L’abandon graduel du charbon et l’Alliance : Énergiser au-delà du charbon

L’Alliance : Énergiser au-delà du charbon a été créée pour favoriser la croissance propre et la protection du climat par l’élimination progressive et rapide de la production d’électricité à partir de centrales au charbon traditionnelles. Elle a été fondée par le Canada et le Royaume-Uni.

Lors de son lancement à l’automne 2017, 27 gouvernements nationaux, provinciaux, étatiques et administrations municipales ont reconnu la nécessité de s’éloigner de l’énergie traditionnelle au charbon et ont adopté la déclaration. En date du 13 décembre 2018, le nombre de membres de l’Alliance était passé à 80.

L’Alliance : Énergiser au-delà du charbon rassemble un large éventail d’entreprises, d’organisations et de gouvernements unis dans la volonté d’agir afin de faire progresser la transition visant l’élimination progressive des centrales au charbon traditionnelles. Les membres de l’Alliance s’engagent à accomplir cette élimination de façon durable et économiquement inclusive en offrant aux communautés et aux travailleurs visés le soutien approprié.

Transcript

L’honorable Catherine McKenna (ministre de l’Environnement et du Changement climatique) : Nous devons être ambitieux et nous le savons. Et nous devons prendre des mesures concrètes, et c'est exactement ce que vous voyez ici en ce moment.

Claire Perry (ministre d’État du Changement climatique et de l’Industrie)  Il ne s’agit pas d’un projet pilote. C’est plutôt un engagement ferme pris par de nombreux pays et intervenants.

Nathan Obed (président de l’Inuit Tapiriit Kanatami) : Cette élimination du charbon aura des impacts très positifs pour les Inuits du Canada et pour l'ensemble de l’Arctique.

Nicolas Hulot (ministre français de la Transition écologique et solidaire) : Je tiens à remercier le Canada et le Royaume-Uni pour cette initiative qui regroupe les pays voulant abandonner le charbon. Nous ferons aussi la même chose.

Nathan Obed (président de l’Inuit Tapiriit Kanatami) : Cette élimination du charbon aura des impacts très positifs pour les Inuits du Canada et pour l'ensemble de l’Arctique.

Dr Courtney Howard (présidente élue de l'Association canadienne des médecins pour l'environnement) : La lutte contre les changements climatiques pourrait être l’un des plus grands bénéfices du XXIe 21e (vingt et unième) siècle pour la santé dans le monde.

Jean Lemire (émissaire du Québec aux changements climatiques et aux enjeux nordiques et arctiques) : La pollution n’a pas de frontière, alors unissons nos forces pour faire de cette alliance un message retentissant au reste du monde.  Merci.

Pourquoi énergiser au-delà du charbon?

Mesures de lutte contre les changements climatiques

Le charbon est l’une des sources d’électricité qui produit le plus de gaz à effet de serre. Les centrales électriques alimentées au charbon représentent près de 40 % de l’électricité produite dans le monde. Ainsi, la pollution par le carbone générée par l’électricité produite à partir du charbon est l’une des principales causes des changements climatiques.

Par conséquent, l’élimination progressive de la production d’électricité traditionnelle à partir du charbon est l’une des étapes les plus importantes pour lutter contre les changements climatiques et respecter notre engagement pris au titre de l’Accord de Paris. Cela permettra d’éviter que la température mondiale augmente de 2 °C et aussi de poursuivre les efforts pour limiter l’augmentation à 1,5 °C. Une analyse montre que, pour respecter cet engagement, une élimination progressive du charbon est nécessaire d’ici :

  • 2030 dans les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de l’Union européenne;
  • 2050 dans le reste du monde.

Répercussions sur la santé

Les répercussions de la pollution atmosphérique causées par la combustion du charbon sont également importantes. En voici quelques-unes :

  • smog;
  • asthme;
  • maladies respiratoires;
  • décès prématurés;
  • coûts des soins de santé et coûts économiques importants dus à la perte de productivité des travailleurs.

Une analyse récente a révélé que plus de 800 000 personnes dans le monde meurent chaque année de la pollution générée par la combustion du charbon. L’élimination progressive du charbon se traduira par de réelles améliorations de la qualité de l’air et de la santé humaine.

Adhérer à l’Alliance

L’Alliance est à la recherche de gouvernements, d’entreprises et d’organisations qui s’engagent à contribuer à l’élimination progressive de l’utilisation de l’énergie au charbon traditionnelle. Apprenez-en davantage sur l’Alliance Énergiser au-delà du charbon : participation du secteur privé.

Le Canada prend des mesures

Nouveaux règlements

En décembre 2018, le Canada a annoncé l’adoption d’un règlement visant l’élimination progressive de l’électricité traditionnelle produite à partir du charbon d’ici 2030 ainsi que d’un règlement sur les gaz à effet de serre pour l’électricité produite à partir du gaz naturel. Cela aura pour effet :

  • d’appuyer la transition du Canada vers une énergie plus propre;
  • de créer des emplois bien rémunérés dans le secteur de l’électricité;
  • de soutenir l’objectif de 90 % d’électricité non émettrice d’ici 2030.

Les efforts d’élimination progressive du charbon déployés par le Canada exercent déjà une influence positive. Par exemple, la mise hors service des centrales au charbon en Ontario a réduit le nombre annuel de jours de smog dans la province de 53 à zéro.

Groupe de travail sur la transition équitable

Dans le plan du Canada sur la croissance propre et les changements climatiques, le gouvernement reconnaît l’importance d’une transition juste et équitable pour soutenir les travailleurs canadiens. Afin de mieux comprendre les répercussions de l’élimination progressive de la production d’électricité à partir du charbon et en soutien aux personnes touchées, le Canada a mis sur pied, en 2018, le Groupe de travail sur la transition équitable pour les collectivités et les travailleurs des centrales au charbon canadiennes. Le rapport du Groupe de travail a été publié au début de 2019 et fournit des conseils d’experts qui aideront à façonner l’approche du Canada pour aider les travailleurs du charbon et les collectivités touchées par la transition vers une électricité plus propre.

Initiative canadienne de transition pour l’industrie du charbon

Le Canada prend déjà des mesures pour soutenir les travailleurs du charbon et les collectivités. En novembre 2018, nous avons annoncé l’Initiative canadienne de transition pour l’industrie du charbon. Un premier investissement a permis d’établir des centres de transition dans sept collectivités de la région de Battle River, en Alberta, afin d’aider les Canadiens à conserver des emplois bien rémunérés. Nous avons également annoncé le financement de la première centrale géothermique près d’Estevan, en Saskatchewan, une collectivité qui subira les répercussions de l’élimination progressive du charbon. Le projet :

  • créera 100 emplois pendant la construction;
  • fournira au réseau électrique provincial de l’énergie propre et renouvelable;
  • créera de nouvelles occasions d’affaires pour les collectivités locales.

Nous continuerons de faire des investissements historiques dans la transition vers une énergie plus propre.

Carte des centrales électriques alimentées au charbon et des mines de charbon thermique au Canada

Actuellement, les provinces de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse génèrent une grande partie de leur électricité à partir du charbon. De plus, la plupart de ces provinces possèdent des mines de charbon thermiques qui produisent le combustible utilisé dans leurs centrales électriques au charbon. Les travailleurs et les collectivités qui vivent de ces industries seront touchés par l’élimination progressive du charbon au Canada.

Aider les pays en développement

À l’échelle internationale, le Canada s’est engagé à verser jusqu’à 275 millions de dollars à la Banque mondiale en décembre 2018 pour créer le Programme d’élimination du charbon et de transition énergétique. Ce programme aidera un certain nombre de pays en développement, en particulier en Asie du Sud-Est, à éliminer progressivement leur dépendance à l’égard de la production traditionnelle d’électricité produite à partir du charbon. De même, il appuiera les solutions de rechange liées à l’efficacité énergétique et à l’énergie renouvelable pour alimenter leurs économies à croissance rapide. Le programme mobilisera également des ressources financières du secteur privé afin de lutter contre les changements climatiques et offrira des possibilités de formation et d’emploi aux femmes dans les secteurs de l’énergie propre.

Citations

Voici des raisons pour lesquelles les chefs de file de l’environnement du monde entier se sont engagés à énergiser au-delà du charbon :

« La transition énergétique requise pour respecter les objectifs ambitieux de l’Accord de Paris est déjà en cours, mais nous devons agir plus rapidement et à plus grande échelle. La pollution découlant des combustibles fossiles menace notre santé, notre croissance et notre développement. L’abandon du charbon, source d’énergie classique la plus polluante, doit figurer parmi les priorités des plans énergétiques des signataires de l’Accord de Paris. Les engagements des pays qui accélèrent la transition sont importants et bienvenus. Ainsi, nous pouvons atteindre à temps les objectifs de développement durable et de l’Accord de Paris. »

Rachel Kyte, directrice générale, Énergie durable pour tous

« La création de cette nouvelle alliance constitue un tournant sur le plan politique. Les gouvernements comprennent maintenant que l’utilisation du charbon pourrait rapidement prendre fin. Les marchés de l’énergie préconisent maintenant des mesures rapides. La chute du charbon est inévitable. Les membres de l’alliance disposent d’une formidable combinaison d’expérience pratique et d’influence diplomatique. Le leadership collectif accélérera encore plus le passage du charbon polluant à l’énergie propre. »

Nick Mabey, administrateur général, E3G

« On estime que près du quart de la pollution de l’atmosphère à l’échelle mondiale découle du charbon. Cela signifie que le charbon est responsable de près d’un milliard de décès chaque année, ce qui en fait le combustible fossile de loin le plus polluant, et la plus importante cause de maladies et de décès liée à l’énergie, à l’échelle mondiale, à l’heure actuelle. La réduction et l’abandon graduel de l’utilisation du charbon dans le monde aideront notamment à assainir l’environnement, en plus de sauver des millions de vies. »

Maureen A. McTeer, Université d’Ottawa et membre de Lancet Commission on Pollution and Health

« Au moment de sa création, Royal DSM était une entreprise d’extraction du charbon, elle s’est ensuite transformée en une entreprise chimique avant de devenir l’entreprise novatrice reposant sur la science, florissante dans les domaines de la santé, de la nutrition et des matériaux, que nous connaissons aujourd’hui. DSM réduit l’empreinte écologique de ses propres activités, encourage une économie à faibles émissions de carbone par l’intermédiaire des solutions à l’intention de ses clients et défend d’importantes initiatives de leadership comme le présent énoncé. Depuis la Conférence de Paris sur le climat (COP21), en 2015, DSM plaide pour une réforme des subventions versées à l’industrie des combustibles fossiles et pour la fixation d’un prix important pour le carbone. L’abandon accéléré du charbon par ce groupe de gouvernements d’ici 2030 ne représentera qu’une politique complémentaire nécessaire. »

Feike Sijbesma, CEO Royal DSM and co-chair of the Carbon Pricing Leadership Coalition

« L’alliance mondiale créée par le Canada et le Royaume-Uni est un exemple fantastique du leadership dont nous avons besoin pour gagner la course contre les changements climatiques. En plus d’avoir saisi l’importance de l’abandon graduel du charbon pour la santé de leurs citoyens, leur économie et le climat en général, ces deux pays ont également poussé d’autres pays à leur emboîter le pas. Cela s’inscrit dans le véritable esprit de l’Accord de Paris, et ce sont des alliances de cette nature qui me portent à croire que nous pouvons gagner cette course. »

Laurence Tubiana, directrice générale, European Climate Foundation

« L’Alliance : Énergiser au-delà du charbon illustre magnifiquement bien le genre d’action collective sur le climat que les pays  devront prendre tout au long de l’année 2018, une année pour aspirer à plus grand. Le Canada et le Royaume-Uni lancent l’Alliance avec raison. Comme nous le montre la science, les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques devront éliminer progressivement le charbon d’ici 2030. Leurs mesures reflètent aussi la réalité économique selon laquelle l’utilisation du charbon est en baisse et que l’ère de l’énergie renouvelable est arrivée. J’ai hâte que le rôle de chef de file que prend le Canada dans cette alliance mondiale soit égalé par de vraies réductions des émissions au pays. Le Canada s’engage aussi à ce que la transition soit équitable pour les travailleurs et les communautés. »

Catherine Abreu, Directrice exécutive du Réseau action climat Canada
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :