Changements de la température au Canada

Accéder au PDF (633 ko)

Les changements dans les variables climatiques comme la température, les précipitations et l'humidité se répercutent sur un large éventail de processus naturels et d'activités humaines. Par exemple, des changements de température peuvent influer sur les cultures agricoles, les forêts, les infrastructures, la propagation des maladies, la disponibilité de l'eau et la santé des écosystèmes et la stabilité de notre infrastructure. La température est également un indicateur clé de la réponse du climat face aux émissions de gaz à effet de serre (GES) anthropiques, étant donné que l’augmentation des concentrations de GES entraîne un réchauffement de la couche inférieure de l’atmosphère.

Annuel

Changements annuels de la température

Aperçu des résultats

  • Au Canada, la température terrestre moyenne nationale enregistrée en 2018 a été 0,5 °C au-dessus de la valeur de référence pour la période 1961-1990.Note de bas de page 1 
  • De 1948 à 2018, on constate une tendance vers un écart des températures moyennes annuelles par rapport à la valeur de référence, indiquant un réchauffement général moyen de 1,7 °C pour la période.
  • Depuis 1993, les températures moyennes annuelles ont été constamment égales ou supérieures à la valeur de référence.

Écarts des températures moyennes annuelles par rapport à la valeur de référence pour la période 1961-1990, Canada, 1948 à 2018

Tableau de données pour la description longue
Écarts des températures moyennes annuelles par rapport à la valeur de référence pour la période 1961-1990, Canada, 1948 à 2018
Année
Écart de températures
(degrés Celsius)
Classement des années les plus chaudes
1948 -0,2 53
1949 -0,2 54
1950 -1,3 70
1951 -0,6 65
1952 0,8 19
1953 0,8 20
1954 0,0 44
1955 -0,2 52
1956 -0,8 68
1957 -0,3 60
1958 0,5 30
1959 -0,4 61
1960 0,4 32
1961 -0,2 57
1962 0,0 46
1963 0,2 37
1964 -0,6 64
1965 -0,6 66
1966 -0,3 59
1967 -0,4 62
1968 0,2 39
1969 0,4 36
1970 -0,2 56
1971 0,0 45
1972 -2,0 71
1973 0,6 23
1974 -0,8 67
1975 -0,1 49
1976 0,0 41
1977 1,0 15
1978 -0,5 63
1979 -0,2 55
1980 0,4 34
1981 2,0 5
1982 -1,0 69
1983 0,1 40
1984 0,2 38
1985 0,0 47
1986 0,0 43
1987 1,5 11
1988 0,8 21
1989 -0,2 58
1990 -0,1 51
1991 0,4 33
1992 -0,1 50
1993 0,4 35
1994 0,5 31
1995 0,6 27
1996 0,0 48
1997 0,6 25
1998 2,3 3
1999 1,7 8
2000 0,9 16
2001 1,8 7
2002 0,5 28
2003 1,1 14
2004 0,0 42
2005 1,6 9
2006 2,4 2
2007 0,8 17
2008 0,6 24
2009 0,8 18
2010 3,0 1
2011 1,4 12
2012 1,8 6
2013 0,7 22
2014 0,6 26
2015 1,3 13
2016 2,1 4
2017 1,5 10
2018 0,5 29

Remarque : Les écarts de températures moyennes annuelles ont été calculés pour les stations météorologiques à travers le Canada à partir de relevés de données suffisamment longs pour permettre le calcul de tendance et ont ensuite été interpolés sur une grille à intervalles réguliers de 50 kilomètres. On a fait la moyenne des valeurs annuelles des points de la grille afin de produire une série chronologique annuelle des écarts de température à l'échelle du pays.

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 2,09 ko)

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les écarts sont obtenus en soustrayant la valeur de référence pour la période 1961-1990 de la valeur moyenne annuelle.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2019) Données canadiennes sur le climat ajustées et homogénéisées.

Complément d'information

Quatre (4) des 10 années les plus chaudes ont été enregistrées au cours de la dernière décennie. L'année 2010 a été l'année la plus chaude avec une température moyenne supérieure de 3,0 °C à la valeur de référence. L'année 1972, avec une moyenne inférieure de 2,0 °C à la valeur de référence, a été l'année la plus froide qu'ait connue le Canada depuis 1948.

La température au Canada a augmenté environ 2 fois plus vite que la moyenne mondiale. Toutefois, les tendances varient selon les régions du pays. Les températures ont augmenté davantage dans le Nord que dans le Sud du Canada. La température moyenne annuelle dans le Nord du Canada a augmenté 3 fois plus que le taux de réchauffement moyen mondial.

Les effets du réchauffement généralisé sont évidents dans de nombreuses régions du Canada et il est prévu qu’ils s’intensifieront dans le futur. Au Canada, ces effets comprennent des extrêmes chauds plus fréquents et intenses, des extrêmes froids moins fréquents et intenses, des saisons de croissance plus longues, des saisons de couverture de neige et de glace plus courtes, un écoulement fluvial printanier de pointe précoce, un amincissement des glaciers, un dégel du pergélisol et une élévation du niveau de la mer. Comme un réchauffement supplémentaire est inévitable, ces tendances vont continuer (Bush et Lemmen, 2019).

L'effet de rétention de la chaleur des gaz à effet de serre atmosphériques est bien établi. Il est extrêmement probable que les activités humaines, en particulier les émissions de gaz à effet de serre, sont la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du 20e siècle. Les facteurs naturels ne peuvent pas expliquer ce réchauffement observé. Qui plus est, des données probantes indiquant une influence humaine sur beaucoup d’autres changements au climat abondent également (Bush et al., 2019).

Saisonnier

Changements saisonniers de la température

Aperçu des résultats

  • Tout comme la température moyenne annuelle nationale, les températures moyennes saisonnières ont augmenté pour la période de 1948 à 2018. Des tendances au réchauffement ont été relevées pour :
    • l'hiver, avec une augmentation de 3,1 °C par rapport à la période de référence;
    • le printemps, avec une augmentation de 1,6 °C par rapport à la période de référence;
    • l'été, avec une augmentation de 1,4 °C par rapport à la période de référence;
    • l'automne, avec une augmentation de 1,5 °C par rapport à la période de référence.
  • C'est en 2010 que l'hiver et le printemps les plus chauds ont été enregistrés.Note de bas de page 2  L'été le plus chaud a été enregistré en 2012, alors que l'automne de 1998 s'est avéré le plus chaud.

Écarts des températures moyennes saisonnières par rapport à la valeur de référence pour la période 1961-1990, Canada, 1948 à 2018

Tableau de données pour la description longue
Écarts des températures moyennes saisonnières par rapport à la valeur de référence pour la période 1961-1990, Canada, 1948 à 2018
Année
Écart de températures en hiver
(degrés Celsius)
Écart de températures au printemps
(degrés Celsius)
Écart de températures en été
(degrés Celsius)
Écart de températures en automne
(degrés Celsius)
1948 0,2 -1,8 0,4 1,7
1949 -2,0 0,3 -0,2 0,8
1950 -3,0 -0,9 -0,8 -0,9
1951 -0,3 0,2 -0,3 -0,6
1952 -1,5 1,6 -0,1 0,7
1953 2,0 1,2 -0,1 1,3
1954 -0,4 -1,4 0,2 1,2
1955 0,8 -0,6 0,7 -0,3
1956 -0,4 -1,4 -0,5 -0,6
1957 -2,1 0,2 -0,5 0,5
1958 1,2 1,2 -0,2 0,1
1959 -0,9 -0,8 -0,5 -1,1
1960 2,5 -0,7 0,3 0,2
1961 0,6 -0,9 0,6 -0,4
1962 -1,6 -0,2 0,1 0,9
1963 0,5 -0,5 0,1 1,1
1964 1,3 -2,0 -0,6 -0,1
1965 -2,0 0,1 -0,8 -0,9
1966 -0,4 -0,1 0,2 -0,7
1967 -0,7 -2,0 -0,1 0,5
1968 0,5 0,7 -1,0 1,4
1969 0,3 -0,2 -0,4 0,2
1970 1,4 -0,4 0,4 0,2
1971 -1,2 0,5 0,1 0,5
1972 -3,6 -1,3 -0,8 -1,8
1973 -1,3 0,9 0,8 0,6
1974 -1,1 -2,0 -0,1 -0,5
1975 0,1 -0,1 0,7 0,1
1976 -0,5 0,3 0,0 0,2
1977 1,6 2,0 -0,2 0,7
1978 0,3 -0,8 -1,0 -1,5
1979 -1,7 -0,2 -0,2 0,7
1980 1,8 1,3 0,0 0,3
1981 2,4 1,6 0,5 1,5
1982 -0,9 -1,3 -0,5 -0,5
1983 0,3 -0,8 0,6 1,1
1984 0,0 0,9 0,7 -0,7
1985 -0,4 0,2 -0,3 -1,1
1986 1,8 0,4 -0,8 -1,8
1987 3,1 0,9 0,0 1,2
1988 1,6 1,8 0,7 0,4
1989 0,0 -0,7 0,9 -0,6
1990 -1,0 1,2 0,4 -0,8
1991 -0,6 1,1 0,8 -0,5
1992 1,0 -0,1 -0,9 -0,2
1993 -0,1 1,2 0,2 -0,5
1994 -1,6 0,9 0,8 1,5
1995 1,7 0,8 0,7 0,1
1996 -0,5 -0,5 0,5 -0,3
1997 0,6 -0,7 0,6 0,8
1998 2,8 2,8 1,8 2,5
1999 2,5 2,5 0,6 1,2
2000 2,5 1,3 0,2 0,8
2001 1,3 1,7 0,9 1,6
2002 2,4 -1,8 0,5 0,9
2003 2,1 0,1 0,8 1,6
2004 1,5 -0,5 -0,2 0,7
2005 0,4 2,0 0,6 1,9
2006 3,9 3,0 1,3 1,1
2007 3,1 0,3 0,8 0,8
2008 0,5 0,3 0,9 1,5
2009 0,1 -0,5 0,3 1,9
2010 4,1 4,0 1,2 2,3
2011 2,5 -0,2 1,1 2,1
2012 3,7 1,6 1,8 1,2
2013 1,6 0,4 0,9 1,3
2014 -0,5 -0,5 1,1 0,6
2015 0,8 1,2 0,9 1,7
2016 4,0 1,6 1,3 2,4
2017 3,0 0,6 0,9 1,2
2018 1,4 0,4 0,7 -0,8

Remarque : Les écarts de températures moyennes saisonnières ont été calculés pour les stations météorologiques à l'échelle du Canada à partir de relevés de données suffisamment longs pour permettre le calcul de tendance et ont ensuite été interpolés sur une grille à intervalles réguliers de 50 kilomètres. On a alors établi la moyenne des valeurs saisonnières des points de la grille afin de produire une série chronologique saisonnière des écarts de température à l'échelle du pays. Les saisons se composent de l'hiver (décembre, janvier et février), du printemps (mars, avril et mai), de l'été (juin, juillet et août) et de l'automne (septembre, octobre et novembre).

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 3,12 ko)

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les écarts sont obtenus en soustrayant la valeur de référence pour la période 1961-1990 de la valeur moyenne saisonnière. Les saisons se composent de l'hiver (décembre, janvier et février), du printemps (mars, avril et mai), de l'été (juin, juillet et août) et de l'automne (septembre, octobre et novembre).
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2019) Données canadiennes sur le climat ajustées et homogénéisées.

Régional

Températures à l'échelle régionale

Aperçu des résultats

En 2018 :

  • les températures ont dépassé la valeur de référence au Yukon, dans la majeure partie des Territoires du Nord-Ouest, ainsi que dans certaines parties du Nunavut et de la Colombie-Britannique;
  • certaines parties du nord du Québec, ainsi que la partie sud autour de la limite entre l'Alberta et la Saskatchewan ont connu des températures inférieures à la valeur de référence;
  • dans le reste du pays, les températures étaient proches de la valeur de référence.

Écarts des températures moyennes régionales par rapport à la valeur de référence pour la période 1961-1990, Canada, 2018

Description longue

La carte indique, pour l'année 2018, les écarts de températures moyennes par rapport à la valeur de référence pour la période 1961-1990 en degrés Celsius.

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les écarts de températures moyennes annuelles ont été calculés pour 338 stations météorologiques à l'échelle du Canada. Les écarts sont obtenus en soustrayant la valeur de référence pour la période 1961-1990 de la valeur annuelle observée pertinente.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2019) Anomalies de température et précipitation interpolées pour le Canada.

À propos des indicateurs

À propos des indicateurs

Ce que mesurent les indicateurs

Les indicateurs sur les Changements de la température au Canada mesurent les écarts de la température annuelle et saisonnière de l'air en surface de 1948 à 2018. Ils présentent également la distribution spatiale des écarts de température de l'air en surface de pour l'année 2018.

L'écart annuel (aussi appelé anomalie) est la différence entre la valeur d'une année donnée et une valeur de référence. Les valeurs de référence utilisées dans l'indicateur sont les moyennes des températures annuelles et saisonnières pour la période de référence de 1961 à 1990 (souvent appelée normales de 1961-1990). Cette période de référence est conforme à l'approche utilisée pour comparer les anomalies dans le Cinquième Rapport d'évaluation (PDF; 7,3 Mo) du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat et dans les Déclarations annuelles sur l'état du climat mondial (en anglais seulement) de l'Organisation météorologique mondiale. Les écarts de températures sont mesurés en degré Celsius (°C) et calculés à l'aide des données provenant des stations météorologiques partout au Canada qui disposent de relevés de données suffisamment longs pour permettre d'établir une tendance significative.

Pourquoi ces indicateurs sont importants

Plusieurs activités économiques et sociales du Canada sont tributaires du climat. Comprendre la manière dont le climat du Canada se transforme est important pour l'élaboration d'interventions adaptées. Les indicateurs sur les Changements de la température au Canada contribuent à montrer comment la température de l'air en surface a évolué au Canada depuis que l'enregistrement national d'observations cohérentes et comparables du climat a débuté en 1948.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat et la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques utilisent, entre autres variables, la température de l'air en surface afin d'évaluer les variations climatiques à long terme. Le Système mondial d'observation du climat de l'Organisation météorologique mondiale considère que la température de l'air en surface est une variable climatologique essentielle (en anglais seulement).

Indicateurs connexes

Les indicateurs sur les Changements des précipitations au Canada mesure les écarts (ou anomalies) des précipitations annuelles, saisonnières et régionales.

Les indicateurs sur la Glace de mer au Canada fournissent des renseignements sur les zones maritimes canadiennes qui sont couvertes de glace pendant la saison estivale.

Les indicateurs sur la Couverture de neige font rapport de l'étendue de la couverture de neige au printemps et la durée de la couverture de neige au Canada.

Sources des données et méthodes

Sources des données et méthodes

Sources des données

Les indicateurs sur les Changements de la température au Canada reposent sur les données relatives aux anomalies de températures interpolées (Anomalies de température et précipitation interpolées pour le Canada [CANGRD]) d'Environnement et Changement climatique Canada, qui reposent elles-mêmes sur les Données canadiennes sur le climat ajustées et homogénéisées pour les observations climatiques historiques et les données en temps quasi réel consignées dans les archives climatiques nationales pour l'année en cours.

Complément d'information

Les indicateurs sont calculés à l'aide des données recueillies à des stations climatiques partout au Canada au cours de la période de 1948 à 2018. Les saisons sont définies comme suit : hiver (décembre de l'année précédente, janvier et février de l'année en cours), printemps (mars, avril, mai), été (juin, juillet, août) et automne (septembre, octobre, novembre).

Méthodes

Les écarts de température moyenne annuelle et saisonnière sont calculés à chaque station d'observation et pour chaque année en soustrayant la valeur de référence (définie comme la moyenne de la période de référence 1961-1990) des valeurs annuelles et saisonnières pertinentes.

Complément d'information

Les écarts de températures saisonnières et nationales ont été calculés pour 338 stations météorologiques à travers le Canada et ont ensuite été interpolés sur une grille à intervalles réguliers de 50 kilomètres. La moyenne des valeurs des points de la grille a été établie afin de produire une série chronologique saisonnière et annuelle des écarts de température à l'échelle du pays. De plus amples renseignements concernant la méthode de calcul des écarts de température moyenne annuelle se trouvent dans le document à propos du Bulletin des tendances et variations climatiques.

Les tendances statistiques linéaires à un niveau de confiance de 95 % ont été obtenues à l'aide des méthodes Mann-Kendall et Sen (tau de Kendall).

Mises en garde et limites

Les ruptures de données peuvent être problématiques. Afin d'atténuer ce risque, les indicateurs sur les Changements de la température au Canada font appel à des données de température ajustées et homogénéisées provenant des stations météorologiques. Des ajustements ont été apportés à l'ensemble de données en raison de variations dans les données causées par des changements liés à l'exposition du site, à l'emplacement, à l'instrumentation, à l'observateur et aux procédures d'observation au cours de la période de rapport de 71 ans. Les observations de stations avoisinantes co-localisées sont parfois fusionnées afin de produire des séries chronologiques plus étendues.

Ressources

Références

Bush, E. et Lemmen, D.S., éditeurs (2019) Rapport sur le climat changeant du Canada, gouvernement du Canada, Ottawa, Ontario, 446 p. Consulté le 10 mai 2019.

Bush, E., N. Gillett, E. Watson, J. Fyfe, F Vogel, et N. Swart (2019) Comprendre les changements climatiques mondiaux observés, chapitre 2 dans Rapport sur le climat changeant du Canada, E. Bush et D.S. Lemmen (éd.), gouvernement du Canada, Ottawa, Ontario, p. 24–73. Consulté le 10 mai 2019.Environnement et Changement climatique Canada (2019) Données canadiennes sur le climat ajustées et homogénéisées. Consulté le 9 avril 2019.

Environnement et Changement climatique Canada (2019) Bulletin des tendances et des variations climatiques : année 2018. Consulté le 9 avril 2019.

Environnement et Changement climatique Canada (2019) Bulletins des tendances et variations climatiques. Consulté le 9 avril 2019.

Environnement et Changement climatique Canada (2015) Impacts des changements climatiques. Consulté le 25 avril 2019.

Zhang, X., G. Flato, M. Kirchmeier-Young, L. Vincent, H. Wan, X. Wang, R. Rong, J. Fyfe, G. Li, et V.V. Kharin. Les changements de température et de précipitations au Canada, chapitre 4 dans Rapport sur le climat changeant du Canada, E. Bush et D.S. Lemmen (éd.), gouvernement du Canada, Ottawa, Ontario, 2019 p. 113-193. Consulté le 9 avril 2019.

Renseignements connexes

Vincent L., X. Wang, E. Milewska, H. Wan, F. Yang et V. Swail (2012) A second generation of homogenized Canadian monthly surface air temperature for climate trend analysis. Journal of Geophysical Research - Atmospheres 117 (D18):1-13 (en anglais seulement). Consulté le 9 avril 2019.

Vincent L., X. Zhang, R. Brown, Y. Feng, E. Mekis, E. Milewska, H. Wan et X. Wang (2015) Observed trends in Canada's climate and influence of low frequency variability modes. Journal of Climate 28 (11):4545-4560 (en anglais seulement). Consulté le 9 avril 2019.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :