Glace de mer au Canada

Accéder au PDF (1,51 Mo)

La glace de mer occupe une place importante dans le paysage des eaux du Nord canadien.Note de bas de page 1  Elle est constituée de glace qui s'accumule et fond chaque année (c'est-à-dire, de première année) et de glace qui reste présente à longueur d'année (c'est-à-dire, pluriannuelle). La quantité et le type de glace de mer présente, notamment la superficie minimale totale qu'elle couvre durant l'été,Note de bas de page 2  ont un impact sur l'activité humaine et l'habitat biologique.

Glace de mer

Glace de mer au Canada

Aperçu des résultats

  • En 2018, la superficie moyenne de glace de mer dans les eaux du Nord canadien était de 1,23 million de kilomètres carrés (km2), ce qui correspond à 32,8 % de la superficie totale de ces eaux.
  • Au cours des 5 dernières décennies, on a relevé une baisse de la superficie couverte par la glace de mer dans les eaux du Nord canadien.
  • Entre 1968 et 2018, la superficie de la glace de mer dans les eaux du Nord canadien, mesurée pendant la saison estivale, a baissé à un taux de 7,0 % par décennie.

Superficie moyenne de la glace de mer, eaux du Nord canadien, 1968 à 2018

Superficie moyenne de la glace de mer, eaux du Nord canadien, 1968 à 2018 (voir description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Superficie moyenne de la glace de mer, eaux du Nord canadien, 1968 à 2018
Année
Superficie de la glace de mer dans les eaux du Nord canadien (millions de kilomètres carrés)
1968 1,26
1969 1,53
1970 1,47
1971 1,32
1972 1,69
1973 1,30
1974 1,48
1975 1,34
1976 1,49
1977 1,28
1978 1,69
1979 1,44
1980 1,42
1981 1,19
1982 1,35
1983 1,62
1984 1,47
1985 1,36
1986 1,55
1987 1,40
1988 1,28
1989 1,42
1990 1,45
1991 1,44
1992 1,65
1993 1,31
1994 1,36
1995 1,20
1996 1,52
1997 1,27
1998 0,87
1999 1,11
2000 1,24
2001 1,23
2002 1,28
2003 1,20
2004 1,29
2005 1,17
2006 1,00
2007 0,94
2008 0,91
2009 1,15
2010 0,84
2011 0,74
2012 0,71
2013 1,13
2014 1,04
2015 1,12
2016 0,79
2017 0,94
2018 1,23

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. Pour les eaux du Nord canadien, la saison estivale est définie comme la période du 19 juin au 19 novembre pour le domaine de la baie d'Hudson et du 25 juin au 15 octobre pour le domaine de l'Arctique canadien. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2018) Direction de la recherche climatique.

Complément d'information

La diminution de la glace de mer dans les eaux du Nord canadien résulte d'une combinaison de facteurs. Le réchauffement causé par l'homme en raison de ses émissions de gaz à effet de serre et la variabilité climatique se sont traduits par une perte sans précédent de glace de mer arctique au cours des 50 dernières années comparativement aux 1 450 dernières années.

La région arctique est très sensible aux changements climatiques en raison de la rétroaction de la glace de mer qui influence la réflectivité de la surface de la Terre. Comme la superficie de la glace de mer décroît à la suite du réchauffement des températures, les surfaces plus foncées des océans sont exposées, lesquelles peuvent absorber plus de lumière solaire laquelle, à son tour, augmente davantage le réchauffement climatique et la fonte de la glace de mer. Ce cycle de rétroaction représente un facteur d'importance dans l'amplification des changements de température dans la région arctique. La recherche a démontré que la perte de glace de mer arctique contribue de manière importante à l'amplification récente du changement de la température arctique comparativement à la moyenne mondiale.

Les changements de la quantité de glace de mer, l'emplacement des lisières de glace et le moment des cycles saisonniers produisent des effets complexes en cascade sur l'écosystème. La réduction de la glace de mer se traduit par une perte de l'habitat d'espèces sauvages, puisque celle-ci sert de plate-forme de chasse pour les ours blancs et comme aires de repos et de reproduction pour les morses et les phoques. Les algues qui croissent sur la face inférieure de la glace de mer sont également importantes pour l'approvisionnement alimentaire marin.

Ces changements ont également une incidence sur la sécurité des habitants du Nord qui utilisent la glace de mer comme voie de transport ou plate-forme pour la chasse et la pêche. Plus que jamais, il faut prendre les décisions concernant les sorties sur la glace sur la base des rapports météorologiques et de conditions de la glace de mer, car les habitants du Nord ne peuvent désormais plus se fier aux connaissances traditionnelles pour savoir quand il est sûr de voyager sur la glace.

Glace de mer par région

Dans les eaux du Nord canadien, la superficie couverte par la glace de mer, mesurée pendant la période estivale, varie selon l'endroit. Le domaine de l'Arctique canadien se compose de 5 sous-régions (le bassin Kane, le bassin Foxe, la baie de Baffin, la mer de Beaufort et l'archipel arctique canadien) tandis que le domaine de la baie d'Hudson comprend 4 sous-régions (la baie d'Hudson, le détroit d'Hudson, le détroit de Davis et la partie nord de la mer du Labrador).

Aperçu des résultats

  • L'archipel arctique canadien, la mer de Beaufort et le bassin Kane restent habituellement couverts en grande partie de glace pendant la période estivale.
  • Les 4 sous-régions du domaine de la baie d'Hudson sont habituellement exemptes de glace pendant la période estivale.
  • Toutes les sous-régions présentent des tendances à la baisse de la couverture de glace pour la période de 1968 à 2018, la baisse variant de 2,9 % par décennie pour le bassin Kane à 15,6 % par décennie pour la partie nord de la mer du Labrador.

Tendances de la superficie de la glace de mer dans les sous-régions, eaux du Nord canadien, 1968 à 2018

Tendances de la superficie de la glace de mer dans les sous-régions, eaux du Nord canadien, 1968 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Tendances de la superficie de la glace de mer dans les sous-régions, eaux du Nord canadien, 1968 à 2018
Année
Superficie de la glace de mer pour le bassin Foxe (milliers de kilomètres carrés)
Superficie de la glace de mer pour le bassin Kane (milliers de kilomètres carrés)
Superficie de la glace de mer pour la baie de Baffin (milliers de kilomètres carrés)
Superficie de la glace de mer pour la mer de Beaufort (milliers de kilomètres carrés)
Superficie de la glace de mer pour l'archipel arctique canadien (milliers de kilomètres carrés)
Superficie de la glace de mer pour la baie d'Hudson (milliers de kilomètres carrés)
Superficie de la glace de mer pour le détroit d'Hudson (milliers de kilomètres carrés)
Superficie de la glace de mer pour le détroit de Davis (milliers de kilomètres carrés)
Superficie de la glace de mer pour la partie nord de la mer du Labrador (milliers de kilomètres carrés)
1968 83 31 143 311 542 94 21 25 5
1969 59 32 172 431 544 191 25 34 5
1970 74 34 216 390 556 130 19 38 12
1971 66 33 177 354 482 109 30 31 9
1972 117 33 171 335 659 223 50 77 15
1973 64 34 157 375 476 125 30 49 3
1974 68 34 85 478 587 154 27 23 7
1975 53 34 87 457 520 109 17 27 8
1976 82 34 147 427 597 113 19 41 7
1977 73 35 210 286 515 84 15 41 6
1978 108 31 210 412 649 194 30 35 7
1979 76 33 139 327 662 127 22 37 6
1980 62 33 149 417 581 110 17 28 3
1981 44 31 127 353 471 104 14 28 2
1982 63 32 158 299 558 142 24 58 6
1983 90 35 187 453 539 162 38 81 12
1984 65 31 124 442 538 154 41 52 12
1985 56 30 85 459 513 133 27 24 10
1986 72 33 179 397 622 165 21 42 3
1987 86 30 188 275 587 158 26 32 7
1988 66 28 121 379 492 112 23 26 5
1989 81 35 177 388 537 141 20 28 5
1990 86 26 153 377 592 128 31 38 7
1991 69 33 108 467 553 122 27 34 12
1992 79 38 151 450 612 210 32 55 7
1993 68 31 212 253 526 142 21 42 4
1994 56 29 140 437 511 116 19 31 6
1995 56 25 169 284 531 94 12 14 0
1996 61 35 258 454 538 121 22 29 6
1997 49 35 156 312 576 102 16 17 3
1998 58 32 140 155 392 55 10 13 1
1999 59 31 144 335 458 37 8 27 5
2000 47 32 94 406 506 107 8 24 2
2001 57 34 102 425 522 51 6 18 1
2002 59 34 79 358 564 126 15 28 9
2003 52 30 74 352 556 103 9 18 2
2004 61 32 101 314 598 147 11 16 0
2005 40 30 112 354 549 64 10 10 1
2006 28 29 64 360 436 46 4 12 1
2007 54 25 96 242 408 76 10 18 5
2008 59 26 92 158 435 94 14 24 0
2009 52 22 69 306 505 139 17 28 6
2010 39 29 79 233 408 33 3 9 0
2011 45 25 73 190 340 59 3 6 0
2012 52 29 43 126 353 74 6 18 0
2013 57 35 67 339 504 84 9 17 5
2014 61 25 52 260 520 86 12 13 5
2015 65 35 128 261 418 140 18 47 3
2016 42 27 57 149 399 79 12 22 2
2017 43 28 96 199 471 60 9 36 0
2018 59 32 98 333 532 123 17 33 4
Tendance décennale 1968 à 2018 -7,4% -2,9% -12,2% -7,5% -4,3% -9,5% -14,0% -11,4% -15,6%

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. Pour les eaux du Nord canadien, la saison estivale est définie comme la période du 19 juin au 19 novembre pour le domaine de la baie d'Hudson et du 25 juin au 15 octobre pour le domaine de l'Arctique canadien. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2018) Direction de la recherche climatique.

Complément d'information

En chiffres absolus, la plus importante perte de superficie de glace de mer au cours de la période de 1968 à 2018 a été observée dans la sous-région de la mer de Beaufort, où la perte correspond à environ 187 000 km2 de superficie de glace de mer. La superficie de glace de mer des sous-régions de l'archipel arctique canadien, de la baie de Baffin et de la baie d'Hudson a également baissé de manière importante au cours de la même période, avec des pertes détectées de 134 000 km2, de 102 000 km2 et de 73 000 km2, respectivement.

En se basant sur les projections des plus récents modèles climatiques, il est fort probable que l'océan arctique connaisse des étés presque sans glace d'ici le milieu du siècle, bien que la glace de mer puisse durer plus longtemps dans l'archipel arctique canadien.

Glace de mer pluriannuelle

Glace de mer pluriannuelle au Canada

La glace de mer pluriannuelle est une glace qui a résisté à au moins un été de fonte. La glace de mer pluriannuelle contient moins de sel et est habituellement plus épaisse qu'une glace de mer de première année. En raison de sa teneur inférieure en sel, elle est plus dure et elle est plus difficile à naviguer et à dégager pour les brise-glace.

Aperçu des résultats

Dans le domaine de l'Arctique canadien :

  • on a observé une baisse de la glace de mer pluriannuelle, mesurée pendant la saison estivale, de 7,4 % par décennie de 1968 à 2018;
  • la glace de mer totale a diminué de 7,0 % par décennie au cours de la même période.

Superficie moyenne de la glace de mer pluriannuelle, domaine de l'Arctique canadien, 1968 à 2018

Superficie moyenne de la glace de mer pluriannuelle, domaine de l'Arctique canadien, 1968 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Superficie de la glace de mer pluriannuelle dans le domaine de l'Arctique canadien, 1968 à 2018
Année
Superficie de la glace de mer pluriannuelle dans le domaine de l'Arctique 
(milliers de kilomètres carrés)
1968 516
1969 661
1970 543
1971 530
1972 472
1973 566
1974 498
1975 648
1976 644
1977 508
1978 551
1979 628
1980 679
1981 492
1982 369
1983 584
1984 533
1985 502
1986 542
1987 562
1988 589
1989 545
1990 619
1991 676
1992 687
1993 606
1994 603
1995 501
1996 666
1997 621
1998 393
1999 335
2000 421
2001 578
2002 486
2003 516
2004 541
2005 557
2006 500
2007 370
2008 260
2009 351
2010 345
2011 250
2012 207
2013 295
2014 406
2015 391
2016 286
2017 312
2018 521

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. Pour le domaine de l'Arctique canadien, la saison estivale est définie comme la période du 25 juin au 15 octobre. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2018) Direction de la recherche climatique.

Glace de mer pluriannuelle par région

Aperçu des résultats

  • Dans le domaine de l'Arctique canadien, des tendances à la baisse pour la glace de mer pluriannuelle, mesurée pendant la saison estivale, ont été relevées pour les sous-régions du bassin Foxe, du bassin Kane, de la mer de Beaufort et de l'archipel arctique canadien.
  • La sous-région de la baie de Baffin n'a présenté aucune tendance à la hausse ou à la baisse de 1968 à 2018.
  • On a relevé que les sous-régions du domaine de la baie d'Hudson avaient été exemptes de glace pluriannuelle au cours de toute cette période puisque ce sont des régions où la glace est saisonnière.

Superficie de la glace de mer pluriannuelle dans les sous-régions de l'Arctique canadien, 1968 à 2018

Superficie de la glace de mer pluriannuelle dans les sous-régions de l'Arctique canadien, 1968 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Superficie de la glace de mer pluriannuelle dans les sous-régions de l'Arctique canadien, 1968 à 2018
Année
Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour le bassin Foxe
(milliers de kilomètres carrés)

Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour le bassin Kane
(milliers de kilomètres carrés)

Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour la baie de Baffin
(milliers de kilomètres carrés)

Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour la mer de Beaufort
(milliers de kilomètres carrés)

Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour l'archipel arctique canadien
(milliers de kilomètres carrés)

1968 1,58 17 8 216 244
1969 0,14 23 28 319 289
1970 0,32 14 23 234 243
1971 0,83 16 16 256 201
1972 3,77 14 11 181 243
1973 0,88 19 15 202 301
1974 0,18 16 6 285 190
1975 0,45 16 5 374 235
1976 2,46 17 9 350 247
1977 0,16 14 15 181 293
1978 4,16 14 9 240 281
1979 5,88 15 10 213 383
1980 0,26 18 8 291 354
1981 0,35 16 18 213 237
1982 0,22 12 16 140 201
1983 3,91 21 44 252 255
1984 0,57 14 16 287 211
1985 0,43 13 2 271 207
1986 1,09 11 9 265 253
1987 0,77 13 8 190 346
1988 0,66 10 8 253 308
1989 0,24 17 10 245 273
1990 0,79 17 51 260 288
1991 1,74 6 7 340 313
1992 1,49 28 12 320 318
1993 1,37 24 60 190 328
1994 3,85 20 13 281 279
1995 0,65 17 43 203 233
1996 0,67 18 48 344 260
1997 0,21 22 22 255 320
1998 0,02 17 32 103 240
1999 0,40 13 13 205 102
2000 0,16 15 8 239 151
2001 0,03 17 12 308 232
2002 <0,01 18 10 229 228
2003 0,11 14 8 232 263
2004 0,25 18 16 205 294
2005 0,39 14 7 240 295
2006 0,26 13 12 254 208
2007 0,00 13 27 163 168
2008 0,04 11 17 79 152
2009 0,06 9 10 164 168
2010 0,02 14 27 134 169
2011 0,00 12 9 111 119
2012 0,10 13 4 77 106
2013 0,16 12 5 146 131
2014 0,22 11 5 178 212
2015 0,13 15 12 191 172
2016 <0,01 15 5 89 177
2017 0,06 16 16 60 220
2018 0,56 17 22 234 246
Tendance décennale 1968 à 2018
-18,5% -3,4% Aucune tendance -8,8% -6,5%

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. Pour le domaine de l'Arctique canadien, la saison estivale est définie comme la période du 25 juin au 15 octobre. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2018) Direction de la recherche climatique.

Glace de mer dans le passage du Nord-Ouest du Canada

Superficie de la glace de mer dans le passage du Nord-Ouest du Canada

Le passage du Nord-Ouest du Canada est un système de golfes, de détroits, de bras de mer et de canaux dans l'archipel arctique canadien qui relie la mer de Beaufort dans l'ouest à la baie de Baffin dans l'est. Le passage du Nord-Ouest offre 2 voies de navigation principales sur son côté ouest : un itinéraire nord et un itinéraire sud.

Aperçu des résultats

  • Au cours de la période de 1968 à 2018, la superficie de la glace de mer couvrant le passage du Nord-Ouest, mesurée pendant la saison estivale, a fluctué de manière semblable au reste des eaux de l'Arctique canadien.
  • Des tendances statistiques à la baisse ont été observées au cours de cette période pour les itinéraires nord et sud, autant pour la glace de mer que pour la glace de mer pluriannuelle.
  • L'itinéraire sud a été pratiquement exempt de glace de mer pluriannuelle plusieurs fois au cours des dernières années.

Superficie moyenne de la glace de mer et de la glace de mer pluriannuelle, passage du Nord-Ouest, 1968 à 2018

Tableau de données pour la description longue
Superficie moyenne de la glace de mer et de la glace de mer pluriannuelle, passage du Nord-Ouest, 1968 à 2018
Année
Superficie de la glace de mer pour l'itinéraire nord du passage du Nord-Ouest
(milliers de kilomètres carrés)

Superficie de la glace de mer pour l'itinéraire sud du passage du Nord-Ouest
(milliers de kilomètres carrés)

Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour l'itinéraire nord du passage du Nord-Ouest
(milliers de kilomètres carrés)

Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour l'itinéraire sud du passage du Nord-Ouest
(milliers de kilomètres carrés)

1968 127 81 64 8
1969 133 86 82 4
1970 130 98 55 7
1971 110 69 40 7
1972 146 147 61 13
1973 119 63 77 19
1974 132 134 36 7
1975 138 87 65 12
1976 138 123 73 14
1977 124 81 77 22
1978 159 142 62 31
1979 158 155 92 42
1980 139 115 77 36
1981 117 67 53 10
1982 131 110 40 9
1983 128 110 50 17
1984 138 94 48 6
1985 123 102 55 13
1986 141 137 67 26
1987 145 119 96 30
1988 126 62 84 14
1989 127 102 69 16
1990 143 114 76 26
1991 134 112 80 33
1992 145 120 84 21
1993 129 89 84 22
1994 129 88 87 19
1995 132 85 69 13
1996 134 90 69 23
1997 147 104 93 22
1998 94 55 60 19
1999 107 70 12 4
2000 119 93 26 3
2001 137 83 64 7
2002 140 111 53 10
2003 136 98 77 14
2004 140 122 91 19
2005 136 108 86 23
2006 116 53 66 7
2007 98 58 44 4
2008 104 62 32 5
2009 119 87 30 5
2010 81 55 21 6
2011 69 50 15 1
2012 74 56 20 1
2013 123 79 23 2
2014 126 84 32 8
2015 91 29 27 7
2016 106 43 49 6
2017 118 44 60 13
2018 137 54 60 21
Tendance décennale 1968 à 2018
-3,1% -9,6% -6,7% -10,0%

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. Pour le domaine de l'Arctique canadien, la saison estivale est définie comme la période du 25 juin au 15 octobre. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2018) Direction de la recherche climatique.

Au cours de la période de 1968 à 2018, des tendances statistiques à la baisse de 3,1 % et de 9,6 % par décennie ont été observées pour les itinéraires nord et sud du passage du Nord-Ouest. Pour la glace de mer pluriannuelle, une tendance à la baisse de 6,7 % par décennie a été observée pour l'itinéraire nord, alors qu'une tendance à la baisse de 10,0 % a été observée pour l'itinéraire sud.

Passage du Nord-Ouest du Canada

Le passage du Nord-Ouest du Canada présente une route de navigation en eaux profondes potentielle entre les régions nordiques du Pacifique et de l'Atlantique qui est beaucoup plus courte que les routes qui passent par le canal de Panama ou le canal de Suez. Le passage du Nord-Ouest est couvert par de la glace de mer flottante ou des banquises côtièresNote de bas de page 3  pour la plus grande partie de l'année, faisant obstacle à la navigation pour les brise-glace et constituant un danger pour les navires non renforcés pour la navigation dans les glaces.

Passage du Nord-Ouest du Canada

Passage du Nord-Ouest du Canada (voir la description longue ci-dessous)

La diminution de la présence de glace de mer augmente les possibilités en matière de navigation, de tourisme, d'exploration des ressources et d'activités industrielles dans le Nord.

Cependant, ces activités entraînent de nouveaux risques d'accidents et de déversements en raison des conditions plus rigoureuses, comme la glace flottante, la couverture changeante de la glace de mer et les conditions météorologiques extrêmes. Ces facteurs peuvent mettre les personnes et les écosystèmes en danger et accentuer la pression sur la capacité de recherche et sauvetage et d'intervention en cas de catastrophes.

À propos des indicateurs

À propos des indicateurs

Ce que mesurent les indicateurs

Les indicateurs sur la Glace de mer au Canada fournissent des renseignements sur les zones maritimes canadiennes qui sont couvertes de glace pendant la saison estivale. La superficie de la glace de mer correspond à la partie de la zone maritime couverte par les glaces. Cette superficie est évaluée en utilisant les Archives numériques du Service canadien des glaces et est exprimée en milliers ou en millions de kilomètres carrés. Les indicateurs sur la Glace de mer au Canada sont fournis pour les eaux du Nord canadien, par sous-région, et pour le passage du Nord-Ouest. Les indicateurs présentent également des tendances pour la superficie totale des glaces de mer et la superficie de la glace de mer pluriannuelle. La glace de mer pluriannuelle est définie comme la glace de mer qui a résisté à au moins un été de fonte.

Pourquoi ces indicateurs sont importants

La glace de mer constitue un indicateur des changements du climat. Il s'agit d'un élément essentiel de notre planète, car elle influence le climat arctique et mondial, les écosystèmes et les gens qui vivent dans les régions polaires. La glace de mer influence le climat par l'effet de rétroaction glace-albédo (ou la réflectivité de la surface de la Terre). Des changements dans la glace de mer peuvent également avoir une incidence sur les courants océaniques ainsi que sur l'échange de chaleur et de vapeur d'eau de l'océan vers l'atmosphère.

La glace de mer affecte le transport maritime, la pêche commerciale, l'exploitation des richesses naturelles en mer, les habitudes de chasse et de pêche des peuples autochtones, ainsi que le tourisme et les loisirs. Ainsi, il est important de comprendre comment le climat au Canada est en train de changer pour pouvoir élaborer des mesures d'adaptation. Les indicateurs sur la Glace de mer au Canada offrent un moyen d'informer les Canadiens sur les changements relatifs à la glace de mer de l'Arctique canadien.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat et l'Organisation météorologique mondiale utilisent, entre autres variables, les données sur la glace de mer pour évaluer les changements climatiques à long terme. Selon le Système mondial d'observation de l'Organisation météorologique mondiale, la glace de mer représente une variable climatique essentielle (disponible en anglais seulement).

Indicateurs connexes

L'indicateur sur les Changements de la température au Canada mesure les écarts annuels et saisonniers de température de l'air à la surface au Canada, alors que l'indicateur sur les Changements des précipitations au Canada mesure les écarts annuels et saisonniers des précipitations.

Les indicateurs sur la Couverture de neige font rapport de l'étendue de la couverture de neige au printemps et de la durée de la couverture de neige au Canada.

Sources des données et méthodes

Sources des données et méthodes

Sources des données

Les données sur la glace de mer utilisées dans ces indicateurs ont été fournies par la Division de la recherche climatique d'Environnement et Changement climatique Canada. Les données sur la superficie de la glace de mer ont été calculées à partir des cartes hebdomadaires des glaces (Archives numériques du Service canadien des glaces) produites par le Service canadien des glaces d'Environnement et Changement climatique Canada.

Complément d'information

Couverture spatiale

Les indicateurs offrent une couverture des eaux du Nord canadien, lesquelles englobent le domaine de l'Arctique canadien et le domaine de la baie d'Hudson. Le domaine de l'Arctique canadien est constitué de 5 sous-régions (le bassin Kane, le bassin Foxe, la baie de Baffin, la mer de Beaufort et l'archipel arctique canadien), alors que 4 sous-régions constituent le domaine de la baie d'Hudson (la baie d'Hudson, le détroit d'Hudson, le détroit de Davis et la partie nord de la mer du Labrador).

Sous-régions de glace de mer des eaux du Nord canadien

Sous-régions de glace de mer des eaux du Nord canadien (voir la description longue ci-dessous)

Source : Environnement et Changement climatique Canada (2018) Service canadien des glaces.

Couverture temporelle

Les indicateurs sont calculés à partir des données des glaces mesurées pendant la saison estivale pour les années 1968 à 2018. On définit la saison estivale comme la période du 25 juin au 15 octobre pour le domaine de l'Arctique canadien et du 19 juin au 19 novembre pour le domaine de la baie d'Hudson. Ces périodes correspondent à la saison de navigation de chaque domaine, une période au cours de laquelle le Service canadien des glaces produit des cartes régionales hebdomadaires des glaces.

Exhaustivité des données

Les données de ces indicateurs sont compilées par le Service canadien des glaces et regroupées en séries chronologiques par la Direction de la recherche climatique pour assurer la comparabilité. Les données intègrent des renseignements de nombreuses sources différentes comme des données de satellites, des observations de surface, des rapports d'aéronefs et de navires, ainsi que des résultats de modèles, conjointement avec l'expertise des prévisionnistes des glaces. Les données sur la glace de mer du Service canadien des glaces constituent la source canadienne faisant autorité pour la glace de mer au Canada.

Actualité des données

Les données utilisées dans les indicateurs sur la Glace de mer au Canada sont à jour jusqu'en 2018.

Méthodes

Les indicateurs sur la Glace de mer au Canada se basent sur les données concernant la surface de glace de mer fournies par la Division de recherche climatique d'Environnement et Changement climatique Canada.

Pour chaque région et sous-région, une surface moyenne de glace de mer est calculée pour chaque année à partir des cartes hebdomadaires des glaces de la saison estivale, pour la période de 1968 à 2018.

Une analyse statistique utilisant les méthodes de Mann-Kendall et Sen (Kendall-tau) est effectuée afin de vérifier la présence d'une tendance statistique linéaire à un niveau de confiance de 95 %.

Complément d'information

Les indicateurs sur la Glace de mer au Canada font appel à des cartes hebdomadaires des glaces du Service canadien des glaces. Ces cartes sont produites principalement à l'aide de l'imagerie obtenue par les satellites RADARSAT-1 (depuis 1996) et RADARASAT-2 (depuis 2008). D'autres sources de données de télédétection sont également utilisées, comme l'imagerie du radiomètre perfectionné à très haute résolution et du spectroradiomètre imageur à résolution moyenne du National Oceanic and Atmospheric Administration. Lorsque c'est possible, l'interprétation des données satellitaires est confirmée à l'aide d'observations des spécialistes du Service canadien des glaces à bord d'aéronefs spécialisés et de navires de la Garde côtière canadienne.Note de bas de page 4 

Les cartes des glaces du Service canadien des glaces indiquent la concentration des glaces en dixièmes et leur phase de développement. Elles indiquent également les températures moyennes et normales de 1981 à 2010 de certaines stations de la région, lesquelles donnent une indication d'un des facteurs qui contribue aux conditions de glace actuelles. Les données sur la glace de mer sont présentées selon la terminologie de l'Organisation météorologique mondiale. Pour plus de renseignements sur la manière dont le Service canadien des glaces produit des cartes hebdomadaires des glaces, consultez les Cartes régionales des glaces ou le Manuel des glaces.

Les cartes hebdomadaires des glaces sont compilées en séries chronologiques par la Direction de la recherche climatique pour chaque région et sous-région. La surface de glace de mer d'une année donnée correspond à la surface moyenne calculée à partir des cartes hebdomadaires des glaces de la saison estivale.

La saison estivale a été choisie parce qu'elle représente le moment où la quantité de glace de mer atteint son minimum, une mesure grandement utilisée au sein du milieu scientifique comme mesure de la variabilité du climat. Il s'agit également de la période où les changements les plus visibles se produisent sur le plan de la glace de mer.

Historiquement, les cartes des glaces ont été générées pour soutenir la saison de navigation, laquelle est à son plus haut pendant la saison estivale.

On a appliqué des tests statistiques non paramétriques sur les données de superficie de la glace de mer pour dégager une tendance linéaire et, le cas échéant, pour déterminer l'orientation (positive ou négative) et l'ampleur (pente) du taux de variation. On a utilisé le test de tendance de Mann-Kendall usuel pour déceler une tendance et en estimer l'orientation ainsi que la méthode de Sen (méthode d'estimation en paires de la pente) pour estimer la pente. On a fait état d'une tendance lorsque le test de Mann-Kendall indiquait la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.

Mises en garde et limites

Il convient d'être prudent lorsqu'on utilise ces indicateurs comme indicateurs du changement de la superficie réelle de la glace de mer pour des emplacements spécifiques. Le changement de la superficie de la glace de mer peut varier considérablement au sein d'une sous-région, la plus petite unité d'analyse utilisée dans ces indicateurs.

Ressources

Ressources

Références

Barber DG, Asplin MG, Papakyriakou TN, Miller L, Else BGT, Iacozza J, Mundy CJ, Gosslin M, Asselin NC, Ferguson S, Lukovich JV, Stern GA, Gaden A, Pucko M, Geilfus NX et Wang F (2012) Consequences of change and variability in sea ice on marine ecosystem and biogeochemical processes during the 2007-2008 Canadian International Polar Year program (disponible en anglais seulement). Climatic Change 115(1):135-159. Consulté le 10 décembre 2018.

Derksen C, Smith SL, Sharp M, Brown L, Howell S, Copland L, Mueller DR, Gauthier Y, Fletcher CG, Tivy A, Bernier M, Bourgeois J, Brown R, Burn CR et Duguay C (2012) Variability and change in the Canadian cryosphere (disponible en anglais seulement). Climatic Change 115(1):59-88. Consulté le 10 décembre 2018.

Environnement et Changement climatique Canada (2005) Manuel des des glaces (MANICE). Consulté le 10 décembre 2018.

Environnement et Changement climatique Canada (2018) Changements dans la glace de mer. Centre canadien des services climatiques. Consulté le 10 décembre 2018.

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (2013) Climate Change 2013: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Chapter 5 Information from Paleoclimate Archives, Box 5.1 Polar Amplification (disponible en anglais seulement) (PDF; 10,4 Mo). Consulté le 10 décembre 2018.

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (2014) Climate Change 2014: Synthesis Report. Contribution of Working Groups I, II and III to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (disponible en anglais seulement) (PDF; 11,1 Mo). Consulté le 10 décembre 2018.

Ford, J.D., Bell, T. et Couture, N.J. (2016) Perspectives relatives à la région de la côte Nord du Canada (PDF; 4,03 Mo); dans Le littoral maritime du Canada face à l'évaluation du climat, D.S. Lemmen, F.J. Warren, T.S. James and C.S.L. Mercer Clarke (éd.); Gouvernement du Canada. Consulté le 10 décembre 2018.

Kinnard C, Zdanowicz CM, Fisher DA, Isaksson E, de Vernal A et Thompson LG (2011) Reconstructed changes in Arctic sea ice over the past 1,450 years (disponible en anglais seulement). Nature 479(7374):509-512. Consulté le 10 décembre 2018.

Laliberté F., Howell SEL et Kushner PJ (2016), Regional variability of a projected sea ice-free Arctic during the summer months (disponible en anglais seulement). Geophysical Research Letters, 43, 256-263 doi:10.1002/2015GL066855. Consulté le 20 janvier 2019.

Maslanik J, Stroeve J, Fowler C et Emery W (2011) Distribution and trends in Arctic sea ice age through spring 2011 (disponible en anglais seulement). Geophysical Research Letter 38(13):L13502. Consulté le 10 décembre 2018.

Mudryk L, Derksen C, Howell SEL, Laliberté F, Thackeray C, Sospedra-Alfonso R, Vionnet V, Kushner PJ et Brown R (2018), Canadian snow and sea ice: historical trends and projections (disponible en anglais seulement). The Cryosphere, 12, 1157-1176. Consulté le 20 janvier 2019.

Pizzolato L, Howell SEL, Derksen C et Copland L (2014) Changing sea ice conditions and marine transportation activity in Canadian Arctic waters between 1990 and 2012 (disponible en anglais seulement). Climatic Change 123(2):161-173. Consulté le 10 décembre 2018.

Richter-Menge, J, Jeffries MO et Osborne E, Eds (2018) The Arctic (disponible en anglais seulement) (PDF; 9,2 Mo); dans State of the Climate in 2017. Bull. Amer. Meteor. Soc., 99 (8). S143-S173. Consulté le 10 décembre 2018.

Screen J et Simmonds I (2010) The central role of diminishing sea ice in recent Arctic temperature amplification (disponible en anglais seulement). Nature 464(7293):1334-1337. Consulté le 10 décembre 2018.

Statistique Canada (2012) Tendances relatives à la glace de mer au Canada. Publication EnviroStats 16-002X. Consulté le 10 décembre 2018.

Stern GA et Gaden A (2015) From Science to Policy in the Western and Central Canadian Arctic: An Integrated Regional Impact Study (IRIS) of climate change and modernization (disponible en anglais seulement). ArcticNet. Consulté le 10 décembre 2018.

Tivy A, Howell SEL, Alt B, McCourt S, Chagnon R, Crocker G, Carrieres et Yackel JJ (2011) Trends and variability in summer sea ice cover in the Canadian Arctic based on the Canadian Ice Service Digital Archive, 1960-2008 and 1968-2008 (disponible en anglais seulement). Journal of Geophysical Research 116:C03007. Consulté le 10 décembre 2018.

Warren FJ et Lemmen DS (éd.), (2014) Vivre avec les changements climatiques au Canada : perspectives des secteurs relatives aux impacts et à l'adaptation (PDF; 5,5 Mo). Gouvernement du Canada. Consulté le 10 décembre 2018.

Renseignements connexes

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (2013) Climate Change 2013: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Chapter 4 Observations: Cryosphere (disponible en anglais seulement) (PDF; 12,5 Mo). Consulté le 10 décembre 2018.

Haas C et Howell S (2015) Ice thickness in the Northwest Passage (disponible en anglais seulement). Geophysical Research Letters 42(18):7673-7680. Consulté le 10 décembre 2018.

Howell S, Derksen C, Pizzolato L et Brady M (2015) Multiyear ice replenishment in the Canadian Arctic Archipelago: 1997-2013 (disponible en anglais seulement). Journal of Geophysical Research: Oceans 120(3):1623-1637. Consulté le 10 décembre 2018.

National Snow & Ice Data Center (2018) All About Sea Ice (disponible en anglais seulement). Consulté le 10 décembre 2018.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :