Exposition de la population aux polluants atmosphériques extérieurs

Accéder au PDF (744 ko)

L'inhalation quotidienne de polluants atmosphériques peut contribuer à des problèmes de santé comme l'asthme et les maladies cardiovasculaires. Dans l'ensemble, les Canadiens jouissent d'une bonne qualité de l'air extérieur. Cet indicateur permet de suivre le pourcentage de la population dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant pour 2020.Note de bas de page 1

Résultats

Aperçu des résultats

  • Au cours des périodes allant de 2005 à 2007 et de 2014 à 2016, le pourcentage de Canadiens qui vivant dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant pour 2020 a augmenté de 60 % à 77 %.
  • Ce pourcentage est demeuré relativement stable, se situait entre 60 % et 67 %, jusqu'à la période de 2013 à 2015. Il est ensuite passé à 70 % entre 2013 et 2015; puis, il a atteint 77 %, au cours de la dernière période. Cette augmentation peut être attribuée à l'amélioration de la qualité de l'air dans les grandes régions urbaines de l'Alberta et du Québec.
Pourcentage de Canadiens vivant dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant pour 2020, Canada, 2005 à 2016
Pourcentage de Canadiens vivant dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant pour 2020, Canada, 2005 à 2016 (voir le tableau de données ci-dessous pour la description longue)
Tableau de données pour la description longue
Pourcentage de Canadiens vivant dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant pour 2020, Canada, 2005 à 2016
Période Proportion de la population où les concentrations de polluants atmosphériques étaient inférieures aux normes
(pourcentage)
2005 à 2007 59,6
2006 à 2008 62,6
2007 à 2009 64,0
2008 à 2010 66,6
2009 à 2011 64,7
2010 à 2012 63,8
2011 à 2013 64,0
2012 à 2014 64,0
2013 à 2015 69,8
2014 à 2016 77,2

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Hormis la norme annuelle pour le dioxyde d'azote, les Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant pour 2020 utilisées dans l'indicateur sont basées sur des concentrations moyennes durant une période de 3 ans. C'est pour cette raison que le graphique à barres affiche des valeurs pour des périodes sur 3 ans.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2019) Division de la recherche sur la qualité de l'air. Santé Canada (2019) Division de l'évaluation des effets de l'air sur la santé.

Les Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant sont des objectifs de qualité de l'air pour les concentrations de polluants dans l'air extérieur sont axés sur la santé et l'environnement. Elles visent à mieux protéger la santé humaine et l'environnement ainsi qu'à favoriser l'amélioration continue de la qualité de l'air partout au Canada.

Six (6) normesNote de bas de page 2 pour 4 polluants atmosphériques (soit les particules fines [P2,5], l'ozone troposphérique [O3], le dioxyde d'azote [NO2] et le dioxyde de soufre [SO2]) ont été utilisées pour déterminer si la population d'une région donnée était exposée à des concentrations de polluants atmosphériques inférieures ou supérieures aux normes. Afin de conclure que la population d'une région est exposée à des concentrations de polluants atmosphériques inférieures aux normes, il fallait constater que chaque polluant atmosphérique était inférieur (ou égal) à la norme qui lui correspond.

De 2005 à 2007 jusqu'à 2014 à 2016, c'est la norme de 8 heures pour O3 qui a été dépassée le plus souvent, suivi de la norme annuelle pour les P2.5. En général, le nombre de dépassements concernant la norme de 24 heures pour les P2,5 et les normes annuelles et de 1 heure pour le NO2 a légèrement baissé. Le nombre de dépassements de la norme de 1 heure pour le SO2 a eu une incidence minime sur les résultats, car les concentrations élevées de SO2 ont tendance à être limitées aux zones proches de la source de SO2 et à toucher une population plus petite. Malgré son incidence minime sur l'indicateur, le SO2 continue à susciter des préoccupations en raison de ses conséquences sur la santé des populations qui vivent à proximité des installations qui émettent du soufre. L'Ontario, le Québec et l'Alberta ont enregistré le plus grand nombre de dépassements de l'une des 6 normes au moins, tandis que Terre-Neuve-et-Labrador et le Manitoba n'ont enregistré aucun dépassement.Note de bas de page 3

Bien que la norme pour l'ozone troposphérique est celle qui a été dépassée le plus souvent, la proportion de la population qui vit dans des régions où ces dépassements ont lieu est passée de 36 % pour la période de 2005 à 2007, à 20 %, pour 2014 à 2016. Le plus grand nombre de dépassements de la norme pour l'ozone troposphérique a été enregistré dans le sud de l'Ontario, où la qualité de l'air peut être influencée par les flux de polluants atmosphériques qui proviennent des États-Unis.

Entre les 2 dernières périodes de référence (soit 2013 à 2015 et 2014 à 2016), la proportion de la population qui vit dans des régions où il y a dépassement de la norme annuelle pour les particules fines est passée de 20 % à 5 %. Cette amélioration est attribuable à un nombre moins grand de grandes villes (Montréal, Québec et Laval) qui ont déclaré des dépassements pour 2014 à 2016.

À propos de l'indicateur

À propos de l'indicateur

Ce que mesure l'indicateur

Cet indicateur mesure la proportion de la population canadienne qui vit dans des régions où les concentrations de polluants atmosphériques extérieurs sont inférieures aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant pour 2020. L'indicateur utilise les normes pour 2020 suivantes (pour plus de détails, veuillez consulter le tableau 1).

  • Particules fines (P2,5) : sur 24 heures et annuelle;
  • Ozone troposphérique (O3) : sur 8 heures;
  • Dioxyde d'azote (NO2) : sur 1 heure et annuelle;
  • Dioxyde de soufre (SO2) : sur 1 heure.Note de bas de page 4

Pourquoi cet indicateur est important

Les Canadiens sont exposés quotidiennement à différents polluants atmosphériques qui peuvent avoir des effets indésirables sur la santé et l'environnement. Il a été établi que l'exposition à certains polluants atmosphériques, même à de faibles concentrations, est liée à l'augmentation des problèmes cardiaques et respiratoires, des hospitalisations, des consultations au service des urgences et des décès prématurés. Le gouvernement du Canada estime que chaque année, 41 décès prématurés sur 100 000 au Canada peuvent avoir un lien avec la pollution atmosphérique.Note de bas de page 5

L'O3 et les P2,5 sont les principaux composants du smog et 2 des polluants atmosphériques les plus répandus. L'exposition à ces polluants, même à de très faibles concentrations, a été associée à des troubles pulmonaires, cardiovasculaires et respiratoires. L'exposition à l'O3 peut causer des irritations de la gorge, la toux, l'essoufflement et la réduction de la fonction pulmonaire, et elle pourrait également aggraver des maladies existantes, comme l'asthme ou d'autres maladies pulmonaires chroniques. L'exposition aux P2,5 peut entraîner des problèmes de santé, comme les crises d'asthme, les bronchites chroniques et les crises cardiaques.

L'exposition au SO2 et au NO2 peut irriter les poumons, diminuer les fonctions pulmonaires et accroître la susceptibilité aux allergènes chez les personnes atteintes d'asthme. L'exposition à long terme au NO2 peut contribuer au développement d'allergies et de l'asthme, comme elle peut augmenter la sensibilité aux infections respiratoires. L'inhalation de NO2 a également été associée à des effets sur le système cardiovasculaire, à certaines conséquences sur la reproduction et à des décès prématurés. À l'instar des P2,5 et de l'O3, le NO2 est connu pour avoir des effets nocifs sur la santé, même à de faibles concentrations.

Outre leurs effets directs sur la santé, le NO2 et le SO2 contribuent aux concentrations de P2,5 et d'O3 dans l'air et ont une incidence sur l'environnement. Le NO2 contribue à la formation d'O3 et de P2,5. Il a aussi une grande incidence sur les dépôts acides (parfois appelés « pluies acides ») et l'eutrophisation. De même, le SO2 contribue, lui aussi, grandement à la formation de dépôts acides.

L'amélioration de la qualité de l'air réduit les incidences de crises cardiaques, les visites à l'hôpital et les crises d'asthme chez les enfants, tout en permettant d'éviter les absences aux établissements d'enseignement et au travail. Un air plus pur peut également réduire les dommages causés aux cultures, aux forêts, aux eaux de surface et aux infrastructures comme les bâtiments et les ponts.Note de bas de page 6

Veuillez consulter la page Pollution atmosphérique : facteurs et incidences pour obtenir de l'information sur les répercussions de la pollution atmosphérique sur la santé humaine, l'économie et l'environnement.

Icône de la Stratégie fédérale de développement durable : Collectivités sûres et en santé

Collectivités sûres et en santé

Cet indicateur suit le progrès de la Stratégie fédérale de développement durable 2019 à 2022 relative à la cible : Augmenter le pourcentage de Canadiens vivant dans des régions où les normes en matière de qualité de l'air sont atteintes de 70 % en 2015 et à 85 % en 2030. Les données les plus récentes disponibles montrent que, au cours des périodes allant de 2005 à 2007 et de 2014 à 2016, le pourcentage de Canadiens qui vivant dans des régions où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant pour 2020 a augmenté de 60 % à 77 %.

De plus, l'indicateur contribue à 2 objectifs des Objectifs de développement durable du Programme de développement durable à l'horizon 2030. Il est lié à l'objectif 3, Bonne santé et bien‑être, et à la cible 3.9, « D'ici à 2030, réduire nettement le nombre de décès et de maladies dus à des substances chimiques dangereuses et à la pollution et à la contamination de l'air, de l'eau et du sol », ainsi qu'à l'objectif 11, Villes et communautés durables, et à la cible 11.6, « D'ici à 2030, réduire l'impact environnemental négatif des villes par habitant, en accordant une attention particulière à la qualité de l'air et à la gestion, notamment municipale, des déchets ».

Indicateurs connexes

L'indicateur sur les Tendances air-santé présente les effets sur la santé publique imputables à l'exposition à la pollution de l'air au Canada.

Les indicateurs sur la Qualité de l'air mesurent les concentrations ambiantes des P2,5, de l'O3, du SO2, du NO2 et des composés organiques volatils (COV) à l'échelle nationale et régionale, ainsi qu'aux stations de surveillance locales.

Les indicateurs sur l'Exposition humaine à des substances nocives suivent les concentrations de quatre substances (mercure, plomb, cadmium et bisphénol A) chez les Canadiens.

Sources des données et méthodes

Sources des données et méthodes

Sources des données

L'indicateur est calculé à partir des données sur les concentrations de polluants atmosphériques et des statistiques démographiques.

Les données sur les concentrations de polluants atmosphériques proviennent de la base de données pancanadienne sur la qualité de l'air d'Environnement et Changement climatique Canada. Les données démographiques ont été extraites des statistiques démographiques de Statistique Canada.

Complément d'information

Données sur les concentrations de pollution atmosphérique

La base de données pancanadienne sur la qualité de l'air contient les données que recueillent les différents réseaux de surveillance.

  • Le Programme du Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique est le fruit d'une collaboration entre Environnement et Changement climatique Canada, les gouvernements provinciaux et territoriaux et certaines municipalités.
  • Pour ce qui est de l'ozone troposphérique, le Réseau canadien d'échantillonnage des précipitations et de l'air est exploité par Environnement et Changement climatique Canada.
    • Des stations de recherche et de surveillance de la pollution atmosphérique en dehors des régions urbaines ont été mises en place dans le cadre de ce réseau.
  • D'autres stations de surveillance provinciales, territoriales et municipales qui transmettent leurs données sur la qualité de l'air à la base de données.

Données démographiques

Les statistiques démographiques pour les années de 2005 à 2016 utilisées dans cet indicateur ont été recueillies auprès de Statistique Canada en septembre 2017.

Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant

En octobre 2012, les ministres de l'Environnement de toutes les provinces et de tous les territoires, hormis le Québec,Note de bas de page 7 ont convenus de mettre en œuvre le système de gestion de la qualité de l'air. Le système constitue un cadre pancanadien complet pour une collaboration visant à mieux protéger la santé humaine et l'environnement grâce à une amélioration continue de la qualité de l'air. Dans le cadre du système, les Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant (NCQAA) constituent le moteur de l'amélioration de la qualité de l'air partout au Canada. Les NCQAA sont des objectifs sur la qualité de l'air axés sur la santé et l'environnement concernant les concentrations de polluants dans l'air extérieur. Ensemble, avec les niveaux de gestion,Note de bas de page 8 les NCQAA servent de référence pour favoriser l'amélioration continue de la qualité de l'air. Les normes ne servent pas de « niveaux maximums de pollution autorisée » et le système encourage les gouvernements à prendre des mesures pour améliorer la qualité de l'air, en tenant compte du fait que certains polluants peuvent avoir des conséquences sur la santé humaine même à des concentrations inférieures aux normes.

Les NCQAANote de bas de page 9 pour 2020 ont été établies sous le régime de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) :

  • pour les particules fines et l'ozone en mai 2013;
  • pour le dioxyde de soufre en octobre 2017;
  • pour le dioxyde d'azote en décembre 2017.
Tableau 1. Normes canadiennes sur la qualité de l'air ambiant pour 2020
Polluant Temps moyen Norme pour 2020
(valeur numérique)
Fiche statistique
Particules fines 24 heures (jour civil) 27 µg/m3 Moyenne triennale du 98e centile annuel des concentrations quotidiennes moyennes sur 24 heures
Particules fines Annuelle (année civile) 8,8 µg/m3 Moyenne triennale de la moyenne annuelle de toutes les concentrations sur une heure
Ozone 8 heures 62 ppb Moyenne triennale de la 4e valeur annuelle la plus élevée des maximums quotidiens des concentrations moyennes sur 8 heures.
Dioxyde d'azote 1 heure 60 ppb Moyenne triennale du 98e centile annuel des maximums quotidiens des concentrations moyennes de NO2 sur une heure
Dioxyde d'azote Annuelle (année civile) 17 ppb Moyenne sur une seule année civile de toutes les concentrations moyennes de NO2 sur une heure.
Dioxyde de soufre 1 heure 70 ppb Moyenne triennale du 99e centile annuel des maximums quotidiens des concentrations moyennes de SO2 sur une heure
Dioxyde de soufre[A] Annuelle (année civile) 5 ppb Moyenne sur une seule année civile de toutes les concentrations moyennes de SO2 sur une heure.

Remarque : [A] La norme annuelle pour le dioxyde de soufre n'est pas utilisée dans cet indicateur parce qu'elle concerne les conséquences sur l'environnement et non celles qui touchent à la santé humaine. Unités : µg/m3 = microgrammes par mètre cube, ppb = parties par milliard.

Méthodes

L'indicateur est calculé en comparant la concentration moyenne des polluants pour chaque zone géographique avec les Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant (NCQAA) correspondantes. Les données relatives à la population totale de toutes les zones géographiques où les concentrations moyennes de tous les polluants sont inférieures ou égales aux normes correspondantes sont comparées à celles de la population nationale.

Complément d'information

Critères d'exhaustivité des données

Les valeurs de concentration aux stations de surveillance sont considérées comme « valides » et ne sont utilisées dans le calcul de l'indicateur que si elles répondent aux critères d'exhaustivité des données énoncés dans le tableau 2.

Tableau 2 : Critères d'exhaustivité des données des stations de surveillance utilisées dans le calcul de l'indicateur
Polluant Temps moyen Critères d'exhaustivité des données et de calcul
Particules fines 24 heures (jour civil)[A]
  • Une concentration quotidienne moyenne sur 24 heures était jugée valide si au moins 75 % (18 heures) des valeurs des concentrations sur 1 heure étaient disponibles pour un jour donné.
  • Un 98e centile de la concentration moyenne quotidienne a été jugé valide si au moins 75 % des valeurs des concentrations moyennes quotidiennes étaient disponibles pour l'année et au moins 60 % des valeurs des concentrations moyennes quotidiennes étaient disponibles pour chaque trimestre[B] d'une année civile.
  • Pour la moyenne triennale, il fallait disposer des données de 2 années sur 3 au moins.
Particules fines Annuelle (année civile)
  • Une concentration quotidienne moyenne sur 24 heures était jugée valide si au moins 75 % (18 heures) des valeurs des concentrations sur 1 heure étaient disponibles pour un jour donné.
  • Une concentration moyenne annuelle a été jugée valide si au moins 75 % des valeurs des concentrations moyennes quotidiennes étaient disponibles pour l'année et au moins 60 % des valeurs des concentrations moyennes quotidiennes étaient disponibles pour chaque trimestre[B] d'une année civile.
  • Pour la moyenne triennale, il fallait disposer des valeurs de 2 années sur 3 au moins.
Ozone 8 heures[A]
  • Les concentrations moyennes mobiles sur 8 heures ont été calculées pour chaque heure de la journée à partir des concentrations moyennes sur 1 heure, ce qui donne jusqu'à 24 concentrations moyennes sur 8 heures par jour.
  • Pour qu'une concentration moyenne mobile sur 8 heures soit valide, il faut disposer de 6 valeurs de concentrations moyennes sur 1 heure.
  • Une concentration quotidienne maximale moyenne sur 8 heures a été jugée valide si au moins 75 % (18 heures) des valeurs des concentrations moyennes mobiles sur 8 heures étaient disponibles pour un jour donné.
  • La 4e valeur annuelle la plus élevée de la concentration moyenne quotidienne maximale sur 8 heures a été jugée valide si au moins 75 % (18 heures) des valeurs des concentrations moyennes sur 8 heures étaient disponibles au cours des deuxième et troisième trimestres confondus (soit les valeurs du 1er avril au 30 septembre).
  • Pour la moyenne triennale, il fallait disposer des valeurs de 2 années sur 3 au moins.
Dioxyde de soufre 1 heure[A]
  • La concentration quotidienne maximale moyenne sur 1 heure a été jugée valide si au moins 75 % (18 heures) des valeurs des concentrations horaires étaient disponibles pour un jour donné.
  • Le 99e centile annuel des concentrations moyennes maximales quotidiennes sur 1 heure a été jugé valide si au moins 75 % des valeurs de toutes les concentrations moyennes maximales quotidiennes sur 1 heure pour l'année et au moins 60 % des valeurs étaient disponibles pour chaque trimestre.
  • Pour la moyenne triennale, il fallait disposer des valeurs de 2 années sur 3 au moins.
Dioxyde d'azote 1 heure[A]
  • La concentration quotidienne maximale moyenne sur 1 heure a été jugée valide si au moins 75 % (18 heures) des valeurs des concentrations horaires étaient disponibles pour un jour donné.
  • Le 98e centile des concentrations moyennes maximales quotidiennes sur 1 heure a été jugé valide si au moins 75 % des valeurs de toutes les concentrations moyennes maximales quotidiennes sur 1 heure pour l'année et au moins 60 % des valeurs étaient disponibles pour chaque trimestre.
  • Pour la moyenne triennale, il fallait disposer des valeurs de 2 années sur 3 au moins.
Dioxyde d'azote Annuelle (année civile)
  • Une concentration moyenne annuelle a été jugée valide si au moins 75 % des valeurs des concentrations moyennes sur une heure étaient disponibles pour l'année et au moins 60 % des valeurs étaient disponibles pour chaque trimestre.

Remarque : [A] Si une station de surveillance dépassait la norme de 24 heures pour les particules fines, la norme de 8 heures pour l'ozone, la norme de 1 heure pour le dioxyde de soufre ou la norme de 1 heure pour le dioxyde d'azote, elle était incluse dans les résultats même si les critères d'exhaustivité des données des données n'étaient pas respectés. [B] Les trimestres civils se calculent comme suit : le 1er trimestre va du 1er janvier au 31 mars; le 2e trimestre va du 1er avril au 30 juin; le 3e trimestre va du 1er juillet au 30 septembre et le 4e trimestre va du 1er octobre au 31 décembre.

Zones géographiques

Chaque station de surveillance de la qualité de l'air est attribuée à une zone géographique. Pour les particules fines, l'ozone troposphérique et le dioxyde d'azote, il s'agit soit d'une région métropolitaine de recensement, d'une division de recensement ou d'une subdivision de recensement de Statistique Canada. Pour chaque année de 2005 à 2016, la taille de la population est établie pour chaque zone géographique dotée d'au moins une station de surveillance.

Comme les concentrations élevées de dioxyde de soufre ont tendance à être localisées autour de sources ponctuelles, la zone géographique attribuée pour le dioxyde de soufre a été limitée à un rayon de 2 kilomètres (km) de la station. Seules les données démographiques à moins de 2 km de la station de surveillance ont été utilisées. Dans ce cas, les données des îlots de diffusion de Statistique Canada ont été utilisées pour calculer la population à moins de 2 km d'une station.

Voir l'annexe A pour la liste des zones géographiques utilisées pour calculer l'indicateur.

Concentrations de polluants atmosphériques par zone géographique

Pour chaque polluant atmosphérique et pour chaque période moyenne, les étapes suivantes ont été utilisées pour attribuer une valeur de concentration à chaque zone géographique.

  1. Une valeur de concentration a d'abord été calculée pour chaque station de surveillance de la zone à l'aide des critères d'exhaustivité et de calcul des données présentées au tableau 2.
  2. La moyenne arithmétique a été calculée à partir des valeurs de concentration de toutes les stations de surveillance de la zone géographique.

Par exemple, Ottawa compte 2 stations de surveillance qui disposent de suffisamment de données. La concentration annuelle moyenne de particules fines à Ottawa est calculée en utilisant les étapes suivantes.

  1. La concentration quotidienne moyenne sur 24 heures pour chaque station de surveillance a été calculée.
    • Si au moins 75 % (18 heures) des valeurs des concentrations sur 1 heure de la station étaient disponibles pour un jour donné (voir le tableau 2).
  2. La concentration annuelle moyenne pour chaque station de surveillance a ensuite été calculée.
    • Si au moins 75 % des concentrations moyennes quotidiennes étaient disponibles pour l'année et si au moins 60 % des concentrations moyennes quotidiennes étaient disponibles pour chaque trimestre d'une année civile (voir le tableau 2).
  3. Enfin, la concentration moyenne annuelle a été calculée en utilisant la moyenne arithmétique de la concentration moyenne annuelle de chaque station de surveillance à Ottawa.

Comparaison avec les normes et population totale exposée à des concentrations inférieures aux normes

La valeur de concentration de chaque polluant a ensuite été comparée à la norme correspondante pour déterminer si la population de la zone géographique était exposée à des niveaux de concentrations de polluants inférieurs ou égaux à la norme correspondante. Cette comparaison a été effectuée pour chaque polluant et pour chaque norme. Si la valeur de concentration pour la zone était inférieure ou égale à la norme correspondante pour l'ensemble des 6 NCQAA, le dénombrement de la population a été enregistré pour la zone géographique. Si au moins une norme était dépassée, la population de la zone géographique était fixée à 0. La population de toutes les zones géographiques dont les concentrations moyennes étaient inférieures ou égales à toutes les NCQAA ont été additionnée. La somme a ensuite été divisée par la population canadienne totale et multipliée par 100 pour obtenir le pourcentage de la population qui vit dans une zone où les concentrations de polluants atmosphériques étaient inférieures aux normes. Voici la formule générale :

100 * (somme de la population exposée à des concentrations inférieures à toutes les NCQAA ÷ population totale du Canada)

Où la population exposée à des concentrations inférieures à toutes les NCQAA = population de Canadiens qui vivent dans des zones géographiques où les concentrations atmosphériques en ozone, en particules fines, en dioxyde de soufreNote de bas de page 10 et en dioxyde d'azote sont toutes inférieures ou égales à leur norme correspondante.

Mises en garde et limites

De 2005 à 2016, environ 62 % de la population vivait dans des zones couvertes par des stations de surveillance de la qualité de l'air désignée qui répondent aux critères d'exhaustivité des données. Voir l'annexe A pour la liste des zones géographiques utilisées dans l'indicateur. L'indicateur se fonde sur l'hypothèse que le reste de la population vit dans des zones où les concentrations d'ozone, de particules fines, de dioxyde de soufre et de dioxyde d'azote dans l'air extérieur sont inférieures ou égales aux normes qui les régissent. Les populations des régions du Nord disposent d'une couverture moins importante, car les stations de surveillance ont tendance à être situées à proximité de zones urbaines qui ont une densité de population plus élevée.

Complément d'information

Cet indicateur sert à faire état du pourcentage de la population canadienne qui vit dans des zones où les concentrations des polluants atmosphériques extérieurs étaient inférieures (ou égales) aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant (NCQAA) pour 2020. L'indicateur n'est pas utilisé pour rendre officiellement compte de l'état d'avancement de la mise en œuvre des normes. Dans le cadre du système de gestion de la qualité de l'air, il incombe aux provinces et aux territoires de rendre compte de la mise en œuvre des normes.

Les méthodes utilisées pour calculer l'indicateur diffèrent de celles utilisées pour rendre compte de l'état d'avancement de la mise en œuvre des NCQAA. Par exemple, pour l'indicateur, la concentration moyenne de toutes les stations de surveillance présentes dans une zone géographique est utilisée aux fins de comparaison avec la norme. Alors que pour rendre compte des NCQAA, ce sont les valeurs de concentration les plus élevées qu'enregistre la station de surveillance d'une zone géographique qui sont utilisées. Cette différence peut permettre d'expliquer pourquoi une zone géographique qui dépasse l'une des NCQAA ne dépasse pas la norme selon l'indicateur.

Il a été supposé que les valeurs des concentrations des zones peuplées où il n'y a pas de station de surveillance étaient inférieures aux normes. Bien qu'il en résulte une certaine incertitude par rapport à la population qui fait l'objet de cette hypothèse, une analyse de sensibilité a indiqué qu'elle n'entraîne pas d'erreur importante. Des recherches et des analyses sont en cours sur des méthodes qui prévoient tenir compte de l'ensemble de la population.

Certaines données recueillies auprès des stations de surveillance ne peuvent être utilisées dans le calcul des indicateurs, parce qu'elles ne répondent pas aux critères d'exhaustivité des données. La suppression de ces données peut avoir une incidence sur le nombre de zones géographiques utilisées par période de référence. Voir l'annexe A pour la liste des zones géographiques utilisées dans l'indicateur.

L'indicateur utilise les concentrations réelles mesurées dans les stations de surveillance. Certaines de ces concentrations peuvent avoir été influencées par les sources de polluants d'autres pays et par la fumée des incendies de forêt qui ont lieu à l'intérieur et à l'extérieur du Canada.

Ressources

Ressources

Références

Conseil canadien des ministres de l'environnement (2012) Guide pour la vérification de la conformité aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant relatives aux particules et à l'ozone (PDF; 264 ko). Consulté le 15 janvier 2020.

Conseil canadien des ministres de l'environnement (2014) Le Système de gestion de la qualité de l'air. Consulté le 15 janvier 2020.

Conseil canadien des ministres de l'environnement (2017) L'Air au Canada. Consulté le 15 janvier 2020.

Conseil canadien des ministres de l'environnement (2019) Guide de gestion pour les zones atmosphériques de gestions (PDF; 233 ko). Consulté le 15 janvier 2020.

Environnement et Changement climatique Canada (2019) Programme du Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique. Consulté le 15 janvier 2020.

Gouvernement du Canada (2019) Les effets de la pollution de l'air sur la santé. Consulté le 15 janvier 2020.

Renseignements connexes

Évaluation scientifique du smog au Canada : faits saillants et messages clés

Pollution atmosphérique : facteurs et incidences

Smog : causes et effets

Annexe A

Annexe A. Zones géographiques utilisées pour calculer l'indicateur

Tableau A.1. Zones géographiques utilisées pour calculer l'indicateur
Subdivision de recensement, région métropolitaine de recensement ou division de recensement Province ou territoire Communauté Périodes de référence utilisées
1 Terre-Neuve-et-Labrador St. John's De 2005-2007 à 2014-2016
1002005 Terre-Neuve-et-Labrador Burin 2014-2016
1005018 Terre-Neuve-et-Labrador Corner Brook De 2005-2007 à 2014-‑2016
1006017 Terre-Neuve-et-Labrador Grand Falls-Windsor De 2005-2007 à 2014‑2016
1010032 Terre-Neuve-et-Labrador Labrador City 2014-2016
1207001 Nouvelle-Écosse Kings, Subd. A. De 2005-2007 à 2013‑2015
1209034 Nouvelle-Écosse Halifax De 2005-2007 à 2014‑2016
1212004 Nouvelle-Écosse Pictou De 2005-2007 à 2014‑2016
1215002 Nouvelle-Écosse Port Hawkesbury De 2005-2007 à 2014‑2016
1217030 Nouvelle-Écosse Cap-Breton De 2005-2007 à 2014‑2016
1301006, 310 Nouveau-Brunswick Saint John De 2005-2007 à 2014‑2016
1302026 Nouveau-Brunswick Saint Andrews De 2005-2007 à 2014‑2016
1307022 Nouveau-Brunswick Moncton De 2005-2007 à 2014‑2016
1310032 Nouveau-Brunswick Fredericton De 2005-2007 à 2014‑2016
1315011 Nouveau-Brunswick Bathurst De 2005-2007 à 2014‑2016
2413045 Québec Auclair De 2005-2007 à 2014‑2016
2418040 Québec Notre-Dame-du-Rosaire De 2005-2007 à 2014‑2016
2423027, 2423 Québec Québec De 2005-2007 à 2014‑2016
2429020 Québec Saint-Hilaire-de-Dorset De 2005-2007 à 2014‑2016
2434058 Québec Deschambault-Grondines De 2005-2007 à 2014‑2016
2437067 Québec Trois-Rivières De 2005-2007 à 2013‑2015
2438020 Québec Lemieux De 2005-2007 à 2014‑2016
2439025 Québec Tingwick De 2005-2007 à 2014‑2016
2441027 Québec La Patrie De 2005-2007 à 2014‑2016
2443027 Québec Sherbrooke De 2005-2007 à 2014‑2016
2445093 Québec Eastman De 2005-2007 à 2014‑2016
2450090 Québec Saint-Zéphirin-de-Courval De 2005-2007 à 2014‑2016
2451080 Québec Charette De 2005-2007 à 2014‑2016
2454090 Québec Saint-Simon De 2005-2007 à 2014‑2016
2456083 Québec Saint-Jean-sur-Richelieu De 2005-2007 à 2014‑2016
2458007 Québec Brossard De 2005-2007 à 2014‑2016
2458227 Québec Longueuil De 2005-2007 à 2014‑2016
2459020 Québec Varennes De 2005-2007 à 2014‑2016
2460028 Québec L'Assomption De 2005-2007 à 2014‑2016
2465005 Québec Laval De 2005-2007 à 2014‑2016
2466023, 2466 Québec Montréal De 2005-2007 à 2014‑2016
2469070 Québec Saint-Anicet De 2005-2007 à 2014‑2016
2478047 Québec Saint-Faustin–Lac‑Carré De 2005-2007 à 2014‑2016
2479097 Québec Ferme-Neuve De 2005-2007 à 2014‑2016
2481017 Québec Gatineau De 2005-2007 à 2014‑2016
2482035 Québec La Pêche De 2005-2007 à 2014‑2016
2485005 Québec Témiscaming De 2005-2007 à 2013‑2015
2486042 Québec Rouyn-Noranda De 2005-2007 à 2014‑2016
2489040 Québec Senneterre De 2005-2007 à 2014‑2016
2490027 Québec Lac-Édouard De 2005-2007 à 2014‑2016
2491050 Québec La Doré De 2005-2007 à 2014‑2016
2494068 Québec Saguenay De 2005-2007 à 2014‑2016
3501012 Ontario Cornwall De 2005-2007 à 2014‑2016
3501020 Ontario South Dundas De 2005-2007 à 2013‑2015
3506008 Ontario Ottawa De 2005-2007 à 2014‑2016
3510010 Ontario Kingston De 2005-2007 à 2014‑2016
3512005 Ontario Belleville De 2005-2007 à 2013‑2015
3515014 Ontario Peterborough De 2005-2007 à 2014‑2016
3518013 Ontario Oshawa De 2005-2007 à 2014‑2016
3519048 Ontario Newmarket De 2005-2007 à 2014‑2016
3520005 Ontario Toronto De 2005-2007 à 2014‑2016
3521005 Ontario Mississauga De 2005-2007 à 2014‑2016
3521010 Ontario Brampton De 2005-2007 à 2014‑2016
3523008 Ontario Guelph De 2005-2007 à 2014‑2016
3524001 Ontario Oakville De 2005-2007 à 2014‑2016
3524002 Ontario Burlington De 2005-2007 à 2014‑2016
3525005 Ontario Hamilton De 2005-2007 à 2014‑2016
3526053 Ontario St. Catharines De 2005-2007 à 2014‑2016
3528052 Ontario Comté de Norfolk De 2005-2007 à 2014‑2016
3529006 Ontario Brantford De 2005-2007 à 2014‑2016
3530013 Ontario Kitchener De 2005-2007 à 2014‑2016
3534020 Ontario Central Elgin De 2005-2007 à 2014‑2016
3536020 Ontario Chatham-Kent De 2005-2007 à 2014‑2016
3537016 Ontario Essex De 2005-2007 à 2013‑2015
3537039 Ontario Windsor De 2005-2007 à 2014‑2016
3538030 Ontario Sarnia De 2005-2007 à 2014‑2016
3539036 Ontario London De 2005-2007 à 2014‑2016
3540005 Ontario South Huron De 2005-2007 à 2014‑2016
3541024 Ontario Kincardine De 2005-2007 à 2014‑2016
3543042 Ontario Barrie De 2005-2007 à 2014‑2016
3544027 Ontario Lake of Bays De 2005-2007 à 2014‑2016
3547090 Ontario Laurentian Hills De 2005-2007 à 2014‑2016
3548044 Ontario North Bay De 2005-2007 à 2014‑2016
3549032 Ontario Parry Sound De 2005-2007 à 2014‑2016
3553005 Ontario Greater Sudbury De 2005-2007 à 2014‑2016
3557061 Ontario Sault Ste. Marie De 2005-2007 à 2014‑2016
3558004 Ontario Thunder Bay De 2005-2007 à 2014‑2016
4607062 Manitoba Brandon De 2005-2007 à 2014‑2016
4611040, 602 Manitoba Winnipeg De 2005-2007 à 2014‑2016
4706027 Saskatchewan Regina De 2005-2007 à 2014‑2016
4711066 Saskatchewan Saskatoon De 2005-2007 à 2014‑2016
4715066 Saskatchewan Prince Albert De 2005-2007 à 2014‑2016
4801006 Alberta Medicine Hat De 2005-2007 à 2014‑2016
4802012 Alberta Lethbridge De 2005-2007 à 2014‑2016
825 Alberta Calgary De 2005-2007 à 2014‑2016
4808011 Alberta Red Deer De 2005-2007 à 2014‑2016
4809002 Alberta Comté de Clearwater De 2005-2007 à 2014‑2016
4810058 Alberta Comté de Lamont De 2005-2007 à 2014‑2016
4810068 Alberta Improvement District No. 13 Elk Island De 2005-2007 à 2013‑2015
4811061, 835 Alberta Edmonton De 2005-2007 à 2014‑2016
4812002 Alberta Cold Lake De 2005-2007 à 2014‑2016
4812014 Alberta Comté de Saint-Paul County no 19 De 2005-2007 à 2014‑2016
4814003 Alberta Comté de Yellowhead De 2005-2007 à 2013‑2015
4814019 Alberta Hinton De 2005-2007 à 2014‑2016
4814024 Alberta Edson De 2005-2007 à 2014‑2016
860 Alberta Wood Buffalo De 2005-2007 à 2014‑2016
4818015 Alberta Greenview no 16 De 2005-2007 à 2013‑2015
4819006 Alberta Comté de Grande Prairie no 1 De 2005-2007 à 2014‑2016
4819012 Alberta Grande Prairie De 2005-2007 à 2014‑2016
5903045 Colombie-Britannique Castlegar 2014-2016
5909009 Colombie-Britannique Hope De 2005-2007 à 2014‑2016
5909020 Colombie-Britannique Chilliwack De 2005-2007 à 2014‑2016
932 Colombie-Britannique Abbotsford De 2005-2007 à 2014‑2016
933 Colombie-Britannique Vancouver De 2005-2007 à 2014‑2016
5909032 Colombie-Britannique Kent 2014-2016
935 Colombie-Britannique Victoria De 2005-2007 à 2014‑2016
5919012 Colombie-Britannique Duncan De 2005-2007 à 2014‑2016
5921007 Colombie-Britannique Nanaimo De 2005-2007 à 2014‑2016
5923019 Colombie-Britannique Ucluelet 2014-2016
5924034 Colombie-Britannique Campbell River De 2005-2007 à 2013‑2015
5926010 Colombie-Britannique Courtenay De 2005-2007 à 2014‑2016
5931006 Colombie-Britannique Squamish De 2005-2007 à 2014‑2016
5931020 Colombie-Britannique Whistler De 2005-2007 à 2014‑2016
5933042 Colombie-Britannique Kamloops De 2005-2007 à 2014‑2016
5935010 Colombie-Britannique Kelowna De 2005-2007 à 2014‑2016
5937014 Colombie-Britannique Vernon De 2005-2007 à 2014‑2016
5941009 Colombie-Britannique Williams Lake De 2005-2007 à 2014‑2016
5941013 Colombie-Britannique Quesnel De 2005-2007 à 2014‑2016
5949011 Colombie-Britannique Terrace 2014-2016
5951043 Colombie-Britannique Smithers De 2005-2007 à 2014‑2016
5953023 Colombie-Britannique Prince George De 2005-2007 à 2014‑2016
6001009 Yukon Whitehorse De 2005-2007 à 2013‑2015
6101017 Territoires du Nord‑Ouest Inuvik De 2005-2007 à 2014‑2016
6102007 Territoires du Nord‑Ouest Norman Wells De 2005-2007 à 2014‑2016
6106023 Territoires du Nord‑Ouest Yellowknife De 2005-2007 à 2014‑2016
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :