Mettre fin au sexisme dans le monde de la finance

Déclaration

Au cours de ma carrière, j’ai vu les avantages générés par la présence de femmes dans les directions et je reconnais maintenant davantage l’importance de l’égalité entre les sexes. En tant que commissaire de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC), je sais que redoubler d’efforts pour combler les écarts entre hommes et femmes avantagera également les consommateurs de produits et services financiers.

Le thème du gouvernement du Canada pour la Journée internationale des femmes pour cette année est «L’inspiration au féminin » et le thème international de la journée est « Briser les préjugés ». On nous demande d’imaginer un monde sans préjugés, stéréotypes et discrimination qui est diversifié, équitable et inclusif. Dans notre Stratégie nationale pour la littératie financière, l’ACFC reconnaît ces importants enjeux et invite tous les intervenants de l’écosystème financier à adopter des approches et à adapter les programmes aux femmes, surtout à celles appartenant à des communautés qui pourraient être plus vulnérables financièrement. La Stratégie nationale favorise un écosystème financier qui est accessible, inclusif et efficace pour l’ensemble de la population canadienne, particulièrement ses membres qui en ont le plus besoin en raison d’obstacles ou de leur situation personnelle, notamment les femmes.

Les femmes doivent affronter des défis uniques, dont des obstacles systémiques et sociétaux dans le marché financier. Par exemple, les femmes entrepreneures rencontrent davantage d’obstacles pour accéder à du financement et sont plus susceptibles de voir leur demande rejetée ou de recevoir un financement inférieur à celui des hommes. De plus, les femmes ont été touchées financièrement de manière disproportionnée durant la pandémie. Et c’est sans oublier qu’il existe toujours une disparité entre les sexes dans le monde du travail, particulièrement pour les femmes autochtones, immigrantes et racisées.

De notre côté, l’ACFC mène des recherches pour mieux comprendre comment nous pouvons adapter nos activités afin d’aider les femmes à accroître leur résilience financière. Par exemple, nous avons récemment lancé une intervention de littératie financière visant les élèves du secondaire puisqu’il est crucial que les jeunes femmes de cet âge commencent à bâtir leur confiance financière. 

C’est encourageant de savoir que le secteur bancaire canadien se démarque en ce qui concerne la représentation des femmes dans des rôles de leadership. Espérons que la tendance se maintienne jusqu'au sommet de la hiérarchie. D’ailleurs, je suis heureuse de voir naître des organisations comme Women in Capital Markets ou l’initiative « Women in Finance » de l’Université de Waterloo, qui mettent de l’avant l’équité, la diversité et l’inclusion et cherchent à combler les écarts hommes-femmes dans le monde de la finance.

Alors, continuons à travailler ensemble afin d’inspirer les femmes et afin de créer plus d’occasions pour briser les préjugés. 

Judith Robertson
Commissaire
Agence de la consommation en matière financière du Canada

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :