d’autres aéroports au Canada au cours des mois à venir.
  • Tous les voyageurs en provenance de l’étranger doivent soumettre leurs renseignements dans ArriveCAN. Les voyageurs qui arrivent au Canada sans avoir rempli ArriveCAN contribuent fortement à la congestion aux frontières. Peu importe son statut vaccinal, un voyageur arrivant sans reçu ArriveCAN est considéré comme non vacciné, ce qui veut dire qu’il devra subir un test à l’arrivée et lors du huitième jour, ainsi qu’entrer en quarantaine pendant 14 jours. Les voyageurs sans reçu ArriveCAN peuvent également faire l’objet de mesures d’application de la loi, y compris se voir imposer une amende de 5 000 $. Pour réduire leur temps passé à l’aéroport, il n’y a rien de plus simple pour les voyageurs que d’arriver préparés, y compris en remplissant leur déclaration ArriveCAN.
  • Les personnes âgées de 16 ans et plus peuvent utiliser les nouvelles portes électroniques (eGates) à l’aéroport international Toronto Pearson pour confirmer leur identité et soumettre leur déclaration de douane et d’immigration, ce qui améliorera la fluidité du trafic de l’aérogare 1 et accélérera le traitement.

« Le gouvernement du Canada reconnaît l’urgence de la situation et continue de collaborer avec tous les partenaires pour s’attaquer en priorité aux temps d’attente. Grâce à l’ajout d’agents de contrôle de l’ACSTA et d’Agents des services frontaliers de l’ASFC, ainsi qu’à des discussions continues visant à réduire davantage les retards, des progrès ont été réalisés, mais nous reconnaissons que nous devons en faire plus, et nous le ferons. Nous prendrons des mesures claires et décisives pour assurer la sûreté, la sécurité et la résilience du réseau de transport du Canada, de ses employés et de ses utilisateurs, tout en soutenant la reprise économique. »

Personnes-ressources

Laurel Lennox
Attachée de presse
Cabinet de l’honorable Omar Alghabra
Ministre des Transports, Ottawa
Laurel.Lennox@tc.gc.ca

Relations avec les médias
Transports Canada, Ottawa
613-993-0055
media@tc.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :