Glace de mer au Canada

Accéder au PDF (936 Ko)

La glace de mer occupe une place importante dans le paysage de l'Arctique canadien. Elle est constituée de glace qui s'accumule et fond chaque année (c.-à-d., de première année) et de glace qui reste présente à longueur d'année (c.-à-d., pluriannuelle). La quantité et le type de glace de mer présente, notamment la superficie minimale totale qu'elle couvre à l'été, ont un impact sur l'activité humaine et l'habitat biologique.

Au cours des cinq dernières décennies, on a relevé une baisse de la superficie couverte par la glace de mer dans l'Arctique canadien. Entre 1968 et 2015, la superficie de la glace de mer dans les eaux du Nord canadien,Note de bas de page [1] mesurée pendant la saison estivale,Note de bas de page [2] a baissé à un taux de 6,8 % par décennie. En 2015, la superficie moyenne de la glace de mer dans les eaux du Nord canadien a été de 1,12 million de kilomètres carrés (km2) ou 30 % de la superficie totale.

Superficie moyenne de la glace de mer, eaux du Nord canadien, 1968 à 2015

Graphique de dispersion - voir description longue ci-dessous.
Description longue

Le graphique présente la superficie annuelle moyenne de la glace de mer en millions de kilomètres carrés dans les eaux du Nord canadien de 1968 à 2015. Nous observons également une ligne qui montre une tendance à la baisse de 6,8 % par décennie de la superficie de la glace de mer sur une période de 48 ans.

Données du graphique
Superficie moyenne de la glace de mer, eaux du Nord canadien, 1968 à 2015
Année Superficie de la glace de mer dans les eaux du Nord canadien (millions de kilomètres carrés)
1968 1,25
1969 1,49
1970 1,47
1971 1,29
1972 1,68
1973 1,31
1974 1,46
1975 1,31
1976 1,47
1977 1,27
1978 1,68
1979 1,43
1980 1,40
1981 1,17
1982 1,34
1983 1,60
1984 1,46
1985 1,34
1986 1,54
1987 1,39
1988 1,25
1989 1,41
1990 1,44
1991 1,42
1992 1,63
1993 1,30
1994 1,34
1995 1,19
1996 1,52
1997 1,27
1998 0,86
1999 1,10
2000 1,23
2001 1,22
2002 1,27
2003 1,20
2004 1,28
2005 1,17
2006 0,98
2007 0,94
2008 0,90
2009 1,14
2010 0,83
2011 0,74
2012 0,70
2013 1,12
2014 1,04
2015 1,12

Comment cet indicateur est calculé

Note : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. Pour les eaux du Nord canadien, la saison estivale est définit comme la période du 19 juin au 19 novembre pour le domaine de la baie d'Hudson et du 25 juin au 15 octobre pour le domaine de l'Arctique canadien. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Direction de la recherche climatique.

La diminution de la glace de mer arctique résulte d'une combinaison de facteurs. Le réchauffement causé par l'homme en raison de ses émissions de gaz à effet de serre et la variabilité climatique s'est traduit par une perte sans précédent de glace de mer arctique au cours des 50 dernières années comparativement aux 1 450 dernières années.

La région arctique est très sensible aux changements climatiques en raison de la rétroaction qui met en cause la glace de mer qui influence la réflectivité de la surface de la Terre. Comme la superficie de la glace de mer décroît à la suite du réchauffement des températures, les surfaces plus foncées des océans sont exposées, lesquelles peuvent absorber plus de lumière solaire laquelle, à son tour, augmente davantage le réchauffement climatique et la fonte de la glace de mer. Ce cycle de rétroaction représente un facteur d'importance dans l'amplification des températures arctiques. La recherche a démontré que la perte de glace de mer arctique contribue de manière importante à l'amplification récente du changement de la température arctique comparativement à la moyenne mondiale.

Les changements à la quantité de glace de mer, à l'emplacement des lisières de glace et au moment des cycles saisonniers produisent des effets complexes en cascade sur l'écosystème. La réduction de la glace de mer se traduit par une perte de l'habitat d'espèces sauvages, car cette dernière sert de plate-forme de chasse pour les ours blancs et comme aires de repos et de reproduction pour les morses et les phoques. Les algues qui croissent sur la face inférieure de la glace de mer sont également importantes pour l'approvisionnement alimentaire marin.

Ces changements ont également une incidence sur la sécurité des habitants du Nord qui utilisent la glace de mer comme voie de transport ou plate-forme pour la chasse et la pêche. Plus que jamais, il faut prendre les décisions relativement aux sorties sur la glace sur la base des rapports météorologiques et de conditions de la glace de mer, comme les habitants du Nord ne peuvent plus se fier aux connaissances traditionnelles pour savoir quand il est sûr de voyager sur la glace.

Glace de mer par région

Dans les eaux du Nord canadien, la superficie couverte par la glace de mer, mesurée pendant la période estivale,Note de bas de page [2] varie selon l'endroit. Certaines sous-régions, comme l'archipel arctique canadien et le bassin Kane, restent habituellement couvertes en grande partie de glace pendant la période estivale alors que d'autres sous-régions, comme les quatre sous-régions du domaine de la baie d'Hudson (baie d'Hudson, détroit d'Hudson, détroit de Davis et partie nord de la mer du Labrador) sont habituellement exemptes de glace pendant la période estivale.

Malgré ces variations régionales, toutes les sous-régions situées dans les eaux du Nord canadien présentent des tendances à la baisse statistiquement significatives de la couverture de glace pour la période de 1968 à 2015, la baisse variant de 3 % par décennie pour le bassin Kane à 17 % par décennie pour la partie nord de la mer du Labrador.

Tendances de la superficie de la glace de mer dans les sous-régions, eaux du Nord canadien, 1968 à 2015

Carte du Canada avec graphique linéaire inséré - voir description longue ci-dessous.
Description longue

La carte montre les sous-régions des domaines de l'Arctique canadien et de la baie d'Hudson (eaux du Nord canadien) utilisées pour les indicateurs de la superficie de la glace de mer par région. Les cinq sous-régions du domaine de l'Arctique canadien sont le bassin Kane, le bassin Foxe, la baie de Baffin, la mer de Beaufort et l'archipel arctique canadien. Les quatre sous-régions du domaine de la baie d'Hudson sont la baie d'Hudson, le détroit d'Hudson, le détroit de Davis et la partie nord de la mer du Labrador. Pour chaque sous-région, un graphique linéaire inséré montre la proportion de glace de mer qui recouvre la superficie complète de la sous-région et la superficie de la glace de mer en milliers de kilomètres carrés de 1968 à 2015. On a relevé des tendances à la baisse statistiquement significatives pour chacune des neuf sous-régions.

Données de la carte
Tendances de la superficie de la glace de mer dans les sous-régions, eaux du Nord canadien, 1968 à 2015
Année Superficie de la glace de mer pour le bassin Foxe (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour le bassin Kane (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour la baie de Baffin (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour la mer de Beaufort (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour l'archipel arctique canadien (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour la baie d'Hudson (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour le détroit d'Hudson (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour le détroit de Davis (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour la partie nord de la mer du Labrador (milliers de kilomètres carrés)
1968 83 31 143 311 542 94 21 25 5
1969 59 32 172 431 544 191 25 34 5
1970 74 34 216 390 556 130 19 38 12
1971 66 33 177 354 482 109 30 31 9
1972 117 33 171 335 659 223 50 77 15
1973 64 34 157 375 476 125 30 49 3
1974 68 34 85 478 587 154 27 23 7
1975 53 34 87 457 520 109 17 27 8
1976 82 34 147 427 597 113 19 41 7
1977 73 35 210 286 515 84 15 41 6
1978 108 31 210 412 649 194 30 35 7
1979 76 33 139 327 662 127 22 37 6
1980 62 33 149 417 581 110 17 28 3
1981 44 31 127 353 471 104 14 28 2
1982 63 32 158 299 558 142 24 58 6
1983 90 35 187 453 539 162 38 81 12
1984 65 31 124 442 538 154 41 52 12
1985 56 30 85 459 513 133 27 24 10
1986 72 33 179 397 622 165 21 42 3
1987 86 30 188 275 587 158 26 32 7
1988 66 28 121 379 492 112 23 26 5
1989 81 35 177 388 537 141 20 28 5
1990 86 26 153 377 592 128 31 38 7
1991 69 33 108 467 553 122 27 34 12
1992 79 38 151 450 612 210 32 55 7
1993 68 31 212 253 526 142 21 42 4
1994 56 29 140 437 511 116 19 31 6
1995 56 25 169 284 531 94 12 14 0
1996 61 35 258 454 538 121 22 29 6
1997 49 35 156 312 576 102 16 17 3
1998 58 32 140 155 392 55 10 13 1
1999 59 31 144 335 458 37 8 27 5
2000 47 32 94 406 506 107 8 24 2
2001 57 34 102 425 522 51 6 18 1
2002 59 34 79 358 564 126 15 28 9
2003 52 30 74 352 556 103 9 18 2
2004 61 32 101 314 598 147 11 16 0
2005 40 30 112 354 549 64 10 10 1
2006 28 29 64 360 436 46 4 12 1
2007 54 25 96 242 408 76 10 18 5
2008 59 26 92 158 435 94 14 24 0
2009 52 22 69 306 505 139 17 28 6
2010 39 29 79 233 408 33 3 9 0
2011 45 25 73 190 340 59 3 6 0
2012 52 29 43 126 353 74 6 18 0
2013 57 35 67 339 504 84 9 17 5
2014 61 25 52 260 520 86 12 13 5
2015 65 35 128 261 418 140 18 47 3
Tendance décennale 1968-2015 -7,3 % -2,9 % -12,7 % -6,6 % -4,4 % -9,6 % -15,1 % -13,4 % -16,9 %

Comment cet indicateur est calculé

Note : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. Pour les eaux du Nord canadien, la saison estivale est définit comme la période du 19 juin au 19 novembre pour le domaine de la baie d'Hudson et du 25 juin au 15 octobre pour le domaine de l'Arctique canadien. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Direction de la recherche climatique.

En chiffres absolus, la plus importante perte de superficie de glace de mer au cours de la période de 1968 à 2015 a été observée dans la sous-région de la mer de Beaufort, où la perte correspond à environ 137 000 km2 de superficie de glace de mer. La superficie de glace de mer des sous-régions de l'archipel arctique canadien, de la baie de Baffin et de la baie d'Hudson a également baissé de manière importante au cours de la même période, avec des pertes détectées de 124 000 km2, de 109 000 km2 et de 72 000 km2, respectivement.

Glace de mer pluriannuelle

La glace de mer pluriannuelle est une glace qui a résisté à au moins un été de fonte. La glace de mer pluriannuelle contient moins de sel et est habituellement plus épaisse qu'une glace de mer de première année. En raison de sa teneur inférieure en sel, elle est plus dure et elle est plus difficile à naviguer et à dégager pour les brise-glace.

Dans le domaine de l'Arctique canadien, on a observé une baisse de la glace de mer pluriannuelle, mesurée pendant la saison estivale,Note de bas de page [3] de 6,9 % par décennie de 1968 à 2015, alors que la glace de mer totale a diminué de 6,1 % par décennie au cours de la même période. Dans l'ensemble, l'Arctique passe d'une glace principalement pluriannuelle et épaisse à une glace plus mince dominée par une glace de première année.

Superficie moyenne de la glace de mer pluriannuelle, domaine de l'Arctique canadien, 1968 à 2015

Graphique de dispersion superficie annuelle moyenne de la glace de mer pluriannuelle  - voir description longue ci-dessous.
Description longue

Le graphique présente la superficie annuelle moyenne de la glace de mer pluriannuelle en milliers de kilomètres carrés pour le domaine de l'Arctique canadien de 1968 à 2015. On observe également une ligne qui montre une tendance à la baisse de 6,9 % par décennie de la superficie de la glace de mer pluriannuelle sur une période de 48 ans.

Données du graphique
Superficie moyenne de la glace de mer pluriannuelle, domaine de l'Arctique canadien, 1968 à 2015
Année Superficie de la glace de mer pluriannuelle dans le domaine de l'Arctique canadien (milliers de kilomètres carrés)
1968 487
1969 659
1970 513
1971 490
1972 454
1973 537
1974 498
1975 631
1976 625
1977 503
1978 548
1979 626
1980 671
1981 484
1982 368
1983 576
1984 528
1985 492
1986 539
1987 557
1988 580
1989 545
1990 616
1991 669
1992 680
1993 603
1994 596
1995 496
1996 671
1997 619
1998 392
1999 334
2000 414
2001 569
2002 486
2003 516
2004 534
2005 556
2006 489
2007 370
2008 260
2009 351
2010 344
2011 250
2012 201
2013 295
2014 405
2015 391

Comment cet indicateur est calculé

Note : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. La saison estivale est définit comme la période du 25 juin au 15 octobre pour le domaine de l'Arctique canadien. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Direction de la recherche climatique.

Glace de mer pluriannuelle par région

Dans le domaine de l'Arctique canadien, des tendances à la baisse pour la glace de mer pluriannuelle, mesurée pendant la saison estivale,Note de bas de page [3] ont été relevées pour les sous-régions du bassin Foxe, du bassin Kane, de la mer de Beaufort et de l'archipel arctique canadien. La sous-région de la baie de Baffin n'a présenté aucune tendance à la hausse ou à la baisse de 1968 à 2015. On a relevé que les sous-régions du domaine de la baie d'Hudson avaient été exemptes de glace pluriannuelle au cours de toute cette période.

Superficie de la glace de mer pluriannuelle dans les sous-régions de l'Arctique canadien, 1968 à 2015

Carte du Canada avec graphique linéaire inséré - voir description longue ci-dessous.
Description longue

La carte montre les sous-régions du domaine de l'Arctique canadien (baie de Baffin, bassin Foxe, bassin Kane, mer de Beaufort et archipel arctique canadien). Pour chaque sous-région, un graphique linéaire inséré montre la proportion de glace de mer pluriannuelle qui recouvre la superficie totale de la sous-région et la superficie de la glace de mer pluriannuelle en milliers de kilomètres carrés de 1968 à 2015. Des tendances à la baisse statistiquement significatives pour la superficie glace de mer pluriannuelle ont été observées pour quatre sous-régions (bassin Foxe, bassin Kane, mer de Beaufort et archipel arctique canadien). La sous-région de la baie de Baffin n'a pas montré de tendances statistiquement significatives à la hausse ou à la baisse de la superficie de la glace de mer pluriannuelle.

Données de la carte
Superficie de la glace de mer pluriannuelle dans les sous-régions de l'Arctique canadien, 1968 à 2015
Année Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour le bassin Foxe (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour le bassin Kane (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour la baie de Baffin (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour la mer de Beaufort (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour l'archipel arctique canadien (milliers de kilomètres carrés)
1968 1,58 17 8 216 244
1969 0,14 23 28 319 289
1970 0,32 14 23 234 243
1971 0,83 16 16 256 201
1972 3,77 14 11 181 243
1973 0,88 19 15 202 301
1974 0,18 16 6 285 190
1975 0,45 16 5 374 235
1976 2,46 17 9 350 247
1977 0,16 14 15 181 293
1978 4,16 14 9 240 281
1979 5,88 15 10 213 383
1980 0,26 18 8 291 354
1981 0,35 16 18 213 237
1982 0,22 12 16 140 201
1983 3,91 21 44 252 255
1984 0,57 14 16 287 211
1985 0,43 13 2 271 207
1986 1,09 11 9 265 253
1987 0,77 13 8 190 346
1988 0,66 10 8 253 308
1989 0,24 17 10 245 273
1990 0,79 17 51 260 288
1991 1,74 6 7 340 313
1992 1,49 28 12 320 318
1993 1,37 24 60 190 328
1994 3,85 20 13 281 279
1995 0,65 17 43 203 233
1996 0,67 18 48 344 260
1997 0,21 22 22 255 320
1998 0,02 17 32 103 240
1999 0,40 13 13 205 102
2000 0,16 15 8 239 151
2001 0,03 17 12 308 232
2002 0,00 18 10 229 228
2003 0,11 14 8 232 263
2004 0,25 18 16 205 294
2005 0,39 14 7 240 295
2006 0,26 13 12 254 208
2007 0,00 13 27 163 168
2008 0,04 11 17 79 152
2009 0,06 9 10 164 168
2010 0,02 14 27 134 169
2011 0,00 12 9 111 119
2012 0,10 13 4 77 106
2013 0,16 12 5 146 131
2014 0,22 11 5 178 212
2015 0,13 15 12 191 172
Tendance décennale 1968-2015 -18,7 % -4,7 % Aucune tendance -7,6 % -7,1 %

Comment cet indicateur est calculé

Note : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. La saison estivale est définit comme la période du 25 juin au 15 octobre pour le domaine de l'Arctique canadien. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Direction de la recherche climatique.

Superficie de la glace de mer dans le passage du Nord-Ouest du Canada

Le passage du Nord-Ouest du Canada est un système de golfes, de détroits, de bras de mer et de canaux dans l'archipel arctique canadien qui relie la mer de Beaufort dans l'ouest à la baie de Baffin dans l'est. Il présente une route de navigation en eaux profondes potentielle entre les régions nordiques du Pacifique et de l'Atlantique qui est beaucoup plus courte que les routes qui passent par le canal de Panama ou le canal de Suez. Le passage du Nord-Ouest est couvert par de la glace de mer flottante ou des banquises côtièresNote de bas de page [4] pour la plus grande partie de l'année, faisant obstacle à la navigation pour les brise-glace et constituant un danger pour les navires non renforcés pour la navigation dans les glaces. Comme le montre l'illustration ci-dessous, le passage du Nord-Ouest offre deux voies de navigation principales sur son côté ouest : un itinéraire nord et un itinéraire sud.

Passage du Nord-Ouest du Canada

Carte du Canada passage du Nord-Ouest - voir description longue ci-dessous.
Description longue

La carte montre les itinéraires nord et sud du passage du Nord-Ouest au travers de l'archipel arctique canadien.

Au cours de la période de 1968 à 2015, la superficie de la glace de mer couvrant le passage du Nord-Ouest, mesurée pendant la saison estivale,Note de bas de page [3] a fluctué de manière semblable au reste des eaux de l'Arctique canadien. En effet, des tendances statistiques à la baisse de 3 % et de 7 % par décennie ont été observées au cours de cette période pour les itinéraires nord et sud du passage du Nord-Ouest.

Pour la glace de mer pluriannuelle, une tendance à la baisse de 8 % par décennie a été observée pour l'itinéraire nord, alors qu'une tendance à la baisse de 11 % a été observée pour l'itinéraire sud. L'itinéraire sud a été pratiquement exempt de glace de mer pluriannuelle pour plusieurs de ces années.

Superficie moyenne de la glace de mer et de la glace de mer pluriannuelle, passage du Nord-Ouest, 1968 à 2015

Deux graphiques linéaires montrent la superficie moyenne et de la glace de mer pluriannuelle - voir description longue ci-dessous.
Description longue

Les graphiques linéaires montrent la superficie moyenne de la glace de mer et la superficie de la glace de mer pluriannuelle des itinéraires nord et sud du passage du Nord-Ouest de 1968 à 2015. Des tendances à la baisse statistiquement significatives sont également présentées pour les itinéraires nord et sud dans les deux graphiques.

Données des graphiques
Superficie moyenne de la glace de mer et de la glace de mer pluriannuelle, passage du Nord-Ouest, 1968 à 2015
Année Superficie de la glace de mer pour l'itinéraire nord du passage du Nord-Ouest (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pour l'itinéraire sud du passage du Nord-Ouest (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour l'itinéraire nord du passage du Nord-Ouest (milliers de kilomètres carrés) Superficie de la glace de mer pluriannuelle pour l'itinéraire sud du passage du Nord-Ouest (milliers de kilomètres carrés)
1968 127 81 64 8
1969 133 86 82 4
1970 130 98 55 7
1971 110 69 40 7
1972 146 147 61 13
1973 119 63 77 19
1974 132 134 36 7
1975 138 87 65 12
1976 138 123 73 14
1977 124 81 77 22
1978 159 142 62 31
1979 158 155 92 42
1980 139 115 77 36
1981 117 67 53 10
1982 131 110 40 9
1983 128 110 50 17
1984 138 94 48 6
1985 123 102 55 13
1986 141 137 67 26
1987 145 119 96 30
1988 126 62 84 14
1989 127 102 69 16
1990 143 114 76 26
1991 134 112 80 33
1992 145 120 84 21
1993 129 89 84 22
1994 129 88 87 19
1995 132 85 69 13
1996 134 90 69 23
1997 147 104 93 22
1998 94 55 60 19
1999 107 70 12 4
2000 119 93 26 3
2001 137 83 64 7
2002 140 111 53 10
2003 136 98 77 14
2004 140 122 91 19
2005 136 108 86 23
2006 116 53 66 7
2007 98 58 44 4
2008 104 62 32 5
2009 119 87 30 5
2010 81 55 21 6
2011 69 50 15 1
2012 74 56 20 1
2013 123 79 23 2
2014 126 84 32 8
2015 91 59 27 7
Tendance décennale 1968-2015 -3,4 % -7,3 % -8,0 % -10,9 %

Comment cet indicateur est calculé

Note : La glace de mer est mesurée pendant la saison estivale. La saison estivale est définit comme la période du 25 juin au 15 octobre pour le domaine de l'Arctique. On fait état d'une tendance statistiquement significative lorsque le test de Mann-Kendall indique la présence d'une tendance à un niveau de confiance de 95 %.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Direction de la recherche climatique.

Renseignements supplémentaires

Accéder au PDF (936 Ko)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :