Le gouvernement crée un groupe d’experts pour aider le Canada à tirer profit des milliers de milliards de dollars de possibilités générées par la croissance propre et l’action climatique

Communiqué de presse

Le 12 avril 2018 – Toronto (Ontario)

La demande mondiale à l’égard d’une croissance économique propre crée des possibilités de dizaines de milliers de milliards de dollars dans le monde entier, ce qui ouvre de nouveaux marchés aux concepteurs de solutions propres du pays et crée de bons emplois pour la classe moyenne canadienne. Le gouvernement fédéral investit dans l’action climatique et la compétitivité propre pour veiller à ce que les Canadiens puissent profiter de ces possibilités et prospérer aujourd’hui et pendant de nombreuses décennies.

Le secteur financier du Canada a un important rôle à jouer pour libérer le potentiel de la croissance propre au Canada. Ce fut là le thème principal d’une table ronde sur le financement durable qui s’est déroulée aujourd’hui avec le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, et des chefs d’entreprises canadiens. Cette table ronde a été organisée par la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, et le ministre des Finances, Bill Morneau. D’ailleurs, l’accélération des mesures à l’appui du financement durable est un volet important de la présidence canadienne du G7.

Dans le cadre de la table ronde, des représentants des secteurs financiers et des affaires du Canada, dont les banques, les fonds de pension, les assureurs et le secteur de l’énergie, ont discuté de ce que le Canada doit faire pour ne pas laisser filer les possibilités économiques associées à la croissance propre. Ils ont également parlé des risques associés au climat qui pourraient avoir une incidence sur leurs activités et leurs perspectives financières, notamment les feux de forêt, les tempêtes et les inondations plus intenses.

Les ministres ont en outre annoncé la création du Groupe d’experts en financement durable, qui sera présidé par Tiff Macklem, doyen de la Rotman School of Management de l’Université de Toronto et ancien sous-gouverneur de la Banque du Canada. Le Groupe d’experts consultera les membres du milieu des affaires au sujet des possibilités du financement durable. De plus, il explorera les possibilités et les défis des entreprises qui doivent respecter des normes volontaires pour la divulgation de renseignements sur les risques financiers liés aux changements climatiques.

Le Groupe d’experts met à profit les travaux du Groupe de travail sur la divulgation accrue de renseignements sur les risques financiers liés au climat, dirigé par Michael Bloomberg, établi par le Conseil de la stabilité financière et présidé par Mark Carney. Ce Groupe de travail est reconnu mondialement pour son travail novateur dans l’élaboration des recommandations volontaires sur les renseignements liés au climat que les entreprises peuvent divulguer pour aider les investisseurs, les prêteurs et d’autres intervenants à prendre des décisions financières éclairées.

Les autres membres du Groupe d’experts sont :

  • Andy Chisholm, membre du conseil d’administration de la Banque Royale du Canada;
  • Kim Thomassin, première vice-présidente, Affaires juridiques et Secrétariat, Caisse de dépôt et placement du Québec;
  • Barbara Zvan, chef des Risques et de la Stratégie, Régime de retraite des enseignantes et enseignants de l’Ontario;

Les quatre membres termineront leurs travaux et présenteront leurs recommandations au gouvernement fédéral d’ici l’automne 2018.

Citations

« Nous savons que l’environnement et l’économie vont de pair. Partout dans le monde, les grands marchés financiers tiennent de plus en plus compte des changements climatiques. Ici, au Canada, les investisseurs veulent avoir des renseignements de qualité pour les aider à gérer les risques liés aux changements climatiques et profiter des possibilités créées par la croissance propre. La divulgation de meilleurs renseignements sur les risques liés au climat est une bonne nouvelle pour les investisseurs, les entreprises et la population canadienne. »
– Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

« Les marchés doivent avoir la bonne information pour pouvoir gérer la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Dans le cadre du sommet du G20 de l’an dernier, le Groupe de travail sur la divulgation accrue de renseignements sur les risques financiers liés au climat, piloté par le secteur privé, a présenté un cadre pour régir la divulgation accrue des renseignements relatifs au climat, et la mise en œuvre de ce cadre est désormais soutenue par des fournisseurs de capitaux qui gèrent plus de 80 mille milliards d’actifs. Maintenant que les risques et les possibilités liés au climat sont pris en considération dans les principaux marchés financiers, je me réjouis de voir le Canada créer un groupe d’experts en financement durable. »
– Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre et président du Conseil de la stabilité financière

Faits en bref

  • Selon la Banque mondiale, l’Accord de Paris aidera à générer près de 23 mille milliards de dollars en nouvelles possibilités d’investissement axées sur la lutte contre les changements climatiques dans les marchés émergents, partout dans le monde, d’ici 2030.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Caroline Thériault
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique
613-462-5473
caroline.theriault2@canada.ca     

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
ec.media.ec@canada.ca

Page Twitter d’Environnement et Changement climatique Canada

Page Facebook sur l’environnement et les ressources naturelles au Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :