Le ministre Steven Guilbeault accompagnera le premier ministre Justin Trudeau et la délégation canadienne à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (la COP26)

Communiqué de presse

Le 31 octobre 2021 – Gatineau (Québec)

Il y a six ans, le monde s’est réuni pour signer l’Accord de Paris. Selon la science, pour garder à portée de main les objectifs de l’Accord de Paris et prévenir les pires répercussions des changements climatiques, le monde entier doit redoubler d’efforts et resserrer son échéancier. Voilà pourquoi le Canada se joindra à plus de 190 pays qui se réuniront à Glasgow pour la COP26 et aussi pourquoi il a rehaussé considérablement ses cibles et ses mesures de lutte contre les changements climatiques depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris.

La conférence se déroulera du 31 octobre au 12 novembre 2021 à Glasgow, au Royaume-Uni. Le premier ministre Justin Trudeau sera à la tête de la délégation canadienne au Sommet des dirigeants mondiaux les 1er et 2 novembre. Le ministre Steven Guilbeault d’Environnement et Changement climatique Canada dirigera la délégation pour le segment ministériel de la COP26 et sera sur place, à Glasgow, du 1er au 12 novembre 2021. 

La COP26 est la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques la plus en vue depuis 2015, lorsque l’Accord de Paris a été conclu. Cette année, le monde doit montrer comment seront concrétisées collectivement les promesses énoncées dans l’Accord de Paris et il doit établir la confiance dans les moyens à prendre pour y arriver. Lors de la réunion préparatoire en vue de la COP, le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, qui est l’hôte de la COP26, a déclaré que malgré la gravité de la crise climatique, un changement rapide est encore possible. Il a ajouté que la COP26 peut et doit marquer le début de la fin des changements climatiques. Le Canada est déterminé à faire sa part pour mettre en œuvre les mesures climatiques ambitieuses nécessaires pour répondre aux souhaits et aux besoins de la population mondiale. Il espère également instaurer un climat de confiance, rehausser l’ambition mondiale et plaider en faveur de mesures concrètes de la part de tous.

Le Canada a pris des mesures pour que divers points de vue soient exprimés dans les forums internationaux. La délégation canadienne à la COP26 comprendra des représentants des partis d’opposition fédéraux, des représentants des provinces et des territoires, y compris des ministres de l’environnement et des premiers ministres, ainsi que des organisations autochtones nationales et leurs représentants. La délégation comprendra également des jeunes et des représentants de la société civile, du milieu des affaires, des organisations syndicales et des municipalités canadiennes. La composition sera bientôt publiée sur le site Web de la Convention‑cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (site en anglais seulement).

Citations

« Nous avons atteint un point critique pour le climat et la biodiversité de notre planète. Les canicules, inondations et incendies de forêt dévastateurs sont à la hausse, et le Canada se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale. Nous nous rendons à Glasgow avec un plan solide pour l’avenir, un plan qui mise sur des mesures concrètes déjà en cours au pays. Et surtout, nous nous y rendons avec la conviction que d’autres mesures doivent être prises, forts du mandat de faire le travail que la population du Canada nous a confié. »

– L’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits en bref

  • Depuis la signature de l’Accord de Paris en 2015, le gouvernement du Canada a investi plus de 100 milliards de dollars dans la croissance verte. Le Canada a également mis en place une série de mesures incitatives et réglementaires, notamment un des meilleurs systèmes de tarification du carbone et de redistribution des produits au monde, une réglementation visant à accélérer l’abandon progressif du charbon et des normes pour des combustibles plus propres applicables à l’ensemble de l’économie.

  • Si tous les pays du G20 adoptaient ne serait-ce que ces trois politiques, le monde serait en passe de devenir carboneutre d’ici 2050.

  • Le Royaume-Uni, qui assure la présidence de la COP26, et le Canada ont tous deux comme priorité le financement international de la lutte contre les changements climatiques, notamment l’atteinte de l’objectif de 100 milliards de dollars américains jusqu’en 2025. Plus tôt cette année, le Canada a annoncé qu’il doublerait sa contribution au financement climatique, la faisant passer de 2,65 milliards à 5,3 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. De plus, il a accepté l’invitation du président désigné britannique de la COP26 à codiriger avec l’Allemagne un processus visant à garantir que les pays avancés respecteront leurs engagements et qu’ils livreront les 100 milliards de dollars américains en faveur de la lutte contre les changements climatiques jusqu’en 2025. Le plan de mise en œuvre, annoncé le 25 octobre 2021, indique clairement quand et comment cet objectif sera atteint.

  • En vertu de l’Accord de Paris, les pays sont tenus de fixer, tous les cinq ans, des cibles nationales de réduction des émissions de gaz à effet de serre, appelées contributions déterminées au niveau national. Chaque nouvelle contribution doit être plus ambitieuse que la précédente. Plus tôt cette année, le Canada a annoncé qu’il revoyait la sienne à la hausse pour réduire d’ici 2030 ses émissions de gaz à effet de serre de 40 à 45 p. 100 par rapport aux niveaux de 2005.

  • Les nouvelles cibles d’atténuation fixées pour 2030 prises cette année par le Canada, le Japon et les États-Unis, conjuguées aux mesures ambitieuses prises par l’Union européenne et le Royaume-Uni, font en sorte que les pays qui représentent plus de la moitié de l’économie mondiale se sont maintenant engagés à respecter le niveau de réduction des émissions requis à l’échelle mondiale pour limiter le réchauffement à 1,5 °C.

  • En vue de la COP26, le Canada a élaboré et adopté une loi qui inscrit ses objectifs de lutte contre les changements climatiques, y compris l’atteinte de la carboneutralité d’ici 2050, dans sa législation. Plus tôt ce mois ci, le Canada a annoncé son soutien à l’engagement mondial sur le méthane, qui vise à réduire les émissions mondiales de méthane d’au moins 30 p. 100 par rapport aux niveaux de 2020 d’ici 2030. De plus, le Canada a suscité un élan mondial en devenant le premier pays à s’engager à réduire d’au moins 75 p. 100 par rapport aux niveaux de 2012 ses émissions de méthane dans le secteur pétrolier et gazier d’ici 2030.

Liens connexes

Personnes-ressources

Joanna Sivasankaran
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-790-1907
Joanna.Sivasankaran@ec.gc.ca
Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
media@ec.gc.ca

Page Twitter d’Environnement et Changement climatique Canada
Page Facebook d’Environnement et Changement climatique Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :