Émissions de polluants atmosphériques

Accéder au PDF (3,29 Mo)

La pollution atmosphérique, tels que le smog et les pluies acides, est le résultat du rejet de polluants dans l'atmosphère. La majorité de ces polluants est libérée par l'activité humaine, notamment le transport, l'utilisation de combustibles pour l'électricité et le chauffage et par diverses activités industrielles. Les indicateurs sur les oxydes de soufre (SOX), les oxydes d'azote (NOX), les composés organiques volatils (COV), le monoxyde de carbone (CO), l'ammoniac (NH3), les particules fines (P2,5), et le carbone noir, un composant des P2,5, rapportent les émissions générées par l'activité humaine.

Sommaire

Sommaire

Aperçu des résultats

  • En 2018, les émissions de 5 principaux polluants atmosphériques (SOX, NOX, COV, CO et P2,5) étaient de 73 % à 11 % inférieures par rapport à 1990.
  • Le niveau des émissions de NH3 était 21 % plus élevé qu'en 1990.

Émissions de polluants atmosphériques, Canada, 1990 à 2018

Émissions de polluants atmosphériques, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions de polluants atmosphériques, Canada, 1990 à 2018
Année
Oxydes de soufre (changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Oxydes d'azote (changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Composés organiques volatiles (changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Ammoniac (changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Monoxyde de carbone (changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Particules fines (changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
1990 0 0 0 0 0 0
1991 -7 -3 -2 -1 -2 -3
1992 -11 -2 -2 2 -3 -5
1993 -14 1 1 3 0 -6
1994 -21 6 2 6 0 -4
1995 -16 8 2 13 -2 -8
1996 -16 11 1 17 -5 -7
1997 -18 17 -1 19 -8 -6
1998 -19 19 -1 19 -8 -13
1999 -22 22 -4 18 -10 -14
2000 -22 21 -6 20 -12 -16
2001 -22 15 -14 20 -19 -18
2002 -24 13 -14 23 -21 -21
2003 -26 11 -17 22 -23 -22
2004 -25 6 -18 25 -28 -26
2005 -29 2 -21 24 -36 -27
2006 -36 -5 -25 21 -40 -26
2007 -37 -4 -26 22 -41 -23
2008 -43 -7 -27 20 -43 -19
2009 -52 -13 -33 16 -46 -26
2010 -55 -12 -32 14 -46 -21
2011 -58 -14 -37 14 -49 -19
2012 -59 -19 -36 18 -51 -13
2013 -59 -21 -35 21 -52 -13
2014 -61 -23 -35 19 -53 -13
2015 -65 -26 -36 19 -54 -12
2016 -66 -28 -39 20 -54 -12
2017 -69 -26 -39 17 -54 -12
2018 -73 -25 -37 21 -54 -11

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles comme les feux de forêt et la végétation.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Complément d'information

Entre 1990 et 2018, les réductions d'émissions les plus importantes ont été observées pour les SOX avec une diminution de 73 %, suivies par les émissions de CO (54 %), de COV (37 %), de NOX (25 %) et de P2,5 (11 %). Ces réductions depuis 1990 sont en partie le résultat des mesures prises par le gouvernement et des initiatives volontaires des principaux émetteurs industriels mises en place pour réduire ou éliminer les émissions de polluants atmosphériques au Canada. Pour les P2,5, depuis 2010, les émissions sont en augmentation constante, dépassant les réductions observées sur la période. Par rapport à 2017, il y a eu une légère tendance à la hausse de tous les polluants à l'exception des SOX.

En 2018, la majorité des émissions des 6 principaux polluants atmosphériques au Canada provenait de minerais et industries minérales, du transport, de l'industrie pétrolière et gazière, de l'agriculture, de la poussière et des feux (par exemple, la poussière des routes et les feux prescrits).

Répartition des émissions de polluants atmosphériques par source, Canada, 2018

Répartition des émissions de polluants atmosphériques par source, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Répartition des émissions de polluants atmosphériques par source, Canada, 2018
Source Oxydes de soufre (pourcentage des émissions nationales) Oxydes d'azote (pourcentage des émissions nationales) Composés organiques volatils (pourcentage des émissions nationales) Ammoniac (pourcentage des émissions nationales) Monoxyde de carbone (pourcentage des émissions nationales) Particules fines (pourcentage des émissions nationales)
Industrie pétrolière et gazière 32,2 27,5 35,2 0,5 9,9 0,8
Fabrication 5,6 3,9 5,3 2,5 2,4 1,0
Minerais et industries minérales 31,9 4,7 0,6 0,3 9,2 2,1
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) 1,2 40,9 8,4 1,6 33,1 1,3
Véhicules hors route et équipement mobile 10,5 7,3 <0,1 22,9 1,0
Chauffage des bâtiments et production d'énergie 0,5 3,6 0,2 0,1 0,6 0,3
Services d'électricité 27,2 7,3 <0,1 <0,1 0,6 0,2
Combustion de bois de chauffage 0,3 1,1 11,9 0,4 20,5 9,9
Incinération et déchets 0,3 0,2 0,5 0,8 0,3 0,2
Utilisation de peintures et solvants n/a <0,1 21,5 n/a n/a <0,1
Agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) 0,7 0,2 6,0 93,5 <0,1 23,5
Poussière et feux <0,1 <0,1 <0,1 <0,1 0,4 58,8
Divers <0,1 <0,1 2,8 0,1 0,1 1,0

Remarque : Les pourcentage ayant été arrondis, leur somme pourrait ne pas correspondre à 100.

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles comme les feux de forêt et la végétation. La catégorie « poussière et feux » comprend les émissions provenant des activités humaines telles que le brûlage dirigé et la poussière des routes. Se reporter au Tableau 2 des Sources de données et méthodes pour une liste complète des sources de polluants atmosphériques inclus dans chaque catégorie.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Les sources anthropiques responsables de la majorité des émissions de polluants atmosphériques au Canada en 2018 étaient :

  • l'industrie pétrolière et gazière, les minerais et industries minérales et les services d'électricité représentaient la majorité des émissions de SOX;
  • le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) était une source clé d'émissions de NOX et de CO;
  • les véhicules hors route et l'équipement mobile et la combustion de bois de chauffage étaient aussi d'importantes sources d'émissions de CO, et l'industrie pétrolière et gazière était une source importante d'émissions de NOX;
  • la majeure partie des émissions de COV provenaient de l'industrie pétrolière et gazière, et de l'utilisation de peintures et de solvants;
  • l'agriculture (le bétail, les cultures agricoles et l'engrais) était responsable de la majorité des émissions NH3; et
  • la poussière et les feux étaient les sources les plus importantes d'émissions de P2,5.

À l'échelle provinciale, les émissions des 6 principaux polluants atmosphériques en 2018 étaient :

  •  les plus élevées en Alberta pour le SOX (27 % des émissions à l'échelle nationale), le NOX (36 %), les COV (31 %), le NH3 (27 %) et le P2,5 (33 %);
  •  les plus élevées au Québec pour le CO (28 %);
  •  les deuxièmes plus élevées en Ontario pour le SOX (18 % des émissions à l'échelle nationale),  les COV (21 %) et de CO (24 %); et
  •  également importantes en Colombie britannique et Saskatchewan pour le NH3 et le P2,5, représentant environ 16 %, 21 % et 30 % des émissions de ces polluants à l'échelle nationale.

Répartition des émissions de polluants atmosphériques par province et territoire, Canada, 2018

Répartition des émissions de polluants atmosphériques par province et territoire, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Répartition des émissions de polluants atmosphériques par province et territoire, Canada, 2018
Province ou territoire Oxydes de soufre
(pourcentage des émissions nationales)
Oxydes d'azote
(pourcentage des émissions nationales)
Composés organiques volatils
(pourcentage des émissions nationales)
Ammoniac
(pourcentage des émissions nationales)
Monoxyde de carbone
(pourcentage des émissions nationales)
Particules fines
(pourcentage des émissions nationales)
Terre-Neuve- et-Labrador 2,3 2,6 1,5 0,2 1,8 1,1
Île-du-Prince- Édouard <0,1 0,2 0,4 0,6 0,5 0,3
Nouvelle- Écosse 8,1 2,9 2,1 0,7 3,0 1,3
Nouveau-Brunswick 2,8 1,8 1,7 0,7 2,6 0,9
Québec 12,3 12,4 16,4 14,3 27,8 10,0
Ontario 18,0 15,8 20,7 18,5 24,5 12,3
Manitoba 5,0 2,6 3,6 12,4 3,2 6,8
Saskatchewan 14,4 8,6 13,8 21,3 5,3 29,8
Alberta 27,5 36,1 31,0 27,1 17,9 32,7
Colombie- Britannique 9,4 15,8 8,5 4,3 13,0 4,3
Yukon <0,1 0,1 <0,1 <0,1 0,1 0,2
Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 0,2 1,0 0,1 <0,1 0,2 0,3

Remarque : Les pourcentage ayant été arrondis, leur somme pourrait ne pas correspondre à 100.

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Polluants
Oxydes de soufre

Émissions d'oxydes de soufre par source

Les émissions d'oxydes de soufre (SOX) dans l'atmosphère peuvent avoir des effets nuisibles sur la santé humaine et l'environnement. Les émissions de SOX générées par l'activité humaine consistent principalement de dioxyde de soufre (SO2). Le SO2 peut avoir des effets néfastes sur le système respiratoire des humains et des animaux et causer des dommages à la végétation, aux bâtiments et aux matériaux. Il s'agit également d'un précurseur des particules fines (P2,5) et des pluies acides.

Aperçu des résultats

  • Entre 1990 et 2018, les émissions de SOX ont diminué de 73 % pour atteindre 811 kilotonnes (kt) en 2018.
  • En 2018, trois sources représentaient 91 % (741 kt) des émissions totales de SOX: l'industrie pétrolière et gazière, les minerais et industries minérales et les services d'électricité.

Émissions totales d'oxydes de soufre par source, Canada, 1990 à 2018

Émissions totales d'oxydes de soufre par source, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions totales d'oxydes de soufre par source, Canada, 1990 à 2018
Année Industrie pétrolière
et gazière
(émissions en kilotonnes)
Minerais et industries
minérales
(émissions en kilotonnes)
Services d'électricité
(émissions en kilotonnes)
Autres sources
(émissions en kilotonnes)
Émissions totales
(émissions en kilotonnes)
1990 531,0 1 481,2 618,4 425,8 3 056,3
1991 535,2 1 334,3 592,1 378,0 2 839,6
1992 575,6 1 169,3 610,7 363,6 2 719,2
1993 602,4 1 112,6 547,2 370,3 2 632,5
1994 595,5 891,9 559,8 372,5 2 419,7
1995 589,6 1 105,6 532,6 327,2 2 555,0
1996 587,2 1 089,0 542,2 346,4 2 564,7
1997 542,1 1 032,1 591,3 350,1 2 515,6
1998 511,0 1 019,4 603,6 348,6 2 482,5
1999 507,1 925,3 601,1 354,1 2 387,7
2000 504,7 914,4 619,2 355,6 2 393,9
2001 486,8 911,6 623,9 351,3 2 373,7
2002 459,0 904,0 624,3 347,3 2 334,6
2003 467,2 812,4 630,4 358,1 2 268,1
2004 459,6 874,6 581,5 364,3 2 280,1
2005 452,4 857,4 521,9 335,1 2 166,8
2006 415,8 828,5 458,9 263,8 1 967,0
2007 390,8 779,3 491,9 254,4 1 916,4
2008 369,3 715,5 427,5 221,6 1 733,9
2009 366,5 523,0 384,0 199,3 1 472,8
2010 332,6 501,9 334,0 193,7 1 362,2
2011 323,5 467,6 293,2 189,1 1 273,4
2012 324,1 477,7 284,2 174,5 1 260,5
2013 308,5 492,2 278,2 164,1 1 242,9
2014 277,7 487,3 269,2 163,0 1 197,2
2015 252,9 482,9 251,5 79,8 1 067,2
2016 244,8 481,3 253,1 72,4 1 051,5
2017 253,7 388,9 245,5 69,0 957,2
2018 261,4 258,8 220,3 70,4 811,0

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation. La catégorie « autres sources » comprend les émissions issues du transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime), des véhicules hors route et de l'équipement mobile, de la combustion de bois de chauffage, de l'incinération et des déchets, de l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais), de la poussière et des feux, des peintures et solvants, du chauffage des bâtiments et de la production d'énergie, de la fabrication et d'autres sources diverses. Se reporter au Tableau 2 des Sources de données et méthodes pour une liste complète des sources de polluants atmosphériques inclus dans chaque catégorie.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

En 2018, l'industrie pétrolière et gazière et l’industrie des minéraux et du minerai représentait chaque environ 32 % des émissions totales à l’échelle nationale de SOX (261 kt et 259 kt). Les services d'électricité suivent, avec respectivement 27 % (220 kt) des émissions totales à l’échelle nationale. Pour l’industrie des minéraux et du minerai, 54 % (140 kt) de ses émissions de SOX provenaient de l'industrie de la fonte et de l'affinage de métaux non ferreux. 

La réduction la plus importante des émissions entre 1990 et 2018 provenait de l'industrie des minéraux et du minerai avec une réduction des émissions de 1 222 kt. La réduction la plus importante de cette industrie provenait de l'industrie de la fonte et de l'affinage de métaux non ferreux, avec une réduction des émissions de 1 132 kt au cours de la période.

Cette diminution importante des émissions de SOX entre 1990 et 2018 est due en grande partie aux mesures prises par le gouvernement pour lutter contre les pluies acides et aux accords entre les gouvernements fédéral et provinciaux ainsi qu'avec les États-UnisNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 visant à imposer une limite sur les émissions de SOX dès 1994. D'autres réductions ont été réalisées par :

  • la mise à niveau des technologies, de nouveaux contrôles de la pollution atmosphérique pour les fonderies de métaux non ferreux et la fermeture de 3 grandes fonderies au Manitoba, en Ontario et au Québec;
  • des émissions moins élevées provenant de centrales hydroélectriques alimentées aux combustibles fossiles (par exemple, le charbon) en raison de meilleures technologies et de fermetures de centrales (par exemple, l'élimination des centrales électriques au charbon en Ontario);
  • de meilleures technologies de contrôle des émissions dans le secteur pétrolière et gazière; et
  •  la mise en place de règlements en matière de carburants à faible teneur en soufre.Note de bas de page 3 Note de bas de page 4

Émissions d'oxydes de soufre par province et territoire

Aperçu des résultats

  • En 2018, 46 % (369 kt) des émissions de SOX à l'échelle nationale provenaient de l'Ontario et de l'Alberta.
  • Entre 1990 et 2018,
    • la réduction la plus importante a été observée en Ontario. Les émissions de la province ont diminué de 980 kt (87 %);
    • la Saskatchewan est la seule province à avoir connu une augmentation de SOX (21 % ou 20 kt).

Émissions d'oxydes de soufre par province et territoire, Canada, 1990 et 2018

Émissions d'oxydes de soufre par province et territoire, Canada, 1990 et 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions d'oxydes de soufre par province et territoire, Canada, 1990 et 2018
Province ou territoire 1990
(émissions en kilotonnes)
2018
(émissions en kilotonnes)
Terre-Neuve-et-Labrador 73,7 18,7
Île-du-Prince-Édouard 4,0 0,3
Nouvelle-Écosse 207,5 65,5
Nouveau-Brunswick 111,5 22,4
Québec 268,8 100,1
Ontario 1126,2 146,2
Manitoba 509,2 40,3
Saskatchewan 97,0 117,0
Alberta 513,5 223,0
Colombie-Britannique 125,8 76,1
Yukon 0,7 <0,1
Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 18,5 1,3

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

L'Alberta présentait le niveau d'émissions de SOX le plus élevé en 2018, et comptait pour 27 % (223 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. Les émissions de la province provenaient principalement de l'industrie pétrolière et gazière et les services d'électricité, combinés représentant 94 % (210 kt) des émissions.

L'Ontario était le deuxième plus grand émetteur de SOX en 2018, représentant 18 % (146 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. Les minerais et industries minérales ont été la principale source d'émissions de SOX dans la province en 2018. La forte diminution des émissions de SOX en Ontario entre 1990 et 2018 était due principalement à la réduction des émissions provenant des minerais et industries minérales (en particulier l'industrie de la fonte et de l'affinage de métaux non ferreux) et des services d'électricité.

La Saskatchewan s'est classé troisième, avec 14 % (117 kt) des émissions à l'échelle nationale; les services d'électricité étant la source la plus importante dans la province.

Émissions d'oxydes de soufre par installation

L'Inventaire national des rejets de polluants fournit des renseignements détaillés sur les émissions de polluants atmosphériques provenant des installations industrielles et commerciales qui répondent à ses critères de déclaration.

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement donne accès à cette information par l'entremise d'une carte interactive. La carte vous permet d’explorer les émissions de SOX d'installations individuelles.

Émissions d'oxydes de soufre par installation déclarante, Canada, 2018

Émissions d'oxydes de soufre par installation déclarante, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Description longue

La carte du Canada montre la quantité des émissions d'oxyde de soufre en 2018 par installation déclarante. Les catégories sont : 0 à 25 tonnes, 25 à 100 tonnes,  100 à 500 tonnes, 500 à 2 000 tonnes, 2 000 à 6 000 et 6 000 tonnes ou plus.

Remarque : Les émissions d'oxydes de soufre déclarées par les installations représentent 90 % des émissions d'oxydes de soufre à l'échelle nationale.
Source :
 Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire national des rejets de polluants.

Explorer les données avec la carte interactive

Oxydes d'azote

Émissions d'oxydes d'azote par source

Les oxydes d'azote (NOX) comprennent les émissions de monoxyde d'azote (NO) et le dioxyde d'azote (NO2). Le dioxyde d'azote peut avoir des effets nocifs sur la santé humaine et l'environnement. Les oxydes d'azote contribuent aux pluies acides, qui peuvent mener à l'acidification des écosystèmes terrestres et aquatiques. Ils contribuent également à l'eutrophisation des lacs et à la formation d'ozone troposphérique (O3) et de particules fines (P2,5).

Aperçu des résultats

  •  En 2018, les émissions de NOX étaient de 1 768 kilotonnes (kt), une baisse de 25 % par rapport à 1990.
  • Le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) représentait la principale source d'émissions de NOX avec 41 % (723 kt) des émissions totales en 2018.

Émissions totales d'oxydes d'azote par source, Canada, 1990 à 2018

Émissions totales d'oxydes d'azote par source, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions totales d'oxydes d'azote par source, Canada, 1990 à 2018
Année Transport
(routier, ferroviaire, aérien et maritime)
(émissions en kilotonnes)
Industrie pétrolière et gazière
(émissions en kilotonnes)
Autres sources
(émissions en kilotonnes)
Véhicules hors route et équipement mobile
(émissions en kilotonnes)
Services d'électricité
(émissions en kilotonnes)
Émissions totales
(émissions en kilotonnes)
1990 983,0 345,8 395,4 387,0 257,0 2 368,2
1991 936,9 339,4 381,1 377,4 250,9 2 285,8
1992 947,4 356,0 373,5 386,7 262,9 2 326,5
1993 963,6 381,2 381,9 412,6 243,0 2 382,3
1994 1 012,3 413,1 388,6 446,4 240,0 2 500,4
1995 1 015,0 429,5 387,2 481,1 248,1 2 560,8
1996 1 063,2 441,6 384,0 472,6 269,0 2 630,4
1997 1 146,9 485,2 382,5 469,8 287,7 2 772,2
1998 1 220,8 496,3 369,1 422,9 310,1 2 819,2
1999 1 292,3 513,5 371,9 400,4 306,4 2 884,4
2000 1 304,7 459,1 374,3 393,3 326,8 2 858,2
2001 1 271,4 453,3 353,1 337,9 313,0 2 728,7
2002 1 202,0 453,3 383,8 324,8 314,9 2 678,8
2003 1132,5 496,0 378,2 340,5 293,0 2 640,2
2004 1 091,4 430,4 373,2 341,5 267,5 2 504,0
2005 1 072,5 430,6 342,5 309,9 253,7 2 409,2
2006 1 023,8 430,2 293,5 286,1 224,4 2 258,0
2007 1 001,9 453,5 280,7 288,5 238,8 2 263,4
2008 962,5 463,8 260,9 279,7 225,1 2 192,0
2009 889,5 460,0 234,5 264,8 218,0 2 066,8
2010 871,1 451,8 243,1 283,5 233,7 2 083,1
2011 859,9 464,7 250,0 254,2 199,8 2 028,7
2012 820,8 460,9 244,1 223,0 166,3 1 915,0
2013 785,9 464,6 242,6 214,5 162,0 1 869,6
2014 734,7 476,6 245,9 200,9 167,2 1 825,4
2015 688,6 478,0 240,8 196,6 152,4 1 756,3
2016 677,5 470,5 233,2 161,7 152,8 1 695,7
2017 703,0 480,8 245,0 173,8 145,2 1 747,7
2018 722,6 486,1 244,0 186,1 128,8 1 767,6

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation. La catégorie « autres sources » comprend les émissions issues des minerais et industries minérales, de la fabrication, du chauffage des bâtiments et de la production d'énergie, de la combustion de bois de chauffage, de l'incinération et des déchets, de l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais), de la poussière et des feux, des peintures et solvants et d'autres sources diverses. Se reporter au Tableau 2 des Sources des données et méthodes pour une liste complète des sources de polluants atmosphériques inclus dans chaque catégorie. Les chiffres ayant été arrondis, leur somme pourrait ne pas correspondre au total indiqué.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Bien que le secteur du transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) représentait la principale source d'émissions de NOX, il a également connu la plus grande réduction d'émissions entre 1990 et 2018. Les émissions de NOX de ce secteur ont diminué de 260 kt, soit de 26 % pendant cette période.

Les émissions de NOX de l'industrie pétrolière et gazière représentaient la deuxième plus grande proportion des émissions de NOX en 2018, soit 27 % (486 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. Ce secteur a également enregistré la plus grande augmentation des émissions, soit 41 % (140 kt) entre 1990 et 2018, contrebalançant partiellement les réductions des autres secteurs.

La baisse des émissions de NOX entre 1990 et 2018 est plus particulièrement attribuable à 2 facteurs :

  • la réduction des émissions provenant du transport après 2000, compte tenu de l'utilisation progressive de technologies et de carburants plus propres pour les véhicules;
  • des émissions moins élevées provenant de centrales électriques alimentées aux combustibles fossiles (par exemple, le charbon) grâce à l'utilisation de technologies de contrôle des émissions et à la fermeture de certaines de ces centrales (par exemple, la fermeture des centrales au charbon en Ontario).
Plus récemment, depuis 2016, les émissions de NOX ont commencé à augmenter principalement en raison de l'augmentation des émissions provenant du transport et de l'industrie pétrolière et gazière.

Émissions d'oxydes d'azote par province et territoire

Aperçu des résultats

  • L'Alberta a émis la majorité des émissions de NOX en 2018 parmi les provinces et territoires. Les émissions de la province représentaient 36 % (638 kt) des émissions à l'échelle nationale.
  • Entre 1990 et 2018,
    • la réduction la plus importante a été observée en Ontario. Les émissions ont diminué de 320 kt (53 %) dans la province;
    • les émissions de NOX ont légèrement augmenté en Saskatchewan et ont augmenté de (23 % ou 3 kt) pour Nunavut et Territoires du Nord-Ouest combinés.

    Émissions d'oxydes d'azote par province et territoire, Canada, 1990 et 2018

Émissions d'oxydes d'azote par province et territoire, Canada, 1990 et 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions d'oxydes d'azote par province et territoire, Canada, 1990 et 2018
Province ou territoire 1990
(émissions en kilotonnes)
2018
(émissions en kilotonnes)
Terre-Neuve-et-Labrador 59,9 46,1
Île-du-Prince-Édouard 8,3 4,1
Nouvelle-Écosse 90,4 51,4
Nouveau-Brunswick 82,4 31,9
Québec 345,2 218,6
Ontario 599,7 279,4
Manitoba 73,0 46,6
Saskatchewan 144,8 151,3
Alberta 643,1 638,5
Colombie-Britannique 302,7 279,5
Yukon 3,8 2,0
Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 14,8 18,2

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

L'industrie pétrolière et gazière est une source importante d'émissions de NOX en Alberta, représentant 60 % (380 kt) des émissions de NOX de la province en 2018. La contribution croissante de ce secteur aux émissions de la province entre 1990 et 2018 a été contrebalancé par des réductions d’émissions dans les secteurs du transport et des services d'électricité durant cette période.

L'Ontario et la Colombie-Britannique représentaient la deuxième plus importante source d'émissions de NOX en 2018, chacune comptant pour 16 % (279 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. Le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) était la source la plus importante dans les 2 provinces, suivie par les véhicules hors route et l'équipement mobile en Ontario et l'industrie pétrolière et gazière en Colombie-Britannique. Cependant, l’Ontario a enregistré la plus grande diminution des niveaux d'émissions (320 kt) entre 1990 et 2018, en grande partie en raison des réductions des émissions issues du transport, des services d'électricité et des véhicules hors route et de l'équipement mobile.

Le Québec est arrivée au quatrième rang, avec 12 % (219 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. Le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) était la source la plus importante de NOX dans cette province.

Émissions d'oxydes d'azote par installation

L'Inventaire national des rejets de polluants fournit des renseignements détaillés sur les émissions de polluants atmosphériques provenant des installations industrielles et commerciales qui répondent à ses critères de déclaration.

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement donne accès à cette information par l'entremise d'une carte interactive. La carte vous permet d’explorer les émissions de NOX d'installations individuelles.

Émissions d'oxydes d'azote par installation déclarante, Canada, 2018 

Émissions d'oxydes d'azote par installation déclarante, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Description longue

La carte du Canada montre la quantité d'oxydes d'azote en tonnes en 2018 par installation déclarante. Les catégories sont : 0 à 50 tonnes, 50 à 100 tonnes,  100 à 200 tonnes, 200 à 400 tonnes, 400 à 800 tonnes, 800 tonnes ou plus.

Remarque : Les émissions d'oxydes d'azote déclarées par les installations représentent 32 % des émissions d'oxydes d'azote à l'échelle nationale.
Source :
 Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire national des rejets de polluants.

Explorer les données avec la carte interactive

Composés organiques volatils

Émissions de composés organiques volatils par source

Les composés organiques volatils (COV) sont des gaz et des vapeurs contenant du carbone, émis dans l'air par des sources naturelles et par l'activité humaine.Note de bas de page 5 Il existe des centaines de COV émis dans l'air qui nuisent à la santé des Canadiens et à l'environnement. Les COV sont des précurseurs primaires de la formation d'ozone troposphérique et de particules, qui représentent les principaux polluants contribuant à la formation de smog.

Aperçu des résultats

  • En 2018, les émissions de COV au Canada étaient de 1 914 kilotonnes (kt), ce qui représente une diminution de 1 123 kt (37 %) par rapport aux niveaux de 1990.
  • Depuis 2000, l'industrie pétrolière et gazière a été le plus grand contributeur aux émissions de COV. En 2018, ce secteur générait 35 % (674 kt) des émissions totales.

Émissions totales de composés organiques volatils par source, Canada, 1990 à 2018

Émissions totales de composés organiques volatils par source, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions totales de composés organiques volatils par source, Canada, 1990 à 2018
Année Industrie pétrolière et gazière
(émissions en kilotonnes)
Peintures et solvants
(émissions en kilotonnes)
Combustion de bois de chauffage
(émissions en kilotonnes)
Autres sources
(émissions en kilotonnes)
Transport
(routier, ferroviaire, aérien et maritime)
(émissions en kilotonnes)
Véhicules hors route
et équipement mobile
(émissions en kilotonnes)
Fabrication
(émissions en kilotonnes)
Émissions totales
(émissions en kilotonnes)
1990 599,7 357,5 356,5 259,0 388,9 816,8 258,7 3 037,1
1991 594,5 350,0 351,4 260,0 372,9 789,1 255,3 2 973,3
1992 608,9 352,2 335,9 245,4 372,0 797,7 256,5 2 968,5
1993 635,4 351,4 352,1 267,4 370,7 817,6 273,3 3 067,9
1994 648,6 362,1 358,4 265,4 371,7 821,9 275,4 3 103,6
1995 660,5 375,2 342,1 263,2 359,5 822,3 265,2 3 087,9
1996 688,4 373,0 338,4 255,0 352,8 800,8 264,2 3 072,7
1997 678,4 374,9 322,6 243,6 353,1 761,5 259,1 2 993,2
1998 691,0 377,5 342,0 244,8 355,3 721,6 263,2 2 995,3
1999 650,5 389,5 325,0 240,6 351,2 703,8 261,0 2 921,7
2000 667,5 395,9 313,6 238,1 342,6 629,4 256,1 2 843,0
2001 675,5 375,7 289,7 235,4 332,3 473,6 230,9 2 613,0
2002 691,9 368,4 313,2 231,5 312,9 465,2 233,4 2 616,5
2003 689,4 370,0 269,5 243,2 293,4 444,1 217,0 2 526,5
2004 676,0 366,4 261,5 235,3 278,7 459,1 202,4 2 479,4
2005 677,5 425,5 246,3 232,3 249,4 383,4 188,5 2 402,9
2006 665,3 406,0 237,7 217,5 232,0 366,1 165,3 2 289,8
2007 661,4 398,8 234,9 212,4 229,3 359,0 149,4 2 245,1
2008 673,5 383,7 235,3 207,4 238,5 335,1 134,5 2 208,0
2009 630,4 345,1 224,3 206,3 203,5 320,4 114,0 2 044,1
2010 634,6 353,9 235,9 204,3 197,5 310,5 119,7 2 056,3
2011 627,6 342,3 235,2 203,8 183,5 207,9 116,9 1 917,2
2012 682,1 347,8 234,4 201,5 174,6 181,1 118,4 1 940,0
2013 738,2 350,8 233,0 197,2 167,5 167,4 116,2 1 970,3
2014 768,5 358,0 231,5 202,5 154,6 161,5 110,3 1 986,9
2015 729,3 360,8 230,0 198,3 150,5 154,0 106,0 1 928,9
2016 661,4 365,0 231,3 197,9 154,4 128,7 104,7 1 843,3
2017 659,7 369,5 229,9 196,5 156,4 134,5 100,6 1 847,1
2018 673,6 412,0 228,5 197,0 161,0 140,7 101,6 1 914,4

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation. La catégorie « autres sources » comprend les émissions provenant de l'incinération et des déchets, des minerais et industries minérales, de la poussière et des feux, du chauffage des bâtiments et de la production d'énergie, des services d'électricité, de l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) et d'autres sources diverses. Se reporter au Tableau 2 des Sources des données et méthodes pour une liste complète des sources de polluants atmosphériques inclus dans chaque catégorie.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

L'industrie pétrolière et gazière représentait la principale source d'émissions de COV en 2018, avec 674 kt (soit 35 % des émissions totales). Les peintures et les solvants ainsi que la combustion de bois de chauffage étaient également des sources importantes d'émissions, représentant respectivement 22 % (412 kt) et 12 % (228 kt) des émissions totales.

La source ayant enregistré la plus grande réduction des émissions entre 1990 et 2018 était les véhicules hors route et l'équipement mobile, avec une réduction des émissions de 676 kt (83 %). 

La diminution à long terme des émissions de COV est principalement attribuable à 3 facteurs :

  • l'introduction progressive de technologies et de carburants plus propres entraînant une réduction des émissions dues au transport et aux véhicules hors route et à l'équipement mobile;
  • la réduction des émissions de source industrielle et non industrielle résultant de l'amélioration du contrôle des émissions; et
  • des niveaux moins élevés de COV dans les produits comme la peinture, les solvants et les nettoyants.

Les deux sources ayant enregistré une croissance importante en matière d'émissions entre 1990 et 2018 étaient l'industrie pétrolière et gazière avec une augmentation de 74 kt (12 %) et l'utilisation de peintures et de solvants avec une augmentation de 55 kt (15 %).

L'augmentation récente des émissions de COV peut être attribuée à l'utilisation de peintures et de solvants, aux transports et à l'industrie pétrolière et gazière.

Émissions de composés organiques volatils par province et territoire

Aperçu des résultats

  • L'Alberta a émis la plus grande proportion de COV en 2018. Les émissions de la province représentaient 31 % (593 kt) des émissions à l'échelle nationale.
  • Entre 1990 et 2018,
    • l'Ontario a enregistré la réduction la plus importante des émissions de COV. Les émissions de la province ont diminué de 56 % (506 kt);
    • la Saskatchewan est la seule province ayant enregistré une augmentation des émissions de COV (55 %, ou 93 kt).

Émissions de composés organiques volatils par province et territoire, Canada, 1990 et 2018

Émissions de composés organiques volatils par province et territoire, Canada, 1990 et 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions de composés organiques volatils par province et territoire, Canada, 1990 et 2018
Province ou territoire 1990
(émissions en kilotonnes)
2018
(émissions en kilotonnes)
Terre-Neuve-et-Labrador 54,5 28,4
Île-du-Prince-Édouard 12,5 7,1
Nouvelle-Écosse 78,1 40,9
Nouveau-Brunswick 90,0 32,9
Québec 577,2 314,5
Ontario 903,3 397,2
Manitoba 98,4 69,2
Saskatchewan 170,8 264,0
Alberta 660,6 593,1
Colombie-Britannique 379,4 163,5
Yukon 2,0 1,1
Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 10,4 2,6

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

L'Alberta était la province qui émettait le plus de COV en 2018 (593 kt), avec comme source principale l'industrie pétrolière et gazière, contribuant à 72 % (425 kt) des émissions de la province.

L'Ontario était le deuxième plus grand émetteur de COV avec 21 % (397 kt) du total des émissions à l'échelle nationale en 2018. Les principales sources d'émissions sont les peintures et solvants, la combustion de bois de chauffage, et les véhicules hors route et l'équipement mobile. L'Ontario a également enregistré la plus importante réduction d'émissions entre 1990 et 2018, soit 506 kt (56 %), principalement grâce aux réductions des émissions générées par les véhicules hors route et l'équipement mobile et le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime).

Le Québec était le troisième plus important émetteur de COV, avec 16 % (315 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. La combustion de bois de chauffage et les peintures et solvants étaient responsables de 62 % des émissions de la province.

La plupart des provinces et territoires ont enregistré des réductions importantes des émissions entre 1990 et 2018, à l'exception de Saskatchewan, où les émissions ont augmenté de 55 % durant cette période. L'industrie pétrolière et gazière est responsable de l'augmentation des émissions en Saskatchewan.

Émissions de composés organiques volatils par installation

L'Inventaire national des rejets de polluants fournit des renseignements détaillés sur les émissions de polluants atmosphériques provenant des installations industrielles et commerciales qui répondent à ses critères de déclaration.

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement donne accès à cette information par l'entremise d'une carte interactive. La carte vous permet d’explorer les émissions de COV d'installations individuelles.

Émissions de composés organiques volatils par installation déclarante, Canada, 2018

Émissions de composés organiques volatils par installation déclarante, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Description longue

La carte du Canada montre la quantité des émissions de composés organiques volatils en tonnes en 2018 par installation déclarante. Les catégories sont : 0 à 15 tonnes, 15 à 30 tonnes, 30 à 100 tonnes, 100 à 200 tonnes, 200 à 400 tonnes et 400 ou plus.

Remarque : Les émissions de composés organiques volatils déclarées par les installations représentent 13 % des émissions de composés organiques volatils à l'échelle nationale.
Source :
 Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire national des rejets de polluants.

Explorer les données avec la carte interactive

Ammoniac

Émissions d'ammoniac par source

L'ammoniac (NH3) est un gaz incolore dont l'odeur est perceptible à hautes concentrations. Il peut être toxique si inhalé en grande quantité et est irritant pour les yeux, le nez et la gorge. Il peut aussi contribuer à la nitrification et à l'eutrophisation des systèmes aquatiques. Dans l'air, le gaz se combine à des sulfates et des nitrates pour former des particules fines secondaires (P2,5).

Aperçu des résultats

  • En 2018, les émissions de NH3 étaient de 484 kilotonnes (kt), une hausse de 21 % par rapport à 1990.
  • L'agriculture (le bétail, les cultures agricoles et l'engrais) était responsable de la majorité des émissions de NH3 en 2018. Les émissions provenant de cette source représentaient plus de 93 % (453 kt) du total des émissions à l'échelle nationale.

Émissions totales d'ammoniac par source, Canada, 1990 à 2018

Émissions totales d'ammoniac par source, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions totales d'ammoniac par source, Canada, 1990 à 2018
Année Agriculture
(bétail, cultures agricoles et engrais)
(émissions en kilotonnes)
Manufacture
(émissions en kilotonnes)
Autres sources
(émissions en kilotonnes)
Transport
(routier, ferroviaire, aérien et maritime)
(émissions en kilotonnes)
Émissions totales
(émissions en kilotonnes)
1990 362,6 20,0 13,9 5,2 401,6
1991 359,5 19,0 14,0 5,3 397,8
1992 371,1 19,0 13,9 5,7 409,7
1993 373,8 18,5 14,7 6,1 413,0
1994 385,9 19,9 14,8 7,0 427,6
1995 403,7 26,6 16,5 7,6 454,5
1996 420,1 26,2 16,2 8,4 470,8
1997 425,7 25,2 16,2 9,2 476,3
1998 425,2 26,1 16,5 10,2 477,9
1999 423,2 24,8 15,0 11,0 474,0
2000 432,6 25,0 14,9 11,2 483,7
2001 436,2 21,7 14,1 11,8 483,8
2002 439,9 21,8 20,8 11,4 493,9
2003 446,3 18,8 12,5 11,2 488,8
2004 461,2 18,6 12,0 10,9 502,7
2005 457,7 17,2 12,7 10,6 498,2
2006 449,4 16,1 11,7 10,0 487,3
2007 454,2 16,1 10,8 10,0 491,1
2008 445,5 13,6 12,1 9,4 480,6
2009 432,5 12,6 11,8 9,0 465,9
2010 425,8 11,5 12,7 8,8 458,8
2011 423,4 11,8 12,3 8,5 456,1
2012 440,5 11,9 11,5 8,1 472,0
2013 453,6 11,2 12,5 8,0 485,4
2014 445,2 11,2 12,8 7,5 476,8
2015 448,4 11,7 11,6 7,4 479,1
2016 448,6 12,0 11,9 7,6 480,1
2017 439,1 11,3 11,6 7,6 469,6
2018 452,7 12,0 11,6 7,9 484,2

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des  sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation. La catégorie « autres sources » comprend les émissions résultant de l'incinération et des déchets, des activités de l'industrie pétrolière et gazière, de la combustion de bois de chauffage, des minerais et industries minérales, des services d'électricité, du chauffage des bâtiments et de la production d'énergie, des véhicules hors route et de l'équipement mobile, de la poussière et des feux, des peintures et solvants et d'autres sources diverses. Se reporter au Tableau 2 des Sources des données et méthodes pour une liste complète des sources de polluants atmosphériques inclus dans chaque catégorie.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Entre 1990 et 2018, l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) a enregistré la plus grande augmentation des émissions de NH3 (25 % ou 90 kt). Elle est également restée la principale source d'émissions de NH3 durant cette période. Les émissions issues de la fabrication (12 kt), des autres sources (12 kt) et du transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) (8 kt) représentaient 7 % des émissions à l'échelle nationale en 2018.

L'augmentation des émissions de NH3 issues de l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) entre 1990 et 2018 est due principalement à l'utilisation accrue d'engrais azoté de synthèse. Jusqu'en 2005, la hausse de la population de bétail a également contribué à la croissance. Cependant, de 2006 à 2011, les populations de bétail ont diminué et sont restées stables depuis. Plus récemment, les émissions provenant de la culture agricole ont augmenté régulièrement depuis 2006.

Émissions d'ammoniac par province et territoire

Aperçu des résultats

  • En 2018, l'Alberta et la Saskatchewan généraient presque la moitié (234 kt) des émissions nationales de NH3.
  • Entre 1990 et 2018,
    •  l'Ontario a enregistré la réduction la plus importante des émissions, qui ont diminué de 23 kt (21 %);
    • la plus forte augmentation des émissions de NH3 a été enregistrée en Saskatchewan. Les émissions dans la province ont plus que doublé (augmentant de 54 kt).

Émissions d'ammoniac par province et territoire, Canada, 1990 et 2018

Émissions d'ammoniac par province et territoire, Canada, 1990 et 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions d'ammoniac par province et territoire, Canada, 1990 et 2018
Province ou territoire 1990
(émissions en kilotonnes)
2018
(émissions en kilotonnes)
Terre-Neuve-et-Labrador 1,1 1,0
Île-du-Prince-Édouard 3,5 2,7
Nouvelle-Écosse 5,0 3,5
Nouveau-Brunswick 4,7 3,4
Québec 67,2 69,1
Ontario 112,8 89,5
Manitoba 38,7 60,0
Saskatchewan 49,1 103,3
Alberta 96,2 131,0
Colombie-Britannique 23,3 20,7
Yukon <0,1 <0,1
Territoires du Nord-Ouest et Nunavut <0,1 <0,1

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

En 2018, parmi toutes les provinces et tous les territoires, l'Alberta a émis le plus de NH3 comptant pour 27 % (131 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. La Saskatchewan s'est classée au deuxième rang en matière de proportion des émissions de NH3, avec 21 % (103 kt).

L'Ontario et le Québec ont suivi avec 18 % et 14 % (90 kt et 69 kt) du total des émissions nationales respectivement. Pour toutes les provinces, l'élevage de bétail et l'application d'engrais étaient les sources les plus importantes d'émissions de NH3.

Presque toutes les augmentations des émissions entre 1990 et 2018 ont été enregistrées en Saskatchewan, au Alberta et en Manitoba.

Émissions d'ammoniac par installation

L'Inventaire national des rejets de polluants fournit des renseignements détaillés sur les émissions de polluants atmosphériques provenant des installations industrielles et commerciales qui répondent à ses critères de déclaration.

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement donne accès à cette information par l'entremise d'une carte interactive. La carte vous permet d’explorer les émissions de NH3 d'installations individuelles.

Émissions d'ammoniac par installation déclarante, Canada, 2018

Émissions d'ammoniac par installation déclarante, Canada, 2017 (voir la description longue ci-dessous)
Description longue

La carte du Canada montre la quantité des émissions d'ammoniac en tonnes en 2018 par installation déclarante. Les catégories sont : 0 à 5 tonnes, 5 à 25 tonnes, 25 à 50 tonnes, 50 à 100 tonnes, 100 à 400 tonnes et 400 tonnes ou plus.

Remarque : Les émissions d'ammoniac déclarées par les installations représentent 4 % des émissions d'ammoniac à l'échelle nationale.
Source :
 Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire national des rejets de polluants.

Explorer les données avec la carte interactive

Monoxyde de carbone

Émissions de monoxyde de carbone par source

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore, insipide et toxique. Lorsqu'il est inhalé et pénètre dans le système sanguin, il empêche le sang de transporter l'oxygène aux organes et aux tissus, nuisant ainsi à la santé humaine.

Aperçu des résultats

  • En 2018, les émissions de CO au Canada étaient de 5 752 kilotonnes (kt), ce qui représente une réduction de 54 % par rapport aux niveaux de 1990.
  • Le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) était la source la plus importante d'émissions de CO au Canada. En 2018, ce secteur générait 33 % (1 902 kt) des émissions totales.

Émissions totales de monoxyde de carbone par source, Canada, 1990 à 2018

Émissions totales de monoxyde de carbone par source, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions totales de monoxyde de carbone par source, Canada, 1990 à 2018
Année Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime)
(émissions en kilotonnes)
Véhicules hors route
et équipement mobile (émissions en kilotonnes)
Combustion de bois de chauffage
(émissions en kilotonnes)
Autres sources
(émissions en kilotonnes)
Industrie pétrolière et gazière
(émissions en kilotonnes)
Émissions totales
(émissions en kilotonnes)
1990 5 521,8 2 581,7 1 660,4 2 301,6 335,2 12 400,7
1991 5 313,3 2 511,4 1 636,4 2 398,0 325,1 12 184,3
1992 5 310,7 2 572,2 1 564,8 2 225,0 340,4 12 013,1
1993 5 296,2 2 640,0 1 637,9 2 416,5 362,3 12 352,9
1994 5 272,0 2 672,0 1 668,5 2 362,7 398,9 12 374,2
1995 5 057,6 2 720,3 1 593,1 2 398,8 406,6 12 176,5
1996 4 958,4 2 698,4 1 573,8 2 140,9 418,9 11 790,3
1997 4 958,4 2 606,6 1 502,7 1 873,2 468,3 11 409,3
1998 4 991,5 2 532,2 1 597,0 1 784,4 486,2 11 391,2
1999 4 883,2 2 525,4 1 521,8 1 712,3 498,4 11 141,1
2000 4 958,0 2 352,2 1 472,7 1 638,2 443,8 10 864,9
2001 4 705,5 1 956,4 1 364,1 1 527,3 467,9 10 021,3
2002 4 377,5 2 016,4 1 482,7 1 458,3 499,8 9 834,7
2003 4 152,6 2 023,7 1 278,9 1 531,3 530,0 9 516,5
2004 3 825,5 2 151,0 1 247,9 1 235,0 502,3 8 961,7
2005 3 144,8 1 969,5 1 180,0 1 207,4 494,7 7 996,4
2006 2 846,5 1 981,2 1 144,8 1 006,1 503,9 7 482,5
2007 2 725,6 1 970,7 1 146,8 949,5 523,7 7 316,3
2008 2 579,8 1 878,9 1 161,2 959,4 541,3 7 120,5
2009 2 387,9 1 805,3 1 121,1 914,1 525,6 6 754,0
2010 2 279,1 1 792,0 1 193,9 895,1 521,2 6 681,3
2011 2 077,6 1 545,2 1 204,2 905,0 531,0 6 263,0
2012 1 978,0 1 392,3 1 213,9 911,5 532,5 6 028,2
2013 1 932,7 1 372,8 1 206,3 849,3 563,7 5 924,9
2014 1 778,0 1 389,2 1 198,2 905,0 549,4 5 819,8
2015 1 753,5 1 344,6 1 190,3 882,0 556,7 5 727,1
2016 1 828,7 1 204,7 1 195,1 911,1 537,3 5 677,0
2017 1 848,3 1 257,7 1 187,5 879,1 551,7 5 724,2
2018 1 902,3 1 316,6 1 179,9 785,2 567,6 5 751,6

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation. La catégorie « autres sources » comprend les émissions issues de la poussière et des feux, des services d'électricité, du chauffage des bâtiments et de la production d'énergie, de l'incinération et des déchets, de l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais), des peintures et solvants, des minerais et industries minérales, de la fabrication et d'autres sources diverses. Se reporter au Tableau 2 des Sources des données et méthodes pour une liste complète des sources de polluants atmosphériques inclus dans chaque catégorie.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

En 2018, le transport, les véhicules hors route et l'équipement mobile, ainsi que la combustion de bois de chauffage étaient les 3 principales sources d'émissions de CO. Ces sources combinées représentaient 76 % (4 399 kt) des émissions nationales.

La plus grande réduction des émissions entre 1990 et 2018 a été observée dans le secteur du transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) avec une diminution des émissions de 3 619 kt (66 %).

La diminution des émissions de CO entre 1990 et 2018 est due en grande partie à réglementations de plus en plus strictes sur les moteurs et les véhicules et à l'introduction progressive de technologies plus propres et plus efficaces dans les véhicules (par exemple, les convertisseurs catalytiques).

Émissions de monoxyde de carbone par province et territoire

Aperçu des résultats

  • En 2018, 52 % (3 009 kt) des émissions de CO à l'échelle nationale provenaient du Québec et de l'Ontario.
  • Entre 1990 et 2018,
    • toutes les provinces et tous les territoires ont enregistré des réductions importantes d'émissions;
    • les réductions les plus importantes ont été enregistrées en Ontario (2 130 kt soit 60 %), en Colombie-Britannique (1 649 kt soit 69 %) et au Québec (1 069 kt soit 40 %).

Émissions de monoxyde de carbone par province et territoire, Canada, 1990 et 2018

Émissions totales de monoxyde de carbone par source, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions de monoxyde de carbone par province et territoire, Canada,
1990 et 2018
Province ou territoire 1990
(émissions en kilotonnes)
2018
(émissions en kilotonnes)
Terre-Neuve-et-Labrador 221,8 106,1
Île-du-Prince-Édouard 63,6 27,9
Nouvelle-Écosse 342,3 171,8
Nouveau-Brunswick 351,3 149,8
Québec 2 669,8 1 600,5
Ontario 3 538,9 1 408,7
Manitoba 403,6 181,2
Saskatchewan 538,4 307,3
Alberta 1 839,9 1 032,0
Colombie-Britannique 2 398,0 749,3
Yukon 15,5 6,4
Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 17,5 10,6

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

En 2018, parmi toutes les provinces et tous les territoires, les émissions de CO du Québec étaient les plus élevées avec 28 % (1 601 kt) du total des émissions nationales. La combustion de bois de chauffage était la source la plus importante des émissions de CO au Québec.

L'Ontario s'est classée au deuxième rang, avec 24 % (1 409 kt) du total des émissions nationales en 2018 : 37 % de ces émissions provenaient du transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime).

L'Alberta, le troisième plus important émetteur, a contribué à 18 % (1 032 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. L'industrie pétrolière et gazière représentait 42 % des émissions de CO de la province.

La forte diminution des émissions enregistrée entre 1990 et 2018 dans toutes les provinces est principalement attribuable aux réductions des émissions générées par le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime).

Émissions de monoxyde de carbone par installation

L'Inventaire national des rejets de polluants fournit des renseignements détaillés sur les émissions de polluants atmosphériques provenant des installations industrielles et commerciales qui répondent à ses critères de déclaration.

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement donne accès à cette information par l'entremise d'une carte interactive. La carte vous permet d’explorer les émissions de CO d'installations individuelles.

Émissions de monoxyde de carbone par installation déclarante, Canada, 2018

Émissions de monoxyde de carbone par installation déclarante, Canada, 2018 (voir la description longue)
Description longue

La carte du Canada montre la quantité des émissions de monoxyde de carbone en tonnes en 2018 par installation déclarante. Les catégories sont : 0 à 25 tonnes, 25 à 50 tonnes, 50 à 100 tonnes, 100 à 500 tonnes, 500 à 1000 tonnes et 1000 tonnes ou plus.

Remarque : Les émissions de monoxyde de carbone déclarées par les installations représentent 15 % des émissions de monoxyde de carbone à l'échelle nationale.
Source :
 Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire national des rejets de polluants.

Explorer les données avec la carte interactive

Particules fines

Émissions de particules fines par source

Les particules fines sont directement libérées dans l'air sous forme liquide ou solide. Elles se forment également dans l'air à partir de substances précurseurs, notamment les oxydes de soufre et d'azote, les composés organiques volatils et l'ammoniac.Note de bas de page 6  Les particules fines (P2,5) désignent des particules d'une taille de moins de 2,5 micromètres (aussi appelé microns). Elles représentent l'une des principales composantes du smog. Lorsqu'elles sont inhalées et pénètrent dans les poumons, même en petite quantité, elles peuvent causer de graves problèmes de santé. Elles peuvent également endommager la végétation et les structures, causer de la brume et réduire la visibilité.

Aperçu des résultats

  • En 2018, les émissions de P2,5 étaient de 1 625 kilotonnes (kt), une réduction de 11 % par rapport à 1990.
  •  Les émissions issues de la poussière et des feux (par exemple, la poussière des routes et les feux prescrits) représentaient une grande proportion des émissions de P2,5, atteignant 59 % (955 kt) du total des émissions à l'échelle nationale en 2018. Ces émissions ont augmenté de 80 % (425 kt) entre 1990 et 2018. La poussière provenant des opérations de construction et des routes non goudronnées a représenté la majorité de l'augmentation.

Émissions totales de particules fines par source, Canada, 1990 à 2018

Émissions totales de particules fines par source, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions totales de particules fines par source, Canada, 1990 à 2018
Année Poussière et feux
(émissions en kilotonnes)
Agriculture (bétail, cultures
agricoles et engrais)
(émissions en kilotonnes)
Combustion de bois
de chauffage
(émissions en kilotonnes)
Autres sources
(émissions en kilotonnes)
Émissions totales
(émissions en kilotonnes)
1990 530,2 677,6 262,1 350,3 1 820,2
1991 514,6 670,4 258,4 326,6 1 770,0
1992 499,4 655,5 247,0 319,0 1 720,8
1993 495,1 641,0 258,5 313,7 1 708,4
1994 542,2 626,6 263,1 314,8 1 746,7
1995 497,5 612,2 251,2 314,2 1 675,2
1996 538,5 598,3 248,0 307,8 1 692,7
1997 597,4 584,4 234,8 301,8 1 718,4
1998 467,2 570,6 247,0 291,7 1 576,5
1999 490,4 557,0 232,9 289,2 1 569,3
2000 468,5 543,4 223,2 287,2 1 522,2
2001 499,5 530,1 204,2 257,2 1 491,0
2002 474,3 509,8 219,2 232,6 1 436,0
2003 509,1 489,7 186,4 225,9 1 411,1
2004 487,0 469,2 179,2 219,8 1 355,2
2005 506,6 449,4 166,8 214,8 1 337,6
2006 562,2 429,6 158,8 188,2 1 338,8
2007 647,3 415,9 158,5 183,5 1 405,2
2008 731,7 402,4 160,3 174,8 1 469,2
2009 640,7 389,3 154,4 159,1 1 343,4
2010 730,7 376,4 163,8 161,4 1 432,2
2011 792,2 363,2 164,8 150,6 1 470,8
2012 903,4 366,3 165,8 145,4 1 580,8
2013 912,6 369,0 164,7 140,7 1 587,1
2014 914,1 371,8 163,6 137,4 1 587,0
2015 932,9 374,7 162,5 125,2 1 595,2
2016 934,1 377,5 163,3 119,9 1 594,7
2017 939,6 380,1 162,2 126,3 1 608,2
2018 955,1 382,6 161,1 126,3 1 625,1
Émissions totales de particules fines par source, Canada, 1990 à 2018
Année Minerais et Industries minérales (émissions en kilotonnes) Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) (émissions en kilotonnes) Fabrication (émissions en kilotonnes) Véhicules hors route et équipement mobile (émissions en kilotonnes) Sources diverses (émissions en kilotonnes) Industrie pétrolière et gazière (émissions en kilotonnes) Chauffage des bâtiments et production d'énergie (émissions en kilotonnes) Services d'électricité (émissions en kilotonnes) Incinération et déchets (émissions en kilotonnes) Peintures et solvants (émissions en kilotonnes)
1990 55,3 40,6 115,9 53,7 14,8 12,0 4,6 48,4 5,1 s/o
1991 52,3 37,9 106,6 51,4 13,0 12,4 4,6 43,4 5,0 s/o
1992 50,2 37,3 103,6 51,6 13,0 12,8 4,7 40,6 5,1 s/o
1993 49,9 37,2 102,3 55,6 13,3 12,9 4,9 32,5 5,2 s/o
1994 51,4 37,8 102,6 60,3 13,7 13,7 4,9 24,9 5,5 s/o
1995 51,5 36,9 103,5 63,1 14,2 14,0 4,9 20,7 5,4 s/o
1996 52,9 37,4 97,9 62,2 14,2 14,0 5,2 18,9 5,1 s/o
1997 54,2 39,0 87,7 61,9 14,6 14,3 5,0 20,1 5,0 s/o
1998 51,1 40,4 83,1 56,9 15,3 15,9 4,6 19,7 4,8 s/o
1999 50,0 41,5 83,1 54,2 15,9 13,6 4,8 21,4 4,6 s/o
2000 51,7 42,5 78,4 52,2 16,3 13,4 5,3 23,0 4,4 s/o
2001 48,4 42,1 65,0 43,2 16,5 13,3 5,0 19,2 4,4 s/o
2002 38,2 40,9 55,9 41,3 17,5 13,9 5,2 15,0 4,7 <0,1
2003 38,1 40,9 54,1 41,8 17,5 12,6 5,6 10,9 4,4 <0,1
2004 37,0 41,0 50,9 41,4 17,6 11,9 5,3 10,2 4,4 <0,1
2005 42,0 43,2 45,2 35,9 17,9 12,4 5,2 8,9 4,1 <0,1
2006 40,8 41,4 29,5 32,9 17,9 11,7 4,9 6,0 3,1 <0,1
2007 39,0 39,9 27,4 32,6 18,0 11,4 5,2 7,0 3,1 <0,1
2008 36,9 38,7 24,5 31,4 18,3 10,0 5,1 6,8 3,0 <0,1
2009 31,5 36,0 20,3 29,5 18,4 9,2 5,0 6,1 3,1 <0,1
2010 34,6 35,2 20,1 30,9 18,1 9,0 4,7 5,7 3,1 <0,1
2011 33,3 33,3 20,4 24,6 17,3 9,5 5,0 4,3 2,9 <0,1
2012 35,4 31,1 19,8 21,2 17,4 10,0 4,6 3,2 2,7 <0,1
2013 32,8 29,3 19,9 19,8 17,2 11,0 4,8 3,2 2,7 <0,1
2014 32,6 27,1 18,7 18,3 16,6 12,8 5,1 3,6 2,7 <0,1
2015 31,2 19,7 18,2 17,7 15,6 11,9 4,8 3,5 2,7 <0,1
2016 32,3 19,4 16,7 14,0 15,7 11,1 4,6 3,4 2,7 <0,1
2017 34,9 20,2 16,8 15,0 15,8 12,7 4,8 3,3 2,8 <0,1
2018 33,8 20,9 16,3 16,0 15,8 12,3 5,2 3,2 2,8 <0,1

Remarque : Les chiffres ayant été arrondis, leur somme pourrait ne pas correspondre au total indiqué.

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 4,45 ko)

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt et la végétation. La catégorie « autres sources » comprend les émissions générées par les minerais et industries minérales, le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime), la fabrication, les véhicules hors route et l'équipement mobile, l'industrie pétrolière et gazière, le chauffage des bâtiments et la production d'énergie, les services d'électricité, l'incinération et les déchets, les peintures et solvants et autres sources diverses. Se reporter au Tableau 2 des Sources des données et méthodes pour une liste complète des sources de polluants atmosphériques inclus dans chaque catégorie.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

En 2018, 82 % des émissions de P2,5 provenaient de sources diffuses, notamment la poussière et les feux et l'agriculture (bétailNote de bas de page 7 , cultures agricoles et engrais). En général, ces émissions sont réparties sur une grande région géographique, dépendent énormément des conditions météorologiques (par exemple, le vent et la pluie) et se retrouve à l'extérieur des zones urbaines.

Le reste, soit 18 %, des émissions de P2,5 en 2018 était attribuable à la combustion de bois de chauffage (161 kt ou 10 %) et autres sources, y compris :

  • les minerais et industries minérales, représentant 2 % (34 kt) des émissions;
  • le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) avec 1 % (21 kt);
  • la fabrication et les véhicules hors route et l'équipement mobile, chacun représentant environ 1 % (16 kt) des émissions;
  • les sources diverses, comme les émissions de fumée de cigarette, représentant 1 % (16 kt);
  • l'industrie pétrolière et gazière, représentant moins de 1 % (12 kt); et
  • les autres émissions (moins de 1 %) sont attribuables au chauffage des bâtiments et à la production d'énergie, aux services d'électricité, à l'incinération et aux déchets et à l'utilisation de peintures et de solvants.

Bien que les sources mentionnées ci-dessus représentent une petite proportion des émissions nationales, elles peuvent avoir une incidence beaucoup plus importante sur la population parce que les émissions sont habituellement enregistrées dans des zones peuplées.

La diminution des émissions de P2,5 entre 1990 et 2018 est principalement attribuable aux réductions des émissions dues à l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) et à la combustion de bois de chauffage et la fabrication. Ces réductions ont compensé l'augmentation des émissions dues à la poussière et aux feux durant cette période. L'adoption de méthodes de conservation en matière de cultures agricoles et l'utilisation de nouveaux foyers encastrables, de nouvelles fournaises et de nouveaux poêles qui contrôlent les émissions dans les maisons et dont la combustion est plus efficace, ont été les principaux moteurs de ces réductions. Depuis 2010, cependant, les émissions de poussières et d'incendies ont progressivement augmenté, dépassant les réductions provenant des autres sources.

Tableau 1. Changements des sources d'émissions entre 1990 et 2018
Source P2,5
(changement en kilotonnes
entre 1990 et 2018)
P2,5
(changement en pourcentage
entre 1990 et 2018)
Poussière et feux 425,0 80,2
Diverse 1,0 6,5
Chauffage des bâtiments et production d'énergie 0,6 13
Industrie pétrolière et gazière 0,3 2,4
Utilisation de peintures et de solvants 0,02 s/o
Incinération et déchets -2,3 -45,3
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) -19,7 -48,5
Industrie des minéraux et du minerai -21,5 -38,9
Véhicules hors route et équipement mobile -37,6 -70,1
Services d'électricité -45,2 -93,4
Fabrication -99,6 -85,9
Combustion de bois de chauffage -101,0 -38,5
Agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) -295,0 -43,5
Total -195,1 -10,7

Remarque : Les changements ont été calculés en utilisant les données sources non arrondies.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Émissions de particules fines par province et territoire

Aperçu des résultats

  • En 2018, l'Alberta a émis le plus de P2,5. Les émissions de la province représentaient 33 % (531 kt) du total des émissions à l'échelle nationale.
  • Entre 1990 et 2018, toutes les provinces et tous les territoires, à l'exception de l'Alberta, Nunavut et Territoires du Nord-Ouest, ont diminué leurs émissions,
    • la plus grande diminution a été enregistrée en Colombie britannique avec 91 kt (57 %);
    • les émissions de P2,5 en Alberta ont augmenté la plus forte de 21 % (92 kt).

Émissions de particules fines par province et territoire, Canada, 1990 et 2018

Émissions de particules fines par province et territoire, Canada, 1990 et 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Émissions de particules fines par province et territoire, Canada, 1990 et 2018
Province ou territoire 1990
(émissions en kilotonnes)
2018
(émissions en kilotonnes)
1990, sources à ciel ouvert exclues[A]
(émissions en kilotonnes)
2018, sources à ciel ouvert exclues[A]
(émissions en kilotonnes)
Terre-Neuve-et- Labrador 24,9 17,9 19,1 9,5
Île-du-Prince-Édouard 5,9 4,8 3,4 2,5
Nouvelle-Écosse 33,1 20,4 24,4 12,9
Nouveau-Brunswick 32,5 15,1 24,2 9,4
Québec 204,4 162,9 160,3 98,2
Ontario 251,8 200,1 154,5 69,1
Manitoba 112,0 111,0 16,7 7,7
Saskatchewan 547,6 484,8 25,1 13,1
Alberta 439,2 531,5 76,4 30,3
Colombie-Britannique 160,5 69,7 106,3 33,8
Yukon 3,9 2,5 0,3 0,1
Territoires du Nord- Ouest et Nunavut 4,4 4,5 1,6 0,7

Remarque : [A] Les sources à ciel ouvert incluent les émissions attribuables à la poussière et aux feux, ainsi qu'à l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais).

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles comme les feux de forêt et la végétation.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

La poussière et les feux (par exemple, la poussière des routes et les feux prescrits) représentaient les plus importantes sources d'émissions de P2,5 en Alberta. Cette province est le plus grand émetteur en 2018, avec 74 % (396 kt) du total des émissions nationales en 2018 pour la poussière et les feux.

La Saskatchewan s'est classée au deuxième rang en 2018, avec 30 % (485 kt) du total des émissions de P2,5. La poussière et les feux était la principale source d'émissions de P2,5, suivie par l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais).

L'Ontario s'est classée troisième avec 12 % (200 kt) et le Québec quatrième avec 10 % (163 kt). Pour l'Ontario, la poussière et les feux étaient la principale source d'émissions, la combustion de bois de chauffage (par exemple, les poêles à bois et les foyers) était la plus importante source pour le Québec.

L'augmentation des émissions en Alberta entre 1990 et 2018 peut être attribuée à la croissance des activités de construction pour l'industrie pétrolière et gazière.

L'exclusion des émissions provenant de la poussière et des feux et de l'agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) procure une répartition différente des P2,5 dans chaque province et territoire. Lorsqu'on enlève ces émissions, le Québec devient la province avec le niveau d'émissions de P2,5 le plus élevé en 2018, soit 34 % (98 kt) des émissions totales (287 kt). L'Ontario se classe au deuxième rang, avec 24 % (69 kt) des émissions. La Colombie-Britannique et l'Alberta se retrouvent au troisième et quatrième rang avec 12 % et 11 % (34 kt et 30 kt respectivement) des émissions. Entre 1990 et 2018, toutes les provinces et tous les territoires ont enregistré une réduction des émissions entre 68 % (Colombie-Britannique) et 26 % (Île-du-Prince-Édouard).

Émissions de particules fines par installation

L'Inventaire national des rejets de polluants fournit des renseignements détaillés sur les émissions de polluants atmosphériques provenant des installations industrielles et commerciales qui répondent à ses critères de déclaration.

Le programme des Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement donne accès à cette information par l'entremise d'une carte interactive. La carte vous permet d’explorer les émissions de P2,5 d'installations individuelles.

Émissions de particules fines par installation déclarante, Canada, 2018

Émissions de particules fines par installation déclarante, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Description longue

La carte du Canada montre la quantité des émissions de particules fines en tonnes en 2018 par installation déclarante. Les catégories sont : 0 à 0,5 tonne, 0,5 à 1 tonne, 1 à 5 tonnes, 5 à 25 tonnes, 25 à 100 tonnes et 100 tonnes ou plus.

Remarque : Les émissions de particules fines déclarées par les installations représentent 3 % des émissions de particules fines à l'échelle nationale.
Source :
 Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire national des rejets de polluants.

Explorer les données avec la carte interactive

Carbone noir

Émissions de carbone noir par source

Le carbone noir est une composante des P2,5 et est produit par la combustion incomplète de combustibles fossiles et de biomasse. Il s'agit d'un polluant climatique de courte durée de vie ayant des effets nuisibles sur la santé humaine. La réduction des émissions de carbone noir a des bénéfices locaux et quasi immédiats en termes de climat et de qualité de l'air.

Aperçu des résultats

  • Les émissions de carbone noir étaient de 37 kt en 2018, une légère augmentation par rapport à 2017 où les émissions étaient de 36 kt.
  • En 2018, 3 secteurs généraient 88 % des émissions de carbone noir à l'échelle nationale :
    • la combustion de bois de chauffage;
    • le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime); et
    •  les véhicules hors route et l'équipement mobile.

Émissions totales de carbone noir par source, Canada, 2018

Émissions totales de carbone noir par source, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la longue description
Émissions totales de carbone noir par source, Canada, 2018
Année Combustion de bois de chauffage (émissions en kilotonnes) Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) (émissions en kilotonnes) Véhicules hors route et équipement mobile (émissions en kilotonnes) Industrie pétrolière et gazière (émissions en kilotonnes) Chauffage des bâtiments et production d'énergie (émissions en kilotonnes) Autres sources (émissions en kilotonnes) Émissions totales  (émissions en kilotonnes)
2013 11,7 14,7 12,6 2,2 1,0 1,5 43,7
2014 11,6 14,6 11,4 2,5 1,1 1,4 42,5
2015 11,5 10,6 10,9 2,3 1,0 1,3 37,7
2016 11,6 10,4 8,4 2,1 1,0 1,2 34,7
2017 11,5 11,0 9,1 2,2 1,1 1,3 36,2
2018 11,5 11,4 9,8 2,3 1,2 1,2 37,2

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt. Seules les émissions provenant des plus importantes sources de carbone noir sont inclues. La catégorie « autres sources » comprend les émissions des minerais et industries minérales, de la fabrication, des services d'électricité et de l'agriculture. Se reporter au Tableau 2 des Sources des données et méthodes pour plus de détails.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de carbone noir du Canada.

En 2018, la combustion de bois de chauffage et le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) représentaient la plus grande proportion du total des émissions à l'échelle nationale, représentant tous deux 31 % (12 kt et 11 kt) des émissions. Les véhicules hors route et l'équipement mobile (par exemple, l'équipement d'entretien de jardins et de pelouses, les véhicules récréatifs, les excavatrices et les niveleuses) ont également contribué largement aux émissions avec 26 % (10 kt) du total des émissions à l'échelle nationale. Le reste des émissions, soit 12 %, provenaient de l'industrie pétrolière et gazière, du chauffage des bâtiments et de la production d'énergie et d'autres sources (comme l'industrie des minéraux et du minerai).

Dans le cas du transport et des véhicules hors route et de l'équipement mobile, l'utilisation de moteurs diesel était la principale source des émissions de carbone noir.

Émissions de carbone noir par province et territoire

Aperçu des résultats

  • En 2018, le Québec et l'Ontario représentaient 46 % (17 kt) des émissions des émissions de carbone noir à l'échelle nationale
  • Entre 2013 et 2018,
    • toutes les provinces et tous les territoires ont enregistré des réductions des émissions de carbone noir entre 2 % et 45 %;
    • l'Alberta et l'Ontario ont enregistré les plus fortes réductions d'émissions de 1,6 kt, respectivement.

Émissions de carbone noir par province et territoire, Canada, 1990 et 2018

Émissions de carbone noir par province et territoire, Canada, 1990 et 2018 (voir description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la longue description
Émissions de carbone noir par province et territoire, Canada, 1990 et 2018
Province ou territoire 2013
(émissions en kilotonnes)
2018
(émissions en kilotonnes)
Terre-Neuve-et- Labrador 1,4 1,3
Île-du-Prince-Édouard 0,3 0,3
Nouvelle-Écosse 1,7 1,5
Nouveau-Brunswick 1,1 0,9
Québec 10,3 9,3
Ontario 9,4 7,8
Manitoba 1,4 1,3
Saskatchewan 3,5 3,2
Alberta 8,0 6,4
Colombie-Britannique 5,9 4,8
Yukon <0,1 <0,1
Territoires du Nord- Ouest 0,4 0,3
Nunavut 0,2 0,1

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : L'indicateur ne porte que sur les émissions de polluants atmosphériques d'origine humaine. Il n’inclut pas les émissions des sources naturelles, comme les feux de forêt.
Source :
 Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de carbone noir du Canada.

Le Québec a enregistré les émissions de carbone noir les plus élevées en 2018, représentant 25 % (9 kt) des émissions à l'échelle nationale. Les émissions provenaient de la combustion de bois de chauffage, représentant 57 % (5 kt) des émissions. Le deuxième émetteur de noir de carbone en 2018 était l'Ontario en 2018, représentant 21 % (8 kt) des émissions nationales. La combustion de bois de chauffage, les véhicules hors route et l'équipement mobile, et le transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) étaient les trois sources les plus importantes de noir de carbone dans la province.

Entre 2013 et 2018, toutes les provinces et tous les territoires ont enregistré des réductions des émissions de carbone noir, l'Alberta et l'Ontario ayant enregistré les réductions les plus importantes de 1,6 kt, respectivement. Pour les deux provinces, les réductions étaient principalement attribuables à la baisse des émissions des véhicules hors route et de l'équipement mobile.

Secteurs
Transport, véhicules hors route et équipement mobile

Émissions de polluants atmosphériques attribuables au transport, aux véhicules hors route et à l'équipement mobile

Le transport, les véhicules hors route et l'équipement mobile constituent l'une des principales sources de pollution atmosphérique au Canada. Les combustibles fossiles utilisés pour alimenter les véhicules et les moteurs génèrent des émissions de nombreux polluants atmosphériques. Les polluants atmosphériques sont responsables de la formation de particules fines, d'ozone, de smog et de pluies acides. Ils ont également un effet nuisible sur la santé, l'environnement et l'économie.

Aperçu des résultats

  • En 2018, le transport, les véhicules hors route et l'équipement mobile étaient responsables de plus de la moitié du total des émissions nationales de monoxyde de carbone (CO) et d'oxydes d'azote (NOX). Ils représentaient également 16 % du total des émissions de composés organiques volatils (COV).
  • Bien qu'ils soient une source d'émissions de particules fines (P2,5), d'oxydes de soufre (SOX) et d'ammoniac (NH3), ces secteurs représentaient moins de 3 % du total des émissions de ces polluants à l'échelle nationale.

Contribution du transport, des véhicules hors route et de l'équipement mobile aux émissions totales de polluants atmosphériques, par mode de transport, Canada, 2018

 Contribution du transport, des véhicules hors route et de l'équipement mobile aux émissions de polluants atmosphériques, par mode de transport, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la longue description
Contribution du transport, des véhicules hors route et de l'équipement mobile aux émissions totales de polluants atmosphériques, par mode de transport, Canada, 2018
Mode de transport Monoxyde de Carbone
(pourcentage des émissions nationales)
Oxydes d'azote
(pourcentage des émissions nationales)
Composés organiques volatils
(pourcentage des émissions nationales)
Particules fines
(pourcentage des émissions nationales)
Oxydes de soufre
(pourcentage des émissions nationales)
Ammoniac
(pourcentage des émissions nationales)
Voitures et motocyclettes 9,2 2,6 2,6 <0,1 <0,1 0,6
Camions légers 14,1 4,5 3,4 <0,1 <0,1 0,7
Camions lourds et autobus 8,5 16,7 1,6 0,6 <0,1 0,2
Transport aérien, maritime et ferroviaire 1,3 17,0 0,8 0,4 1,0 <0,1
Véhicules hors route et équipement, abrasion des pneus et garniture de frein 22,9 10,5 7,3 1,1 <0,1 <0,1
Contribution du transport, des véhicules hors route et de l'équipement mobile aux émissions totales de polluants atmosphériques, par mode de transport, Canada, 2018
Mode de transport Monoxyde de carbone
(émissions en kilotonnes)
Oxydes d'azote
(émissions enkilotonnes)
Composés organiques volatils
(émissions en kilotonnes)
Particules fines
(émissions en kilotonnes)
Oxydes de soufre
(émissions en kilotonnes)
Ammoniac
(émissions en kilotonnes)
Voitures et motocyclettes 527,2 46,6 50,4 1,1 0,5 3,0
Camions légers 809,6 79,8 64,4 1,4 0,8 3,4
Camions lourds et autobus autobusautobus autobus autobus 491,3 295,4 30,7 10,3 0,4 1,1
Transport aérien, maritime et ferroviaire 74,3 300,8 15,5 6,4 8,1 0,4
Véhicules hors route et équipement, abrasion des pneus et garniture de frein 1 316,6 186,1 140,7 17,6 0,2 0,3

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : La catégorie « voitures et motocyclettes » comprend les voitures équipées d'un moteur à essence, au diesel, au gaz de pétrole liquéfié et au gaz naturel compressé, ainsi que tous les types de motocyclettes. La catégorie « camions légers » comprend les camions légers équipés d'un moteur à essence, au diesel, au gaz de pétrole liquéfié et au gaz naturel compressé. La catégorie « camions lourds et autobus » comprend les camions lourds et autobus équipés d'un moteur à essence, au diesel, au gaz de pétrole liquéfié et au gaz naturel compressé.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

La contribution de chaque mode de transport aux émissions de différents polluants atmosphériques explique en grande partie par la combinaison de carburants utilisés dans ces modes. .

Les camions lourds et autobus, ainsi que les trains et les navires fonctionnent principalement au diesel alors que les avions fonctionnent au carburéacteur. Ces modes de transport représentent les sources les plus importantes de NOX associées au transport avec 34 % (596 kilotonnes [kt]) du total des émissions de NOX.

Les voitures et les camions légers fonctionnent principalement à l'essence et une source importante de polluants, particulièrement dans les centres urbains. En 2018, les émissions dues aux voitures, motocyclettes et aux camions légers s'élevaient à 1 337 kt de CO, 126 kt de NOX et 115 kt de COV. Ces émissions représentaient respectivement 23 %, 7 % et 6 % de toutes les émissions de ces polluants.

D'autres sources (principalement composées de véhicules hors route et d'équipement mobile)Note de bas de page 8   sont également responsables d'une grande partie de la pollution. Ces émissions combinées représentent respectivement 23 %, 11 % et 7 % des émissions totales de CO, NOX et de COV. Les émissions proviennent principalement de l'utilisation, par les ménages, d'équipement d'entretien de jardins et de pelouses et de véhicules récréatifs équipés d'un moteur à essence ou au diesel, ainsi que des activités agricoles, de la construction et de l'équipement minier.

Les navires représentent la plus grande source d'émissions d'oxydes de soufre (SOX) dans le secteur du transport. Les émissions de SOX des navires ont diminué de 91 % entre 2014 et 2018 en raison de l'adoption de règlements plus sévères.

Changements des émissions attribuables au transport, aux véhicules hors route et à l'équipement mobile

Aperçu des résultats

  • Entre 1990 et 2018, les émissions totales de NOX, de CO et de COV attribuables au secteur du transport, aux véhicules hors route et à l'équipement mobile ont diminué de 34 %, 60 % et 75 % respectivement.
  • Depuis 2000, on remarque une tendance à la baisse des niveaux d'émissions de ces polluants.

Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables au transport, aux véhicules hors route et à l'équipement mobile, Canada, 1990 à 2018

Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables au transport, aux véhicules hors route et à l'équipement mobile, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables au transport, aux véhicules hors route et à l'équipement mobile, Canada, 1990 à 2018
Année Oxydes d'azote
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Monoxyde de carbone
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990
)
Composés organiques volatils
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
1990 0 0 0
1991 -4 -3 -4
1992 -3 -3 -3
1993 0 -2 -1
1994 6 -2 -1
1995 9 -4 -2
1996 12 -6 -4
1997 18 -7 -8
1998 20 -7 -11
1999 24 -9 -12
2000 24 -10 -19
2001 17 -18 -33
2002 11 -21 -35
2003 8 -24 -39
2004 5 -26 -39
2005 1 -37 -48
2006 -4 -40 -50
2007 -6 -42 -51
2008 -9 -45 -52
2009 -16 -48 -57
2010 -16 -50 -58
2011 -19 -55 -68
2012 -24 -58 -70
2013 -27 -59 -72
2014 -32 -61 -74
2015 -35 -62 -75
2016 -39 -63 -77
2017 -36 -62 -76
2018 -34 -60 -75
Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables au transport, aux véhicules hors route et à l'équipement mobile, Canada, 1990 à 2018
Année Oxydes d'azote
(émissions en kilotonnes)
Monoxyde de carbone
(émissions en kilotonnes)
Composés organiques volatils
(émissions en kilotonnes)
1990 1 370,0 8 103,5 1 205,6
1991 1 314,3 7 824,7 1 162,0
1992 1 334,1 7 882,9 1 169,7
1993 1 376,1 7 936,2 1 188,3
1994 1 458,7 7 944,0 1 193,6
1995 1 496,1 7 777,9 1 181,8
1996 1 535,8 7 656,8 1 153,6
1997 1 616,8 7 565,0 1 114,6
1998 1 643,7 7 523,6 1 076,8
1999 1 692,7 7 408,6 1 055,0
2000 1 698,1 7 310,3 972,0
2001 1 609,3 6 661,9 805,8
2002 1 526,7 6 394,0 778,1
2003 1 473,0 6 176,3 737,4
2004 1 432,8 5 976,5 737,9
2005 1 382,4 5 114,3 632,7
2006 1 309,9 4 827,7 598,1
2007 1 290,4 4 696,3 588,3
2008 1 242,2 4 458,7 573,6
2009 1 154,3 4 193,2 523,9
2010 1 154,6 4 071,1 507,9
2011 1 114,2 3 622,8 391,4
2012 1 043,8 3 370,3 355,7
2013 1 000,4 3 305,5 334,9
2014 935,6 3 167,2 316,1
2015 885,2 3 098,0 304,5
2016 839,2 3 033,4 283,1
2017 876,8 3 105,9 290,9
2018 908,7 3 218,9 301,7

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les particules fines, les oxydes de soufre et l'ammoniac ne font pas partie de ce graphique en raison de la faible proportion de leurs émissions (≤ 5 %) par rapport au total des émissions en 2018.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Malgré la croissance économique et l'augmentation de la population et des activités de transport entre 1990 et 2018, les émissions de polluants ont diminué. Cette diminution est principalement attribuable à l'adoption de nouveaux règlements qui ont mené à l'introduction progressive de technologie et de carburant propres pour les véhicules.

De 1990 à 2000, les émissions de NOX ont augmenté de 24 %, portées notamment par un accroissement des émissions par les camions légers (92 %), les camions lourds et autobus (44 %) et le transport maritime (34 %). De 2000 à 2018, de nouveaux règlements ont contribué à la baisse des émissions générées par les camions légers (60 %)et les camions lourds et les autobus (44 %), alors que les émissions générées par le transport maritime ont augmenté de 2 %. Les émissions issues du transport aérien, maritime et ferroviaire représentaient 17 % des émissions nationales de NOX en 2018.

Les émissions issues du secteur du transport sont influencées par une série de facteurs. Ces facteurs comprennent notamment la croissance de la population et de l'économie, le volume du transport de passagers et de marchandises, le type de véhicule, les technologies antipollution, l'efficacité énergétique et le type de carburant.

Services d'électricité

Émissions de polluants atmosphériques attribuables aux services d'électricité

La production d'électricité produit une grande proportion du total des émissions d'oxydes de soufre (SOX) et d'azote (NOX) au niveau national. Les émissions de SOX et de NOX proviennent des combustibles fossiles utilisés, comme le charbon et, dans une moindre mesure, le gaz naturel et le diesel, pour alimenter les centrales électronique. Ces polluants atmosphériques sont responsables de la formation de particules fines, d'ozone, de smog et de pluies acides. Ils ont également un effet nuisible sur la santé et l'économie.

Aperçu des résultats

  • En 2018, les services d'électricité étaient la source de 27 % et de 7 % du total des émissions des oxydes de soufre (SOX) et oxydes d'azote (NOX) à l'échelle nationale.
  • La majorité des émissions de polluants atmosphériques issues des services d'électricité proviennent de la combustion du charbon.
  • Les services d'électricité sont également une source d'émissions de monoxyde de carbone (CO), de composés organiques volatils (COV), de particules fines (P2,5) et d'ammoniac (NH3). Cependant, ces émissions représentent moins de 1 % du total des émissions de ces polluants à l'échelle nationale.

Contribution des services d'électricité aux émissions totales de polluants atmosphériques par source de combustible, Canada, 2018

Contribution des services d'électricité aux émissions de polluants atmosphériques par source de combustible, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Contribution des services d'électricité aux émissions totales de polluants atmosphériques par source de combustible, Canada, 2018
Source de combustible Oxydes de soufre
(pourcentage des émissions nationales)
Oxydes d'azote
(pourcentage des émissions nationales)
Monoxyde de carbone
(pourcentage des émissions nationales)
Particules fines
(pourcentage des émissions nationales)
Composés organiques volatils
(pourcentage des émissions nationales)
Ammoniac
(pourcentage des émissions nationales)
Charbon 26,1 5,2 0,3 0,1 <0,1 <0,1
Gaz naturel 0,2 1,0 0,2 <0,1 <0,1 <0,1
Diesel <0,1 0,6 <0,1 <0,1 <0,1 n/d
Autres sources 0,8 0,5 0,1 <0,1 <0,1 <0,1
Émissions de polluants atmosphériques attribuables aux services d'électricité par source de combustible, Canada, 2018
Source de combustible Oxydes de soufre
(émissions en kilotonnes)
Oxydes d'azote
(émissions en kilotonnes)
Monoxyde de carbone
(émissions en kilotonnes)
Particules fines
(émissions en kilotonnes)
Composés organiques volatils
(émissions en kilotonnes)
Ammoniac
(émissions en kilotonnes)
Charbon 211,9 92,0 15,3 2,2 0,2 0,1
Gaz naturel 1,4 17,8 13,0 0,3 0,6 <0,1
Diesel 0,1 9,8 1,8 0,2 <0,1 n/d
Autres sources 6,8 9,2 6,3 0,5 0,3 <0,1

Remarque : n/d = non disponible.

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1,98 ko)

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Le monoxyde de carbone, les particules fines, les composés organiques volatils et l'ammoniac ne font pas partie de ce graphique en raison de la faible proportion de leurs émissions (≤ 1 %) par rapport au total des émissions en 2018. Les données excluent les émissions provenant des industries qui produisent de l'électricité et du chauffage en tant qu'activité de soutien et non en tant qu'activité principale. Les « autres sources » de combustible comprennent les déchets et autres sources inclassables de production d'électricité.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

En 2018, 96 % des émissions de SOX et 71 % des émissions de NOX provenant des services d'électricité étaient générées par la combustion de charbon.

Alors que la production d'électricité à partir de combustibles fossiles entraîne des émissions de polluants atmosphériques, l'utilisation de sources d'énergie non fossiles, comme le nucléaire, le vent et les autres sources d'énergie renouvelable pour générer de l'électricité permet d'éviter les émissions de polluants atmosphériques. Une grande proportion de l'électricité au Canada est générée à partir de sources qui n'émettent aucun polluant atmosphérique :

  • 60 % de l'électricité provient de centrales hydroélectriques;
  • 15 % provient de centrales nucléaires; et
  • 7 % provient de sources renouvelables non hydroélectriques, comme l'énergie éolienne, solaire, marémotrice et biomasse.Note de bas de page 9 

Changements des émissions attribuables aux services d'électricité

Aperçu des résultats

  •  Les émissions de SOX et de NOX issues des services d'électricité ont baissé de 64 % et 50 %, respectivement, entre 1990 et 2018.
  • La majorité de la baisse a débuté en 2005.

Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables aux services d'électricité, Canada, 1990 à 2018

Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables aux services d'électricité, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la longue description
Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables aux services d'électricité, Canada, 1990 à 2018
Année Oxydes de soufre
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Oxydes d'azote
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
1990 0 0
1991 -4 -2
1992 -1 2
1993 -12 -5
1994 -9 -7
1995 -14 -3
1996 -12 5
1997 -4 12
1998 -2 21
1999 -3 19
2000 0 27
2001 1 22
2002 1 23
2003 2 14
2004 -6 4
2005 -16 -1
2006 -26 -13
2007 -20 -7
2008 -31 -12
2009 -38 -15
2010 -46 -9
2011 -53 -22
2012 -54 -35
2013 -55 -37
2014 -56 -35
2015 -59 -41
2016 -59 -41
2017 -60 -43
2018 -64 -50
Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables aux services d'électricité, Canada, 1990 à 2018
Année Oxydes de soufre
(émissions en kilotonnes)
Oxydes d'azote
(émissions en kilotonnes)
1990 618,4 257,0
1991 592,1 250,9
1992 610,7 262,9
1993 547,2 243,0
1994 559,8 240,0
1995 532,6 248,1
1996 542,2 269,0
1997 591,3 287,7
1998 603,6 310,1
1999 601,1 306,4
2000 619,2 326,8
2001 623,9 313,0
2002 624,3 314,9
2003 630,4 293,0
2004 581,5 267,5
2005 521,9 253,7
2006 458,9 224,4
2007 491,9 238,8
2008 427,5 225,1
2009 384,0 218,0
2010 334,0 233,7
2011 293,2 199,8
2012 284,2 166,3
2013 278,2 162,0
2014 269,2 167,2
2015 251,5 152,4
2016 253,1 152,8
2017 245,5 145,2
2018 220,3 128,8

Remarque : Le monoxyde de carbone, les particules fines, les composés organiques volatils et l'ammoniac ne font pas partie de ce graphique en raison de la faible proportion de leurs émissions (≤ 1 %) par rapport au total des émissions en 2018. Les données excluent les émissions provenant des industries qui produisent de l'électricité et du chauffage en tant qu'activité de soutien et non en tant qu'activité principale.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Entre 1990 et 2018, les émissions de NOX et de SOX provenant des services d'électricité ont diminué de 50 % et de 64 % respectivement. La majorité de la baisse des émissions s'est produite à partir de 2005. Entre 2005 et 2018, la proportion d'électricité produite à partir de combustibles fossiles a diminué de 22 % à 20 %. Cette baisse est en grande partie le résultat d'une diminution  de centrales au charbon produisant de l'électricité.Note de bas de page 10 

Les réductions des émissions depuis 2005 sont dues en grande partie :

  • au changement dans les sources d'énergie utilisées pour produire de l'électricité;
  • à l'adoption de règlements;
  • aux accords nationaux et internationaux;
  • à de meilleures technologies d'élimination; et
  • à la fermeture de centrales.
Industrie pétrolière et gazière

Émissions de polluants atmosphériques attribuables à l'industrie pétrolière et gazière

L'industrie pétrolière et gazière a largement contribué aux émissions de polluants atmosphériques. La plupart des émissions générées par le secteur pétrolier et gazier provient d'activités comme l'exploration, le forage, la production et le traitement sur le terrain. Les polluants atmosphériques sont responsables de la formation de particules fines (P2,5), d'ozone (O3), de smog et de pluies acides. Ils ont également un effet nuisible sur la santé, l'environnement et l'économie.

Aperçu des résultats

Contribution de l'industrie pétrolière et gazière aux émissions totales de polluants atmosphériques par type d'activité, Canada, 2018

Contribution de l'industrie pétrolière et gazière aux émissions de polluants atmosphériques par type d'activité, Canada, 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Contribution de l'industrie pétrolière et gazière aux émissions totales de polluants atmosphériques par type d'activité, Canada, 2018
Type d'activité Composés organiques volatils
(pourcentage des émissions nationales)
Oxydes de soufre
(pourcentage des émissions nationales)
Oxydes d'azote
(pourcentage des émissions nationales)
Monoxyde de carbone
(pourcentage des émissions nationales)
Particules fines
(pourcentage des émissions nationales)
Ammoniac
(pourcentage des émissions nationales)
Activité pétrolière et gazière en amont 34,1 26,4 26,6 9,4 0,7 0,5
Activité pétrolière et gazière en aval 1,1 5,9 0,9 0,5 <0,1 <0,1
Émissions de polluants atmosphériques attribuables à l'industrie pétrolière et gazière par type d'activité, Canada, 2018
Type d'acticité Composés organiques volatils
(émissions en kilotonnes)
Oxydes de soufre
(émissions en kilotonnes)
Oxydes d'azote
(émissions en kilotonnes)
Monoxyde de carbone
(émissions en kilotonnes)
Particules fines
(émissions en kilotonnes)
Ammoniac
(émissions en kilotonnes)
Activité pétrolière et gazière en amont 651,9 213,7 469,9 538,4 10,7 2,5
Activité pétrolière et gazière en aval 21,7 47,7 16,1 29,1 1,6 <0,1

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les particules fines et l'ammoniac ne font pas partie de ce graphique en raison de la faible proportion de leurs émissions (≤ 1 %) par rapport au total des émissions en 2018.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

En 2018, l'industrie pétrolière et gazière était le secteur qui contribuait le plus au total des émissions de COV à l'échelle nationale. Ce secteur se classait également au deuxième rang en matière d'émissions de NOX et SOX, et au quatrième rang pour les émissions de CO.

Les émissions générées par l'industrie pétrolière et gazière proviennent surtout des activités en amont (l'exploration, le forage, la production et le traitement sur le terrain) comparativement aux activités en aval (raffinage, entreposage et distribution). En 2018, les émissions de COV et NOX (97 %), CO (95 %) et SOX (82 %) provenaient d'activités en amont de l'industrie pétrolière et gazière.

Changements des émissions attribuables à l'industrie pétrolière et gazière

Aperçu des résultats

  • Les émissions de CO, de NOX et de COV ont augmenté respectivement de 69 %, 41 % et 12 %, entre 1990 et 2018.
  • Les émissions d'oxydes de soufre (SOX) ont diminué (51 %) durant cette période.

Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables à l'industrie pétrolière et gazière, Canada, 1990 à 2018

Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables à l'industrie pétrolière et gazière, Canada, 1990 à 2018 (voir la description longue ci-dessous)
Tableau de données pour la description longue
Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables à l'industrie pétrolière et gazière, Canada, 1990 à 2018
Année Monoxyde de carbone
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Oxydes d'azote
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Composés organiques volatils
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
Oxydes de soufre
(changement en pourcentage par rapport au niveau de 1990)
1990 0 0 0 0
1991 -3 -2 -1 1
1992 2 3 2 8
1993 8 10 6 13
1994 19 19 8 12
1995 21 24 10 11
1996 25 28 15 11
1997 40 40 13 2
1998 45 44 15 -4
1999 49 48 8 -4
2000 32 33 11 -5
2001 40 31 13 -8
2002 49 31 15 -14
2003 58 43 15 -12
2004 50 24 13 -13
2005 48 25 13 -15
2006 50 24 11 -22
2007 56 31 10 -26
2008 61 34 12 -30
2009 57 33 5 -31
2010 55 31 6 -37
2011 58 34 5 -39
2012 59 33 14 -39
2013 68 34 23 -42
2014 64 38 28 -48
2015 66 38 22 -52
2016 60 36 10 -54
2017 65 39 10 -52
2018 69 41 12 -51
Changements dans les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables à l'industrie pétrolière et gazière, Canada, 1990 à 2018
Année Monoxyde de carbone
(émissions en kilotonnes)
Oxydes d'azote
(émissions en kilotonnes)
Composés organiques volatils
(émissions en kilotonnes)
Oxydes de soufre
(émissions en kilotonnes)
1990 335,2 345,8 599,7 531,0
1991 325,1 339,4 594,5 535,2
1992 340,4 356,0 608,9 575,6
1993 362,3 381,2 635,4 602,4
1994 398,9 413,1 648,6 595,5
1995 406,6 429,5 660,5 589,6
1996 418,9 441,6 688,4 587,2
1997 468,3 485,2 678,4 542,1
1998 486,2 496,3 691,0 511,0
1999 498,4 513,5 650,5 507,1
2000 443,8 459,1 667,5 504,7
2001 467,9 453,3 675,5 486,8
2002 499,8 453,3 691,9 459,0
2003 530,0 496,0 689,4 467,2
2004 502,3 430,4 676,0 459,6
2005 494,7 430,6 677,5 452,4
2006 503,9 430,2 665,3 415,8
2007 523,7 453,5 661,4 390,8
2008 541,3 463,8 673,5 369,3
2009 525,6 460,0 630,4 366,5
2010 521,2 451,8 634,6 332,6
2011 531,0 464,7 627,6 323,5
2012 532,5 460,9 682,1 324,1
2013 563,7 464,6 738,2 308,5
2014 549,4 476,6 768,5 277,7
2015 556,7 478,0 729,3 252,9
2016 537,3 470,5 661,4 244,8
2017 551,7 480,8 659,7 253,7
2018 567,6 486,1 673,6 261,4

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : Les particules fines et l'ammoniac ne font pas partie de ce graphique en raison de la faible proportion de leurs émissions (≤ 1 %) par rapport au total des émissions en 2018.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

L'augmentation des émissions de CO, de NOX et de COV était due à la hausse de la production de gaz et de pétrole (les activités en amont de l'industrie), alors que les émissions dues aux activités en aval ont baissé en raison de fermetures d'installations durant cette période. Cette augmentation s'explique en partie par le fait que la production de pétrole brut a plus que doublé au Canada depuis 1990. Cette hausse est principalement due à une augmentation rapide de l'exploitation des sables bitumineux. Au cours de la même période, la production de gaz naturel provenant de sources non conventionnelles, comme celles exigeant le recours à des techniques de fracturation en plusieurs étapes, a également augmenté de façon considérable.

La diminution des émissions de SOX était principalement due à une baisse des émissions des secteurs de la valorisation du bitume et du pétrole lourd et du traitement du gaz naturel, attribuée à une amélioration des technologies antipollution.

À propos des indicateurs

À propos des indicateurs

Ce que mesurent les indicateurs

Les indicateurs sur les Émissions de polluants atmosphériques portent sur les émissions de 6 principaux polluants atmosphériques générées par l'activité humaine : les oxydes de soufre (SOX), les oxydes d'azote (NOX), les composés organiques volatils (COV), l'ammoniac (NH3), le monoxyde de carbone (CO) et les particules fines (P2,5). Le carbone noir, qui est une composante des particules fines (P2,5), fait également l'objet d'un suivi.Note de bas de page 11  Les indicateurs sectoriels sur les émissions de polluants atmosphériques provenant du transport, des véhicules hors route et de l'équipement mobile, des services d'électricité (services publics) et de l'industrie pétrolière et gazière fournissent une analyse supplémentaire des principales sources d'émissions des polluants atmosphériques au Canada.

Pour chaque polluant atmosphérique, les indicateurs sont fournis à l'échelle nationale et provinciale/territoriale. Les indicateurs déterminent également les principales sources d'émissions et fournissent un lien vers des renseignements détaillés sur les émissions de polluants atmosphériques attribuables aux installations.Note de bas de page 12

Pourquoi ces indicateurs sont importants

Les Canadiens sont exposés à des polluants atmosphériques sur une base quotidienne, ce qui peut entraîner des effets nuisibles pour la santé et l'environnement. Les particules fines (P2,5) et l'ozone troposphérique (O3), principaux composants du smog, sont liés à des problèmes pulmonaires et cardiovasculaires, même à des niveaux très faibles. Les NOX (comme le dioxyde d'azote [NO2]) et les COV, qui entraînent déjà des effets individuellement, sont les premiers contributeurs de la formation d'O3. Les NOX, les SOX (comme le dioxyde de soufre [SO2]), le NH3 et les COV sont également liés à la formation de P2,5 dans l'atmosphère, en plus des P2,5 émises directement. Les SOX et les NOX peuvent également entraîner la formation de dépôts d'acide (pluies acides) nuisibles à l'environnement, aux matériaux, aux organismes vivants et aux humains.

Visitez le site web Pollution atmosphérique : facteurs et incidences pour obtenir plus de renseignements au sujet des effets de la pollution atmosphérique sur la santé, l'environnement et l'économie ainsi que de l'information sur les règlements fédéraux administrés en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) adressant la pollution de l'air.

Le carbone noir est estimé être le troisième plus grand contributeur au réchauffement climatique actuel. Le carbone noir est d'une importance particulière dans les régions polaires où le dépôt de particules sur la glace et la neige assombrit la surface, ce qui augmente l'absorption de la lumière du soleil, et accélère la fonte.

Les indicateurs sur les Émissions de polluants atmosphériques visent à informer les Canadiens et les décideurs sur les progrès accomplis pour réduire les émissions des principaux polluants atmosphériques attribuables à des sources associées à l'activité humaine, et sur l'efficacité des mesures de réduction des émissions mises en œuvre pour améliorer la qualité de l'air ambiant au Canada.

Collectivités sûres et en santé

Ces indicateurs suivent le progrès de la Stratégie fédérale de développement durable 2019–2022 par rapport à la cible : Poursuivre la diminution depuis 1990 des particules fines, des oxydes d'azote, des oxydes de soufre et des composés organiques volatils de toutes les sources. Les données les plus récentes disponibles montrent qu'en 2018, les émissions de particules fines, d'oxydes d'azote, des composés organiques volatils et d'oxydes de soufre étaient de 11 % à 73 % inférieures à celles de 1990.

De plus, les indicateur contribuent aux Objectifs de développement durable du Programme de développement durable à l'horizon 2030. Ils sont liés à l'objectif 11 : Villes et communautés durables.

Indicateurs connexes

Les indicateurs sur la Comparaison à l'échelle internationale des émissions de polluants atmosphériques de pays sélectionnés compare les émissions de 5 principaux polluants atmosphériques du Canada avec celles des principaux pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Les indicateurs sur les Tendances air-santé présentent un aperçu des effets sur la santé publique imputables à l'exposition à la pollution de l'air au Canada. 

Les indicateurs sur la Qualité de l'air permettent de suivre les concentrations ambiantes de P2,5, d'O3, de SO2, de NO2 et de COV à l'échelle nationale et régionale ainsi qu'aux stations de suivi locales.

Les indicateurs sur les Émissions de gaz à effet de serre (GES) indiquent la tendance des émissions de GES à l'échelle nationale, par province et territoire, par personne et par unité du produit intérieur brut, par secteur économique et par installations d'envergure.

L'indicateur sur les Émissions de gaz à effet de serre des installations d'envergure signale les émissions de GES des plus grands émetteurs de GES au Canada (installations industrielles et autres).

Sources des données et méthodes

Sources des données et méthodes

Sources des données

Les indicateurs sur les Émissions de polluants atmosphériques font rapport des émissions de 6 principaux polluants atmosphériques : oxydes de soufre (SOX), oxydes d'azote (NOX), composés organiques volatils (COV), ammoniac (NH3), monoxyde de carbone (CO) et particules fines (P2,5). Les données sur les émissions utilisées proviennent de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques du Canada pour les années 1990 à 2018.

Les données pour l'indicateur sur le carbone noir, un composant des P2,5, proviennent de l'Inventaire des émissions de carbone noir du Canada et sont déclarées pour 2018 à l'échelle nationale et par province et territoire.

Les données sur les installations pour les émissions de polluants atmosphériques déclarées dans les cartes interactives proviennent de l'Inventaire national des rejets de polluants et sont disponibles pour les années 2009 à 2018.

Complement d'information

L'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques fournit des données et des estimations sur les émissions de polluants atmosphériques provenant de l'activité humaine. Ces polluants contribuent aux problèmes de smog, de pluie acide, à la dégradation de la qualité de l'air et au changement climatique. L'adoption de nouvelles méthodes d'estimation des émissions et l'obtention de renseignements supplémentaires permettent d'améliorer périodiquement l'inventaire des données et l'analyse des tendances. Les émissions historiques sont mises à jour en fonction de ces améliorations.

Inventaire des émissions de polluants atmosphériques

L'inventaire des émissions de polluants atmosphériques satisfait plusieurs des obligations déclaratives internationales du Canada en matière de pollution. Plus précisément, en vertu de la Convention de 1979 sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance, le Canada s'est engagé à présenter un inventaire annuel des émissions des principaux polluants atmosphériques à la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe. L'inventaire s'agit d'un évaluation exhaustif de 17 polluants atmosphériquesNote de bas de page 13  combinant les émissions des installations déclarées à l'Inventaire national des rejets de polluants et les émissions ne provenant pas d'installations, qui sont estimées par Environnement et Changement climatique Canada. Les estimations sont élaborées à l'aide des plus récentes méthodes d'estimation, et reposent largement sur les statistiques publiées ou d'autres sources d'information, comme les sondages et les rapports. L'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques offre un aperçu complet des émissions de polluants partout au Canada.

Les données d'inventaire nationales, provinciales et territoriales ont été mises à jour le 13 mars 2020 et couvrent la période comprise entre 1990 et 2018. Les données sur les émissions sont compilées dans une base de données environ 1 an après la fin des étapes de collecte, de validation et de calcul. Après ce processus, il y a l'interprétation des résultats et la communication publique de l'inventaire.  Les indicateurs d'émissions de polluants atmosphériques sont consignés après la diffusion publique des données de l'Inventaire.

Inventaire des émissions de carbone noir

En tant que membre du Conseil de l'Arctique, le Canada s'est engagé en vertu du Cadre d'action sur la réduction accrue des émissions de carbone noir et de méthane à soumettre les inventaires annuels de ses émissions de carbone noir à la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe à compter de 2015. L'inventaire d'émissions de carbone noir est compilé à l'aide des données des émissions de P2,5 qui proviennent de sources de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques liées à la combustion. Les estimations de carbone noir sont publiées séparément de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques. Les données sont à jour en date du 13 mars 2020.

Le carbone noir est considéré comme un polluant climatique de courte durée de vie, ce qui signifie qu'il ne demeure dans l'atmosphère que pendant une période relativement courte (de quelques jours à quelques semaines) comparativement au dioxyde de carbone (CO2) (qui peut persister dans l'atmosphère pour des milliers d'années) et à d'autres gaz à effet de serre (GES) à durée de vie plus longue. Même si leur durée de vie est courte, les polluants climatiques de courte durée de vie ont un potentiel de réchauffement planétaire qui contribue au réchauffement de la surface de la Terre.Note de bas de page 14  Le carbone noir a la capacité d'absorber 460 à 1 500 fois plus de rayonnement solaire que le CO2.Note de bas de page 15  Les polluants climatiques de courte durée de vie, y compris le carbone noir, sont d'importants polluants à prendre en considération lorsqu'on s'attaque aux changements climatiques, car ils peuvent réagir relativement rapidement aux efforts qui visent à contrôler leurs émissions et ainsi avoir des répercussions sur le réchauffement à court terme, ce qui est particulièrement important dans les régions polaires comme l'Arctique.Note de bas de page 16  Le rapport spécial du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sur le réchauffement de la planète indique que la réduction des polluants à courte durée de vie est nécessaire pour limiter le réchauffement à un maximum de 1,5 ° C, et le Rapport sur le climat changeant du Canada, indique que les polluants climatiques à courte durée de vie constituent un élément important des discussions sur les politiques climatiques.

Inventaire national des rejets de polluants

L'Inventaire est une base de données sur les polluants rejetés (dans l'atmosphère, l'eau et le sol), éliminés et recyclés par des installations industrielles, commerciales et institutionnelles. Les données provenant de ces installations sont fournies par les exploitants des installations, conformément au mandat de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) (la loi). En vertu de cette loi, les propriétaires ou exploitants d'installations qui fabriquent, traitent, ou utilisent et rejettent d'une autre manière l'une ou plusieurs des substances répertoriées dans l'Inventaire, et qui atteignent les seuils de déclaration propres à ces substances et remplissent d'autres critères, doivent présenter au Ministère une déclaration annuelle faisant état de leurs rejets, éliminations et transferts de polluants. Les données de l'Inventaire concernant la période comprise entre 1994 et 2017 ont été mises à jour le 5 octobre 2020.

Méthodes

Les données sur les émissions des inventaires nationaux du Canada sont utilisées pour produire les indicateurs des 6 principaux polluants atmosphériques. Les données sont regroupées afin de produire des rapports sur les sources qui contribuent à la majorité des émissions de chacun des polluants. Les inventaires nationaux du Canada font appel aux derniers progrès en matière de connaissances scientifiques pour estimer ou mesurer les émissions des diverses sources de polluants atmosphériques.

Complément d'information

Compilation des émissions de polluants atmosphériques

L'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques est constitué à partir de 2 types d'information :

  • les données déclarées par les établissements, qui comprennent les émissions provenant d'installations industrielles, commerciales et institutionnelles relativement importantes;
  • les estimations internes, qui comprennent les sources diffuses et autres sources trop nombreuses pour être prises en compte de manière individuelle, comme les véhicules routiers et hors route, les activités agricoles, les activités de construction et l'utilisation de solvants.

L'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques est élaboré à partir d'un grand nombre de sources d'information, de procédures et de modèles d'estimation des émissions. Les données sur les émissions déclarées par les installations individuelles à l'Inventaire national des rejets de polluants du Ministère sont complétées par des outils d'estimation scientifiques et documentés afin de quantifier les émissions totales. Ensemble, ces sources de données offrent un portrait global des émissions de polluants au Canada.

Un cadre de compilation a été élaboré, qui recourt aux meilleures données disponibles, tout en veillant à éviter la double comptabilisation et les omissions. Des renseignements supplémentaires sur le processus de compilation de l'Inventaire figurent au chapitre 3 du rapport sur l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Données sur les émissions déclarées par les installations

Les données sur les émissions déclarées par les installations font généralement référence aux sources fixes qui émettent des polluants par des cheminées ou d'autres équipements à demeure. La principale source des données déclarées par les installations est l'Inventaire national des rejets de polluants.

Les données de l'Inventaire national des rejets de polluants, déclarées par les installations, sont utilisées pour l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques sans modification, sauf lorsque des problèmes de qualité des données sont détectés et ne sont pas traités au contrôle de la qualité. Les exigences et les seuils de déclaration de l'Inventaire national des rejets de polluants varient en fonction du polluant et, dans certains cas, du type d'industrie. Les détails concernant ces exigences et seuils de déclaration se trouvent sur le site Web de l'Inventaire national des rejets de polluants.

Une distinction a été faite entre les installations déclarantes et les installations non déclarantes. Les installations déclarantes sont celles dont les émissions atteignent le seuil au-delà duquel une déclaration aux fins de l'Inventaire national des rejets de polluants est requise; les installations non déclarantes n'atteignent pas ce seuil en raison de leur taille ou de leurs niveaux d'émissions, et ne sont donc pas tenues de produire une déclaration. Il est possible que des installations aient à déclarer leurs émissions pour certains polluants seulement. Par conséquent, les émissions des installations non déclarantes ou de polluants non déclarés doivent être estimées à l'interne pour assurer une couverture complète.

Estimations internes des émissions

Les estimations internes sont calculées à l'aide d'informations telles que les données de production et d'activité, grâce à diverses méthodes d'estimation et divers modèles d'émissions. Ces estimations des émissions sont établies à l'échelle nationale et non pour des endroits géographiques précis. Il s'agit notamment des émissions provenant de sources non industrielles, résidentielles, commerciales, du transport et d'autres sources, comme le brûlage à ciel ouvert, les activités agricoles et les activités de construction. L'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques utilise des estimations internes pour les sources d'émissions suivantes :

  • toute exploitation résidentielle, gouvernementale, institutionnelle ou commerciale qui ne présente pas de déclaration à l'Inventaire national des rejets de polluants;
  • les installations d'élimination de déchets solides sur place;
  • les véhicules automobiles, les aéronefs, les navires ou autres équipements ou dispositifs de transport; et
  • les autres sources, comme le brûlage à ciel ouvert, les activités agricoles et de construction.

En général, les estimations internes des émissions sont calculées à partir des données d'activité et des coefficients d'émission.Note de bas de page 17  Les données d'activité comprennent habituellement les statistiques sur la production ou les processus à l'échelle provinciale, territoriale ou nationale. Ces renseignements sont d'ordinaire fournis par des organismes provinciaux ou territoriaux, des ministères fédéraux, des associations industrielles, etc. Pour chaque catégorie de source, les données d'activité sont combinées à des coefficients d'émission en vue de produire une estimation des émissions à l'échelle de la province ou du territoire.

Les méthodes d'estimation interne des émissions et les modèles d'émission utilisés au Canada sont souvent fondés sur ceux de l'Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis, et sont adaptés de manière à tenir compte du climat, des combustibles, des technologies et des pratiques propres au Canada. Par conséquent, les méthodes employées pour l'Inventaire canadien des émissions de polluants atmosphériques s'accordent généralement à celles des États-Unis ou à celles qui sont recommandées dans le guide pour l'Inventaire des émissions.Note de bas de page 18

L'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques répertorie les émissions de polluants atmosphériques provenant de sources mobiles telles que les véhicules routiers, les véhicules hors route et les moteurs. Pour l'édition actuelle de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques, un modèle d'estimation des émissions élaboré par l'EPA (MOVES) des États-Unis a été utilisé. Les émissions de véhicules hors route et de moteurs (comme les niveleuses, les camions lourds, les moteurs hors-bord et les tondeuses à gazon) ont quant à elles été estimées en fonction du modèle NONROAD de l'EPA des États-Unis (voir « équipements et véhicules hors route » au tableau A2-4 de l'annexe 2 dans le rapport sur l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques). Les paramètres des 2 modèles ont été modifiés de manière à tenir compte des différences canadiennes pour certains aspects : parc de véhicules, technologies antipollution, types de combustibles, normes s'appliquant aux véhicules, types de moteurs et leur utilisation dans les divers secteurs. Les estimations des émissions associées à l'aviation civile et internationale, au transport ferroviaire et à la navigation sont estimées d'après les statistiques détaillées sur les déplacements des véhicules, combinées aux données sur la consommation de carburant, les moteurs et les taux d'émission par type de véhicule.

Calcul des émissions de carbone noir

Les émissions de carbone noir sont calculées en appliquant les facteurs pour estimer la fraction de carbone noir dans les émissions de P2,5 de sources liées à la combustion, à l'exception des sources mobiles, pour lesquelles des modèles sont utilisés. Les facteurs proviennent principalement de la base de données SPECIATE (disponible en anglais seulement) de l'Environmental Protection Agency des États-Unis. SPECIATE répertorie les profils de spéciation des particulesNote de bas de page 19  des sources de polluants atmosphériques. L'annexe B de l'Inventaire d'émission de carbone noir énumère tous les rapports utilisés pour chacune des sources.

Nouveaux calculs

Les recalculs constituent une pratique essentielle de la tenue à jour de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques. Ce dernier est constamment mis à jour grâce à des méthodes d'estimation améliorées, de nouvelles statistiques et des coefficients d'émission plus récents et appropriés. À mesure que de nouvelles informations et données sont disponibles, les précédentes estimations sont mises à jour et de nouveaux calculs sont effectués pour garantir une tendance cohérente et comparable en matière d'émissions. Les recalculs d'estimations sur les émissions précédemment consignées sont courants, tant pour les estimations internes que pour les données sur les émissions déclarées par les installations. Un complément d'information sur les recalculs figure à l'annexe 3 du rapport sur l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Rapprochement des émissions

Dans plusieurs secteurs, l'estimation des émissions totales consiste à combiner les estimations fournies par les installations avec les estimations élaborées à l'interne par le Ministère. Pour éviter le double comptage des émissions et confirmer que l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques inclut toutes les émissions, une comparaison et un rapprochement des estimations d'émissions provenant de diverses sources sont effectués pour chaque polluant, secteur industriel et région géographique, le cas échéant. Des renseignements supplémentaires sur le processus de rapprochement figurent à la section 3.4 du rapport sur l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Couverture temporelle

Des données historiques sont fournies à l'échelle nationale et au niveau de la source pour la période comprise entre 1990 et 2018. Pour les indicateurs régionaux (à l'échelle provinciale ou territoriale), les émissions sont présentées pour les années 1990 et 2018. Les informations sur les émissions au niveau des installations sont disponibles de 2009 à 2018.

Classification des émissions de polluants atmosphériques selon leur source

Aux fins de publication des indicateurs, les données sur les émissions calculées à partir de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques et l'Inventaire d'émission de carbone noir sont regroupées selon les 13 sources suivantes :

  • agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais);
  • chauffage des bâtiments et production d'énergie;
  • poussière et feux;
  • services d'électricité;
  • combustion de bois de chauffage;
  • incinération et déchets;
  • fabrication;
  • divers;
  • véhicules hors route et équipement mobile;
  • industrie pétrolière et gazière;
  • minerais et industries minérales;
  • peintures et solvants; et
  • transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime).

Le Tableau 2 compare la répartition des sources des polluants atmosphériques mentionnée dans les indicateurs avec les sources et secteurs mentionnés par l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Tableau 2. Alignement des sources mentionnées dans les indicateurs avec les sources et secteurs de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques
Sources mentionnées dans les indicateurs Sources et secteurs mentionnés dans l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques et l'Inventaire des émissions de carbone noir
Agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) Agriculture : production de la moisson
Agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) Agriculture : combustibles
Agriculture (bétail, cultures agricoles et engrais) Agriculture : production d'animaux
Chauffage des bâtiments et production d'énergie Commercial/résidentiel/institutionnel : combustion de carburant commerciale et institutionnelle
Chauffage des bâtiments et production d'énergie Commercial/résidentiel/institutionnel : combustion de carburant, secteur résidentiel
Chauffage des bâtiments et production d'énergie Commercial/résidentiel/institutionnel : combustion de carburant construction
Poussière et feux Feux : incendies d'immeubles
Poussière et feux Feux : feux prescrits
Poussière et feux Poussière : activités de construction
Poussière et feux Poussière : routes pavées
Poussière et feux Poussière : routes non pavées
Poussière et feux Poussière : transport de charbon
Poussière et feux Poussière : résidus miniers
Services d'électricité Production d'électricité (services publics) : charbon
Services d'électricité Production d'électricité (services publics) : gaz naturel
Services d'électricité Production d'électricité (services publics) : diesel
Services d'électricité Production d'électricité (services publics) : autre production d'électricité
Services d'électricité Production d'électricité (services publics) : déchets[A]
Combustion de bois de chauffage Commercial/résidentiel/institutionnel : foyer au bois de maison
Incinération et déchets Incinération et déchets : crématoriums
Incinération et déchets Incinération et déchets : incinération des déchets
Incinération et déchets Incinération et déchets : traitement et élimination des déchets
Fabrication Fabrication : industrie chimique
Fabrication Fabrication : industrie céréalière
Fabrication Fabrication : industrie des pâtes et papiers
Fabrication Fabrication : industrie du bois
Fabrication Fabrication : fabrication de produits métalliques
Fabrication Fabrication : fabrication de verre
Fabrication Fabrication : fabrication de véhicules (moteurs, pièces, assemblage, peinture)
Fabrication Fabrication : électronique
Fabrication Fabrication : fabrication de plastiques
Fabrication Fabrication : préparation d'aliments
Fabrication Fabrication : textiles
Fabrication Fabrication : fabrication d'abrasifs
Fabrication Fabrication : boulangeries
Fabrication Fabrication : autres (fabrication)
Fabrication Fabrication : production de biocarburant
Divers Commercial/résidentiel/institutionnel : usage de la cigarette
Divers Commercial/résidentiel/institutionnel : industrie du fret maritime
Divers Commercial/résidentiel/institutionnel : cuisson commerciale
Divers Commercial/résidentiel/institutionnel : stations-service
Divers Commercial/résidentiel/institutionnel : source humaine [B]
Divers Commercial/résidentiel/institutionnel : autres (commercial/résidentiel/institutionnel)
Véhicules hors route et équipement mobile Transports et équipements mobiles : véhicules et équipements diesel hors route
Véhicules hors route et équipement mobile Transports et équipements mobiles : Véhicules et équipements hors route à essence, au gaz de pétrole liquide et au gaz naturel comprimé
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière et gazière : industrie pétrolière et gazière en amont
Industrie pétrolière et gazière Industrie pétrolière et gazière : industrie pétrolière et gazière en aval
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : industrie de l'aluminium
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : industrie des revêtements bitumineux
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : industrie du ciment et du béton
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : industrie des produits minéraux
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : fonderies
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : sidérurgie
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : industrie des minerais de fer
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : exploitation de mines et de carrières
Minerais et industries minérales Minerais et industries minérales : fonte et affinage de métaux non ferreux [C]
Peintures et solvants Peintures et solvants : nettoyage à sec
Peintures et solvants Peintures et solvants : utilisation générale de solvants
Peintures et solvants Peintures et solvants : imprimerie
Peintures et solvants Peintures et solvants : revêtements de surface
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : transport aérien
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : véhicules lourds au diesel
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : véhicules lourds à essence
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : camions
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : véhicules légers au diesel
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : camions légers à essence
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : véhicules légers à essence
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : transport maritime
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : motocyclettes
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : transport ferroviaire
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : usure des pneus et des garnitures de frein
Transport (routier, ferroviaire, aérien et maritime) Transports et équipements mobiles : véhicules lourds à essence au gaz de pétrole liquéfié ou au gaz naturel

Remarque : [A] Comprend la production d'énergie électrique par combustion de déchets par les services publics et par l'industrie à des fins commerciales ou d'usage privé. [B] Comprend la respiration et la transpiration humaines ainsi que les amalgames dentaires. [C] Ces secteurs issus de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques sont parfois répertoriés comme des sources individuelles dans les indicateurs.

À des fins de présentation, les sources d'émissions les plus faibles sont parfois regroupées dans la catégorie « autres sources » dans les graphiques illustrant les émissions par source. Les noms des sources regroupées figurent sous chaque graphique.

Indicateurs sectoriels

Les indicateurs sectoriels sur les émissions de polluants atmosphériques provenant du transport, des véhicules hors route et équipement mobile, des services d'électricité et de l'industrie pétrolière et gazière fournissent une analyse supplémentaire des plus grandes sources d'émissions des polluants atmosphériques au Canada. Ces indicateurs reposent aussi sur les données des émissions calculées de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

Ces indicateurs sont fournis à l'échelle nationale. Ils permettent de déterminer la contribution de chaque secteur aux émissions nationales de polluants atmosphériques pour l'année 2018. Ils fournissent également des renseignements sur les émissions de certains polluants par secteur pour la période de 1990 à 2018.

Les tableaux 3 à 5 ci-dessous présentent la répartition des sources d'émissions de polluants atmosphériques déclarées dans les indicateurs sur les Émissions de polluants atmosphériques comparativement à celles déclarées par les indicateurs sectoriels.

Tableau 3. Répartition des sources rapportées dans l'indicateur sur le transport, les véhicules hors route et l'équipement mobile des émissions de polluants atmosphériques avec les sources et secteurs de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques/l'Inventaire d'émission de carbone noir
Émissions de polluants atmosphériques du secteur du transport, des véhicules hors route et de l'équipement mobile Sources dans l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques et l'Inventaire d'émission de carbone noir
Transport aérien, maritime et ferroviaire Transports et équipements mobiles : transport aérien
Transport aérien, maritime et ferroviaire Transports et équipements mobiles : transport maritime
Transport aérien, maritime et ferroviaire Transports et équipements mobiles : transport ferroviaire
Camions lourds et autobus Transports et équipements mobiles : véhicules lourds au diesel
Camions lourds et autobus Transports et équipements mobiles : véhicules lourds à essence
Camions lourds et autobus Transports et équipements mobiles : véhicules lourds à gaz de pétrole liquéfié / gaz naturel
Véhicules hors route et équipement; usure des pneus et des garnitures de frein Transports et équipements mobiles : véhicules et équipements hors route au diesel
Véhicules hors route et équipement; usure des pneus et des garnitures de frein Transports et équipements mobiles : véhicules et équipements hors route à essence, au gaz de pétrole liquide et au gaz naturel comprimé
Véhicules hors route et équipement; usure des pneus et des garnitures de frein Transports et équipements mobiles : usure des pneus et des garnitures de frein
Voitures et motocyclettes Transports et équipements mobiles : véhicules légers au diesel
Voitures et motocyclettes Transports et équipements mobiles : véhicules légers à essence
Voitures et motocyclettes Transports et équipements mobiles : véhicules légers gaz de pétrole liquéfié / gaz naturel
Voitures et motocyclettes Transports et équipements mobiles : motocyclettes
Camions légers Transports et équipements mobiles : camions légers au diesel
Camions légers Transports et équipements mobiles : camions légers à essence
Camions légers Transports et équipements mobiles : camions légers gaz de pétrole liquéfié / gaz naturel
Tableau 4. Répartition des sources rapportées dans l'indicateur sur les services d'électricité des émissions de polluants atmosphériques avec les sources et secteurs
Émissions de polluants atmosphériques des services d'électricité Sources dans l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques et l'Inventaire d'émission de carbone noir
Charbon Production d'électricité (services publics) : charbon
Diesel Production d'électricité (services publics) : diesel
Gaz naturel Production d'électricité (services publics) : gaz naturel
Autres Production d'électricité (services publics) : déchets[A]
Autres Production d'électricité (services publics) : autres (production d'électricité)

Remarque : [A] Comprend la production d'énergie électrique par combustion de déchets par les services publics et par l'industrie à des fins commerciales ou d'usage privé.

Tableau 5. Répartition des sources rapportées dans l'indicateur sur l'industrie pétrolière et gazière des émissions de polluants atmosphériques avec les sources et secteurs de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques/l'Inventaire d'émission de carbone noir
Émissions de polluants atmosphériques de l'industrie pétrolière et gazière Sources dans l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques et l'Inventaire d'émission de carbone noir
Industrie pétrolière et gazière en aval Industrie pétrolière et gazière : industrie pétrolière en aval
Industrie pétrolière et gazière en amont Industrie pétrolière et gazière : industrie pétrolière en amont

Changements récents

Les estimations des émissions rapportées dans l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques et utilisées dans les indicateurs ont fait l'objet d'un nombre important de recalculs. Plus précisément, pour les émissions du secteur de l'industrie pétrolière et gazière, de la fabrication, du transport, de l'agriculture, commercial/résidentiel/institutionnel, de l'incinération et les déchets, suite de la mise en œuvre de méthodes de quantification améliorées. De plus, les émissions atmosphériques attribuées au segment des croisières des vols civils dans le secteur des transports ont été supprimées des totaux d'inventaire afin de se conformer au total national du Canada déclaré à la Commission Economique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU). Pour plus de renseignements à propos des changements récents, veuillez consulter l'annexe 3 de l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques.

L'Inventaire d'émission de carbone noir du Canada a fait l'objet d'un certain nombre de recalculs des estimations des émissions. Plus précisément, des améliorations méthodologiques ont été apportées à toutes les sources afin d'accroitre la précision des estimations. Consultez la section 3.3 de l'Inventaire des émissions de carbone noir du Canada pour obtenir de plus amples renseignements.

Mises en garde et limites

Les méthodologies utilisées pour la compilation des émissions de polluants atmosphériques s'améliorent généralement au fil du temps et des révisions sont apportées à l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques. Ainsi, les émissions et les tendances rapportées pour les indicateurs peuvent être différentes de celles qui ont été publiées auparavant.

Certaines émissions de sources étendues n'ont pas été mises à jour en 2018 à cause de l'absence de statistiques sur les niveaux d'activité au moment de la compilation des données. Dans ces cas, on a utilisé les estimations des émissions de la plus récente année disponible.

L'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques utilise les informations sur les installations de l'Inventaire national des rejets de polluants et d'autres sources. La version des données publiées par l'Inventaire national des rejets de polluants pourrait ne pas être identique à celle utilisée dans l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques à un moment donné en raison des mises à jour apportées aux données des sources ponctuelles rapportées dans l'Inventaire national des rejets de polluants.

Seules les sources les plus importantes de carbone noir ont été rapportées. On estime que les émissions de ces sources (combustion de bois de chauffage, véhicules hors route et équipement mobile et transport) représentent environ 88 % des émissions nationales de carbone noir anthropiques.

Ressources

Ressources

Références

Environnement et Changement climatique Canada (2017) Utilisation et interprétation des données de l’Inventaire national des rejets de polluants. Consulté le 10 mars 2020.

Environnement et Changement climatique Canada (2020) Coalition pour le climat et l’air pur. Consulté le 10 mars 2020.

Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de carbone noir du Canada 2020. Consulté le 13 mars 2020.

Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire des émissions de polluants atmosphériques 2020. Consulté le 13 mars 2020.

Environnement et Changement climatique Canada (2020) Inventaire national des rejets de polluants. Consulté le 5 octobre 2020.

Environnement et Changement climatique Canada (2020) Outils et ressources sur les données de l’Inventaire national des rejets de polluants. Consulté le 13 mars 2020.

Renseignements connexes

Inventaire des émissions de polluants atmosphériques : aperçu

Pollution atmosphérique : facteurs et incidences

Recherche en ligne des données sur l'Inventaire des émissions de polluants atmosphériques

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :