L’élimination progressive de la production d’électricité à partir du charbon au Canada franchit une autre étape importante

Communiqué de presse

Le 12 décembre 2018 – Ottawa (Ontario)

La transition vers des énergies plus propres contribue à réduire la pollution par le carbone et à nous permettre de saisir les possibilités mondiales de quelque 26 mille milliards de dollars offertes par la transition vers les énergies propres et l’action climatique. De plus, l’élimination progressive du charbon réduit notre exposition aux polluants atmosphériques nocifs générés par les centrales, protégeant ainsi notre santé en améliorant la qualité de l’air que nous respirons. L’accélération de l’élimination progressive du charbon permettra de prévenir d’ici 2055, au Canada, 260 décès prématurés, 40 000 crises d’asthme et 190 000 journées où la population éprouve des difficultés respiratoires et doit réduire ses activités.    

Voilà pourquoi le Canada a annoncé aujourd’hui la version définitive du règlement visant à éliminer progressivement la production traditionnelle d’électricité à partir du charbon d’ici 2030. Le Canada a aussi publié la version définitive du règlement sur les émissions de gaz à effet de serre du secteur de la production d’électricité au gaz naturel, qui favorisera l’élimination progressive du charbon et créera de bons emplois dans le secteur de l’électricité. Le bouquet d’énergie électrique du Canada est déjà l’un des plus propres au monde. En éliminant progressivement la production d’électricité à partir du charbon, le Canada vise à s’assurer que 90 % de l’électricité au pays provient de sources non émettrices d’ici 2030 et à réduire de 12,8 millions de tonnes la pollution causée par le carbone du secteur de l’électricité.

Alors que nous faisons la transition vers des sources d’énergie plus propres, le gouvernement du Canada demeure résolu à soutenir les travailleurs et les collectivités qui dépendent de l’industrie du charbon. Plus tôt cette année, le Canada a créé le Groupe de travail sur la transition équitable pour les collectivités et les travailleurs des centrales au charbon canadiennes, afin de mieux comprendre les répercussions de cette élimination progressive, la manière de les atténuer, notamment par le financement du développement des compétences, la diversification économique et les centres de transition. Nous sommes impatients de prendre connaissance du rapport définitif du Groupe de travail qui sera publié au cours des prochains mois. Le rapport contiendra des avis d’experts sur les mesures à prendre pour veiller à ce que cette transition soit équitable pour les travailleurs et les collectivités du secteur du charbon.

Les deux règlements ont été publiés aujourd’hui dans la Gazette du Canada, Partie II.

Citations

« L’élimination progressive du charbon est un élément important de notre plan visant à lutter contre les changements climatiques, à protéger l’environnement et à faire croître l’économie. La transition vers les énergies propres permettra non seulement de réduire la pollution, mais également de protéger notre air, nos eaux et notre santé. Il faut agir maintenant pour assurer un avenir sain et prospère à nos enfants et à nos petits-enfants. »

– Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits en bref

  • Les nouveaux règlements du Canada devraient avoir des retombées de 4,7 milliards de dollars pour les Canadiens, dont 3,4 milliards de dollars en dommages évités liés aux changements climatiques, 1,2 milliard de dollars en bienfaits pour la santé des Canadiens et 40 millions de dollars en avantages environnementaux.

  • En 2005, environ 16 % de l’électricité au Canada provenait du secteur de l’électricité au charbon. En 2016, ce chiffre avait chuté à 9 %. Pourtant, les centrales thermiques au charbon sont responsables de 72 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur canadien de l’électricité.

  • Avant que l’Ontario n’élimine complètement la production d’électricité à partir du charbon sur son territoire en 2014, les émissions attribuables au charbon étaient une source importante de polluants atmosphériques qui a contribué à 53 jours de smog à Toronto uniquement en 2005.

  • L’économie canadienne à faibles émissions de carbone devrait stimuler la création d’emplois. Déjà, plus de 270 000 Canadiens travaillent dans les domaines de l’environnement et des technologies propres. Ces domaines représentaient environ 60 milliards de dollars (3 %) du produit intérieur brut (PIB) du Canada en 2016.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Caroline Thériault
Directrice des Communications par intérim
Cabinet de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique
613-462-5473
caroline.theriault2@canada.ca

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
ec.media.ec@canada.ca

Page Twitter d’Environnement et Changement climatique Canada
Page Facebook d’Environnement et Changement climatique Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :